Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1703 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

PDJM
[Histoire Terminée]
Auteurs :
[Groupe: SerminAzerty]
Sermina & azerty
Vue: 17133
[Publiée le: 2013-03-21]    [Mise à Jour: 2014-01-24]
13+  Signaler Général/Action-Aventure/Suspense Commentaires : 24
Description:
Debout près du corps inconscient de Naruto, Sasuke se demandait comment ils avaient pu en arriver là. Personne n'aurait pu prédire que les choses iraient aussi loin. Surtout pas les auteurs… Slash
Crédits:
Non, on ne se fait pas d'argent sur le dos de Masashi Kishimoto, les personnages de Naruto lui appartiennent ainsi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 46

[1881 mots]
Publié le: 2013-10-04Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Titre de la fiction : « PDJM »

Auteur : Sermina (chapitres impairs) Azerty (chapitres pairs)

Beta lectrice : Sermina et Azerty

Genre : Drame

Disclaimer : Non, on ne se fait pas d'argent sur le dos de Masashi Kishimoto, les personnages de Naruto lui appartiennent ainsi.

 

Désolée pour le retard d’un jour ! Ma connexion internet refusait de marcher correctement hier soir… toutes mes excuses

 

 

Chapitre 46

 

Pakkun n’aimait pas les combats. Il était trop délicat pour ça. D’ailleurs, la nature ne l’avait pas doté pour : qui aurait eu peur de ses courtes pattes potelées, de ses babines tombantes et de son regard éternellement ennuyé, en concurrence directe avec celui de Shikamaru ? Non, ce qu’il aimait, lui, c’était les os à ronger « arôme lard fumé », l’odeur d’adoucissant au mimosa qui traînait sur les vêtements d’Iruka et l’exquis parfum de la chienne du voisin pendant ses chaleurs. Rien de très martial donc.

Bien sûr, son odorat était souvent d’une grande aide en mission, mais dès que les choses se corsaient, il était vite dépassé. C’est ainsi qu’après quelques secondes d’affrontement, il n’avait pu que regarder Sakura se battre, en foudroyant des yeux l’erreur monumentale qui était venu se glisser dans le tableau. Aux côtés de la jeune femme se tenait d’un ancien ennemi qui se révélait soudain d’immenses dons d’acteur : mort depuis deux ans, il jouait particulièrement bien le vivant. Il n’eut pourtant pas le temps de s’extasier sur à quel point s’était impossible : grâce à son odorat surdéveloppé, mais aussi parce qu’il s’était tenu éloigné du champ de batail, il avait perçu l’arrivée des gardes en nombre impressionnant. Il s’était dissimulé dans un coin sombre, passant inaperçu dans l’agitation ambiante. Lorsque le gros des troupes s’était lancé à la poursuite de l’homme masqué, il avait échangé un regard entendu avec Sakura avant de leur emboîter discrètement le pas.

Là, il avait vu avec exaspération ces lourdauds se faire semer un par un avec une incompétence affligeante. Lui ne s’était à aucun moment laissé distancer, aider, il faut bien l’avoué, par le fait que le fugitif cherchait la présence d’humains à ses trousses, pas d’un petit canidé. Très vite, le chien ninja vit donc les muscles de le nuque du fuyard se décontracter un peu alors qu’un ricanement supérieur lui échappait : il pensait s’être débarrassé de tous ses assaillants. Parfait.

C’est alors que les choses prirent une tournure vraiment inattendue : débarquant de nulle part, un inconnu portant l’informe du village s’était avancé vers le grand brun. Pakkun était pourtant sûr d’être le seul à avoir réussi la traque… Comble de l’étrange, au lieu de se jeter à la gorge l’un de l’autre, les deux hommes échangèrent quelques salutations acides. Intrigué, l’animal se rapprocha discrètement et tendit l’oreille. Quoi qu’ils se disent ce soir, ses coéquipiers en seraient bien vite informés.

 

***

 

-          Mademoiselle Sakura Haruno, Monsieur Uchiwa Itachi, pourriez-vous tout d’abord m’expliquer comment vous avez pu pénétrer au sein de ce village ?

Un fin sourire étira les lèvres de l’Uchiwa : cette question semblait neutre et futile par rapports à toutes les autres que le Kage était en droit de poser. Mais à bien y regarder, elle les obligeait à parler des raisons de leur présence, de leurs objectifs, et de si oui ou non ils avaient des complices à l’intérieur des murs. Cet homme était décidément loin d’être bête.

Sakura hésita un instant : toutes les réponses qui lui venaient à l’esprit mentionnaient la présence de ses deux coéquipiers. Or elle ne savait pas si ses interlocuteurs étaient au courant de leur présence ici, elle risquait donc de les mettre inutilement en danger. D’un autre côté, si elle retenait trop d’informations et que le Kage en savait plus qu’il n’en avait l’air, elle zapperait à la base toute possibilité de négociation et de confiance. Triste dilemme…

L’Uchiwa lui accorda un répit en répondant le premier :

-          Le plus ironique voyez vous, c’est que c’est vous qui m’avez fait entré.

-          Comment cela ?

-          Je crois que vous n’êtes pas sans savoir que je suis mort, n’est ce pas ? Eh bien, peu avant mon combat avec mon frère, j’avais gravé, mangekyou aidant, une parcelle de mon âme en Naruto Uzumaki.

-          Vous avez détaché une parcelle de votre âme ? interrogea le chef du village, un sourcil levé. C’est possible ?

Un léger rire échappa à Itashi alors qu’il répondait :

-          Vous ne vous imaginez même pas combien de personnes ont déjà eu l’idée de le faire sur ce garçon ! Mais c’est une autre histoire. Ce qui vous intéressez-vous, c’est que lorsque vous avez extrait du shakra de Kyuubi, et que j’ai sentis Naruto en danger de mort, je me suis réveillé. Ça ne devait durer que le temps que je sois sûr qu’il ne risque plus rien, après quoi ma conscience aurait définitivement disparu. Mais Ichiro a cru bon de me présenter à un de vos artisans - celui qui donne vie à des corps artificiels - à condition bien sûr que je vous aide à sauver Nokiana.  Il ne vous en a rien dit n’est-ce pas ? Comme il n’a pas cru bon de vous informer que l’Akatsuki avait posé un sceau au cœur de votre tour, bloquant la circulation de shakra, et qu’ils vous font chanter pour que vous leur serviez Kyuubi sur un plateau d’argent.

-          Absurde ! décréta le Kage d’un ton sec.

Le chef des armées était bien trop fidèle au village pour lui cacher des choses aussi graves. Et ce, même s’il prenait son Kage pour un incompétent… Il n’aurait pas tout pris sur ses épaules et monter ses propres plans ! … n’est-ce pas ? En y repensant, c’est bien d’Ichiro que venait l’idée de demander Kyuubi à Konoha pour rétablir le shakra perturbé…

Sakura, elle, regardait attentivement le jeune homme brun à ses côtés. Elle ne saisissait pas l’absolue totalité de ce qu’il disait, évidement, mais la situation s’éclairait un peu plus à chacune phrase. Elle avait conscience qu’il le faisait exprès : Itashi détaillait plus son exposé que ce qu’aurait strictement eu besoin le Kage. Si c’est au dirigeant qu’il parlait, il s’arrangeait tout de même pour qu’elle ne soit pas exclue, et qu’elle obtienne les réponses à certaines de ses questions. Il l’aidait. Que ce soit gratuit ou intéressé, ça, ça restait à déterminer, mais bien malgré elle la jeune femme ne pu qu’être heureuse de cette délicate attention.

L’Uchiwa l’intriguait. Rien de ce qui le concernait n’était logique, à commencer sa simple existence. Ce n’était cependant pas le point qui la tourmentait le plus. Une résurrection avait beau être un exploit, elle avait vu de ses yeux Gaara respirer à nouveau après l’extraction pourtant mortelle de son démon, et, lorsqu’ils pourchassaient encore Sasuke, ils avaient trouvé dans les labos abandonnés d’Orochimaru les restes de telles expériences qu’elle ne pouvait plus s’étonner de rien à ce niveau-là.

Non, ce qui la titillait le plus, c’était le manque total de point commun entre cet Itashi et celui dont elle avait tant entendu parler, sans jamais le rencontrer auparavant. Où était le fou sanguinaire qui prenait un plaisir sadique à détruire son petit frère ? Où était le monstre ? Et, plus que tout, pourquoi les aidait-il ? N’était-il pas sensé faire parti de l’Akatsuki ? Pourquoi s’être battu contre un de leurs membres quelques minutes plus tôt ? Travaillait-il désormais pour Nokiana (et dieu que cette idée lui semblait absurde !) ? Il avait dit avoir inscrit son âme dans l’esprit de Naruto… drôle de choix. Mais pourquoi ? Et pourquoi s’être programmé pour le protéger ? Etait-ce une nouvelle tentative particulièrement tordue de faire souffrir son frère ? Ca aurait été plutôt raté : les liens de Sasuke et Naruto s’étaient tellement renforcés ces deux dernières années qu’en sauvant ce dernier, il risquait juste d’épargner à son cadet une insondable dépression.

Non, vraiment, plus elle y pensait, moins tout cela avait de sens.

Soupçonneuse, elle le disséqua de ses grands yeux émeraude, écoutant religieusement toutes ses précieuses explications.

 

 

***

 

Sceaux ? Corps à part entière ? Sasuke avait décidément manqué une étape. Mais si cela signifiait que le démon allait lâcher son emprise sur Naruto, alors il n’avait pas intérêt à stopper ces négociations. Il restait donc là, en retrait, surveillant du coin de l’œil deux ennemis dont il commençait à peine à saisir les motivations.

Réfléchit Sasuke : pas de précipitation.

Ichiro, l’enfoiré prétentieux qui s’était permis de kidnapper son coéquipier… tout ce qu’il savait de lui est qu’il avait lui aussi un «précieux idiot très doué pour se mettre dans les pires situations » à protéger. Le jeune Uchiwa s’était d’ailleurs déjà servit d’Akiko contre lui quelques heures plutôt. L’Uchiwa se doutait également que cet homme tramait une sorte de gigantesque machination dont Naruto était la clef de voûte, mais qu’il semblait forcé de modifier à longueur de temps. Et quelque chose lui disait que ça avait tout à voir avec cet immense pentacle peinturluré dont le démon renard proposait de se charger… Bel ouvrage. Visiblement, quelqu’un de très, très puissant s’en prenait à ce village. D’où toutes ces tentatives désespérées de se débarrasser de lui, jeune intrus inattendu, avant le début des choses sérieuses, et tous ses pièges dans les sous-sols...  c’est sûr que les conditions n’étaient peut-être pas réunies pour l’accueillir dans les règles de la courtoise !

Beaucoup de choses restaient floues, mais plus il en apprenait, plus il se raccrochait à son idée de parlementer avec ce salopard d’Ichiro. Leurs buts n’étaient peut-être pas si incompatibles que ça. Et si ça mettait Naruto hors de danger, alors le jeu en valait la chandelle.

Naruto…

Il avait évité de le regarder trop fixement ces dernières minutes. Lorsque, en entrant dans la pièce, il avait aperçu une broussaille de cheveux d’or sur fond de peau caramel, son cœur avait oublié de battre le temps de cligner les yeux. Il était époustouflant, même avec ces volutes orange qui gâchaient l’extraordinaire couleur de ses yeux, et le sourire malsain qui dénaturait son doux visage. Sasuke savait pertinemment que c’était Kyuubi qui se tenait devant lui, pas son coéquipier et pourtant il avait eut toutes les peines du monde à ne pas s’écrouler de soulagement en le voyant conscient, debout sur ses deux pieds. Et vivant.

Après avoir tenu le corps contre-nature qui lui ressemblait en tous points sans pourtant être le moins du monde intéressant, parce qu’il n’était pas lui, après avoir vu cette chose, à la fois vivante et horriblement vide, tracé à l’effigie de son coéquipier, il avait commencé à imaginer le pire. Peut-être était-ce à cause de tout ce temps passé avec ce malade d’Orochimaru ? Toujours est-il que ce corps vide n’avait absolument rien de normal, et qu’il avait commencé à sincèrement paniquer. L’insoutenable possibilité qu’il ne puisse pas sauver Naruto avant que ces cinglés ne lui fassent du mal l’avait percuté de plein fouet et il s’était précipité droit dans la gueule du loup pour trouver Ichiro. Il avait l’intime conviction que cet homme était assez influant pour ordonner qu’on ne fasse pas de mal à sa dernière raison de vivre…

Mais voilà : pour la quinzième fois depuis le début de cette interminable matinée, la donne venait de changer. Ce n’était plus à lui de négocier : ce n’est pas lui qui avait les cartes en mains.

Non, maintenant, tout reposait entre les griffes d’un certain renard…

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales