Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 184 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 116 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1723 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Sentiments
[Histoire Terminée]
Auteur: tookuni Vue: 4415
[Publiée le: 2006-06-28]    [Mise à Jour: 2010-11-20]
13+  Signaler Humour/Drame/One-Shot/Song-Fic/Parodie/Tranche de vie/Recueil Commentaires : 25
Description:
Réflexions d'Itachi, Hinata, Kakashi, Sakura sur leurs situations et leurs émotions.
Romances compliquées aux côtés de Tsunade, Gaara, Sasuke. Entre différence d'âge, timidité maladive et amour déçu.
Folies traitant de mariage et d'un secrétaire blond un peu trop distrait...

Tout premier recueil d'OS, repris à l'occasion d'une refonte. Quelques fictions supprimées.
Crédits:
Les personnages de Naruto appartiennent à Masashi Kishimoto.
"Haine" - poème de Jean Amyot (Pierre Emmanuel)
"Elle attend" - Jean-Jacques Goldman
"Comme toi" - Jean-Jacques Goldman
"Vive le marié" - Daniel Guichard
"Il venait d'avoir dix-huit ans" - Dalida
"Mes regrets" - Michel Polnareff
"Oh! Louis!" - Michel Polnareff
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Vive le marié

[3943 mots]
Publié le: 2006-07-02
Mis à Jour: 2010-11-20
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Sasuke se marie. Il doute, il a peur de responsabilités qui vont peut-être tout changer. Et ses amis ne l'aident pas vraiment à se faire une raison. Les cons.
Attention, ceci est une parodie mignonne. ;)

 


Vive le marié




La lalala ! La lalala ! La lalala lalalaaaaaaa !


Si Sasuke devait détester un jour plus encore que celui où, par un malheureux concours de circonstances, il avait été forcé d'embrasser Naruto, c'était bien celui-là.

Oh, il n'avait pas forcément honte de ce qu'il lui arrivait. Après tout, c'était un gage de bonheur de couple, une sorte de lien avéré qui lui permettrait de repartir où il le souhaitait tout en sachant que la distance ne serait plus qu'accessoire.

C'était Sakura qui avait soulevé l'idée, innocemment, après qu'il ait séjourné avec elle durant un petit mois. Cela n'avait aucunement changé leurs habitudes, si bien que lui-même n'avait pas vu d'inconvénient à tel événement.

Après tout, on le harcelait souvent à ce sujet, on lui demandait s'il voulait reconstruire son clan, complaisamment et, comme il n'avait qu'une « petite amie », il subissait encore les assauts lubriques de quelque dame têtue.

« Marié », il n'aurait plus jamais à subir ces soucis-là, pensait-il. « Marié », tout dignitaire, noble ou chef de clan s'abstiendrait de lui présenter, sous faux prétexte, sa fille unique.

« Marié », il ne serait que plus libre à cet égard.

Il était également terrorisé, parce que si Sakura le lui avait proposé, cela impliquait qu'elle change aussi de statut vis-à-vis de lui. Il avait peur de s'ennuyer d'elle, il avait peur qu'elle change, devienne plus exigeante, ou simplement différente.

Il avait aussi peur d'être père, parce que Sakura avait sous-entendu quelque chose à propos de légitimité paternelle.

Et puis, il était terriblement angoissé à la seule idée que le nouveau statut transforme cette vie bohème qui lui plaisait tant.

Voyages, retours au village avec force festoiements, quelques services rendus pour Kohona, de ces sales besognes qui ne doivent pas être signées officiellement et qui présupposent qu'un faux renégat se dévoue. Nouveaux retours au village. Le sourire de Sakura. Les hurlements de Naruto. La chaleur, l'amitié.

Dans la salle toute décorée, il frissonna. Le vêtement traditionnel lui allait à la perfection et il bénissait Sakura pour sa présence d'esprit. Elle connaissait ses goûts, sa taille, ses habitudes, suffisamment pour savoir qu'il ne tolérerait jamais le moindre costume cravate. Elle avait préparé le mariage le plus traditionnel du monde, kimono à l'appui, cérémonie sobre et intime, puis banquet.

C'était la seule chose qu'il lui reprochait un peu tout en ne pouvant s'empêcher de considérer que c'était une concession à faire de sa part.

Sakura avait toujours rêvé de ce genre d'événement. Sakura avait proposé sans minauder, sans faire semblant, et elle avait insisté sur le fait qu'elle s'occuperait de tout. Comme il culpabilisait un peu de cette entière responsabilité laissée à la jeune femme, déjà débordée de travail, il avait aidé discrètement, lorsqu'il était là. Cela avait beaucoup surpris la jeune femme tout en l'enchantant.


Naruto et Kiba coupèrent là ses élucubrations en déboulant dans la salle, chantant et hurlant, comme toujours, de leurs voix criardes. Sasuke soupira en découvrant sur leurs talons toute la bande des anciens chûnin. Les filles s'étaient dévouées pour subir Sakura, sa maniaquerie et son stress de l'organisation.

Les professeurs étaient déjà présents, à l'exception de Kakashi bien entendu, et s'étaient jetés sur le buffet sans autre forme de procès. Plus particulièrement, c'étaient les bouteilles d'alcool qui avaient retenu toute leur attention. A croire qu'ils avaient totalement oublié pourquoi ils étaient là, bien qu'ils aient tout de même encore la délicatesse de verser le vin et le saké dans des verres avant de boire.

Naruto bloquait l'entrée, observant la fête de son regard émerveillé. Enfin, il salua le jeune homme brun face à lui d'une de ces petites insultes bien senties dont ils s'affublaient mutuellement. Au moins, cela ne changerait jamais. Sasuke le traita d'imbécile à son tour et la porte fut dégagée. Naruto s'étonnait encore, ses pupilles expressives en disaient long sur ce qu'il confiait silencieusement à Sasuke.

« Bien mon vieux y’en a du monde ! On est tous venus. »

Ils étaient tous là, avec leur champagne, leurs cadeaux, leurs costumes plus ou moins bien apprêtés. Tout était décoré à l'extrême, jusqu'à la moindre chandelle, et Sasuke ne pouvait s'empêcher de trouver cela puéril, inutile et surtout exagéré.

« Et de seconde en seconde, y en a de plus en plus ! »

Les parents de Sakura devaient avoir un nombre incalculable de relations, à moins que lui-même, sans le savoir et, si cela était le cas, c'était forcément à cause de Naruto, ne se soit fait l'ami d'à peu près tout le village sans s'en apercevoir. Lui qui ne supportait pas ça...

« T’es quand même un peu livide »

Il était bien plus pâle que d'ordinaire. Il le savait. C'était tout de même un jour particulier. Au stress s'ajoutaient des présences trop nombreuses, le doute qui taraudait son esprit à chaque instant, l'avenir auquel il n'avait jamais réfléchi.

Il se sentait mal, il aurait aimé disparaître sous terre et ne plus songer à rien.

« T’a l’air fatigué… »

Il n'oserait jamais avouer à Naruto que le stress de Sakura avait les effets les plus étranges sur sa libido. Il n'avait rien contre l'amour, au contraire, mais il devait admettre que certaines étreintes un peu trop longues, ou trop répétitives, le mettaient dans des états déplorables. Et lui, fier Uchiha, ne parvenait jamais à reconnaître qu'il aurait aimé se reposer davantage. Lorsque ce n'étaient pas de charnels instants, Sakura se collait à lui, diffusant sa chaleur dans tout son corps, le serrant si fort qu'il se sentait souvent étouffer, comme si elle avait peur qu'il ne disparaisse tout à coup. Il était fier, certes, mais il comprenait aussi ce comportement inconscient et le tolérait, comme beaucoup d'autres choses venant d'elle, d'ailleurs, parce qu'il savait être le premier fautif.

Il se contentait d'assumer les conséquences de ses actes. De tous ses actes. Et cela l'épuisait d'autant plus qu'il continuait de se creuser les méninges sur bien d'autres sujets et responsabilités.

« Dans ton costume t’es splendide ! »

Naruto avait enfin achevé d'étudier chaque petite parcelle du décors, de se moquer de tous les invités et de grogner à propos de son propre vêtement, imposé par Sakura en personne. Elle avait daigné lui choisir du orange mais Naruto, avec ce kimono doublé de noir et brodé de motifs tourbillonnants, présentait l'étrange aspect d'un samouraï blond un peu ébouriffé se rendant à la capitale pour y courtiser une dame.

Ce fut à son tour de recevoir une remarque des plus correctes sur sa propre apparence. Il aurait cru que le garçon se moquerait de lui, comme toujours, mais le jeune homme semblait réellement impressionné par le charisme que le costume de cérémonie rouge, noir et blanc conférait à Sasuke.

Lui-même appréciait le vêtement tout en s'y sentant complètement mal à l'aise. Il était à supposer que, au regard des circonstances, son enthousiasme entachait son confort. Le coton de la couche supérieure irritait son cou, ses mèches de cheveux rebelles le chatouillaient bien plus que d'ordinaire et il était terrifié à l'idée de perdre une sandale à chaque fois qu'il faisait un pas.

« Et vive le marié ! »

Naruto était adorable. Naruto le comprenait tellement plus qu'il ne voulait bien le laisser voir... Naruto lui tapotait le dos de ces façon frustes habituelles. Naruto lui glissait à l'oreille des félicitations narquoises qui finirent par enfin le dérider. C'était Naruto qu'il aurait dû épouser.

Puis il lui donna un bon coup de coude dans les côtes, affichant un rictus carnassier. Il aimait et appréhendait ces expressions qui annonçaient toujours beaucoup d'amusement et beaucoup de stupidité.

« Il est encore temps pour toi de venir avec nous ! »

Sasuke fut si décontenancé par la phrase qu'il écarquilla les yeux.

« De quoi tu parles ? »

Naruto rétorqua, ricanant :

« Bein tu sors d'ici, tu te casses avec nous tous, là, et on va faire la fête ailleurs. Me dis pas que ça te botte de rester là ! C'est marqué sur ta gueule que t'aimes pas ça ! »

Il aurait voulu acquiescer. Il aurait voulu lui dire « oui » et s'éclipser en sa compagnie pour quelque beuverie. Pour faire les quatre-cent coups, pour s'amuser et claquer la porte. Il se sentait si mal ici...

Pourtant, il ne pouvait pas s'en aller. Il était trop tard. Et Sakura comptait sur lui.

« Surtout, surtout ne crois pas que l’on soit jaloux »

Shikamaru lui adressa un sourire malicieux. Celui-là n'était toujours pas parvenu à faire comprendre a son hystérique kunoichi du sable qu'il serait capable d'abandonner sa tranquillité pour elle. Naruto et Kiba se disputaient plus ou moins Hinata, avec leurs gros sabots.

Depuis qu'elles savaient qu'il épousait Sakura, les filles du village s'étaient rabattues sur d'autres, bien plus sagement qu'il ne l'aurait cru. Il était casé. Enfin stable. Enfin paisible. Bien sûr que si, ils avaient toutes les raisons d'être jaloux de lui.

« Il est encore temps pour toi de venir avec nous »

Au fond, avait-il vraiment une seule raison de fuir cet endroit ? Pourquoi le ferait-il ? C'était la porte vers un avenir. Même s'il fallait passer par cette journée d'épreuves, il le ferait avec plaisir, en ravalant sa frustration, et tout irait ensuite pour le mieux. Même s'il n'avait qu'une envie : partir avec eux.

« Marie toi une autre fois et viens boire un coup ! »

Jouer la carte de l'alcool était la pire des félonies. Sasuke avait appris à adorer l'alcool, à tel point que ses amis s'en inquiétaient parfois. Il tenait bien, restant placide très longtemps avant de commencer à faire n'importe quoi, et il aimait la sensation de lourdeur mêlée de légèreté qui le saisissait. Cet ingrédient le rendait moins froid, réchauffait ses entrailles et possédait un parfum qu'il adulait. Mais il ne pouvait pas lui faire ça...

« Bien sur la mariée est belle

Mais ça ne change rien »

Sakura apparut enfin, débarrassée de quelques unes des couches de kimono qu'elle avait dû revêtir pour la cérémonie privée. Elle était trop belle pour qu'il songe un seul instant à s'en aller à présent. Bien que cela ne transforme en aucun cas sa fatale situation.

« Y’a ta belle mère qui t’appelle

Tiens ! Ca commence bien ! »

Oh non. Pas cette femme. Pas cette femme qui cumulait tout ce qu'il avait haï chez Sakura par le passé et qu'il retrouvait encore parfois, coincé entre sa nature violente et sa nouvelle ouverture d'esprit, lors de certains discours ou jugements. Pas cette personne qui avait d'abord rejeté net sa candidature de gendre, parce qu'il avait été un traître, un assassin, un orphelin, avant de comprendre qu'elle perdrait sa fille si elle ne l'acceptait pas. Elle s'était alors transformée en une sorte de sangsue, trop inquiète, trop paranoïaque, trop impliquée dans un bonheur que sa progéniture possédait déjà.

« T’a même pas encore dis "Oui"

Qu’elle est derrière toi ! »

La mère de Sakura était lourde. Il ne la supportait pas...

« C’est pas nous qu’avons choisi !

La vie c’est comme ça ! »

Bande d'hypocrites. Lorsque Sasuke avait enfin eu le courage de leur annoncer la proposition de Sakura, ils avaient tous sauté de joie. Parfois, il s'interrogeait encore sur cet étrange comportement qui masquait forcément quelque malice. Ils voulaient juste le voir pendu avant eux, les cons. Il n'y avait que pour lui que ce n'était pas drôle.

« Il est encore temps pour toi de venir avec nous ! »

« Tu parles. C'est encore pour la blague, vous êtes justes envieux, maintenant que vous avez vu Sakura », songea-t-il très logiquement.

« Surtout, surtout ne crois pas que l’on soit jaloux »

Il les connaissait bien, allez. Il savait qu'ils auraient tous voulu être à sa place, avec une femme accomplie, belle, épanouie. Ils auraient voulu, eux aussi, de leur seule existence, malgré tous leurs défauts, avoir sa chance. Oui, il avait de la chance d'être aimé par elle. Il le savait. Ce privilège-là, il ne pouvait plus s'en défaire.

« Il est encore temps pour toi de venir avec nous.

Marie toi une autre fois et viens boire un coup ! »

Il concéda qu'il irait de ce pas, avec toute sa petite bande, boire un apéritif au buffet. Il avait aussi besoin de retrouver son cœur battant, égaré dans ses talons, ainsi qu'une partie de ses intestins, directement montés dans sa gorge à la vue de son épouse.

Il voulait fuir.


« Si tu connaissait la peine

qu’il y’a dans nos cœurs »

Ils exagéraient. Ils se moquaient de lui, avec leur petit air goguenard et leurs verres de champagne déjà remplis de nouveau.

« de te voir porter des chaînes

tiens, tu parles d’un malheur ! »

C'était ce qui l'effrayait le plus. Il connaissait Sakura. Il savait que tout nouvel acquis pourrait bouleverser ses habitudes, ses comportements... Il n'avait pas encore assez confiance en elle pour bien comprendre que rien ne pourrait plus changer entre eux. Qu'elle ne le trahirait jamais, elle.

« Sans toi elles seront sans charme

Toutes nos virées ! »

Ils se fichaient bien de savoir s'il allait porter des chaînes ou pas. Tout ce qui les intéressait, c'était que, à leurs yeux, si Sasuke était marié, il n'allait plus pouvoir sortir. C'était d’autant plus stupide que Sakura n'était déjà pas très regardante sur ce point, supportant des absences de plusieurs mois sans rien reprocher, se contentant de soigner ses blessures lorsqu'il s'offrait le luxe de rentrer se faire bichonner par son infirmière personnelle. C'était à peine si elle posait des questions...

En revanche, il espérait qu'elle n'était pas au courant de toutes les frasques qu'il avait commises lors de ces nuits bien éméchées. Peut-être ne serait-ce pas un mal qu'il se calme un peu...

Il devait reconnaître que cela le grisait totalement. Il ne buvait jamais en dehors de l'enceinte du village, trop paranoïaque pour se donner un pareil handicap en cas d'agression – et il avait de quoi : plusieurs chasseurs de prime à ses trousses, cumulables avec un bon nombre de psychopathes anciens sbires d'Orochimaru et de l'Akatsuki – ... Konoha était donc le seul lieu où il pouvait reposer son esprit et son corps en toute tranquillité, et s'amuser en toute sauvagerie.

Une fois, et il avait le mérite et le mauvais goût de s'en souvenir, il avait fait un strip-tease dans un cabaret. Il était persuadé que c'était encore à cause de Naruto, même s'il ne savait plus exactement comment il en était arrivé là.

Une autre fois, il s'était tant et si bien disputé avec Sakura qu'il avait cru la rupture proche. Ces petites scènes de ménage n'avaient eu lieu que lorsque la jeune femme avait eu des problèmes avec sa mère. Son père avait bien essayé de l'égorger mais, heureusement, il était trop fort pour lui et tout cela s'était fini, une fois de plus, devant un bon verre de saké et le babillage dudit parent, trop heureux de pouvoir se confier à quelqu'un sur la pénibilité de vivre avec deux femmes hystériques.

Sakura avait souvent parlé de couper les ponts avec sa génitrice. Elle insistait auprès de lui, lui disant qu'elle était prête à cela pour leur couple. Pour lui. Il considérait sans pouvoir le dire qu'elle n'avait aucun sacrifice à faire pour sa personne. Qu'il ne méritait pas ça, bien que cette femme soit une véritable plaie. Il fuyait encore, incapable d'exprimer ses sentiments, de lui dire de se réconcilier avec cette mégère et de l'oublier. Parce qu'il ne voulait pas non plus qu'elle l'oublie, mais qu'il était incapable de le lui avouer.

Alors, il était allé boire avec ses amis. Comme il était encore plus froid que de coutume, dépression obligeait, Naruto s'était décarcassé au centuple de ses ordinaires capacités pour le faire réagir. Grand bien lui en avait fait : ils avaient décidé d'embrasser tout le monde. Comme ça. Il ne savait plus bien pourquoi non plus. Sans doute un défi de plus, puisqu'il avait le vague souvenir que Lee s'était mêlé à la conversation. A la suite de cette entreprise des plus hilarantes, il s'était retrouvé dans les toilettes des hommes, avec un certain nombre de ses victimes, à se rincer la bouche et à se répéter que plus jamais il ne laisserait l'idée de quitter Sakura l'attrister à ce point.

Chez les jeunes filles présentes, en revanche, c'était l'hystérie la plus totale, et on lui apprit même que certaines ne s'étaient justement pas lavé les lèvres avant un temps certain, dépassant largement les limites de l'hygiène. Il avait eu un mal fou à se défaire de cette réputation d'embrasseur en série, quand bien même les opérations de Lee et Naruto étaient restées dans l'ombre. C'était franchement handicapant d'être aussi beau.

Il se souvenait aussi de cette sorte de test pour vérifier comment allait la libido de Neji. Cela, il aurait vraiment complètement préféré l'oublier. Parce que la libido de Neji allait vraiment très bien. Si bien qu'il en savait bien plus que requis sur la question, ayant découvert que s'il était si discret sur ses, d'après ce qu'il disait, nombreuses conquêtes, c’était parce qu'il s’agissait d'hommes. Naruto avait ricané jusqu'à ce que le jeune Hyûga, plus droit qu'un i malgré les litres d'alcool qu'ils lui avaient fait boire, lui avoue qu'il était en tête de sa liste des mecs à cintrer même de force. Le pauvre garçon avait blanchi, rougi, puis Neji avait éclaté de rire avant de se tourner vers lui et de lui susurrer d'un air vicieux : « Toi aussi, Uchiha. »

Tout ce qu'il savait de la suite, c'était que plusieurs filles s'étaient pâmées devant l'image du couple improbable, que Neji avait assez bu pour faire le con et rentrer dans leur jeu, et que Naruto l'avait ceinturé le temps qu'il subisse l'agression sexuelle la plus stimulante de toute son existence. La suite, ce n'était pas très clair, il était trop excité pour cela. Naruto lui avait expliqué qu'il les avait ramenés chez lui, les croyant trop ivres pour rentrer ailleurs, parce qu'ils étaient encore en train de faire des choses. Il avait raconté cela en bégayant et avait achevé :

« Je vous ai laissés cinq minutes cuver sur mon lit, hein. Cinq petites minutes le temps de chier. J'ai dû attendre que vous ayez fini. »

Ses joues étaient cramoisies. A une époque, il aurait sans doute traité Sasuke de pédé. Il l'aurait rejeté et lui aurait dit que c'était vraiment dégueulasse. Mais Naruto n'était plus un enfant et il avait appris à tolérer davantage encore bien des choses qui s'étaient automatiquement classées dans « idées reçues » par le passé.

S'il avait oublié pourquoi et comment il en était arrivé là, il se souvenait très bien que c'était lui qui avait voulu continuer à embrasser Neji. Il ne savait absolument pas pourquoi il avait eu cette pulsion-là ce soir-là. Il supposait que cela pouvait arriver à n'importe qui et qu'il n'y avait pas forcément besoin de chercher. Il n'aurait pas spécialement aimé recommencer. L'acte ne lui avait pas déplu, mais cela ne lui avait pas paru franchement différent d'une fille. Allez comprendre. Quelqu'un lui avait dit qu'il devait être bi, il s'était dit que pourquoi pas. Et qu'il s'en foutait éperdument. Neji était cool, les filles avec qui il avait eu l'occasion de coucher aussi. Et Sakura était déifiée au dessus de toute cette masse de stupre.

C'était à cette occasion qu'il s'était rendu compte que même faire l'amour avec Sakura était accessoire. Un bonheur de plus dont il se passerait, tant qu'il pourrait rester auprès d'elle. Que lorsqu'elle était à ses côtés, il n'avait vraiment besoin de rien.

Plus tard, il avait aussi agressé Gaara sans raison. Gaara étant hermétique à l'alcool pour une raison qu'il ne s'expliquerait jamais, il s'était réveillé bercé dans un nuage de sable, assommé depuis une heure. Récemment, Lee et lui avaient aussi détruit quelques bars. Puis il avait commis l'erreur de pousser Naruto à tenter de draguer Anko. Cela avait beaucoup trop bien marché et tous deux étaient menacés d'émasculation si la conclusion du défi venait à s'ébruiter.

« Tiens ! Regarde un peu nos larmes ! »

Ces souvenirs-là ressurgissaient dans les yeux humides de rire de ses amis. C'était comique et agréable, toutes ces stupidités, toutes ces mauvaises et bonnes expériences. C'était irresponsable de sa part que de boire à des fins d'oubli mais, récemment, il n'avait plus de raisons de le faire. Il buvait par simple plaisir, par goût, et il finissait toujours dans ces états déplorables parce qu'il aimait cela. Ce soir, malgré la présence de Sakura, ne serait pas différent des autres.

« Et vive le marié ! »

Ce soir, et pour tout le reste de sa vie, grâce à la présence de Sakura, jamais plus rien ne changerait.


Il est encore temps pour toi

de venir avec nous !

Surtout, surtout ne crois pas

que l’on soit jaloux

Il est encore temps pour toi

de venir avec nous

Marie toi une autre fois

Aller, pense à nous !


Il est encore temps pour toi

de venir avec nous !

Surtout surtout ne crois pas

que l’on soit jaloux

Il est encore temps pour toi

de venir avec nous

Marie toi une autre fois

et viens boire un coup !


Il chantait encore, clopinant dans la rue au bras de son épouse. Elle, d'ordinaire si mesurée, s'était jointe à la beuverie avec un plaisir non feint. Elle lui confiait en gloussant qu'elle aurait vraiment aimé faire ça plus tôt, même si c'était vraiment puéril, et qu'il fallait absolument qu'il l'emmène avec lui, la prochaine fois. Qu'il l'emmène avec lui partout où il le pouvait, parce que pour lui, elle tolérerait n'importe quoi.

Il se serait frappé pour son inconscience s'il n'avait pas eu peur de se manquer. Sans doute ce mariage représentait-il, pour Sakura aussi, une nouvelle forme de liberté.



  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales