Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Imaginaire
    Seven Edition
    Nb de signes : 80 000 - 500 000 sec
    Genre : horreur - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Confinement
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - récit de vie - réaliste - humour
    Délai de soumission : 08/05/2020
  • L'Indé Panda 9
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 500 - 6 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/04/2020
  • L'Ampoule n°7
    Éditions de l’Abat-Jour
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : atypique - étrange - noir
    Délai de soumission : 10/05/2020
  • Mauvais goût
    Bigornette
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2020
  • Prix Zadig de la Nouvelle policière
    Éditions Exæquo
    Nb de signes : 65 000 - 130 000 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 12/07/2020
  • Littératures de l'imaginaire
    Tirage de têtes
    Nb de signes : 2 000 - 20 000 sec
    Genre : imaginaire - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/05/2020
  • La sauvegarde des orang-outans
    L'ivre d'histoires
    Nb de signes : 15 000 - 45 000 sec
    Genre : steampunk - science-fiction - fantasy
    Délai de soumission : 01/06/2020
  • Dimension "Marmite et microonde"
    Rivière blanche
    Nb de signes : 1 000 - 50 000 sec
    Genre : steampunk - horreur - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • Depuis plusieurs jours, la plage était déserte.
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 4 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/03/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Découvrez le manga indépendant francophone !
 par   - 1349 lectures  - Aucun commentaire

Entrez dans un tout nouveau monde, celui des auteurs de BDs et de mangas indépendants sur internet !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Sept ans après Auteur: corny94 Vue: 21917
[Publiée le: 2014-10-07]    [Mise à Jour: 2017-12-29]
13+  Signaler Romance/Drame/Univers alternatif Commentaires : 80
Description:
Hinata Hyuga est une mère célibataire de vingt-cinq ans.

Une jeune femme qui fait face avec courage aux difficultés qu'elle rencontre. Trouver un travail stable, payer ses factures, économiser pour acheter un appartement bien à elle et par dessus tout s'occuper à plein temps de son fils. Keisuke. Aussi turbulent qu'attachant.

C'est là que revient son premier amour avec à son bras, une fiancée ! Faut-il souligner que ce dernier n'est pas au courant de sa paternité ?

Couples : Classique
Crédits:
Tout appartient à Masashi Kishimoto. Excepté Keisuke qui est à moi !

<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

CHAPITRE 14

[3619 mots]
Publié le: 2016-10-13
Mis à Jour: 2016-10-13
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

 

CHAPITRE 14 :

 

 

            La nuit a été longue et sans sommeil lorsque je sors enfin du lit. Keisuke dort toujours. Il est un peu plus de 6 h du matin et il a école aujourd'hui. Je me rends dans la cuisine, le personnel est surprit de mon arrivée impromptu. Je leur explique je vais préparer le petit déjeuner pour mon fils et ils ont la gentillesse de me montrer où se trouve ce dont j'ai besoin. Puis nous nous mettons à discuter. Ils m'expliquent que depuis que mon père a rencontrer son petit-fils, il semble plus apaiser. Et que j'avais l'air d'une femme épanouie et que Keisuke est adorable malgré ses manières déplacées pour une maison telle que celle des Hyuga. Ils m'avouent aussi être au courant des visites nocturnes de mon petit ami à l'époque. Cela me ramène instantanément à la dispute de la veille.

 

Et c'est à cet instant-là que déboule Keisuke l'air tout endormis et la lèvre tremblante :

 

- J'ai fais un cauchemar ! Tu partais loin... Et papa aussi... Et j'étais tout seul !

 

Lorsqu'il éclate en sanglot, je craque littéralement et le prends dans mes bras.

 

- Je t'ai entendu au téléphone avec papa hier... Me confit-il. Tu te disputais, hein ? C'est de ma faute s'il est pas rentré ?

 

Son regard larmoyant, ses petits poings serrés sur mes épaules. Je me sentais impuissante mais il fallait lui donner des explications et je tenais à être honnête.

 

- C'est vrai que papa et moi nous nous sommes disputés. Mais ce n'est pas à cause de toi. C'est moi qui ai eu tord cette fois-ci.

- Pourquoi ? Tu es ma maman, tu peux pas avoir tord ! Me dit-il comme si c'était impossible.

- Et pourtant ça arrive. J'ai peur de l'avenir, je doute et c'est pour ça que c'est compliqué d'être adulte. Nous avons pleins de choix et nous sommes toujours effrayés de faire le mauvais.

- Mais, si tu l'aimes et que papa t'aime, il y pas de mauvais choix ! Affirme-t-il.

- La vérité sort de la bouche des enfants.

 

Je sursaute. Mon père est appuyé contre l'encadrement de la porte, les bras croisés.

 

- Je vais emmener Keisuke à l'école. Va retrouver cet abru... Naruto et réconciliez-vous.

- Ne t'embêtes pas, je dois aller travailler. Je ne veux pas rater une journée de plus. J'irais le voir plus tard.

- Comme tu veux. Dit-il en haussant les épaules. Mais ce  n'est pas en retardant l'échéance que les choses vont s'améliorer. Et que tu le veuilles ou non j'emmène mon petit fils à l'école. Va te préparer tranquillement.

 

Je m'exécute tout en repensant à ses paroles. J'ai tellement envie que tout s'arrange...

 

* * *

 

J'arrive au travail un peu en avance pour ne pas croiser qui que ce soit de si bonne heure. J'entre par la porte de service et fut accueilli par les bras de mon patron. Une étreinte à me couper le souffle.

 

- J'étais si inquiet... Me confit-il.

- Je n'ai été absente qu'une journée.

- Ca ne fait rien avec tous ces journalistes, j'ai eu peur qu'ils vous soient arrivés n'importe quoi.

- Mais tout va bien, je vous le promets. Je suis prête à travailler et très motivé à oublier tout ça.

- Parfait ! Zabuza ne travaille pas aujourd'hui et il gardera éloigné les gens trop curieux.

- Ce n'est pas nécessaire... Bafouillais-je.

- On ne sait jamais, ils ont déjà rodés hier mais Zabu les a dissuadé de passer la porte. Et il tient à ce qu'on te laisse tranquille. Nous t'apprécions beaucoup. Et encore plus depuis que nous avons rencontrés ton petit bonhomme et ton charmant Naruto. Vous êtes tellement mignons ensemble ! Comment ils vont avec tout ce qu'il s'est passé ?

- Keisuke ira à l'école comme d'habitude. Son grand-père l'a emmené et son professeur Iruka va expliquer la situation à la classe.

- On en rediscute plus tard. Il faut ouvrir.

 

J'acquiesce. J'ai volontairement omis de parler de Naruto, il n'a rien vu

 

* * *

 

Mise à part quelques regards indiscrets, les tentatives des journalistes d'entrer dans la boutique, d'autres qui voulaient faire des selfies, la journée c'est plutôt bien déroulé.

 

Il était temps de chercher Keisuke. Et j'ai la bonne surprise de ne pas croiser un seul journaliste en chemin. Une fois devant l'école, les autres parents ne se gêne pas pour me fixer sans la moindre discrétion. Mais ça ne change pas vraiment d'avant... Heureusement que Keisuke vient me rejoindre rapidement. Pourquoi a-t-il cette expression sur le visage ?

 

- Hey Kei-kun, ta journée ne s'est pas bien passé ?

- Non... Chuchote-t-il en cachant son visage contre mon ventre.

 

Je m'accroupis pour être à sa hauteur, ses petits bras s'enroulent autour de mon cou

 

- Les autres n'ont pas arrêtés de parler de papa et toi... Ils m'ont posés pleins de questions/

- Tu l'as dis à Iruka-sensei ?

- Je... Je ne veux pas...

 

- Mademoiselle Hyuga ? S'il vous plaît, pouvez-vous répondre à quelques questions ?

 

Un homme vient d'interrompre ce moment intime avec mon fils, sans scrupule ! Il pointe sa caméra sous mon nez et tien un portable dans son autre main. Des fois qu'il raterait quelque chose ! Je me redresse tout en essayant de calmer la tempête qui monte en moi.

 

- Ce que vous faite s'appelle du harcèlement. Fis-je le plus posément possible.

- Que pensez-vous du portrait que l'on fait de vous dans les journaux ? Poursuit-il comme si de rien n'était.

- Je pense que vous devriez nous laisser tranquille.

- Est-ce que Naruto Uzumaki est réellement le père de cet enfant ? Demande-t-il en pointant son appareil sur mon garçon.

 

Quelque chose se brise en moi, je craque.

 

- Ne vous approchez pas de lui, ne prononcez même pas son nom ! Hurlais-je en cachant Keisuke derrière moi.

 

Je sentais le regard des autres tournés vers moi. Je m'en fichais, ce type ne lâchais pas cette foutu caméra !

 

- Arrêtez ça ! Il n'a rien à voir là-dedans.

 

Mais il s'acharne avec ces questions plus insidieuses les unes que les autres. Keisuke tremblait dans mon dos, au bord des larmes. Je n'en pouvais plus...

 

- S'il vous plaît...

- Est-ce que vous comptez vivre avec Naruto ?

- Je vous en prie...

- Ne craignez vous...

- Hey, vous n'avez pas entendu la jeune dame ? S'exclame une voix. Partez d'ici !

 

Je ne connaissais pas bien la femme qui venait d'intervenir. Mise à part qu'elle venait chercher son enfant comme moi tous les jours.

 

- Nous sommes devant une école et vous perturbez nos enfants ! S'écrit une autre personne.

- Si vous continuez de la poursuivre, nous appelons la police !

 

Acculé le journalise n'eut d'autre choix que de s'enfuir. Je n'en revenais pas que tous ses parents qui m'ignoraient d'ordinaire me soit venu en aide ! Je restais bouche bée tellement longtemps que c'est Keisuke qui me sortit de ma torpeur.

 

- Maman il faut dire merci ! Dit-il en tirant sur mon t-shirt.

- Je... Oui, tu as raison. Fis-je. Je ne connais pas la plupart d'entre vous mais merci infiniment d'être intervenu. Et je m'excuse que cet homme vous ait importuné.

- Ne t'inquiète pas. S'exclame un parent.

- C'est nous qui te devons des excuses. Nous t'avons ignorés alors que tu ne le méritait pas. Nous ne faisions qu'écouter les rumeurs...

- Ce n'est pas grave... Soufflais-je émue. Je vous remercie encore une fois pour ça. Au revoir !

 

Keisuke salua tout le monde avant de prendre ma main. Nous partîmes chez Kurenai. Je l'avais appelé un peu plus tôt dans la journée pour qu'elle puisse garder mon fils et que je puisse discuter avec Naruto. J'espère seulement qu'il sera chez lui. De plus Yuhi-san à eu la gentillesse de me prêter sa voiture pour ne pas avoir à prendre le bus. Quand je me gare devant la maison après être passé à l'appartement, toutes les lumières sont éteintes. Et quand j'y rentre, il y règne un calme olympien. Sa voiture est dans le garage. Où peut-il être ? Je tente de l'appeler. Naruto décroche après deux sonneries :

 

- Naruto-kun ? Je suis chez toi...

- ...

- Hm, j'aimerais qu'on parle de ce qu'il s'est passé hier. S'il te plaît, bafouillais-je. Dis quelque chose...

- J'arrive.

 

Je m'installe dans le canapé et essais de ne pas trop analyser sa réponse. Même si elle semblait froide et distante à mes oreilles. J'attends plusieurs minutes qui me semblent des heures. Est-ce qu'il m'écoutera ? A-t-il déjà prit une décision à notre sujet ? Et s'il ne venait pas ?

 

Des clés s'insèrent dans la serrure et je me redresse. Quand est-ce que je me suis allongée ?

 

Naruto entre dans la pièce silencieusement et mon souffle se coupe. Je le vois faire un geste vers l'interrupteur, la lumière m'éblouit la seconde suivante. Ses yeux croisent les miens et il s'approche pour s'asseoir à mes côtés sur le canapé.

 

- Tu dormais ? Me demande-t-il.

- Je n'ai pas fermé l'œil la nuit dernière... Fis-je en haussant les épaules.

- Moi non plus.

- Je...

- Je...

 

Nous nous taisons avant de nous sourire l'un à l'autre.

 

- Je commence si tu veux bien ?

 

J'acquiesce fébrilement. Mes mains tremblent.

 

- Hinata... Souffle-t-il tout bas en prenant ma paume entre ses doigts. Si je t'ai parlé de cette façon hier c'est parce que j'ai été déçu. Déçu que tu veuilles baisser les bras, que tu souhaite abandonner à cause d'un article stupide dans un magazine qui l'est encore plus. Je sais que c'est en parti ma faute si nous avons été séparé mais que tu m'en pense encore capable, ça me met hors de moi... Regarde ma main tremble rien qu'à cette idée ! Je veux qu'on arrête d'être effrayé par le moindre obstacle et qu'on se soutienne. On n'est plus des ados.

- Je sais qu'on ne pourra pas être d'accord sur tout. Et que ma réaction a été excessive... Que c'est notre première dispute et que cela ne sera pas la dernière mais j'ai paniqué. J'ai toujours ce sentiment d'incertitude même si j'ai voulu affirmé le contraire devant Sakura pour faire bonne figure. J'ai peur Naruto... C'est nul je sais, reniflais-je.

- Quand tu ressens ce genre de chose, il faut me le dire. Parce que ce qui est nul c'est quand tu prends des décisions toute seule. C'est pourri même. Et ça nous fait de la peine à tous les deux.

 

J'acquiesce doucement, il a raison.

 

- Je ne le ferais plus. Et je n'aurais pas dû me faire tout un cinéma quand tu as raccroché...

 

Sans que je ne m'y attende Naruto me saisit par la taille, si bien que je me retrouve sur ses genoux. Ma tête contre son épaule et sa main posé sur ma nuque. Chaque muscle de mon corps se détend instantanément quand je sens son odeur.

 

- Je pensais que tu ne viendrais pas ce soir... Soufflais-je mes doigts s'enfonçant dans son t-shirt.

- Si ma réaction a été aussi forte c'était pour que tu comprennes Hinata. Je ne partirais pas, je ne partirais plus jamais. Je...

 

Je le fais taire d'un baiser. Son bras s'enroule autour de moi et il approfondit notre échange... Bien vite je me retrouve allongé sur le canapé, Naruto me surplombant. Je fermais les yeux pendant que ses doigts exécutaient leurs magies sur moi.

 

* * *

 

Quand je me réveille, je suis confortablement installé dans le lit. Notre lit. Naruto se trouve à mes côtés, sa main posé paresseusement sur mon ventre. Je jette un coup d'œil au réveil sans bouger et m'aperçoit qu'il est 23 h passée ! Paniquée, je me redresse mais le bras de Naruto m'encombre. J'essaie en vain de me défaire de sa prise mais il m'en empêche.

 

- Naruto-kun, il faut que je me lève... Marmonnais-je.

- Pourquoi faire ? Rétorque-t-il ses doigts effleurant mes côtes.

- Mais il faut chercher Keisuke ! Rougissais-je en me rendant compte que je ne portais rien.

- C'est déjà fais.

- Qu-quoi ? Tu t'es endormie après notre... Réconciliation. Je t'ai porté jusqu'à notre chambre et j'ai appelé Yuhi-san. Kei-kun avait l'air ravie de passer la nuit chez Atsumi et qu'on ai fait la paix. Alors dodo, maintenant.

 

J'observe mon petit ami un instant et une bouffée d'amour m'envahit. J'attrape son visage entre mes mains et l'embrasse à pleine bouche.

 

- Je t'adore ! Fort, fort, fort ! Soufflais-je heureuse.

- S'il ne faut qu'appeler Kurenai pour te mettre dans cet état, je risque de le faire très souvent. Rit l'unique amour de ma vie.

 

Il me rendit mon baiser et nous glissâmes dans les draps pour nous y perdre.

 

* * *

 

Les jours passent Naruto et moi n'avons plus peur de nous montrer en public avec notre Keisuke. Les commérages se sont enfin atténués. Et pour le moment Sakura n'a pas refait surface. Même s'il est vrai que je n'ai pas essayé d'avoir de ces nouvelles.

 

Et maintenant, enfin dans à peine trois semaines, le mariage de mon cousin et Tenten aura lieu. Je suis d'ailleurs en ce moment même dans une boutique de robe de mariée avec ma sœur ainsi que Temari. Cette dernière l'ais-je appris il y a peu est une amie proche de Tenten. Nous en sommes au premier essayage et la future mariée refuse déjà de sortir de la cabine d'essayage...

 

- Tenten, si tu choisis ta robe aujourd'hui, tu auras le droit de nous faire porter ce que bon te semble. Dit Temari.

- J'ai l'impression que je vais pleurer si je me vois dans une glace... Et vous savez que ça n'arrive jamais !

- Eh bien, on fera comme si de rien n'était si ça arrive. Rétorqua Hanabi.

- Bon... D'accord, je sors.

 

Tenten tira brusquement le rideau de la cabine et s'avança en dehors pour se dévoiler. Elle avait les yeux fermer en tenant le bas de sa robe pour ne pas tomber.

 

- Il faut quand même que tu ouvres les yeux pour voir ce que ça donne, non ? Taquinais-je.

- Je... Je sens que ça monte...

- Ouvre les yeux maintenant ou j'envoie une photo à Neji. Provoqua ma sœur.

- Ne fais pas ça !

 

Evidemment, par réflexe Tenten ouvrit les yeux. Se retrouvant face à son propre reflet. Et comme elle l'avait prévu, les larmes de crocodiles jaillirent. Attention les robinets sont ouverts !

 

- On, on...Renifle-t-elle. On dirait une vraie fille ! Ca ne me va pas du tout...

- Maintenant qu'on voit ce qu'il se cache sous ton kimono, on en doute plus. Réplique Temari sarcastique. Passons à la suivante.

 

 

La seconde n'était pas la bonne non plus, ni la troisième et encore moins la quatrième. Ce fut comme ça jusqu'à la dixième. Et pour cette dernière Tenten ne prit pas la peine de sortir de la cabine. Je me dévouais pour la rejoindre quand l'attente s'éternisa. Je la retrouvais sur le banc en combinaison avec un air désespéré peint sur son visage.

 

- Qu'est-ce qu'il y a ?

- Aucune de ses robes ne me ressemble. Je n'en mets jamais !

- Tu n'es pas obligé de changer radicalement de style même si c'est un grand évènement. C'est ton mariage, tu dois choisir quelque chose qui te plaît. Qu'est-ce qui te ferait rêvé ? Demandais-je en m'asseyant à ses côtés.

- Rien de tout ça... Répond t'elle en désignant les robes au sol. Je ne veux pas de froufrou, de brillant ou de tulle à outrance. Je ne suis même pas sûr d'avoir envie qu'elle soit blanche... J'aimerais juste quelque chose de simple qui ressemble un peu à ce que je porte d'ordinaire mais en plus jolie.

- Reste là, on s'en occupe.

 

Elle hoche la tête sans entrain pendant que je ressors de la pièce. J'explique la situation aux demoiselles d'honneurs et nous nous mettons à la recherche de la précieuse tenue. Chacune de notre côté pendant plusieurs minutes nous passons au crible tous les rayons du magasin.

 

Je m'arrêtais soudain lorsque je LA trouvais ! Elle correspondait parfaitement au goût de la future mariée. Comment la conseillère a-t-elle pu rater cette perle ? Une longue robe d'inspiration asiatique avec son col montant et légèrement fendue sur le côtés . De couleur claire avec des motifs très subtils en fil d'or et rouge. La robe n'est pas moulante mais ajusté et fluide au niveau de la jupe. Puis il y avait cette ceinture bijoux qui se nouait à l'arrière en un gros nœud dont les rubans se confondaient avec la traîne. Sans prendre la peine de choisir autre chose, je retourne à la cabine où la fiancée de mon cousin patiente toujours. 

 

- Tiens, tu essaie et tu te plaindras seulement quand tu la porteras.

 

J'appelais nos amies et nous nous réinstallions pour patienter. J'étais quasi certaine de mon choix. Enfin ça c'était jusqu'à ce que Tenten sorte une nouvelle fois entrain de pleurer.

 

- Qu'est-ce qui ne va pas cette fois ? L'interrogea Temari en lui tendant un mouchoir.

 

Elle était sublime dans cette robe. Cette dernière soulignait ses courbes de la plus jolie des façons. Suffisamment pour comprendre que Neji succombe à son charme jusqu'à la fin de ses jours et je n'exagère pas.

 

- C'est la... Bafouille-t-elle.

- C'est la couleur qui ne va pas ? Demandais-je.

- Non, c'est la...

- La longueur ? Ajouta ma sœur.

- Non ! S'écria-t-elle. Elle est parfaite. C'est celle qu'il me faut.

 

Nous stoppions nos gestes pour être sûr que nous avions bien entendu. On jeta chacune un regard appuyé sur la fiancée qui acquiesça avec vigueur. Nous nous jetions avec joie sur notre amie non sans faire attention à la robe parfaite pendant notre étreinte.

 

* * *

 

A la fin de la journée, Tenten avait choisi nos robes de demoiselles d'honneur. Toute de la même couleur mais avec une coupe adapté à chacune d'entre nous et à notre goût. Nous sommes maintenant dans un café pour décompresser après cette longue après-midi. Tout se passait pour le mieux jusqu'à ce que les filles se mettent à parler cavalier. Temari viendrait évidement avec Shikamaru. Enfin en principe, si sa flemmardise aigu ne le frappe pas soudainement et qu'il ne souhaite pas mourir dans d'atroce souffrance. Et puis à ma grande surprise ma petite sœur aussi viendrait accompagné d'un jeune homme du nom de Konohamaru. Ils ont été ensemble au lycée et se sont recroisés récemment à une compétition sportive. J'ai hâte de le rencontrer.

 

- D'ailleurs Hinata, tu viendras surement avec Naruto non ? M'interrogea Hanabi.

- Je, je crois...

- Tu penses ? Rétorque-t-elle en haussant un sourcil.

- Il y aura père et le reste de notre famille donc...

- On s'en fiche d'eux. Qu'est-ce qui t'empêche vraiment d'y aller ensemble ?

- Je ne sais pas il voudrait peut-être passer du temps avec ses amis au mariage plutôt qu'avec moi. Il ne passe pas beaucoup de temps avec eux alors...

- N'importe quoi, appelle-le et demande-lui maintenant.

- Et puis ça se trouve dans sa tête c'est évident que vous y aller ensemble qu'il n'avait pas besoin de t'en parler le connaissant...

- Je...

 

Avant que je ne puis faire le moindre geste ma sœur fouilla dans mon sac pour y trouver mon portable. Elle composa le numéro sans mon autorisation et me tendit le téléphone.

 

- Allô Hinata ?

- Naruto-kun...

- Ca va ? Tu n'es pas avec Tenten ?

- Si mais je voulais savoir si...

- Tu sais quoi ? Tu me le diras ce soir, je vais chercher Keisuke et on se retrouve chez toi vers vingt heures. J'ai quelques courses à faire avant. Je t'aime.

 

Ca déclaration manqua de me faire tomber dans les pommes. Mais en même temps, il avait raccroché avant que je ne puisse l'inviter !

 

- Pourquoi tu rougis ? Me demande Temari.

- Il t'a dit un truc cochon ?

 

Je restais muette, trop chamboulé pour ce qu'il venait de m'avouer. Naruto m'aime, il me l'a dit  pour la première fois depuis sept ans et demi !

 

A suivre...

 

Réponses aux commentaires :

 

Evaha07 : Bonjour. Si tu as bien compris, Hinata s'en veut d'apporter des problèmes à Naruto. Elle ne veut pas être une charge pour qui que ce soit. Des fanfics de Naruto sur mon compte Wattpad ? Je ne sais pas encore même s'il est vraie que j'ai commencé à en écrire une nouvelle il y a un moment. On verra bien. Bon courage pour les révisions. Et a bientôt ! :)

 

Retrouvez moi aussi ICI !

 

Commentaire de l'auteur Bonjour, bonjour ! Comment allez vous ? Je suis consciente de ne pas avoir été très assidue ces derniers temps. Entre le boulot, le Inktober et les fanfics... Mais j'ai essayé de me rattraper en écrivant un chapitre plus long. Est-ce qu'il vous comblera ? A vous de me le dire ! A bientôt :)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales