Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019
  • Les meutes
    animal DEBOUT
    Nb de signes : 6 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Demain
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 7 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/10/2019
  • Romans
    Plumes de Marmotte
    Nb de signes : > 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - thriller - romance - bit-lit - chick-lit - young adult - mystère - suspense
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Persona non grata, (l’indésirable)
    Revue Étherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 29/12/2019
  • Malpertuis XI
    Éditions Malpertuis
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 01/01/2020
  • No limit
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/11/2019
  • Témoin de l'Apocalypse ?
    Coeur de plumes
    Nb de signes : 4 500 - 8 000 sec
    Genre : science-fiction - libre
    Délai de soumission : 25/10/2019
  • Nature et biodiversité du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 16/02/2020
  • Femmes fortes
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/10/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : écrire la folie de son personnage au Comics Corner (2 PLACES) [ Le 27/10/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 20 octobre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (COMPLET)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Short Change Hero: Sunlight Auteur: Dante117 Vue: 5882
[Publiée le: 2012-01-31]    [Mise à Jour: 2012-10-25]
13+  Signaler Drame/Action-Aventure/Surnaturel/Amitié Commentaires : 6
Description:
« …des charlatans, des criminelles voilà ce qu'ils sont !
– Mais ils ont sauvé ces enfants dans le bus...
– Je parie que c'est eux qui ont provoqué l'accident !
– Mais ça n'a pas de sens, ce sont des héros pour les gens, des symboles pour la jeunesse...
– On connait leurs identités ?
– Les gens leurs donnent plusieurs noms, les défenseurs de la ville, les 12 vengeurs certains les nomment même les 12 ninjas mais on ne sait pas qui ils sont. Ils dissimulent leur visages...
– Tiens voilà ! Pourquoi se cacheraient-ils s'ils n'avaient rien à se reprocher ?!
– Il veulent sûrement protéger leurs proches, il ne tiennent pas à être connu...
– Ils ne veulent pas êtres populaires ! Je me charge de les rendre impopulaires.... »

Ils avaient tous un regard différent, il leur a fait partager sa vision des choses. Il menait tous un chemin différent, il s'est chargé de leur faire prendre la même voie. Il étaient capables de détruire le monde, il les a menés à le protéger.
Mais ceci n'est pas l'accomplissement, leur groupe menaçait de voler en éclat à tous moment, tous ce que Naruto espérait c'est que ce jour là, il serait capable de les ramener sur le droit chemin où du moins les empêcher de tous détruire.
Pas toujours facile d'être un Super-héros, beaucoup de contraintes sans grands avantages mais pour ce qu'ils accomplissaient, il savait que ça valait le coup.


Cette histoire prend son inspiration de tout part pour créer un univers vaste et cohérent, que vous aurez la chance de découvrir au fil de ce récit.

U.A
Chapitre 11 posté !!!
Crédits:
Tous les personnage appartiennent à Masashi Kishimoto quelques références appartiennent au cinéma et aux Bd et a square enix (FF) sinon le reste est à moi (normalement)
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Soleil rouge

[5597 mots]
Publié le: 2012-10-25Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Et non je suis pas mourrut ! et un nouveau chapitre tout beau tout chaud qui sort du four, une recette maison vous allez vous régaler (bon ok j'arrête avec mes délires).

Bonne lecture

Soleil rouge...



Uzumaki Naruto n'était pas du genre à se laisser impressionner ni même déstabiliser, il savait qu'il était encore loin d'avoir tout vu dans sa vie, mais il pouvait aisément dire que ce dont il avait déjà été témoin était suffisant pour avoir forgé en lui une certaine résistance. Il avait affronté des criminelles recherchés, des créatures toutes droit sorties d'un cauchemar, il avait des pouvoirs terrifiant mais pas une seul fois il n'a été ébranler par ce genre de révélation – certes il s'était remis en question mais c'était différent – . Or quand elle lui avait avoué qu'il y avait une infime possibilité qu'elle puisse éprouver quelque chose à son égard – enfin c'est ce que c'est bégaiement répété et ses rougeurs lui avait fait comprendre – il avait été vraiment déstabilisé, si bien qu'il était partis sans dire mot. Maintenant, il marchait dans les rues de Tokyo, pensant à bien des choses et essayant d'en oublier d'autre. Il avait naïvement imaginé que lorsqu'il avait arrêté d'être justicier il n'aurait plus eu de problème, or les problèmes suivent la vie d'un homme de sa jeunesse à sa mort qu'il soit justicier ou simple citoyen, et l'adolescence et un des moments de la vie le plus problématique. Il avait besoin de calme pour mettre ses idées en clair, de se poser à un endroit où il pourrait réfléchir sans bruit, cependant ce genre de lieu était rare dans cette ville. Par chance, il en connaissait un qui était tout indiqué et il se dirigeait vers celui-ci.


Le fleuve Samada, le plus grand fleuve des environs, traversait la ville de Tokyo et la coupait en deux. En été, la chaleur est tel que le niveau de l'eau diminuait, laissant apparaître de nouveaux coins de terre nu qui rapidement se retrouvaient recouvert de verdure. Naruto marchait depuis un moment sur l'herbe recouvrant le rivage asséché depuis des jour, chacun de ses pas laissait échappé un léger bruit de crépitement. Après une longue promenade qui dura presque une heure, il s'arrêta, arrivé à destination.

Ce lieu était devenu, pour lui, un endroit de calme et de sérénité, loin de la ville et de ses nuisances, il pouvait aisément réfléchir en ce lieu. De plus, il y avait toujours une personne qui – bien malgré elle – lui portait conseil. Au loin, il la vit assise sur l'herbe le regard fixé au loin, sans doute réfléchissant au tenant et aboutissant de la nouvelle vie qui s'offrait à elle, il décida de se rapprocher. Après de nombreuses fois passer ensemble à ne jamais dire mot, il en était venu à la conclusion que leur simple présence les réconfortait mutuellement, cependant, la fierté de cette femme empêchait qu'elle en vienne à cette même conclusion. Il ne fut qu'à quelques mètres quand elle s’aperçut de sa présence, elle le gratifia de son plus beau regard noir. Arrivé à son niveau, il la salua et sans attendre la moindre réponse, il s'assit à ses côté. Dix minutes passèrent avant qu'elle ne daigne lui adresser la parole :

« Qu'est-ce que tu fous là ?... dit-elle d'une voix faible qui trahissait sa fatigue.

Je sentais que tu avais besoin de moi donc je suis venu. » Mentit-il.

Le fait qu'elle ne révéla même pas sa remarque l'alerta, elle était d'habitude plus énergique et ne manquait aucune occasion de se moquer de lui ou de l'insulter. Ses cheveux rouge dansaient à la légère brise qui s'était levé. Ses yeux noirs fixant toujours un point dans l'horizon, elle écarta un mèche qui lui barrai le visage, un tic plus qu'un réel sentiment de gène car la mèche revenait toujours. Elle était habillé d'un simple t shirt blanc recouvert par un sweater beige, elle porté un pantalon noir et des converses mauves ce qui fit tilter Naruto.

« Je vois que tu les portes. » dit-il satisfait.

Elle le regarda, il crut voir un instant, son imagination peut-être, comme une grimace qui ne lui ressemblait pas, un sourire. Ce fut prompt et elle repris sa mine renfrogné :

« Idiot... »


Il restèrent assis l'un à côté de l'autre toute l'après-midi, chacun se réconfortant avec la présence de l'autre. Aucun ne parla, seul le bruit de la ville, amené par un vent d'ouest troublait ce silence d'or. Il se souvint quand ils s'étaient rencontrés, cela remontait à deux mois alors qu'il remplissait son rôle de héros local. Il était tombé sur elle dans un parc, elle se faisait battre par un étrange individu qui semblait la connaître. Il avait réussi à fuir l'agresseur et l'avait sauvé, cependant, elle ne lui avait jamais exprimer la moindre gratitude, enfin pas directement mais il s'en fichait. Non le plus dérangeant était qu'il avait échoué à toute ses tentatives pour en savoir un peu plus sur la situation dans laquelle elle se trouvait, elle se réfugiait dans un mutisme éloquent dès qu'il tentait la moindre approche.


Quand les derniers rayons du soleil moururent sous l'horizon, la jeune fille au cheveux rouge décida qu'il était l'heure de s'en aller. Naruto, toujours assis, tourna sa tête vers elle :

« Tayuya...

Quoi ?! » Dit-elle passablement énervé.

Il ne savait pas bien par quoi commencé :

« Je sais que c'est pas facile, si t'as besoin....

Je t'arrête de suite triple andouille ! C'est pas moi qui ait le plus besoin de parler, alors arrête de faire genre t'es venu pour moi »

Il baissa la tête honteux, il avait agit comme un idiot encore. Tayuya était beaucoup trop intelligente et franche pour se laisser berner. Il se leva sans osez croiser son regard près à partir dans la direction opposé.

« J'ai faim, commença t-elle, elle attendit qu'il se retourne pour continuer. Paye moi un repas dans ce resto dégueulasse, après on verra... »Elle semblait avoir repris de l'aplomb par rapport à toute à l'heure.

Il compris ce que resto dégueulasse désignait, ce fameux restaurant, son préféré où il l'avait amenée la première fois.


Ichiraku Ramen, un des nombreux restaurant de ramens que comptait la capital. C'était un lieu très simple, pas très grand mais très chaleureux. Le restaurant était plus que spécialisé dans les ramens, le chef et gérant Teuchi Ichiraku en avait fait un véritable art gastronomique, au grand plaisirs de Naruto.


Ils étaient installés sur une des tables près de la vitrine donnant sur la rue, leur commandes passées, il attendirent sans un mot comme sur la rive une heure plutôt. Tayuya, accoudée sur la table, la tête soutenu par la main regardait par delà la fenêtre. Il était presque vingt heure, la salle pouvant accueillir près de cinquante personnes était rempli à cette heure-ci, surtout par des collègue revenant de leur travail mais aussi de famille venant passer un moment convivial, l'enseigne était très réputée :

« Alors ? » Tayuya lui posa cette question sans daigner le regarder.

Le blond en face ne savait pas quoi dire, devait-il se confier ? Ce n'était pas son genre, c'était ses problèmes, il était inutile d'embêter quelqu'un d'autre avec.

« J'ai regarder un super truc à la télé hier soir et... » il ne put finir sa phrase avant de s'en prendre une grosse mandale sur la tête. Son visage rencontra violemment le bois dur de la table. Il n'avait pas autant mal qu'on aurait pu le croire, il avait l'habitude et pas seulement avec elle, il était entouré de femme violente et ayant un sale caractère, sauf peut-être une, elle et sa douceur contrastait magnifiquement bien avec les brutes qui l'entourait. Elle et sa chevelure couleur nuit, son teint porcelaine....

« C'est une fille, c'est ça ? »

Il écarquilla les yeux, comment avait-elle su ? Avait-elle la capacité de lire dans ses pensées, il ne pouvait être sur de rien avec elle. Les expériences mené sur sa personne avait peut-être provoquer l'apparition de pouvoir inexplicable, extraordinaire. Était-elle capable de déplacer les choses par la pensé, de soumettre quelqu'un à sa volonté de...

« Imbécile ! J'ai juste connu des mecs amoureux, et ils avaient tous le même regards. »

Il se demanda bien qui étaient ces personnes... en fait non, il n'avait pas envie de savoir si c'était ce qu'il pensait.

Qu'avait-elle dit déjà ? Amoureux... Il n'était pas amoureux, il était juste troublé et il ne savait pas comment réagir.

« Ça se voit comme le nez au milieu de la figure, alors quoi, tu t'es fait rembarrer ? »

Si c'était aussi simple...

« C'est toi qui la rembarré ? »

Techniquement non.

« Me dit pas que tu t'es tiré sans lui donner de réponse. »

Naruto hocha la tête. Il vit sur son visage une expression qu'il ne savait pas chez elle, elle paraissait outrée. Cette fois-ci, la servante arrivant avec leur commande lui sauva in-extremis d'une autre mandale.

Il mangèrent en silence, dégustant leur succulent ramens.

« Qu'est-ce que tu vas faire ? La jeune femme s'était un peu calmée enfin elle faisait mine que c'était le cas.

Je sais pas... »

Elle se pencha d'un coup manquant de renverser son bol de nouille. Elle le saisit par le col :

« Écoute moi tête de gland !! tu vas la voir lui présenter des excuse pour ton attitude de gamin et lui dire ce que tu ressens ! Je suis clair !! »

Devant une Tayuya en furie avec son regard courroucé il ne put que hocher la tête, elle était vraiment effrayante quand elle était comme ça. Lors de cette explication musclé, la plus part des client se retournèrent vers eux. Après de plates excuse, il finirent rapidement et payèrent leur addition. Avant de quitter les lieux, Naruto rassura Teuchi, le vieux cuisinier se préoccupait beaucoup du sort de blond. Lui et sa fille appréciait beaucoup l'adolescent toujours de bonne humeur, gentil, et serviable ; il lui avait proposait de nombreuse fois d'habiter avec eux mais il avait toujours refuser prétextant ne pas vouloir être une gêne. En réalité, il avait peur pour leur sécurité.

Le lycéen et la jeune femme se retrouvèrent dans la rue. La nuit était chaude, chose normale pour ce mois de juillet. Il marchèrent encore une fois sans dire un mot, le silence entre eux était tellement habituel que c'était devenu comme une conversation entre deux amis, quelque chose de banal mais aussi de réconfortant.

« Tayu... j'ai ptet' des problème mais toi aussi et ça se voit, il prit un ton compatissant. Qu'est-ce qu'il t'arrive ? »

Naruto n'était pas un fin observateur, alors pour qu'il remarque son malaise, cela devait être vraiment alarmant. Elle fixa le ciel, la voûte sans étoile se remémorant sa vie d’antan, une vie dont elle éprouvait de la honte. Son regard mélancolique s'attarda sur la voûte sans étoile.


« Ils m'ont retrouvée... »




Il y a deux mois (à quatre ou cinq jour près), le 29 avril 2012.


Cette nuit là, le ciel était voilé par de sombre nuage qui cachait la lune pleine et les étoiles brillantes. Un courant d'air froid s'était élevé dans les rues étonnement calme de la ville. En cette Golden Week, il était normal que les gens se fassent rare dans les rues de la capital, cependant même si beaucoup partaient les plus anciens auraient pu témoigner qu'il n'avait jamais vu cela depuis au moins 50 ans, c'était comme-ci au fond d'eux les individus savaient qu'il ne pourrait plus profiter de vrai vacances avant un long moment.


Depuis combien de temps courait-elle déjà ? Elle ne savait pas trop concentrée à essayer d'éviter les obstacles sur son chemin et à ne pas se laisser submerger par la douleur que provoquait sa jambe blessée. Elle jeta une rapide coup d’œil derrière elle et ne vit rien, elle ne s'arrêta pas pour autant, elle savait qu'il était là ; il l'a suivait depuis le début et il attendait le moindre moment de faiblesse de sa part pour frapper. Elle ne savait pas où aller, tous ce qu'elle savait c'était qu'elle était dans les rues du quartier Shinjuku, elle reconnaissait les gratte-ciels.

Il choisit son moment et frappa. Seul ses réflexes lui permirent de survivre. Elle se jeta sur le côté et elle sentit l'air ondulé près de sa tête. Ce n'est que lorsqu'elle remarqua le projectile planté dans le bitume là où elle se trouver une seconde plutôt qu'elle réalisa avoir échapper de peu à la mort. Cela ressemblait à une genre de flèche fait dans une substance dorée qu'elle reconnu immédiatement. Elle stoppa ses tergiversions et repris sa course effréné, elle vérifia encore une fois si le paquet dans sa veste était toujours là. Une autre flèche se planta sur le mur d'un immeuble près d'elle. Une autre qui brisa un lampadaire en deux avant de finir sa course dans une maison. Encore une qui atterrit entre ses pieds. Toutefois, aucune ne la dévirent de sa trajectoire. Elle maugréa, elle savait qu'il jouait avec elle, il adorait jouer avec ses victimes avant de les tuer, voir l’impuissance dans leurs yeux avant de rendre l'âme. Il n'était pas sadique, juste accro au jeu.

Son attention dirigé sur les flèches qui se plantait tout autour d'elle, elle ne vit que trop tard le piège qu'il lui avait tendu. Un fil de soie, pratiquement invisible, posé à même le sol se referma sur son pied et la souleva d'un mètres, la tête à l'envers.

Elle se démena pour se défaire de l'étreinte du fil mais rien ni fit, il était aussi résistant que de l'acier.

Des bruits de pas résonnèrent dans la rue déserte, elle distinguait non loin devant elle une ombre qui se rapprochait de plus en plus, elle se débattit plus ardemment, elle n'avait rien à porter de main et même si ça avait été le cas elle savait qu'elle n'aurait rien pu faire, à sa connaissance rien ne pouvait trancher ces fils. Elle étudia plus attentivement le piège, c'était une sorte de collet, elle le savait, c'était son piège favoris ; celui-ci était relié à un crochet, sûrement fait dans la même substance que celle des flèches, planté dans le mur de l'immeuble adjacent. Elle en déduit qu'il avait activée le piège manuellement, il devait don se trouver au bout du fil qui la maintenant, si elle pouvait se débattre suffisamment pour que le crochet tombe... :

« Pfff, tu me déçois beaucoup, je pensais qu'on était dans la même équipe, commença la personne qui se tenait dans l'ombre non loin d'elle. Tu aurais pu au moins nous donner plus de fil à retordre. »

Il avança dans la lumière.

Il avait un collier de perles rouge autour du cou et il portait un habit de couleur beige à manche longue agrémenté d'une ceinture violette, ainsi qu'un pantalon noir et des bottes de même couleur renforcé, au tibia par des plaques de fers. De taille moyenne, il avait les cheveux d'un violet très pâle, ses yeux noirs regardait sa victime et ses lèvres marqué par un rouge à lèvre violet formait un rictus de contentement. Un détaille était troublant chez lui, on pouvait distinguer derrière sa tête une touffe de cheveux détaché des siens comme si une autre tête reposait dans son dos :

« Sakon... alors comme ça, il vous a tous envoyé... »


Une seconde personne s'avança derrière le désigné Sakon. Il était grand dans les 1m90 et imposant de par sa corpulence. Il portait des habits similaire à son coéquipier, sauf que son habit était à manches courtes. Enfin, ses cheveux roux était séparés en trois, une crête et de touffes sur les côtés.

« Jirôbô... je ne méritais pas autant d'attention

Tu nous as trahit ! Tu as trahit ton maître ! » Lui répondit le dénommé Jirôbô. Il allait continuer quand un mouvement de main de Sakon le fit taire.


« Si vous essayait de me ramener, je vous préviens de suite, ce n'est pas la peine j'ai prit ma décision...

Le chef du groupe hocha la tête.

Tu n'y es pas, il n'y a pas de rédemption pour les traîtres. Nous devons seulement nous assurer que certains secrets se promène dans la nature.... Jirôbô ? Fait ça vite et sans bruit. »


Le roux s'avança tout en se craquant les doigts. La fille tenta une dernière chose, elle fit jouer son corps pour se balancer, elle voulais attraper le lampadaire qui lui offrirait une prise idéal pour se dégager. Le grand costaud l'attrapa par les bras pour la maîtriser l'arrêtant dans son mouvement de balancier. Alors qu'elle se débattait toujours, il la prit par le cou tout en exerçant une pression suffisante pour empêcher l'air d'atteindre ses poumons, il l'étranglait.

L'air se fit plus rare, et ses paupière lourde ; elle avait de plus en plus de mal à réfléchir. Elle vit cependant sa solution, à la ceinture de Jirôbô trônait un Kunai, c'était une arme ancestral dont ce servait les ninjas de l'ancienne époque, c'était aussi un équipement de base pour l'équipe dont elle faisait anciennement partie. Il n'était qu'à quelques centimètres d'elle il lui suffisait de tendre la main mais elle n'avait plus la force de rien faire...


« Et vous que faite vous là !! »


Les deux se retournèrent vers le nouvelle arrivant. D'après l'uniforme qu'il portait, il devait s’agir d'un agent de police. Quand il vit la personne qui se tenait la tête a l'envers et qui se faisait vraisemblablement séquestré, il appela tout de suite des renforts à l'aide de la radio qui se trouvait sur son épaule.


« Je demande des renforts au … du quartier de Shinjuku... commença l'agent.

Kidômaru !! hurla Sakon à l'adresse du dernier membre du groupe cacher dans l'ombre.

Celui-ci s’exécuta presque immédiatement et une flèche fila à travers la nuit et se ficha dans le corps malheureux de l'agent de police qui faisait son devoir.


Elle devait sûrement avoir un ange gardien qui veillait sur elle, la pression se faisant moins forte sur son cou, elle en profita et donna un violent coup de boule à Jirôbô. Ce dernier, sous la surprise lâcha sa prise. Elle ne perdit pas de temps, attrapa le Kunai et lança. L'impact détacha le crochet dans le mur et la libéra de son emprise. Elle profita de sa chute pour faire une magnifique prise catch au roux qui se tenait toujours dans la même position. Sa tête vint caresser le sol avec dureté.

Elle défit l'emprise de ses jambes sur le cou de son adversaire et s'enfuit dans une ruelle annexe alors que Sakon qui était partit voir le cadavre du policier revenait.


Des gyrophare bleu et rouge éclairèrent bientôt la rue, trois voiture de police arrivaient. Il n'était pas un problème pour le trio mais cela allait leur faire perdre un temps précieux.

« Kidômaru ne la perd pas des yeux !!! » ordonna t-il avant de ce placer face aux agents qui descendaient de leur voiture en braquant leur armes vers eux.

Un sourire de dément s'étira sur les lèvre de l'homme aux deux têtes, signe que la vie de ces nombreux hommes et femmes, père et mère de famille pour la plus part, allait s'achever durant cette nuit.


Elle était désormais dans un des parc de la ville. Les arbres et la verdure étaient seulement éclairés par quelques lampadaires disséminés. Elle prit le risque de se poser sur un banc. Elle examina sa jambe gauche, le bandage qu'elle s'était fait était rougis par le sang de sa plaies, elle ressentait de moins en moins de sensation.

Elle ferma les yeux, profitant du calme et de la quiétude du moment, c'était sûrement la dernière chose qu'elle pourrait profiter ; elle savait qu'elle allait mourir ici, elle s'était résigné à cela depuis le jours où elle avait fuit, il y a de cela plusieurs mois. Tous ce qu'elle voulait c'était pouvoir ce recueillir une dernière fois sur leur tombes mais à quoi bon elle allait les rejoindre de toute façon. Non, ce qu'elle aurait vraiment aimé c'est revoir sa sœur une dernière fois même si elle ne la connaissait pas peut-être qu'elles auraient pu passer du temps ensemble.

Elle chassa rapidement ses espoirs et ses rêves, elle avait fait tous cela pour elle, la voir l'aurait mise en danger inutilement.


Elle entendit un bruit dans l'arbre derrière elle, ils avaient pris leur temps.


Il ne lui fallut qu'une fraction de seconde pour réagir. Elle se projeta en avant pour éviter le piège de toile qui allait s’abattre sur elle. Après s'être relevé, elle sortit un objet noir et cylindrique équipé d'une goupille. Elle se savait condamner mais elle refusait de partir sans combattre:


« Kidômaru ! Sort de ta cachette ! Tu as assez joué !

Je ne reçois pas d'ordre de toi ! Et il me reste encore un peu de temps avant que les autres n'arrivent, on peut donc en profiter. »


Elle possédait une faculté d'écoute incomparable, elle pouvait connaître la position d'un individu rien qu'au son de sa voix, de plus il lui avait enseigner une chose importante, il était tout seul. Ses chances de les neutraliser avant de mourir augmentaient. Bien qu'elle n'ait ni sa flûte ni aucune arme avec – sauf le cadeau qu'elle allait garder pour plus tard – elle restait tout de même une combattante et elle savait que Kidômaru la sous-estimait. Une flèche dorée sortit des feuilles d'un arbre derrière elle. Elle esquiva mais pas assez et elle se planta dans son omoplate gauche. La force du coup l'a fit poser les genoux à terre. Elle retint de toutes ses forces un cri de douleur, elle ne lui laisserait pas le plaisirs d'entendre sa souffrance. Elle garda le regard fixé au sol se tenant l'épaule d'une main, de l'autre elle serrait l'objet qu'elle avait depuis le début, la jeune femme attendait le bon moment pour frapper.


« A un époque, tu étais crainte. Même moi, je l'avoue, je n'aurais pas voulu me retrouver face à face avec toi. »

Elle entendait sa voix se rapprocher, ainsi que les bruits de ses pas.

« Mais finalement, tu n'es pas à la hauteur de ta réputation. »

Il était désormais en face de la rousse, elle pouvait voir ses deux bottes. Elle sentit une pointe sur son cou et elle perçut le son caractéristique d'une corde d'arc en train d'être tendue.

« Tu n'es pas aussi amusante que je ne l'aurais cru. J'aurais bien continué à joué avec toi, mais tu connais notre maître... il n'aime pas quand on le fait attendre. »


Tout ce passa très vite. Elle fit une roulade arrière, dégoupilla sa grenade et la lança à un mètre au-dessus d'elle tout en se protégeant yeux et oreille. La détonation fut accompagné d'un flash aveuglant et d'un bruit assourdissant. Kidômaru fut totalement paralysé. Après, s'être relevé, la combattante enchaîna avec un coup direct à la gorge. Elle ne pouvait plus utiliser qu'une seule main mais cela ce révélait suffisant. Alors que son adversaire tentait de reprendre sa respiration, elle lui mit un chassé dans le genoux. Continua avec un coup de genoux dans le ventre. Et finis avec un crochet du droit sur le menton qui le fit tomber à la renverse. Elle était loin d'être la plus forte au corps à corps, mais cela avait suffit à le paralyser assez longtemps, ce qui lui permettait de lui donner le coup de grâce.

Elle sortit une lame de sa botte droite, c'était un petit couteau, pas très résistant mais suffisant pour donner des coups fatals à des endroits sensibles. Elle se rapprocha de lui et même si sa vue était de plus en plus brouillée et ses gestes moins précis – elle pensait que cela était due à sa perte de sang – elle continua et s'accroupit pour se mettre au niveau de l'homme à terre qui étrangement souriait :

« Je vais mettre un terme à tout ça pour essayer d'effacer les crimes que l'on a commis...

Le seul crime commis a été ta trahison ! »cracha t-il


Soudain ses jambes lâchèrent et elle tomba à la renverse. Elle tenta de se rattraper à l'aide de ses mains mais elle refusèrent de bouger. Son visage frappa lourdement le sol. Elle sentit un liquide chaud qui s'écoulait de son front.

Kidômaru se releva et, vérifiant que personne n'allait les déranger, sortit un scalpel de sa sacoche arrière. La jeune femme réussit après un intense effort à tourner sa tête sur le côté dans l'espoir d'observer ce que faisait son ancien coéquipier, elle déchanta quant elle vit la lame aiguisé à quelques centimètres de ses yeux.

« Tu vois... je ne t'ai pas autant sous-estimée que tu le croyais. 'ai pris cette petite précaution en enduisant mes flèches de venin d'araignée. Maintenant, je vais reprendre ce qui appartient à notre maître ! »

Elle savait ce qu'il allait faire et la peur lui coupa la respiration. Le poison qui la paralysait lui empêchait tout mouvement toutefois elle réussi, non sans un grand effort, à fermer les yeux. Elle sentit la lame froide contre son épaule, la où résidait la puissance que lui avait accordé son ancien maître, cette malédiction qui la rongeait de l'intérieur depuis maintenant une dizaine d'année. Finalement, elle allait en être débarrassé une bonne fois pour toute même si elle redoutait la douleur qu'elle subirait. La lame traversa les premières couche de chair comme si ce n'était que du beurre, même si elle avait pu crier elle ne l'aurait pas fait, elle ne lui aurait pas donné ce plaisir. Alors que le scalpel commençait son travail chirurgical, elle sentit un courant d'air froid mais agréable. C'était comme si le vent venait lui caresser le visage et cela lui donna un sentiment de réconfort inouï, c'était quelque chose qu'elle n'avait jamais ressentit de toute sa vie. La caresse d'une mère réconfortant son enfant en lui disant que tout ira en s'arrangeant. Elle ne remarqua que maintenant que la douleur au niveau de son épaule s'était estompé et que la lame n'était plus là. Quand elle ouvrit les yeux, les choses avait changées. À la place de son coéquipier se trouvais désormais une silhouette noire, elle ne pouvait pas très bien la décrire de son point de vue mais c'était vraisemblablement un homme. Ce fut la dernière chose qu'elle vit avant de perdre totalement connaissance.


Naruto se tenait à l’affût. Son adversaire savait bien se dissimuler, si bien qu'il lui était impossible de prévoir son prochain coup. Il avait réussi à lui porter le premier coup grâce à l'effet de surprise. Le corps de la jeune femme au cheveux rouge reposait contre un arbre dans son dos, elle était blessé mais pas mortellement.

Les seules choses qu'il savait était qu'elle était en danger et que l'individu qui l'avait attaqué faisait partie d'un groupe qui avait déjà assassiné un nombre conséquent de personnes sans que personnes ne réussissent à leur mettre la main dessus étant donné que ceux qui avait essayer n'étaient plus là pour en parler. D'après ses informations, elles valaient ce qu'elle valaient, ils étaient quatre. Il en conclut que les 3 autres membres ne devraient pas tarder à le rejoindre et il espérait qu'il serait partis bien avant car honnêtement il ne se sentait pas de taille de les affronter.

Les broussailles derrière lui s'agitèrent. Il réussit au dernier moment à dévier le projectile avec son épée. Il esquiva le deuxième d'un pas de côté et il lança son épée avant que l'archer ait le temps de recharger. Il n'entendit plus rien. Il rappela son épée à l'aide de sa pensée mais à son grand étonnement elle ne vint pas.

« Arrête de te cacher et vient te battre face à moi ! »

Toujours aucun bruit.

« Quoi ?! T'as peur ?! Allez arrête de te cacher »

Le combat à longue distance n'était pas sa spécialité, il n'avait aucune arme pour cela. Il avait l'espoir que ses provocations attire son adversaire à se battre au corps à corps mais rien ni fit.

Ce n'est que trop tard qu'il vit l'immense toile d'araignée s'abattre sur lui ne le laissant aucune chance. Il se retrouva empêtré dans ce piège de fils de soie collants, incapable de bouger. Il tenta encore une fois de récupérer son arme mais elle refusait de bouger. Il vit un homme s'approcher, il avait la particularité de posséder trois pairs de bras :

« Ah te voilà enfin, je commençais à trouver le temps long !

Qui es-tu ?

Je suis ce qu'on pourrai appeler un héros, enfin je débute c'est encore en construction.

Tu connais Tayuya ? Que t'a t-elle dit à notre propos ? Tout en l’interrogeant il décrivait des cercles autour du cocon de soie qui emprisonnait le héros.

Qui ?... as tu veux parler de la fille, non je la connais pas plus que cela. Tous ce que je sais à propos de vous c'est que vous avez tué beaucoup de monde et que vous devez payer pour ces crimes.

Ce n'est pas des crimes, ils méritaient ce qui leur ait arrivé. Tu n'es pas apte à juger nos actions. J'aurai bien voulu jouer avec toi mais je n'ai pas le temps, tu auras la chance de connaître une mort rapide !

Trop gentil. Avant que je meure j'aurais une question... c'est pas trop dur pour trouver une position confortable pour dormir ? »

Kidômaru ne releva la pique et brandit une flèche dorée dans l'attention de trancher la gorge de son prisonnier. Prisonnier qui dans une action désespéré lui cracha au visage, plus précisément dans l’œil. Surpris, il tituba, laissant le temps à Naruto de tenter une dernière chose. Il appela son épée mentalement de toute ses forces et finalement il l'a sentit arriver.

« Et ! L'homme insecte, ça te dirais de venir ici ! » l'homme araignée se reprit et émit un grognement de colère avant de lever son arme dans l'attention de donner le coup le plus puissant possible pour être sur de faire cesser ces moqueries.

« Aaaaargh !!! » L'un des six bras de Kidômaru tomba sur le sol coupé au niveau de l'avant bras par une épée. L'arme se ficha dans le cocon qui retenait le blond et y fit une ouverture qui lui permit de s'échapper. Il récupéra rapidement le rousse et s'en alla avant que son adversaire qui tenait son bras meurtris ne tente une nouvelle attaque.

Elle sortit lentement de sa torpeur. Les premiers rayons du soleil apparurent, il coloraient le ciel d'une belle couleur rouge orangé. Elle se redressa difficilement à l'aide de ses mains et remarqua qu'elle était allongée sur un long manteau noir posé à même le sol. Il ne lui fallut que quelques secondes pour se rappeler ce qu'il s'était passé la poursuite à travers la ville, l'attaque de Kidômaru et cet homme habillé de noir... Sa tête décrivit des gestes vif de tout côté et elle l'aperçut. Il était assis en tailleur sur le bord, le fleuve coulant devant lui, il semblait réfléchir. Elle se leva totalement et se dirigea vers lui, elle remarqua qu'il était blond. Alors qu'elle ne se trouvait qu'à quelques pas de lui, il commença à parler :

« Ton nom c'est Tayuya, c'est ça ? »

Les gargouillement de son ventre se chargèrent de répondre à sa place, elle tenta de la faire terre avec sa main mais le son était déjà sortie. Pour la première fois depuis longtemps elle était gênée...

Il se releva et elle put voir son visage, avec ce sourire éclatant qui lui fit chaud au cœur :

« Aller vient, je connais un super endroit où on peut manger ! »













Commentaire de l'auteur Bon pour ceux qui sont arrivés jusqu'ici, déjà félicitation et merci d'avoir lut le chapitre ( à moins que vous aimez simplement allez un bas des pages sans en lire le contenu, dans ces cas là je peux plus rien pour vous). Le prochain chapitre devrait (je dis bien devrait car je suis surchargé en ce moment) arriver fin novembre et il réserve beaucoup d'action et une grande avancé dans l'intrigue (parce que j'avoue on piétine un peu). A bientôt!!! (et n'hésitez pas à laisser un ptit com)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales