Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 14 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 21 novembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 204 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 131 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1733 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Sasuke ne parle pas
[Histoire Terminée]
Auteur: tookuni Vue: 14288
[Publiée le: 2007-09-17]    [Mise à Jour: 2010-09-16]
13+  Signaler Général/Romance/Humour Commentaires : 34
Description:
Pour apprendre à contrer certaines techniques de Sasuke, Naruto accepte de s’entraîner avec Anko, la folle de l’examen chuunin.
Mais lorsqu’enfin il ramène Sasuke en lui prouvant qu’à Konoha aussi on peut devenir fort, celui-ci ne prononce plus un seul mot.
Son silence l’enfoncera-t-il encore plus dans les ténèbres ? Ou bien le forcera-t-il à trouver d’autres moyens d’expression, et, peut-être, revenir en arrière pour s’attacher de nouveau ?

MAJ : Fiction éditée
Crédits:
Masashi Kishimoto a créé les personnages et l'univers, ma folie a fait le reste.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Contact

[4270 mots]
Publié le: 2008-10-28
Mis à Jour: 2010-09-16
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Titre : Sasuke ne parle pas

 

Auteur : Tookuni

 

Résumé : Pour apprendre à contrer certaines techniques de Sasuke, Naruto accepte de s’entraîner avec Anko, la folle de l’examen chuunin, mais lorsqu’enfin il ramène Sasuke en lui prouvant qu’à Konoha aussi on peut devenir fort, celui-ci ne prononce plus un seul mot. Son silence l’enfoncera-t-il encore plus dans les ténèbres ? Ou bien le forcera-t-il à trouver d’autres moyens d’expression, et, peut-être, de revenir en arrière pour s’attacher de nouveau ?

 

Genre : Romance, le moins d’OOC possible

 

Rating : T pour bagarres et allusions

 

 

 

Sasuke ne parle pas

 

 

Chapitre 4 : Contact

 

 

Le dojo des Fujino était vaste et luxueux. Malgré leur repliement, et ce en raison des divers conflits qui avaient eu lieu entre eux et les villages ninjas, ils gardaient un goût et une vanité grandiose et se serraient tués plutôt que de vivre dans la modestie. Masquée au cœur d’une forêt de pins, encastrée ingénieusement dans une montagne, la cache aux allures de pagode chinoise était un lieu calme et tranquille où les hauts dignitaires pouvaient fomenter leurs complots tandis que les jeunes allaient s’entraîner au fin fond du labyrinthe des grottes ou sur les dangereux pics enneigés.

Fujino Ayoka était un de ces serviteurs sans grande implication qui, comme tous les membres de la famille, avait suivi l’entraînement des ninjas d’élite afin de constituer l’armée des Fujino. La famille était le facteur le plus important et il protégeait avec fierté l’entrée de la pagode. Le poste n’avait pas été facile à acquérir. Sa fiancée lui avait été donnée le jour même en mariage mais il ne la voyait pas souvent, pas plus d’ailleurs que ses trois enfants. Il était trop pris par le travail qui donnait tant d’avantages à ses proches directs. La hiérarchie était très stricte. Ayoka fit tournoyer un kunai dans sa main. Son collègue n’était pas encore revenu de sa ronde dans la forêt et il s’ennuyait. L’autre avait certainement du trouver quelque jeune fille perdue, ou simplement s’endormir en haut d’un arbre comme il le faisait souvent. Il n’avait jamais compris pourquoi cet imbécile avait été nommé garde, mais il se disait qu’un autre aurait été bien pire et pris son rôle tellement au sérieux qu’il aurait démissionné d’ennui. Ayoka bailla, et ne vit pas la lame briller légèrement devant son cou offert. Sous la giclée de sang, un masque pâle aux peintures noires et à la face rongée de tristesse douloureuse scintilla un bref instant.

 

*

*  *

 

Sasuke plongea. Son corps endolori de courbatures refit surface tandis qu’il enlevait des ses mèches le sang séché qui s’y était fixé. Il les fixait derrière sa tête avec un élastique, mais elles subissaient malgré tout le sort que sa rage réservait à toute sa tenue. Il s’attarda sur son geste, regarda un instant la chevelure brune qu’il tenait entre ses doigts et fronça les sourcils. Cela lui rappelait un mauvais souvenir, plutôt, un souvenir qu’il considérait comme mauvais. Les vêtements sur la berge séchaient comme ils le pouvaient, encore suintants de cette couleur rouge caractéristique. Tout son corps était couvert d’égratignures, sauf son visage. Il y passa sa main, lâchant la mèche, se remémorant une autre scène, plus récente, plus calme, plus sauvage dans un sens aussi, rien que par le regard qu’ils s’étaient lancés, parce qu’Anko était une de ces personnes qui malgré les apparences était de la même trempe que lui –Orochimaru n’aimait visiblement que les bruns intéressés, intelligents, assoiffés de connaissances et pétris d’un sens aiguisé des principes.

 

« Alors comme ça tu as demandé à être Anbu ? avait demandé la femme en s’asseyant en tailleur dans l’appartement, après avoir reposé le document officiel.

Hn, grogna Sasuke, détaché.

– Ne fais pas l’innocent, je sais très bien que c’est parce que tu souffres de solitude et que tu veux t’occuper pour ne plus penser à Sakura.

Grmph… rajouta Sasuke, exaspéré.

– Oui, je sais, c’est aussi parce que tu a accès à toutes les informations que tu souhaites sur l’Akatsuki, donc Itachi, et en plus de ça, ça te fait un entraînement du tonnerre. C’est dommage que Naruto ne puisses pas t’accompagner, vous auriez assuré tous les deux », ajouta Anko en entamant une brochette de dango qu’elle avait sortie d’un rouleau d’invocation.

 

Sasuke ne broncha pas, elle le regarda un moment puis ajouta :

 

« Et je suppose que si tu as daigné venir jusqu’ici ce n’est pas pour les beaux yeux de Naruto, n’est-ce pas ? »

 

Sasuke râla encore, se leva de la chaise où il s’était assis, enjamba les objets hétéroclites qui jonchaient le sol et parvint à atteindre son sac, laissé à l’entrée. Anko mâchonnait sa lèvre inférieure, profitant encore du gout de la sucrerie qu’elle avait engloutie, attendant patiemment. Sasuke revint et, d’un air impassible, plaça sous les yeux de la brune un petit objet blanc nacre immaculé. Anko regarda la chose, Sasuke, qui avait pris un air extrêmement sérieux, puis de nouveau la chose et demanda :

 

« Tu veux que je peigne ton masque ? »

 

Comme toujours, Sasuke ne répondit qu’en fronçant légèrement les sourcils en signe d’assentiment.

 

« Oh… chuchota la jeune femme, surprise. Tu es sur que tu veux que ce soit moi qui te le fasse ?

Grmph, émit Sasuke en crissant des dents.

– Hm, oui, tu as raison, Naruto ne pourrait pas être sérieux et Sakura… Pourquoi pas Sakura d’abord ? »

 

Sasuke n’eut même pas de mouvement d’humeur. Au lieu d’ouvrir la bouche comme toute personne normale l’aurait fait, il roula des yeux en se redressant et fit glisser un « tsss » sonore entre ses lèvres.

 

« Ah, oui, tu as raison, elle t’interprète trop et ferait quelque chose qui te ressemble, sans compter son excitation et la façon dont elle se mettrait à débiter pendant une heure, c’est ça ? » ricana la femme d’un air sadique.

 

Sasuke considéra qu’il n’avait pas besoin de répondre, Anko savait de toute façon parfaitement pourquoi c’était à elle qu’il s’était adressé. Si Sakura le comprenait, c’était Anko et elle seule qui était capable d’infiltrer son mur de glace pour trouver au fond de lui des symboles connus de lui seul, et encore. En ces quelques années, elle était devenue presque aussi proche de lui que Naruto et Sakura pouvaient l’être. Lorsque ses deux coéquipiers étaient en mission et qu’il restait enfermé chez lui, elle le trainait dans un bar et le faisait boire en compagnie de quelques jounins. Il n’aurait jamais cru voir Kakashi ivre mort. Lorsqu’ils se réunissaient tous les quatre, c’était elle qui retenait les ardeurs de Naruto lorsqu’il allait trop loin vis-à-vis de lui, amoindrit par son manque d’expression. Naruto comprenait toujours immédiatement. Anko, qui avait vécu tant de choses communes avec lui, entre une enfance difficile, un recrutement chez Orochimaru, la marque sur leurs cous, et présentait les mêmes symptômes, si affectionnés par le serpent, que lui, était devenue une amie chère qui savait le dérider. Il ne s’étonnait plus de la relation fusionnelle qu’elle entretenait avec Naruto. En plus d’une affection presque maternelle qu’elle lui donnait sans compter, elle était son complément pour toutes les choses dont le blond avait toujours manqué. Il aimait les voir ensembles parce qu’ils rayonnaient agréablement, comme un soleil de fin d’après-midi, chaud, doux et enjôleur.

 

« Bon, d’accord, avait repris Anko. Il sera prêt demain, mais ne vient pas te plaindre si ça ne te plait pas. »

 

Anko avait toujours fait preuve d’un incroyable sérieux en face de Sasuke. Seule, en face de Sasuke, parce que sinon elle faisait tout pour que ce soit Naruto qui soit près de lui, sans problèmes. C’était un réflexe conditionné qu’elle avait adopté dès leurs premières rencontres. Après tout, le brun était comme son beau frère et la personne que Naruto chérissait certainement le plus. Sasuke eut un rictus d’assentiment et sortit, émettant un dernier grognement qu’elle comprit parfaitement comme un « Je te fais confiance ». Anko resta seule et pensive quelques instants, caressant le morceau faïence d’un doigt, puis se leva d’un air déterminé et hurla :

 

« Bon ! Au travail ! »

 

Sasuke, derrière la porte, avait eu un nouveau rictus avant de disparaître.

 

Sasuke regagna la berge, rafraîchi et sentant un peu moins le sang, se rhabilla sereinement, puis caressa le masque du bout des doigts.

 

« C’est un masque, mais tu en adoptes déjà un, alors j’ai dessiné le cri que tu refuses de sortir de toi. »

 

Sasuke fit la grimace. Il n’aimait pas que la notion de cri lui soit associée, pas plus qu’il n’aimait avoir un intérieur tourmenté, surtout aux yeux de cette femme, et d’autant plus que cette fois, Naruto était là pour écouter. Il devait bien avouer que le visage que la jeune femme avait dessiné pour lui lui plaisait. La bouche semblait saigner, les yeux pleuraient de désespoir et d’amertume, les traits au niveau des sourcils étaient arqués de façon à montrer une tristesse et une colère infinie. Ce masque était une expression à lui tout seul, l’inverse de lui-même, et pourtant il aurait pu passer des heures à le regarder comme son âme dans une glace. Déchiré, brûlé à vif de douleur, et inspirant par cette souffrance la terreur, la cruauté et la mort. Sasuke, en un geste vif, remit le masque sur son visage et s’en alla. Il devait remettre son rapport le plus vite possible.

 

*

*  *

 

Cela faisait deux mois que Sakura avait déménagé. Deux mois presque qu’il était dans l’Anbu. Deux mois qu’il n’avait pas revu la jeune fille et, malgré ses missions, il y pensait encore, et il ne voulait pas rentrer chez lui. Alors, après être passé chez l’Hokage, avoir déposé son dossier sur le bureau sans réveiller la maîtresse des lieux qui, comme à son habitude, s’était endormie, Sasuke se glissa chez lui, enfila son éternel kimono blanc au symbole de son clan et partit se promener dans les rues. Un léger vent soufflait, il se sentait en paix. Les massacres qu’imposaient les missions d’Anbu lui plaisaient énormément, d’autant plus qu’il les savait tous mérités. Lorsque cela ne lui semblait pas le cas, il vérifiait toujours les informations, par principe. Dans un sens, peut-être, aussi, ne voulait-il pas ressembler à son frère.

Sasuke s’arrêta au niveau d’un petit parc séparé de la rue par un muret blanc. Il soupira. La présence qu’il venait de sentir était celle de son stupide coéquipier. Il avait parfois l’impression qu’il le suivait partout, veillant sur lui comme un grand frère, espionnant tous ses fais et gestes, ses regards, cherchant toujours, en dehors de leur relation officielle, à le percer le plus profondément possible. Pourquoi ne pouvait-il pas rester à sa place ? Pourquoi devait-il s’occuper de lui alors qu’il avait ses propres rêves ? Bien sûr, il connaissait la réponse. Il savait très bien qu’il veillait sur lui parce qu’il faisait partie de ce rêve. De même Sakura, et tous ceux qui lui étaient chers en faisaient partie, mais lui, semblait-il, aux yeux du blond, avait besoin qu’on le protège. Il détestait ça.

Sasuke grogna, une ombre se matérialisa devant ses yeux alors qu’un coup de vent faisait voler quelques pétales de fleur.

 

« Qu’est-ce que tu cherches en te promenant tout seul dans la nuit, enfoiré ? »

 

Sasuke ne pipa mot, comme à chaque fois.

 

« Héhé, ricana le jeune homme. Si tu pouvais me répondre un cerisier en fleur, je pense que personne n’aurait besoin de s’inquiéter pour toi ! »

 

Sasuke lança un regard noir à Naruto et se détourna pour laisser aller ses yeux sur le parc où les pétales roses tombaient toujours.

 

« Sasuke, je te jure que si tu continues comme ça je préférerais te tuer plutôt que tu continues à faire souffrir Sakura par ton comportement égoïste. Je sais que c’est une question d’honneur pour toi, mais je te jure que même elle préférera te savoir mort plutôt qu’éternellement souffrant. Et même si pour ça Sakura doit m’en vouloir et me haïr, je le ferai.

Tch… glissa Sasuke, signifiant son indifférence.

– Pf… T’es trop con !

Grmph, rétorqua Sasuke, mécontent de se faire insulter pour quelque chose qu’il considérait comme incompréhensible de la part d’un imbécile comme Naruto.

– J’étais venu te dire que Kakashi-sensei est revenu de mission et qu’il t’attendrait demain au terrain d’entraînement de notre équipe. Sakura sera là en soutien médical. »

 

Sasuke regarda Naruto de travers mais il rétorqua :

 

« Hé ! Je t’informe ! Je ne te suis pas et ne veille pas sur toi, contrairement à ce que tu crois ! Kakashi devait normalement passer te chercher chez toi demain matin, mais comme je sais que tu n’aimes pas les surprises, j’ai préféré te prévenir. Si toi tu restes au sol, moi je passe mes nuits sur les toits ! Ah, j’espère que le masque d’Anko te plait, au fait !

Tss… répondit Sasuke, un sourire au coin des lèvres en détournant la tête.

Héhé ! Je lui dirais, vieux ! » explosa Naruto en lançant son bras au dessus de la tête de l’Uchiha pour lui ébouriffer les cheveux sans qu’il ait le temps de s’en rendre compte.

 

Sasuke ouvrit la bouche pour protester, insulter, émettre un quelconque son qui serait significatif. Mais bien sûr, comme d’habitude, rien ne sortit. Comme à chaque fois qu’il voulait se justifier devant lui qui faisait tout pour qu’il parle, il n’arrivait pas à articuler le moindre mot. Il savait pourtant très bien s’y prendre pour le mettre en rogne, bien plus que Sai d’ailleurs, ce qui était un exploit. Frustré, il ne vit pas non plus le blond jovial s’avancer et l’étreindre.

 

« Sasuke, t’auras beau penser, j’aurais beau dire que je te déteste, je crois que je n’ai jamais été aussi heureux que depuis que tu es revenu. »

 

Naruto relâcha l’accolade fraternelle, éclata de rire à la tête de l’Uchiha et disparut dans la nuit, le laissant les yeux emplis de colère et des questions non-formulées plein la tête. Contact. Il ne connaissait pas, ne voulait pas connaître, et pourtant il l’y forçait, pour son bien, certainement, selon lui. La seule chose a laquelle il pu penser après cela fut la sensation du contact de Sakura. Sans savoir ce que cela pouvait représenter en forme réelle, il savait que contrairement à Naruto, il ne serait pas en colère, juste contrarié –et encore, dans le fond, il le sentait, cela lui avait fait foncièrement plaisir. Il savait aussi parfaitement pourquoi.

Sasuke décida en cet instant qu’il vaudrait mieux pour lui faire tous les premiers pas avant de se mettre à détester la jeune fille si elle s’approchait de lui, même si cela ne semblait plus être le cas. Toujours vexé, il se leva et rentra chez lui, le cerveau vide, calme, mais en fermant la porte de son appartement, il émit un dernier « tsss… » agacé et alla s’étaler sur son lit.

 

*

*  *

 

Naruto esquiva pour la énième fois une attaque. Le sabre tournoyait, toujours si vite, précis, mortel. Un multi-clonage pu faire l’affaire un bref instant mais bientôt une boule de feu le fit disparaître. Naruto venait de se rendre compte que c’était contre Lui qu’il se battait. Alors soudain, tout devint euphorique. Laissant de côté sa gentillesse et sa distraction, Naruto composa un Rasengan. Emporté par son élan, il utilisa une technique de substitution, esquiva le poing, le pied, la rafale de kunais, composa d’autres clones et les mêla aux troncs d’arbres préalablement attrapés.

 

« A gauche ! »

 

Trop tard, le sabre l’avait transpercé. Naruto cracha un peu de sang, fier de ce qu’il avait fait. Il tint le sabre fermement, et avant que l’autre ne comprenne, un clone avait saisi ses mains et le maintenait fermement en place. Le Rasengan brilla, s’enfonça dans la chair sous le silence douloureux de la victime, puis tous les clones disparurent et le nuage de poussière se dégagea. Naruto releva les yeux, victorieux. Erreur. Face à lui, deux orbes écarlates luisaient de rage et de détermination. Les virgules noires se mirent à tournoyer, le jeune blond ferma ses paupières. Trop tard. Illusion. Noir profond, monde inconnu. Et ce silence. L’ombre contre laquelle il s’était battu se matérialisa devant lui et énonça avec mépris :

 

« Hn. »

 

Naruto, en revanche, entendit clairement la voix grave et hautaine constatant au fond de lui : « Je t’ai encore battu. »

 

De rage, il tenta de se défaire de ses chaînes. Rien. Il ne pouvait pas bouger. L’illusion était claire, de taille. Il ne savait pas ce que Kakashi avait pu faire pour avoir cette pupille sans tuer la personne qui lui était la plus chère, mais l’autre semblait lui aussi être capable d’avoir un sentiment assez fort et de le concentrer assez pour y arriver. Naruto ne supportait pas ce regard victorieux sur lui. Il s’était demandé tout le long du combat pourquoi aujourd’hui il ne l’utilisait pas dès le début, mais il avait compris qu’il avait trouvé une meilleure tactique. Au fond, c’était aussi bien pour lui qui devait s’entraîner à y résister. C’était l’objectif, il fallait qu’il fasse encore une tentative. Les yeux face à lui semblaient jubiler. Jaloux, déçu, enragé, Naruto du faire un effort monstrueux pour concentrer son chakra sans utiliser ses mains prisonnières. L’autre ne s’occupait pas de son avancement et se contentait de suivre un schéma de développement d’illusion selon ses critères. Cela devenait toujours plus dur. A chaque fois il se sentait distancé, et à chaque fois il détestait ça un peu plus. Pourtant, c’était comme avant, ou presque, et la dessus du moins, il pouvait être sur que cela aboutirait à quelque chose. C’était face à lui qu’il progressait le plus et le mieux. C’était sa façon de se motiver et il en était parfaitement conscient. Alors encore cette fois, Naruto serra les dents, faisant sortir de lui tout ce qu’il pouvait de chakra tandis que l’autre disparaissait de son champs de vision, se concentrant sur son seul et unique objectif : Battre Sasuke.

Lorsqu’il ouvrit les yeux, la lumière l’ébloui.

 

« Sa… Sas’ke… » hésita-t-il.

 

Le brun se tenait face à lui, les bras croisés sur son torse en sang, un léger sourire au bord des lèvres.

 

« Tch… » souffla le jeune homme, mais Naruto entendit : « Ce n’est pas trop tôt, boulet. »

 

Naruto ne savait pas exactement comment il faisait, mais dans ces moments là, il savait exactement ce que voulait lui dire Sasuke. En réalité, il en prenait conscience seulement maintenant, Sasuke n’avait pas besoin de parler pour être compris. Alors, essuyant le filet de sang qui coulait de ses lèvres, Naruto rétorqua immédiatement :

 

« Hehe ! Je ne perdrais plus face à toi Sas’ke ! »

 

Les deux regards se croisèrent. Un combat. Deux âmes. Deux frères. Et la satisfaction de l’instant. Comme un monde tout entier à eux. La sensation qu’ils n’avaient existé que pour et par ce combat un bref instant. L’impression que le monde autour d’eux avait disparu pour ne laisser que cette euphorie incroyable. Se retrouver. Encore et toujours, quelques instants. Quelques heures dans ce combat quotidien. Le vent souffla légèrement, apaisant les corps et les âmes surchauffés. Les yeux fermés de Sasuke et sa lèvre remontée en coin, le ricanement de Naruto et sa main grattant nerveusement l’arrière de sa tête. Arrêt sur image. Reprise. Un grand cri hystérique se fit entende et deux poings s’abattirent sur les joues balafrées, brisant d’un coup le monde merveilleux et paisible dans lequel les deux combattants s’étaient enfermés cette fois encore.

 

« Naruto ! Tu as vu dans quel état vous vous êtes mis ?

– Mais Sakura-chan, c’est pas juste ! Pourquoi tu ne frappe jamais Sasuke ? protesta le blond.

– Parce qu’Anko s’en charge très bien !

– On ne pourrait pas échanger ? Je suis sûr qu’elle tape moins fort que toi ! brailla Naruto.

– Heu… On se calme les jeunes, soupira Kakashi en s’approchant avec méfiance de la zone dévastée. Les filles, vous amenez les garçons ici et vous les soignez, j’ai quelque chose à vous annoncer », ajouta le ninja copieur, une énorme goutte de sueur glissant le long de sa tempe.

 

Les deux furies s’exécutèrent, Anko se précipitant sur Naruto pour laisser tout le loisir à Sakura de porter Sasuke. Les deux survoltés ricanèrent en jetant des coups d’œil goguenards au dernier descendant des Uchiha qui traînait les pieds, un bras passé autour du cou de Sakura. La jeune fille ne s’en formalisa pas, habituée aux rires de ses coéquipiers, en revanche Sasuke « grmpha », comme l’avait défini Naruto, et enfonça sa tête dans la nuque de sa coéquipière. Rien que d’entendre les deux autres délirer lui donnait la migraine. Ce réflexe qu’il avait vis à vis de Sakura était devenu de plus en plus fréquent à compter du jour où il avait été contraint et forcé de passer son examen chuunin. En équipe. Avec Konohamaru et Moegi. Udon était, contre toute attente, déjà passé à la session précédente. Lorsqu’il était sorti du terrain, un Naruto organisateur au pur sadisme annonçant le tournoi final, il avait foncé dans le calme le plus total droit sur Sakura, qui l’attendait sereinement, et, ne lui laissant même pas le temps de commencer son examen physique, il avait posé son front sur son épaule, l’avait glissé jusque près de son cou et avait fermé les yeux. Calme. Enfin. Un long soupir de soulagement s’était échappé de ses lèvres et il aurait cru pouvoir s’endormir sur place si, au bout de quelques minutes de surprise, Naruto n’avait pas explosé de rire. Cet enfoiré de blond savait très bien que l’Uchiha en avait bavé avec ces deux gosses intenables.

Le paysage était vert et agréable. Naruto s’étala sur son matelas attitré, lui même adossé à un arbre. C'est-à-dire que Naruto avait calé sa tête entre les seins d’Anko et, dans cette position, pouvait attendre patiemment que Sakura termine de soigner Sasuke avant de s’occuper de lui. Sasuke sortait de ses combats toujours bien plus amoché que Naruto. Il détestait ça, alors être soigné le plus rapidement possible était un avantage non négligeable. Rien que pour cela, il adorait que Sakura le mette en priorité. Il n’avait pas perdu l’attention de la kunoichi, même si elle se faisait discrète et respectueuse de sa distance et surtout de son espace vital. Tandis que la jeune fille s’attaquait à un membre supérieur du corps, plus rouge et bleu que blanc, d’un Uchiha épuisé, Kakashi prit la parole :

 

« Les garçons, je ne sais pas ce qu’il s’est passé dans votre tête aujourd’hui, mais contrairement à ce que vous fabriquez tous les deux depuis un mois, et ce malgré les légers progrès de chaque jour, vous avez, et l’un et l’autre, réussi à produire dimension parallèle et chakra assez fortement pour entrer au panthéon des ninjas les plus incroyables de votre temps ! »

 

Sasuke, alors qu’il se laissait aller aux soins doux de Sakura, ouvrit légèrement ses paupières et ricana paisiblement. Naruto, sentant une étreinte relativement douloureuse autour de lui et une aura de joie et de fierté incroyable au dessus de sa tête, se demanda vaguement de quoi Kakashi voulait parler.

 

« Sasuke, félicitations, tu es le premier à avoir maîtrisé sans meurtre le Mangekyou Sharingan en un mois. Naruto, tu as toute mon admiration, tu as réussi à résister au Mangekyou Sharingan cité précédemment en étouffant le monde illusoire avec ton chakra. »

 

Naruto sourit alors, épuisé mais heureux.

 

« Hé ! s’exclama alors Sakura.

- Quoi ? Ne me dit pas que j’y suis allé trop fort et qu’il va être paralysé à vie ! plaisanta Naruto en montrant Sasuke du doigt.

Tsss… murmura le brun en s’asseyant un peu mieux.

– Haha ! C’est cool ! Il récupère plus vite ! Sakura ? s’exclama Anko.

– Oui, depuis ton retour ta réserve de chakra a augmenté, Sasuke-kun », sourit la jeune femme avant de se lever.

 

Mais avant qu’elle puisse s’éloigner, une main froide retint son poignet.

 

« Sasuke-kun ? »

 

Sasuke ouvrit la bouche, tenta de dire quelque chose. Puis il la referma en plantant ses yeux dans ceux de Sakura d’un air extrêmement sérieux, fit glisser son regard le long de son bras et fixa étrangement le point de contact entre eux. Il fronça les sourcils, descendit sa main pour toucher celle de la jeune femme, le bout de ses doigts, puis la laissa tomber sur l’herbe en grimaçant. Si la surprise se lisait sur le visage de la jeune femme, elle eut un grand sourire et répondit à la question silencieuse de Sasuke :

 

« D’accord, tu devrais y arriver sans problème ! »

 

Naruto, Kakashi et Anko se lancèrent des œillades d’incompréhension totale tandis que Sakura riait de plus belle et expliquait :

 

« Je vais lui apprendre des bases de justus médicaux. »

 

Le trio resta interdit. Kakashi songea que c’était une bonne idée sachant que Sakura et Anko –qui comme tout bon jounin savait à peu près refermer les plaies- ne seraient pas forcément là à chaque fois qu’ils s’entraîneraient à l’avenir. Sasuke détourna la tête. Il avait demandé par des gestes alors qu’il ne demandait jamais par le toucher. Pourtant, avec Sakura, cela avait été possible. Il siffla entre ses dents. Naruto et son influence étaient parfois plus diaboliques qu’Orochimaru.

 

 

 

A suivre

 

 

 

Bon, j’espère que ce chapitre vous a plu. Le prochain sera sur le même ton, peut-être un peu plus sentimental, mais si je devais trouver un mot sur l’impression qu’il devrait dégager, je dirais « brûlant », et c’est promis, je vous mets une baston.

Vos avis ? J

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales