Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 184 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 116 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1723 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto


Défi : Naruto récupérateur ?!
Ninjas Get Backers
[Histoire En hiatus]
Auteur: tookuni Vue: 8575
[Publiée le: 2006-10-25]    [Mise à Jour: 2010-11-04]
13+  Signaler Général/Humour/Action-Aventure Commentaires : 47
Description:
Konoha est devenue une cité moderne emplie de vices. A vingt ans, Naruto et Sasuke se sont retrouvés. Pour gagner leur vie, ils forment les Get Backers, qui récupèrent le bien qui a été perdu ou volé.

Action, humour, un tout petit peu de romance très vague, le tout dans une ambiance "GB".

Nouveaux chapitres en ligne !
La fic prend un nouveau tournant après ce long hiatus, mon style a un peu changé. Et oui, je reprends :)
Crédits:
Les personnages de Naruto sont à Masashi Kishimoto.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 18 : Nostalgie

[2694 mots]
Publié le: 2010-11-04Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Pardon, ce chapitre va être sans action car il faut qu’ils gèrent l’organisation… ca prend bien plus d’ampleur que ce que je pensais…

 

 

 

Chapitre 18 : Nostalgie

 

 

Le petit bar que Kakashi avait eu tant de mal à tenir depuis si longtemps s’était retrouvé transformé en ce qui pouvait maintenant complètement s’apparenter à un Quartier Général ninja. Au milieu de la pièce assombrie par les rideaux tirés, quelques murmures se faisaient entendre tandis qu’un homme à l’air inébranlable attendait le silence. La légère lueur rouge qui filtra dans ses yeux suffit à éteindre les derniers chuchotements et il finit par ouvrir la bouche, neutre, distant :

 

« Yakushi Kabuto. Il semblerait être l’un des piliers du Mugenjô depuis la grande dépression. Il se servirait des habitants du lieu comme expériences pour gagner en puissance. Visiblement, il est devenu assez schizophrène pour se prendre pour Orochimaru. Le problème majeur est le suivant : il est bien plus puissant. Qui plus est, il fait partie de ceux qui vivent dans la tour Babylone. L’accès en sera très difficile. »

 

Un grognement se fit entendre.

 

« Je pense qu’avec la petite armée qu’on s’est faite, on pourra se répartir plus facilement et atteindre les hauteurs rapidement, remarqua Sasuke, évaluant à des dizaines le nombre de ninjas qu’ils avaient recrutés.

– Effectivement. Malheureusement, il existe beaucoup d’autres être étranges qui vivent là haut. Notamment quelqu’un que ni toi, ni moi, Sasuke, n’aurions aimé revoir. Ton père. »

 

Le silence se fit dans la pièce. Avant qu’Itachi n’en vienne aux détails physiques, Sasuke avait du expliquer à ses camarades que son père était en partie responsable du massacre de son clan. Il avait eu beaucoup de mal à croire Itachi sur parole, mais il avait fini par retrouver quelques preuves irréfutables que son frère ne lui avait pas menti.

Itachi justifia ses informations en expliquant qu’il avait fait partie de l’organisation de Babylone pendant quelques temps, il avait ensuite rapidement déserté parce qu’il s’ennuyait. Uchiha Fugaku, lui, était sûrement resté là-bas.

 

« Itachi, coupa alors Tenten. Yamato, c’est bien mon frère ? »

 

L’homme se tourna vers elle et ouvrit la bouche d’un air las. Sasuke le coupa.

 

« Ta famille fait partie d’une lignée de ninjas appelés « Voodoo Child ». Ils ont un chakra exceptionnel, mais qui les mène à se détruire eux-mêmes, dévorés par la folie de la puissance qu’il leur confère. La raison pour laquelle le Capitaine Yamato a survécu aux expériences d’Orochimaru est certainement ce chakra particulier. C’est, inversement, grâce aux pouvoirs du premier Hokage qu’il a pu tenir si longtemps sans en devenir fou. Lorsque l’heure est venue, il m’a demandé de le tuer. Je pensais effectivement l’avoir achevé, mais ton interruption m’a empêché de vérifier que c’était le cas. Je suppose que tu l’as enterré dignement.

– Oui, bien sûr ! s’exclama Tenten, fronçant les sourcils.

– Malheureusement, si la tombe est intacte, elle est vide. Et dieu seul sait si Yamato a encore toute sa conscience. Dans ton cas, Tenten, tu as porté ce prénom unique pendant si longtemps pour te protéger de ceux qui auraient été intéressés par ton pouvoir. De plus, tu n’as jamais été entraînée à augmenter ta quantité de chakra dans l’espoir que tu ne te transformes pas en monstre. Il existait des sceaux, à Konoha, qui permettaient de ralentir ou de stopper ce mécanisme. Je ne sais pas si l’on peut encore les pratiquer.

– Toute cette histoire signifie donc que ce Yamato n’est potentiellement pas mort et qu’on ne sait pas de quel côté il est.

– Exact. Qui plus est, il y a de fortes chances que, cherchant un remède à sa folie, il soit monté jusqu’à Babylone et se soit mis à leur service au prix de sa conscience. »

 

Le silence pesant qui suivit fit frissonner bien des corps. Les malédictions ninjas semblaient, elles, traverser le temps, indifférentes aux évolutions, plus ravageuses que jamais. Ce fut une voix tremblante d’émotion qui détourna l’attention, toujours subjuguée :

 

« Et ma mère ? »

 

 

« Mais puisque je te dis que c’est ici ! grogna une femme brune en désignant une porte dans une ruelle délabrée.

– Peut-être, mais on ne sait jamais ce qui peut nous tomber dessus.

– Jiraiya n’est pas assez stupide pour donner rendez-vous à ses alliés dans un endroit qui n’est pas sûr.

– Toi, par contre, tu es assez stupide pour hurler des histoires d’alliance en plein milieu d’une rue qui peut très bien être surveillée !

– Pff, tu ne changes pas…

– Toi non plus, tu es toujours aussi bruyante… »

 

Morino Hibiki et Mitarashi Anko marchaient en direction d’une petite pharmacie. La porte qu’ils visaient s’ouvrit en claquant et un homme d’âge mur aux longs cheveux gris leur fit des signes de main d’un air défait.

Les deux ninjas se regardèrent, étonnés.

 

« Vous allez vous dépêcher oui ? Je suis l’homme le plus surveillé de tous les bas-fonds ! » chuchota le sannin, faisant de grands gestes pressés.

– Tiens, tu vois, qu’est-ce que je te disais ! lança l’homme, agacé.

– Je ne pouvais pas savoir.

– Et la prévention, bordel ! »

 

Jiraiya regarda les deux acolytes rentrer bruyamment dans son petit havre de paix. Il se demanda encore si Naruto était sûr de ce qu’il faisait. Il avait peur qu’il y ait des pertes. Il savait, lui, de quoi Babylone, cette immense et immonde tour qui surplombait le Mugenjô, était capable.

 

 

« Je ne sais pas si elle vit encore. Je l’ai croisée une fois, alors qu’on m’avait demandé de la capturer. Elle est très forte, mais elle a un fort handicap. Il semblerait qu’elle soit toujours prisonnière de Babylone. Un jutsu particulier l’empêche d’en sortir. Son chakra est spécial et ils ne veulent pas qu’elle leur échappe. Même si c’est le cas depuis des années. Il faut savoir qu’elle était l’ancien Jinchuuriki de Kyuubi. Pour cette raison, elle ne peut plus maîtriser son chakra, déstabilisé par l’absence du démon. La raison pour laquelle tu as été choisi, Naruto, est entre autres liée au fait qu’étant son héritier, tu serais assez fort pour contenir la bête. L’autre raison est que tes parents avaient tant confiance en leur fils qu’il était à leur yeux le seul capable de porter ce fardeau tout en était heureux. Je ne sais pas si tu es au courant, mais c’est ton père qui t’a scellé. »

 

 

« Kazekaze-sama, vous avez accordé une audience.

– Faites entrer, je vous prie. C’est important. »

 

Le vaste bureau était resté le même. Seules quelques piles de documents s’étaient ajoutées de ci de là. Cependant, Gaara étudia la pièce avec plus d’attention et remarqua à quel point les lieux avaient vieilli.

Il avait été étonné de trouver tant de poussière dans la rue. De voir si peu de ninjas les arpenter et de croiser si peu d’enfants. La croissance de la ville semblait s’être ralentie. Il en était de même pour le bureau. Quelques toiles d’araignée sillonnaient le plafond, des craquelures sur le mur extérieur menaçaient de faire s’écrouler l’étage, et un trou dans un coin laissait entrer un peu de sable.

Au milieu de ce spectacle affligeant, affalé derrière le bureau usé comme si le poids de ses responsabilités l’écrasait, Baki, quelques cheveux blancs débordant de sous son bandana, semblait somnoler dans un repos apaisant.

 

« Kazegage-sama ? » demanda Gaara en se raclant la gorge.

 

L’homme tressaillit à peine. La seule preuve en fut quelques grains de sable, secoués de sa personne statique. La bouche lasse et quelque peu ridée s’ouvrit en deux fentes et la voix grave de son ancien chef, rauque, en souffla :

 

« Bon retour, gamin. Si tu viens reprendre ta place, c’est avec plaisir. »

 

Le son épuisé fit frissonner Neji qui attendait en retrait près de la porte.

 

« Baki-san, commença Gaara, que s’est-il passé ici ? »

 

Baki le regarda de la tête aux pieds, l’œil morne, et se redressa sur son siège grinçant, cette fois bien décidé à répondre clairement.

 

« Ce qu’il s’est passé, hein ? Il s’est passé que Konoha a sombré dans la décadence moderne, oubliant Suna et son alliance puisque son gouvernement était éteint. Il s’est ensuite passé que tout le monde a suivi la feuille et que le peu de villages ninjas restants s’est trouvé dénué de tout intérêt. La puissance dans ce monde n’existe plus, Gaara. Les ninjas sont devenus inutiles. Lorsque tu es parti à Konoha pour ne plus en revenir, on m’a nommé Kage. J’ai pu faire vivre le village tant qu’il y avait encore des missions, mais rapidement, avec l’essor des villes, nous avons perdu nos alliances, nos contacts. Certains villages cachés ont même visiblement cessé d’exister. Seule la fierté du conseil et de ses rares ninjas encore en activité a permis à Suna de survivre. Nous sommes seuls, mal situés, nous sommes les derniers. Je ne sais pas pourquoi tu reviens, mais quelle qu’en soit la raison, tu ne trouveras rien de ce que tu cherches ici. »

 

Neji étudiait Gaara, statique, grand, jeune, au milieu de cette pièce dont il semblait déjà représenter le renouveau.

 

« Mais c’est votre fierté que je suis venu chercher. »

 

 

« Nous n’avons que des données vagues, mais au moins, nous savons de qui nous méfier… remarqua Kakashi, s’étant remis plus vite que les autres des nouvelles accablantes données par Jackal. Je pense que tous ceux là ne poseront pas tant de problèmes. Ce qui m’inquiète, c’est ce nom : Madara. »

 

Tsunade, à sa droite, grommela un peu. Elle dut expliquer à la jeune génération qui il était, ce qu’il avait fait, et les motifs qui pouvaient le pousser à survivre et à être leur ennemi. Ce ninja de renom, renié par sa patrie et son clan, recherchait sûrement la vengeance. Itachi acheva, sentencieux :

 

« Il était le chef de l’Akatsuki. Il voulait devenir aussi puissant que le Rikudo Sennin, le père de tous les ninjas. »

 

L’exclamation générale qui suivit fit grimacer Tsunade. Elle avait été mise au courant de cela il y avait bien longtemps, mais la situation était déjà si inextricable qu’ils ne pouvaient pas réagir.

 

« L’Akatsuki n’existe plus à proprement parler. Seuls quelques membres sont encore plus ou moins en activité. Il a tué lui-même la majorité d’entre eux. Je pense être en mesure de contacter les survivants. En revanche, je ne pourrais jamais savoir, avant de les avoir rencontrés, s’ils seront de notre côté ou pas. Il faudra s’attendre a une trahison à tout moment. »

 

 

« En conclusion, lorsque nous auront démantelé l’organisation qui a fait de Konoha cette immondice moderne, son nouveau Hokage la rebâtira à la hauteur de ce qu’elle était jadis. Nous comptons contacter  les Kage et ex-Kage des autres pays afin de leur porter assistance si le désir se faisait sentir de retrouver la grandeur ninja passée. Je pense que si un village revient de cette aventure, tous les autres suivront. Il suffit de leur prouver que c’est possible. Lorsque ce temps viendra, je reprendrais ma place auprès de Suna, et la reconstruirait à mon tour, avec l’aide de Konoha. En attendant ce jour, j’aimerais réunir quelques ninjas sous mes ordres. Nous projetons de commencer une guerre contre ce que vous aussi vous connaissez sous le nom de Mugenjô. »

 

Baki, un instant étonné, se surprit à ressentir en lui une excitation qu’il n’avait pas connue depuis bien des années. L’urgence du combat. Les prémices d’une guerre. Lentement, comme si ses lèvres affichant tant de tourments ne l’avaient pas fait depuis des années, il se mit à sourire.

Gaara, toujours debout en face de lui, rayonna soudain de l’aura d’un Kage.

 

 

Les goutes d’eau qui suintaient du plafond dégoulinaient parfois dans le cou des trois hommes qui sillonnaient les cavernes. La sensation pourtant désagréable leur rappelait tant d’heureux souvenirs qu’ils en étaient presque soulagés. La flamme vacillante d’une torche éclairait la rocaille usée, soulignant parfois l’ombre d’un néon éteint ou simplement hors d’usage.

 

« J’aurais voulu assister à la réunion d’information, quand même… commenta un homme au visage balafré.

– On n’y peu rien, il fallait bien que quelqu’un se dévoue à cette tâche, commenta le blond qui le suivait.

– C’est vrai, mais j’avoue que tous ces renseignements nous intéressaient. L’Akatsuki, hein…

– Nous aurons les informations en temps et en heure, quoi qu’il en soit. Les enfants savent ce qu’ils font. »

 

Shikaku s’arrêta soudain.

 

« C’est ici. »

 

Deux autres torches furent allumées et une immense cave aux stalagmites menaçantes s’offrit à leur vue.

 

« C’est toujours aussi humide, mais c’est bien conservé… » commenta Inoichi.

 

Ce disant, il commença à tâtonner sur le mur. Ses camarades en firent de même et bientôt, un grognement se fit entendre, suivit du bruit sonore d’un groupe électrogène qu’on allume.

 

« Hé bien, je ne pensais pas que ça fonctionnerait encore après tout ce temps ! On va pouvoir s’installer là sans problème. La tour Babylone va être rapidement informée de nos projets et nous risquons d’être pourchassés avant même d’avoir réuni nos troupes. Ces grottes sont vraiment en bon état.

– Il y a même encore quelques affaires ninjas. Il suffira de boucher la fuite de la rivière, là haut. »

 

Le trio Ino Shika Chô se trouvait dans une immense grotte où filtrait, par deux ouvertures jumelles, un peu d’air frais. L’altitude rendait l’endroit difficilement accessible, et les méthodes pour y entrer nécessitaient d’être identifiés à des jounins de Konoha.

 

« Hé regardez ! lança soudain la voix lointaine d’Inoichi. On est dans la tête du Quatrième !

– Tu es dans son nez, sors de là ! On dirait Naruto ! »

 

Le blond se fit tirer en arrière par un Chôza très sérieux.

 

« Si tu hurles comme ça dehors, on va te repérer. C’est la meilleure planque de la ville pour une armée de ninjas. Ne vas pas tout gâcher !

– J’espère qu’aucun ennemi n’est de l’ancienne Konoha, sinon, nous serons envahis en un rien de temps. »

 

Les souterrains d’évacuation se trouvaient sous les têtes des Kage. Ce que peu de personnes, hormis les équipes spéciales, savaient, était que ces souterrains servaient à l’origine de lieu de réunions confidentielles ou de regroupement d’armées. Ils avaient été séparés en deux, laissant l’étage, derrière les têtes des Kage, aux troupes d’élite ou à tout autre projet secret. Les équipes d’espionnage se servaient souvent de ces souterrains pour discuter de leurs missions et se transmettre des informations sans risques de fuites.

Inoichi y avait pensé dès l’instant où on avait parlé d’un endroit sûr, discret et facile d’accès. Pas que le Mont des Kage soit discret, certes, mais il était imprenable et insoupçonnable.

 

 

« Bon, c'est-à-dire que vous voulez taper des gens ? demanda finalement Jiraiya, hésitant.

– Non, je veux des informations, grogna Hibiki.

– Oui, je dois dégager le passage, rétorqua Anko.

– Laissez moi deviner, résuma Jiraiya en se massant les tempes. Anko doit faire le ménage dans les bas-fonds pour supprimer les foules et les éventuels gêneurs de bas niveau. Hibiki doit récupérer des informations sur les plus forts gêneurs de la ligne de Ceinture. »

 

Les jounins acquiescèrent.

 

« Je dois être discrète dans ma manœuvre… râla Anko en foudroyant Hibiki du regard.

– Alors je ne vois qu’une solution, répondit Jiraiya. Avec ton équipe, tu te feras passer pour un nouveau clan montant des bas-fonds. Tu réduiras les menaces, et Hibiki pourra enquêter de son côté puisque toute l’attention sera sur toi. Lors de l’attaque finale, tu seras la dernière à bouger. Je vous prends tous deux sous mes ordres le temps que les petits se soient décidés à lancer l’offensive.

– Ca me va. Il n’y a plus qu’à trouver une équipe qui ne soit pas suspecte.

– Ca, il faut voir avec Sasuke-kun », lança une voix claire provenant de la porte de l’arrière boutique.

 

 

A suivre

 

 

Non, il ne se passe pas grand-chose… J’ai pas mal de stratégie à leur faire établir, ce n’est pas une mission classique, après tout. Je pense en revanche que le prochain chapitre contiendra un peu d’action x).

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales