Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 175 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 107 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1721 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Sous la Lune Rouge Auteur: Llevann Vue: 73807
[Publiée le: 2008-01-05]    [Mise à Jour: 2010-04-12]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Surnaturel Commentaires : 285
Description:
Apres la Quatrieme Guerre Mondiale, les Vampires regnent sur Konoha. Haruno Sakura et Hatake Tenten entrent dans la résistance - et se voient assigner une premiere mission totalement inattendue ( et completement suicidaire) : assassiner l'Hokage.

Nouveau Chapitre : "Tandava".
Crédits:
Personnages issus de Naruto de Kishimoto.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

La mission

[2239 mots]
Publié le: 2008-01-05Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

I

 

Les sirènes sifflaient au-dessus de ma tête, aussi menaçante chacune qu’une armée de gorgones malintentionnées.

Vérifiant pour la énième fois que mon foulard cachait correctement mes cheveux roses, je me dirigeai en courant presque vers le vieil arrêt de tramway tout délabré.

- Bon sang, marmonnai-je en fouillant dans la poche de ma veste.

Pas la moindre pièce.

C’était bien mon jour de chance. Il faudrait frauder.

Un filet de sueur coula dans mon dos, en partie à cause du chauffage excessif sous le dôme, mais surtout à cause des battements désordonnés de mon cœur.

Il faudrait frauder. Ce n’était pas la première fois que je le ferais. Cependant aujourd’hui était un jour spécial…d’où tout ce brillant étalage de nervosité.

- Bon sang, qu’est ce qu’il y a ?marmonna une vieille assise sur un banc, un matou pouilleux sur ses genoux.

- Z’ont probablement attrapé un rebelle. soupira son voisin, le regard dans le vide.

Il y eut un moment de silence.

- Pauvre type. marmonna l’homme.

Tous ceux qui attendaient le tramway lui jetèrent un regard en biais. Bien que tous partagent son point de vue, rares étaient ceux qui osaient le formuler à voix haute.

Pauvre type.

Les Vampires ne faisaient pas de cadeaux aux rebelles.

En temps normal, j’aurais dû me tourner vers l’homme et lui jetai un regard curieux, comme tout le monde. Mais aujourd’hui était un jour spécial.

Je glissai ma main dans la poche de ma veste, et caressai le bout de tissu qui s’y trouvait.

Un foulard de cou.

- Tu t’assoies sur le rebord de la fontaine, et tu le mets, m’avait dit le rebelle que j’avais rencontré une semaine plus tôt. C’est grâce à ça qu’il te reconnaîtra.

Les rebelles.

Toute mon enfance, j’avais rêvé de faire partie de cette bande courageuse qui luttait contre l’oppression de Vampires, sans se soucier des exécutions atroces dont ils faisaient l’objet. J’en avais rêvé…depuis le jour où j’ai vu mes parents brûler dans un bûcher.

Le grincement atroce du tramway me sortit de mes pensées.

Et voilà, il faudrait frauder.

Je vérifiai encore une fois que mon foulard était en place, et je m’avançai vers le banc.

- C’est pas prudent, ça, petite. murmura la vieille, en me jetant un regard injecté de sang.

Si j’étais déjà repérée…

- Pas avec ce boucan. ajouta t-elle, alors que le sifflement des sirènes s’intensifiait.

- Je…commençai-je, totalement déboussolée.

Je me sentais bête. En fait, j’étais probablement bête. Oublier son fric le jour le plus important de sa vie…

La vieille glissa une main dans sa poche, et me glissa un ticket raidi.

- Pas la peine de remercier, fit-elle, avec un petit rire, alors que mes yeux émeraude s’écarquillaient. Ce serait dommage que les intendants remontent une aussi jolie jupette, hein ?

Jolie jupette ?

Je baissai les yeux sur ma longue jupe informe – ma plus belle jupe, repassée chaque samedi avec amour par Tenten que le nombre de taches sur mes vêtements effarait.

Quand je relevai les yeux, la vieille était déjà à bord du vieux tramway.

Je n’hésitai qu’une seconde – on n’a jamais vu à Konoha un tram attendre qui que ce soit. Je compostai mon billet, et m’adossai contre une vieille barre rouillée.

Je n’étais pas habituée à ce genre de gentillesse – à part peut-être Tenten et son père…mais ils étaient très spéciaux.

Encore plus spéciaux que moi, c’était tout dire…plus spéciaux que la fille de deux nécromanciens.

Comme le mot interdit traversait mes pensées, le tram passa devant un immense espace dallé, agrémenté d’une sorte de fosse et de trois potences silencieuses, menaçantes.

L’espace d’exécutions 2.

Ce n’était pas là que mes parents avaient perdu la vie…non, les nécromanciens méritaient que le monde entier visse leur souffrance.

Ma mâchoire se crispa, et je baissai la tête.

Les Humains normaux ont toujours eu peur des nécromanciens. Mais les Vampires les détestaient…et pour cause. Les Vampires avaient beau ne pas être ce qu’on dit d’eux – des morts-vivants – ils sont plus liés à la mort et à la terre que les Humains. Et donc, les Nécromanciens exercent sur eux un certain pouvoir.

Oh, il faut être surdoué pour exercer un grand pouvoir sur les Vampires nobles, mais ils ne sont pas du genre à accepter que quiconque ait le moindre pouvoir sur eux.

Deux semaines après mes cinq ans, les Nécromanciens avaient été appelés par l’hokage, le gouverneur vampire de Konoha, à mettre leur pouvoir au service des Vampires pour améliorer les conditions de vie des Humains.

Au début, les Nécromanciens s’étaient montrés méfiants. Mais les Vampires étaient loin d’être stupides…avec les quelques uns qui avaient répondu favorablement à l’appel lancé, ils s’étaient vraiment attelés à améliorer les conditions de vie des humains de Konoha et de Suna :les impôts avaient été baissés, des hôpitaux construits…et mes parents avaient fini par se faire prendre au rêve. Eux aussi s’étaient enregistrés sur les listes de l’Etat, eux aussi avaient collaboré…et eux aussi avaient été victimes des mensonges des Vampires.

Quatre ans après le lancement de l’opération, tous les Nécromanciens enregistrés et leurs familles proches avaient été arrêtés et exécutées sur la grande place de Konoha, au centre de la ville. Brûlés vifs ou décapités. Certains avaient même été écartelés…j’avais eu la vie sauve parce que mes parents n’avaient pas voulu que je profite des avantages dévolus aux enfants et aux apprentis nécromanciens : ils ne m’avaient marqué sur aucun registre, et je m’étais installée chez une amie.

Voir vos parents brûler vivants vous changeait pour toujours.

Ce jour-là, j’avais juré de faire chuter tous les kage du monde.

Soudain, une voix froide et neutre emplit le tram, me faisant tressaillir.

- Tous les Humains présents dans la zone A sont priés de se rendre aux postes de police les plus proches. La zone est bouclée, et les autorités annoncent que toute tentative pour essayer de se soustraire aux contrôles sera considéré comme une tentative de haute trahison et punie en conséquence.

Je sentis mon sang se glacer, alors qu’un silence de mort s’abattait dans le tram.

« Ils courent après un rebelle, c’est sûr. » me dis-je, en triturant son foulard.

Et je ferais partie d’eux d’un moment à un autre…ma gorge se noua, et je baissai les yeux.

Mon enthousiasme se mêlait à une peur presque panique. On pouvait dire que les atroces exécutions publiques exigées par les Vampires avaient porté leurs fruits…

Tant pis, me dis-je.

Tant pis. Je n’avais pas fait tout ce chemin pour rien.

- La Place des Hokage. annonça finalement une vieille voix usée, douce et désuète.

Sans un regard pour ce rocher que je haïssais, je me glissai hors du tram, remontai rapidement la rampe.

Quand je vis les trois officiers postés à l’entrée de la Place, mon cœur bondit alors même qu’il n’aurait pas dû. Je passai souvent par là. Et j’avais mes papiers.

Je me mis en rang et attendis patiemment mon tour, les yeux rivés sur la boue qui s’accrochait aux semelles de mes chaussures.

Je savais très bien ce qu’il y avait devant moi – le rocher représentant les visages de tous les Vampires qui avaient régné sur Konoha depuis la Guerre. Tous appartenaient à la même famille – la famille qui dirigeait tous les Vampires, partout dans le monde.

Ce fut enfin mon tour, et je tendis ma carte d’identité avec un sourire tremblant.

Haruno Sakura, numéro 34667, professeur de musique au lycée 433.

Le garde passa la carte dans une machine pour vérifier son authenticité, et me la tendit.

Sans un mot, je la glissai dans le revers de ma veste et traversai la porte gardée.

Autrefois, la simple idée que tous mes mouvements étaient ainsi suivis me rendait malade. Mais plus aujourd’hui.

Maintenant que je me tenais sur la place du rendez-vous, la peur laissa la place à l’enthousiasme.

Enfin.

Après tout ce temps, toutes ces recherches…j’étais prête à atteindre le but que j’avais fixé à mon existence. Résister.

Je traversai la place bondée, m’efforçant d’ignorer les délicieux effluves de nourriture qui flottaient dans l’air. Je n’avais pas pris de petit déjeuner depuis des lustres – depuis que j’avais quitté les marais et le père de Tenten.

Je sortis le foulard d’une main tremblante, et le nouai autour de mon cou, avant de m’asseoir sur le rebord de la fontaine centrale.

Voilà, c’était fait.

Je sentais mon cœur cogner désespérément contre ma poitrine. J’y étais…enfin.

Les minutes s’égrenèrent lentement, alors que je résistai à l’envie de regarder autour de moi.

Mais où était-il ? Bon sang.

Je jetai un bref coup d’œil à ma montre, et déglutis difficilement. J’étais là depuis trente minutes…bon sang !

- Vous devez cuire avec cette veste. fit soudain une voix rauque, au-dessus de ma tête.

Je sursautai, et levai rapidement les yeux.

Devant moi se tenait une sorte de gros bébé rose et joufflu, avec des favoris jaunes et un nez en bec d’oiseau.

- Pardon ? fis-je, en essayant de dissimuler ma déception.

Trop gras pour être un rebelle.

Mais où était-il ?

- Et cet horrible foulard sur vos cheveux roses ! soupira l’homme, en s’asseyant à côté de moi.

Mon cœur bondit dans ma poitrine.

Mes cheveux roses. Comment savait-il que mes cheveux étaient roses ? Je caressai machinalement mon vieux foulard – et mon voisin inopiné gloussa.

- Qui êtes vous ? chuchotai-je, en regardant rapidement autour de nous.

Les autres personnes assises sur le rebord de la fontaine étaient tous en train de discuter, et ce à voix très haute.

Ouf.

- À qui appartient ce corps ? fit le joufflu. Je ne sais pas. Vous êtes Haruno Sakura.

Je hochai la tête.

En cet instant, mon cœur cognait si fort que je me dis que c’était un miracle qu’il ne jaillisse pas de ma poitrine.

- Et vous ? soufflai-je.

- Peu importe. fit le joufflu. Vous n’avez pas besoin de savoir mon nom.

- Et ce corps…ce corps…

Le joufflu gloussa, et haussa les épaules.

- Ce n’est pas un cadavre. fit-il.

- mais vous êtes…

Je laissai ma phrase en suspens. Il comprendrait. Seul un Nécromancien pouvait contrôler quelqu’un d’autre de cette façon.

Et un bon Nécromancien…

- En effet. fit l’homme, d’une voix neutre. Mais peu importe. Haruno Sakura, nous avons reçu des informations selon lesquelles vous vouliez vous joindre à nous.

J’essayai de hocher la tête, sans succès. Qu’allait-il me dire ? Que je ne pouvais pas ?

- Je suis prête à tout. dis-je d’une voix tremblante. Je…

- Ça, je sais. coupa t-il. Vos parents ont dû mourir la semaine du quatre août non ? Le désir de vengeance. Nous connaissons tous ça.

L’homme enfonça sa main dans son sac à dos, et me tendit une cannette, que je pris sans réfléchir.

- Vous êtes jeune. dit-il. Et les rebelles ne font pas de vieux os.

- je sais. dis-je.

Je n’étais pas prête d’oublier les sirènes qui me réveillaient au beau milieu de la nuit…

- mais vous voulez participer. dit-il, en décapsulant sa cannette. C’est louable.

Il avala une longue gorgée, le regard perdu dans la foule.

Je baissai les yeux sur la cannette de coca. Il y avait une éternité que je n’en avais pas bu…et je n’avais pas envie d’en boire.

- Vous…commençai-je.

- J’aurai une mission pour vous, mais elle est dangereuse. coupa t-il. Même pour un nécromant.

Mon cœur fit une embardée titanesque.

Une mission. Dangereuse. Mais une mission.

- Vous…vous m’acceptez ? murmurai-je.

J’en avais presque les larmes aux yeux.

- Nous vous donnons une mission, mais ne vous emballez pas. fit-il. Si vous refusez, oubliez cette entrevue. nous ne prenons pas de gamins comme soldats.

Je sentis le regard qu’il me lança en biais. Mais mes yeux restèrent résolument rivés sur la cannette.

- Qu’est ce que c’est ? demandai-je finalement.

Je le vis sourire.

- Dans trois jours, dit-il lentement.

Je sursautai, la cannette tomba de mes mains et roula sur le pavé. Dans trois jours ?

Il avait dit dans trois jours ?

Comme tout le monde dans la ville, je savais ce qu’il y avait dans trois jours. Le Rassemblement annuel.

Les Vampires de la cour choisiraient parmi les volontaires – et enlèveraient certains parmi les non volontaires – pour devenir leur garde manger et leurs harems. Des amants et des Mordus – ceux qui donnaient volontairement de leur sang aux Vamp’.

- Oui, dans trois jours. dit-il, en ramassant la cannette. Présentez vous à trois heures en face de la Porte du Sud. Nous nous arrangerons pour que vous soyez sélectionnée parmi la foule.

- Sé…lectionnée ? hoquetai-je. Pour…quoi ?

- Pour devenir soit une mordue, soit pour faire partie du harem d’un noble. Si vous ne faites pas partie de ceux choisis pour devenir les amants des Vampires, nous nous arrangerons pour que vous deveniez une Mordue du Vampire que nous visons.

Il eut un sourire.

- Q…qui ? chuchotai-je.

Oh mon Dieu, faite que…faîte que je sois en train de me gourer, que cette intuition…

- Regardez. murmura t-il. Le rocher.

Mon cou pivota lentement, et mes yeux se rivèrent sur le dernier visage du Rocher des Hokage. Comme les quatre derniers, l’Hokage en place était toujours vivant. Et donc, on ne voyait pas son visage : une espèce de cape de pierre cachait ses traits, qui seraient modelés après sa mort.

Mais je connaissais son nom.

Je le connaissais.

- Votre but, dit-il lentement, si vous l’acceptez, sera d’assassiner Uchiha Sasuke.

 

Bon, bon, bon.

C’est fini pour today…

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales