Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1703 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

PDJM
[Histoire Terminée]
Auteurs :
[Groupe: SerminAzerty]
Sermina & azerty
Vue: 17138
[Publiée le: 2013-03-21]    [Mise à Jour: 2014-01-24]
13+  Signaler Général/Action-Aventure/Suspense Commentaires : 24
Description:
Debout près du corps inconscient de Naruto, Sasuke se demandait comment ils avaient pu en arriver là. Personne n'aurait pu prédire que les choses iraient aussi loin. Surtout pas les auteurs… Slash
Crédits:
Non, on ne se fait pas d'argent sur le dos de Masashi Kishimoto, les personnages de Naruto lui appartiennent ainsi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 56

[2189 mots]
Publié le: 2013-11-07Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Auteur : Sermina (chapitres impairs) Azerty (chapitres pairs)

Beta lectrice : Sermina et Azerty

Genre : Drame

Disclaimer : Non, on ne se fait pas d'argent sur le dos de Masashi Kishimoto, les personnages de Naruto lui appartiennent ainsi.



Chapitre 56


Etait-ce un autre de ses rêves ? C’était forcément ça ! Sasuke, le vrai Sasuke, ne pouvait tout simplement pas lui rendre ses sentiments ! … n’est-ce pas ? Tout était embrouillé dans son esprit, et un espoir fou commençait à fleurir dans ses tripes, bloquant sa gorge, coupant sa respiration pour se suspendre à ses lèvres. Il avait envie, tellement envie d’y croire, de vérifier, de demander et de s’entendre dire en retour cette petite phrase si précieuse. Mais la question restait accrochée à sa langue, comme si le simple fait de la prononcer, de lui donner contenance, aurait pu le briser.

Naruto était confus. Perdu, déboussolé, déchiré entre une peur dévastatrice du rejet et un espoir qui s’insinuait en lui comme un doux et insurmontable poison. Il était fragilisé, en somme. Bien plus qu’il ne l’avait jamais été. Et dans cette tempête d’émotions qui menaçait de le submerger, il s’était instinctivement raccroché à la chose la plus rassurante, la plus naturelle du monde : son Sasuke. Il voulait les bras de son amant autour de ses épaules, sa chaleur apaisante dans son dos, et tout son corps qui soutenait le sien, l’épousait comme si c’était là sa seule et unique place. Alors, sans réfléchir, dans une pensée purement impulsive et incontrôlée, il avait fait intervenir son petit ami rêvé dans le songe.

A l’instant même où la copie franchit la porte, il sut qu’il avait fait quelque chose de mal, de dangereux. Les yeux des deux Sasuke se croisèrent, se jugeant avec surprise. Aussitôt, Naruto sentit sa confusion atteindre un degré terrifiant, et son rêve lui échappa des doigts.

***

La silhouette noire de Zertsu s’était complètement extirpée du mur à présent, et il s’était rapproché de ses camarades avec un sourire supérieur, non sans leur avoir susurré quelques remarques sur leur incompétence. Ce à quoi Deidara répliqua avec sa ferveur habituelle, manquant de se jeter sur lui toutes griffes dehors, sous le regard placide de Konan et celui, plein d’encouragement et accompagné d’un sourire aux dents trop pointues, de Kizame.

  • Comment s’annonce la situation ? demanda sèchement la jeune femme, très peu disposée à perdre encore plus de temps.

  • Tobi a lancé l’assaut. On va pouvoir tuer, tuer tout le monde !

Le joli visage indifférant se plissa un peu d’inquiétude lorsqu’elle demanda :

  • Nagato est en sécurité ?

C’est un haussement d’épaule qui lui répondit d’abord, avant que la chose à moitié difforme ne rajoute :

  • Il parle trop, comme d’habitude. Je l’ai laissé en tête à tête.

  • Avec qui ?

  • Cette petite traîtresse de Karin et Kakashi Hatake ! répliqua Zetsu comme si ça avait été une évidence. Je suis venu vous chercher pour que vous les tuiez.

Le peu de couleur qui rehaussait la peau de la demoiselle disparu complètement, chassée par la pensée de son dernier et précieux ami seul face à deux ninjas combattants. Elle n’aurait jamais dû écouter les ordres de Tobi, elle aurait dû refuser de venir ici en éclaireur. Sa place était à ses côtés. Sa voix siffla, plus tranchante que jamais, lorsqu’elle ordonna :

  • Fais nous sortir d’ici.



***

C’était… étrange. Bien plus qu’il ne s’y était attendu. Le jeune homme comprenait évidement ce qui se passait : cet autre lui était le Sasuke de ce rêve, celui qu’avait créé Naruto. Or, quel que soit la façon dont il le regardait, cet être n’était pas comparable au reflet que lui aurait renvoyé un miroir. Certes, les traits étaient scrupuleusement les mêmes, et sa bouche, ses sourcils et son nez se fronçaient en d’imperceptibles mimiques qui n’appartenaient qu’à lui… mais il y avait quelque chose de différent.

On lui avait toujours dit qu’il était beau, mais il n’avait jamais réussi à comprendre ce qui pouvait y avoir de si fabuleux dans son physique. Etait-il subitement devenu narcissique ? Car ce jeune homme devant lui, dans lequel il peinait à se reconnaître, ce garçon-là était… magnifique. Tout lui était semblable, et pourtant il y avait autour de cet être une aura de beauté surnaturelle, une grâce, et surtout une sensualité qui le laissait bouche-bée. Etait-ce… comme ça que Naruto le percevait ? Son cœur rata battement alors que cette pensée s’immisçait en lui, accompagnée de conclusions trop belles pour être vraies.

Il s’assombrit aussitôt en se rappelant que, dans ce monde, il était marié et avait un enfant duquel Naruto aimait s’occuper. Son humeur s’aggrava encore lorsqu’il se demanda si son coéquipier s’était lui-aussi inventé une femme.

Comme il avait été stupide ! S’imaginer, ne serait-ce qu’un seul instant, que Naruto veuille de lui, le veuille comme ça. Aussi beau que le rêveur le trouve, aussi heureux soit-il d’être si magnifique à ses yeux, ce n’était, au fond qu’une torture de plus : il n’y avait plus aucun espoir possible si, même en le percevant si beau, l’Uzumaki ne le désirait pas et l’imaginait avec une autre. Dire que dans un instant de folie il avait osé espérer… qu’avait-il cru ? Il était un homme après tout ! Quand bien même aurait-il était la perfection à l’état pure que Naruto n’aurait jamais vu en lui autre chose qu’un ami.

Refroidit et blessé, l’Uchiwa se recentra sur lui-même et affronta du regard sa copie, dissimulant comme toujours sa douleur sous un masque de glace.

Il était ici pour sauver son camarade, non pour rêver. Et il ferait absolument tout pour ça.



***



Un mur absorbeur de chakra ? Qu’à cela ne tienne ! Un passe muraille de l’envergure de Zetsu en avait vu d’autres ! Les prisons de tous les villages ninja en étaient tapissées, ce qui ne l’avait pas empêché de faire exploser les pourcentages d’évasion à chacune de ses visites. Faire évader ses coéquipiers serait tout aussi simple : les parois étaient prévues pour absorber le chakra dirigé vers elles, mais personne ne pensait jamais à protéger l’intérieur même du mur. A quoi bon ? Sauf qu’une fois dématérialisé au centre du mur, la moitié de skysophrène était tout à fait capable de relâcher assez d’énergie pour le faire s’effondrer, libérant le passage. C’est donc sans la moindre hésitation que Zetsu s’avança vers la surface de pierre, y plongeant sans aucune retenue sous le regard blasé de ses partenaires.

Il n’eut même pas le temps de comprendre que quelque chose clochait.

Même pas le temps d’avoir mal.

En une fraction de seconde, son énergie lui fut arrachée et dispersée aux quatre coins de la pièce, éparpillant son être jusqu’à la dernière molécule. Ce n’était pas un mur de « prison de tous les villages ninjas », c’était la cellule de Nokiana, havre des plus grands experts en chakra de ce monde. Alors pour la première et la dernière fois, le passe-muraille resta pris au piège.

Un cri de stupeur échappa à Konan lorsqu’elle le vit se dissoudre sous leurs yeux, puis disparaître totalement. D’un geste irréfléchi, elle se précipita vers le mur, frappant de ses deux poings fermés où s’était trouvé cet incapable. C’était impossible ! Il ne pouvait pas avoir disparu comme ça, pas alors qu’il était leur seule chance d’évasion. Pas quand Nagato avait besoin d’elle !

Résignée et rongée d’inquiétude, elle se laissa rageusement tomber au coin du mur, fébrile. Si qui que ce soit touchait à son dernier ami elle…Mais elle ne pouvait rien faire. Une fois de plus, Kisame, Deidara et la jeune femme devaient se résigner à être tenus loin des combats.



***



Un instant, son souffle s’était suspendu dans sa gorge et il était resté là, pétrifié, le regard plongé dans le vide. Il avait senti… quelque chose. Une sorte de douleur, un tiraillement dont il ne pouvait pas – ne voulait pas – comprendre l’origine.

Le Zetsu blanc venait de se désintéresser subitement de Sasuke, pourtant si proche, sans défense juste à ses côtés. Non, il avait bien plus grave à régler. Il … se sentait seul. Horriblement seul. Son corps se mit à trembler convulsivement, alors qu’il parcourait tous ses membres du bout des doigts. Rien ne manquait à l’appel. Alors pourquoi avait-il cette intime conviction d’être blessé, amputé ? … Mort. Il y avait une explication simple et logique mais il refusait jusqu’à son existence. Non. Non, il ne pouvait pas être seul. Non…

Les frissons s’intensifièrent jusqu’à le jeter à terre, recroquevillé et convulsé. Non. Tout sauf ça. Pas seul.



***



  • Je ne veux pas te tuer.

Le ton était sans appel, le regard déterminé. La main qu’il avait posée sur son épaule avait suffi à calmer Karine, et si elle continuait d’assassiner leur adversaire des yeux, son corps n’indiquait aucune intention d’attaquer. Lui gardait son unique pupille braquée sur l’ancien élève de Jiraya, le jaugeant ouvertement. Il disait la vérité : tout membre de l’Akatsuki qu’il soit, il ressemblait surtout à un gamin plein de bonne volonté et d’idéaux qui se serait perdu quelque part en chemin. Il avait lu le premier livre de l’Hermite : il savait ce que pensait le vieil homme de ce garçon, les espoirs qu’il avait en lui. Alors s’il avait encore la moindre petite chance de le convaincre d’éviter le combat…

  • Foutaises, siffla le jeune homme, entre ses lèvres gercées. Vous êtes comme ce vieux fou : vous nous bourrez la tête de belles images vides de sens, pour mieux disparaître quand la folie meurtrière des hommes fait tomber un à un chacun de mes amis.

Folie meurtrière… oui, c’était le mot. Les hommes étaient tous fous et il n’y avait pas de remède. Ils se vengeaient de la vengeance subie, et ont se vengerait d’eux à leur tour dans un cycle perfide et sans fin. Nagato en était si profondément persuadé qu’il lui vient l’envie impérieuse de faire regretter à ce moralisateur de pacotilles ses belles paroles. Ce grand pacifiste prétendait ne pas vouloir le tuer ? Il pouvait arranger ça.

Il y eu comme un bruit d’air comprimé, et un mouvement si rapide que l’œil de Kakashi ne parvint pas à déterminer de quoi il avait été question. Quelque chose semblait juste avoir été expulsé du socle qui maintenait tout le bas du corps de leur ennemi. Près de lui, la petite rousse avait sursauté, égarant un petit hoquet de douleur. Le plus vieux lui lança un regard inquiet, et ce qu’il vit ôta toute chaleur de son corps, le rendant livide. Les mains de la jeune fille étaient déjà maculées de sang, crispées sur une longue barre de métal noir enfoncée dans son ventre, et qui la traversait de part en part.

  • Ce n’est pas mortel, précisa Nagato. Mais à cette distance, elle sera d’autant plus réceptive à mon chakra.

Et, de fait, Karine sentait clairement une énergie qui ne lui appartenait pas suinter de la tige métallique, s’écoulant directement dans ses veines, prenant possession de son corps. Sans qu’elle ne lui ait demandé, sa main fila jusqu’à une de ses sacoches, saisissant une lame. Elle voulut lancer un avertissement à Kakashi, le prévenir, mais sa bouche refusa de former les mots. Au lieu de quoi ses muscles se tendirent, ses épaules pivotèrent et elle lança le shuriken vers les mèches argentées avec une précision mortelle. Un tintement clair retentit lorsque l’ANBU le dévia sans aucune difficulté.

  • Arrête, ordonna-t-il d’une voix glaciale. Relâche-la !

  • Sinon quoi ? Tu me tueras ? Félicitations, tes idéaux pacifiques ont survécus dix minutes à ta nature profonde !

Mais l’aîné ne prêta pas plus attention à son discours, tournant son regard vers la jeune compagne. Il plongea un long moment son regard dans le sien et, au lieu de se mettre en garde… il jeta négligemment ses armes au sol, tendant vers elle ses paumes vides.

  • Sur ce coup-là, je te fais confiance Karin. Je sais que tu es bien plus forte et plus déterminée qu’il n’y parait.

Et il resta là, immobile, vulnérable, son unique œil franc et rieur braqué sur les siens.

« Idiot ! hurlait la jeune femme derrière ses lèvres désespérément closes. Imbécile, couillon, attardé ! Espèce de cinglé ! »

Elle ne méritait pas cette foi. Elle n’avait pas la force de résister. Son corps tout entier n’était plus que la marionnette de ce sadique, au point d’empêcher ses cris, et même les larmes de frustration et d’impuissance qui piquaient ses yeux. S’il restait comme ça, elle allait … elle allait le …

A nouveau, ses muscles se tendirent, et elle fondit sur son coéquipier temporaire, toutes lames dehors. Elle parvint à fermer les yeux, tremblante de honte, et attendit le choc… vers lequel ses jambes ne la menèrent pas. Son pantin de corps s’était figé en plein élan, sous l’ordre de son bourreau. Doucement, elle sentit le chakra intrus quitter son corps sans résistance et, stupéfaite, elle jeta un coup d’œil interrogatif à Nagato.

Ce dernier semblait pensif, son regard dériva de l’un à l’autre avec un petit quelque chose de moins agressif, d’hésitant. Un minuscule rire glissa alors entre ses lèvres fatiguées :

  • J’avais presque oublié … qu’il y a une autre folie dans l’homme mille fois plus grande que celle de vengeance.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales