Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Plaisir, tabou, vertu
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : contemporain - absurde - blanche - érotique - noir
    Délai de soumission : 14/02/2020
  • Les héros en uniforme
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance
    Délai de soumission : 06/06/2020
  • Romance de Noël
    Evidence Editions
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : romance contemporaine - romance
    Délai de soumission : 18/03/2020
  • Chats et espoir
    Editions de la Caravelle
    Nb de signes : 15 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Passion
    Revue neuf trois
    Nb de signes : < 18 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/02/2020
  • La violence faite aux femmes
    Les éditions du Pangolin
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Collection Prodigo
    Sipayat
    Nb de signes : 50 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 24/12/2020
  • Musique
    YBY Editions
    Nb de signes : 20 000 - 60 000 sec
    Genre : lgbt
    Délai de soumission : 14/06/2020
  • Après la guerre
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/04/2020
  • Manifeste(s) !
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 24/01/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Découvrez le manga indépendant francophone !
 par   - 424 lectures  - Aucun commentaire

Entrez dans un tout nouveau monde, celui des auteurs de BDs et de mangas indépendants sur internet !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Rédemption et Renaissance Auteur: osyris3 Vue: 150859
[Publiée le: 2007-06-30]    [Mise à Jour: 2008-09-19]
13+  Signaler Romance/Drame/Action-Aventure Commentaires : 714
Description:

Désespéré d’avoir céder à la rage de Kyubi et d’avoir tué son meilleur ami, Naruto déserte en se jurant de ne revenir que lorsqu’il aurait maîtriser son démon intérieur.

Deux ans plus tard, lors d’une mission désastreuse, Hinata est sauvée par un mystérieux inconnu dont la force surpasse de loin celle d’un jounin normal. Un sauveur qui s'avère être un homme sombre et puissant, au visage marqué par la dure réalité de la vie.

Ensemble ils vivront de nombreuses aventures durant lesquelles ils affronteront une nouvelle organisation, encore plus terrible qu'Akatsuki. Un affrontement qui les poussera à partir en quête des neufs bijuus. Une quête au bout de laquelle ils espèrent bien trouver un havre de paix dans lequel vivre leur amour en parfaite harmonie.

Naru / Hina
Crédits:
Les personnages et lieux du manga "Naruto" présent dans cette fiction appartiennent à Masashi Kishimoto. Le reste, tiré de mon imagination et couché sur le papier par mes soins, m'appartient.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 36: La forteresse

[2468 mots]
Publié le: 2007-08-12Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Me voilà rentré ! Bon pour fêter ça, je vous poste le chapitre 36 où j’essaie pour la première fois de vous faire peeeeeuuuuur, enfin c’est quand même un grand mot. Mais en tout cas j’essaie de donner une peu de suspense et de tension à mon chapitre…mais ça reste à vérifier :P

 

Bonne lecture !

 

PS : J’avais dis que je le posterai vers 21H, bon je sais, il est 22H…mais j’étais en train de regarder à nouveau les épisodes avec Haku et Zabuza et je n’ai pas vu le temps passer (ils sont trop bien ces épisodes :D)

 

Chapitre 36 : La forteresse

 

Hinata avait maintenant atteint le pied du mur de la forteresse. Elle leva la tête et contempla les hauts murs qui semblaient à tout moment pouvoir tomber en avant et s’écraser sur elle.

                                                  

Quelques mouettes et autres oiseaux marins volaient au dessus des tours qui garnissaient l’imposant fort en décrivant de petits cercles. Leurs cris emplissaient l’air sans pour autant faire de l’ombre au rugissement du vent.

 

Maintenant proche de la forteresse, Hinata pu voir qu’elle ne montrait aucun signe d’abandon. Nulle ardoise ne s’était détachée des toits des tours, aucune pierre  n’était tombée de la forteresse apparemment intacte. Le lierre seul paraissait avoir de l’emprise sur le bâtiment à l’épreuve du vent et des tempêtes. Celui-ci escaladait en effet toute la façade sur les trois quarts de sa hauteur.

 

Hinata n’avait toujours pas repéré un seul signe de vie d’un quelconque habitant de l’île et décida donc de chercher une entrée.

 

Elle longea le mur jusqu’à ce qu’elle trouve son bonheur. Une entrée était en effet percée dans celui-ci. Il n’y avait pas de porte. Un escalier prenait naissance dans ce trou béant de la muraille pour descendre dans les profondeurs. L’obscurité et la pierre noire dans laquelle la forteresse était bâtie l’empêchaient de distinguer la profondeur à laquelle l’escalier descendait. Il ne lui paraissait pas très incliné et elle en déduit qu’il ne devait pas aller très loin. Quelque peu rassurée par ce constat, elle s’engagea dans ce tunnel sombre qui descendait dans les entrailles de la citadelle.

 

 

Naruto venait de terminer avec succès son ascension de la falaise. S’il était parvenu plus tôt au dessus, il aurait peut-être pu apercevoir la silhouette de profil d’Hinata non loin en train de longer la muraille. Mais lorsque celui-ci s’était relevé pour contempler ce qu’il venait de grimper, la jeune femme s’était déjà engagée dans le tunnel.

 

Bien que la falaise à pic offrait de nombreuses prises, l’ascension n’avait pas été facile. Bien sûr Naruto possédait toujours des capacités physiques hors normes, le vent et la pierre humide n’avaient en rien aidés sa progression. Il était de plus un peu fatigué par l’épreuve et maudit sa négligence.

 

S’appuyant toujours sur son chakra pour décupler ses capacités physiques, il avait un peu trop délaissé l’entraînement de ses muscles.

 

Détournant son regard de la plage, il observa de plus près la forteresse. Il distingua sur sa paroi sombre quelques fenêtres étroites en hauteur et une série de meurtrières plus bas. Le lierre avait aussi envahi cette face de la forteresse dont il s’approcha.

 

Il remarqua sur la droite de la forteresse un portail, et s’y dirigea. Celui-ci donnait sur ce qui semblait être les écuries.

 

Dedans, il ne trouva ni chevaux, ni paille, ni foin. Quelques outils étaient encore suspendus au mur mais à part ça, rien n’indiquait qu’elles aient un jour servis.

 

Il s’apprêtait à partir lorsqu’un détail attira son attention. En effet se trouvait derrière un box un renfoncement dans lequel apparaissait une porte en bois. Garnie de fer, elle semblait être à l’épreuve d’un bélier.

 

Néanmoins, étrangement, elle s’ouvrit presque d’elle-même lorsque Naruto la tira vers lui.

 

 

Hinata avait vu juste. L’escalier ne descendait en effet pas trop et elle se retrouva vite devant une grille en fer forgé fermé par un lourd cadenas. Derrière elle, un couloir continuait à s’enfoncer dans les ténèbres. Il était cependant plat et devait donc mener à une salle.

 

Se doutant que même si elle prenait la peine de frapper, personne n’entendrait son appel, elle concentra son chakra pour défoncer la grille qui se trouvait sur son chemin.

 

Mais rien ne se produisit. Elle écarquilla les yeux et les baissa sur son bras avant de découvrir l’affreuse réalité. Elle ne parvenait plus à faire appel à son chakra qui semblait bloqué dans les limites de son corps.

 

Cette présence familière et si réconfortante ne répondait plus à l’appel et l’inquiétude s’insinua dans son esprit.

 

Elle avait de plus frappé de son poing nu la grille et ses phalanges en avaient souffert. Et alors qu’elle les massait, elle découvrit avec stupeur que le cadenas était maintenant ouvert. Elle enleva celui-ci de la grille qui s’ouvrit dans un grincement effrayant, comme poussé par le vent.

 

Cette île et cette forteresse n’avaient rien de normal et elle venait de le réaliser.

 

Elle s’engagea dans le couloir sombre. Le sol était humide et le bas des murs était couvert de mousse. Elle entendait au loin un bruit de gouttes d’eau. Elle continua à s’avancer. Le bruit de ses pas résonnait dans l’obscurité. Tout à coup, elle sentit devant elle une porte. Par bonheur, elle progressait les bras tendus devant elle pour éviter un choc potentiel.

 

Elle parcoura le bois de la porte de ses mains pâles et repéra vite la serrure de celle-ci. Elle n’eut cependant pas à la forcer car, lorsqu’elle fit pression sur la porte, celle-ci s’ouvrit comme par magie, dévoilant ainsi la pièce qu’elle gardait.

 

A l’intérieur, le sol était recouvert d’une mince couche de poussière. Apparemment, la forteresse était protégée de l’humidité qui régnait dehors en maître.

 

Dans la salle, des cavités creusaient la surface parfaitement lisse des murs. Dans ces cavités reposaient dans la paix que seul la mort procure d’imposants cercueils de granit. Ceux-ci étaient recouverts d’un lourd couvercle sur lequel on pouvait distinguer une inscription, probablement le nom du défunt. La langue et l’écriture employées étaient cependant étrangères à la jeune femme qui se détourna vite de son inspection. Apparemment, la salle faisait office de crypte pour les habitants du château, si on pouvait appelé ainsi cette immense et colossale bâtisse.

 

Seuls les personnes importantes devaient reposés ici car il n’y avait qu’une dizaine de cercueils alignés sur chacun des deux murs principaux de la crypte. Chaque cavité était de plus richement décorée. Des colonnes en garnissaient les limites tandis qu’une fresque sculptée dans la roche agrémentait le fond de celle-ci.

 

En face de la porte par laquelle elle était entrée, Hinata en aperçut une autre, petite et étroite cette fois-ci.

 

Elle s’empressa donc de la rejoindre, l’atmosphère qui régnait dans la salle ne lui semblant pas rassurante.

 

Un lourd silence y régnait. Elle n’y entendait plus le grondement sourd des vagues qui aurait pu la rassurée, mais seulement le chant aigu du vent sifflant dans les interstices des murs.

 

La nouvelle porte s’ouvrit dans un grincement. Derrière elle se trouvait le début d’un escalier en colimaçon. Elle devait se trouver au plus bas de la forteresse car celui-ci ne pouvait être emprunté que pour monter.

 

Alors qu’elle montait à pas lent dans cette escalier sombre et sinistre, dont la configuration empêchait de voir ce qui nous attendait au tournant, elle entendit un bruit de pas en échos au sien.

 

Elle pensa d’abord à un simple écho. Mais elle fut vite détrompée lorsqu’elle entendit celui-ci continuer alors qu’elle venait de s’arrêter. Le bruit était régulier. Dans un premier temps, Hinata fut prise de terreur. Elle s’imaginait déjà une forteresse abandonnée, et voilà qu’elle entendait un bruit de pas. Mais elle était solide et ses capacités physiques de ninja la rendaient plus confiante en elle. Elle se dit qu’il pouvait s’agir de Naruto et accéléra son ascension. Au bruit de pas succéda celui d’un chant. C’était un chant lugubre, morbide, prononcé dans une langue inconnue. Le chant grave d’un chœur de moines grégoriens.

 

Elle arriva alors sur un palier et devant la porte qui donnait accès à la salle d’où provenait le chant. Ouvrant la porte d’un geste rendu brusque par l’inquiétude et la peur, elle découvrit, les yeux écarquillés, le nouveau spectacle qui s’offrait à elle.

 

 

Naruto venait d’entrer dans la forteresse grâce à la porte des écuries. Il se trouvait maintenant dans ce qui semblait être les cuisines du château. De longues tables emplissaient la pièce. Sur un côté, il pouvait voir des larges cheminées, assez grande pour qu’on y fasse rôtir un bœuf entier. Des traces noires sur le mur du fond attestaient cette fois qu’on avait un jour utilisé le four. Il n’y avait néanmoins aucune traces de cendres sur le sol, ni bûches dans la réserve.

 

De l’autre côté, il pouvait voir une série de placards devant faire office de garde-manger et s’en approcha pour confirmer sa théorie.

 

Tous étaient vides. Il pouvait exister des forteresses avec des pièces inutilisées mais un garde-manger vide et une cuisine inutilisées depuis un certain temps déjà indiquaient qu’il y avait de fortes chances qu’il n’y ait pas âme qui vive dans cette forteresse.

 

La salle était large et haute. La forteresse devait être jadis assez peuplée. Bizarrement, il n’avait encore repéré aucun rat. D’habitude, ceux-ci prenaient le relais des hommes lorsque ceux-ci désertaient un endroit.

 

Mettant de côté ce détail, il ouvrit une seconde porte pour pénétrer plus profondément dans la forteresse abandonnée. Il déboucha sur un large escalier qui montait droit vers une immense -salle. Celle-ci était haute de plusieurs mètres et un grand nombres de hautes et étroites fenêtres perçaient le mur faisant face à la mer, emplissant cette salle de la pâle lumière du jour.

 

 Il découvrait là le réfectoire de la forteresse. Quatre longues tables se trouvaient alignées dans celui-ci. Des bancs les bordaient. Le plus impressionnant dans cette pièce était sa longueur. A première vue, elle devait faire une cinquantaine de mètres de long. Pour aider à illuminer la pièce, une série de lustres étaient suspendus au plafond à intervalles réguliers.

 

Le blond s’avançait à pas lents au milieu de ces tables, prenant le temps d’admirer la beauté morte de cette salle. Sur le plafond, au dessus des lustres, était peint un ciel étoilé. Sur un fond bleu nuit apparaissaient des étoiles dont il ne pouvait dire si elles étaient blanches ou jaunes.

 

Tout à coup, une mélodie lui parvint. Il se figea. Le chant d’un clavecin retentissait maintenant dans l’immensité vide de la forteresse.

 

Sa lente progression se transforma en une course effrénée. Il parcouru la salle et ouvrit une autre porte qui donnait cette fois sur un large couloir. Celui-ci longeait le mur de la forteresse et prenait non loin un tournant à angle droit. Une voûte surplombait le blond qui courait toujours dans l’obscurité. Heureusement pour lui, ses yeux lui permettaient de voir aussi bien de nuit que de jour.

 

Il aperçut après le tournant une lumière. Il y avait là une salle éclairée dans laquelle quelqu’un jouait de la musique.

 

Car toujours la mélodie nasillarde du clavecin résonnait dans ses oreilles. A mesure qu’il accélérait, elle se faisait plus rapide. Il prit alors le tournant et s’immobilisa pour mieux contempler la vision qui s’offrait à lui.

 

Personne.

 

Il n’y avait rien hormis un clavecin solitaire dans une salle sombre. La peur s’insinua dans son esprit. Il y avait quelque chose, il y avait quelqu’un.

 

Et il y avait quelqu’un derrière lui, il le sentait.

 

Il se retourna brusquement. A nouveau, il n’y avait rien. Sa respiration était maintenant saccadée. Il suait. Il était en train de paniquer.

 

Tout à coup, un hurlement horrible éclata dans la sombre forteresse.

 

- KYAAAAAAA !!

 

Ce cri, cette voix, c’était Hinata et son cœur manqua un battement lorsqu’il l’entendit. Elle était là, vivante, dans cette forteresse, mais elle était en danger.

 

Il se mit à courir tel un dément. Il y avait deux portes dans cette salle et il se précipita sur la plus proche. Elle était verrouillée. Il faillit  la défoncée avant de se rappeler qu’il y en avait une autre vers laquelle il bondit l’instant suivant.

 

Celle-ci était ouverte et il galopa dans le couloir auquel elle donnait accès.

 

Un nouveau cri d’effroi retentit.

 

Les arcades défilaient à côté de lui tandis qu’il courait sans même prêter attention à ce qu’il voyait. Hinata était en danger et plus rien n’importait.

 

Il se retrouva soudain devant une nouvelle porte qu’il ouvrit d’un coup.

 

 

Hinata n’avait pu s’empêcher de hurler lorsqu’elle avait vu cet horrible spectacle. Elle se trouvait dans une chapelle. Des bancs s’alignaient devant un autel sur lequel trônait une grande croix de bois.

 

Mais ce n’était pas ça qui l’avait effrayé. C’était les dizaines de squelettes vêtus de robes qui se tenaient agenouillé sur ces mêmes bancs. Certains étaient tombés au sol. Tandis que d’autres avaient encore le regard fixé sur la croix.

 

Ces bruits de pas, ce chant, non. Ce n’était pas possible. Elle marcha à reculons comme pour échapper à cette vision de cauchemar. Elle ne pouvait en détacher le regard.

 

Soudain, elle heurta quelque chose. Elle se retourna et découvrit qu’elle venait de percuter un nouveau squelette, cette fois assis devant un orgue géant. Celui-ci avait la tête tournée vers elle et la fixait de son regard vide.

 

Elle hurla de nouveau et sortit en courant par la porte située en face de celle par laquelle elle était entrée. Alors qu’elle courait dans les couloirs sombres, enchaînant escaliers et virages, elle entendait derrière elle les bruits de pas de plusieurs personnes. Les bruits faisaient échos au propre bruit de ses sandales frappant le sol de pierre dans un bruit mat. Elle réalisa avec horreur qu’elle était poursuivie. Hors, il n’y avait personne dans la chapelle qui puisse être capable de la suivre à la course.

 

Elle aurait pu être victime d’un genjutsu mais elle savait que ce n’était pas le cas et c’était bien ça qui l’effrayait. Tout émanation de chakra était impossible ici et les habitants ne devaient pas faire exception à la règle.

 

Brusquement, elle sentit une main la saisir en pleine course pour la ramener dans une des pièces bordant le couloir et dont la porte était ouverte.

 

 

Cette même main se posa sur sa bouche et elle entendit la porte se fermer.

 

 

Voilà fini ! J’espère que vous avez appréciez !

 

Faites moi part de vos commentaires. Cette fois-ci, je suis bientôt à 300 ! C’est fou ce que ça monte vite. Quand je pense que ma fiction a à peine plus d’un mois…

 

Etant donné que vous n’êtes pas moins de 45 à l’avoir mise dans vos favoris, j’espère au moins récolter 13 commentaires… (Je sais que vous en êtes capable) ^^

 

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales