Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Rock City Boy Auteur: jessnal Vue: 5113
[Publiée le: 2011-12-12]    [Mise à Jour: 2012-05-27]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 66
Description:
De retour à la vie parisienne... Miwaku tente de se reconstruire comme elle le peut. Mais c'est sans compter l'acharnement de ses amis de Konoha, décidés à franchir la barrière séparant leurs mondes pour la retrouver et la ramener avec eux.
Venez suivre les aventures d'un quatuor de ninjas perdus dans les rues de Paris. Beaucoup d'obstacles se dresseront sur leur route et ils devront affronter des ennemis redoutables : le métro et le macdo... entre autres.

Cette fiction est la suite d'Apple and Ananas, que je vous conseille de lire pour une meilleure compréhension de l'histoire.
Crédits:
Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 1

[3420 mots]
Publié le: 2011-12-16
Mis à Jour: 2011-12-20
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

- Il pleut…

Elle avait pensé tout haut. Cela lui arrivait souvent ces temps-ci. Elle ne prit même pas la peine de hausser les épaules pour montrer l’indifférence que lui procurait ce changement de temps… de toute façon, tout restait gris à Paris… quelle que soit la saison.

Elle fouilla nerveusement dans son sac à la recherche de sa dose de nicotine, en vain. Comment avait-elle put oublier son paquet ? Elle laissa échapper un léger grognement avant de plaquer son bonnet sur ses longs cheveux bruns et de s’engager dans la ruelle d’un pas lent. Elle gardait ses grands yeux noirs rivés sur le sol, contant au passage les chewing-gums négligemment abandonnés par les passants… Elle n’était plus qu’à quelques pas de son lieu de rendez-vous… et elle n’était plus certaine de vouloir y aller. Une musique assez barbare s’échappait déjà du pub qu’elle se devait de rejoindre… l’émanation de ce son disgracieux la fit se stopper net. Désormais, elle n’hésitait plus. La soirée rock était réellement en défaveur par rapport à celle soupe-pyjama-télé qu’elle s’était prévue. Elle fit demi-tour et voulu s’échapper.

- Miwaku !

Trop tard. Elle se crispa et se retourna sur une petite silhouette.

- J’arrive pas à croire que tu me fasses encore le coup !

Une jeune femme se tenait elle aussi dans la ruelle, les mains sur les hanches, signe évident de mécontentement. Miwaku soupira en apercevant le regard noir de son amie, lourd de reproches.

- Ha ! Tu es là Aki ! Feignit l’ex-kunoïchi sans grande conviction. Je te cherchais.

Aki était la seule personne avec qui elle entretenait une relation amicale… à vrai dire, elle était la seule personne avec qui elle entretenait une relation tout court. Elle partageait avec elle un minuscule appartement dans le onzième… et elle était la meilleure coloc’ qu’elle avait pu espérer trouver.
Depuis son soudain retour, beaucoup s’étaient interrogés sur sa longue absence. Elle avait alors simulée une relation passionnée qui s’était mal finit, une fugue à l’étranger… et avait rompu tout contact, lasse de se justifier. Aki, elle, ne lui demandait rien… si ce n’est de subir sa musique de sauvage et son goût prononcé pour les mangas. Miwaku supportait largement le premier point… quand au second, s’était une autre affaire. La chambre de son amie était tapissée de fanart, croquis en tout genre, représentants parfois les amis qu’elle avait laissé derrière elle.

- Menteuse ! T’allais fuir ! Comme toujours ! Grommela la jeune femme en passant ses doigts fins dans ses cheveux châtains qui lui arrivaient aux épaules.

- Mais non… regarde, je suis là !

Elle improvisa une sorte de faux sourire peu convaincant en se rapprochant du pub avec une grande appréhension.

Aki marmonna une réplique inaudible et s’enfonça dans le pub, en jetant un regard derrière elle pour être certaine que la fuyarde allait la suivre… ce que Miwaku fit, car prise au piège, elle ne pouvait plus reculer.

Elles contournèrent des tables sur lesquelles étaient installées des personnes plus ou moins étranges… Aki avait le chic pour choisir des endroits ou seule elle pouvait être à l’aise. L’asociale se souciait en effet peu des autres et se complaisait n’importe où, du moment qu’on lui foute la paix.

Miwa jeta un regard en coin à son ami… et ne put s’empêcher de sourire. Aki était un petit bout de femme à la beauté très particulière. Fine et élancée, sa peau pâle contrastait terriblement avec ses vêtements sombres… mais surtout avec ses lèvres qui avait une jolie couleur framboise naturelle. Elle ne pouvait s’empêcher de la comparer à une fée… sortie tout droit des contes qu’elle lisait lorsqu’elle était enfant. D’autant plus que la jeune femme avait teint plusieurs mèches de ses cheveux châtains en rouge. Ses yeux noisettes reflétaient une réelle espièglerie, mais pouvaient s’avérer aussi froid que le marbre lorsqu’elle était contrariée. Un autre signe peu singulier… elle portait de nombreux piercings. Un bridge composé de deux petites perles de chaque côté de l’arrête du nez, et un autre à l’arcade.

Si il y avait une chose que Miwaku appréciait particulièrement chez sa colocataire, c’était qu’elle était entourée de ce même mystère. Elle ignorait jusqu’à son véritable prénom. Elle aurait bien entendu pu le lui demander… Mais Aki était Aki, comme elle était Miwaku. Point.

Elles rejoignirent une table vide, sur laquelle deux verres pleins les attendaient.

Miwaku s’installa en jetant un œil suspect a la boisson que son amie lui avait choisit.

- Pomme, Pamplemousse et Gin. Pas de poison la dedans. La rassura le petit bout de femme qui prenait place face à elle, tout en élevant la voix pour se faire entendre.

Elle l’ignorait, mais Miwaku n’avait pas besoin de cela. Son ouïe était suffisamment affutée pour comprendre chacune des conversations qui se déroulaient dans la pièce.

Elle sirota son cocktail sans grand plaisir, bien que son fruit préféré soit l’un de ses composants. Elle n’eut pas le temps de finir sa seconde gorgée que déjà, elle repéra une aura malsaine se dégager d’un homme au bar. La trentaine, l’œil mauvais et particulièrement vicieux. Elle se raidit en croisant son regard.

- Quoi encore ? L’accusa son amie en levant les yeux au ciel.

- Dans moins de dix secondes, un abrutis va venir nous prendre la tête. Dix… neuf…

- Encore tes visions débiles ?

- Cinq… quatre…

- Tu fais chier Miwa !

- un… zéro.

Aki sursauta en constatant que l’individu que Miwaku avait remarqué s’installait près d’elle. Elle jeta un regard paniqué à son amie qui haussa les épaules et sourit tristement.

- Je te l’avais dit.

L’imposteur affichait un sourire sadique et relookait les jeunes femmes sans retenue.

La jeune femme ne pu s’empêcher d’éclater de rire.

- T’es trop forte Miwa !

L’étranger arqua un sourcil, ne comprenant en rien l’hilarité de sa voisine.

- Viens Aki, on se tire !

Miwaku se mit sur pied avant même d’avoir terminé sa phrase et attrapa son amie par le poignet.

- Hé ! Protesta la jeune femme en faisant la moue. Attend, c’est pas un abrutit comme lui qui va me pourrir ma soirée !

Tout en disant ces mots, elle pointait sans gêne l’homme du doigt. Aki et son tact légendaire ! L’homme semblait plus ou moins agacé, et Miwa préféra de loin fuir cette situation… bien qu’elle ne soit nullement effrayé. Elle savait très bien que si il choisissait de les importuner de quelques manières que ce fut, elle ne mettrait pas longtemps à le lui faire regretter.

Elle emporta sans ménagement son amie hors du bar, oubliant de régler leurs consommations.

- T’as une sacré poigne ! S’écria Aki en se dégageant d’elle.

La brune haussa les épaules et prit le chemin de leur appartement.

Au bout de quelques minutes, elle sentit qu’une ombre les suivait. Elle poussa un long soupire, maudissant sa colocataire qui boudait toujours de ne pas avoir pu profiter de sa soirée.

- Aki… Pars devant. Je te rejoins.

- Pardon ?

- J’ai dit pars devant et j’arrive.

- Tu te fous de moi ?

L’entêtement de la jeune femme leur valut d’être rattraper par l’étranger du bar. Miwaku pivota sur elle-même et constata la menace qui émanait de l’individu. Elle leva les yeux au ciel, tandis que Aki le regardait, légèrement effrayée.

- Qu’est-ce que tu veux ? L’interpella cette dernière.

L’homme ne répondit pas, affichant seulement un sourire sadique. Il avança vers les deux jeunes femmes d’un pas sournois et décidé. Il se stoppa à quelques centimètres d’Aki et leva lentement la main vers elle. La jeune femme commençait à trembler de tout son corps, n’osant prendre ses jambes à son coup. Mais heureusement pour elle, la main menaçante n’eut pas le temps d’atteindre son visage. Miwaku l’avait saisit avec brutalité et jetait un regard noir à celui qui osait s’en prendre à son amie. Elle serrait rageusement le poignet de l’inconnu, prête à le briser si il affichait la moindre résistance.

- T’énerve pas ma jolie…

Ce fut le mot de trop, elle envoya une légère décharge de chakra dans ses doigts pour amplifier sa force. Un premier craquement se fit entendre et l’homme gémit de douleur. Elle le poussa à plusieurs mètre d’un geste brusque et prit son amie par le bras pour l’entrainer au loin. Elle marchait d’un pas rapide, les lèvres pincées, sous les yeux ahuris d’Aki.

- Miwa… tu…

- Arts martiaux.

- Ok.

~*~

Elle s’effondra sur son lit, se repliant sur elle-même, s’entourant de ses bras, soudainement prise de frissons. Elle avait longuement renoncé à utiliser son chakra. À vrai dire, elle avait renoncé à tout ce qui ravivait de près ou de loin le souvenir de son ancienne vie. Elle tira l’élastique de son pyjama pour constater les restes du sceau disloqué sur son aine gauche. Déjà, des hématomes se formaient le long de ses bras. Elle serra les dent pour s’empêcher de gémir et retint un sanglot qui lutait pour s’échapper de sa gorge. La douleur n’était pas seulement physique. Sentir le flux d’énergie parcourir son corps l’avait ramené à lui. À quoi bon lutter contre son souvenir ? Il revenait toujours. Elle chercha instinctivement le médaillon à son cou. Elle ne l’avait pas quitté depuis qu’il le lui avait offert. Sentir la petite pomme entre ses doigts calma ses spasmes… cela la rassurait toujours. Elle lui donnait la preuve qu’elle n’avait pas rêvé cette vie, qu’elle avait bien saisit chaque instants de bonheur.

Il n’y avait pas une seule seconde depuis un an maintenant ou elle ne s’interrogeait pas sur ce que devenait ses amis… sur ce qu’il devenait lui. Elle tentait vainement de les exclure de ses pensées, de se raisonner en se disant que cette période de sa vie était révolue pour toujours et que ressasser le passé ne lui apporterait rien sinon de s’enfoncer un peu plus dans cette terrible dépression.

~*~

- Cours espèce d’idiot !

Quatre shinobis déboulaient dans une artère sans fin avec à leur suite un véritable troupeau de filles. Ils s’engagèrent dans une impasse, espérant les semer.

Les mains sur les genoux, un grand blond aux yeux bleus tentant de reprendre son souffle.

- On les a semer je crois…

Face à lui, les trois autres ninjas le regardaient l’œil mauvais.

- Quoi ? S’offusqua-t-il.

Voilà à peine une heure qu’ils étaient arrivés dans la capitale française, et déjà, ils avaient dû faire face à une horde de fans à plusieurs reprises. À chaque pas, ils étaient interpellés, hués… on venait les féliciter sur la réussite de leur déguisement, on leur demandait une petite séance photo, on les pointait avec de drôles d’appareils rectangulaires capable d’enregistrer une vidéo… En bref, ils n’avaient fait que fuir.

- à partir de maintenant, c’est discrétion totale Naruto ! S’énerva Neji, las de courir.

Le blond se redressa en passant ses bras derrière sa tête, signe évident de gêne.

- C’est pas ma faute si mes fringues sont plus…

- Ringardes. Le coupa sèchement Sasuke.

Shikamaru se massa les tempes. Sa migraine n’avait toujours pas disparut… et les jérémiades de ses amis l’amplifiaient plus qu’autre chose.

- En vue de la popularité de nos… disons… « personnages » dans ce monde, nous ne pouvons arpenter les rues habillés comme nous le sommes.

- Qu’est-ce que tu proposes ? Demanda Neji en se tournant vers son compagnon.

Le jeune homme hotta sa veste verte, vêtement distinctif de l’appartenance au rang de ninja à Konoha, rangea soigneusement le bandeau qu’il portait au bras dans sa poche. D’un geste vif, il enleva l’élastique qui retenait ses cheveux pour les laisser retomber, raides, autour de son visage. Les trois shinobis face à lui ne purent contenir leur surprises, bien que ce soit difficile pour les deux visages de marbre qu’avaient Sasuke et Neji.

- Attendez-moi là.

Il leur tourna le dos et s’engagea d’un pas nonchalant dans l’artère qu’ils avaient voulu fuir quelques minutes plus tôt.

Neji le regarda partir de ses grands yeux nacrés. Qu’est-ce que le petit génie avait en tête ? Il soupira intérieurement avant de s’appuyer contre un mur… ignorant totalement Naruto et Sasuke qui avaient recommencé à se quereller.

L’année avait été difficile. Le départ de sa belle élève avait creuser un immense gouffre en lui, et il n’avait eut de cesse de s’entrainer pour essayer d’acquérir la foutue technique permettant de voyager d’un monde à l’autre. Son corps n’était d’ailleurs pas vraiment remis du voyage. Il lui restait seulement la quantité de chakra suffisante pour tenir debout. Mais cela en valait la peine.

Miwaku était partie depuis trop longtemps, et son amie lui manquait terriblement.

Mais il le savait au fond de lui, la personne qui souffrait le plus de la disparition de la jeune femme était Shikamaru. Et cette constations le faisait crever de jalousie. Il savait l’aimer… pourtant cet enfoiré de Nara l’avait distancé sur l’ampleur de ses sentiments. Même sur ce point, il ne pouvait pas le battre. Il avait pourtant tout tenté pour ramener la belle à ses bras, enfreignant ses principes, allant même jusqu’à lui voler un baiser.

Ce souvenir lui arracha un léger frisson… et il tourna la tête vers Shikamaru, qui disparaissait au coin de la ruelle. Elle le lui avait préféré. C’était lui qu’elle aimait. Et pour son bonheur à elle, il ferait tout ce dont il était capable pour les unir à nouveau.

~*~

Shikamaru ne fut pas long à revenir… étrangement vêtu. Il portait un pantalon que ses compagnons jugèrent aussitôt mille fois trop grand pour lui… et pour cause, il laissait apparaître l’élastique de son boxer. Il s’agissait en réalité d’un baggy assez large en jean, qu’il avait marier à une paire de baskets blanches et à un tee-shirt à manche longue noir. Il n’avait pas résister à la tentation de renouer ses cheveux en une demi-queue de cheval assez basse, laissant plusieurs mèches encombrer son visage.

Il portait dans l’une de ses mains un énorme sac en carton qu’il tendit aux trois jeunes hommes, effarés.

- Voilà des fringues.

Naruto se jeta avidement sur le sac et prit au hasard un jean et une paire de basket noires. Il prit cependant un pull orange délibérément, (Ne cassons pas les vieilles habitudes) au grand soulagement de Sasuke et Neji qui ne se voyaient pas porter une couleur aussi criarde. Sasuke quand à lui se saisit d’un polo blanc, et d’un jean qu’il regretta aussitôt en constatant à quel point il allait être serré. Neji dût se reporter sur un autre, ainsi que sur un tee-shirt gris à manches longues.

Ils se changèrent en silence, tentant vainement d’imaginer à quoi ils pouvaient bien ressembler ainsi vêtus.

Shikamaru observa longuement le jeune Hyuga. Il n’avait pas ôter son bandeau frontal et ses longs cheveux bruns encadrait toujours son visage. De plus ses pupilles blanches le rendaient beaucoup trop reconnaissables. Il soupira et tira un élastique de sa poche, ainsi qu’un simple bandeau noir et une paire de lunettes de soleil. Il les lui tendit sans un mot.

- Pourquoi ?

- Tes yeux sont assez uniques. On te reconnaîtra.

Le jeune homme grimaça en prenant à contre cœur les objets. À peine eut-il finit de se coiffer et de se camoufler que Naruto pouffa de rire. Même Sasuke eut un petit sourire désolé devant le nouveau look de son compagnon. Neji baissa aussitôt ses lunettes pour foudroyer l’Uchiha du regard, qui le lui rendit aussitôt. Même après une année entière d’entrainement commun, ces deux là n’arrivaient pas à s’apprécier.

- Bien… maintenant… laissez moi vous expliquer notre nouvel objectif. Nous devons nous déplacer en attirant le moins possible l’attention sur nous. Je me suis bien fait comprendre Naruto ?

Le blond voulu répliquer mais le jeune Nara l’interrompit d’un geste.

- J’ai repéré une sorte de grand monument métallique au loin. En vue de sa forme, nous pourrions l’utiliser afin de repérer le chakra de Miwaku. En théorie, elle est la seule à en posséder en ce monde, et cela ne devrait pas être difficile.

- Tu parles de ce grand « A » ? interrogea alors Sasuke en croisant les bras sur sa poitrine et en retroussant les manches de son polo.

- Exact. Lorsque nous l’atteindrons, tu pourras aussitôt t’en servir comme émetteur à chakra avec ton Raïkiri. Miwaku doit toujours avoir une trace du sceau que tu lui avais fait. Son chakra se réactivera de lui-même et Neji pourra alors utiliser son Byakugan pour la localiser. Naruto, Il faudra être rapide. Nous n’aurons que peu de temps pour la trouver. Je vais étudier un plan de cette ville et tu placeras plusieurs clones à différents endroits pour augmenter nos chances de réussite.

Ils hochèrent la tête simultanément.

- Pas de questions ?

Naruto sembla hésiter.

- Qu’est-ce qu’il-y-a ? soupira Shikamaru.

- Je me demandais juste… si il nous était possible de reprendre des forces…

À cet instant précis, le ventre du jeune homme émit un gargouillement terrible.

Le jeune Nara leva les yeux au ciel et leur tourna le dos pour s’engager une nouvelle fois dans les rues parisienne. Ses amis lui emboitèrent le pas.

- J’ai moi aussi une question…

Le jeune homme se tourna vers l’Uchiha qui le regardait de ses grands yeux noirs.

- Inutile de te demander où tu as trouver ses fringues ?

Ils se sourient mutuellement.

- Je demanderais à Miwa d’aller rembourser la boutiques dans laquelle je les ai subtilisé.

- C’est ça.

Être ou non dans la légalité importait peu à Shikamaru. Son objectif était bien plus important. Mais il savait que les quelques perfidies mises en œuvre pour accomplir leur mission réjouissaient l’Uchiha, certainement nostalgique de son passé de clandestin et de son ancienne vie de ninja.

Commentaire de l'auteur ALors alors alors ??? un peu long... non ? J'ai vraiment peur de vous décevoir avec ce nouveau style... Alors dîtes moi si il faut que je change quelque chose.
Vous avez sans doute remarquer l'apparition d'un nouveau personnage : Aki. C'est une attention tout à fait spéciale à une jeune femme très talentueuse, dont je vous recommande vivement les fictions.
Voici un petit lien vers sa page : http://www.fanfic-fr.net/userinfo/Aki Midori.html
Ce chapitre est un peu introductif, d'où sa longueur... Les prochains devraient être plus légers... (du moins du côté des garçons... car chez les filles, c'est déprim'land)
Et au fait, que les amateurs de Rock en tout genre ne se frustrent pas... j'adore sincèrement ce style de musique.
à bientôt !

Kisu
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales