Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nature et biodiversité du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 16/02/2020
  • Femmes fortes
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/09/2019
  • Le fleuve
    Revue CONGO ECRIT
    Nb de signes : 250 - 2 000 sec
    Genre : poésie - conte
    Délai de soumission : 21/09/2019
  • La ville de Somnore
    Otherlands
    Nb de signes : < 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 10/01/2020
  • Le grand jeu
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : réaliste - théâtre - poésie - libre - pastiche - imaginaire - art visuel - contemporain
    Délai de soumission : 14/10/2019
  • Nutty Seas : débauche marine
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : romance - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 23/11/2019
  • Revue Encre[s] N°4
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 12/09/2019
  • Insurrections
    ImaJn'ère
    Nb de signes : 22 500 - 27 500 sec
    Genre : policier - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Fantasy humoristique
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : humour - fantasy
    Délai de soumission : 20/12/2019
  • Livres Oubliés
    Aeternam AS Éditions
    Nb de signes : 200 000 - 800 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique
    Délai de soumission : 31/12/2019

Studio Infinite

  •  [ Le Atelier d’écriture : créer un univers imaginaire]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Sous la Lune Rouge Auteur: Llevann Vue: 73100
[Publiée le: 2008-01-05]    [Mise à Jour: 2010-04-12]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Surnaturel Commentaires : 285
Description:
Apres la Quatrieme Guerre Mondiale, les Vampires regnent sur Konoha. Haruno Sakura et Hatake Tenten entrent dans la résistance - et se voient assigner une premiere mission totalement inattendue ( et completement suicidaire) : assassiner l'Hokage.

Nouveau Chapitre : "Tandava".
Crédits:
Personnages issus de Naruto de Kishimoto.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Their Brotherhood Under My Curse

[3112 mots]
Publié le: 2008-02-18Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

- Vous n’irez pas loin si vous jouez aussi impulsivement.

Je sentis le souffle de l’Hokage balayer ma joue, et je déglutis nerveusement.

Je n’irais pas loin, hein ?

Effectivement, je piochais sans réfléchir dans les cartes de Naruto. Je ne suivais même pas le jeu…à ce rythme là, j’allais me retrouver avec le Diable. Naruto aussi l’avait senti : il me regardait avec de grands yeux pleins d’espoir.

Malédiction.

Malédiction !

- Sakura, à quoi tu joues ? dit Tenten d’une voix aigre.

Mais comment faisait-elle pour rester aussi relâchée alors qu’il y avait l’Hokage dans les parages, elle ? J’enrageais de la voir aussi détendue !

- Je suppose qu’elle ne peut pas perdre. ironisa Neji, en jetant un rapide coup d’œil dans ses cartes – qu’elle cachât tout aussi rapidement.

- C’est vous qui le dîtes. minauda t-elle.

- Vous êtes folle de me parler comme ça. répliqua t-il sur le même ton minaudant.

- Miaou. fit Tenten, en battant des cils.

Je pense que tout le monde autour de la table se figea, sauf l’Hokage…et moi. Il s’était mis à jouer avec mes mèches roses. Et moi, je ne figeai pas. Je me statufiai. Ma poitrine se soulevait plus rapidement, et je sentis mes joues s’enflammer.

- Mi…quoi ? fit Neji-sama, en fronçant les sourcils.

Hinata semblait au bord de la crise cardiaque. Cette partie de cartes allait finir en catastrophe, je le sentais…oh, je le sentais…

- J’ai droit à un vous, maintenant ? répliqua Tenten, en balançant une paire de trèfles sur la table. Piochez, votre majesté. Cette fois, c’est la bonne.

Il fronça les sourcils.

- Vous n’avez pas de joker. riposta t-il.

- Sans déconner ? minauda Tenten. Miaou ? Nous allons voir !

Tenten.

Mais comment diable faisait-elle.

Je jetai un regard en biais à l’Hokage. Ce qui se passait devant nous ne l’intéressait pas, apparemment…il me dévorait…du regard ? Non, pas me dévorer…ses yeux étaient vides. Vides.

Des yeux vides ne dévorent pas, n’est ce pas ?

Ils assassinent.

- Si vous continuez à me fixer comme ça, je vais perdre. dis-je finalement, sans réfléchir.

L’instinct de survie, sans doute.

Il cligna des paupières, seul signe qu’il m’avait bien entendu.

- Hé, Sasuke, fixe la bien ! supplia Naruto. S’il te plaît !

- Donc, tu as le joker ! s’exclama Neji-sama, victorieux, en piochant une carte au hasard.

Tenten eut un sourire moqueur.

- Vas-y Sakura, pioche le joker. Ensuite, je compte sur toi, Hinata. dit-elle. Il me faut ce joker.

- M…moi ? bégaya Hinata, qui ne savait apparemment pas où se mettre.

- Mais ça ne va pas ? m’exclamai-je.

Que je pioche le joker ? Et pourquoi pas que je me mette toute nue ?

« Ce serait intéressant. » fit la voix moqueuse de ma conscience dans ma tête.

La ferme, perverse.

- Jamais de la vie. fis-je. Arrêtez de me regarder comme ça !

Naruto tressaillit près de moi – mais je m’en fichais.

- je vais finir par perdre.

- Vous allez le prendre tôt ou tard. fit-il, d’une voix tranchante.

- Non ? Je ne le prends jamais !

- C’est vrai, Sasuke ! fit Naruto, larmoyant. Elle ne perd jamais…je perds toujours !

- Tu n’as qu’à être moins nul. répliqua Sasuke, sans le regarder. Le joker est la troisième carte à partir de la droite.

Surprise, je me figeai.

Pourquoi il me disait ça ? Et puis, était-ce la vérité ?

- Sasuke ! s’exclama Naruto, en comptant rapidement ses cartes…en fonction de la gauche.

- Droite, baka. Droite. De l’autre côté. fit l’Hokage, avec un sourire moqueur.

Un…sourire ? Pas le genre de grimaces froides qu’il m’avait servi depuis le début ?

De plus en plus surprise, je regardai Naruto.

Ce dernier vira au rouge écrevisse.

- Sasuke ! gémit-il.

Décidément, il n’avait rien à envier aux spectres des légendes, en qualité cri de l’âme souffrante.

- C’est vrai ? fis-je.

Et sans plus réfléchir :

- Mais pourquoi vous m’avez dit ça ?

Grimace froide.

- Apparemment, je vous trouble au point que vous n’arrivez plus à vous concentrer. ironisa t-il. Je me rachète.

Hinata était devenue rouge cerise, Ino se concentrait sur son jeu…et Sai avait l’air amusé.

Il ne perdait rien pour attendre, lui.

Les joues soudain brûlantes, je luttai contre l’envie d’enfouir ma tête sous la tête. J’aurais eu l’air trop bizarre.

- Vous ne me troublez pas.

Impossible de mentir avec les joues rouges, me direz-vous ? Ben voici la preuve du contraire.

- Vous m’agacez. ajoutai-je, pour avoir l’air plus tranchante, en baissant rapidement les yeux sur mes cartes.

Aucune paire à jeter. Poisse.

- Si vous voulez tellement jouer, on n’a qu’à recommencer. fis-je, en évitant soigneusement de le regarder. Je trouve ça déloyal de se coller contre un joueur comme ça. C’est agaçant…

Bon d’accord, il n’était pas collé contre moi…hé !

Je sentis un bras musclé s’enrouler autour de ma taille, un torse dur et froid se coller contre mon dos…des lèvres tout aussi froides effleurer le lobe de mon oreille.

Pauvre Hinata.

Que dis-je…pauvre moi !

- M…mais…qu’est ce que vous faîtes ! m’exclaimai-je, en essayant de le repousser.

Peine perdue.

Ce n’était pas vraiment qu’il résistait.

C’était que…c’était comme si j’étais figée. Mes mouvements étaient mous, comme si je n’avais aucune volonté…et pourtant, de la volonté, j’en avais à revendre !

Surtout en ce moment !

- Pour quelqu’un qui a souhaité devenir concubine, vous êtes bien prude…fit une voix moqueuse tout contre mon oreille.

- Oui, Sasuke, c’est bien ça ! fit la voix de Naruto, surexcité.

Imbécile.

Lui aussi, j’aurais sa peau.

Je n’osais même plus bouger – tout comme Ino, à quelques places de moi. Les lèvres de l’Hokage taquinaient le lobe de mon oreille, mais il ne faisait rien d’autre.

Comme si il voulait m’agacer…

Que dis-je ? Comme si ? Certainement !

- C’est à ton tour…Sakura…souffla t-il.

Ce n’était pas normal…pourquoi avais-je frissonner de cette façon. Je déglutis difficilement. Assure les bases, Sakura.

Ne le laisse pas entrer dans ta tête.

Envoie lui seulement des reflets…

Assure les bases.

- Tenten-chan ! fit soudain Hinata, comme sur le point de défaillir.

Je tressaillis, et regardai en face de moi.

Tenten tenait fièrement un lacet fin et noir à la main. Un lacet ? Mais où est-ce qu’elle l’avait eu ? Je n’eus pas à chercher bien loin.

Les cheveux de Hyuuga Neji étaient…défaits. De splendides cheveux bruns encadraient librement son visage splendide, caressaient ses épaules splendides et aussi ma table splendide.

Lui aussi avait l’air foudroyé.

- Mais qu’est ce qui vous a pris ? s’exclama Ino, choquée.

- Où est le mal ? fit innocemment Tenten. Il est bien plus beau comme ça…et bizarrement plus mâle aussi…

Son sourire s’élargit.

- Vous voulez que je vous apporte un miroir, votre Seigneurie ? fit-elle, avec un battement de cils.

Je suis sûre qu’un mauvais génie nous avait jeté un sort…

- C’est toujours votre tour, Sakura. fit mon tortionnaire privé, sans regarder ce qui se passait devant lui.

Naruto, lui, était fasciné par ce qui se passait en face.

J’en profitai pour regarder par-dessus ses cartes, et piochant un as de carreau qui allait très bien avec mon deux de carreau.

Quand je levai les yeux, Naruto restait fasciné par ce qui se déroulait en face.

Et Hinata semblait à deux doigts de s’évanouir.

Et pour cause…

Neji et Tenten s’embrassaient…ou plutôt, Neji embrassait Tenten, à en juger par leurs positions…non, ils s’embrassaient. Elle ne le repoussait pas, n’est ce pas ?

Mes yeux s’arrondirent.

Ils s’embrassaient.

Soudain, le bras de l’Hokage me parut brûlant…décidément trop bas sur ma taille. Trop bas…

Neji s’écarta finalement, un petit sourire aux lèvres.

- Je crois que je sors. dit-il gentiment, en posant toutes ses cartes.

Uniquement des pairs.

Dans ce cas, pourquoi était-il resté tout ce temps ?

Les yeux bruns de Tenten allèrent des cartes au visage du Hyuuga…brusquement, elle reprit des couleurs.

- Ce n’est pas vrai ! s’exclama t-elle.

- Si. dit-il simplement.

- Non !

Elle leva les yeux sur lui, comme ahurie.

- Vous avez triché, hein ? s’exclama t-elle. Ce n’est pas possible !

- Si…non, je veux dire non…vous m’embrouillez ! soupira t-il.

- Les tricheurs s’embrouillent tous seuls.

On n’aurait pas dit qu’ils venaient de s’embrasser…Hinata semblait à présent fortement douter que la précédente visite du Hyuuga ait été purement de courtoisie.

Et moi, je devais dire quoi ?

Je n’avais même pas eu droit à une visite…et soudain, ce type se mettait à me tripoter le bas du dos…je n’avais même pas droit à un baiser…

Pas que je m’en plaigne, hein !

Je n’en voulais pas. Seulement…seulement ce contact…sa peau froide contre la mienne…sa joue contre la mienne…c’était…trop.

- Apparemment, ce n’est même pas possible d’avoir une nuit de répit. dit-il soudain, d’une voix glaciale.

Hyuuga Neji tourna aussitôt la tête.

Je ne mis pas longtemps à comprendre.

Orochimaru-serpette – pas mal comme surnom, hein ? J’en suis assez fière. Il faut bien que je me donne contenance de temps en temps – surgit du vestibule, le visage encore plus blafard, les yeux encore plus bourbeux que dans mon souvenir.

Il s’inclina profondément devant l’Hokage, et se mit à baragouiner dans une langue bizarre. Chouette.

J’aurais peut-être du apprendre les langues étrangères avant de m’engager…

« Des ordres de Suna. » fit la voix de Tenten dans ma tête.

Je la regardai, surprise.

« T… »

« ne réponds pas. tu n’es pas douée. Il pourrait t’intercepter. »

Elle aussi, il pouvait l’intercepter !…Hé, c’était dangereux de faire ça !

Je jetai un regard derrière à l’Hokage. Son bras restait noué autour de ma taille. Il ne paraissait pas entendre.

« C’est du japonais. Pope m’a appris. »

Ah.

« Il m’a embrassé ! »

Ah.

Oui, j’avais vu.

« Bon Dieu…pourquoi ? »

Parce qu’elle était jolie ?

« Tu crois que ça veut dire…que nous deux…bientôt… »

Je n’étais pas supposée répondre, non ? Si ?

- Je vois. fit l’Hokage.

Oui…oui…qu’il s’en aille.

- Bien…réglons ça maintenant. fit-il.

Orochimaru ploya plus bas.

- Je me doutais que sa Seigneurie dirait cela. dit-il. J’ai donc pris la liberté…

- Je vois. Finissons en. coupa sèchement Sasuke. Faîtes quérir l’Humain. Neji.

l’Hyuuga se leva sans mot dire.

Je crus que Tenten allait dire quelque chose…mais cette fois, le bon sens l’emporta. Hé…une seconde…Je sentis que l’Hokage allait se lever, mais son bras ne quitta pas ma taille.

- Dois-je faire quérir Konan-san ? demanda poliment Orochimaru.

- Pas cette fois. riposta t-il. Je vous attends, Sakura.

- Q…quoi ?

J’arrondis les yeux, sous le coup de la surprise. Mais sa Seigneurie et ses conseillers étaient déjà partis.

- Q…quoi ? répétai-je, en regardant mes compagnons de jeu.

Ils n’eurent pas l’occasion de répondre.

Mamie me bondit littéralement dessus – et me traîna dans la chambre.

- Hé…doucement ! m’exclamai-je, alors que les gamines s’excusaient auprès de mes invités. Qu’est ce que ça veut dire ?

Mais mamie se contenta de courir dans mon dressing, et de sortir quelques minutes plus tard avec un tissu bleu nuit.

- Je n’aurais jamais cru…aussi vite…murmura t-elle, en déboutonnant rapidement ma robe – simple.

- Vous allez m’expliquer, oui ? fis-je, avec humeur.

- Oui…oui…Sa Seigneurie vous invite à lui tenir compagnie lors de cette réunion d’officiels. Quelle réunion est-ce ? Je ne sais pas.

- Hein ?

Il voulait que…je siège à côté de lui ? Que je sois à ses côtés ? À la place de…Konan ?

- J’aurais du avoir la journée entière pour vous préparer ! gémit mamie, en m’habillant rapidement, avec l’aide des deux gamines.

Au bout d’une quinzaine de minutes, j’étais fin prête.

Ils appellent ça un kimono.

Un kimono bleu sombre, avec des pétales de fleurs roses se dissolvant dans le vent. Un cerisier, selon mamie. Je lui ai demandé où elle a déjà vu ce genre d’arbres.

Elle m’a répondu que c’était écrit sur la boîte. Et que celui là était un cadeau de l’Hokage.

L’obi, couleur d’automne, est doublée d’un tissu de la couleur de mes cheveux. Cheveux que mamie a juste brossé, les laissant libres.

Puis, on me charge d’un lourd manteau, on m’asperge de parfum. Et on me déclare prête à partir.

- Wouah, Sakura ! s’exclama Naruto, dès qu’il me vit. T’es renversante ! Tu vas tous les faire…

- La ferme, imbécile. coupa Ino. Bonne chance, Sakura !

Je surpris le regard appréciateur de Sai – il ne perdait vraiment rien pour attendre.

« Ne fais rien d’inconsidéré. »

Ben voyons.

C’était Tenten qui me disait ça ?

J’aurai tout entendu.

Curieusement, mamie me mena au jardin…où m’attendait la sorte d’attelage que j’avais pris la première fois. Sauf que les chevaux étaient en fait des humains.

J’avais détesté la première fois.

Je détestai cette fois là encore.

Mamie monta avec moi, avec une des gamines. Sans perdre de temps, les chevaux humains se mirent à courir.

- Où est ce qu’on va ? fis-je.

- Au petit Panthéon. me murmura t-on en réponse.

C’était quoi ça ?

En fait, c’était une sorte de petit palais aux tuiles dorés, gardés par d’imposants dragons d’or au regard vert. Mais le plus terrifiant n’était pas les dragons. C’était l’immense éventail qui me faisait face.

- Par ici. me fit mamie, en courant presque.

Mais comment devais-je courir avec ces chaussures bizarres, hein ? Déjà que je n’étais pas douée sur talons aiguilles !

Mamie montre quelque chose aux gardes, qui s’inclinent devant moi avant de libérer le passage. Un passage lambrissé, sentant bon le pin et la cire d’abeille.

- Vite ! fait mamie.

Je n’ai pas le temps d’admirer les estampes accrochées. Pourtant, elles sont belles. Tenten aurait aimé…

- Vous savez où on va ? murmurai-je.

- Une servante…de Orochimaru…petit salon gris…par ici. hoqueta t-elle en guise de réponse.

Finalement, par ici devint c’est ici. Elle fit pivoter un petit battant. Je respirai aussitôt une odeur légère, froide, avec une pointe…musquée. Des bruissements légers, des voix, me parvinrent. Mamie se glissa à l’intérieur…je l’imitai.

Nous étions dans un vestibule tapissé d’un bleu somptueux…la couleur des Uchiha. Le seul gris provenait des broderies délicates sur les tentures. Mamie me poussa vers une petite alcôve.

- Vous serez tout prêt de lui. chuchota t-elle. Allez y.

- Quoi ?

- Allez y !

Hésitante, je fis quelques pas maladroits vers l’alcôve en question. Les bruits de voix devenaient de plus en plus percevables…comme si…comme si l’alcôve n’était qu’une enclave dans une salle plus grande. En face de moi, il y avait un panneau de bois ouvragé…une sorte de paravent avec suffisamment d’espaces creux pour que je puisse voir sans être vue.

Pratique.

- Vous avez fait vite, Sakura. fit une voix douce, non loin de moi.

Aïe…j’étais donc tout près de l’Hokage…et donc, en face de moi…

C’était une salle vaste, aux plafonds hauts, avec une dominante bleu et gris. Sombre. Effrayant.

Quatre personnes étaient agenouillées à quelques mètres de moi, encadrées par deux colosses à l’air peu affable. Il y avait un léger cliquetis dans l’air. Un bruit de chaînes…

Je sentis mon cœur pulser violemment.

Des chaînes.

Des prisonniers.

J’avais en face de moi des prisonniers. Des rescapés de la boucherie d’hier. Rescapés…mais pas pour longtemps.

Des rebelles. Des frères.

Mais que faisaient-ils là ? Pourquoi les avait-on sorti de leurs prisons ?

Serait-ce possible que…

Mes yeux s’écarquillèrent.

Qu’ils dénoncent leurs frères ?

« Du calme…du calme, ma fille. » me dis-je.

Si je m’emballais comme ça, les Vamp’ allaient sentir que mon cœur ne battaient pas normalement. Et ça, je ne le voulais pas.

Mais ces gens voulaient-ils vraiment trahir ?

Pas de conclusions hâtives.

Mais voulaient-ils vraiment… ?

- Je vais répéter ma question encore une fois. fit la voix lente et paresseuse du collabo Shikamaru. Vous avez vraiment intérêt à répondre…le nom de votre chef ?

Le soulagement me fit presque soupirer.

Donc, ils ne vendaient pas les nôtres.

Mais ça ne voulait pas dire qu’ils ne craqueraient pas, me dis-je, en me crispant à nouveau. Je respirai profondément pour garder un rythme cardiaque normal, mais Dieu sait que j’avais envie de hurler.

Silence.

Ils ne répondirent pas.

- Galère…soupira le conseiller Nara. Vous voulez vraiment que je vous renvoie dans vos cellules ? Z’en avez pas eu assez, hein ?

Silence.

- On dirait qu’ils ne vous aiment pas beaucoup, Nara. fit la voix narquoise d’Orochimaru.

- Peut-être encore moins que vous. admit Nara dans ce qui semblait être un bâillement. Mais ils ne parleront pas à des Vampires. Hein, Moreno ?

L’un des gardes poussa violemment en avant l’un des quatre, et lui arracha sa cagoule – car ils étaient tous cagoulés.

Il semblait plutôt âgé, et avait un visage…profondément balafré. Comme si il avait déjà été torturé.

Mais ce visage, aussi malmené qu’il soit, ne me fit pas horreur – bon d’accord, presque pas. Cet homme ne craquerait pas. J’en étais certaine.

Je sentis une bouffée d’amour profond emplir mon cœur, et m’empressai de renforcer ma barrière psychique avec des pensées stupides dans lesquelles j’étais nerveuse d’être là…mais à cause de l’Hokage. Et dans lesquelles je ne comprenais pas ce qui se passait.

Mais je comprenais très bien.

- Maudit sois-tu…Nara…hoqueta le rebelle, comme si il avait du mal à parler.

- Ouais, je connais la rengaine. coupa Nara. Tu sais ce qui t’attends, non ? Tu veux vraiment mourir comme ça ?

Pour toute réponse, Moreno cracha sur le tapis, dans notre direction.

Bien envoyé.

- Donne moi son nom, Moreno. fit Nara. T’as envie que je te renvoie d’où tu viens ? Z’ont pas été gentils, non ? Son nom…c’est tout ce que je demande. Le nom de celui qui vous a envoyé vous faire crever…

- Ce n’est pas lui ! beugla l’un des types sous la cagoule. Jamais il n’aurait fait ça ! on a agit sans son accord !

Je me raidis.

Ils avaient agi sans l’accord du QG ? Mais pourquoi ? Mais…pourquoi ?

- La ferme ! siffla Moreno. Laisse moi…

- Longue vie à l’Humanité ! Mort aux Uchiha…Vive Hien ! Vive l’Hirondelle Volante !

Des larmes envahirent mes yeux. J’enviai leur courage, leur détermination…leur force.

Même si le QG n’avait pas donné son aval pour cette attaque.

- Hien ? répéta Nara. C’est quoi ce nom naze ?

- Nara…souffla une voix blasée et neutre, que je reconnus comme étant celle du Hyuuga.

- Je veux dire…je n’ai pas demandé le surnom de votre chef…heu…

Il y eut un bruissement de papiers.

- Sarutobi…Iruka. lut-il. Enlevez moi ce bout de tissu, voir.

Ma gorge se serrai violemment, et je basculai en avant, le cœur battant. Sarutobi…Iruka ? Le…le nom du…frère de Tenten ?

Ce n’était pas possible…ce n’était pas possible…ce n’était pas possible !

Quand la cagoule fut enlevée, je dus me plaquer les deux mains sur la bouche pour ne pas hurler.

Ce visage, je l’avais déjà  vu. Sur les photos. Malgré les bleus, les coupures, je le reconnaissais.

Pour l’avoir vu au chevet de Ten.

Son frère.

Ici

 

Coucou les gens ! Nouveau chapitre bouclé, parce que aujourd’hui, j’ai la pêche !!

Celui là, je ne sais pas trop si j’ai bien rendu ce que je voulais rendre…ah.

Merci de m’avoir lu. ^^

ne vous gênez pas pour les coms, ils sont TRES bienvenus !

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales