Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 187 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Rock City Boy Auteur: jessnal Vue: 5150
[Publiée le: 2011-12-12]    [Mise à Jour: 2012-05-27]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 66
Description:
De retour à la vie parisienne... Miwaku tente de se reconstruire comme elle le peut. Mais c'est sans compter l'acharnement de ses amis de Konoha, décidés à franchir la barrière séparant leurs mondes pour la retrouver et la ramener avec eux.
Venez suivre les aventures d'un quatuor de ninjas perdus dans les rues de Paris. Beaucoup d'obstacles se dresseront sur leur route et ils devront affronter des ennemis redoutables : le métro et le macdo... entre autres.

Cette fiction est la suite d'Apple and Ananas, que je vous conseille de lire pour une meilleure compréhension de l'histoire.
Crédits:
Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 10

[2420 mots]
Publié le: 2012-05-13Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Sasuke poussa un énième soupir, tandis que le petit corps de Miwa se tordait de douleur.

- Tu ne peux pas cesser de bouger ? Lui demanda-t-il d’une voix apparemment dénuée d’émotions.

- Ferme-la, Sasuke. Grinça la jeune fille en gardant la mâchoire serrée. Sa respiration était saccadée, son corps moite à force de subir les assauts du mauvais chakra qui se heurtait violemment contre la cage que Sasuke lui imposait. Il s’agissait d’un scellement mineur, supposé tenir quelques semaines, pas plus. Il lui avait promis un bien meilleur, plus performant qu’il lui poserait dès son retour à Konoha.

Le souci était que performance était synonyme de douleur dans la bouche de l’Uchiha.

Miwa mit son point devant sa bouche pour s’empêcher de hurler, se lacérant les paumes des mains avec ses ongles. Ce n’était décidément pas supportable.

- Essaie d’être un peu moins douillette. Râla le brun en continuant son travail.

Elle le foudroya du regard.

- Plus tu bougeras, plus ce sera long. Assura-t-il sur le même ton impassible.

Cela eut un effet radical parce qu’aussitôt, elle s’immobilisa. Des larmes apparurent à ses yeux, signe évident qu’elle luttait intérieurement pour contenir cette souffrance.

Sasuke n’était pas stupide, il savait à quel point ce scellement était affligeant. La première fois qu’il lui avait fait subir, elle avait hurlé et s’était inquiétée pour sa survie. Désormais, elle était bien plus résistante, bien plus courageuse. Sa volonté était celle des shinobis de Konoha : sans faille.

Lorsque ses mains s’enlevèrent enfin de l’aine gauche de sa sœur de cœur et de sang, celle-ci se cambra en arrière et laissa échapper un juron qui le fit sourire.
Elle peinait à reprendre son souffle et il lui redressa la tête maladroitement. Elle souriait malgré la fièvre, malgré le mal qui se battait encore dans son corps. C’était Miwaku.

- Ok, on peut y aller maintenant.

Il ne put s’empêcher de sourire devant sa motivation à rechercher celui qu’elle aimait plus que tout qui n’avait pas faibli. Bien au contraire.

- Maintenant ?

- Ne fait pas celui qui est incapable de retrouver trois shinobis débordants de chakra. Je me doute bien que tu as repris le contrôle de tes yeux. Sakura a dû en baver avant d’accepter de t’opérer.

Il eut un léger rire, presque inaudible.

- Désolé, Miwa… Ce sera pour plus tard.

Sans attendre une seconde de plus, il plaça ses mains de part et d’autre de son visage et envoya une petite décharge électrique le long de ses tempes, qui lui firent perdre conscience presque aussitôt.

Il était désolé de lui infliger cela, de l’obliger quelque part à prendre du repos. Il retardait peut-être les très attendues retrouvailles, mais Shikamaru lui en serait reconnaissant, il le savait. Sa santé était prioritaire sur le reste.

Le visage endormi de Miwa n’était pas des plus paisibles : les sourcils froncés, la bouche boudeuse, même dans le repos, elle gardait cet air contrarié. Elle avait souffert, Konoha lui avait manqué, il lui avait manqué… et pourtant, elle n’avait pas baissé les bras. Il savait à quel point la solitude pouvait être destructrice, il en avait fait les frais. Sans Sakura et la détermination de Miwa à le ramener coûte que coûte, il se serait certainement foutu en l’air.

Son regard se perdit au travers de la fenêtre contre laquelle la pluie s’abattait toujours avec violence. Ses yeux rouges sang lui apparurent dans le reflet de la vitre, scrutant toute trace de chakra à l’horizon.

- Qu’est-ce que vous foutez tous ?

~*~

La bouche entrouverte, Aki fixait d’un air ahuri le shinobi en face d’elle.

- Tu te fous de moi ?

Les lèvres de Naruto esquissèrent un sourire satisfait. Cette histoire lui avait fait retrouver un peu d’énergie… bien qu’elle ne soit pas toute à fait remise encore des événements. Toutefois, elle jurait, et ça, c’était bon signe.

- T’es en train de me balancer que je suis l’héritière d’un clan conditionné pour protéger la descendance du sage de je sais plus quoi ?

- Ouais. Répondit le jeune homme d’un air joyeux.

Aki fit mine de réfléchir quelques secondes, puis haussa les épaules.

- Ok, ça se tient.

Le renard ouvrit de grands yeux ronds, stupéfait que la jeune femme accepte aussi facilement son sort.

- Et comment on se débarrasse de ce conditionnement ?

- C’est là que j’interviens ! S’exclama Naruto en ébouriffant ses épis blonds. T’as l’air un peu moins calée que Miwa sur notre univers, mais je pense que tu en sais un peu sur les sceaux ?

- Vaguement…

- Il est fort probable que le sceau est été déposé dans le sang de tes ancêtres pour qu’il puisse se transmettre de lui-même de génération et génération. Les fils du sage ont été plus que prévoyants.
Le jeune homme découpait et étirait de longues bandelettes blanches qu’il attachait solidement aux bras d’Aki qui le regardait s’exécuter, légèrement inquiète d’entendre parler de sang et de se voir attribuer autant de garrots.

- Mon père, poursuivit le jeune homme, avait mis au point un art de rompre ce type de scellement. Je l’ai longuement étudié auprès de Sasuke cette dernière année… et je pense être capable de l’exécuter.

Il saisit les poignets de la jeune femme et les plaça au dessus de deux récipients vides. Aki avait la désagréable sensation d’assister à un sacrifice païen, avec elle-même dans le rôle de la brebis à saigner.

- Attends, attends un peu Naruto. S’empressa-t-elle en cachant ses deux mains entre ses cuisses. T’es sûr de toi ? Pourquoi toutes ces précautions ? Tu vas me vider de mon sang ou quoi ?

Il tenta de lui reprendre ses mains, mais elle se replia sur elle-même pour les protéger.

- T’as confiance, oui ou merde ? S’emporta-t-il devant la nervosité d’Aki.

Elle hésita quelque peu avant de lui tendre à nouveau les mains.

- Ne t’inquiète pas… se radoucit-il lorsqu’il prit enfin compte de son angoisse. Ce sera peut être un peu douloureux, mais sans danger pour toi. Je te le promets. Et je ne reviens jamais sur ma parole.

- Foutu nindô ! Hein ? Ironisa-t-elle.

Ils se sourient mutuellement. Oui, au plus profond d’elle-même, Aki savait qu’elle pouvait tout miser sur Naruto. Lui faire confiance était une évidence… et jamais elle n’oublierait cette main qu’il lui avait tendue. Elle lui serait reconnaissance jusqu’à son dernier souffle.

~*~

Un mal de crâne insupportable martelait le pauvre Kim qui reprenait doucement conscience sur le canapé du salon. Il sursauta et se redressa rapidement en se massant l’arrête du nez. Que s’était-il passé ? L’appartement était plongé dans un calme irréel. Avait-il rêvé tout ce qu’il s’était passé ? Une bouffée de chaleur l’envahit et il eut besoin de prendre un peu l’air. Il se dirigea, chancelant jusqu’à la porte-fenêtre, méditant ses souvenirs flous… où était Miwa ?
Il prit appui contre la baie vitrée sur laquelle la pluie s’abattait avec violence. Mais à peine regarda-t-il au travers qu’une vision le fit sursauter. Au-delà de son reflet se trouvait un homme aux longs cheveux dégoulinant de pluie, aussi pâle qu’un ange… et aux yeux incroyablement blancs. Il ne put s’empêcher de crier et de faire plusieurs pas en arrière. L’étranger s’engouffra dans l’appartement et le toisa d’un air mauvais, dédaigneux. Son regard laiteux était si lourd de reproches que Kim aurait pu se sentir coupable de n’importe quel crime.

- Où est Shikamaru ?

Une voix sombre s’était élevée dans son dos et il constata, effrayé, la présence de Sasuke.
Il n’eut pas le temps de paniquer davantage que l’Uchiha le ramena rapidement au néant et lui fit reprendre sa place initiale sur le canapé.

- Il va revenir. Soupira Neji en regardant autour de lui s’il trouvait une trace de son élève. Sasuke lui désigna la porte d’une chambre d’un mouvement de tête. Aucun remerciement, aucun autre échange. Neji se rua à l’intérieur de la pièce où il trouva sa belle apprentie endormie. Un voile tendre passa dans son regard. Une année à se perdre dans les remords et l’incompréhension, à s’entrainer sans relâche, à chercher encore et encore… une année de galères, une année de misère et enfin… elle était là. Il s’approcha doucement du lit sur lequel elle sommeillait les sourcils froncés.

- Tu as déjà renforcé son sceau ? Demanda-t-il à l’attention de Sasuke.

- J’ai pas eu le choix. Elle avait repéré notre présence et a utilisé bien plus de chakra qu’elle n’aurait dû.

Le jeune Hyuuga ne pu s’empêcher de sourire. Imprudente Miwaku, fidèle à elle-même.

La jeune femme tressaillit et finit par ouvrir deux grands yeux fatigués. Elle se figea en découvrant son ami, le meilleur qui soit, à son chevet. Elle battit plusieurs fois des cils pour être certaine que sa vue ne lui jouait pas de tour, puis, esquissant le plus doux des sourires, elle lui tendit les bras.

Le jeune homme n’eut d’abord aucune réaction, mais devant son insistance se pencha vers elle et la serra dans les siens. Accrochée à son cou, Miwaku réprima les larmes qui lui montaient aux yeux.

- Neji… souffla-t-elle, comme soulagée.

Cet homme avait été sa force, son repère, son équilibre, son armure. Combien de fois avait-elle imaginé qu’il se tenait près d’elle, la toisant froidement et la réprimandant sévèrement ? Combien de fois avait-elle murmuré son nom, juste pour se rassurer, pour se sentir en sécurité ? Son ami, son Senseï, son camarade, à la vie à la mort, marchant l’un derrière l’autre sur le même chemin.

- Bonjour… Miwa.

Elle s’écarta de lui pour trouver ses yeux nacrés dans lesquels elle pu lire une forme de joie nouvelle. Il gardait bien entendu tout de sa rigidité et de son impassibilité, mais son regard trahissait un bonheur presque palpable.

- Espèce d’idiote. Dit-il d’un ton qu’il voulait sévère, mais trahissait davantage ses émotions. Est-ce que tu te rends seulement compte de ce que nous avons dû traverser pour te retrouver ? Ton monde est vraiment merdique !

Elle ne put lui répondre autrement que par un sourire. La vulgarité lui allait si mal. Quelque chose semblait avoir changé en lui… Que lui était-il arrivé au cours de son absence ?

- Je suis heureuse de te retrouver… Neji Senseï… murmura-t-elle avant de le serrer à nouveau dans ses bras.

~*~

Assise en tailleur sur son propre lit, Miwa regardait d’un air hébété tour à tour les deux shinobis.

- Aki a fait quoi ?

- Ne nous oblige pas à reprendre depuis le début… soupira Sasuke agacé. Et allonge-toi !

La jeune femme ignora royalement la dernière recommandation de l’Uchiha et se tourna vers son Senseï pour lui soutirer plus d’informations. Il avait été étrangement silencieux depuis que Sasuke s’était enquis de lui conter la trahison de sa colocataire.

- Où est-elle maintenant ?

Neji jeta un regard inquiet par la fenêtre.

- Vous ne savez pas où elle est ? Insista Miwaku de plus en plus tracassée par le sort de son amie.

- J’ai mon idée. Répondit enfin le Hyuuga en évitant soigneusement le regard de plus en plus agacé de la brune.

Elle était toujours incroyablement compréhensive. Visiblement, parler de pardon était inutile parce qu’elle ne lui en voulait même pas. Comment faisait-elle pour toujours se montrer bienveillante, pour garder intactes ses valeurs ?

- Où ça ? Le pressa-t-elle tandis que Sasuke lui appuyait sur la tête pour la forcer à se rallonger.

- Mais pourquoi ça t’inquiète autant ? S’emporta le Hyuuga en se tournant enfin vers elle.

La réflexion du jeune homme fut l’étincelle qui alluma le feu de Miwaku. Elle repoussa un peu plus violemment les bras de l’Uchiha qui luttait pour la faire se tenir tranquille. Il abandonna d’ailleurs cette idée en voyant la colère apparaître dans les yeux de la jeune femme. Miwa était d’une patience à toutes épreuves, sauf lorsqu’on touchait ceux qui lui étaient chers. Il l’avait vue plusieurs fois pester contre Shikamaru et Neji lorsque ceux-ci se battaient encore pour elle. Elle détestait plus que tout les conflits inutiles et les réglait rapidement. De toute façon, rares étaient ceux qui lui résistaient.

- Crétin ! Tu vois bien qu’Aki n’y est pour rien dans cette affaire. C’est elle la victime. Elle est mon amie, sans elle… je…

Elle baissa la tête quelques secondes, froissant machinalement les draps entre ses doigts. Petits gestes insignifiants… ou plutôt démonstratifs d’une longue et pénible attente, d’un manque douloureux, d’une détresse respirable.

- Sans elle… poursuivit-elle avec beaucoup moins de force dans la voix, je ne sais pas si j’aurais pu y survivre.

Sasuke et Neji la regardèrent horrifiés. Quoi ? Y survivre ? Elle n’y avait pas songé ? Une terrible angoisse transperça leurs cœurs, un semblant de vide se créa en eux. Miwaku avait donc pensé à abréger sa vie ?

L’Uchiha serra les poings et mit volontairement une petite tape derrière la tête de la brune.

- Aïe ! Gémit-elle en se massant le crâne. On s’en fout, c’est passé. Vous êtes là aujourd’hui. L’important est de retrouver Aki. Je lui suis infiniment reconnaissante.

Neji laissa une nouvelle fois son regard laiteux s’égarer par delà du velux. La pluie tombait toujours aussi violemment. Il supposait vaguement que Naruto soit allé la récupérer. C’était bien dans le tempérament de l’ex-réceptacle, d’aller voler au secours des malheureux. En cela, Miwa et Naruto se ressemblaient beaucoup. Cette bonté de cœur, cette générosité et ce pouvoir à changer les gens… ça leur était propre et le dépassait complètement. D’un autre côté, il avait beau en vouloir à Aki, une part de lui s’inquiétait pour elle.

Il poussa un long et bruyant soupir avant de se redresser.

- J’y vais.

Miwaku se leva d’un bond.

- Je viens avec toi !

- Bien essayé mais non. Grogna l’Uchiha en lui attrapant le bras.

Le temps qu’il lui fallut pour se libérer de la force titanesque du jeune homme, Neji avait déjà filé. Elle le foudroya du regard avant de retourner s’assoir en tailleur sur son lit et de croiser ses bras sur sa poitrine, prenant un air franchement contrarié.
- Tss… en effet t’as pas changé. Mais moi non plus. Je ne suis ni Neji ni Shikamaru pour céder à tes caprices.

Elle lui tira vivement la langue avant de retrouver un sourire sincère. C’était si bon de les retrouver.

Encore quelques instants… Terrible attente qui lui paraissait durer une éternité…

Elle tourna son regard vers la fenêtre par laquelle Neji venait de disparaître. Il était tout près… si près. Son cœur se mit à se tordre, prenant un rythme irrégulier et affolant. Le voir… lui parler… le toucher… elle n’avait cru cela possible qu’en rêve.

« Je t’en prie… dépêche toi… »

Commentaire de l'auteur Bonjour à tous ^^

Voilà le chapitre 10, j'espère qu'il vous plaira bien qu'il soit un peu plus court que prévu.
Il n'est pas vraiment captivant, mais le prochain devrait vous plaire je pense.
J'espère que vous ne m'en voulez pas trop d'être sans arrêt en retard. Les cours sont bientôt finis, les révisions aussi... je tiens bon et pourrais enfin écrire comme bon me semble.

Je vous fait des gros bisous à tous, portez vous bien.

Kisu
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales