Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 181 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 108 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1722 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Sous la Lune Rouge Auteur: Llevann Vue: 73815
[Publiée le: 2008-01-05]    [Mise à Jour: 2010-04-12]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Surnaturel Commentaires : 285
Description:
Apres la Quatrieme Guerre Mondiale, les Vampires regnent sur Konoha. Haruno Sakura et Hatake Tenten entrent dans la résistance - et se voient assigner une premiere mission totalement inattendue ( et completement suicidaire) : assassiner l'Hokage.

Nouveau Chapitre : "Tandava".
Crédits:
Personnages issus de Naruto de Kishimoto.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Devant la Porte

[2215 mots]
Publié le: 2008-01-06Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

La foule hurlait à m’en écorcher les tympans.

- Bon sang. murmurai-je, en triturant nerveusement mes cheveux.

J’échangeai avec Tenten un regard que je voulais calme, mais qui était assurément nerveux.

Les trois jours s’étaient écoulés à une vitesse phénoménale, trop importante à mon goût. De retour de chez le père de Tenten – qui avait abandonné l’idée de nous charger de provisions lorsque nous lui avions parlé des patrouilles et du sort réservé aux spéculateurs – j’avais enfin ouvert le paquet posé sur mon lit.

Il s’agissait d’un splendide yukata, d’une couleur brun automne qui allait merveilleusement bien avec mes yeux, brodée de feuilles vert et or. La première fois que je le mis, je me sentis affreusement mal à l’aise. Pas question de mettre un foulard avec ce vêtement des temps anciens dont plus personne ne savait rien,

- Tu ne comptes quand même pas mettre un foulard alors que tu dois impressionner les Vampires ! s’était exclamée Tenten – mentalement, évidemment. Je ne crois pas que tes amis puissent faire entrer au palais une femme moche moche moche.

Je ne fis aucun commentaire, mais la perspective de retirer mon foulard m’horrifiait.

Je n’aimais pas vraiment mes cheveux roses. Je les trouvais…comment dire, sans avoir l’air d’une ringarde mal dans ma peau ? Trop voyant.

C’était comme mon front. Décidément trop voyant.

Enfant, je le cachais sous une frange affreuse. Kakashi avait fini par me la couper dans mon sommeil, à l’époque où je vivais chez lui. J’avais tant hurlé et tempêté qu’il avait finalement eu recours à ses dons magiques pour me la faire repousser. C’était Tenten qui m’avait convaincu de la couper.

Tenten si sûre d’elle, si confiante…

Ce jour-là, elle portait une tunique prise dans un des coffres de son père, et avait toujours ses macarons. Sur la droite, une rangée de boutons figurait des papillons. L’étoffe soyeuse avait la couleur bleutée des œufs de canard.

- Hé, elle te plaît ? fit Tenten, avec un sourire.

Je lui rendis son sourire, même si la chaleur et les hurlements de la foule me mettaient les nerfs à vif.

- Je l’ai chipé à ce vieux radin. fit gaiement Tenten. Il l’avait prêté à ma mère, une fois. Et il a oublié de refermer convenablement le coffre. Tu penses, négligent comme il est.

Nous rîmes à voix basse.

Mais je ne pus m’empêcher de me demander d’où Kakashi tenait ces vêtements totalement désuets, et visiblement anciens. À quelques mètres de nous, une rangée de filles nous regardait en pouffant. Apparemment, notre accoutrement les faisait beaucoup rire.

Pauvres tartes, me dis-je avec mépris, en regardant leurs bottes hautes et leurs blousons dans lesquelles elles devaient cuire.

Les Vampires s’étaient surpassés, aujourd’hui. Question chaleur et étouffement, on était servi, sous ce maudit dôme. Il devait faire trente degrés, ou plus.

Moi aussi, je cuisais dans mon yukata. Et le chignon compliqué que Tenten avait fabriqué sur ma tête n’arrangeait pas mon affaire.

- Mouf ! soupirai-je, en m’éventant avec une main.

En face de nous se dressait la grande porte argentée par laquelle la procession des

Vampires étaient censés venir. Quand nous étions arrivés, trois heures plus tôt, l’espace était curieusement désert. J’en avais déduit qu’une bonne fée avait gardé notre place.

La porte affectait des motifs compliqués – des runes vampiriques, sinistres, et encore plus sinistres sous la lueur de lune.

La simple vue de cette porte me donnait des vertiges. Je déglutis difficilement, et je me forçai à rester calme.

- Nerveuse ? murmura Tenten.

- C’est un euphémisme.

Nous nous sentions toutes les deux curieusement déplacées dans l’allégresse générale. Ces gens avaient tué nos familles, et nous allions devoir survivre parmi eux…et tuer le plus redoutable de tous les Vampires de l’autre côté de cette porte.

Uchiha Sasuke.

Machinalement, je tournai les yeux vers le rocher des Hokage, visible à l’est.

- On peut le faire. murmurai-je. On peut le faire, Ten.

- On va le faire.

Mais sa voix tremblait.

Je levai lentement les yeux vers le ciel bleu, limpide. Le verre du dôme filtrait les UV, nocifs pour les Vampires moyens, embarrassants pour les seigneurs. Il y avait une centaine de dômes dans le monde, et les humains s’entassaient en dessous. Ceux qui vivaient en dehors trimaient comme des bêtes sous la férule de salauds soumis aux vamp’, à part ceux qui survivaient dans les zones impossibles comme les marais des Hatake. J’avais aussi entendu parlé des pillards du désert environnant Suna, des bandits sans foi ni loi qui attaquaient aussi bien les Humains que les Vampires. Un moment, on avait placardé un portrait de leur chef et meneur dans tout Konoha. Sabaku no Gaara, si je me souvenais bien. Un homme dont le visage était resté gravé dans ma mémoire, et s’associait immanquablement aux mots psychopathe et glacial chaque fois que je les pensais. Je soupçonnais Tenten d’avoir nourri une passion secrète pour lui – sans rires, elle rougissait chaque fois qu’elle passait devant un de ses portraits.

Les cheveux rouges, les yeux vert turquoise, cernés d’un noir tellement épais qu’on aurait dit qu’il s’était maquillé, un symbole inconnu tatoué au dessus d’un de ses sourcils minces. Son regard absent m’avait terrifié, et je l’imaginais sans peine découper les femmes en deux comme on disait qu’il le faisait.

Mais en cet instant, il ne paraissait pas aussi terrifiant que cette porte…peut-être parce que la porte était en face de moi et que Suna était à trois jours de marche, non, de course.

- Saku. fit soudain Tenten, le visage soudain crispé.

- Hein ? fis-je bêtement.

Comme je tournai la tête, un long crissement retentit. La porte d’argent tournait sur ses gonds.

Un silence quasi religieux s’abattit sur la foule. Autour de moi, les visages des gens étaient tendus, les yeux brillants.

Puis, le premier garde apparut, portant une sorte de long poteau en bois verni noir, surmonté d’un disque d’asphalte dans lequel se distinguait un éventail rubis et argent : le symbole des Uchiha.

- mate un peu l’uniforme. chuchota Tenten, en dévisageant les lourds vêtements bleu argent du garde. On voit bien que les vamp’ se soucient pas de la température.

- Tenten…fis-je, alarmée.

Mais personne n’eut le loisir de l’entendre.

Dès que Le symbole des Uchiha apparut, une véritable explosion de joie parcourut la foule. Les gens hurlaient, criaient fidélité aux sauveurs qui avaient remis le monde sur pied après la Quatrième Grande Guerre. Les jeunes filles hurlaient des prenez moi assourdissants.

Je jetai un regard dégoûté à Tenten.

C’était vraiment…ignoble. J’eus la vision de mes parents se consumant dans un bûcher, et ma haine s’embrasa comme une torche.

- Vive les Uchiha ! hurla soudain Tenten à ma gauche.

- Hein ?

Je n’en revenais pas. Je me tournais vers elle, totalement ahurie.

- Qu’est ce qui…commençai-je.

« Ne te fais pas remarquer, Saku. » dit-elle rapidement dans ma tête.

- Houuuu, vive les Uchiha ! se remit-elle à hurler en se dandinant sur place. Vive la plus grande famille du monde !

Derrière nous, une vieille femme éclata en sanglots. Entre deux hoquets, je l’entendis murmurer le mot monstre. Mon cœur se serra, mais je me mis à agiter des palmes en hurlant des vivats.

Chaque mot m’écorchait la gorge, mais il y avait tellement de bruit que je ne m’entendais plus. Grâce au ciel.

Il faudrait que je me lave la bouche au savon. Mieux, à l’eau de javel.

La procession passait lentement devant nous. Après le portail du symbole des Uchiha, deux porteurs s’étaient avancés, portant l’aigle des Vampires. Puis, quatre splendides palanquins apparurent. L’un d’eux était particulièrement large et somptueux. Des rideaux de soie argentée dissimulaient l’occupant à la foule. Pourtant, je n’eus aucun doute.

C’était le seul palanquin bleu.

Les autres étaient blanc, rouge et vert.

Et le bleu était la couleur des Uchiha.

Sasuke Uchiha. Ma cible. Celui que je devais abattre.

Je regardai Tenten, elle me regarda.

C’était lui.

Des gardes apparurent, en deux rangs bien nets, l’épée sortie, brillante bout de leur bras tendus en diagonale. Au milieu du rectangle qu’il délimitait, trois hommes s’avançaient à cheval.

Je reconnus sans peine l’un d’entre eux : une peau crayeuse, du mascara violet, des yeux fourbes…le conseiller de l’Hokage, celui qui présidait aux exécutions prioritaires. Orochimaru, surnommé le Serpent.

Il avait la mine sûre de lui, le regard avide. Son regard vert – je me souviens pas de la couleur des yeux de Orosnake, mais si c’est pas vert, je corrigerais plus tard -  parcourut la foule. Et il s’arrêta sur moi et Tenten.

Quand je sentis son regard se poser sur moi, je sentis ma gorge se crisper violemment, et mes mains se serrèrent sur les palmes. Le cheval du serpent avançait lentement, et je sentais toujours le poids de son regard sur moi.

Je n’osais même plus penser.

Je continuai à agiter mes palmes mécaniquement, mais plus aucun son ne franchit mes lèvres. En désespoir de cause, je fixai mes yeux sur le palanquin bleu qui continuait son chemin vers le rocher des Hokage.

- Saku ! murmura Tenten, au même moment où le poids du regard d’Orochimaru quittait mes épaules.

Je levai les yeux, et vit Orochimaru échanger quelques mots avec un autre homme, qu je n’avais pas remarqué. Grand, fin et musclé, il tenait nonchalamment les rênes de son cheval dans ses mains gantées. Sa coiffure me fit penser à un ananas, en légèrement affaissée. Il avait un visage fin et séduisant, quoique passablement endormi. Ses yeux délivraient un visage clair : Je m’ennuie, Dieu que je m’ennuie.

Le regard brun de l’homme se posa sur moi, et il haussa les épaules.

- C’est un humain. chuchota Tenten.

- je sais.

Un sale collabo, un monstre, qui ne méritait pas le statut d’humain.

- Wouh, vive Konoha ! cria soudain une voix surexcitée.

Le troisième homme agitait la main vers la foule avec emphase. Légèrement en retrait, sa monture était moins parée que celle des deux hommes.

Tout d’abord, je ne vis que ses horribles vêtements orange vif. Puis, je vis ses cheveux blonds en bataille, son visage angélique, ses grands yeux bleu vif et débordant d’énergie.

Pour tout dire, les gens énergiques m’épuisent.

Mais ce collabo humain me parut…très sympathique. Il avait un sourire large, incroyablement heureux.

- Naruto, silence. soupira l’homme à la coiffe ananas.

Mais le dénommé Naruto continua à saluer, toujours aussi souriant.

« Saku, où ils sont ? » fit la voix de Tenten dans ma tête.

En effet, la procession continuait son chemin vers le rocher des Hokage où Uchiha rendrait hommage à ses ancêtres, et aucune sélection n’avait été faite.

Soudain, comme la procession disparaissait à l’est, un contact contre son bras me fit sursauter. À côté de moi, Tenten eut la même réaction.

Nous nous trouvâmes face à des hommes en capuche malgré la chaleur, avec des masques d’animaux sur le visage.

Les ANBU, les forces d’élite des Vampires.

Un instant, je fus sur le point de céder à la panique en hurlant. Si j’avais été découverte, si on savait, si…

- Vous avez été choisie par les Honorables pour la Sélection Interne au Palais. dirent-ils en chœur. Veuillez nous suivre.

Pas de voudriez vous nous suivre ? Ce n’était pas une demande, mais un ordre.

Un instant, je fus tentée de dire non, mais ma mission s’imposa à moi. Je baissai les yeux, essayant de feindre ainsi une vive émotion. Mais Tenten alla plus loin.

- Oh ouiiiiiiii ! gloussa t-elle. C’est tellement…merveilleux !

- Suivez nous. reprit l’un des ANBU.

- Mais nos affaires…commençai-je.

Mais mon ANBU me tira sans ménagement dans la foule, qui nous regardait avec des yeux ronds. J’aperçus que plusieurs jeunes étaient ainsi emmenés – et que les poufiasses en blousons tombaient des nues. Seule l’une d’entre elles avaient été choisie.

- Ici.

Les ANBU nous jetèrent dans une sorte de roulotte discrète, à l’abri des regards. Mon cœur battait la chamade, et je regardai sans cesse autour de moi. Tenten avait cessé son babillage stupide, et semblait très pâle.

- Sakura…gémit-elle, à l’instant même où les portes de la roulotte se refermaient.

Ce fut le noir total.

J’eus aussitôt l’impression de suffoquer, et je m’accrochai au bras de Tenten. Dans mon lycée, je passais pour une dure à cuire, une tête de mule, à la limite du supportable. Je me demandais vaguement ce que diraient mes amis si ils me voyaient, mais seule importait la sensation du bras de Tenten, sa gentillesse et sa chaleur.

La roulotte s’ébranla, et je sentis mes yeux me picoter.

Fort heureusement, autour de moi, des sanglots aigus éclatèrent, des ils m’ont choisie, des youpi. Je pus donc me laisser aller sans honte.

Tenten me passa le bras autour de la nuque, et se mit à pleurer aussi.

- merci, hoquetai-je entre deux reniflements. Merci d’être là.

- Idiote. soupira t-elle, son front contre le mien. Ah, y a de la place, sur ce front.

Je pouffai de rire, et fit semblant de la repousser.

J’étais enchantée qu’elle soit là. Maintenant, nous allions à la sélection. Alors…esclave de sang, ou esclave sexuelle ?

 

Tadadam ! Les choses sérieuses commencent enfin – sans blagues, on espères, en tous cas.

En cas de déception, excuses très plates et révérences basses…lâchez vos coms’.

PS : j’aime bien Zelos, le perso de Slayers, et je me dis qu’il ferait bien dans l’ensemble…hein ?

COMS’ !!! – c’est pas un ordre, mais ça y ressemble bien.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales