Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1519 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Ne grandissez jamais. C'est un piège.
[Histoire En hiatus]
Auteur: Harley Q. Vue: 1901
[Publiée le: 2013-07-30]    [Mise à Jour: 2017-03-22]
13+  Signaler Humour/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 20
Description:

Être au lycée peut donner cette impression...
D'être à un point dans la vie où il faut avancer dans la Quête Principale, mais où on se lance plutôt dans des tâches secondaires parce que la Quête Principale est intimidante et qu'on ne se sent pas avoir un niveau assez élevé pour être en mesure de la gérer...


"- Hé, Ino, tu me passes la réponse de l'exercice d'éco ?
- Tu connais la formule magique ?
- S'il te plait ? Tenta-t-il.
- Non, l'autre.
Naruto soupira avant d'afficher un air résigné.
- Tu es beaucoup plus intelligente que moi et sans toi, je serais perdu dans les méandres de mon incompétence.
- Oh, dis comme ça, sourit-elle avec une fausse modestie tout en lui donnant son cahier."

"- Tu ressembles à un panda !
En effet, ses deux chignons formaient deux bosses qui pouvaient s’apparenter de très loin (en plissant les yeux et secouant sa tête de gauche à droite) à des oreilles de panda."

"L'esprit rongé par ses interrogations, il avait le regard rivé sur le plafond et blâmait ce dernier de ne lui apporter aucune réponse."


Cette histoire à pour but de raconter sans fanfare, sans glamour ni paillette, sans décor, sans mensonge et sans ajout, que l'aventure, souvent, c'est simplement la vie de tous les jours.
Crédits:
Merci à Masashi Kishimoto pour ses personnages. Je suis sincèrement désolé pour leurs détournements (et nous sommes tous coupable.)
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Éppie, les grandes vérités ne sont pas originales.

[2238 mots]
Publié le: 2013-07-30
Mis à Jour: 2015-07-26
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur
Les adultes donnent l'impression, parfois, d'oublier ce que ça fait d'avoir seize ans et que tout te semble possible.
Ce que ça fait d'être perdu, partagé, effrayé, déterminé.
De se retrouver influencé par la musique, donner un peu trop de crédit à certains dires.
De supporter sa famille, ses amis, son réveil, nos différences, le sexe, la religion et son opinion sur l'univers.
Les adultes pensent qu'on n'a pas assez vécu, qu'on ne peut pas savoir ou comprendre.
Ils ont dû oublier ce que ça fait d'avoir seize ans et qu'une personne te regarde droit dans les yeux pour te dire que tu serras quelqu'un de bien.

Et d'y croire. C'est ça d'avoir seize ans, on veut y croire.

DE CE QUI EST DECLANCHEUR.

 

ù

 

« Pourquoi les gens pleurent à la fin d'une année ? Moi,

c'est quand elle commence que j'ai envie de pleurer ! »

 

 

 

Coincée entre deux montagnes et entourée par la forêt, Konoha se composait de paradoxes : toute en collines et plateaux, en amont et avals, en béton et floraisons, en amas et évasion. Immense, il était difficile de la contempler dans son ensemble sans prendre de la hauteur. C’était si facile de s’y égarer, parfois plaisant, surprenant et toujours un peu inquiétant.

Marcher dans ses rues, s’était se perdre dans les différences d’un quartier à l’autre, comme si quatorze architectes s’étaient vu octroyer un bloc pour y laisser chacun une trace distincte. Arpenter ses allées, s’était découvrir de nouveaux horizons, des halls de bâtiments squattés par dizaine aux résidences austères, de son cœur toujours en mouvement à ses frontières bordées par le silence forestier. Côtoyer ses résidents, s’étaient apprendre sur le tas, vivre à cent à l’heure, courir après les bus, trainer dans le tram, s’échanger des regards suspicieux et recevoir un sourire d’inconnu.

Cet amalgame toujours en mouvement vivait au rythme de ses habitants et en se début d’été signant la fin de l’année scolaire, Konoha se calquait sur la cadence effrénée de sa jeunesse. Fiévreuse, enivrée et bruyante, ce soir-là aucun quartier ne dormait réellement, ni au fin fond de la zone industrielle, ni au plus haut poste de l’Observatoire.

Les musiques raisonnaient, les chants s’envolaient, les mains se levaient et on célébrait enfin le début des vacances. Les bars étaient remplis, les maisons occupées, Konoha respirait la réjouissance et  relâchement collectif.

Et dans cette association de festivité, il y avait Naruto, qui tournait en rond dans la ruelle arrière de la maison (villa était plus appropriée) des Hyûuga.

 

- Voilà, euh, Sakura, je... Je voulais te dire que je...

 

De l'extérieur, il entendait parfaitement bien la musique qui vrillait ses tympans, les cris hystériques de ses amis qui n'avaient qu'une seule idée en tête : décompresser. On les devinait sans trop se tromper danser, chanter, bavarder, s’amuser et puis boire sans s’inquiéter de la mémorable gueule de bois qui les attendait demain.

Cette débandade était justifiée et même méritée après avoir survécu pour la plus part à leur première année de lycée. Le pire était passé, se disaient-ils, et ce soir, était temps de faire la fête dans les règles de l’art.

 

- Sakura... C'est pas facile ce que je veux te dire mais... Enfin, tu dois bien avoir une petite idée de ce que je vais te demander ? Parce qu'on se connait si bien et... que... Non, ça va pas, ça ne va pas !

 

Enivré par l’évènement et tout ce qu’il représentait, lui, Naruto Uzumaki, anciennement élève de Seconde et prochainement de Première ES à l'Établissement, se retrouvait à parler tout seul par cette belle nuit d’été.

 

- Ah, je n'dois pas tourner autour du pot. Sakura, je suis digne de toi, sors avec moi ! Non, soupira-t-il. Sakura, voilà, je t'apprécie beaucoup. Énormément, même et c'est pour ça que je... Bon, écoute Sakura, j'adore ta façon de-

- A-à qui est-ce que tu parles ?

 

Naruto sursauta et se retourna, fébrile. Il reconnut Hinata, qui le regardait avec des grands yeux inquiets, deux sacs-poubelles à la main et tenta de paraître naturel. Histoire de prouver que parler tout seul était parfaitement normal, ou du moins, que ce n'était pas un signe de folie.

Hinata était son amie depuis le collège. Enfin, c'était l'amie d’amis, alors de manière isocèle, c'était aussi son amie. Elle était appréciable, toujours gentille avec une douceur infinie, réservée, elle parlait peu mais jamais pour ne rien dire. C’était une personne délicate à qui on se confiait facilement.

 

- Je- euh... Qu'est-ce que tu fais là ?

- Tu- tu veux dire, dans la ruelle derrière chez moi ? Je sors juste les poubelles. Et toi ?

 

Elle semblait chercher quelqu'un qu'elle ne voyait pas, au cas où elle aurait interrompu quelque chose, mais il n'y avait personne. Son regard se fit plus soupçonneux.

 

- Tu parles tout seul ?

- Non…Un peu.

 

Hinata acquiesça et jeta les sacs poubelles dans la benne à ordure. Elle se frotta les mains et s'approcha d'un peu plus prêt.

 

- Donc, tu es déjà saoul ?

- Quoi ?! Non ! Je ne faisais que- enfin, tu vas trouver ça ridicule.

- Je ne pense pas que ce soit plus ridicule que ce que j'imagine déjà.

- Voilà, je... Je vais me déclarer à Sakura. Ce soir.

 

Hinata resta imperturbable. Sakura. Bien sûr, c'était toujours Sakura. C'était Sakura depuis le collège, ça ne devrait pas l'étonner que se soit encore Sakura au lycée.

Et bien sûr, ce n'était jamais elle. Ils avaient beau s'être rapprochés ces dernières années, comment avait-elle pu imaginer qu'il se désintéresserait de Sakura pour elle ? Oh, non pas qu'elle soit jalouse –enfin si, elle était bien évidemment jalouse - elle était simplement triste et déçue. Car ce qu'il y avait d'atroce, aux yeux d’Hinata, c'était qu'elle ne pouvait pas en vouloir à Sakura. C’était une fille  formidable et l’une de ses plus proches amies.

 

- Mais je croyais que Sasuke-

- Sasuke ?! Non ! Pas du tout, Sasuke n'est pas... Enfin, j’sais pas trop ce qu'il veut, mais il me l'aurait dit si... Non, bon, on s'en fout de Sasuke. C’est pas le plus important.

 

Certainement pas convaincus, aucun des deux ne voulut cependant aborder le sujet. L'histoire entre Sasuke, Sakura et Naruto étaient bien assez compliquée comme ça : un foutoir amoureux à base d'amitié, aromatisé aux non-dits et aux sentiments inavoués, saupoudré d'interrogations sur la vie et l'avenir, tout ça mélangé dans un grand saladier d'hormones.

Elle hésita un instant, rester ou repartir à l’intérieur ? Mais Naruto affichait un air vraiment perdu, alors elle alla s'asseoir contre le muret qui encerclait sa maison et planta son regard dans celui de son ami.

 

- Tu penses… Que ce n’est pas une bonne idée ?

- Qu’est-ce que tu veux lui dire, évita-t-elle la question.

Je sais pas vraiment... Je voudrais un truc qui lui fera comprendre mes sentiments tout en la séduisant... Genre...

 

Il sortit une feuille griffonné de sa poche et la déplia sans faire attention à la gêne qui lui montait aux joues. Hinata pencha la tête sur le côté : il avait préparé un texte.

 

- Sakura… Je pourrais te dire toutes les raisons pour lesquelles je pense que tu es quelqu’un de formidable, mais je n’aurais décemment pas assez de temps pour. J’aime tous chez toi, ta détermination, ton humour, tes sourires, quand tu me grondes parce que j’ai fais une connerie, ta mélancolie quand il pleut. Tu es bien plus que ma meilleure amie, en tout cas ce soir, j’aimerais que tu saches que moi, je t’aime plus qu’en tant que simple meilleure amie. Sors avec moi, s’il te plait.

 

Hinata resta interdite. Pendant un certain moment.

 

- C'est si nul que ça ?

- Non, hésita-t-elle en cherchant ses mots. Un peu.

- Oh, je le savais, je vais me prendre un râteau, moi, c'est sûr ! Mais qu'est-ce qui me prend de dire des conneries pareilles... J'ai vu trop de films, j'crois.

- Non, fit-elle mi-gênée, mi-attendri. Bon écoute, oui, ce n’est pas génial et oui, tu regardes trop de films mais... Tu sais, une fille c'est bien si compliquée. Sakura a pas besoin de grandes déclarations fleur bleu, elle a besoin de quelqu’un sur qui elle peut compter. Si tu veux vraiment capter son attention, il faut que tu la rassures.

- Que je la rassure ?

- O-oui, tu sais, que tu lui montres qu'elle peut se reposer sur toi, que tu la soutiendras quoiqu'il arrive que... Que... Que tu sois un homme quoi.

- Sérieux ? Alors quoi, je dois arriver en roulant des mécaniques, l'appeler bébé et l'emmener sur mon scooter sans lui demander son avis ?

- J'ai dit un homme. Pas un Cro-Magnon. Mais c'est à peu prêt ça. Faut que tu te montres fort et prêt à la suivre n'importe où.

- Ça, je sais le faire.

 

Elle lui sourit tendrement. Et s'insulta mentalement d'idiote. Pourquoi l'aidait-elle ?

 

- Merci, Hinata, tu es vraiment une super amie.

 

Ah oui, c'était la raison. Elle l'aidait parce qu'ils étaient amis. Parce qu’elle préférait le voir sourire.

 

- Tu penses que je suis prêt ?

 

Elle haussa les épaules, il prit ça pour un accord tacite.

 

- Alors, j'y cours. Encore merci, Hina, t'es vraiment la meilleure !

 

Naruto lui fit un grand sourire et se dépêcha de retourner à l’intérieur. Hinata, elle, ne le suivit pas directement. Dans un soupire, elle décida de rester là, un petit moment, en compagnie des étoiles…

 

 

À l'intérieur, il faisait chaud. Les spots l'aveuglaient, ça sentait la transpiration, l'alcool et une autre odeur –surement du vomis- qui soulevait le cœur. Mais Naruto s'en fichait royalement. La motivation acquise auprès de Hinata lui donnait des ailes et s'il s'arrêtait de chercher Sakura, il recommencerait à douter.

Il passa devant Kiba, Shikamaru et Choji, qui fumaient tranquillement en regardant danser les filles. Il scruta ensuite la piste en quête d'une tignasse châtain, ou au moins blonde platine -histoire de trouver Ino qui serait au moins lui indiquer où serait sa meilleure amie- mais il ne vit ni l'une ni l'autre. Il rejoignit le bar improvisé, là où il avait laissé Sasuke, dans l’idée de l’interroger mais il n'y avait personne.

 

- Hé ! Cria-t-il en voyant un camarade. T'as pas vu Sakura ?

- Hein ?

- SA - KU - RA ?!

- Ah ! Dans la cuisine !

 

Jusque-là, Naruto ne voyait pas de meilleur scénario. Il n'arrivait même pas à imaginer quelque chose perturber son plan, tout allait être parfait. Il allait se déclarer et -grâce à de la chance et un peu d'alcool- Sakura lui répondrait favorablement. Il sortirait ensemble tout l'été, où il lui montrerait qu'il pourrait être un petit ami attentif et attentionné et à la rentrée, leur relation serait tellement naturelle à leurs yeux qu'aucun coup dur ne pourra les séparer. Pas même leur différente classe.

Tout irait pour le mieux. Les vieilles histoires seraient réglées, les interrogations auront trouvé leurs réponses, il aurait Sakura et Sasuke serait content pour eux.

C'était ainsi que les choses allaient se dérouler.

 Il passa entre les danseurs, enjamba les câbles de la sono, termina un verre qui traînait pour se donner du courage et s'arrêta devant la porte de la cuisine.

 

- C'est parti.

 

Naruto poussa la porte, des papillons dans le ventre et une boule dans la gorge. Il fit à peine un pas en avant que son visage se décomposa et qu'il ressortit aussi rapidement qu'il était entré.

Il eut l'impression que son cœur s'arrêtait.

Il resta un moment devant la porte, sans rien faire, sans rien dire. Attendant simplement de comprendre ce qui était en train de se passer.

Les papillons se transformèrent en crampes d'estomac qui lui vrillaient le cœur. Son torse devenu lourd et respirer lui demanda soudain un effort surhumain. La boule dans sa gorge tripla de volume et il eut cette impression qu’on le vidait de toute son énergie.

Ce ne fut que quand il ressentit une bouffée de chaleur qu'il se décida à bouger. Sans regarder autour de lui, il s'élança en bousculant les personnes sur son chemin. Il entendit des "hé !" accusateurs mais ne s'en formalisa pas. Naruto accéléra le pas, se mit à courir pour atteindre plus rapidement l'extérieur. Mais même une fois à l'air frais, ça n’était pas suffisant. Il se sentait encore mal. Convaincu que l’unique moyen d'aller mieux était d'aller le plus loin possible.

Il avisa la sortie arrière et s'y précipita. En voulant l'ouvrir, il se prit la porte en plein visage et se demanda si les dieux ne s'étaient ligués contre lui cette nuit.

 

- Oh, pardon- Naruto ? T'as pas trouvé Sakura ?

 

Les deux s'arrêtèrent, troublés par le regard de l’autre et la tristesse qui s’y trouvait. Sans avoir envie d’en comprendre la provenance, Naruto passa son chemin le plus rapidement possible. Laissée une nouvelle fois seule avec ses réflexions, Hinata décida cependant de ne pas le laisser partir –cette fois.

S’engouffrant dans la ruelle, elle l’aperçut au loin enfourchant son scooter, son casque à moitié vissé sur sa tête.

 

- Naruto, attends !

- Laisse-moi, Hinata. Pas ce soir.

 

Hinata s’arrêta, comprenant qu’elle n’arriverait jamais à le retenir et le regarda partir. Bien incapable de s’imaginer ce qui avait pu mettre son amour secret dans un tel état. Après tout, qui aurait pu prévoir ce qui s'était déroulé.

Qui aurait cru que Sakura et Sasuke s'embrasseraient dans la cuisine ce soir-là.

 

Une chose était sûre, la jeunesse de Konoha était bien naïve de croire que survivre à la première année de lycée serait la chose la plus dure qu’ils auraient à faire. 

 

 

« A chaque fois que la vie te renverse, relève-toi calmement,

souris et dis lui : tu frappes comme une petite chienne. »

 

 

Commentaire de l'auteur Un petit copyright pour "The First Time" qui m'a inspiré ce passage de l'histoire.

(Je suis désolée de toujours poster ces deux chapitres, encore et toujours avec seulement d'infimes changements à chaque fois, c'est juste que quand je poste, je suis satisfaite de mon travail puis je me relis, encore et encore et à chaque fois je suis de moins en moins satisfaite, donc je change, encore et encore, je suis désolée, désolée, désolée :s)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales