Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1703 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

PDJM
[Histoire Terminée]
Auteurs :
[Groupe: SerminAzerty]
Sermina & azerty
Vue: 17142
[Publiée le: 2013-03-21]    [Mise à Jour: 2014-01-24]
13+  Signaler Général/Action-Aventure/Suspense Commentaires : 24
Description:
Debout près du corps inconscient de Naruto, Sasuke se demandait comment ils avaient pu en arriver là. Personne n'aurait pu prédire que les choses iraient aussi loin. Surtout pas les auteurs… Slash
Crédits:
Non, on ne se fait pas d'argent sur le dos de Masashi Kishimoto, les personnages de Naruto lui appartiennent ainsi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chpitre 51

[2440 mots]
Publié le: 2013-10-22Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Titre de la fiction : « PDJM »

Auteur : Sermina (chapitres impairs) Azerty (chapitres pairs)

Beta lectrice : Sermina et Azerty

Genre : Drame

Disclaimer : Non, on ne se fait pas d'argent sur le dos de Masashi Kishimoto, les personnages de Naruto lui appartiennent ainsi.

PDJM 51

La sensation de l’herbe douce et tiède, chauffée par les rayons du soleil, sous son dos, de la peau couverte de sueur corporelle de leur dernier ébat sur ses hanches et des doigts enserrant sa main lui procuraient une sensation de plénitude et de bonheur parfait. Parfait. Tout était parfait. Lentement, Naruto tourna son regard azur vers son amant dont les paupières closes donnaient à ce visage pâle une impression de calme et de sérénité. Un sourire heureux vint se dessiner sur les lèvres de l’Hokage. Il n’était peut-être que dans un rêve mais il n’avait jamais été aussi heureux qu’en cet instant. Ses doigts serrèrent un peu plus la main emprisonnée dans la sienne faisant rouvrir deux orbes ébène en sa direction.

Sous la vue merveilleuse que lui offrait son amant, Naruto ne put retenir l’envie de goûter à nouveau ses lèvres si tentantes. D’un mouvement agile, il se retrouva sur le corps de celui qu’il aimait du plus profond de son être. Ce dernier se contenta d’ancrer un léger rictus sur sa bouche sans lâcher de des yeux son blond. Le soleil formait un étrange berceau autour des deux amoureux sous le regard tendre des quelques oiseaux qui passaient par là. Les yeux dans les yeux, peau contre peau, amour fou transpirant par tous les pores de leur peau, leurs lèvres se rapprochèrent dans une lenteur presque irréelle. A chaque millimètre comblé qui séparait ce baiser, Naruto laissait choir avec douceur ses paupières. Heureux. Oui, il n’avait jamais été aussi heureux et lorsqu’enfin leurs lèvres se rencontrèrent, une décharge électrique de bien-être le traversa de part en part. Mais la sensation disparue aussi vite qu’elle était arrivée le faisant brusquement ouvrir ses yeux et découvrir avec surprise une grande pièce noire abritant une cage en fer démesurée que Naruto reconnu comme étant la prison de Kyuubi. Il eut un mouvement de recul accompagné d’un cri de panique avant de fermer précipitamment ses paupières pour retourner dans son rêve. Non, il ne devait pas revenir à la réalité. Jamais !

Lorsqu’enfin ses pupilles azurs se rouvrirent, il était à nouveau légèrement penché sur son amant couché au sol. Ce dernier sans lui laisser le temps de bouger, les fit rouler sur l’herbe avant de prendre place à son tour sur Naruto. La sensation de bonheur vint reprendre sa place lorsqu’il se retrouva à nouveau auprès de celui qu’il aimait, effaçant par la même occasion ce qui venait de se passer. Pourtant… lorsque les lèvres de son amant vinrent effleurer à nouveau les siennes, le baiser le laissa étrangement sur sa faim...


La pièce venait à nouveau de changer  d’atmosphère. Malgré le soleil dont les rayons tapaient sur les vitres donnant un surplus de douceur et de chaleur dans le bureau, ce fut un air glacial qui sembla se répercuter entre les murs. Le plus haut gradé des deux hommes présents avait son regard posé sur son subalterne. Au fond de ses prunelles une lueur de colère brillait avec force. Comment osait-il ?

-         Qu’est-ce que ma fille vient faire dans ta trahison ? cracha le Naishokage d’un ton acide.

Un léger frisson remonta l’échine d’Ichiro. Il était très rare de voir le représentant du village d’une autre manière que calme et droit sans une once de violence ou de tristesse sur son visage, dans sa voix ou de son regard. Cependant, le chef des armées savait très bien que la mort de sa fille avait bien plus affecté  son supérieur qu’il ne l’avait montré.  Son enfant était le seul membre de sa famille qu'il lui restait. Orphelin à l’âge de treize ans, le futur Naishokage avait atteint ses vingt ans sans tuteur particulier. Quelques années plus tard, il avait rencontré sa femme, nukinen qui avait trouvé refuge en ces lieux. De leur union était né deux enfants. Comme ses parents, sa femme et son premier fils étaient morts en mission quelques années auparavant. Il ne lui restait alors que sa fille, orpheline de mère alors qu’elle n’avait que deux ans. Depuis, il ne vivait que pour elle. Il avait accepté le titre de Naishokage pour différentes raisons dont celles de pouvoir au mieux protéger son enfant. Dès lors, il l’avait tenue loin des combats et des champs de batailles, faisant d’elle la meilleure artisane de chakra du village avant de lui donner la haute fonction de « responsable en chef du réseau d’énergie de Nokiana ». Cependant, quelques mois auparavant, la demoiselle avait été emportée très vite par une maladie dont l’autopsie ne sut révéler la provenance laissant un père seul et démuni devant le décès de sa fille.

-         Elle a tout à y voir, Naishokage-Sama.

Le regard du dénommé se fit plus dur encore que précédemment. La colère irradiait par tous les pores de sa peau alors que ses poings se serrèrent faisant blanchir ses jointures.

-         Ne te fous pas de moi, Ichiro ! hurla-t-il à nouveau.

Bon ok, il devait s’y attendre non ? Cependant c’était peut-être le bon moment pour tout lui révéler.

-         Naishokage-sama, laissez-moi juste m’expliquer. Si malgré mes explications, vous estimez que j’ai toujours trahi le village, je m’en remettrai à vos ordres mais pour le moment laissez-moi juste quelques minutes.


L’éclat de voix avait légèrement raisonné dans la pièce adjacente au bureau du Naishokage faisant frissonner Karin. Elle aimé Nokiana. Elle était fidèle à ce village depuis le début. Cependant, elle ne pouvait pas nier agir plus particulièrement aux ordres d’Ichiro : c’était son supérieur direct après tout. Plus d’une fois, elle s’était contentée d’obéir au chef des armées sans aller voir le Naishokage à chaque retour de mission comme le stipulait le contrat qu’elle avait signé en devenant un membre à part entière du village. Maintenant, elle savait que son sort dépendait de beaucoup de la confrontation entre les deux grands chefs du village. Bon, elle pourrait toujours réussir à s’en sortir si elle le voulait en accusant Ichiro… mais elle n’y tenait pas vraiment, après tout, c’est lui qui lui avait redonné une raison de vivre, un but à défendre et une nouvelle famille.

Karin finit par soupirer doucement avant de retourner à la contemplation des personnes présentes dans la pièce avec elle. A peine avait-elle pénétré dans la salle, qu’elle s’était appuyée contre le mur, soulageant légèrement son corps malmené par le combat qu’elle venait d’effectuer. Elle avait alors pris soin de détailler chaque personne se trouvant à ses côtés.

Elle avait commencé par l’être le plus improbable : Itachi Uchiwa. Il était mort de la main de son frère. Cette information avait fait le tour du monde en un rien de temps. Néanmoins, elle n’était pas plus étonnée que ça de le voir face à elle. Les scientifiques de Nokiana publiaient régulièrement dans la revue mensuelle du village, montrant ainsi leur progrès dans la réalisation de corps humain doté de chakra. Après il suffisait de trouver la conscience et connaissant même de nom, l’homme, elle se doutait qu’il avait dû protéger ses arrières.

L’Uchiwa se trouvait d’ailleurs en pleine discussion avec la jeune fille complétant l’équipe de Sasuke : Sakura Haruno. Elle ne la connaissait pas très bien si ce n’est qu’elle avait été l’élève de Tsunade-Sama dont elle avait hérité la force et le talent en tant que kinochi médecin. Malgré un désintérêt total de la demoiselle de la part de Sasuke lorsqu’ils étaient dans la même équipe, elle savait que le cadet Uchiwa avait tissé de fort lien d’amitié avec elle.

Karin finit par se détourner assez vite de Sakura pour se poser sur une personne qui la préoccupait bien plus. Kakashi Hatake. L’adversaire qu’elle venait d’affronter au cours d’un combat aussi rude qu’intriguant. Il y avait une aura enveloppant cet homme qui la charmait autant qu’elle la rebutait. Le duel qui les avait opposés avait été la volonté réelle de deux adversaires œuvrant pour un camp ennemi. Pourtant, elle ne pouvait pas faire taire cette étrange sensation de bien-être et d’instant parfait qui l’avait envahi tout au long de ce combat. Son regard ne pouvait se détacher de cet homme qui ne semblait pas être totalement un ennemi si on en croyait les paroles du Naishokage quelques minutes plus tôt.

Mais alors que ses iris étaient fixés sur ce visage à moitié caché, une pupille noire vint accrocher son regard. Durant une seconde Karin se sentit vaciller. 

-         Kakashi-sempai ? interpella Sakura aillant finit sa discussion avec l’aîné Uchiwa. Vous devriez faire revenir Pakkun,  il a peut-être des informations supplémentaires dont nous pourrions nous servir

Le dénommé détourna son regard de son ancienne adversaire pour se poser sur son ancienne élève et sans plus de cérémonie fit quelques gestes avant qu’un jeune canidé n’apparaisse à côté d’eux.


Le regard du Naishokage ne perdit en rien son expression de colère pourtant, il avait eu au plus profond de lui envie de laisser une seconde chance à son bras droit. Ichiro n’avait jamais trahi le village. De même, il n’avait aucune raison d’attendre tant d’année avant d’agir contre Nokiana. Ce fut pourquoi, sans pour autant baisser sa garde, le chef du village se rassit offrant à son invité la possibilité de s’expliquer.

Ce dernier laissa échapper un léger soupir de soulagement. Maintenant, il n’avait plus qu’à tout expliquer. Tout excepté… les trahisons de celui qu’il aimait en secret. C’est la seule chose qu’il se refusait d’énoncer. Il était fidèle à ce village qui leur avait donné, à Akiko et à lui, une chance de tout recommencer. Pourtant, il savait qu’entre le village et son collègue, le choix était fait depuis bien longtemps. De ce fait, il allait tout avoué au Naishokage, tout… à l’exception de ce qui concernait Akiko. Pour une fois, il allait bafouer l’un de ses principes pour le protéger, il allait mentir. Oui, Akiko n’avait agi que par ses ordres, jamais et en aucun cas sous l’influence de Kyuubi.

-         Cela a commencé il y a six mois, Naishokage-sama, débuta Ichiro tout en prenant place sur la chaise face à son supérieur. Lorsque je faisais quelques repérages non loin des frontières du village, un membre de l’Akatsuki est venu m’interpeller.

Le chef des armées fit une légère pause avant de reprendre.

-         Je n’ai pas attendu son explication, il était bien trop proche de Nokiana, je me suis jeté sur lui dans l’intention de le tuer ou du moins de le blesser grièvement mais avant d’avoir pu lancer la moindre attaque deux autres membres de l’organisation avait fait leur apparition. Malgré mon niveau, je n’ai pas été capable de rivaliser contre eux et alors que j’allais ingurgiter le poison qui aurait mis fin à mes jours de façon à ce qu’ils ne puissent pas faire de moi un prisonnier, un d’eux m’a dit que ma mort ne pourrait pas sauver le village.

Les sourcils du Naishokage se froncèrent sans pour autant intervenir.

-         Cela faisait deux mois que les perturbations de chakra avaient commencé, ce qui pour le moment ne semblait pas préoccupant. Ce genre de chose arrivait fréquemment mais cette fois-ci, ces perturbations ne semblaient pas vouloir disparaître. La porte donnant sur le cœur du réseau de chakra circulant sous le village n’était accessible que par votre fille. C’est pourquoi, j’ai demandé à la voir. Elle m’a expliqué qu’elle trouvait également cela anormal et qu’elle allait chercher à savoir ce qui se passait. Elle est morte deux jours plus tard sans qu’elle ne puisse me dire ce qu’elle avait trouvé.

Face au rappel de la mort de l’enfant de son supérieur, Ichiro fit une légère pause.

-         Ce jour-là, l’Akatsuki me l’a expliqué. Apparemment votre fille avait compris que ces perturbations étaient dues à une intervention humaine et non le fruit d’un processus naturel en découvrant le sceau posé dans la salle des machines. Lorsqu’elle a voulu vérifier au niveau du pentacle extérieur au village d’où semblait tout commencer, ils l’ont fait tomber dans un profond coma qui s’avéra mortel deux jours plus tard. Ils m’ont fait comprendre que si je voulais qu’il n’y ait pas d’autres morts et que le sceau soit enlevé, je devais leur remettre Kyuubi. J’étais le seul au courant et je ne tenais pas à entrainer d’autres personnes dans cette histoire et encore moins vous au vue de l’affection que vous portiez à votre fille. J’ai alors fait une représentation du sceau avant de le montrer à nos meilleurs ninjas mais aucun d’eux n’avait la capacité de le défaire, c’est pourquoi j’ai fini par monter un plan pour pouvoir récupérer le démon renard et sauver le village. Je suis venu vous annoncer les problèmes de chakra en vous expliquant que c’était un phénomène naturel et en mettant en avant que seul le chakra de Kyuubi pourrait inverser le processus, de façon à avoir votre aval. Par la suite, j’avais l’intention de piéger les membres de l’Akatsuki. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu.

Les sourcils toujours froncés, le Naishokage avait perdu légèrement de sa colère. Sa fille n’était pas morte d’une stupide maladie, cette simple constatation semblait lui alléger le cœur. Pourtant savoir, qu’après avoir tout fait pour l’éloigner des combats, cela ne l’avait au final mis en danger puisque face à ses adversaires, elle n’avait pas su se défendre, ré-alourdit aussitôt son âme. Un sentiment de culpabilité vint briller au fond de ses prunelles avant que de la haine pure vint ombrager son regard. L’Akatsuki ! Il les tuerait tous de ses propres mains, ne put s’empêcher de penser le Naishokage alors que son subordonné lui faisait part des difficultés rencontrés. L’équipe de l’hôte de Kyuubi ainsi que leur ancien maître débarquant non loin du village, mettant en échec ses plans et l’Akatsuki impatiente qui avait fait intervenir plusieurs de leurs membres au sein du village. Il avait alors essayé de déjouer leur intervention avec l’aide de Karin, d’Akiko et de ses gardes les plus fidèles. De même, Ichiro mit au courant son supérieur des derniers événements comme le fait que Kyuubi était capable et acceptait d’enlever le sceau en échange d’un corps.

A la fin du monologue d’Ichiro, le Naishokage posa ses coudes sur son bureau avant de poser son menton sur ses mains, le regard transperçant et redevenu calme, posé au fond des pupilles du chef des armées. Ses dires corroboraient ceux de l’Uchiwa et de l’Haruno. Mais alors qu’il allait prendre la parole, la porte donnant sur la pièce adjacente du bureau s’ouvrit brusquement laissant pénétrer une dizaine de personnes ainsi qu’un petit chien.

-         Naishokage-sama, commença un garde, nous sommes désolés de vous interrompre mais apparemment l’Akatsuki doit attaquer le village dans moins de trente minutes.

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales