Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Rock City Boy Auteur: jessnal Vue: 5112
[Publiée le: 2011-12-12]    [Mise à Jour: 2012-05-27]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 66
Description:
De retour à la vie parisienne... Miwaku tente de se reconstruire comme elle le peut. Mais c'est sans compter l'acharnement de ses amis de Konoha, décidés à franchir la barrière séparant leurs mondes pour la retrouver et la ramener avec eux.
Venez suivre les aventures d'un quatuor de ninjas perdus dans les rues de Paris. Beaucoup d'obstacles se dresseront sur leur route et ils devront affronter des ennemis redoutables : le métro et le macdo... entre autres.

Cette fiction est la suite d'Apple and Ananas, que je vous conseille de lire pour une meilleure compréhension de l'histoire.
Crédits:
Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 5

[2578 mots]
Publié le: 2012-02-19Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Salut les ptits loups ! ^^
Voici un nouveau chapitre qui j'espère vous plaira ^^
Merci à tous pour vos commentaires et à Aki de me corriger ^^

à très vite !

Kisu

- Savez-vous ce qu’est une fanfiction ?

Les quatre shinobis se figèrent instantanément, regardant Aki leur poser une question dont ils ignoraient la réponse.

- C’est une histoire reprenant les éléments d’une œuvre déjà existante. Si j’en crois mes yeux, je suis en train d’en vivre une en direct live. Je vous conseille d’en lire quelques-unes… Ca détend. Je suis justement en train d’en suivre une tout à fait intéressante reprenant à la fois les univers de Pirates des Caraïbes et de Percy Jackson qui…

À bout de patience Naruto se leva de sa chaise pour faire face à la petite fée qui prenait à son goût la situation avec trop de légèreté.

- Ta gueule ! On en a rien à cirer de tes fictions ! Où est Miwaku ?

Sasuke appuya sur l’épaule de son ami pour l’obliger à reprendre place. Le blond avait déjà attiré l’attention autour de lui et les quelques occupants du café le fixaient d’une étrange manière. Tandis que sa poigne amicale calmait son ami, lui sentait une rage incroyable bouillir en lui.

Aki sursauta légèrement, puis sourit aux quatre ninjas qui avaient toutes les peines du monde à maintenir leur calme.

- Qu’est-ce que vous lui voulez… à Miwaku ?

- Qu’est-ce que tu insinues ? S’emporta le renard, qu’on lui veut du mal ?

La petite fée croisa les doigts et s’en servit comme support pour y appuyer son menton.

- Tu ne crois tout de même pas que je vais vous donnez le moindre indice sur elle alors que j’ignore vos intentions.

Naruto allait répliquer, mais Shikamaru le devança.

- Si tu as lu nos aventures, tu sais que nous ne sommes pas du mauvais côté.

- Pour ce qui est de toi et de l’autre énergumène, oui. Mais je n’ai pas confiance en ces deux-là.
Elle disait ces mots en pointant de ses deux indexes Neji et Sasuke.

- Lui a la haine dans le sang depuis tout petit, il a failli tuer sa cousine dans une compétition stupide, je ne vois pas en quoi cela fait de lui une personne de confiance…

Neji serra tant les poings que les jointures de ses mains devinrent blanches. Il était naturellement calme, mais cette fille avait le dont d’éveiller en lui une envie irrépressible de lui coller sa main dans la figure.

- Et quant à lui…

Les pupilles noisette d’Aki rencontrèrent les noires de l’Uchiha.

- Depuis quand est-il du côté des gentils ? T’es pas censé être le grand méchant de l’histoire ?

Devant le cruel manque de tact dont l’étrangère faisait preuve, Shikamaru se sentit obligé de se lever à son tour pour calmer les idées noires de Sasuke, prêt quant à lui à lui refaire le portrait.

- Aki… c’est bien ça ?

La jeune femme secoua énergiquement la tête en gardant son petit sourire d’enfant pour l’attester.

- Aki… Miwaku est notre amie, et sa place est à Konoha. Nous sommes simplement venus la ramener chez elle. Nous ne lui voulons aucun mal.

La petite fée fit mine de réfléchir quelques secondes.

- Miwaku est comme vous ? Une kunoïchi ?

Neji acquiesça.

Elle dévisagea à nouveau tour à tour les shinobis.

- Et que représente-t-elle à vos yeux ?

Cette fois, elle était très sérieuse.

Naruto et Sasuke se regardèrent un instant avant de répondre simultanément :

- Elle est notre sœur.

Aki sursauta. Certains éléments du manga avaient dû lui échapper. De toute façon, elle avait toujours préféré l’Akatsuki aux gentils… quoi que…

Neji n’avait cessé de la fixer de son regard froid et hautain depuis qu’elle les avait retrouvés dans les couloirs du métro. Il avait renoncé à sa stupide paire de lunettes noires et ses yeux laiteux la captivaient malgré elle. D’ailleurs, la colère qui s’en dégageait la frustrait d’avantage que la soif de sang de l’Uchiha.

- Et pour toi ?

Il fronça les sourcils. Comment répondre à cette question ? Il sentit l’air devenir soudainement lourd…

- Miwaku est mon élève.

- Genre t’es son Senseï ?

Aki éclata de son rire cristallin et ne lui laissa en aucun cas le temps de protester.

- Et toi, tu dois être son mec ?

Elle avait à nouveau planté avec sérieux son regard dans celui de Shikamaru qui luttait pour garder son calme. Le jeune homme la toisa sur un air de défi et Aki n’en ricana que davantage.

- C’est bon… je vous fais confiance.

~*~

- Miwaku ! Je t’ai installé quatre personnes à la quinze ! Et il faut que tu prennes la commande à la six !
La jeune femme serra les dents pour éviter d’envoyer valser son plateau chargé de verres sur la tête de son manager. Le petit homme, imbu de sa personne se croyait tout simplement tout permis parce qu’il avait réussi à gravir un échelon dans ce restaurant. Son égo en avait pris un coup et il en profitait pour hurler sur sa pauvre équipe. Si Miwa se fichait de l’entendre vociférer contre elle, elle ne supportait tout de même pas qu’il s’en prenne aux autres jeunes filles. Plus d’une fois, elle avait eut envie de l’attraper et de lui décharger son futon dans le bas ventre, mais s’était contenue. Elle avait un loyer à payer.

- Aki ! C’est à cette heure là que tu prends ton service ?

La jolie brune chercha aussitôt son amie des yeux. Aki était là, vêtue du traditionnel tablier que l’établissement ordonnait de porter, ses cheveux châtain tirant sur le roux en bataille, et exhibant ses piercings dans le seul but d’agacer son nouveau supérieur qui ne loupa pas cette occasion pour hurler à son encontre.

Miwaku s’interposa in-extremis, déchargeant son plateau dans les bras de son amie pour l’entrainer vers la plonge du restaurant, seul endroit tranquille pour discuter.

- T’étais passée où ? Râla la grande brune en empilant des assiettes sales.
Elle s’attendait à ce qu’Aki râle à son tour, comme elle le faisait à chaque fois que Miwaku lui demandait de lui rendre des comptes. Mais contre toute attente, la petite fée se contenta de sourire tristement et de prononcer des paroles réconfortantes.

- J’étais avec des amis Miwa, ne t’inquiète pas. Je suis désolée de t’avoir inquiétée.

La brune se figea sur place en regardant son amie s’éloigner. Cette attitude ne lui ressemblait pas. Aki ne s’excusait pas… tout d’abord parce qu’elle détestait ça mais aussi parce qu’elle n’avait jamais besoin de le faire.

- Dis ma belle, et si nous sortions ce soir ? Histoire de se vider un peu la tête ?

- Encore un de tes plans foireux ?

- Même pas. Tout ce qu’il y a de plus convenable.
Miwaku devina que quelque chose ne tournait pas rond, et accepta, méfiante, l’invitation d’Aki.

Elle ne vit pas que son amie s’éloignait d’elle en serrant les poings tellement forts que ses ongles entamèrent sa chair.

Aki refoula les larmes qui se pointaient à ses yeux. Pleurer ? Jamais ! Et puis quoi encore ? Elle se mit au travail tel un robot, n’obéissant qu’à ses reflexes. Son esprit était ailleurs. Il était resté bloqué au petit café ou elle avait quitté les quatre shinobis plus tôt dans la mâtiné. La scène qu’elle avait vécue se répétait inlassablement dans son esprit…

Elle se souvenait parfaitement des regards désespérés qu’ils lui avaient jetés lorsqu’elle leur avait annoncé qu’elle ne savait pas où Miwaku se trouvait.

Aki n’était pas une menteuse pour un sou, d’ailleurs, elle le faisait très mal. D’un caractère assez direct, le simple fait de les tromper aussi facilement la dégoûtait d’elle-même. Mais qu’aurait-elle bien pu faire ?

Depuis son enfance, ses pas incertains l’avaient toujours menée nulle part. Ses pulsions maladives s’étaient soudainement calmées lorsqu’elle avait rencontré Miwaku. Colocataire magicienne, elle avait apaisé son cœur et Aki s’était enfin sentie utile, pour la première fois de sa vie. Car oui, il n’était plus question de fugue ou de lutte contre elle-même… il était seulement question de sa nouvelle amie et de la protéger envers et contre tout.
Aki était vivante tant que Miwaku avait besoin d’elle.

Elle se remémora le visage de Shikamaru. Cet enfoiré voulait vraiment lui reprendre son seul souffle de vie ?

Intérieurement, Aki se sentait terriblement égoïste, mais elle ne se sentait pas capable d’agir autrement. Une nouvelle force incontrôlable la poussait à orchestrer tout un plan afin de la garder près d’elle. Elle sentait son cœur divisé en deux parties distinctes. Il y avait celle qui hurlait, écrasée par l’autre, de conduire Miwaku à ses amis et à son monde… et l’autre, vicieuse qui manipulait le monde autour d’elle, et satisfaisait ses désirs par de vils mensonges.

La jeune femme courut se réfugier dans les vestiaires du restaurant, et se passa de l’eau sur le visage. La tête lui tournait.

Bien entendu, lorsqu’elle avait assuré qu’elle ignorait où Miwa se trouvait, Sasuke s’était aussitôt révolté en la traitant de menteuse. Naruto avait alors calmé le jeu en soufflant à ses compagnons qu’Aki était bien plus à l’aise dans ce monde qu’eux-mêmes et qu’il serait mieux de s’allier à elle, puisqu’ils partageaient le but commun de la retrouver. Shikamaru avait accepté avec quelques réticences. Aki les avait alors menés dans une auberge de jeunesse où le loyer était à très bas prix et leur avait proposé son aide pour une semaine. En contrepartie, ils devaient la laisser agir sans interférer. Lorsqu’elle avait tendu la main pour conclure ce marché, seul Naruto et Shikamaru avaient consenti à la lui serrer. Neji et Sasuke avaient toisé ses petits doigts et lui avaient tourné le dos en la considérant comme une pestiférée. Elle n’en avait pas été vexée.

Maintenant, il était trop tard pour reculer. Elle saisit son Smartphone dissimulé dans une des poches de son uniforme de serveuse et rechercha machinalement un nom précis. À peine s’afficha-t-il dans son répertoire qu’elle appuya sur l’une des touches destinée à l’appeler, tremblante. Elle devait agir tant qu’elle en était capable. Si les remords prenaient le dessus sur elle, elle n’aurait plus aucune motivation pour mettre en place ce foutu plan… et elle finirait par perdre son amie.

Le cœur battant, elle attendait que l’individu réponde…

- Allô ?

Bingo. Elle hésita longuement avant de prendre la parole.

- Bonjour Kim. C’est Aki…

~*~

- C’est bien la première fois que je vous vois sur la même longueur d’onde ! S’exclama Naruto en parcourant la longue liste de nom qu’il avait sous les yeux.

Face à lui, Sasuke et Neji tentaient vainement de persuader Shikamaru et lui-même à renoncer à ce stupide marché fait plus tôt dans la journée. Le jeune Nara les écouta attentivement. Il avait beaucoup de mal à appliquer les consignes que la jeune femme leur avait imposées, et ses amis espéraient profiter de cette faiblesse.

- Je sais que vous ne lui faîtes pas confiance… soupira-t-il. Mais nous n’avons d’autre choix que d’essayer de l’écouter. Nous ne perdons rien d’essayer.

Aki leur avait demandé de visiter une liste interminable d’adresses. Ils ignoraient bien entendu qu’elles étaient toutes erronées. Elle avait judicieusement choisie des lieux très éloignés les uns des autres, afin que cela puisse prendre une semaine aux shinobis, même en prenant en compte le multiclonage de Naruto. Elle avait assuré en prendre une partie et de venir les retrouver ici pour leur faire un rapport au bout de sept jours. Lorsque les garçons avaient essayé de l’interroger sur ses attentions, le jeune Nara avait compris que Miwaku était aussi très précieuse à Aki, par la maladresse de son expression à ce moment là. « Je… j’ai mes raisons. L’idée de perdre définitivement Miwa m’est inconcevable… » Il s’en remettait donc à son seul instinct.

Devant la résignation de leur ami, Neji et Sasuke n’eurent d’autres choix que d’accepter. Mais ils se jurèrent d’agir à leur manière si au bout de sept jours, les recherches n’avaient rien donné.

~*~

Miwaku n’arrivait pas à croire qu’elle se tenait perchée sur des escarpins de quinze centimètres. Ils ne lui posaient aucun problème d’équilibre, mais ils étaient incroyablement inconfortables. Aki l’avait obligé à revêtir une robe en laine d’une jolie couleur bleue nuit qui révélait ses longues jambes dorées.

- Mais qu’est-ce qu’elle fout ? Rumina la jeune femme.

Un vent frais soufflait légèrement… la faisant frissonner.

- Je vais la tuer… siffla la jolie brune en maudissant sa colocataire.

Aki était partie récupérer une amie un peu plus au sud de la grande avenue. Et elle se retrouvait là à attendre en robe et dans le froid depuis plus d’un quart d’heure. Pour passer le temps, elle se tourna devant l’immense boutique qui se tenait derrière elle. Les Champs Elysées étaient réputés pour leur grandeur et le luxe de chacun de ses commerces. Et à l’angle du carrefour dans lequel elle se trouvait se situait le luxueux magasin de Louis Vuitton. Elle jeta un œil curieux au prix des sacs à main en vitrine – non pas qu’elle affectionnait ce genre d’accessoires – et fut repoussée par les chiffres qu’elle observa.

- Incroyable hein ?

Elle sursauta et fit volte face. Un parfait inconnu se tenait près d’elle et lui tendait la main pour la saluer.

- Tu es Miwaku, n’est-ce pas ?

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales