Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 156 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 98 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1717 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Sous la Lune Rouge Auteur: Llevann Vue: 73794
[Publiée le: 2008-01-05]    [Mise à Jour: 2010-04-12]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Surnaturel Commentaires : 285
Description:
Apres la Quatrieme Guerre Mondiale, les Vampires regnent sur Konoha. Haruno Sakura et Hatake Tenten entrent dans la résistance - et se voient assigner une premiere mission totalement inattendue ( et completement suicidaire) : assassiner l'Hokage.

Nouveau Chapitre : "Tandava".
Crédits:
Personnages issus de Naruto de Kishimoto.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Poker et Bouleversements

[4111 mots]
Publié le: 2008-01-12Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Since it’s the week-end et que la chanson Scar of Time me bourre d’inspiration, ikuze !

 

Ainsi que je l’avais prévu, je passais un temps indéterminé – mais long – à errer comme une âme en peine dans les larges couloirs. Oh, évidemment, j’aurais pu demandé mon chemin…mais aucune des personnes que je rencontrai ne me semblait sympathique. Ils avaient tous la sale tronche méchante des Vampires, et je n’étais certainement pas encore tombée assez bas pour m’adresser à des Vampires à la sale tronche.

Si cette résolution ménagea mon ego, elle allongea considérablement le temps durant lequel j’errai. Au moins, je pouvais réfléchir.

Pas à cet Hokage qui m’avait snobé.

Au moins, je pouvais être sûre qu’il ne m’avait pas surprise à espionner, puisque j’étais toujours libre de mes mouvements…en même temps, qu’est ce qui me disait qu’il ne m’avait pas surprise ?

Je revis ses yeux perçants, et je frissonnai.

Je ne le connaissais que de réputation, mais étant donnée cette réputation, j’étais certaine qu’il était du genre à me laisser en liberté pour pouvoir attraper un plus gros poisson que moi – autrement dit mes employeurs. Too bad for him, je ne les avais jamais vu.

Mais il ne le savait pas, n’est ce pas ?, me dis-je, en m’engageant dans le couloir de verre.

Donc, c’était très bien possible que ce soit effectivement son plan.

Conclusion : méfiance. Et prudence.

Mais en même temps, il y avait ces paroles que j’avais surprises – bon, pas vraiment surprises, disons entendues. Le Serpent avait donné un travail à la favorite de son Maître, un travail résumé sur une feuille de papier conservée dans son salon de maquillage.

Bien sûr, ce n’était pas mes affaires.

Je n’avais qu’une mission – et les curieux finissent mal, de toutes façons.

- Akatsuki. dis-je, quand je finis par trouver ma sirène.

Celle-ci me lança un regard noir – je vous assure – et le battant pivota sur ses gonds.

Avec un soupir, je pénétrai chez moi.

- Haruno Sakura ! fit aussitôt une voix familière.

Tenten surgit devant moi, avec une telle rapidité que je soupçonnais aussitôt un sort de téléportation.

« Mais qu’est ce que tu fais ? » fis-je mentalement, ahurie. « Mais ça ne va pas ? Tu t’imagines si quelqu’un t’avais vu ? »

- Où est ce que tu étais tout ce temps ?

C’est ça, Tenten, ignore mes remarques…

- Tu n’imagines même pas comment je me suis ennuyée. soupira t-elle. Ton ami blond est parti quelques temps après toi, et je t’ai attendu…

Ses sourcils se froncèrent.

- je t’ai attendu ! gronda t-elle. Je me suis imaginée que tu mangerais avec moi…

- Hé ?

Mes yeux s’arrondirent.

- J’ai manqué l’heure du déjeuner ? m’exclamai-je.

Je ne manque jamais aucun repas, sauf le petit déjeuner. Je n’avais pas vraiment jusque là, mais à l’idée que j’avais pu manqué le déjeuner, je sentis mon estomac descendre dans mes talons à une vitesse extraordinaire.

- Il est deux heures, dit Tenten, un sourcil arqué. Tu vas te décider à me dire où tu étais ? Comment c’est passé ton entrevue ?

À ce moment, ma mamie apparut dans l’entrebâillure d’une porte dissimulée sous la tenture.

- Mademoiselle est rentrée. dit-elle d’une voix chevrotante. Mademoiselle désire t-elle quelque chose ? Une collation ?

Collation ? Manger ?

- Oh oui, dis-je avec emphase. Merci beaucoup.

Quand elle disparut à nouveau, je me sentais beaucoup mieux. Finalement, le déjeuner n’était pas perdu…

- Ecoute, Tenten, soupira-je en me tournant face à mon avis. Tout ce temps, j’étais avec cette femme. Konan.

Elle arqua à nouveau un sourcil.

- Tiens donc. Pendant sept heures de temps ?

Tant que ça ? me dis-je, avec une grimace. À mon avis, il fallait compter au moins deux heures d’errance…

- D’accord, pas la peine de demander, je vais tout te raconter. fis-je, en me laissant tomber sur le parquet.

Tenten m’imita.

Assises comme nous l’étions, nous devions ressembler à des gamines en train de mijoter quelque chose de pas net.

« Alors… » commençai-je.

Mamie réapparut à nouveau, un plateau à la main. Ses yeux s’écarquillèrent en me voyant assise à même le sol.

- Mais…mademoiselle…fit-elle. Votre kimono !

- Hein ?

Je baissai les yeux sur ma tenue, complètement froissée. Ah ça…comme je m’en fichais. Mais mamie ne s’en fichait pas du tout.

Elle appela ses deux aides de camp à grands cris, et ne me laissa pas placer un mot de protestations. Tenten dut donc prendre son mal en patience – dois-je rappeler que cette fille n’a pas de patience ? – jusqu’à ce que mes trois tortionnaires me laisse revenir, vêtue d’une longue robe de chambre blanche.

- Bon sang ce qu’elles peuvent être…ce qu’elles sont lourdes ! soupirai-je, en tirant le plateau contre mes jambes.

- Te plains pas, ma vieille est pire, dit Tenten, d’un ton sombre. Alors, ça  vient ou pas, cette histoire ?

Je jetai un regard triste à mon plateau fumant. La connaissant, elle ne me laisserai pas manger tant qu’elle n’aurait pas eu satisfaction.

Très bien.

Je soupirai, et me lançai dans un récit mental détaillé.

Au fur et à mesure que j’avançais, les yeux de mon amie s’arrondissaient.

- Le Ser…commença t-elle.

- Chut ! fis-je, en agitant ma fourchette dans de grands gestes affolés, envoyant de la sauce un peu partout.

« Le serpent ? et cette fille ? »

J’acquiesçai.

- Et ce n’est pas tout…

J’achevai mon récit sur ma deuxième rencontre avec Uchiha.

Tenten plissa les yeux, et se redressa.

- C’est louche, ce morceau de papier, non ? fit-elle.

- Hein ?

Je venais de lui raconter que notre cible ne montrait pas le moindre intérêt à mon égard – autrement dit que ce serait difficile – et elle ne pensait qu’à ce bout de papier ?

- A ton avis, il y a quoi dessus ? fit-elle d’une voix pensive.

- Comment veux-tu que je le sache ? répliquai-je avec humeur. Oh, attends une seconde…

Je fronçai les sourcils.

Elle avait sa mine des mauvais plans. Je ne le sentais pas. Je ne le sentais pas du tout.

- Tenten, on s’en fiche, vu ? fis-je, menaçante.

« Ce n’est pas notre affaire. On n’est pas ici pour ça. »

- Mais tu ne pense pas…

« Que ce bout de papier pourrait… »

- je ne veux rien entendre !

Je connaissais bien Tenten. Elle était très douée pour trouver des arguments du tonnerre. Hors de question de tomber encore une fois dans son piège.

Même si je savais qu’elle allait s’entêter…hein ?

À ma grande surprise, elle se contenta de faire la moue en se levant.

- Comme tu veux ! dit-elle. Ino m’a chargé de te dire qu’on allait se retrouver chez moi à huit heures tapantes pour une partie de poker. dit-elle. Oh, et essaie de dîner avant, il y aura des Vampires.

- Quoi ?

J’arrondis les yeux.

- Des Vamp’ ? m’étranglai-je.

- Oh, mais vas-y plus fort ! ironisa t-elle. Je suis sûre que tes deux servantes ne t’ont pas encore entendu !

Bon, elle n’avait pas tort, sur ce coup là.

- La fameuse Hyuuga Hinata et un certain seigneur Sai. chuchota t-elle. Bon, dépêche toi de manger, tu veux ? Je veux qu’on s’entraîne.

- Qu’on s’entraîne ? répétai-je sans comprendre.

- Au poker, idiote. Tu te souviens qu’on est pas exactement des lumières ?

Pas des lumières ? C’était un euphémisme. Tenten était douée pour tout ce qui était physique – tir à l’arc, bras de fer – et moi en rien du tout.

Et certainement pas en poker.

N’ayant aucune envie de me ridiculiser devant deux Vampires, je me hâtai de finir mon déjeuner.

Mais des heures plus tard, alors qu’à travers les fenêtres le ciel était noir, je n’avais pas l’impression d’avoir beaucoup progressé.

- Et donc…

J’abaissai mes cartes pour que Tenten les voit.

- ça, c’est une quinte flush, n’est ça ? demandai-je, mal à l’aise.

- Mais non !

Elle soupira.

- Je t’ai déjà dit que ça c’était une quinte…ça, c’est une quinte flush, fit-elle en abaissant ses cartes, l’air fier.

Ouais…j’en doutais.

- Et pourquoi ce serait pas ça ?

- J’en sais rien, c’est pas moi qui choisit les noms !

Hum.

- Tu sais, je ne suis même pas sûre que ça existe, quinte. dis-je. Je crois que c’est quinte royale et quinte flush.

- Ah ?

Tenten eut l’air pensive.

- C’est possible. admit-elle.

Bon sang, ce qu’on était nulle…

- Hé ! fit-elle soudain, l’air alarmé.

- Quoi ? Quoi ? Quoi ?

Je jetai un regard affolé autour de moi.

- Il est sept heures ! dit-elle en se levant précipitamment. Le temps de manger et de se préparer…

- Quoi ?

J’arrondis les yeux.

- Mais…mais…on a rien fait encore ! m’exclamai-je, horrifiée.

Oh, je le sentais…je sentais venir le ridicule.

La mort dans l’âme, je mangeais sans le voir le dîner que m’apporta Minoru, et je me laissai tripoter par les mains des deux gamines.

Je ne me faisais pas trop de soucis à propos de Ino et de Naruto…ils étaient sympas. Collabos, certes, mais sympas. Et puis, personne n’était parfait.

Mais à propos des deux Vampires, c’était autre chose.

Les Vampires n’avaient aucune excuse.

Ils avaient tué mes parents, la mère de Tenten, et ne faisaient pas que se repaître du sang de ceux de ma race – ils nous faisaient travailler et vivre comme des bêtes.

Comme je disais, aucune excuse.

Ma mâchoire se crispa quand je revis les yeux noirs de l’Hokage…lui n’avait certainement aucune excuse, me dis-je, en me rappelant les trente cinq exécutions auxquels j’avais été contrainte d’assister depuis qu’il était au pouvoir à Konoha…Trente-cinq, ça fait beaucoup. Et dîtes vous que j’avais inventé au moins autant d’excuses pour éviter d’assister aux exécutions publiques auxquelles la présence des honnêtes citoyens étaient requises.

- Mademoiselle est ravissante ! s’extasia la vieille Jun, le regard ému.

Je jetai un regard désintéressé au miroir. Ouais, la robe était pas mal…mais la fille dedans, ahem…les deux filles avaient tellement frotté ma peau que j’avais l’air d’une tomate sous une couronne de cheveux roses.

Je ne suis déjà pas très jolie, inutile d’en rajouter, merci beaucoup.

- Je viendrai vous chercher si sa Seigneurie arrive ! promit Jun, en me mettant un manteau.

Mon estomac se noua.

Il ne manquerait plus que ça…que sa Seigneurie exige que je me donne à lui.

Je sentais vraiment venir le ridicule.

- Vous pourriez pas inventer une excuse, si il vient ? fis-je. Comme…que je suis malade, que…

Je m’interrompis en voyant la mine stupéfaite de la mamie.

- Mentir à l’Hokage ? murmura t-elle. Vous…jamais personne…

- Bon, ça va. maugréai-je. C’était juste une question. J’ai compris, c’est non.

- Ce n’est pas ça.

Elle se tordit les mains.

- Ce n’est pas que je ne veux pas, c’est que je ne peux pas. dit-elle.

Evidemment.

- Oubliez, d’accord ? fis-je. Je serai enchantée de revenir pour le…Maître.

J’étais toute enchantée de me faire violer par sa majesté, c’était évident.

Si Jun perçut l’ironie, elle décida de l’ignorer.

« Tu joues un jeu dangereux, là. » fit ma satanée conscience. « Tu ne sais pas si cette vieille… »

- La ferme, d’accord ? fis-je, m’attirant un regard surpris de mes servantes.

Génial. Maintenant, j’allais passer pour une folle.

Certes, Sakura bis n’avait pas tort. Mais je n’étais pas dans le mood penser avant d’agir. Cette soirée poker ne me disait rien qui vaille…et quand dans la seconde qui suivit je me pris le pied dans l’ourlet de ma robe et manquai de m’étaler de tout mon long, je sus que décidément, cette nuit allait être longue.

- Mademoiselle, ça va ? fit la petit Minoru, les yeux arrondis.

- Hum.

Je me contentai de me diriger d’un pas décidé vers l’escalier, Minoru sur les talons. Malgré tous les signes néfastes – la lune était en croissant, et je déteste la lune en croissant – je continuai à me diriger vers les appartements de Tenten.

- Te voilà !

Je n’avais même pas eu besoin de frapper.

« Tenten, pas de nécromancie. » fis-je, avec un soupir.

« Quoi ? Je n’ai pas relevé de morts, non ? »

Fort heureux. Je nous voyais mal avec un zombie en prime sur les bras.

- Sakura ! fit une voix surexcitée. Ouah, comme t’es belle !

La touffe blonde de Naruto apparut derrière Tenten.

- Bonsoir, Naruto. dis-je.

- T’es en retard. fit une voix aigre dans la pièce.

Ino.

Déjà ?

- Bah, fous lui la paix…c’est pas sa faute si ton Seigneur est en retard ! fit Naruto. Allez Sakura, entre !

Sans me laisser le temps de lui obéir, il me tira à travers la pièce.

- Hé, doucement ! protestai-je, amusée malgré moi.

Et dire qu’on ne se connaissait que depuis un jour, en regardant autour de moi.

- Ten…ten. balbutiai-je. Qu’est ce qui c’est passé ?

D’énormes banderoles oranges avaient été disposés dans la pièce, une nappe jaune fluo jetée sur la table basse de Tenten ( couvertes de cartes et de jetons).

- C’est Naruto ! s’exclama aussitôt Tenten, le regard flamboyant, en se tournant vers le blond.

Celui-ci battit en retraite – apparemment, Tenten lui avait déjà fait payé cette décoration extravagante.

- Pourquoi ça ne vous plaît pas ? gémit-il.

- Tu rigoles ?

Ino eut un sourire sarcastique.

- C’est laid. dit-elle.

- même pas vrai ! s’exclama t-il, les joues rouges. L’orange est la plus belle couleur du monde…

Quelle horreur…

- …et je vous ai ramené tout un panier de ramens ! dit-il, en désignant des bols fumants alignés sur une sorte de buffet.

- Un panier ? tu veux dire un camion-citerne ! ricana Ino.

Naruto eut un sourire narquois.

- T’inquiètes, il va se ramener, ton seigneur Sai. dit-il. Hein, mademoiselle Hinata ?

Mademoiselle Hinata ?

La Vampire?

- O…oui. fit une voix timide – presqu’un murmure.

Mais un murmure dont je localisai toutefois la provenance.

Sur un coussin semblable à celui où j’avais passé des heures à souffrir, une femme était agenouillée – heu, assise.

Les mains posées sur ses genoux, les manches de son large kimono gris perle étalées autour d’elle.

On aurait dit une poupée, me dis-je.

Elle avait un visage rond mais aux traits fins, sous des cheveux bleutés, une peau pâle et satinée…et les yeux bizarres des Hyuuga.

Hinata Hyuuga, donc.

- ah, mademoiselle Hinata, voici Haruno Sakura ! dit Naruto avec emphase. C’est la nouvelle…heu…maîtresse de Sasuke !

Même si cette description ne me plaisait pas du tout, je m’inclinai comme on m’avait appris à le faire.

- En…enchantée. balbutia la femme, les joues légèrement rouges.

Toujours inclinée, je fronçai les sourcils.

« Pas très menaçante, pour une Vamp’ » fit la voix de Tenten dans ma tête.

Et c’était exactement ce que je pensais.

Je lui jetai un regard en biais.

Se méfier de l’eau qui dort.

Un petit clin d’œil m’apprit qu’elle avait saisi le message – et qu’elle pensait pareil.

- Mademoiselle Hinata a accepté de se joindre à nous. dit gaiement Ino.

- Bah, c’est qu’elle avait rien de mieux à faire, hein ? ricana Naruto. Pas vrai, mam’zelle ?

- Naruto !

Mais la jeune fille se contenta de baisser la tête, rougissante.

- C…c’est vrai. reconnut-elle dans un souffle.

Décidément, cette fille ne correspondait pas à l’idée que je me faisais des Vampires…attention, ça ne veut pas dire que j’allais devenir son amie, hein.

Vous allez peut-être me trouver atroce de me méfier d’une fleur aussi innocente…en apparence.

C’était un Vampire, non ?

Bien.

Et les Vampires, moi je n’aimais pas ça. Et Tenten non plus.

- En attendant Sai, vive les ramens ! dit Naruto.

Se transformant en véritable petit éclair jaune, il apporta un bol à Tenten, à Ino et à moi.

- Bon appétit ! dit-il joyeusement.

- J’ai déjà mangé. dit Tenten, aigre. Et je n’aime pas trop les ramens.

- Quoi ?

Il avait l’air d’avoir reçu le choc de sa vie.

- Et on ne va sûrement pas manger alors que mademoiselle Hinata est là, à nous observer. dit Ino. Ce serait mal polie.

- H…hein ?

La Vampire rougit encore.

- Ne…ne vous…ne…

Elle se tut, et fit un signe de la main.

Très vague comme réponse, ma vieille…

- Bah, je lui aurai bien prêter mon cou, hein, mam’zelle ?

- Q…quoi ?

Le visage de la Vampire s’était transformé en une grosse boule rouge.

- Seulement, Sasuke aime pas partager…miam !

Il plongea ses baguettes dans son bol, et je l’imitai. C’était pas trop mauvais…c’était des nouilles, quoi.

- Désolé du retard. fit soudain une voix profonde.

Ino tourna la tête  si rapidement que je suis sûre d’avoir entendu ses vertèbres craquer.

- Seigneur Sai ! dit-elle, avec un sourire qui n’avait rien à voir avec son humeur aigre de tout à l’heure.

Le Sai en question était un Vampire plutôt grand, dont la pâleur du visage était encore accentué par son col roulé noir. Ses cheveux étaient aussi noirs que ses yeux…et il me fit penser à un zombie.

Oui, je sais, ce n’était pas très gentil…mais sa froideur neutre était différente de celle de mon Seigneur et Maître. Il avait le même air passif que les zombies que j’avais tiré de leurs tombes, lorsque Kakashi-sensei s’était toqué de me donner des cours. Vu le nombre de cauchemars que ça avait suscité chez moi, il avait vite renoncé.

-…Bonsoir, Ino, dit-il, comme si il était surpris de la voir là.

Ino rosit.

Ah, ça, vraiment…je baissai la tête pour cacher ma moue dégoûtée.

Cette fille était sympathique malgré son état de collabo…mais de là à flasher sur un Vampire.

- Ah, le seigneur Sai est là ! fit Naruto, les commissures des lèvres tachées de sauce. Bon, on va pouvoir commencer !

Le Seigneur Sai se dirigea vers la table basse, et s’assit en tailleur. Hinata Hyuuga et Ino s’agenouillèrent. Profitant des kilomètres de tissus de ma robe, je m’assis en tailleur sans me faire remarquer.

Je m’étais délibérément placé entre Tenten et Naruto – ce qui faisait que j’avais les trois autres en face.

Ce Sai n’était effectivement pas mal…mais il avait trop l’air d’un zombie.

- Commençons ! dit gaiement Naruto, un bol de ramens à portée. ALLONS Y ! Blind et Surblind…no limit !

- Heu…on peut faire un pot limit ? dit Ino.

- Hé ?

Naruto eut son sourire démon.

- tu as peur de trop jouer ? dit-il.

- Ce n’est pas ça. dit-elle. No limit, si tu veux.

Jusque là, j’avais compris.

Blind et Surblind, les deux versements obligatoires en début de partie. Et le no limit…ça signifiait pas de limite dans les enchères.

Ça ne me plaisait pas.

- Une seconde, moi je veux un pot limit ! fit Tenten.

Des enchères limitées au pot. Oui, c’était mieux.

J’acquiesçai avec vigueur.

- Moi, ça ne me dérange pas. dit Sai d’un ton absent.

- Si c’est ce que vous voulez. dit Naruto, mielleux. Si on est un peu effrayé…

- abrège ! fit Tenten en faisant mine de lui décocher un coup de poing par-dessus ma tête. Je t’ai dit ce que je voulais !

- Tenten !

Naruto et moi étions – légitimement – effrayés.

En face de nous, Hinata Hyuuga avait les yeux ronds et le seigneur Sai un air légèrement perplexe.

- Très bien. dit Naruto, en regardant avec effroi le poing toujours serré de Tenten. Mam’zelle Hinata…vous voulez bien partager les cartes ?

- O…oui.

La Vampire prit les cartes avec des mains toutes tremblantes – résultat, les cartes s’écroulèrent sur le sol.

Elle s’empourpra de plus belle, et entreprit de les ramasser avec une vitesse stupéfiante.

Pas de doutes, c’était un Vampire.

Se méfier de l’eau qui dort.

- Première enchère ! annonça Naruto, en répartissant les jetons. Alors ?

Je regardai mes cartes, perplexe.

Un as et un roi, tous les deux cœurs.

Je ne savais pas si c’était un bon tirage…mais un as, c’est fort, non ?

- Je me couche. dit Ino, avec une grimace.

- Hein ? fit Naruto Faut avoir l’esprit joueur ! Mam’zelle ?

Hinata posa ses cartes, l’air navré.

- Bon…Seigneur Sai ?

Le Vampire avança ses jetons.

- Bet. dit-il.

Naruto observa le nombre de jetons avec des yeux ronds.

- Bon…heu…Tenten ?

- Vous rigolez ? avec deux deux ? Sûrement pas.

Et elle jeta ses cartes.

- Mais…tu pouvais jouer pour un carré ! fit Naruto, manifestement surpris.

- Ah bon ?

Tenten avait un regard surpris. Je devinai qu’elle pensait comme moi…c’était quoi au juste, un carré ?

- Sakura ! fit Naruto, en me lançant un regard brillant.

Je plissai la bouche.

Oui, un as, c’était fort…comme carte, on ne faisait pas mieux, non ?

- Call. dis-je, en poussant mes jetons.

- Wouah ! fit Naruto, alors que Sai me regardait avec un air neutre. Mais…heu…tu raise, là, non ? C’est trop de jetons, non ?

Ah bon ?

- Ah…heu…raise. fis-je.

Pas question de me ridiculiser.

- Wouah ! reprit Naruto. Moi je me couche !

- Et c‘est toi qui me parlait d’esprit joueur ! fit Ino, comme furieuse.

Mais elle se calma quand Sai lui lança un regard surpris.

- Allez, les cartes ! fit Naruto.

- Ce…sont les règles ? fis-je, surprise.

Mais Sai avait déjà baissé ses cartes. Je fis de même.

- Wouah, une quinte royale par le ventre ! fit Naruto, tout excité. Et Sai…un neuf et un dix carreau…ça sent la quinte flush !

Ino se redressa, et prit le paquet.

- Attention…

Je me penchai en avant. Je ne savais pas du tout ce que tout cela signifiait, mais je ressentais une certaine tension…apparemment, j’avais de bonnes cartes.

Pour une fois.

- allez…et…c’est…un…fit Ino, en décollant une carte.

- Vous avez l’air de bien vous amuser. fit soudain une voix narquoise, légèrement ironique.

La tension retomba d’un coup, laissant la place à de la surprise brute.

D’un commun mouvement, nous tournâmes tous la tête.

Mes mains se crispèrent sur le rebord de la table.

L’autre choc de la veille se tenait devant nous.

Hyuuga Neji.

Un kimono pour homme et un pantalon pour kimono aussi gris que le kimono de Hinata Hyuuga. Il avait lâché ses cheveux bruns, qui caressaient librement ses épaules et son torse. Entre ces mèches sombres, ses yeux semblaient plus pâles que jamais.

Derrière lui, se dandinant d’un pied à l’autre, la mamie de Tenten.

En parlant de Tenten, je la sentis se crisper à côté de moi.

Hyuuga Neji…dans ses appartements.

Hein ? Mais alors ?

- Juukei-sama (cousin). fit Hinata Hyuuga, en s’inclinant, front contre terre.

- Juumei-sama. fit le conseiller Hyuuga, en s’inclinant à son tour.

Je déglutis lentement, alors que les deux Hyuuga se redressaient.

Un ange passa. Un autre. Puis toute une armée.

- Nous sommes désolés, Seigneur Hyuuga, mais nous…nous avions décidé…commença Ino.

- Je vois ça. dit-il d’une voix basse – et coupante comme du rasoir.

À tel point que j’en frissonnais.

Les Vampires de ce palace ne faisaient pas dans la dentelle.

Le Hyuuga balaya la place du regard, s’attardant sur les banderoles orange.

- Naruto. dit-il finalement.

L’interpellé tressaillit, blême.

- C’était juste pour un soir, Seigneur Hyuuga, dit-il rapidement. Nous allions…enfin, j’allais…désolé. dit-il finalement.

Où était donc passé le fanfaron Naruto ?

Je savais que cette soirée n’était pas sous de bons auspices… Tenten paraissait pétrifiée, les yeux dans le vide.

Le regard blanc du Vampire se posa sur elle, sans trop s’y attarder. Il darda à nouveau son regard sur la rangée Ino-Sai-Hinata.

- Bien sûr, Neji-nii-san. balbutia Hinata, en se levant.

Sai fit de même.

Une seconde, me dis-je…j’avais la sensation d’avoir loupé un épisode.

- On…ne joue plus au poker ? demandai-je d’une voix tremblante.

Le regard blanc se riva aussitôt sur moi, et je me raidis.

Pourquoi il baladait ses yeux comme ça, sans tourner la tête ?

- Nous allons vous laisser, Seigneur. dit poliment Ino. Allez, Sakura, viens…Naruto, range tes cartes.

- Non, inutile. dit Hyuuga Neji.

Pressé de se débarrasser de nous, le gars…pressé… ?!

Je me tournai vers Tenten, les yeux écarquillés.

Pressé ?

Mon amie ne se tourna pas vers moi, ne me lança pas un regard…mais je sentais sa nervosité.

- Sakura…

La main d’Ino se referma sur mon bras.

Quand avait-elle bougé, celle là ?

Le Hyuuga se dirigea lentement vers une porte coulissante entrouverte, et pénétra dans la pièce adjacente.

« J’espères que ce n’est pas la chambre à coucher de Tenten… »

Idiote…bien sûr que c’était la chambre à coucher de Tenten !

- Sakura ! fit la voix d’Ino avec insistance. Qu’est ce qu’il y a ?

- Je…fis-je, par réflexe.

« Arrête Sakura, tu vas tout fiche par terre. » fit la voix tremblante de Tenten dans ma tête. « Vas-y. Nous savions bien ce que nous aurions à faire, non ? »

En effet.

Mais ce n’était pas pour autant que ça nous plaisait…

-…suis tellement contente pour toi ! murmurai-je finalement.

Ces mots m’écorchèrent la gorge.

J’allais devoir l’abandonner, à un moment comme celui-ci…mission oblige.

Libérer Konoha. Libérer Konoha…je ne devais pas oublier ça.

- Merci. dit-elle, sans se retourner.

Si elle ne pouvait même pas jouer convenablement – et excessivement – la comédie, c’était que la situation était grave !

Pourtant, je me laissai entraîner par Ino. Pourtant, je la laissai…mission oblige.

 

Bon, thanks, Scar of The Time…en deux heures…ouah, ça doit être bourré de fautes… enfin bref.

Coms’ please, et à la prochaine !!

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales