Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Naruto Namikaze Uzumaki Auteur: Kyubi-san Vue: 457400
[Publiée le: 2011-10-13]    [Mise à Jour: 2019-07-28]
13+  Signaler Général/Action-Aventure Commentaires : 409
Description:
Alors qu'il se tient seul sur le dernier champ de bataille de la Quatrième Grande Guerre Shinobi, Naruto tente de s'ôter la vie, quand un puissant chakra l'en empêche, et lui propose de repartir dans le passé pour modifier le futur et sauver les vies de ses camarades.
Naruto accepte donc, mais avant de partit pour le passé, il apprend qu'il a hérité de pouvoirs particuliers.
Et, en arrivant dans le passé, il découvre que de nombreuses choses ont changés.
Venez suivre les aventures de Naruto dans le passé, où cet adulte dans un corps d'enfant va tenter de modifier le futur pour empêcher la Quatrième Grande Guerre ninja et apporter la paix qu'une prophétie a annoncé.
Crédits:
L'univers appartient à Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Arrivée en fanfare au Pays des Vagues ; Un passé complètement modifié

[4012 mots]
Publié le: 2012-04-21
Mis à Jour: 2014-01-17
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Désolé pour ce retard, mais je travaille sur un nouveau projet. En plus, j'ai passé beaucoup de temps à remanier le chapitre, j'espère que vous l'apprécierez.

Bonne lecture!

Naruto Namikaze Uzumaki

Chapitre 7

            Sur la côte Est du Pays du Feu, se trouvait un petit port. Ordinairement calme, ce village connaissait pourtant aujourd’hui une agitation inhabituelle. En effet, quelques minutes plus tôt dans la journée, une équipe de ninjas du village caché de Konoha était arrivée dans la bourgade, afin de trouver un marin pouvant les emmener directement au Pays des Vagues. Et lorsqu’un navigateur avait fini par accepter, le prix demandé avait été tellement élevé, au regard de l’état du navire, qu’il avait suscité la colère de la plupart des membres de l’équipe sept.

            - Mais enfin, sensei, hurla Sakura, vous n’allez quant même pas payer cent mille Ryos pour une simple traversée jusqu’au Pays des Vagues !  Et surtout pour un navire aussi délabré !

            - Pour une fois, je suis d’accord avec elle, déclara Sasuke. Cet homme se moque de nous, une traversée ne vaut pas autant.

            - Et moi, je vous dis que nous n’avons pas le choix, tenta d’expliquer Kakashi. Tazuna m’a expliqué que ce brave matelot nous faisait un prix tout à fait honorable au vu de la situation dans laquelle se trouve son pays, ainsi que ce port.

            - Je confirme, déclara le vieux charpentier. Gâto possède toutes les entreprises navales de la région, et il fixe lui-même les prix pratiqués. Cet homme n’a pas le droit de nous transporter en temps normal. Si jamais Gâto l’apprend, il risque sa vie. Le prix qu’il demande est donc tout à fait raisonnable.

            - Je soutiens qu’il y a sûrement un autre moyen de traverser ce petit bras de mer, s’obstina Sakura. Même en mettant nos économies en commun, nous n’avons pas les moyens de payer cette traversée, Kakashi-sensei !

            - Je sais, Sakura, mais nous n’avons pas le choix.

            A ce moment, une voix s’éleva derrière eux.

            - Si vous n’avez pas les moyens de payer, on peut toujours s’arranger, déclara le marin qui se proposait de les emmener au Pays des Vagues.

            - Et de quelle manière ? demanda Sasuke soudainement intéressé.

            Le marin eut un sourire mauvais, son regard s’attardant sur les deux kunoichis du groupe. Alors que Yumi, qui cherchait Naruto du regard, ce dernier ayant disparu cinq minutes plus tôt, ne remarqua pas l’action du matelot, Sakura se mit à trembler en comprenant soudainement ce que proposait le marin.

            - Si vous me laissez seul quelques minutes avec ces deux jeunes filles, expliqua t’il, il y a moyen de s’arranger pour que la traversée soit gratuite. De toute façon, c’est ça ou vous vous débrouillez sans moi pour vous rendre là-bas ! conclut-il en s’éloignant un peu pour leur laisser un temps de réflexion.

            - Kakashi-sensei, vous n’allez pas faire ce qu’il demande, couina Sakura avec peur.

            - Je suis d’accord avec Sakura, prononça calmement Yumi. Cet homme nous fait du chantage.

            - Malheureusement, nous n’avons pas tellement le choix les enfants, déclara Kakashi avec découragement.

            Les deux jeunes Genins baissèrent la tête, avant que Yumi ne la relève pour poser une question au Jonin qui était responsable de l’équipe dont elle faisait partie.

            - Sensei, vous ne sauriez pas où se trouve Naruto, par hasard ?

            - Naruto ? répéta Kakashi. Il était avec nous il n’y a pas cinq minutes ! Où est-ce qu’il est encore passé ?

            Se tournant de tous les côtés, le Jonin aux cheveux gris essaya de repérer son élève. Il ne savait pas où était son spécialiste en Fuinjutsu, mais il savait qu’il valait mieux pour lui qu’il ne se soit pas égaré dans un port, les quartiers de ce genre d’endroit n’étant pas recommandés pour leur tranquillité. Alors que le sensei essayait toujours de localiser son élève, le marin qui se proposait de les conduire jusqu’au Pays des Vagues revint vers eux. Le large sourire, lubrique, qu’il avait sur son visage déclencha une peur chez les deux kunoichis, plus ou moins bien contrôlée chez Yumi, mais totalement incontrôlable chez Sakura. Cette crainte était plus visible sur le visage de la Haruno que sur celui de la Senju, cette dernière tentant tant bien que mal de dissimuler sa frayeur derrière un masque de neutralité.

            - Alors, vous vous êtes décidés ? demanda le navigateur.

            - Je crois qu’on n’a pas vraiment le choix, Kakashi-sensei, marmonna Sasuke dont la déclaration renforça soudainement les craintes de ses deux coéquipières.

            - Allez, venez par ici toutes les deux, je crois qu’on va bien s’amuser !

            - Tu ne crois pas si bien dire, marmonna une voix plus froide que l’acier derrière lui.

            Le marin se retourna juste à temps pour voir un poing venir vers lui à une vitesse inhumaine, de son point de vue, et s’enfoncer dans son visage, lui brisant le nez et quelques dents, tout en l’envoyant faire un vol plané sur une dizaine de mètres par la même occasion, sa course se terminant directement dans un mur de briques qui s’effondra sur le « pauvre » matelot. A l’endroit où se tenait le loup de mer quelques instants plus tôt, se tenait désormais un Naruto au visage impassible, mais dont les yeux reflétaient la colère implacable et le dégoût qu’il portait sur le marin qui avait essayé de profiter de la situation pour commettre des actions qui dégoûtait le blond rien qu’en y pensant. Le fils et héritier du Yondaime, prince des Tourbillons par sa mère, s’avança lentement vers le pitoyable maître chanteur qui palissait en voyant le jeune shinobi venir vers lui avec un regard lui promettant la mort. Au fur et à mesure qu’il se rapprochait, son aura et son intention de tuer montaient en puissance, alimentées par sa colère envers l’homme, faisant fuir les villageois qui s’étaient attroupés autour du petit groupe de ninjas venus de Konoha et de leur client. Lorsque le blond ne fut plus qu’à une trentaine de centimètres du marin, il tendit son bras droit, et agrippa le devant de la veste de celui qu’il avait frappé, et le releva, faisant tomber des briques et remuant de la poussière tout autour du marin. Tout en le fixant de son regard, aussi froid que de la glace, il se mit à parler aussi calmement que s’il prenait une tasse de thé en compagnie d’un vieil ami qu’il n’aurait pas vu depuis un long moment.

            - Je vais t’expliquer un truc ou deux, mon petit bonhomme… commença le blond avant d’être interrompu par l’homme sans manière.

            - Comment tu m’as appelé, sale gamin ? rugit le marin en posant son énorme main sur le poignet du blond en espérant lui faire lâcher prise et l’effrayer en prenant une posture et une voix énervée.

            Le Sandaime jinchûriki de Kyubi ne réagit pas face à la réaction de l’homme, mais une seconde plus tard, la main de l’Uzumaki tordait l’avant-bras droit du matelot. En face du jeune Genin, son pathétique assaillant hurlait de douleur, sans que Naruto ne semble affecter par les gémissements de la personne avec laquelle il avait une petite discussion. Resserrant un peu plus sa prise, le shinobi exigea le silence de la part de son interlocuteur.

            - Premièrement, je n’aime pas être interrompu, énonça le jeune homme avant de tordre un peu plus le bras du pauvre marin sans qu’une seule émotion ne puisse être entendue dans sa voix. Deuxièmement, ne m’insulte plus jamais ! Troisièmement, tu n’aurais pas dû vouloir nous arnaquer et profiter de la situation pour, en reprenant tes mots, « te retrouver seul » avec mes équipières ! Et enfin, dernièrement et le plus important, déclara le blond en resserrant de nouveau sa prise, tu vas nous conduire gratuitement au Pays des Vagues, c’est compris ? demanda t’il tout en tordant encore le plus le bras du marin.

            Malgré la douleur, le marin hocha la tête pour signifier à son tortionnaire qu’il avait bien enregistré et compris les déclarations du blond. Satisfait, ce dernier relâcha la pression qu’il avait exercée sur le bras du matelot, et se retourna vers son équipe, avec un grand sourire, sous les regards éberlués de Kakashi, Tazuna et des trois autres Genins, qui n’en revenaient toujours pas de l’action entreprise par leur coéquipier aux cheveux d’or.

            - La prochaine fois, Kakashi-sensei, vous me laisserez mener les négociations, déclara tranquillement le blond en revenant près d’eux. Ca évitera d’avoir à discuter pendant des heures, et surtout de vous servir de votre équipe pour trouver une solution à un problème facile à résoudre avec un peu de persuasion.

            - La prochaine fois, Naruto, préviens-moi avant d’entreprendre une telle action, répliqua le professeur qui semblait se moquer complètement de l’attaque caractérisée menée par son élève sur leur moyen de relier leur destination.

            La réponse du Jonin plongea le petit groupe dans une profonde surprise, à l’exception de Naruto, qui savait parfaitement pour quelles raisons son professeur ne disait rien. D’une, le blond était considéré par son sensei comme un génie du Fuinjutsu, tout comme dans le Ninjutsu, ce qui lui avait valu une considération plus qu’importante de la part de Kakashi, qui voyait en plus dans le blond le dernier lien qu’il lui restait avec son défunt sensei et sa défunte épouse. Mais, le plus important, était le fait que l’Uzumaki lui avait offert une édition limitée du dernier livre de la précieuse série de bouquins dont son enseignant était un lecteur assidu. Et ce simple fait permettait au Genin de faire à peu près tout ce qu’il voulait sans que Kakashi ne lui en fasse la remarque. Après tout, Naruto avait constaté de nombreuses fois que le livre lu par le Jonin était plus comme une drogue que comme un passe-temps, et que n’importe qui pouvait le manipuler en utilisant les Icha Icha… Une honte quand on savait que Kakashi était un shinobi connu à travers tout le continent pour ses exploits et sa puissance.

            - Bon, reprit Kakashi, il est temps de monter sur ce navire, gracieusement prêté par le nouvel ami de Naruto, et de nous diriger enfin vers notre destination.

            - T’as compris, toi ? grogna Naruto en fixant le marin avec un regard meurtrier.

            Ce dernier acquiesça stupidement en hochant la tête, avant de se diriger rapidement vers son embarcation, suivi par les ninjas et leur client. Dès que ceux-ci eurent embarqués, le marin démarra le moteur de son embarcation, discrètement, afin de ne pas déranger encore plus l’énergumène blond qui l’avait menacé. En parlant de celui-ci, le blond continuait de le fixer d’un regard rempli de violence, et chargé de promesses de mort.

            Alors que l’embarcation, transportant les shinobis de Konoha et leur client vers le Pays des Vagues, fendait les flots, le blond observait les vagues qui troublaient le calme de l’étendue d’eau. De l’autre côté du vaisseau, Yumi observait le jinchûriki, dont le calme était revenu depuis qu’il avait décidé d’ignorer le marin. Se décidant finalement à aller lui parler, elle fut interrompue dans son mouvement par Kakashi, qui lui fit signe de ne pas déranger son équipier en ce moment. Le Jonin avait réfléchi à la réaction de son élève blond, et avait déduit qu’il valait mieux ne pas le déranger en ce moment et le laisser se calmer avant d’aller lui parler.

            De son côté, le jeune jinchûriki était en pleine discussion avec le Biju qui se trouvait à ses côtés, représenter par une image immatérielle que seul Naruto pouvait voir. Depuis qu’il trois semaines, le jeune jinchûriki avait encore modifié son sceau, de manière à ce que le renard puisse discuter avec lui sans qu’il n’ait à utiliser la télépathie en permanence. Pour Kyubi, cette modification du sceau, qui suivait à nouveau la précédente transformation exerçait par l’Uzumaki pour avoir de nouveau accès à la totalité du chakra du puissant démon aux neuf queues.

            - C’est la première fois que je te vois perdre ton sang-froid face à un simple civil, gamin, commentait le renard en fixant son hôte. D’habitude, tu te moques complètement de ce qu’ils peuvent faire. Je pensais que tu avais dépassé ce stade de préoccupations futiles, pour te concentrer sur nos objectifs immédiats ?

            Le blond ne répondit pas, se contentant de fixer les flots fendus par le navire. Pas du tout inquiet pour l’Uzumaki, Kyubi continua de parler tout seul, sans que personne d’autre que son hôte ne l’entende.

            - Je me pose quant même la question de savoir si tu n’as pas réagi parce que la Senju était impliquée dans cette affaire. En temps normal, tu aurais laissé faire, et aurait même encouragé cette solution. La seule explication possible serait que…

            - J’ai eu envie de le tuer, Kurama, murmura le blond à la surprise du renard, qui n’avait été appelé ainsi par son jinchûriki que lorsqu’il allait mal ou qu’il était extrêmement sérieux. Pendant quelques secondes, poursuivit Naruto, j’ai voulu lui arracher son cœur, à cet homme, pour lui faire regretter ses pensées et ses actes. Je pensais avoir réussi à dominer ma soif de sang, mais il semblerait pourtant qu’elle remonte à la surface dès que ma colère augmente.

            - Dans ce cas, tu n’as pas à t’inquiéter, déclara le Biju en prenant une voix de psychologue. Comme cette mission va connaître de nombreux combats, tu n’auras aucun mal à te débarrasser de cette envie de tuer. Après tout, tu as bien réussi à me faire oublier la haine, lui rappela t’il.

            Un sourire mélancolique apparut sur le visage du blond en se rappelant la promesse qu’il avait réussi à tenir, une des rares parmi toutes celles qu’il avait faite, deux ans auparavant. Pour remplir ce serment, il avait confiné la haine du Biju dans un recoin de son propre esprit, scellée par une dizaine de sceaux afin qu’elle ne soit plus jamais libérée. Soudain, une voix se fit entendre derrière le jeune Uzumaki.

            - Alors, Naruto, qu’est-ce que tu as ? demanda Kakashi. J’ai l’impression que tu ne vas pas bien. Est-ce que tu veux en parler ?

            - Dégage de là, l’expérience de laboratoire, grogna Kyubi, tu déranges ! Tu ne vois que tu gâches notre thérapie de groupe…à deux, rajouta t’il après un instant d’hésitation.

            Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de Naruto, en entendant la réplique de son ami. Cela faisait longtemps que le renard n’avait pas fait de commentaires sur son professeur, et c’était l’une des rares choses qui parvenaient à lui remonter le moral.

            - Non, sensei, tout va bien ! J’avais besoin d’être seul un moment ! Maintenant, je vais mieux !

            - Tant mieux, déclara Kakashi, parce que nous allons bientôt arriver près de la côte du Pays des Vagues, et il vaut mieux que toute mon équipe soit prête en cas de problèmes !

            - Vous redoutez une nouvelle attaque, sensei ? demanda le blond.

            - Disons que j’envisage cette possibilité, éluda Kakashi. Il vaut mieux pour un ninja, quel que soit son niveau, n’écarter aucune action que peut effectuer l’adversaire.

            - Et parfois, il vaut mieux se taire et attendre le bon moment pour agir, répliqua Naruto en pensant au comportement d’Haku lorsqu’il avait effectué cette mission pour la première fois. Ainsi, on garde l’effet de surprise sur l’ennemi.

            - Bien dit, gamin ! hurla Kyubi. Prends-toi ça, l’épouvantail de service !

            Kakashi ferma son seul et unique œil visible, soupirant face à la réplique de Naruto. Il ne comprenait toujours pas comment un simple Genin pouvait posséder autant de connaissances, voir plus, que lui, un Jonin. Pourtant, cela ne le gênait pas plus que cela, c’en était même…motivant.

            - Bien, déclara Kakashi en se retournant, sur cette charmante discussion, nous allons accoster sur la côte. J’ai demandé à ton charmant ami de nous déposer dans un endroit tranquille, afin que personne ne soit au courant de notre arrivée.

            - Crétin, marmonna Kyubi, le port dont on vient est sous le contrôle de Gâto, il est certainement déjà au courant de notre arrivée. Tu as intérêt à rester sur tes gardes gamin !

            - Compris, répondit le blond. Par contre, il faut que tu reviennes en moi, sinon je vais avoir plus de mal à ressentir l’arrivée de Zabuza.

            - Je te préviendrais si jamais je ressens des ondes négatives, répliqua le renard en faisant disparaître sa projection.     

            Le jeune jinchûriki acquiesça en hochant légèrement la tête. Il resta ensuite immobile, jusqu’à ce que l’embarcation accoste sur une plage du Pays des Vagues. Au loin, la brume commençait à se former derrière eux. Pour Naruto, cela voulait dire que l’attaque de Zabuza n’allait pas tarder à arriver. Lorsque la petite barcasse qui les avait transportées heurta doucement le rivage, Naruto n’attendit pas l’ordre de son sensei pour sauter sur la plage. Plus vite il serait loin de cet homme, mieux ça serait pour lui. 

           

            Le groupe de cinq ninjas et de Tazuna avançait sur une route du Pays des Vagues depuis un peu moins d’une heure, et déjà, Naruto sentait la présence d’au moins deux chakras dissimulés quelque part autour d’eux. Cette détection lui avait été confirmée par son renard personnel quelques instants plus tôt. Soudain, un sifflement se fit entendre dans l’air. Par automatisme, Naruto se baissa, pendant que son sensei forçait les autres à s’aplatir sur le sol. Comme prévu, le tranchoir de Zabuza siffla au-dessus de leurs têtes, sans faire de blessés. Et comme prévu, le Nukenin apparut sur son sabre comme dans le passé.

Il était habillé d’un pantalon bleu à rayures, de protections métalliques aux avant-bras et de bandages autour du cou qui remontaient jusqu’au nez cachant ainsi sa bouche. Il était torse nu et on pouvait voir sur son épaule gauche le signe des ANBUS du village de Kiri et pourtant le bandeau qu’il portait au front montrant l’insigne du village du brouillard était barré… Ses yeux noirs allaient de droite à gauche observant froidement ses adversaires et ce qui semblait être un rictus d’amusement sembla se dessiner derrière les bandages blancs de son visage.

- Je vois Kakashi Hatake, le ninja copieur et quatre gamins qui semblent être incapables de tenir un kunai…mais ce n’est pas étonnant que toi le ninja copieur ayant le sharingan à ton œil gauche, tu ais pu battre les deux ninjas que j’ai envoyé.

            - Tu te trompes, Zabuza, déclara Kakashi en soulevant son bandeau de son œil. Ce n’est pas moi, mais mes élèves qui ont neutralisés tes complices. Et maintenant, je vais me charger personnellement de ton cas.

            - Vous le connaissez, sensei ? demandèrent trois de ses élèves.

            Mais ce fut Naruto qui répondit à la question posée.

            - Ce ninja déserteur se nomme Zabuza Momochi, déclara t’il. Il est connu pour être un maître des techniques Suiton, et un spécialiste dans l’assassinat. On dit également que lorsqu’il est passé Genin, il a massacré tous ses camarades qui passaient aussi l’examen. Il faut savoir qu’à cette époque, pour devenir Genin à Kiri, il fallait éliminer son meilleur ami.

            - Quel merveilleux examen, commenta Kyubi.

            - Enfin, conclut Naruto en ignorant le commentaire du renard, il a fait parti des sept ninjas épéistes du Pays de l’Eau, qui ont tentés un coup d’Etat pour renverser le Yondaime Mizukage, qui avait imposé un règne de terreur, en massacrant tous les possesseurs de Kekkei Genkai.

            - Tu m’étonnes gamin, lança Zabuza. Où as-tu appris tout ça ?

            - Les Bingo Book sont fais pour être lus, pas pour amasser la poussière. En plus, je note toutes les informations utiles sur les ninjas que je peux rencontrer, ça me permet de préparer une stratégie efficace contre eux !

            - De toute façon, c’est moi qui me charge de lui, trancha Kakashi en avançant d’un pas avant que le blond ne se décide à foncer sur l’ennemi.

            - C’est ce que tu crois Kakashi, le ninja copieur ! déclara Zabuza en disparaissant dans la brume.

            Aussitôt, Naruto tomba en garde, sortant un kunaï de sa sacoche. Bientôt, la voix du Nukenin se fit entendre autour d’eux.

            -  Huit possibilités... Le pharynx, la colonne vertébrale, l'artère pulmonaire, le foie, la jugulaire, la clavicule, les reins et le cœur. Alors... par quoi je commence ?

            - Déjà vu, commenta de nouveau Kyubi, franchement il pourrait innover un peu.

            Naruto eut soudain une idée, en entendant le commentaire de son colocataire.

            - Huit possibilités, déclara t’il en réponse à Zabuza et Kyubi. Arracher la tête, te découper en tranche, extirper tes entrailles, faire éclater tes organes, te torturer lentement, aspirer la totalité de ton chakra, briser la totalité de tes os en finissant par la colonne vertébrale ou te transformer en nourriture pour les poissons ! Alors qu’est-ce que tu choisis ?

            - Il est complètement malade ! pensèrent en même temps toutes les personnes présentes. Il n’oserait pas !

            - Pourquoi choisir, lança Kyubi, autant faire tout ce que tu proposes !

            - Finalement, j’ai choisi ! lança l’Uzumaki. Je vais tout faire en même temps !  

Ce fut moment que choisi Zabuza pour apparaître au milieu du groupe de Genins. Se retournant rapidement, Naruto frappa le cœur du clone de son kunaï. Ce fut sans surprise pour lui qu’une flaque d’eau apparut à l’endroit où le Nukenin se tenait l’instant d’avant. Dans la seconde qui suivit, il fit jaillir un katana d’un des sceaux tracés sur son bras droit, et para le coup d’un second clone aqueux. Sans prendre le temps de souffler, le blond fit passer le chakra de son Biju à travers son arme, et l’envoya dans le clone. Ce dernier disparut instantanément, le chakra brut de Kyubi étant une substance des plus dangereuses au monde. 

Derrière, Kakashi affrontait le véritable ninja sur une petite étendue d’eau. Tous deux usaient des mêmes techniques Suiton, alternant les clones aqueux et des techniques plus destructrices. Se reculant pour préparer le prochain assaut, les deux ninjas saluèrent leur adversaire d’un signe de tête, reconnaissant par là qu’ils étaient du même niveau. Il fallait en finir au plus vite désormais, car s’ils continuaient ainsi, ce serait celui qui serait le moins attentif qui perdrait.

- Je vais en finir tout de suite Kakashi !

- J’allais dire la même chose, murmura le Jonin.

Tous deux se mirent alors à composer des signes à une vitesse impressionnante, mais ce fut Kakashi qui finit sa série en premier. Surprit, Zabuza stoppa ses mudras, commettant sa première erreur, et il se fit emporter par la technique aqueuse de Kakashi. Ce dernier, alors qu’il allait l’achever, vit trois senbons s’enfoncer dans le cou de son ennemi. Tournant la tête, il remarqua deux Anbus perchés sur une branche.

- Merci à vous, ninjas de Konoha, déclara le plus grand des deux. Nous avions pour mission d’éliminer ce déserteur.

Son collègue inclina la tête comme seul signe de remerciement. Kakashi les détailla. D’après la voix du premier, et leur taille, ces deux Oinins devaient être à peine plus âgés que ces élèves. Celui qui avait parlé était plus grand que son compagnon, et arborait des cheveux aussi blancs que ses vêtements. Le second, lui avait des cheveux bruns, et arborait des vêtements plus colorés.

En les voyants, Naruto s’arrêta net, comme stupéfait par ce qu’il voyait.

- Non, ce n’est pas vrai, j’y crois pas, pensa t’il. Ce n’est pas possible que ce soit…

- J’en ai bien peur gamin, l’informa le renard géant. Cette mission va être plus dure que prévue, on dirait !

            Alors que l’Uzumaki était plongé dans ses pensées, les deux Oinins de Kiri s’emparèrent du corps de Zabuza et disparurent avec dans un Shunshin. Quelques instants plus tard, Kakashi s’effondra, ce qui sortit Naruto de ses réflexions.

            - Ce n’est pas vrai, il ne connaît pas ses limites, maugréa le blond.

            - Je me pose la question, mais est-ce qu’il lui arrive de ne pas finir un combat en s’évanouissant ? se demanda Kyubi.

            Aidé de Sasuke, Naruto souleva son sensei, alors que Tazuna expliquait qu’ils pourraient loger chez lui, le temps que leur professeur se remette du combat. Avec un soupir intérieur, Naruto pensa que cette mission lui réservait de nombreuses surprises. Et pires les unes que les autres.

            - Crétin de Shinigami, marmonna Kyubi dans son coin. Déjà qu’il ressuscite les Senju, mais en plus il faut qu’il modifie complètement l’histoire ! A ce rythme là, on va finir avec une Akatsuki bien plus puissante que prévue. Maintenant, je me demande si cet abruti de dieu, a empêché le serpent de déserter Konoha ? Si c’est le cas, on risque de bien rigoler !

            - Parle pour toi, lui répliqua un Naruto ayant écouté ses interrogations. Il va sûrement vouloir nous prendre sous son aile, ou plutôt ses écailles !

 

Commentaire de l'auteur Alors vous avez devinés qui est le deuxième Anbu ?
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales