Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1703 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

PDJM
[Histoire Terminée]
Auteurs :
[Groupe: SerminAzerty]
Sermina & azerty
Vue: 17158
[Publiée le: 2013-03-21]    [Mise à Jour: 2014-01-24]
13+  Signaler Général/Action-Aventure/Suspense Commentaires : 24
Description:
Debout près du corps inconscient de Naruto, Sasuke se demandait comment ils avaient pu en arriver là. Personne n'aurait pu prédire que les choses iraient aussi loin. Surtout pas les auteurs… Slash
Crédits:
Non, on ne se fait pas d'argent sur le dos de Masashi Kishimoto, les personnages de Naruto lui appartiennent ainsi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 13

[3291 mots]
Publié le: 2013-04-29Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur

Titre de la fiction : « PDJM »

Auteur : Sermina (chapitres impairs) Azerty (chapitres pairs)

Beta lectrice : Sermina et Azerty

Genre : Drame

Disclaimer : Non, on ne se fait pas d'argent sur le dos de Masashi Kishimoto, les personnages de Naruto lui appartiennent ainsi.

Chapitre 13

 

Cela faisait maintenant trois heures qu’il avait franchi la barrière de verdure pour se trouver au centre des coordonnées exactes qu’on lui avait transmises. Si le manteau à la mode du village avait assez simple à trouver d’un coup de technique d’Henge, prenant l’apparence parfaite d’un ninja de ce village, trouver une auberge avait été plus compliqué. Cela faisait plus de deux heures depuis l’achat de quelques vêtements qu’il tournait en rond sans trouver le moindre endroit où se reposer quelques minutes. Et d’un coup, son pas se stoppa. Dans un sens, c’était évident et il se gifla mentalement de ne pas y avoir pensé plus tôt. Un village comme celui-là ne devait pas recevoir de nombreuses visites extérieures… il était donc évident que ce genre d’établissements devenait complètement inutile. Pourtant après une énième course dans les ruelles parfaitement dessinées des lieux, Sasuke finit par tomber sur ce qui semblait être un hôtel. Une grande bâtisse de quatre étages à travers les vitres duquel on apercevait un jeune homme adossé à un comptoir. Sans réfléchir plus profondément à la raison de la présence de cette résidence, l’Uchiwa s’engouffra à l’intérieur. A peine avait-il franchi le seuil que le réceptionniste se redressa pour scruter les traits du nouveau venu. Sasuke sentait une légère tension dans son corps taillé pour le combat, prêt à dégainer mais il n’en montra rien, se contentant d’avancer près du comptoir, sûr de lui. Pour ne pas se faire remarquer, il avait prit l’apparence d’une personne quelconque, des yeux marrons, des cheveux châtains longs d’une dizaine de centimètres coiffés en pic sur la tête qui semblaient être à la mode en ces lieux et bien entendu le long manteau pourpre ; couleur dont la symbolique (puissance et autorité) n’avait pas manqué de fait apparaître un rictus moqueur sur le visage de Sasuke. Le jeune brun avait vite compris que les villageois, quelque soit leur rang, leur profession ou leur puissance, se sentaient supérieur aux autres malgré un premier abord de gentillesse inavouée. Il y avait dans chacun de leur geste, de leur pas, un ensemble de choses qui lui rappelait étrangement sa façon d’agir quelques années auparavant… mais en plus souriant. Ce même air hautain face aux personnes qu’ils croisaient, ce rictus moqueur lorsque par malheur un des villageois venait à trébucher. Un vrai village d’hypocrites à qui il ne fallait pas montrer ses faiblesses. Mais cela tombait bien, il était très doué à ce jeu là ! C’est pourquoi il finit par s’arrêter face au jeune réceptionniste, le visage fermé sur un air arrogant qui se reflétait à merveille au fond de ses prunelles. Il se passa quelques minutes interminables où l’Uchiwa s’imaginait les pires scénarios possibles comme le fait que le jeune homme face à lui avait été prévenu de l’intrusion d’un inconnu et allait donc essayer de l’attraper… et s’il devait se battre dans son état actuel, il savait très bien qu’il ne ferait pas le poids. Trop de perte de chakra, trop de douleur sur la totalité de son corps, trop de fatigue et de manque de sommeil accumulés. Cependant, à son grand soulagement, le réceptionniste se détendit doucement avant d’offrir un grand sourire à son hôte. La seconde qui suivit, il commença un long monologue donnant une excuse parfaite à notre jeune intrus.  Une histoire de déserteur qu’une certaine villageoise très haut placée, répondant à un nom étrangement connue dans l’esprit de Sasuke, avait contacté pour lui proposer de rejoindre leurs rangs. Le réceptionniste continua sur sa lancée en expliquant que la «  recruteuse » serait très heureuse d’apprendre sa venue car elle pensait ne pas avoir réussi à le convaincre. Après un quart d’heure de monologue intensif qui aurait presque put détrôner Naruto, le jeune homme face à l’Uchiwa finit par lui donner les clefs d’une chambre en attendant  qu’on lui trouve un logement adéquat. Cependant une dernière réplique stoppa Sasuke qui se dirigeait vers les escaliers.

« - Je préviendrais moi-même votre marraine de votre venue. Elle passera sans doute vers quatorze heures. »

Le mot « marraine » ne plut pas vraiment à l’Uchiwa mais en vue du caractère discret du village, cela semblait presque normal que chaque nouveau venu ait quelqu’un qui puisse le guider et lui expliquer les secrets jusqu’alors connu que par les villageois. Et puis en même temps, cela permettait un contrôle sur la nouvelle recrue afin de vérifier sa réelle volonté d’intégrer ce village si particulier sans avoir une idée derrière la tête.

Une fois arrivé dans la chambre, il s’empressa de filer sous la douche. Ses vêtements s’effeuillaient sur le sol de la pièce sans qu’il ne cherche à les ranger. Il se sentait sale et crispé sur la quasi-totalité de son corps, c’est pourquoi lorsque le jet d’eau tiède vint caresser sa peau pâle par endroit rougie, il se détendit légèrement. Il finit même par fermer les yeux sous l’agréable sensation de bien être qui se répandait dans tout son être. Ce n’est que quelques minutes plus tard, ayant profité un peu trop à son goût de ce moment de détente, qu’il fit le tri des informations qu’il avait entendu lors de sa course au sein du village.

Il n’avait pas tout compris et la plupart des bouts de phrases qu’il avait réussit à entendre ne l’aidait pas beaucoup. Cependant, en reliant chaque bride de conversations, un semblant de cohérence s’était fait. Il était donc dans un village dont la singularité première après être inexistante dans les manuels de géographie  était de disposé d’une quantité de chakra supérieure à la moyenne. Cette réserve fulgurante était comprimée dans cet endroit si restreint grâce à deux choses essentielles, la première étant la forme en pentacle du village en lui-même avec en plus le même modèle au centre du village mais celui-ci était formé à chaque intersection d’un grand poteau dans lequel voyagé un léger flux de chakra qui venait se perdre au sommet sur une boule qui tournoyait sans s’arrêter. Il avait aperçu ces étranges structures lors de sa course mais n’avait pas vraiment eu le temps de s’y attarder. Le deuxième point fondamental était les villageois qui apparemment étaient ceux qui régulaient le flux de chakra au sein du village par divers moyens qu’il n’avait pas encore réussi à identifier. Il avait aussi compris que ce village était plutôt neutre, ne prenant ni partie pris pour les villages cachés en tous genres éparpillés dans le monde, ni pour l’Akatsuki, ni pour les diverses organisations plus ou moins louables qui sévissaient sur le globe.  Par contre il n’avait rien appris au sujet de son coéquipier si ce n’est le fait qu’il soit ici en vie puisque la seule chose qu’il avait entendu à ce sujet avait été le fait que : « maintenant que Kyuubi était là, ils ne risquaient plus rien et que tout allait rentrer dans l’ordre » et il ne savait plus trop quoi ayant un rapport avec une certaine proportion de masse plus stable et plus volumineuse... Le point positif de tout ça pour le moment était donc que Naruto était en vie… par contre, il allait devoir s’occuper d’une certaine demoiselle qu’il n’avait pas revue depuis quelques années maintenant et les choses s’annonçaient assez compliquées par la suite. Sasuke soupira doucement en fermant les yeux, se laissant glisser dans la baignoire pour s’accorder une nouvelle fois quelques minutes de repos bien mérité.

 

**************

 

Devant lui, se trouvait un immense champ seulement entrecoupé de quelques arbres fleuris. Le soleil encore un peu pâle s’amusait à faire briller le peu de rosée encore présente sur les quelques fleurs parcourant le sol. Un sentiment de paix et de joie parcourait le jeune canidé qui observait avec calme la nature s’éveiller peu à peu. Le chant d’un oiseau raisonnant près de lui, lui fit relever son long museau vers le ciel. On était en plein mois d’août, c’est pourquoi il était venu si tôt ce matin là afin d’éviter les lourdes températures de la journée. Son regard finit par revenir devant lui cherchant dans le champ jaune venant d’être moissonné de quoi grignoter un semblant de petit déjeuner. Accroupi, dissimulé à la vue de tous par ce tapis roux à peine coupé, l’oreille particulièrement à l’écoute, le carnivore restait immobile. Rien ne semblait pouvoir déranger la nature en ce beau matin d’été. Pourtant d’un coup, le jeune canidé s’élança en l’air et d’un bond prodigieux, il retomba exactement sur sa proie qu’il immobilisa de ses pattes avant. Une fois le mulot au sol, immobile, le renard récupéra sa proie dans sa gueule avant de s’en aller tranquillement  sur son territoire, heureux, calme et épanouis. Tout était parfait, trop parfait…

D’un geste brusque, le jeune homme couché sur le lit se réveilla en sursaut. Il mit quelques minutes à se repérer et ce n’est qu’une fois les derniers évènements en tête que le jeune blond soupira doucement. Se remettre à penser à cette époque n’était pas bon, pas bon du tout. Cependant à l’entende du verrou repoussé posé sur la porte de chambre, le jeune homme reprit son regard haineux et démoniaque qui lui allait si bien. Il vit alors deux hommes qu’il connaissait très bien pénétrer dans son antre. Si le regard de cet Ichiro était toujours aussi hautain et calme, celui de sa « proie », lui était devenu froid et étrangement dur. S’il voulait se servir de cet avorton, il allait falloir qu’il le remette de son côté. Certes, il avait manqué de tact à la fin du récit « si émouvant » de cet humain mais bon, on était démon ou on ne l’était pas et le fait que Nibi ait si facilement montrée cette facette de sa personnalité à son hôte ne lui avait pas plu du tout. Ils avaient une image à tenir, un mythe à préserver. Lui-même se souvenait en avoir fait baver —dans les deux sens du terme d’ailleurs — plus d’un avant de faire quoi que ce soit. Ce qui n’avait apparemment pas été le cas de ce stupide chat.

-         Qui est-ce ?

La voix dure de celui que Kyuubi avait vite repéré comme étant le chef avait raisonné de façon froide et claire dans la pièce. Ne voulant pas leur donner le plaisir de répondre de suite, il se contenta de se recoucher calmement sur le lit, les mains derrière la tête, un petit sourire aux lèvres. Il en avait mis du temps mais il était là, c’était  déjà ça.

-         Qui est-ce ? Je ne me répèterai pas une troisième fois !

Les pupilles orangées du jeune homme se tourna légèrement vers les deux intrus, laissant apparaitre sur son visage un air des plus innocents.

-         Je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler.

Le regard d’Ichiro se fit plus dur cependant ce fut son ancienne proie qui reprit la parole avec dans la voix une haine sans nom.

-         Ne jouez pas à ça avec nous !

Kyuubi fronça légèrement les sourcils. Si le début de la phrase avait été craché, la fin ressemblait plus à du désespoir qu’à autre chose. C’est pourquoi notre cher renard se demanda si l’intitulé premier du texte n’était pas un « Pourquoi jouez-vous à ça avec moi ? » ce qui accentua le sourire sur le visage halé du jeune homme. De plus, Kyuubi avait remarqué le vouvoiement toujours présent quand son ancienne proie s’adressait à lui comme quoi tout n’était pas perdu.

-         Je suis navré mais je ne vois absolument pas de quoi vous voulez parler !

Personne se trouvant dans la pièce n’était assez bête pour ne pas comprendre que le démon se foutait ouvertement d’eux. Le ton un peu trop doux et innocent, la tournure de respect au sein même de la phrase et pour finir la formule d’excuse de départ. Tout était totalement différent des insultes hurlées à tout va depuis son arrivé. Ajoutez à ça un magnifique sourire et des yeux rieurs et vous obtiendrez la fureur de vos acolytes. Akiko semblait à deux doigts de lui sauter dessus alors qu’étrangement Ichiro semblait impassible. Ce dernier finit par se retourner, voyant qu’il n’obtiendrait rien de plus de lui, sous le regard interrogateur de son subordonné.

-         Mais…, tenta Akiko.

-         Cela ne sert à rien, de toute façon, c’est un petit village tout le monde se connait. Si cet intrus tente quoi que ce soit, il sera découvert en quelques secondes, conclu le chef en franchissant la porte, suivi de près de son interlocuteur.

Kyuubi resta encore quelques instants, immobile et ce n’est qu’une fois le verrou à nouveau fermé et les bruits de pas éloignés qu’il consentit à perdre son petit air innocent avant de se recoucher sur le dos.

Deux nouvelles choses rentraient en compte à présent. L’Uchiwa était là et il lui faisait confiance pour passer incognito dans le village. Contrairement à ce que ces abrutis pensaient, il ne se le laisserait pas avoir si facilement. La deuxième et pas des moindres était qu’il avait remarqué que le petit somme d’une heure qu’il avait fait avant l’arrivée des deux insectes, lui avait fait récupérer bien plus de chakra que ces douze dernières heures, c’est pourquoi doucement, il ferma les yeux, repartant dans un sommeil réparateur.

 

**************

 

Un jeune homme brun était couché sur le lit. Ses yeux étaient fermés, sa respiration régulière, tout indiquait qu’il dormait, pourtant à l’entente d’un grincement provenant de la porte sur sa droite, ses paupières s’ouvrirent d’un coup. La seconde d’après, il était debout derrière la porte en position de combat alors que le battant de bois continuait sa progression. L’intrus s’arrêta sur le seuil laissant son regard sillonner la chambre à la recherche de la personne devant se trouver là. Il finit par lâcher la poignée et pénétra entièrement dans la pièce d’un pas sûr. Mais d’un geste brusque, l’Uchiwa referma la porte dans un claquement sec, se collant au dos de sa victime un kunai sous la gorge. Sasuke reconnut de suite que son intrus était une jeune femme qu’il connaissait très bien mais il ne lâcha pas sa prise pour autant. Il avait déjà prévu toute la scène suivante, il devait s’en tenir à son plan. Il ferma un instant ses paupières et respira la chevelure rouge coupée en dégradé qu’il avait sous son nez, discrètement mais assez fort pour que la jeune femme l’entende. Cependant, la jeune villageoise ne se laissa pas faire et une fois la surprise passée, elle se dégagea assez facilement de la poigne de son ennemi. D’un geste rapide, elle se retourna, encrant ses pupilles noires dans celles de la personne face à elle.

-         Tu n’es pas Ulrick !

Le ton avec lequel elle venait de parler était dur et rempli de menace. Sasuke fronça légèrement un sourcil. Dans ses souvenirs, elle n’avait jamais employé une intonation aussi exécrable mais après tout cela faisait bien trois ans qu’il ne l’avait plus revue… et en trois ans on change beaucoup,  il était le premier à le savoir. Cependant il n’eut pas le temps de s’attarder sur un certain souvenir que la jeune demoiselle fonçait déjà sur lui deux shurikens en main. Il n’était pas au plus haut de sa forme, mais cette petite pause lui avait permis de retrouver un semblant de chakra et de réflexion. De plus, connaissant à la perfection la demoiselle face à lui, il ne lui fallut pas plus de cinq minutes pour la coller au mur, les poignets au dessus de sa tête tenus par ses mains et son corps contre le sien pour l’empêcher de bouger. Elle tenta de se détacher de son emprise sans y parvenir et ce n’est que quelques secondes plus tard qu’elle s’avoua vaincu en s’immobilisant. Cependant son regard noir s’encra dans les prunelles de son adversaire, lui montrant toute son aversion à son égard. Paradoxalement, le regard de l’homme qui la tenait, lui semblait transmettre une pointe de tendresse qui la troubla un instant. La seconde d’après, l’Uchiwa se dégagea violemment, lui tournant le dos.

-         Cela faisait longtemps…

Malgré le fait que la poigne sur son corps disparaissait, la jeune demoiselle n’avait pas bougé, intriguée par cet étrange personnage. Ce dernier se retourna doucement, encra son regard châtain dans celui de la jeune femme. Il ramena doucement ses mains l’une contre l’autre sous le regard de plus en plus intrigué de son ancienne connaissance. La seconde d’après, le jeune homme quelconque devant elle se changeât en une personne qu’elle connaissait très bien.

-         Sa… Sasuke ?

Son murmure raisonna doucement dans la chambre alors que le jeune homme se rapprochait d’elle. Le regard noir et sans équivoque de l’Uchiwa était revenu se fixer au sein de ses pupilles.

-         Mais… qu’est-ce que tu fais là ?

-         C’est compliqué, répondit le brun agacé.

Le silence reprit ses droits alors que les deux personnes ne faisaient que se fixer. La jeune femme ne semblait pas vraiment réaliser la personne qu’elle avait devant elle. Cela faisait un peu plus de trois ans maintenant qu’il avait disparu, qu’il s’était enfui, qu’il les avait trahi. Une sourde colère s’imprégna en elle au souvenir de tout cela.

-         Calme-toi, commença l’Uchiwa.

-         Que je me calme après ce que tu nous as fait ? Non, mais tu crois quoi ? Que venir me voir maintenant pour t’excuser changera quelque chose ?

Sasuke sourit intérieurement. Elle croyait qu’il était venu pour elle.

-         Tu sais ce qui c’est passé après que tu sois parti ? Le partenaire de ton frère est venu nous trouver avec une autre équipe de l’Akatsuki pour nous demander où tu étais et quand on leur a dit qu’on ne se savait pas, ils ont attaqués. Suigetsu et Juugo sont morts durant le combat, moi je ne sais même pas comment je m’en suis sortie. Tu nous as trahi Sasuke, je ne pourrais jamais te le pardonner.

-         Tu ne les aimais pas de toute façon.

La voix de l’Uchiwa était neutre, dénuée de sentiments, c’est pourquoi il vit avec joie la jeune demoiselle face à lui fermer les yeux et serrer les poings pour ne pas se laisser envahir par la colère… toutefois elle n’y arriva pas.

-         Espèce de Batard sans cœur !!! C’était des personnes que j’avais côtoyées, à qui j’avais appris à faire confiance ! Tu n’es qu’un enfoi

Cependant elle n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’elle se retrouva à nouveau contre le mur de la chambre mais cette fois, deux lèvres glacées se trouvaient également collées sur les siennes. Sous le coup de la surprise, elle écarquilla les yeux à son maximum avant de se reprendre et de repousser son ancien coéquipier.

-         Non mais ça ne va pas ? Qu’est-ce qui te prend ?

Le dénommé se contenta de baisser son visage, laissant deux mèches corbeaux lui cacher les yeux.

-         J’ai… commença le brun d’une voix emprunte d’hésitation.

Elle le connaissait assez pour savoir que son ton mal assuré annoncé une grande révélation, c’est pourquoi elle le laissa terminer. Pourtant au lieu de finir sa phrase, l’Uchiwa releva son regard toujours aussi neutre pour le fixer au sein de celui de la personne face à lui. Ils s’affrontèrent ainsi quelques secondes avant que la jeune fille se reprenne et posant ses mains sur son torse, le repousse avec force.

-         Tu es vraiment qu’un enfoiré ! Sale con égois

Et comme la fois précédente ce fut deux lèvres qui l’empêchèrent de finir sa phrase mais cette fois lorsque le brun libéra la bouche de son ancienne coéquipière, il se colla un peu plus à elle, glissant dans un murmure au creux de son oreille.

-         J’ai fait tout ça pour toi, Karin… pour toi…

 

 

 

Azerty : NON MAIS QUEL SALOP !!!!!! ORDURE ! MANIPULATEUR ! TU ES … magnifique ! Trop fan ^^ un sadique de premier ordre, superbe ! Non mais sérieux quand même : la pauvre !

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales