Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 136 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 91 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1704 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Sasuke ne parle pas
[Histoire Terminée]
Auteur: tookuni Vue: 14280
[Publiée le: 2007-09-17]    [Mise à Jour: 2010-09-16]
13+  Signaler Général/Romance/Humour Commentaires : 34
Description:
Pour apprendre à contrer certaines techniques de Sasuke, Naruto accepte de s’entraîner avec Anko, la folle de l’examen chuunin.
Mais lorsqu’enfin il ramène Sasuke en lui prouvant qu’à Konoha aussi on peut devenir fort, celui-ci ne prononce plus un seul mot.
Son silence l’enfoncera-t-il encore plus dans les ténèbres ? Ou bien le forcera-t-il à trouver d’autres moyens d’expression, et, peut-être, revenir en arrière pour s’attacher de nouveau ?

MAJ : Fiction éditée
Crédits:
Masashi Kishimoto a créé les personnages et l'univers, ma folie a fait le reste.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

L'avenir au coeur

[3537 mots]
Publié le: 2008-11-11
Mis à Jour: 2010-09-16
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Titre : Sasuke ne parle pas

 

Auteur : Tookuni

 

Résumé : Pour apprendre à contrer certaines techniques de Sasuke, Naruto accepte de s’entraîner avec Anko, la folle de l’examen chuunin, mais lorsqu’enfin il ramène Sasuke en lui prouvant qu’à Konoha aussi on peut devenir fort, celui-ci ne prononce plus un seul mot. Son silence l’enfoncera-t-il encore plus dans les ténèbres ? Ou bien le forcera-t-il à trouver d’autres moyens d’expression, et, peut-être, de revenir en arrière pour s’attacher de nouveau ?

 

Genre : Romance, le moins d’OOC possible

 

Rating : T pour bagarres et allusions

 

 

 

Sasuke ne parle pas

 

 

Chapitre 6 : L’avenir au cœur

 

 

Sasuke n’avait pourtant rien dit. Sasuke n’avait pas prononcé ce mot tout haut. Ni avec cette verve, ni avec cette espèce de passion pas forcément saine qui se reflétait dans ses yeux. Pourtant, Sakura l’avait entendu comme s’il l’avait hurlé. Sakura l’avait entendu, le « S » sifflé entre les dents comme l’aurait fait un serpent. Le K accentué. Le « u » presque complètement dévoré par l’intonation, le « ra » final roulé, calme, posé, presque silencieux. Elle avait reconnu son nom dans les sons que Sasuke n’avait pas produits. Elle avait saisi sur ses lèvres exactement ce qu’il voulait dire, ce qu’il voulait faire passer. Alors elle avait entendu le satin de la voix qui ne s’était pourtant pas manifestée depuis des années et semblait être condamnée pour toujours : « Ssak’la. » Cela avait été superbe et libérateur.

 

« Sasuke-kun ? »  hésita-t-elle, sentant le souffle s’accélérer légèrement et la pression sur son poignet se faire plus forte.

 

Sasuke ne répondit pas. Sasuke était hypnotisé par l’idée qu’il avait, une idée qui le tenaillait depuis qu’ils avaient cessé de se battre, de se toucher, de se parler silencieusement. Il avait encore tant de choses à dire. Tant de choses à signifier par un geste, un mouvement d’humeur. Alors, ne trouvant pas d’autre moyen de supplier Sakura de rester, Sasuke posa ses lèvres sur celles de sa coéquipière. Calmement, surement, ce qui était passionnément pour un Uchiha. Estomaquée, Sakura ne réagit pas. Sasuke appuya d’avantage maladroitement ses lèvres. Il voulait une réaction. Une réponse. Il voulait cet accord et ne supporterait pas de rejet. Il la forcerait si elle le repoussait.

Devant le manque de coopération de la jeune femme qui restait statique, presque choquée, il se recula légèrement, gardant presque sa bouche sur la sienne et souffla de nouveau le prénom qu’elle entendit encore une fois distinctement, comme un appel, alors qu’elle avait juste senti ses lèvres faire le mouvement qui épelait son nom. « Ssak’la ». Les yeux toujours un peu écarquillés, la jeune femme saisit sans s’en rendre compte la joue de l’Uchiha et la caressa doucement, faisant passer son pouce sur ses lèvres, tentant de comprendre ce qu’il s’était passé. Sasuke avait fermé la bouche, l’air parfaitement neutre, attendant juste, toujours peut-être, sa réponse, ou simplement que Sakura mette fin a l’entretien silencieux d’une remarque gênée.

 

« Sasuke-kun, pose-moi encore la question, s’il te plait. »

 

Sur le coup, Sasuke s’énerva. Il détestait se répéter. Il détestait qu’on lui demande quelque chose, surtout quelque chose comme ça. Alors il planta le plat de sa main dans le mur  à quelques millimètres de la tête de Sakura, violemment, rageant de tout son être l’incompréhension de la femme, et l’embrassa à pleine bouche. La différence, cette fois, fut que Sakura répondit avidement, qu’elle glissa une main dans ses cheveux et que l’autre guida la sienne sur sa hanche, se cramponnant ensuite de toutes ses forces à un pan de son kimono.

Sasuke n’aurait jamais cru qu’entrer en contact avec quelqu’un de cette façon pouvait être si agréable. Il était habitué à embrasser malencontreusement Naruto lorsqu’ils se disputaient tous les deux et qu’Anko plantait violement leurs têtes l’une contre l’autre, pour les faire rager. Cette fois, c’était différent, et il savait parfaitement que c’était parce que c’était Sakura qu’il était en train d’embrasser. Il n’y avait jamais pensé. Pour lui, tout était bien dans l’état des choses et il n’avait pas besoin de faire plus, jusqu’au jour, évidemment, où elle avait quitté l’appartement. Finalement, il pouvait bien se l’avouer, elle lui manquait atrocement. Il voulait ainsi lui demander de revenir, qu’elle reste avec lui dès maintenant, qu’elle soit là quand il rentrait ou qu’il puisse l’accueillir d’un « Hn » désagréable lorsqu’elle criait un « Je suis de retour ! » enjoué en le découvrant affalé sur le canapé du salon, se remettant d’une mission épuisante. « Reste avec moi », soufflait le hurlement dans sa tête.

Mais Sakura ne semblait pas pour autant comprendre, alors il l’embrassa encore, d’avantage, la serrant contre lui parce qu’elle était sa possession. C’était une forme de passion qu’il parvenait à apprécier, une forme d’addiction qu’il adorait pace qu’elle était différente de tout ce qu’il avait connu. Il voulait juste qu’elle lui appartienne. Il en voulait également la preuve. Cessant enfin l’échange durant lequel Sakura s’était complètement encrée à lui, il se recula, prenant juste sa main, la regardant avec sa neutralité sérieuse habituelle.

D’un léger battement de cils, Sasuke décida que la jeune femme ne comprendrait pas ce soir, qu’elle aurait peut-être, à présent, besoin de temps. Après tout, leur relation n’était plus la même à compter de cet instant et il ne pouvait peut-être pas lui demander cela immédiatement. Il avait entendu ses camarades parler des femmes. Après tout, Sakura était une femme, alors elle ne devait pas être différente des autres. Elle devait avoir besoin de temps, de réflexion, de se poser toutes ces petites questions si inutiles que les filles adoraient tourner et retourner dans leurs têtes. Ino avait dit que les filles détestaient aller trop vite lorsqu’elles étaient amoureuses. A priori, en général, elles voulaient profiter de chaque stade. Il enviait parfois Naruto d’avoir une femme aussi simple qu’Anko à ses côtés. Les femmes étaient trop compliquées pour lui.

Regardant Sakura dans les yeux une dernière fois en guise d’au revoir, Sasuke disparut dans la nuit, regrettant presque déjà ce geste qui allait changer trop de choses et conduirait peut-être sa possession à s’éloigner de lui ou à changer de comportement.

 

*

*  *

 

Etrangement, Sakura n’avait absolument pas changé. Sasuke lui en était très reconnaissant, il ne l’aurait pas subie autrement. La jeune femme se contentait d’être plus tactile, saisissant de temps en temps sa main lorsqu’ils rentraient chez eux, l’embrassant sur la joue quand elle le croisait et qu’il partait en mission. Ils s’informaient beaucoup l’un l’autre, c’était devenu une habitude et, tous les matins, il venait voir à son appartement si elle était là et, après un baiser pour paiement, partageait l’excellent café avec elle. Lorsqu’ils passèrent voir, au bout d’un mois de travaux chaotiques et de tentatives de repos, Naruto et Anko qui étaient enfin rentrés d’une mission à moyen terme, ils se tenaient par la main.

 

« Aaaaaaaah ! fut le hurlement de terreur que poussa Naruto en les apercevant.

– Naruto ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Anko en arrivant derrière lui.

 

Naruto regardait les mains, Sasuke, Sakura, puis de nouveau Sasuke.

 

« Ah bah, c’est pas trop tôt ! explosa-t-il finalement, se jetant sur Sasuke pour serrer sa main libre. Félicitations vieux ! Il était temps ! Tu as suivi mes conseils je suppose ! C’est bien ! continua-t-il de bombarder, bloquant l’entrée.

– Sasuke-kun ? demanda Sakura d’un air suspicieux.

Tss… » émit Sasuke entre ses dents d’un air blasé, attrapant Sakura par les épaules pour signifier que Naruto n’était qu’un facteur extérieur à leur relation et forçant l’entrée en poussant le gamin surexcité dans un coin.

 

Cela faisant un certain temps que Naruto et Anko, partis pour un mois de mission épuisante, n’avaient pas donné de nouvelles et le couple éprouvait beaucoup de plaisir à les revoir, même Sasuke qui continuait pourtant de les trouver bruyants et agaçants.

 

« Alors, vous avez sauté le pas ? demanda encore le jeune homme, heureux, revenant avec quatre bols de ramens fraichement arrivés d’Ichiraku.

Grmph, fit Sasuke, fusillant le jeune homme du regard alors que Sakura se rétractait dans le canapé et rougissait.

– Signe numéro un qu’elle ne dirait pas non et qu’elle y a pensé, crétin ! » cria Naruto en faisant un clin d’œil à Anko.

 

Sasuke grogna encore plus fort, menaçant, devant la réaction timide de Sakura qui ne savait plus où se mettre –parce que c’était vrai, évidemment. Anko éclata de rire et s’excusa auprès de Sakura au nom de Naruto en avalant une bouchée de nouilles. Etrangement, elle sembla soudain s’arrêter de mâcher, se figeant, puis aussi soudainement qu’elle avait stoppé tout mouvement, elle se précipita dans la salle de bain. Sakura s’étonna, Naruto également, Sasuke ne compris rien. Lorsqu’elle revint, Anko affichait une mine parfaitement fraiche et un immense sourire.

 

« Ah, c’est rien, je dois être malade ! » s’exclama-t-elle.

 

Anko n’était jamais malade, songea Sasuke, encore plus perdu. Naruto échangea un regard de connivence avec Sakura. Ils venaient tous les deux de penser à la même chose. Le blond avait un peu peur, la kunoichi aurait éclaté de rire si elle n’avait pas voulu respecter la volonté de son ami.

 

« Tu veux que je l’examine, Naruto ? demanda Sakura calmement, un léger sourire aux lèvres.

– Heu, non. C’est bon, il suffit de vérifier. Anko… » lança Naruto, inquiet.

 

La jeune femme tourna la tête vers lui et sentit les mains de son ami sur ses épaules.

 

« Quoi ? demanda-t-elle presque naïvement.

– Dis moi, ça fait combien de temps que tu ne piques plus ta crise « Haine d’être une femme et de devoir se passer de chose censurées pendant une semaine » en revenant de la salle de bain ? »

 

Anko sembla vaguement se figer, premièrement semblant comprendre de quoi Naruto pouvait parler puis, se souvenant, elle répondit sans intérêt évident :

 

« Ca doit faire trois mois, quelque chose comme ça… » dit-elle nonchalamment en lançant sa main derrière sa tête.

 

Sakura fit un grand sourire et déclara alors, rayonnante :

 

« Félicitations Naruto !

– Non ! » cria Anko, perdue.

 

Naruto, lui-même sous le choc, décréta qu’il faudrait y aller très doucement. Anko  était pire qu’un homme pour certaines choses, ces choses-ci incluses, bien entendues. Serrant d’avantage la femme par les épaules, il la regarda droit dans les yeux et énonça doucement :

 

« Anko, surtout, tu restes calme, d’accord ?

– Je ne veux pas le savoir, commença-t-elle. Je préfère avoir raté l’anniversaire de quelqu’un, oublié un examen, un péquenaud de seigneur qui poireaute comme un con dans une pampa paumée en attendant que je vienne le chercher pour le raccompagner dans un autre trou mais pas ça…

– Non, c’est pire que ça.

– Dis moi que c’est pas vrai, pleurnicha Anko, nerveuse. Bon, tu peux me le dire carrément, après tout, s’agaça-t-elle, quoi que ce soit, ce n’est pas comme si j’allais en tomber raide morte ! »

 

Sasuke regardait la scène avec distance mais avidité. Il avait hâte de voir les réactions, il savait que cela serait vraiment intéressant. Après tout, cela faisait longtemps que personne d’autre que Sakura n’avait pu l’amuser.

 

« Anko, je crois que tu es enceinte. »

 

Un silence magistral prit place dans l’appartement. Un silence monstrueux, invivable, inhumain, dans lequel Sasuke sembla se fondre et s’adapter parfaitement, s’attendant au coup, à présent dans son élément vu le froid glacial qui s’était répandu dans la pièce. Le visage d’Anko s’était figé ainsi que tout son corps. Elle ouvrit la bouche, la referma, l’ouvrit encore et serra les dents. Sasuke fronça les sourcils et, rapide comme l’éclair, se boucha les oreilles.

 

« Aaaaaaah ! »

 

Même avec ses mains, le brun entendit le hurlement épouvanté de la jeune femme. Naruto avait plissé les yeux et rentré sa tête dans ses épaules en signe de défense, Sakura ricanait gentiment. Anko, elle, avait les yeux écarquillés d’horreur et bégayait :

 

« De… Un gosse… Toi… Et… Mais… Je… pas… Heu… »

 

Cinq secondes de balbutiements incompréhensibles plus tard, Anko accusait réellement le coup, regardait Naruto droit dans les yeux et tombait dans les pommes après un énième murmure :

 

« Un mini Naruto ! »

 

Le cité Naruto laissa la jeune femme s’étaler par terre. Ce n’était pas comme si elle allait se faire mal ou comme s’il n’allait pas se faire frapper si elle se réveillait dans ses bras. Naruto savait qu’Anko prendrait tout ça très mal le jour où cela arriverait, si ça arrivait. Après tout, elle ne supportait même pas l’idée d’être « maman ». C’étaient trop de responsabilités pour une femme comme elle et cela ne lui correspondait pas du tout. Il espérait juste que ses enfants ne soient pas aussi sadiques ou n’attirent pas les serpents psychopathes comme la plupart des personnes de son entourage semblaient le faire.

Un ricanement coupa court aux réflexions du blond qui se retourna. A sa grande surprise, ce n’était pas Sakura qui émettait ce son si familier. C’était son frère de cœur, plié eu en deux sur le canapé, retenant comme il pouvait le bruit de rire qui s’échappait de sa gorge et, se laissant finalement aller à la vue d’un Naruto complètement déboussolé, explosa d’un grand rire aux larmes, se tenant les côtes, quelques goutes d’eau sortant de ses yeux, rayonnant étrangement de libération. C’était la première fois depuis des années que Sasuke riait. C’était aussi important pour ses coéquipiers de pouvoir le voir rire que d’à nouveau pouvoir l’entendre parler. Le soulagement général se fit ressentir et, alors qu’Anko revenait à elle en grommelant à propos de situation vraiment galère, qu’elle ne supporterait pas ça tout ce temps, qu’il allait ensuite falloir subir l’éducation, et elle en passait, les trois autres repartirent d’un immense rire de connivence.

Jamais les yeux de Sasuke n’avaient brillé autant. Jamais il n’avait communiqué ce genre de sentiment aux autres, une impression de bonheur simple, juste en les regardant dans les yeux.

 

*

*  *

 

Sasuke s’était souvent demandé comment cela se passerait, voir même comment cela pourrait aller plus loin. C’était étrange, parce que c’était simplement venu tout seul. Un jour qu’il était épuisé, elle l’avait invité chez elle. Ils avaient dormi dans le même lit sans qu’aucun des deux ne trouve ça dérangeant, à présent. Sakura avait un sommeil paisible et il était agréable de l’avoir à ses côtés au réveil. La deuxième fois qu’il avait dormi chez elle, il avait presque forcé le passage. Il s’était consciencieusement incrusté, parce que Sasuke, après tout, était un homme et que s’il parvenait à apprécier d’embrasser, il aimait beaucoup toucher aussi. Sasuke pouvait être incroyablement doux quand il le souhaitait. Il avait d’ailleurs passé la nuit à caresser Sakura. Il la caressait parce qu’il voulait profiter de sa chaleur, parce qu’il était de plus en plus attiré par le corps de cette fille qu’il considérait comme la seule.

Sakura n’avait même pas empêché son geste lorsqu’il avait voulu dégrafer son soutien-gorge, non sans mal, d’ailleurs, et elle l’avait juste arrêté lorsqu’il avait voulu retirer le boxer. Si elle considérait que c’était encore trop tôt, si elle n’avait pas envie pour l’instant, si elle voulait juste passer la nuit comme cela, Sasuke s’en foutait éperdument. Il avait décidé de respecter ses choix dans ma mesure où le consentement de la jeune femme ferait son propre bonheur et lui même s’était réveillé très mal à l’aise, serrant dans ses bras le corps presque nu de sa… petite amie.

Il était surprenant aussi pour Sasuke de se rendre compte qu’il se voyait parfaitement avoir une femme, pas une copine. C’était pour lui contre nature, parce que ce n’était pas sérieux dans sa conception des choses. Bien sûr, il avait déjà pensé au fait que Sakura serait la seule. Sakura uniquement pourrait être quelque chose qui se rapprochait d’une femme. Après tout, il l’avait bien saisi, Sakura était justement devenue une femme. Une femme superbe avec un corps fin et une peau lisse et douce malgré les cicatrices qui la sillonnaient et lui donnaient un relief incroyable. Les tenues qu’elle portait ne la mettaient pas forcément en valeur et il en était plutôt heureux. Excessivement jaloux, il n’aurait pas supporté que quelqu’un s’aperçoive qu’elle avait une belle poitrine peu opulente et une taille et des hanches parfaites. Même le regard protecteur de Naruto sur elle l’agaçait. Sasuke était devenu si possessif qu’il ne supportait même pas de la voir parler à un autre homme que lui. La raison était qu’à présent, de la même façon qu’elle était devenue une femme, tous les autres avaient grandis et tous étaient des hommes.

Sasuke avait pourtant signifié très clairement l’appartenance de Sakura à sa personne. Il l’avait embrassée à plusieurs reprises en pleine rue, se moquant éperdument des regards parfois choqués des gens. Il l’avait trainée jusque chez lui et l’avait presque séquestrée, la serrant à l’étouffer pendant son sommeil, lorsqu’elle avait fait rougir Neji d’un sourire. Sakura était devenue l’essence même de la vie de Sasuke. Il avait certes des amis. Il avait son frère, mais cette fille était différente. Cette fille était la personne avec laquelle il voulait passer le reste de sa vie. Alors pour ce soir, pour cet unique soir, Sasuke avait décidé qu’il ne la laisserait pas lui demander de concessions.

Attendant patiemment devant la porte de la princesse, comme s’était plu à l’appeler Ino depuis qu’elle avait su qu’ils étaient ensembles, il se remémorait calmement les suggestions de Naruto.

 

Le jeune homme avait parfaitement saisi la situation et avait renchéri en concluant simplement :

 

« Sas’ke, si tu veux recommencer à habiter avec elle, ‘faut pas brûler les étapes… Ca veut dire qu’il faut d’abord la mettre dans ton lit », avait-t-il complété.

 

Sasuke avait froncé les sourcils, il n’aimait pas cette expression.

 

« Pardon ! Pardon ! s’était exclamé le jeune homme, secouant les mains de manière défensive. Faites l’amour d’abord ! »

 

Sasuke avait rougit. Sasuke rougissait encore rien que d’y penser. Le corps de Sakura était devenu un vrai fantasme à force de le voir bouger près de lui, frappant, se déplaçant gracieusement, faisant voler un vêtement de nuit de satin un peu trop rose ou lui ouvrant la porte entouré d’une serviette de bain, s’excusant pour le retard, se justifiant par le fait que la copine de Sasuke Uchiha se devait d’être parfaite. Il répondait toujours par un « Hn » plus ou moins sonore, elle comprenait. Il se foutait éperdument de la perfection. Elle était à ses yeux parfaite pour lui, de toute façon.

Lorsque la jeune femme parvint à sa porte, elle accueillit Sasuke d’un baiser sur la joue, le faisant encore plus rougir –rougir pour un Uchiha, évidemment, et l’invita à rentrer. Depuis plusieurs fois déjà, leurs retrouvailles de mission commençaient par un rituel d’effeuillage. Les deux ninjas se débarrassaient de leurs vêtements crasseux et partaient s’enfermer dans la salle de bain, se croisant. Cette fois, Sasuke voulait rester avec elle. Le brun ne pouvait rien lui dire. Il fallait signifier par des gestes, des attentions. Il fallait toucher, embrasser. Il aimait cela mais se demandait si ça allait suffire. Lorsque ce fut Sakura qui passa ses bras autour de son cou après avoir enlevé sa veste, il su que Naruto, Anko ou Kakashi étaient passés par là. Doucement, elle fit glisser l’éternel kimono blanc, découvrant la peau pâle souillée de traces de batailles et l’endroit éternellement brulé où avait par le passé siégé un sceau maudit.

Sasuke se laissa aller. Il embrassa Sakura. La jeune femme se déshabilla rapidement, restant en sous vêtements, et le conduisit sans qu’il ne s’en rende compte jusqu’à la salle de bain, le perdant dans ses baisers. Le pouvoir d’une femme sur l’un des hommes les plus forts du monde. La puissance de ce lien que Sasuke ne savait toujours pas définir. Le fait était que pour lui, ce n’était pas de l’amour. L’amour avait été trop banalisé pour que cela soit. Sasuke aimait passionnément Sakura. Sasuke le savait et l’avait reconnu. Il était fou de cette personne. Fou à lier. Il ne survivrait pas sans elle et il le savait. A l’accoutumance avait succédé le besoin. Au besoin avait prit place l’addiction. A l’addiction s’était substituée l’adoration.

La douche s’alluma, d’abord un peu trop froide, puis trop chaude, une main fine et douce acheva de le déshabiller alors que l’autre terminait de régler le débit. Sasuke n’aimait pas les douches chaudes. Sasuke aimait la glace sur sa peau toujours chauffée à blanc par les combats. Pourtant, cette fois, il était certain que même la plus glaciale des eaux ne pourrait le rafraichir. Sakura était là, juste contre lui à présent. Sakura continuait de l’embrasser et sa poitrine était plaquée contre son torse. Sakura donnait tout, elle était une merveille. Ino se trompait. Sakura n’était pas une princesse de cette basse race humaine. Sakura était une divinité presque intouchable, si fragile, si pure, si magnifiquement belle. Sakura après tout, était une femme. Sa femme.

 

 

 

A suivre

 

 

 

x)… Après relecture tardive, je me sens tout de même sceptique, je trouve qu’il y a un problème… Par contre, je crois que je deviens romantique, ça devient grave -___-

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales