Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1703 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

PDJM
[Histoire Terminée]
Auteurs :
[Groupe: SerminAzerty]
Sermina & azerty
Vue: 17147
[Publiée le: 2013-03-21]    [Mise à Jour: 2014-01-24]
13+  Signaler Général/Action-Aventure/Suspense Commentaires : 24
Description:
Debout près du corps inconscient de Naruto, Sasuke se demandait comment ils avaient pu en arriver là. Personne n'aurait pu prédire que les choses iraient aussi loin. Surtout pas les auteurs… Slash
Crédits:
Non, on ne se fait pas d'argent sur le dos de Masashi Kishimoto, les personnages de Naruto lui appartiennent ainsi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 48

[2452 mots]
Publié le: 2013-10-10Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Titre de la fiction : « PDJM »

Auteur : Sermina (chapitres impairs) Azerty (chapitres pairs)

Beta lectrice : Sermina et Azerty

Genre : Drame

Disclaimer : Non, on ne se fait pas d'argent sur le dos de Masashi Kishimoto, les personnages de Naruto lui appartiennent ainsi.

Chapitre 48

La tension engluait l'air autour d'eux alors que les deux hommes s'affrontaient du regard, tentant de cerner l'autre et l'importance qu'il allait prendre dans la déjà si compliquée partition des plans, des imprévus et des intérêts contradictoires. Ennemis, allié ? Un éclat amusé traversa leurs yeux alors qu'ils se rendirent compte que l'une ou l'autre de ces idées leur plaisaient autant. Ce genre de combat pourrait s'avérer incroyablement divertissant…

Ce fut Kabuto qui, le premier, envisagea tous les avantages de la seconde solution.

Vous êtes là pour Kyuubi n'est ce pas ? demanda-t-il sans se départir de son rictus. Je me disais bien que ce paranoïaque d'Ichiro ne pouvait pas s'être adressé à Konoha de son plein gré… Et puis, demander un démon pour régler un problème de chakra… non, ce n'était décidément pas son genre. Je savais bien qu'il y avait quelque chose d'autre derrière tout ça.

Un point pour lui. Il prenait l'avantage des négociations. Le sourcil de Madara s'arqua très légèrement, mais ce fut le seul signe de contrariété qu'il laissa échapper.

Je pense qu'on va pouvoir s'entendre, poursuivit le jeune médecin. Voyez-vous, je me fiche totalement de votre boule de poils à neufs queues. Mais vous êtes venus mettre le bazar dans mes petits plans concernant ce village, et j'entends bien obtenir réparation.

A une dizaine de mètres de là, Pakkun ne perdait pas un mot de la conversation : il allait peut-être ENFIN apprendre quelque chose !

- Que proposes-tu ? demanda l'homme masqué, apparemment aussi pressé que lui d'arriver au cœur du sujet.

- Juste un échange de bons procédés. Vous avez sous vos ordres une petite dizaine des ninjas les plus puissants de ce monde, et visiblement vous avez trouvé un moyen de faire chanter Ichiro avec le chakra de cette ville. Mais même avec tout cela, la situation est assez chaotique pour que je puisse conclure sans trop me tromper que vous ne maîtrisez plus grand-chose.

Un sifflement agacé s'éleva du coté de son interlocuteur, et Kabuto se demanda avec amusement s'il avait intérêt à continuer de remuer le couteau dans la plaie juste pour le plaisir ou s'il devait ménager la susceptibilité de son futur associer… Il finit par décider qu'il pouvait bien en remettre une petite couche, juste parce que l'occasion était trop belle.

- Tout ce qu'il vous manque, c'est quelqu'un connaissant parfaitement la ville et son fonctionnement. La petite Karin, que j'y ai souvent croisée, y a été envoyée dans ce but n'est ce pas ? Mais que voulez-vous ? Les femmes sont changeantes et absolument pas fiables.

Pari réussi : Madara avait bel et bien l'air de mourir d'envie de le décapiter dans la seconde. Mais plus que de se foutre royalement de lui, Kabuto était surtout parvenu à lui exposer en quelques phrases à quel point il avait besoin de lui. Il ne restait plus qu'à faire valoir ses revendications.

- Ca fait deux ans que je me fais passer pour un soldat de Nokiana : je connais le village dans ses moindres détails. Avec mes conseils, vous pourriez tous les maîtriser en moins de quarante minutes. Intéressé ?

- Arrêtons de tournez autour du pot, veux-tu ? Qu'est ce que tu demandes ?

- Nokiana. Tout simplement.

Et, devant la surprise de son interlocuteur, Kabuto développa.

- Pour un scientifique tel que moi, cette ville est un trésor. Les expériences qu'on y mène sont d'un niveau encore jamais atteint ailleurs. Mon grand malheur des deux dernières années est d'y avoir aussi peu eu accès, malgré toutes mes tentatives d'espionnages. Vous comptez renverser la ville pour reprendre le Kyuubi ? Je vous aiderai. En échange, lorsque vous aurez fini tout ce que vous devez faire ici… donnez-moi le contrôle de cette cité dont vous n'aurez plus rien à faire.

Un instant, Madara sonda son adversaire du regard. C'était trop beau pour être vrai… mais ça se tenait. Cet homme était comme son maître : un psychopathe dégénéré obsédé par la science et les expériences sur les humains. Il voulait Nokiana ? Grand bien lui fasse ! Si l'Akatsuki réunissait les neufs démons, un fou furieux entouré d'ingénieurs en blouse blanche serait bien le dernier de ses problèmes.

- Marché conclu, déclara-t-il enfin. Nous attaquons dans une heure.

« Ça sent mauvais ! pensa Pakkun pour lui-même, peu réjouit de la tournure que prenait la situation. Je vais les suivre pour repérer où sont basés les ninjas de l'Akatsuki, puis je file avertir Sakura de… »

- Tu crois que ça se mange ?

L'instant d'après, Pakkun se retrouvait suspendu par la patte de derrière, les yeux rivés sur un jeune homme à moitié blanc et sombre.

- Je ne sais pas… Il vaudrait mieux l'amener à Tobi-sama, il en aura peut être besoin.

- Et après, on pourra le manger ?

« Effectivement… ça sent très, très mauvais ! »


- Voilà, déclara le Kage, en refermant la porte derrière le messager. C'est fait.

Lentement, il s'avança jusqu'à son siège, où il se laissa tomber lourdement. Il avait l'impression qu'une charge incommensurable venait de tomber sur ses épaules. Il avait donné l'ordre de faire arrêter Ichiro, et tous les hommes qui se rallieraient de son côté. Ce qui, connaissant l'intéressé, devait comprendre une poignée des meilleurs soldats de la ville. Cette affaire avait un goût amer de guerre civile… Mais il n'avait pas le choix : il fallait récupérer Kyuubi et le mettre en sécurité avant que les choses ne dégénèrent. Tant pis pour les problèmes de chakra : ils trouveraient un moyen de régler cela dans les semaines à venir. La priorité était de garder le démon hors de porté de l'Akatsuki et de protéger le village contre une attaque imminente. Ensuite, il rendrait le biju à Konoha en s'excusant à genoux des problèmes causés. Quant au chef des armées… Il soupira, soudain vieilli de dix ans. Son statut n'avait jamais été aussi lourd à porter.

- Problème suivant, souffla-t-il, ironique, avant de se tourner vers les deux « invités » qui n'avaient pas quitté son bureau. Hurano-san, croyez-vous pouvoir rappeler votre ami canidé ou est-il préférable qu'il revienne de lui-même lorsqu'il aura fini sa mission d'espionnage ?

La jeune femme réfléchit un instant, puis déclara, songeuse :

- Vu la tournure des événements, il me semble que n'importe quelle information est bonne à prendre, pourvu que ce soit le plus vite possible. Je pense qu'il faudrait rappeler Pakkun. Mais il a dépassé la limite du réseau, rajouta-t-elle en désignant la petite oreillette qui lui permettait de contacter ses coéquipiers sur de faibles distances.

- Un nouveau soupir las échappa au Kage.

- Que conseillez-vous ?

- Tout simplement de le congédier et de le réinvoquer. Il réapparaîtra automatiquement près de l'invocateur. Ce qui m'amène au second sujet que je voulais aborder…, poursuivit la jeune femme avec un sourire désarmant. Par le plus grand des hasards, seraient-il possible que vous rappeliez la jeune femme qui, en ce moment même, doit encore être en train d'essayer d'éviscérer mon professeur?


Le soleil matinal caressait leur peau, s'amusant à réchauffer encore plus leurs corps bouillants, dévorés d'adrénaline et scintillant de sueur. Le souffle court, les muscles moulus, les deux ennemis se fixaient droit dans les yeux, une étincelle de connivence dans le regard, un sourire amusé aux lèvres. Cela faisait longtemps qu'ils n'avaient plus partagé de tels combats. Ça n'avait rien d'un entraînement, et encore moins d'une joute amicale. La profonde coupure qui zébrait l'avant-bras de la jeune femme en témoignait. Pourtant, il n'y avait pas de rage dans leurs attaques. Pas de haine, pas de ressentiment. Juste le plaisir de combattre sérieusement un adversaire de valeur, de partager une danse mortelle avec quelqu'un qui, par tous ces gestes, toute la tension de ses muscles, toute la beauté de son visage décidé, hurle en silence qu'il en avait autant besoin que vous.

Ils auraient voulu que cet instant dure toujours, malgré le sang qui pulsait violement à leurs oreilles, leur gorge asséchée par une respiration chaotique et l'intégralité de leur corps qui demandait grâce. C'est le même frisson de frustration qui ébranla leurs épaules lorsqu'une dizaine de gardes firent irruption dans la clairière, les forçant à émerger de leur combat fusionnel.

- Karin-sama ? Par ordre du Kage, vous êtes rappelée à Nokiana de toute urgence.

Puis, se tournant vers le second combattant :

- Hatake-sama, le Kage serait honoré de vous recevoir. Hurano-sama et Uchiwa-sama sont déjà dans son bureau, et ils comptent sur votre présence pour décider de la suite des événements.

Les deux adversaires jetèrent aux nouveaux venus des regards médusés. Kakashi, surtout, avait la nette impression d'avoir loupé deux ou trois mois d'intrigue. Depuis quand étaient-ils conviés à discuter tranquillement des plans d'attaque avec leurs ennemis ? Et que faisaient Sakura et Sasuke avec le Kage adverse ? Vu la tournure de la phrase, ils ne semblaient pas avoir été fait simplement prisonniers…

D'un rapide coup d'œil, il consulta la jeune femme près de lui. Karin eu un discret acquiescement, et l'Hatake se détendit : depuis le début du combat, elle s'était montrée franche dans ses attaques, et déterminée à gagner à la loyale. D'après elle, ceci n'était pas un piège. Et il était prêt à la croire.

Dans les dix minutes qui suivirent, il pénétra sous bonne escorte dans l'enceinte de la ville, filant droit vers la tour.


Seize minutes. C'est à peu près le temps que mettraient les gardes à trouver Kakashi, à le convaincre de revenir, et à le ramener ici. Seize minutes où le Kage ordonna littéralement à ses deux invités de se reposer un temps soit peu. Sakura tenta bien de protester, mais l'homme l'interrompit en proclament que ça le désolait de voir de telles cernes sous de si jolis yeux et, avant même qu'ils aient pu réagir, on les avait conduit dans une douillette petite salle, parsemée de coussins, où les attendaient des victuailles fumantes et quelques rafraîchissements.

- Trop aimable ! murmura Sakura, incapable de détourner les yeux d'un poulet rôti ma foi bien plus appétissant que ces rations de survie.

Itachi songea, lui, qu'il n'avait pas mangé depuis plus de deux ans… cette pensée avait un quelque chose d'à la fois amusant et terrifiant, et il ne s'attarda pas dessus. Un tiraillement au niveau se son estomac l'amena à se saisir d'une poire, délicatement posée au sommet d'un panier de fruits. Il mordit dans la chaire mure, et garda un instant le jus et la pulpe sucrée en bouche.

Ainsi, l'artiste qui avait créé son corps de substitution n'était pas encore à l'aise avec les papilles gustatives… A moins que les fruits n'aient développé un gout de cendre mouillé durant son absence, quelques réglages s'imposaient au niveau gustatif. Calmement, Itachi finit de mâcher le mélange infecte, l'avala, et repose le fruit à peine entamer. De toute façon, il n'aurait pas le temps de mourir de faim. Près de lui, la jeune femme aux cheveux roses n'avait pas autant de scrupules, et elle mordait avec enthousiasme dans une cuisse de volaille dorée à souhait et une part de tarte au citron, recouverte d'une généreuse couche de meringue. Une grande tasse d'un thé si concentré qu'il en était presque noir agrémentait le tout, histoire de soutenir les réserves d'énergie mises à mal.

Amusé, Itachi préféra se lancer dans la contemplation de cette fille pleine de vive, plutôt que dans l'amas de nourriture immangeable qui prouvait que lui était déjà mort. Un instant, sa vision se brouilla, et il eut vaguement conscience de perdre dangereusement l'équilibre. La seconde d'après, une main délicate effleurait son épaule, juste assez pour le soutenir sans empiéter sur son espace personnel, ni sur sa fierté.

- Vous devriez vous reposer… déclara la jeune femme, les sourcils froncés devant son teint plus pâle encore que de coutume.

L'Uchiwa lui offrit un sourire discret, mais haussa les épaules d'un air fataliste. Sakura n'hésita que le temps d'un battement de paupières : elle plongea la main dans sa sacoche d'armes, et en tira trois papillotes de papier. D'un geste précis, elle en extirpa de très précises pincées d'herbes, sur lesquelles elle versa un peu d'eau bouillante. Une fois infusé, elle tendit le tout au jeune homme. Bien que peu optimiste quant aux possibles résultats sur son corps d'emprunt, ce dernier ne put s'empêcher de se sentir touché de l'attention. Le liquide brûlant dispensa une agréable chaleur tout au long de sa gorge et jusque dans son ventre, et en un temps incroyablement bref, il fut surpris de constater que contrairement à ses réserves, son corps commençait instantanément à se décontracter, et que le voile qui était tombé sur sa vision se souleva partiellement.

Vraiment, cette femme n'était pas la disciple de la cinquième Hokage pour rien.

- Merci, déclara sobrement Itachi, après avoir pris une autre gorgée.

La jeune femme répondit par un simple signe de tête, les yeux posés sur lui. Sentant la question qui lui brûlait les lèvres, le garçon l'encouragea d'un regard.

- Pourquoi nous aider ? De quel côté êtes vous ?

L'Uchiwa sourit, félicitant la méfiance tout à fait justifiée de la jeune ninja. Le contraire aurait été décevant. Parce ce qu'elle était une des précieuses amies de son frère, et aussi –surtout – parce que les quelques heures qu'il lui restait à vivre ne l'engageait plus à rien, il se décida à répondre franchement.

- Sasuke. Je suis et ai toujours été du côté de Sasuke.

Son sourire s'élargit devant la mine franchement dubitative de son interlocutrice. Mais avant qu'elle ait eu le temps de demander à ce qu'il développe, la porte s'ouvrit sur un garde en uniforme. Le Kage les faisait appeler.

L'interlude était terminé.

Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer.


  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales