Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • La journée avait bien commencé
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/07/2020
  • Romance paranormale
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance - fantastique
    Délai de soumission : 24/12/2020
  • Repas de famille
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 5 000 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/07/2020
  • Des Astres humains
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/09/2020
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire 2021
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 600 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Une fumée épaisse recouvrait le village
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/06/2020
  • Ado et jeunes adultes
    Marathon Editions
    Nb de signes : > 350 000 sec
    Genre : enquête - suspense - young adult - réaliste - thriller - policier - noir
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Célibataire sans enfant
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2020
  • Halloween
    Les Éditions Octoquill
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : épouvante - bit-lit - fantastique
    Délai de soumission : 30/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 533 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

On ne nait pas stupide, on le devient. Donc on est toujours récupérable. Auteur: Ely-naru Vue: 3859
[Publiée le: 2011-08-22]    [Mise à Jour: 2012-12-26]
13+  Signaler Général/School-Fic/Amitié Commentaires : 35
Description:
« Courte vêtue et vulgaire » Voilà l’image que Karin renvoie à une veille dame dans le bus.

« Sans intérêt, une groupie parmi tant d’autres » Voilà l’image que Karin renvoie aux frères Uchiwa.

« Une rivale pas trop inquiétante » Voilà l’image que Karin renvoie à Sakura, petite amie de Sasuke.

« Karin ? Elle pète plus haut que ses fesses ! » Voilà l’image que Karin renvoie à une fille du lycée.

« Ca va, elle est bonne » Voilà l’image que Karin renvoie à un garçon du lycée.

« Elève moyenne, peut mieux faire. » Voilà l’image que Karin renvoie à son professeur principal de l’année dernière.

« Elle ne m’a rien fait… » Voilà l’image que Karin renvoie à Hinata, nouvelle venue persécutée par "la" bande du lycée.

« Récupérable » Voilà l’image que Karin renvoie à Tenten.
Crédits:
Tous les personnages appartiennent à Mr. Masashi Kishimoto.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre III. Qui en rencontre une autre...

[2327 mots]
Publié le: 2011-09-18Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Coucou ! Merci beaucoup pour tout les commentaires sur les chapitres précédents, même s'il ne se passe pas grand chose, le prochain sera surement plus interressant !
Karin avait finit par encaisser le fait que Tenten était sa nouvelle voisine. La mère de la jeune fille l’envoyait environ une fois tous les deux jours, chercher un médicament chez les « nouveaux ». Elle ne savait pas que les deux demoiselles étaient dans la même classe, et encore moins dans le même lycée.

La relation entre les deux jeunes filles étaient… La même qu’au tout début. Elles communiquaient par regards. Pas un mot n’était prononcé. Ce n’était pas une relation « froide », mais plutôt… Spéciale. Ni froid, ni chaud, ni neutre. Juste… Spéciale. C’est le mot qui convenait le mieux. Il décrivait aussi bien les rapports « flous » des deux jeunes filles, que leur l’ambiance « complice », donc bizarre.

Deux semaines que l’on foutait la paix à Hinata. Bien sur, Itachi ne s’était plus montré au bras de celle-ci, mais le fait d’avoir vu la petite Hyüga aussi bien accompagnée, même une fois, avait passé l’envie à la majeure partie du lycée de continuer à l’embêter. Hinata commençait donc enfin à avoir un début d’année « normal ». Elle s’était même liée à plusieurs élèves de la classe sans histoires et sans problèmes.

Tenten avait, en heureuse conséquence, cessé depuis deux semaines de faire culpabiliser Karin, la « bande » de celle-ci avait même oublié de se venger d’Hinata. Autrement dit, tout allait pour le mieux. Enfin… « Oublié de se venger » était décidément trop beau.

Elle était dans les toilettes des filles, après avoir accepté d’accompagner Kin et Sakura. Les toilettes étaient déserts, et toutes trois se repoudraient le nez. Ou comme s’amusait à penser Karin, toute trois entretenaient le cliché des filles superficielles qui se remaquillent aux toilettes. Sakura et Kin discutaient joyeusement, et Karin, plutôt distraite, ne réagit qu’a deux syllabes sorties tout droit de la bouche exagérément glossées et poisseuse de Sakura :

-« Hyüga. »

Et Kin de répondre :

-« Ouai, moi aussi elle m’énerve…
-Avec son petit air de Sainte Nitouche… Mais comment Itachi a-t-il pu ne serait-ce que la toucher ?!
-Et en plus, elle ne fait que nous ignorer ! »

Bon… Quelques mauvaises paroles, jusque-là, rien d’inquiétant. Karin devait admettre que Hinata avait trouvé « le » truc pour s’attirer des ennuis : Ignorer sa bande. Pour ces filles superficielles et habitués à ce qu’on les regarde, il n’y avait rien de pire à ce qu’on les ignore. Plus blessant qu’une insulte, plus révoltant qu’une claque.

A ses débuts dans la bande, Karin avait trouvé ce petit truc de l’ignorance imparable. Pouvoir rendre folle Kin juste en l’ignorant était à la fois à mourir de rire, et délectant. Mais Hinata les ignorait sans doute par timidité, ou… Elle ne savait pas. En tout cas, il était mauvais pour Hinata, de ne pas poser ses jolis yeux bleu délavés sur la bande de Karin.

-« Et toi, Karin, qu’est-ce que tu en pense ?
-Je suis entièrement d’accord avec vous. Quelle… Garce. »

Karin n’aurait pas pu être qualifiée d’excellente actrice, mais elle savait qu’il était inutile d’y mettre le ton. Et en effet, ses amies se contentèrent de sa réponse.

-« On pourrait la coincer dans les toilettes, après les cours.
-C’est cliché, objecta Karin.
-Pardon ? »

Sakura avait eu l’air de trouver l’idée de Kin plutôt bonne, et ne comprenait pas l’objection de Karin. Celle-ci du s’expliquer :

-« C’est ringard, et même si vous vouliez vraiment le faire, on n’est pas dans un film. Hinata n’ira certainement pas trainer seule aux toilettes après les cours. Sérieux, vous en connaissez beaucoup, des gens qui vont aux toilettes à la fin de la journée ?
-Pff… T’as raison, il faut trouver autre chose, soupira Sakura. »

Karin allait devoir faire très attention à la conversation qui allait certainement se prolonger pour discuter du sort de Hinata. Kin, après une minute de réflexion, prit la parole :

-« Il y a le bal de Noël… Une petite humiliation devant tout le lycée ne pourra pas lui faire du mal. »

Mais où Kin allait donc chercher tout ça ?! Karin songea que si elle pouvait être aussi intelligente en cours, on pourrait peut-être en tirer quelque chose. Enfin… Elle était plutôt mal placée pour parler. Sakura semblait surexcitée par l’idée :

-« On pourrait demander à un des garçons de l’inviter, et de la larguer devant tout le monde ! »

Bon, ça allait. D’ici le bal de Noël, Karin avait tout le temps de trouver une bonne idée. Et puis… L’idée de Sakura ne volait pas bien haut, question stratégie. C’était tout à fait déjouable. Le bal de Noël était organisé par l’ensemble des délégués des classes du lycée, et les professeurs ne s’y était jamais opposés.

-« On demandera à Hidan… Ce ne lui posera aucun problème, je pense… »

A l’entente de ce prénom, le sang de Karin ne fit qu’un tour. Hidan. Par mesure de sécurité, Karin n’était jamais sortit avec lui. Hidan était vraiment « le » charmeur du lycée. Hidan était un sadique. Hidan était profondément malsain. Ses loisirs consistaient à séduire des jeunes filles innocentes et timides, pour pouvoir les larguer de la manière la plus cruelle possible.

Tel un fin stratège, il se préparait plusieurs mois à l’avance pour choisir, et séduire une proie, réussir à la mettre dans son lit, puis mettre un terme à la relation de manière méchante et cassante. Hinata correspondait trait pour trait au genre de filles qui s’était fait avoir par sa gueule d’ange, et ses yeux métallique.

***

Bien entendus, Hidan avait immédiatement accepté. Une lumière inquiétante avait brusquement surgit dans ses yeux, lorsque son regard s’était posé sur Hinata, qui riait doucement à une blague de Lee. Les deux bandes influentes du lycée étaient tous au self du lycée, regroupé.

Karin aurait même juré qu’Itachi lui avait lancé un regard appuyé, avant de ce concentré sur ses pates. Et Karin avait recommencé à culpabiliser. Cette fois, sans l’aide de Tenten, ce qui constituait en soit, un véritable exploit. Bon, après tout, pourquoi devrait-elle aidé Hinata ? Hein ? Si Hinata était assez idiote pour tomber sous le charme d’un abruti, ce n’était pas son problème.

… Mais Hinata n’avait rien demandé à personne, et ce n’était pas juste de s’acharner sur elle. Pff… Que la vie était injuste avec Karin… Pourquoi Dieu l’avait-il dotée de cette capacité à culpabiliser pour rien ? Parfois elle se disait que si elle réfléchissait un peu moins, elle serait sans doute plus heureuse. Karin regarda par la fenêtre. Le ciel était gris, il pluviotait.

Exactement le genre de temps qu’adorait Karin. Elle n’avait pas si souvent que ça des pensées sombres, mais Karin adorait le temps gris. Le temps gris avait quelque chose de plus beau, de plus majestueux que le soleil. D’ailleurs, pour Karin, le temps n’était pas gris. Il était « argent ». Le mauvais temps était reposant, régénérant. Exactement de dont elle avait besoin pour réfléchir à comment sortir Hinata de cette embrouille.

En tout cas, elle n’allait pas pouvoir agir seule. Si elle se mettait brusquement à aller voir Hinata pour lui recommander d’être prudente, il y aurait forcement des échos auprès de sa bande, et en plus elle passerait pour une folle. Elle ne pouvait pas non plus compter sur un élan de générosité subite de la part d’Itachi, puisque Hidan comptait parmi ses amis.

Raagh… Que c’était chiant, de se prendre la tête pour venir en aide à quelqu’un qu’elle ne connaissait même pas ! Certes, c’était chiant, mais c’était également plaisant, de sentir qu’elle allait faire quelque chose contre sa bande. Ce sentiment agréable d’espièglerie et de… Elle ne savait pas trop quoi, mais une chose était sure, elle se sentait différente. Spéciale.

Elle avait quelque chose en plus. Comme un secret ignoré de tous, dont elle aurait été la gardienne. Comme lorsque qu’on est petit, et qu’on s’imagine être une espionne, dans « James Bond ». Une infiltrée, dont personne ne doit découvrir l’identité. Qu’est-ce que c’était agréable, de sentir que l’on n’était plus vraiment un clone de n’importe quelle groupie…

***

Samedi, onze heures du matin. Karin avait prit sa décision. Après avoir réfléchit toute la nuit, sans avoir trouvé aucune solution, une « solution de secours » avait rapidement germé dans sa tête : Elle ne pourrait pas agir seule. Elle allait avoir besoin de l’aide d’une personne extérieur de la bande, et un peu plus proche de Hinata. Cette personne vivait juste au dessus de sa tête, et s’était sa voisine.

Elle grogna et s’étira dans son lit. Elle n’avait du tout envie d’aller quémander l’aide de Tenten, telle une mendiante, mais n’avait pas le choix. Elle lui expliquerait la situation « franco », et ne devrait _ normalement _ pas trop devoir insister pour obtenir l’aide de la jeune fille aux chignons. Elle se força à sortir de son lit, et fila en frissonnant dans la salle de bain.

Elle s’habilla du minimum vital mais tout de même avec le maquillage habituel, les cheveux grossièrement attaché. Après tout, elle n’avait pas de rencart, elle pouvait se permettre de ne pas être parfaite. Il pleuvait dehors. Après avoir informé sa mère qu’elle sortait et qu’elle ne savait pas quand elle serait de retour, elle prit deux parapluies, un pour elle-même, un pour Tenten, avec un peu d’argent.

Elle sortie enfin de son appartement. Une fille dans les escaliers attira son regard. La fille était en train de descendre les escaliers, et s’arrêta net lorsqu’elle aperçut Karin. Il s’agissait de Tenten. Tout comme Karin, elle était vêtue d’une fine veste, et tenait en sa main, deux parapluies.

***

Et c’est ainsi, le plus naturellement du monde, que les deux jeunes filles, sans même échanger un mot, étaient d’abord restées interdites l’une devant l’autre, puis, d’un même mouvement, côte à côte s’étaient dirigée vers la sortie de l’immeuble. Karin devançant légèrement la marche, Tenten l’avait suivit dans une boulangerie-salon de thé. Il n’y avait pas beaucoup de monde, et les jeunes filles n’avaient pas encore passé commande. Tenten prit alors une grande initiative : Engager pour la toute première fois, une conversation orale.

-« Donc… Tu voulais me voir.
-Tu… Voulais me voir aussi. »

Ouah. Karin trouvait cet instant précis ironiquement émouvant. Tenten continua donc sur sa lancée :

-« Si tu veux… Dis-moi d’abord ce que tu veux. Je te dirais ensuite. »

La boulangèrent choisit ce moment pour venir demander ce que les deux adolescentes souhaitent manger. Karin passa commande :

-« Un sandwich au fromage de chèvre, de l’eau gazeuse et une tarte au citron.
-Je voudrais la même choses, mais du coca à la place de l’eau gazeuse, enchaina Tenten »

Elles réglèrent séparément, puis Karin prit la parole. Elle lui parla en premier lieu de la méchanceté gratuite dont pouvait faire preuves ses amies. Ensuite, elle lui parla du sadisme légendaire de Hidan, puis finit par expliquer le plan qu’avait concocté sa merveilleuse bande afin d’humilier Hinata.

Tenten l’avait écouté sans aucune interruption. A la fin du récit de Karin, la brune avait un air complètement blasé.

-«T’as vraiment des amis qui s’emmerdent…
-On va dire ça.
-Ok. Je m’occupe de Hinata. Tu vas m’aider, d’ailleurs.
-Quoi ? T’as déjà un plan ? Karin était septique. »

Tenten répondit sur le ton de la conversation :

-« Absolument pas. Mais, tu sais, (Tenten avait un air moqueur) on n’est pas dans un film… Pas besoin de « plan ». J’irais simplement lui répéter ce que tu viens de me dire, avec ta présence, bien entendu. »

Karin se sentit insultée. Non seulement Tenten avait prit un air supérieur avec un petit sourire tout à fait agaçant, mais en plus, elle avait plus que sous-entendu que la jeune fille se prenait un peu trop au sérieux. Karin se sentit d’autant plus insultée que la réplique « on n’est pas dans un film », elle l’avait déjà sortit à Sakura en la traitant indirectement d’idiote finie.

… Mais bon. Après réflexion, Tenten avait « peut être » raison. Après tout, on n’est pas dans un film, c’est vrai. Elle décida de passer ses nerfs en contredisant son interlocutrice :

-« Il est hors de question que je parle à Hinata.
-Pourquoi ?
-Parce que je tiens à mon image. Je ne veux avoir aucun rapport avec cette fille. »

Karin avait vraiment l’impression d’entendre Kin ou Sakura, mais elle pensait ce qu’elle venait de dire à cent pourcent.

« -T’es conne.
-Ta gueule. »

Tenten soupira. Karin crut même l’entendre marmonner : « Ca va pas être de la tarte ». Karin prit à son tour la parole :

-« Et toi, qu’est-ce que tu voulais ?
-Je voulais être ta marraine la bonne fée.
-Pardon ? »

Soit Karin avait mal entendu, soit Tenten se foutait ouvertement de sa gueule. Tenten avait subitement prit un grand sourire… Gêné ?

-« Voudrais-tu… Changer ? »

Un silence de quelque secondes suivit cette réplique. Karin ne comprenait rien de ce que voulais Tenten.

-« Tu voudrais pas être un peu plus explicite ? Changer de quoi ?
-Et bien… Depuis le début du moi, j’ai eu tout le temps de t’observer, et tu me fais beaucoup de peine, tu sais…
-Attention à ce que tu dis… souffla Karin, un air colérique sur le visage. »

Pour qui cette fille se prenait-elle ? « Tu me fait beaucoup de peine » ! Tss… Celle qui faisait le plus pitié des deux, ici, c’était Tenten ! Pas elle ! Tenten tenta apparemment de se rattraper :

-« T’énerve pas. Laisse-moi t’expliquer… »

Karin s’était déjà levée et marchais un pas furieux en direction de la sortie, blessée dans son amour propre.

-« Tu n’as rien à voir avec le cliché de la fille conne et superficielle ! Tu es… Différente ! »

Karin avait bien entendu tout ce qu’avait dit Tenten, mais elle avait trop de fierté pour revenir sur ses pas. Personne… Personne n’avait le droit de la juger. Et surtout pas cette fille.
Commentaire de l'auteur Merci 'avoir lu jusqu'au bout ! J'aatend vos impressions et tout ce que vous voulez !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales