Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1729 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Six Teens
[Histoire Terminée]
Auteur: Lorely Vue: 11041
[Publiée le: 2016-12-31]    [Mise à Jour: 2017-06-25]
13+  Signaler Romance/Amitié/Tranche de vie/Univers alternatif/Psychologique Commentaires : 78
Description:
Hinata Hyûga est morte alors qu'elle n'avait que vingt ans. On l'a assassiné, c'est certain mais la police manque de preuves. Pour cela elle interroge les suspects; les meilleurs amis d'Hinata.
Pour comprendre ce qui s'est passé cette nuit-là, ils retracent leur histoire à travers leurs témoignages. Seulement les versions divergent, parfois sur seulement un détail, et l'enquête n'avance pas aussi vite que prévu.

Six Teens c'est l'entremêlement de six histoires racontées à cinq voix. Impossible de faire autrement car, comment pourraient-ils faire parler une morte?

Crédits:
Personnages appartenant à Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

« Je dirais même qu'on est insixparables. »

[3869 mots]
Publié le: 2017-01-22Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)



CHAPITRE TROIS

« JE DIRAIS MEME QU'ON EST INSIXPARABLES. »






DOSSIER NUMERO 010125

Séance du 06/09/2016 15:01-16:08

Capitaine Orochimaru YAMAGUCHI, Lieutenant Jiraya GAMMA, de la brigade du Commissaire Hiruzen SARUTOBI.

Docteur Tsunade SENJU.


Remarque(s) : Suspect.


Retranscription de la première séance.



On passe une mauvaise journée là, non ? Voire une mauvaise semaine. J'ai pas beaucoup dormi là. Je carbure au tabac et au café. Noir, sans sucre. J'en bois toutes les heures, et je fume ma petite clope aussi. Je me ruine les poumons, me grille le cerveau, me détruisl'esprit, mais sinon oui, ça va, merci d'avoir posé la question.

Putain de merde.

J'étais pas hyper-proche d'Hinata, surtout par rapport aux autres. Je crois que je me suis jamais retrouvé seul avec elle, tiens. Parce que déjà, elle était super copine avec Sakura et Temari, et puis à partir du moment où elle et Naruto ont fini ensemble j'avais de moins en moins l'occasion d'être seul avec elle. Et je ne l'aurais pas voulu, je crois. Parce que elle est … enfin était super sympa, super gentille, super intelligente et super belle. Et moi, déjà de base je me sens pas à l'aise dans mes baskets, mais à côté d'elle je me sentais super con.

On a toujours été très liés tous les six. J'ai rencontré Sasuke au collège, alors que je traînais déjà avec Juugo et Karin depuis un ou deux ans. Juugo c'était un type grand et gros. Il avait des épaules si larges que j'avais toujours l'impression que sa tête s'enfonçait dans son torse. Il paraissait disproportionné. Mais c'était le type le plus gentil que j'ai jamais rencontré ! C'est pour ça qu'on s'est jamais vraiment perdu de vue lui et moi. On se revoit de temps en temps parce qu'on va à salle ensemble.

Je parlais avec une gonzesse aussi ; Karin. C'est la cousine de Naruto et à l'époque ils ne s'entendaient pas très bien, je ne sais plus pourquoi et je m'en cogne. Aujourd'hui ça va mieux entre eux, ce qui fait que des fois, on se la farcit. Karin je dirais qu'elle est forte. Mais pas dans le sens elle a une mentalité de combattante, ou alors qu'elle est grosse. Non, je veux dire qu'elle parle fort, elle rit fort et elle tape fort. Alors voilà not' topo ; j'étais en quatrième et je traînais depuis deux ans avec un type très grand mais très gentil et la nana la plus chiante de l'univers. Alors quand Sasuke a débarqué, loin de son meilleur ami – ennemi de Karin – ça a été une bouffée d'air frais. Il était classe, enfin, pour l'époque. Il avait cette petite mèche noire sur son front qu'il accrochait des fois avec une barrette tête de mort, et il lui arrivait de glisser un trait noir sous ses yeux. Il mettait des vestes en cuir et des t-shirt avec des noms de groupes rock comme les Guns ou les Stones alors qu'il ne les écoutait même pas. Moi j'étais un fan, je lui ai fait découvrir Smells Like Teen Spirit et même les moins connues mais non moins vibrantes comme Where did you sleep last Night.

Pourquoi je vous raconte tout ça moi déjà ?

Ha oui ; nous six. Alors en troisième je me suis retrouvé loin de Karin et de Juugo pour la première fois depuis deux ans. Alors on s'est perdu de vue, un peu. Et j'ai été dans la même classe que Sasuke et son meilleur ami. Et là, pour un projet d'art plastique, on a fait la connaissances des filles. Et depuis on est inséparables, je dirais même qu'on est insixparables, si vous voyez ce que je veux dire.


[il rit]


Bref, bref, bref... C'était quoi votre question déjà ? Celle après « quelle était votre relation avec Hinata Hyûga ? ».


[CAPITAINE OROCHIMARU : Savez-vous qui pourrait avoir un mobile , qui aurait pu assassiner mademoiselle Hinata Hyûga ? Vos deux amis, Monsieur Naruto Uzumaki et Mademoiselle Temari Sabaku No, ont commencé à raconter vos problèmes de groupe lors de la période de Noël. Si vous pourriez nous apporter plus de matière à ce sujet, ou du moins des éléments qui pourraient faire progresser notre enquête.]


Ouais, on avait tous un mobile. Moi et Naruto on a pas trop d'argent, même si Naruto sortait avec alors ça annule l'idée d'en vouloir à son pognon. Quoique il pouvait l'épouser et elle aurait malencontreusement eu un accident dans les escaliers.

Sakura était jalouse d'elle.

Sasuke voulait se venger.

Temari était en froid avec elle.

On avait tous un mobile pour la tuer mais personne ne l'aurait fait. Vous savez pourquoi ? Parce qu'on l'aimait. On l'aimait si fort. On l'aimait tellement que s'en était douloureux. A mon avis vous perdez votre temps. D'accord, tout était verrouillé et il n'y avait aucunes traces d'un individu extérieur, et ce n'est clairement pas un suicide, mais je pense que vous devriez creuser. Vraiment.

Bref. C'était quoi la suite de votre question ? Ha oui, la période de Noël. Vous vouliez plus de matière. Si vous voulez j'ai du tissu.


[il rit encore]


Ça va, riez un peu.

C'est sûr qu'à partir du moment où je me suis casé avec Sakura, ça n'a pas été la fête. En fait c'était un jeudi matin. On avait parlé avec Sakura, Sasuke et Tem. On s'était entendu d'annuler à la dernière minute notre petite pause café quotidienne pour laisser Naruto et Hinata seuls. On se donnait du mal pour les caser ensemble ces deux-là, je vous jure.

J'avais passé une nuit blanche. Je ne sais plus si c'était une insomnie, ou si j'avais pas su décrocher d'un jeu. Ou même d'une série. Et j'étais à tenter de mentir sur mon visage pour que ce manque de sommeil ne soit pas flagrant quand mon portable se mit à vibrer. Deux fois. J'avais deux messages. Le premier était de Sakura. Un truc qui disait... Qui disait quoi ?


« J'ai besoin de quelqu'un. Pas forcément de toi, mais je sais que tu vas accourir. S'il te plaît. »


Elle m'a renvoyé un autre message juste après. Un truc qui puait l'urgence. Elle me précisait qu'elle était déjà au lycée, et même qu'elle était devant le gymnase.

Alors j'ai enfilé mes plus belles chaussettes ; les vertes avec des motifs répétés de sapins rouges et j'ai foncé. Je l'ai retrouvé frigorifiée de l'intérieur. On lui avait gelé le cœur.

Elle se frottait les mains, ses mains qui tenaient dans des moufles roses au visage de lapin, et son souffle devenait de la buée. Elle était abritée sous le... Comment ça s'appelle ? Vous voyez y'a le toit du gymnase, et avec la gouttière et tout le reste, il déborde un peu ce toit. Et bien elle était là.

Quand elle m'a vue, elle s'est réfugiée dans mes bras. J'avais sa tête tout contre mon torse, et franchement c'était bizarre. Je suis plutôt tactile comme gars, mais plutôt dans le sens j'aime bien la bagarre, pas les marques d'amour et de niaiseries.

Suigetsu, s'il te plaît, pour une fois pas de railleries...

C'est ce qu'elle m'a dit de sa petite voix aiguë.

T'inquiète, je suis là.

Elle pleurait vraiment fort. Alors je l'ai serré encore plus fort dans mes bras. Sa peau était devenue un fragile cristal, et moi je me transformais en bouillotte pour la réchauffer. Ne vous méprenez pas, mon but c'était pas de la faire fondre.

Elle a reniflé contre mon manteau et j'ai pas pu m'en empêcher ;

Je sais que vous trouvez que je me fringue mal, mais de là à prendre mon manteau pour un mouchoir...

Elle a rigolé.

Et si tu m'expliquais ce qui n'allait pas ?

On s'est assis par terre, les fesses sur le bitume glacé. J'ai sorti une cigarette et je lui en ai proposé une qu'elle a refusé. De toute façon, elle n'a jamais vraiment fumé la petite Sakura. Elle en prend une juste quand on en lui propose, ou quand il y a l'effet de groupe. Elle ne supporte pas de ne pas faire comme nous, elle est trop dépendante de ce qu'on est.

Du coup sa voix s'est mise à craquer, un peu le même craquement que lorsque l'on marche sur un étang gelé et qu'un de nos pas est plus lourd que les autres.

Je suis rentrée avec Sasuke hier...

J'ai senti le truc venir à des kilomètres.

Qu'est-ce qu'il t'as dit ou fait ce con ? N'oublie pas qu'il a deux de tens'. Des fois il dit des trucs, mais il oublie qu'il n'y a pas que les poings qui peuvent nous saigner.

Elle a secoué la tête.

Je le sais très bien qu'il est maladroit. Non, cette fois c'est moi qui ait été trop loin. On était l'un contre l'autre. On buvait des chocolats chauds. Tu sais, ceux avec des chamallow. Et on regardait les Indestructibles sur son ordinateur. Vraiment, c'était super. Alors tu me connais, j'ai tendance à être un peu trop sensible et je me suis laissée aller en posant ma tête contre son épaule.

Et ?

Et il a tourné la sienne. Sa joue était posée contre mon front. On se cherchait du regard.

Il devait y avoir une de ces tensions...

Je te le fais pas dire. Et parce qu'il y avait cette ambiance justement … Je...

Elle s'est mordue la lèvre.

Je lui ai dit que je l'aimais, a-t-elle conclu.

Je l'aurais frappé. Je me suis levé précipitamment mais sa main menue m'a attrapé la manche et ce bête geste m'a empêché de m'emporter. Parce qu'elle me retenait, elle faisait barrière à la colère.

S'il te plaît, je n'ai pas besoin qu'on me fasse la leçon. Je sais très bien que j'aurais dû me taire mais tu comprends je... Ça fait tellement mal d'aimer, d'aimer d'une telle puissance, et de devoir contenir cette tornade de sentiments en soi. Je voulais lui dire, à tout prix. Même si il allait me rejeter, même si il allait me tuer, même si il allait être gêné. J'en pouvais plus parce que cette tornade, Suigetsu, elle laissait des dégâts sur son passage.

Elle m'a dit tout cela en retenant ses larmes. Sakura ne retenait jamais ses larmes. Elle pleurait tout le temps, au contraire. A cet instant, je ne l'ai jamais perçu aussi forte. J'avais toujours cru que c'était une bonne copine à protéger, une pauvre petite demoiselle en détresse qui se contente d'attendre son prince charmant. Pour le coup, là, avec ses yeux un peu verts, elle était cette princesse perdue mais elle n'attendait pas. Elle n'attendait plus. Elle avait tué son prince.

Alors je me suis de nouveau assis à côté d'elle, un peu touché en fait. Et elle a posé sa tête contre mon épaule. J'ai enroulé ses épaules de mon bras pour l'approcher.

Il s'est passé quoi après ?

Tu le devines... Il y a eu une petite gêne. Il m'a laissé une chance de me rattraper mais je n'avais pas envie de continuer de me taire. Je lui ai répété que je l'aimais. Et il m'a froidement demandé de partir. C'est ce que j'ai fais.

Tu regrettes ?

Non. Parce que pour la première fois j'ai arrêté de subir. J'ai agis. Étrangement... J'ai l'impression de m'être endurcie. Même si j'ai l'impression d'avoir un couteau dans le cœur que je n'arrive pas à déloger.

Tu dois beaucoup saigner.

J'ai reposé ma tête contre la sienne. Et j'ai repris l'idée de ma dernière phrase.

Je suis pas médecin ou infirmier, j'ai pas un brevet de secourisme non plus. Mais je sais mettre un pansement.

On s'est détaché l'un de l'autre tout en gardant une certaine proximité.

Et je l'ai embrassé.


Je n'étais pas amoureux de Sakura. Je la trouvais jolie parfois. Je ne parle pas des fois où elle se maquillait, ou quand elle débarquait au lycée avec une coiffure travaillée. Non, je parle des fois où elle riait franchement, où elle répondait à mes piques, où elle était juste elle en tout sincérité. Et à ce moment-là, celui juste avant que je ne l'embrasse, elle était non seulement pleinement elle-même mais en plus c'était une nouvelle Sakura. Une Sakura forte, une Sakura qui se prenait en main, qui arrêtait de suivre le mouvement. Et putain ça m'avait plu.

Mais, je plaide coupable, c'était une grosse, grosse, grosse erreur.

Je reviens dessus plus tard.


[Il se prend la tête entre ses mains. Jurons marmonnés, donc incompréhensibles. Puis silence.]


Mais elle aurait pu me prévenir Sakura ! Parce que franchement... J'pense que j'ai vraiment juste été un remplaçant, un quelqu'un en attendant. Ouais, j'ai été une salle d'attente. Elle a profité de ma sensibilité pour m'appâter. Oui c'est surprenant mais je suis un gars sensible. Je pleure devant les films émouvants, d'ailleurs j'ai dix-huit ans et je ne me suis toujours pas remis de la mort de la maman de Bambi. Je n'hésite jamais à aider mes amis, surtout si ils versent des larmes brillantes. Je suis sensible et trop gentil. Et elle en a profité, Sakura.

Vous ne devez rien piger à mon charabia.

Le truc c'est qu'après s'être embrassé, on s'est levé. Et elle a mis sa main dans la mienne, et moi je pensais qu'on était juste dans une ambiance, que ce baiser c'était comme un câlin mais un peu plus poussé. Je lui ai juste donné ce qu'elle aurait voulu de Sasuke, un quelque chose pour combler un peu le vide dans le creux de son cœur. Alors se tenir la main, pour moi, c'était juste un petit geste comme ça, sans plus.

Sensible, trop gentil, et un tantinet con, j'vous le cache pas.

On était toujours comme ça quand on a rejoint Temari et Sasuke devant les grilles du lycée. Sasuke a haussé les sourcils, et il a eu l'air sacrément hautain. Si son regard avait pu parler, il aurait dit quelque chose comme : « sérieusement ? Vous êtes sérieusement en train de faire cette connerie-la? ». Temari, elle, elle s'est contentée de nous juger en silence avant d'articuler un son ;

Il se passe un truc qu'on a pas capté ?

Et moi j'ai ouvert la bouche, pour me justifier, pour dire que je comprenais pas leur réaction, qu'on était juste un pote aidant une autre amie. Mais Sakura m'a devancé.

Oui, Suigetsu et moi on sort ensemble.

Et là je ne vous dis pas le bordel.

Le bordel dans ma tête.

Le bordel dans leur tête.

Le bordel dans nos poitrine.

Le bordel dans nos petites vies de misère.

J'ai regardé Sakura avec des yeux ronds et elle a pressé plus fort ma main dans la sienne. Sasuke ne disait rien. Il ne disait rien mais qu'est-ce qu'il était bruyant. Tout son corps entier parlait ! Son regard, ancré profondément sur nos mains liés, était froid, glacé, profond. Il était le masque qu'il revêtait quand ça n'allait pas, et qu'il n'avait pas envie de montrer ses sentiments. Mais ses bras croisés devant lui étaient une barrière face à la réalité, et son pied qui tapotait le trottoir criait, criait de colère. Tout sa rage descendait de son visage pour couler le long de ses veines et exploser dans ses petits tapotements irrités.

Temari, elle, elle a roulé des yeux. Et elle a dit ce qu'elle pensait, comme d'habitude ;

Pourquoi ?

Elle a levé les sourcils, et elle nous dévisageait comme si on était ses enfants, et qu'elle était une mère ultra-catho et qu'on lui annonçait... Je sais pas... Qu'on se reconvertissait. On suivait pas la direction qu'elle nous avait indiqué, elle ça la frustrait.

Pourquoi les gens sortent ensemble ?

Lui a répondu Sakura.

Temari a levé les bras avant de les laisser retomber dans un claquement contre ses cuisses. Clac.

Parce qu'ils s'aiment. Parce qu'ils se plaisent. Mais aussi par intérêt. Pour de l'argent, par exemple.

Et bien on se plaît, voilà.

Mais... Mais n'importe quoi, vous ne vous plaisez pas du tout. Tu es Suigetsu Hôzuki (là elle a pointé son index sur mon torse, on aurait vraiment dit que c'était ma mère et qu'elle m'engueulait), tu es indépendant, tu ne sortirais jamais avec quelqu'un parce que ça te fais chier, sauf si tu es raide dingue de cette personne. Et toi (là son doigt accusa Sakura), toi tu es Sakura Haruno et tu n'as pas envie de sortir avec Suigetsu parce que tu es amoureuse de Sa-

Mais tu vas te taire ?!

Sakura avait lâché ma main.

Je ne vois pas de quoi tu parles !

Elle a parlé plus fort, aussi.

Temari l'a alors regardé, puis elle m'a regardé moi, puis Sasuke. Puis tout en sortant une cigarette, elle a dit ;

Oh, et puis faites comme vous voulez.

Et voilà, on avait déçu notre maman.


Et ça a été comme ça toute la semaine.

J'avais demandé à Sakura pourquoi elle avait dit qu'on sortait ensemble, et elle m'avait répondu que je lui plaisais vraiment, qu'elle voulait se concentrer sur cette étincelle plutôt que sur le feu brûlant qu'elle ressentait envers Sasuke. Elle m'a aussi demandé si ça me dérangeait. J'ai dit oui. Alors elle s'est mise à chialer, et j'ai fini par dire non.

Et toute la semaine Temari nous parlait froidement. Elle ne nous ignorait pas, ne nous « faisait pas la gueule », mais elle nous faisait bien comprendre que c'était immature et que notre relation ne rimait à rien.

Sasuke était devenu Ariel, et cette garce d'Urusula lui avait déjà volé sa voix parce que je ne l'ai plus jamais entendu. Il traînait encore plus avec Naruto.

Hinata était la seule qui nous souriait, nous encourageait. J'ai même surpris une conversation entre elle et Sakura où elle disait qu'elle l'approuvait. Elle racontait un truc comme quoi Sakura se faisait du mal à aimer quelqu'un qui ne voudrait jamais d'elle, alors le fait de tourner la page c'était vraiment chouette.

Tiens, vous voyez, Hinata était la seule qui était pour cette relation. Un ange cette fille. Je vous avais dit quoi déjà pour nos potentiels mobiles ? Nos raisons de se débarrasser d'Hinata ? Moi, pour le fric et Sakura la jalousie, non ? Bah voilà, même si Sakura avait été jalouse (et bon, cette histoire de jalousie ça vient plus tard), elle aurait pas pu buter la seule amie qui l'avait soutenu dans cette histoire, non ? Et moi, j'étais le prétendu copain d'une future médecin. Elle allait me ramener de la thune Sakura, alors pourquoi tuer Hinata ?


Il nous reste encore combien de temps ? Parce que je vous avais dit que j'allais revenir sur un détail de ce que je vous ai raconté, mais je sais pas si...


[DOCTEUR TSUNADE : Il vous reste une dizaine de minutes.]


Ça va suffire. C'est pas un truc hyper-important par rapport à notre fameuse histoire, mais vous avez besoin de le savoir. Ça va être important pour plus tard. Pour la grosse explosion. Pour la jalousie, la vengeance, et tout ce qui peut vous détruire.

La veille de la fête de Noël du lycée, je suis allé chez ma copine après avoir passé la journée à faire mes achats de Noël. On avait voulu faire des Père Noël Secrets et j'avais pioché Temari. J'ai passé ma journée à chercher un cadeau pour elle. Parce que lui offrir une babiole rigolote ou juste quelque chose d'utile ça ne suffit pas. Temari il faut allier l'utile et le goût. Ça doit lui plaire, ça doit lui servir, et si c'est fait main, c'est encore mieux !

Mais me décarcasser pour faire un cadeau à quelqu'un qui s'adressait à moi juste pour être méchante, ça ne m'enchantait pas des masses. Je comptais sur la magie de l'ambiance de Noël pour me réconcilier avec elle.

Elle habitait assez loin, ma copine. Moi je vivais à deux pas du bahut et elle à l'opposé, dans les coins sombres de la ville, ceux qui craignent entre dix-huit heures et six heures du matin. J'étais fatigué à force d'avoir marché mais aussi à force d'avoir supporté la pire semaine de mon existence. Le silence de Sasuke, les piques de Temari, mon erreur mais surtout mon devoir d'aider Sakura. J'étais un peu paumé, et je le sentais que je venais de m'engouffrer dans quelque chose de naze.

J'ai sonné chez elle, essoufflé mais surtout crevé. J'avais même pas mis mes lentilles de couleur, et j'avais caché mes cheveux sous un gros bonnet. Et mon pantalon cachait mes chaussettes.

Et elle m'a ouvert la porte, et j'allais devoir encore une fois affronter mon erreur.

Mais elle portait encore une fois des chaussettes par dessus ses collants, mais là c'était des chaussettes de Noël, avec des petits pères Noël. Et ça m'a fait sourire.

Elle m'a sourit aussi.

Et je l'ai embrassé.

Il était là le problème ; ma véritable copine, je l'avais depuis trois mois. Et c'était Karin.



***


Hello !

Donc voici le chapitre de Suigetsu. Il a une façon de s'exprimer assez spéciale, non ? J'espère que ça ne dérange pas trop. J'ai essayé de le faire familier mais sans oublier qu'il faut romancer un peu, donc... Qu'est-ce que vous en dites? D'ailleurs, en général, on comprend rapidement sur quel personnage se centre le chapitre ?

J'espère que vous allez bien, on se retrouve la semaine prochaine... !

Bisouilles ♥


  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales