Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019
  • Les meutes
    animal DEBOUT
    Nb de signes : 6 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Demain
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 7 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/10/2019
  • Romans
    Plumes de Marmotte
    Nb de signes : > 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - thriller - romance - bit-lit - chick-lit - young adult - mystère - suspense
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Persona non grata, (l’indésirable)
    Revue Étherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 29/12/2019
  • Malpertuis XI
    Éditions Malpertuis
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 01/01/2020
  • No limit
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/11/2019
  • Témoin de l'Apocalypse ?
    Coeur de plumes
    Nb de signes : 4 500 - 8 000 sec
    Genre : science-fiction - libre
    Délai de soumission : 25/10/2019
  • Nature et biodiversité du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 16/02/2020
  • Femmes fortes
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/10/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : écrire la folie de son personnage au Comics Corner (2 PLACES) [ Le 27/10/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 20 octobre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (COMPLET)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Naruto Crisis Auteur: Jill Vue: 33707
[Publiée le: 2006-05-23]    [Mise à Jour: 2008-05-23]
13+  Signaler Action-Aventure/Mystère/Suspense Commentaires : 564
Description:
[Saison 1]

3 ans après la destruction de Konoha, un homme, dans un bar, va se suicider. Mais une rencontre imprévue va bouleverser ses plans... et sa vie...
Désormais, Naruto est en route pour retrouver les survivants de Konoha éparpillés aux quatre vents ainsi que ses souvenirs de la fameuse nuit où tout a basculé...
Cependant, tout ne se passe pas comme prévu : les mystères s'épaississent, les secrets sont bien gardés, des rancœurs naissent et un terrible complot se profile à l'horizon...
Le combat finale touche à sa fin et l'horreur est désormais à son paroxysme, reste-t-il seulement un espoir de mettre un terme à la folie meurtrière d'un homme maudit des dieux, incarnation sur terre du mal?

-----------------------

[Préquelle]

Naruto se réveil au milieux des ruines de la cité de Konoha. Désemparé, terrifié, amnésique, il s'enfuit pour échapper à l'horreur de ses actions. Condamné à la solitude et à l'errance, il rencontrera pourtant une mince lueur d'espoir, sous la forme d'une étrange et mystérieuse aveugle recherchant son frère disparut...
... mais dans l'ombre, un ennemi, survivant du massacre, entend bien achever de détruire ce qu'il reste du porteur de Kyuubi...


--[ANNONCE]--
Cette fanfic fête ses deux ans, venez décider si elle doit se poursuivre ou s'arrêter là.
Crédits:
Seuls Aniki et les prénoms Banichi, Banni et Bansan m'appartiennent, les autres personnages sont la propriété de Monsieur Kishimoto.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

En quête de survivants

[5498 mots]
Publié le: 2006-05-23
Mis à Jour: 2008-03-09
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Naruto Crisis

 

Chapitre 3 :

 

 

Ninjas retrouvés

Tenten

Sakura

Inô

Hinata

Shikamaru

Etat

décédée

En bonne santé

En bonne santé

En bonne santé

Dans le coma depuis 3 ans

Localisation

 

Chez Gaara à Suna

Chez Gaara à Suna

Chez Gaara à Suna

Chez Gaara à Suna

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soleil est haut dans le ciel. Cela fait 4 jours que j'ai entamé mon voyage en direction du village caché de Kiri, enfin, caché n'est pas vraiment juste vu que quelque verres de vin et un minimum de tact mon suffit pour tirer les verres du nez d'un ninja du village en mission.

Aucun nuage à l'horizon, une petite brise agréable, une sacoche remplie de kunaïs et de shurikens et une bonne quantité de jutsus dans ma manche, je suis  Naruto Uzumaki et je suis en route pour rassembler les survivant de l'ancien village caché de Konoha. 

 

J'eu un pincement au cœur en me remémorant l’annonce de la mort de Tenten, et en me souvenant du corps inerte de Shikamaru dans l'infirmerie du Palais du Kazekage. Mais j'espérais que cela ne se reproduise pas, à l'avenir, je ferais tout pour empêcher de nouveaux drames… oui… vraiment tout…

Désormais, mon mot d'ordre est « organisation ».

Il me reste environ 1 jour de route avant d'arriver sur le territoire du pays de l'eau, plus une demi-journée pour atteindre son objectif : la prison de Kiri no Kuni.

Là-bas je chercherais des renseignements sur d'éventuels prisonniers de Konoha.

Durant mon exil, je me suis entraîné aux techniques d'infiltration donc théoriquement, une évasion ne devrait pas me poser de problème, non... il y avait autre chose...

 

Un bruissement dans les arbres... une ombre visible l'espace d'un instant...

 

Et merde...

 

Je lance rapidement un kunaï à la source du problème, s'ensuit une branche qui tombe...

Ainsi qu'une fille aux cheveux rose...

Et merde.

Elle se remet péniblement sur ses jambes et me regarde avec son, maintenant habituel, regard d'assassin.

Un silence pesant est tombé et il me vient une idée :

Tranquillement, je me remet à marcher comme si je ne l'avait pas vu, elle, hébétée, ne sait plus quoi faire. Alors, sans trop réfléchir elle se met à me suivre.

_ Pauvre idiote.

Elle s'arrête brusquement, outrée.

Je me retourne aussi pour lui faire face :

_ Je croyais pourtant avoir été clair ! Tu devais rester à Suna avec les autres ! Pour te reposer ! Pour les protéger !

Elle ne sait que répondre, elle baisse la tête.

_ Mais une fois de plus tu as fais l'égoïste et tu m'as suivie pour ton seul intérêt !

Elle relève la tête, elle veut répliquer mais je l'en empêche :

 _ Parce que tout ce que tu veux, ce n'est pas retrouver les autres ! Non, toi la seule chose qui t'intéresse, c'est Sasuke ! Le reste tout t'en fiche complètement, la preuve !

Elle se remet à me lancer des éclairs et à me répondre avec du venin :

_ Et alors ? Pour ce qui est de l'égoïsme tu n'es pas mal, non plus, n'est-ce pas ? Les autres tu t'en fous, hein ? Ce que tu veux c'est la mémoire des autres pour remplir le vide de la tienne !

Je lui réponds d'un air las :

_ Tu te trompes complètement.

_ Peuh !

Je me remets en route sans faire attention à elle. Sakura ne bouge pas alors je lui dis :

_ Tu viens ou t'attends le dégel ?

Malgré l'aspect effrayant de ses yeux elle m'emboîte le pas, un peu surprise.

_ Ecoute bien parce que je ne vais pas le répéter : notre prochaine destination est la prison du village de Kiri, il est possible que des survivant y soit encore, au pire, c'est-à-dire si ils n'y en à pas, on questionnera autant de monde qu'on pour trouver des bribes de renseignement. Si on ne trouve vraiment rien à Kiri on met les voiles et on se dirige vers Oto.

_ L'ancien pays d'Orochimaru ?

_ C'est ça, on cherchera aussi des pistes et on avisera au moment.

_ Ca me va.

_ Je t'ai pas demandé ton avis.

Elle pris la mouche et ne m'adressa plus la parole jusqu'à se que le soleil ce couche.

_ On va planter le campement ici.

Elle approuve d'un signe de tête.

_ J'espère que tu as pensé à prendre une tente.

Elle se trouva extrêmement bête et il lui fut impossible de me répondre quoi que ce soit.

_ Mais qu'elle idiote.

_ L... La ferme !

Je ne l'écoute pas et je commence à monter ma tente.

Une fois fait je m'amuse à la regarder se tortiller les doigts à la manière d'Hinata.

_ Allez, dis-le.

_ De... de quoi tu parles ?

Je prends une voix très aiguë :

_ « Naruto ? Aurait tu l'extrême obligeance de me laisser occuper la tente avec toi ? »

_ Tu n'es qu'un crétin !

_ Dis-le.

_ Jamais !

Je ricane et commence à manger mes sandwichs lorsqu'une étincelle m'éclaire l'esprit :

_ Sakura ?

_ Hmm ?

_ Tu n'as pas pris à manger ?

Ses jouent virent au rouge tomate, je la voit lorgner mes provisions avec envie.

Moi, j'éclate de rire sans autres cérémonies, me fichant ouvertement de sa tête.

Elle le prend très mal et me lance un cailloux en visant la tête, je l'évite facilement, toujours hilare. J'ai du mal à reprendre mon souffle et elle, à un visage triste.

_ Laisse-moi deviner, tu n'as pas eu le temps d'emmener du matériel lorsque tu t'es enfui du palais et vue que jusqu'à ce stade du voyage il y avait toujours un hôtel et des restaurants, tu ne t'es jamais posé la question de savoir si tu aurais besoin de bouffe ou d'une tente, n'est ce pas ?

_ Ta gueule !

_ Tss…

Mon repas finit, je m'apprête à aller me coucher lorsque...

_ Naruto.

_ Hmm ?

_ Il te reste un casse-dalle ?

Un sourire triomphant sur mon visage, je lui lance un sandwich et rentre dans mon abri pour dormir, demain ne sera pas de tout repos...

Une longue journée qui s'annonce...

 

 

Un léger souffle se fait sentir sur ma figure, lentement, j'ouvre les yeux et découvre non sans une certaine surprise Sakura endormie, le visage à quelque centimètre du mien.

Prestement et en évitant de la réveiller, je sors de la tente pour contempler le paysage :

Quelques arbres en fleurs éparpillés dans une petite vallée, et au loin le brouillard de la cité de la brume qui me rappelle ce que je suis venu faire ici.

Il n'y a plus de temps à perdre, il faut se dépêcher.

Alors que je m'apprête à aller réveiller Sakura, je la vois sortir de la tente, les cheveux en bataille et les yeux hagards.

_ Qu'est-ce que tu regardes ?

En tout cas une bonne nuit de sommeil ne l'a pas rendu plus aimable. Je ne fais pas attention à sa remarque.

_ On mange un morceau et on se remet en marche, il nous reste une demi-journée de route.

Une fois le petit déjeuner engloutit, nous nous dirigeons vers le nord avec ma carte pour guide.

Il se passa une heure dans le silence jusqu'à ce qu'elle se décide à ouvrir la bouche :

_ Je te déteste.

 

Je m'arrête immédiatement et la regarde dans les yeux :

_ Et alors ? Lui dis-je d'un ton méprisant, pourquoi me rabaches-tu des choses que je sais déjà ?

_ Parce que tu n'as pas l'air de te rendre compte de toutes les horreurs que tu as commises.

_ Comme si je n'étais pas au courant.

Et sans prévenir, elle entra dans une rage folle :

_ Tu as détruit ma maison ! Notre ville ! Tu as tué Maître Tsunade et tout mes amies ! Tu as fais de nouveau disparaître Sasuke ! Tu t'es enfui lâchement après tout ça et tu reviens mine de rien comme si tu croyais que j'allais te pardonner ! Tu as anéanti mes rêves ! A cause de toi, je ne suis plus rien ! Tu as détruit ma vie ! JE TE DETESTE !

C'est à mon tour de m'énerver :

_ Tu crois sans doute que ça me fait plaisir de savoir que Tenten est morte ! Que Shikamaru n'ai pas rouvert les yeux depuis trois ans ! Que je retrouve Hinata obligé de vendre son corps pour survivre ! Que j'ai gâché moi-même mes rêves ! Tu crois peut-être que ça m'enchante que tu me détestes ! Et bien désolé de te décevoir mais tu es très loin du compte !

Elle reprit son souffle et lâcha :

_ Si ça ne tenait qu'à moi, tu serais déjà mort.

Cette phrase me fait tilter, j'écarte alors les bras :

_ Eh bien vas-y ! Tue-moi !

Le silence se poursuit, sans qu'elle ne fasse un geste, je me remet donc en route, dos à elle :

_ En plus, pour ce qui est de Sasuke, que je sache, ce n'est pas moi qui n'ai pas su le retenir la première fois…

A ce moment, j'entends un fin cliquetis...

Un léger sifflement...

Une douleur fulgurante...

Eh merde...

Quelque chose... comme un kunaï planté dans mon dos...

Je m'affale lentement à genoux sur le sol, zut, je la vois s'approcher de moi...

Tout se déforme...

Elle me met un coup de poing avec sa force phénoménale qui m'envoie valser à dix mètres.

Je ne peux plus bouger... il devait y avoir du produit paralysant sur la lame...

Je la vois fouiller dans mes poches, prendre ma carte...

J'ai sommeil...

 

Elle part...

 

 

Dormir...

 

 

Je me réveille en sursaut et constate les dégâts :

Elle m'a piqué ma tente, toutes mes provision, ma carte et quelque shurikens.

Je masse mes membres endoloris et je parviens à me remettre debout.

_ Zut...

J'ai perdu beaucoup de temps, il faut que je me dépêche si je ne veux pas arriver trop tard à la prison.

Je prends ma carte, la vrai, pas celle que j'ai agité sous le nez de Sakura au cas ou elle voudrait agir en solo.

Je prends donc la vraie carte et me remet en route, me maudissant de mon manque de vigilance et riant intérieurement de sa bêtise.

Inutile d'espérer la revoir à Kiri, vue que la destination est complètement opposée  d'une carte à l'autre. Impossible de savoir quand nos chemins se croiseront à nouveaux.

_ Quelle conne.

 

 

Trois heures plus tard. Je la vois enfin, je n'ai eu aucun mal à pénétrer dans le village et encore moins à localiser le bâtiment.

On dirait un château, des miradors, des grands murs gris de plusieurs mètres de haut et un genre de 'donjon » au milieux. Je me suis installé sur une colline à proximité, de là je peux voire à l'intérieure de l'édifice.

Chance !

C'est l'heure de l'appel, tous les prisonniers sont réunis dans la cour. Munis de jumelles, je regarde tour à tour les visages maigres et blafard des prisonniers, il y en a beaucoup, un bon millier je dirais.

De plus j'ai préalablement envoyé derrière les murs un petit micro qui me permet d'entendre les noms des appelés :

_ ...Toyama... Kizaïa... Akira...

5 noms... 10 noms... 20 noms... 40 noms...

Cela durait déjà depuis un bon moment et le doute commençait à s'emparer de moi.

_ ...Monoya... Tokota... Kyzari...

70 noms... 100 noms... 200 noms...

Le soleil est à son zénith, je plains les pauvres bougres obligés de rester debout par cette chaleur.

_ ...Itoni... Edogawa... Hyuuga...

Non !

Je suit avec mes jumelles, dans un geste fébrile, la ligne alphabétique H des prisonniers.

_ Aller, mon dieu... Allez !

Ca y est... je le vois...

Lui aussi il a maigri... lui aussi il est très pâle, comme il l'a toujours été d'ailleurs, mais il est bien là... vivant...

Neji...

 

Galvanisé par la bonne nouvelle, je continus d'écouter avidement les nouveaux appelés, malheureusement, aucun autre nom familier ne m'arrivent aux oreilles et je suis obligé de reconnaître que seul Neji est présent.

Il n'en reste pas moins qu'il est bel et bien vivant et que c'est déjà beaucoup mieux que rien.

Le plus dure reste cependant à faire : le sortir d'ici.

Je décide d'attendre trois jours pour noter les déplacements et les horaires des gardes, j'en profiterai pour établir un plan et me refaire une santé de provision.

Je me demande, amusé, ce que peut bien faire Sakura. A la seule pensée de son nom, la douleur dans mon dos se réveille. Flûte ! Cette blessure, même si elle n'est que superficielle, allait me diminuer dans mes mouvements et mes réflexes.

En tout cas une chose était sûre, les prochains jours ne seront pas de tout repos...

 

 

 

 

 

Au même moment, dans un lieu inconnu :

 

Oui…je suis là…

 

Une ombre marche sur le chemin, elle avance d'un pas hasardeux… et manque de perdre l'équilibre à chacun de ses pas. Son avancé est rythmé par des bruits de métal rouillé.

 

Oui… moi… toujours…

 

Vivant…

Présent…

Encore… toujours…

 

L'être sourit… encore… longtemps… un sourire sale, dérangeant… et, sans prévenir, il éclate de rire, un rire morbide,

 

…  il n'a plus toute sa raison...

Il se met à chanter d'un air macabre :

_ Mouhihihih mon petit démon, je t'ai retrouvé héhéhéhé

   Mon petit démon, je vais t'écraser

Kyahihihihihooohii

   Mon petit renard, je t'ai retrouvé

   Mon petit renard, je vais te saigner

KYAAHAHAHAAHA !!!

 

 

 

 

 

 

Trois jours plus tard...

 

Trois jours se sont écoulés, pour le moment je suis dans un bar (pour changer) et j'attend d'obtenir le dernier renseignement essentiel à la réussite de mon opération : le numéro de cellule de Neji.

Pour ce faire, j'attends le chef des gardes shinobi qui devrait « a priori » connaître cette information.

Justement ! Quand on parle du loup !

Il s'assoit comme à son habitude à la table 3 d'après ce que j'ai pu remarquer durant ma phase d'observation et commande, pareille aux autres jours, un bol de nouilles. Je lui adresse la parole :

_ Ca ne doit pas être facile d'être gardien dans une prison ?

Le gars, d'abord interloqué que je sache qu'il travail à la prison, se rend ensuite compte qu'il porte toujours son uniforme.

_ Il doit falloir des nerfs solide pour faire ce métier ?

Lui, pas modeste pour deux sous, me répond :

_ Oui évidemment, mais le plus dure ce sont certains de nos pensionnaires qui ne tiennent pas en place.

Mon regard brille :

_ Quel genre de prisonnier peut tenir tête à un homme tel que vous ?

_ Eh bien, quelques-uns ont complètement perdu la tête à rester enfermé entre les murs et d'autres énergumènes multiplient les tentatives d'évasion, celui aux yeux blancs est un sacré phénomène.

Bingo !

_ Aux yeux blancs dites-vous ?

_ Oui, au départ on voulait les lui crever mais le directeur à dis que ça l'amusait de le voir essayer de se sauver alors on les lui a laisser.

_ Vous le mettez en zone de haute surveillance ?

_ Oh non, ça c'est pour les vrais tueur ! Les fous sanguinaires ! Lui on l'a  casé dans la zone moyenne, dans la section Nord au troisième étage.

Alléluia ! Quel abruti !

Inutile d'attirer les soupçons, je me contenterai de ça.

_ Eh bien je vous remercie pour vos explications, je suis très heureux d'avoir pus parler à un homme de votre trempe.

_ Mais c'est tout naturel.

_ Au revoir !

Mais quel abruti !

Je sors du bar et me dirige vers la colline, je libèrerai Neji ce soir.

 

 

 

Quelques heures plus tard :

 

Mon plan était assez simple : je rentre en pianotant le code d'identification d'un garde que j'ai piqué, une fois à l'intérieur, je me camoufle avec une technique de dissimulation interdite que j'ai apprise à... mieux vaut ne pas savoir où je l'ai apprise. Je me dirige pénard vers la section Nord au troisième étage en usant si besoin de mon code. Une fois trouvé Neji je le camoufle aussi grâce à ma technique et nous refaisons le chemin inverse.

Bien sûr, à condition que Neji accepte de me suivre puisque c'est de ma faute si il a passé trois ans en prison.

Je soupir un bon coup : après tout, il fera son choix et je verrai au moment.

C'est l'heure !

Je me lève d'un bond et me dirige vers la porte d'entrée.

Si tout se passe bien je ressortirai indemne avec Neji...

Sinon...

 

 

Dans la prison :

 

Jusque là, tout marche au poil, le code est correcte, ma technique marche à merveille et ne me fais utiliser que peut de chakra et je suis arrivé sans encombre dans la fameuse zone moyenne.

Je me mets à regarder dans les cellules par la petite vitre :

... pas celui-là... celui-là non plus... pas celle-là... non... pas ça non plus...

LA !!

J'ai du mal à réprimer un cris de joie en voyant le visage endormit de mon ancien ami.

Une nouvelle utilisation de mon code et la porte s'ouvre dans un petit crissement.

Je m'approche tout doucement de lui et le secoue légèrement. Il finit par ouvrir les yeux et contemple sans comprendre la porte ouverte. Zut, il faut que je retire le camouflage !

J'apparais devant lui, il écarquille les yeux à la limite du possible et me dévisage, il faut se dépêcher avant que quelqu'un n'arrive :

_ Neji…

Il me regarde… il n’a pas l’air tellement surpris… pas tellement.

Je lui tends la main… c’est tout…

  Son regard est indescriptible cependant, après hésitation, il me tend la sienne.

Je la prend… nos regard se croise… en quelques instants, il comprend un peu ce que je suis venu faire ici…

_ Allons-y.

Ca aurait pu se finir là... ça aurait pu... si cette putain d'alarme n'avait pas retenti...

La caméra !

J'ai retiré mon camouflage !

_ Es-tu en état de combattre ?

_ Toujours.

Je lui lance un kunaï.

_ Alors c'est parti !

Les premiers gardes commencent à affluer, nous sommes  parti du côté opposé en courant aussi vite que nous le pouvions, il vaut mieux éviter le combat rapproché dans l'état de Neji.

_ Guide-moi !

_ Par là !

En effet je reconnais peux à peux la direction de la sortie et alors que je m'apprête à défoncer la porte.

_ Attend !

_ Qu'est-ce qu'il y a ?

Il me lance un regard qui signifie : Tu n'oublies pas quelque chose ?

Inquiet, je lui demande :

_ Pourquoi t'arrêtes tu ?

_ Alors tu n'es pas au courant…

_ Au courant de quoi ?

_ Il est là aussi !

_ Qui ?

_ Le type au Sharingan.

 

_Quoi ?!

Instinctivement je pense à Sasuke, mais...

_ Pas Sasuke, l'autre, dit il comme si il avait lu dans mes pensées.

_ Quoi ?!

Cette fois, je pense à Itachi, mais inexplicablement, j'ai un doute :

_ Sois plus précis, dis-moi quelque chose !

_ Je ne me souviens plus de son nom mais... je crois me souvenir qu'il n'en avait qu'un, oui ! Il n'avait qu'un seul Sharingan !

Impossible !

 

 

… un seul Sharingan...

 

Maître Kakashi...

 

 

Je suis scié :

_ De quoi tu parles ! C'est impossible, je vous ai vu dans l'enceinte, il n'y était pas !

_ Il a été placé en zone de haute surveillance, ces prisonniers restent constamment dans leur cellule.

_ Eh merde !

La situation échappe totalement à mon contrôle, je sais par des rumeurs que la zone de haute surveillance se trouve aux sous-sols mais pour y accéder il faut passer à travers les dizaines de ninjas qui commencent à affluer et dans l'état de Neji...

_ Il va falloir foncer dans le tas, tu te sens comment ?

_ Assez bien pour leur faire payer ce qu'ils m'ont fait endurer…

_ Alors on y va.

Je cours aussi vite que je peux, un kunaï dans chaque main, et tranche toutes les têtes à portée de mon bras (un bon paquet), Neji me suit tant bien que mal, usant des pieds et des mains pour se frayer un passage dans cette marrée humaine.

_ ZUT !

Une énorme porte nous bloque le passage alors que nous avons partiellement semé nos poursuivants.

Plus le choix désormais...

_ Neji ! Couvre-moi !

Il acquiesce et je me prépare. Ca faisait longtemps que je n'avais pas utilisé cette technique alors la préparation me prend un peu de temps... trop de temps, Neji est assailli de toute part et ne va plus pouvoir les retenir bien longtemps.

Ca y est ! Je vise et...

_ RASENGAN !

La porte vole en éclat dans un bruit infernal tandis que je hurle au Hyuuga de me rejoindre. Celui-ci accoure avec une vingtaine d'ennemis à ses trousses. Je lance derrière moi quelques shurikens sans me retourner et nous finissons par arriver dans un long couloir comportant des dizaines de cellules sur les côtés.

_ Neji ! Vas voir !

J'en profite pour créer un nouveau Rasengan pour faire voler les ninjas collants. Une fois fait je me dépêche de rejoindre Neji, nous n'avons plus beaucoup de temps. J'en profite pour jeter un œil aux détenus : la plupart sont maintenu immobile par d'étranges machines, d'autres ont été carrément amputés.

_ Il est là !

J'accoure aussi vite que je peux et me retrouve devant la cellule où est inscris « Kakashi Hatake criminelle de classe S », Je cris :

_ Kakashi ! C'est nous, vous nous entendez ?!

Dans les ténèbres de la cellule, je vois une ombre bouger, elle se dirige vers nous.

_ Tiens…ça faisait longtemps…

Je réprime un cris de surprise et constate avec horreur ce qu'est devenu mon ancien maître :

D'abord, un trous béant à la place de son Sharingan, ils ont du le juger dangereux et lui ont enlevé, ou encore pour faire des recherches dessus. Ensuite... qu'est-ce qu'il a maigri ! Le Kakashi bien portant que je connaissais n'est plus qu'un sac d'os et je peux lire sur son unique œil l'état de faiblesse auquel il a été réduit. La seule chose qui n'a pas changé (et c'est bien dommage) c'est son bandeau qui lui couvre la moitié du visage.

_ Quel bon vent vous amène ?

Avec un certain soulagement je constate qu'il a gardé son air dégagé et son sang-froid d'antan.

_ On va vous sortir d'ici.

_ Ca c'est une riche idée, il y a cependant un petit inconvénient.

 Il nous montre alors une énorme paire de menotte sûrement destinée à l'empêché de d'utiliser le Chidori.

_ Pas de problème, dit Neji en montrant un trousseau de clé volé à un garde.

Nous lui enlevons rapidement ses entraves et lui ouvrons sa cellule.

Et alors que nous allions sortir...

_ Vous n'irez pas plus loin.

Un homme seul se tient devant nous avec un horrible sourire sur les lèvres. Ses vêtements sont caractéristiques des…

_ Tient ! Maître Mizukage, c'est sympa de passer nous voir, répondit Kakashi.

Ainsi, il était le fameux Mizukage de Kiri.

_ Alors ? Vous ne vous plaisez pas ici ? Vous voulez nous quitter ?

_ L'éclairage laisse à désirer, rétorque Kakashi de son air dégagé.

_ Et la bouffe est infecte, continu Neji.

_ Oh vraiment ?

Une fraction de seconde plus tard, Neji pare de très peu le Mizukage qui vient de lui donner un coup de poing fulgurant.

_ Petit merdeux.

Kakashi tente de le prendre à revers avec un coup de pied mais il est aisément contré… tous devenus si faibles…

Il se tourne alors vers moi et... se mange un Rasengan de ma fabrication qui lui fait traverser le plafond jusqu'à la lumière du jour.

Il se reprend rapidement mais pas assez pour éviter un coup de point de ma part.

Alors que je tente d'enchaîner, il attrape mes mains et m'envoie valser dans une maison à proximité. Il fonce sur moi avec la ferme intention d'en finir mais...

Il s'arrête brusquement en me voyant émerger des débris : une épaisse aura rouge me recouvre le corps.

_Je vais à nouveau avoir besoin de toi, « lui » dis-je.

Ma voix est devenue très grave. Le Mizukage semble complètement paniqué… il vient sans doute de comprendre… l’idiot…

_ Toi... c'est... c'est toi ! Toi qui a détruit Konoha ! Hein ! C'est toi !

Quelque chose... ne va pas...

Oh non... ça recommence... je perd le contrôle...

 

 

 

 

 Une galerie… une cellule…

Ma tête… mon esprit…

Je me retrouve devant la source du problème : le démon renard à 9 queue scellé dans mon corps :

_ Arrête ! Calme-toi !

_ Ca fait trop longtemps que je suis inactif, de plus il nous a provoqué et a fait du mal à tes amis.

_ Tu te cherches des excuses ! Tu pourrais ne pas te contrôler... tu... tu pourrais détruire ce village !

_ Tu ne me fais pas confiance ?

_ Je suis inquiet c'est tout !

_ Non... tu as peur.

_ Je ne veux pas que tu fasse d'erreur ! Tu sais ce qui s'est passé il y a trois ans !

_ Justement non, je suis comme toi ! Moi non plus je n'ai aucun souvenir.

_ Alors épargnons-le, tu vois bien qu'il est pétrifié.

_ Je fais souvent se genre d'effet.

_ … Vantard.

_ Qu’est-ce que tu as dit ?

_ Alors c'est d'accord ?

_ Bon... très bien... mais le prochain qui nous menace, je veux l'écarteler de mes propres griffes.

_ ...

_ Promet-le !

_ D'accord.

_ Une dernière chose... assure-toi quand même qu'il ne nous cause plus trop de problème.

_ Ca marche.

 

 

L'aura rouge est toujours présente autour de moi mais Kyuubi ne tente plus de sortir, je vais pouvoir en finir...

_ KAGE BUSHIN NO JUTSUS !

Un clone de moi-même apparaît et nous commençons à réunir du Chakra dans nos mains. Le Mizukage est toujours dans un état second et ne semble pas pouvoir bouger d'un millimètre, c'est le moment...

_ Prend ça ! OODAMA RASENGAN !!

Je m'arrange pour qu'il ne se prenne pas l'attaque de plein fouet mais assez quand même pour qu'il tombe dans les vapes, ce qu'il fait d'ailleurs.

_ Pas mal du tout.

Kakashi, épaulé par Neji, m'ont rejoins.

_ On ferait bien d'y aller si on ne veut pas voir tout les autres ninjas du village rappliquer.

_ Ok

Nous nous dirigeons rapidement vers la sortie du village pour partir aussi vite que possible du territoire du pays de Kiri.

Malgré la fatigue évidente de mes deux compagnons, nous avancions à une bonne allure lorsque soudain, Kakashi s'arrête brusquement pour me faire face :

_ Bien ! Maintenant que nous avons mis un peu de distance entre eux et nous, nous allons pouvoir discuter.

Je suis un peu étonné :

_ Discuter de quoi ?

_ Haha ! Sacré Naruto, laisse-moi te résumer la situation : Il y a trois ans, le démon renard brisait le sceau et détruisait Konoha...

… et je n’en étais même pas certain…

_ ... Neji et moi nous sommes fait prisonnier et tu reviens trois ans plus tard, si je puis dire « du jour au lendemain », nous sortir du guêpier sans autres explications et sans nous dire notre destination. Alors comprend-nous : nous sommes un peu perdu.

Je souris :

_ J'aimerais avant tout vous posez une question.

_ Hmm ?

_ Dites-moi... racontez-moi ce dont vous vous souvenez et ce qui aurait pu me pousser à perdre mes moyens, je n'en ai plus le souvenir.

Neji parut pensif un instant, puis finit par dire :

_ Si je me souviens bien...

 

 

 

3 ans plus tôt :

 

La bataille avait commencé depuis un bon moment et les dégâts étaient considérables, Neji avait été séparé de ses amis par l'effondrement du palais de l'Hokage et il devenait extrêmement difficile de circuler entre les ninjas agités et les passants paniqués. Soudainement, une explosion provoqua l'éboulement d'un toit juste à côté de Neji, il était trop tard pour lui pour esquiver. Mais Kakashi avait surgit à cet instant et l'avait sauvé de l'écrasement.

_ Mais qu'est-ce qu'il se passe ici !

_ J'aimerais bien le savoir.

C'est à ce moment précis qu'avait retentis l'ultime détonation sonnant le glas pour Konoha.

Une onde de choc dont le point d'origine se situait plus à l'Est dévastait absolument tout sur son passage, Kakashi et Neji parvinrent in extremis à ne pas se faire couper en deux mais peu après, un silence de mort avait fait place aux cris et aux hurlements.

Neji regardait autour de lui… mais plus rien ne semblait vivant…

Kakashi fronça les sourcils… mais c’était trop tard…

Inéluctablement, Les deux ninjas s'affalèrent et commencèrent à plonger dans un profond sommeil...

Neji parvint à ouvrir à nouveau les yeux quelques secondes pour entrapercevoir les ninjas de Kiri qui avançaient vers eux...

Après... tout est noir...

 

 

 

_ Je me suis réveillé dans ma cellule dans la prison, j'avais dormi 3 jours, termina Neji.

Je réfléchis un instant, bizarrement, quelque chose clochait...

_ Et toi ?

Je revient à l'instant présent et leur explique ma version des faits : mon réveille, ma fuite, mon errance en quête de réponse, mon arrivé à Suna, dans ce bar, je passe sous silence mes penchant pour le suicide et bien sûr, ma rencontre :

_ C'est là que j'ai revus les filles.

Neji tilt et demande nerveusement :

_ Elles étaient toute là ?

J'hésite à lui répondre mais après tout il finira par savoir :

_ Non... il en manquait une...

_ Qui ?... Qui ?!

Je le sens au bord de la crise de nerf.

_ Tenten... elle n'a pas survécu...

Un court silence…

Neji cligne des yeux… plusieurs fois… et sans prévenir, il s'effondre, totalement abattu par la nouvelle.

_ Si je te suis bien, Sakura, Inô et Hinata sont vivantes et en sûreté ? Demande Kakashi.

Neji se relève brutalement à l'entente de Hinata, il paraît au moins soulagé pour elle.

_ Oui... mais pour Sakura... c'est un peu compliqué.

Je lui raconte brièvement la façon dont elle m'a faussé compagnie et sa détermination à retrouver Sasuke.

_ Je vois, répond-t-il simplement.

_ D'après ce que vous m'avez dit et ce que m'ont raconté les filles voila ce que je peux en déduire : le combat à duré en moyenne entre 2 et 3 heures, ensuite Kyuubi à brisé le lien et à effectué une attaque surpuissante qui à libéré une onde de choc qui a rasé tout le village, mais ce que je ne m'explique pas c'est que tout le monde se soit évanoui après ça.

_ En effet c'est bizarre.

Un silence tombe. Je me décide à reprendre la parole :

_ Ca va peut-être vous paraître osé mais... je veux que vous alliez à Suna. J'ai l'appui de Gaara pour accueillir les survivants et vous pourrez reprendre des forces.

_ Tu ne viens pas avec nous ?

_... non…

Un nouveau silence… Kakashi…

Lui qui me connaissait si bien… peut-être avait-il comprit…

_ Je vais chercher les autres.

Ils voudraient ajouter quelque chose… mais ils ne s’y résoudent pas…

Neji est nerveux…

_ Acceptez-vous d'aller à Suna et de me laisser faire ?

Kakashi répond calmement :

_ Naruto... j'ai toujours eu confiance en toi et ce n'est pas maintenant que ça va changer, fait comme tu le sens… tu as ma bénédiction.

Je vois bien que Neji n'est pas très enclin à coopérer, je le comprends, mais c'est mieux comme ça.

_ J'ai failli à ma promesse, je n'ai pas réussi à la protéger.

Il parle d’Hinata… sans le moindre doute…

_ Moi aussi je n'ai pas réussi à tenir une promesse, cependant aujourd'hui… je vais essayer de réparer tout ce que je pourrais, et je crois que c'est ce que tu devrais faire.

Son expression… même si elle  ne change pas… elle semble plus… comment dire…

Libre ?

 

_ Oui... tu as raison...

Son visage reprend son aspect habituel :

_ Naruto, je compte sur toi pour retrouver nos amis disparus.

_ J'essayerais… d'en être digne.

_ Hey, les jeunes ! On ferait bien de se mettre en route, Suna n'est pas la porte à côté !

_ Je vous accompagne à la prochaine auberge et de là je vous quitte.

_ Où comptes-tu aller ensuite.

Je reste songeur, pensant à toutes les éventualités :

_ Eh bien, le pays le plus proche... Oto... je vais à Oto.

_ Tu ne risques pas de recevoir un bon accueil.

_ Pff.

_ Alors c'est partie ! Lança joyeusement Kakashi.

_ Maître... votre œil ?

_ Bah, je m'en ferais greffer un autre, et puis j'ai toujours le Chidori.

_ Oui.

Intérieurement, j'étais fout de joie, je venais de me prouver à moi-même qu'il y avait quelque chose de bien que je pouvais faire...

 

La suite… ne dépendait plus que de ça…

 

 

jill

 

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales