Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Insurrections
    ImaJn'ère
    Nb de signes : 22 500 - 27 500 sec
    Genre : policier - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Fantasy humoristique
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : humour - fantasy
    Délai de soumission : 20/12/2019
  • Livres Oubliés
    Aeternam AS Éditions
    Nb de signes : 200 000 - 800 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique
    Délai de soumission : 31/12/2019
  • Premier catalogue
    Edition Fictum
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 09/09/2019
  • L'effondrement
    Réticule
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2019
  • Nouvelles imaginaires
    L'Arlésienne
    Nb de signes : 6 000 - 45 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - policier - thriller - anticipation - humour - imaginaire - parodie
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Nouvelles ères
    Livr'S Éditions
    Nb de signes : 60 000 - 210 000 sec
    Genre : science-fiction - dystopie
    Délai de soumission : 01/12/2019
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 700 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 28/02/2020
  • Un verre de Vin Jaune
    Editions Aréopage
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2019
  • Banquet
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 18/09/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Montre moi ce qu'est l'enfer, je te montrerai ce qu'est la misére Auteur: hina-uzu Vue: 3511
[Publiée le: 2010-08-28]    [Mise à Jour: 2011-08-31]
13+  Signaler Général/Tragédie Commentaires : 5
Description:
L'histoire est principalement centrée sur Naruto ET Hinata, mais il y a également la présence d'un SasuxIno.


Hinata Hyuuga a été, très jeune,reniée par sa famille.
Aujourd'hui, a 18 ans, elle se prostitue pour pouvoir répondre a ses besoins mais surtout a ceux de sa soeur cadette, Hanabi qui a décidé de vivre avec elle à la mort de leurs parents.



Aprés avoir vécu de nombreuses années avec son petit frére, Konohamaru, dans un orphelinat, Naruto et celui-ci furent adoptés par Iruka. Malheureusement celui-ci ne touche pas assez d'argent pour subvenir a leur besoin. Naruto devient donc un trafiquant de drogue pour pouvoir aider son tuteur dans ses depenses.

Mais ce que Naruto ne sait pas, c'est qu'il est un enfant... spécial et convoité.

Tout les deux ont un point un commun : Ils se sacrifient pour le bien de leur famille.


C'est un Univers Alternatif
Naruto est OOC.

EDIT: Mise à jour des chapitres, ajout de textes/dialogues etc.. (chapitre 1: + 300 mots)
Crédits:
Tout les personnages utilisés sont la propriété de Masashi Kishimoto.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Naruto le dragueur.

[3467 mots]
Publié le: 2011-06-08
Mis à Jour: 2011-08-28
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Chapitre 4 en ligne. Désolée de l'attente ^^
Je le trouve bof, a vous de me dire ce qui va et ce qui ne va pas. Merci.

Dehors, le soleil avait laissé place à la lune depuis quelques heures déjà. Quelques rayons filtraient à travers les rideaux sobres qui cachaient l'intérieure de la chambre. Une chambre peu meublée : une armoire, une table de chevet et enfin, un lit. Si quelqu'un avait été présent, il aurait certainement affirmé que dans ce lit dormaient deux amants après un long débat passionné, mais en réalité, il en était tout autre. Ou du moins, il n'était pas question de deux amants mais seulement d'une femme aux longs cheveux bleutés et un homme à la crinière rousse. C'était loin d'être un couple, ce n'étaient qu'une « prostituée » et un client. Son seul client.
 
  
Une scène courante. Habituelle.
 
 
 
 
Lorsqu'Hinata rouvrit les yeux pour la énième fois de la soirée, son compagnon sommeillait encore. Soulagement. Elle eut un rictus de dégoût. Elle était une fois de plus dégoutée. Elle se dégoutait.

Elle souffla, puis s'assit sur le côté du lit.

Elle en avait marre. Ce « métier », elle n'en pouvait plus. Malheureusement, elle ne pouvait faire autrement. Sa sœur était tout ce qu'elle avait et elle ferait tout pour la rendre heureuse, quitte à devoir se sacrifier : ce qu'elle faisait d'ailleurs. Elle n'avait trouvé aucun travail, il n'y avait rien. Elle ne pouvait travailler dans les alentours, elle n'avait pas de voiture et Konoha était trop pauvre pour pouvoir assurer des services publics. Les villes les plus proches étaient autant touchées par le chômage que Konoha. Non, elle ne pouvait faire autrement.

Auparavant, alors qu'elle ne travaillait pas encore, sa sœur et elles dormaient dans les quelques logements sociaux dont le village disposait. La nuit elles y dormaient quand il y restait de la place – le cas échéant elles dormaient dehors- et la journée elles désembuaient dans les rues à la recherche de travail et faisaient la manche. Elles n'étaient pas les seules, les rues étaient bondées de ces personnes. Le chômage et la souffrance étaient inévitables ici. C'était malheureusement le quotidien de beaucoup d'habitants.
 
 

Elles ne pouvaient plus vivre comme cela : faire la manche pour se nourrir, dormir dehors sous le froid et la peur, demander de l'aide pour manger. Ce mode de vie était devenu invivable, surtout pour des jeunes filles impuissantes face aux gens mal intentionnés et à la puissance politique. Elle en avait voulu à ses parents au début, maintenant elle les haïssait. Ils étaient peut être morts, mais elle les détestait par delà la tombe. Elle qui n'avait rien fait s'était faite jetée de chez elle à cause de sa gentillesse, de sa naïveté et surtout a cause de sa faiblesse et son incapacité à diriger une multinationale avec une telle influence. Elle avait été jugé trop faible, avait même été qualifié de « ratée ».  Quelques fois, elle aurait souhaitée que sa petite sœur soit restée chez leurs parents qui leurs restaient, elle aurait était plus... Heureuse ? 
Non, ça n'aurait pas été le cas, elle le savait. L'argent ne faisait pas le bonheur, elle aurait continuée à vivre dans le luxe que lui offrait la famille Hyuga mais il lui aurait manqué quelque. Quelque chose qui se nommait Hinata. Alors elle avait pris sa décision, a 13 ans, elle était partie d'elle-même, elle était jeune mais responsable: elle savait ce qu'elle faisait. Aujourd'hui, on pourrait dire qu'elle était heureuse. Seule avec sa sœur, sans famille, mais bien « heureuse ».
 
 
Ainsi pour elle et pour pouvoir subvenir à leurs besoins, Hinata vendait ses charmes.
Par chance, si on pouvait dire cela, elle se nommait Hinata Hyuuga : fille de Hiashi Hyuuga, fondateur de l'une des plus grosses entreprises du monde. De ce fait, dés son « arrivée » elle fut monopolisée par Pain, dont elle ne savait rien. Elle n'en sait pas plus aujourd'hui.

Tout ce qu'elle savait c'était qu'aucune autre personne mis à part Pain n'avait le droit de la toucher, décret du patron Orochimaru. Certainement pour le récompenser de quelque chose, ou alors pour une autre raison qu'elle ne connaissait pas. 

A dix-huit ans, Hinata avait vendu son âme au diable. Oui, diable était l'adjectif qui convenait le mieux à cet homme abjecte et terrifiant. De longs cheveux ténèbres, des yeux de reptiles renforcés par une peau malade. Pâle comme celle d'un mort. C'est chez lui qu'Hinata travaillait tout les soirs, cachant à tout le monde ce travail, de honte, de peur ? Une personne dont le comportement immoral et pédophile la dégoutait. Elle pouvait regretter de faire ce métier, mais il ne laisserait jamais partir sa petite perle. Elle était prisonnière de cet homme, prisonnière de ses choix.

Voyant l'heure : vingt trois heures six, la Hyuga ramassa ses affaires éparpillées sur le sol et sortit imperceptiblement faisant attention à ne pas réveiller l'homme pour éviter d'être « invitée » à dormir ici pour la nuit.
Cet après midi elle avait promis à Hanabi qu'elles iraient faire un tour ensemble après les cours le lendemain. Cela signifiait surtout faire les magasins.

Hanabi n'était pas superficielle, elle ne donnait juste l'impression. De taille moyenne, longue chevelure brune, des yeux aussi adorables que ceux de sa sœur. Elle était belle, elle le savait mais n'en profitait pas, tout comme sa sœur elle avait des valeurs, quoiqu'en voyant cette dernière on pourrait penser qu'elle les avait perdues, et elle les respecterait. Mais, elle était collégienne. Le collège était le lieu de prédilection des adolescents qui dissimulaient leur vrai visage. De beaux habits, des marques populaires, les plus belles chaussures, les bijoux tendances, tout était bon à porter pour se donner une image différente de la réalité. Elles faisaient comme les autres pour ne pas être exclue de la société et de ses normes. Paraître différentes pour se sentir « conforme » et accepté dans cette saleté de société japonaise. Même les filles des quartiers défavorisés.

Surtout celles des quartiers défavorisés...

Nous sommes au XXIème siècle, le temps a passé, les gens ont changés, la société a évoluée. Une évolution tragique.

Hanabi était comme ces filles concernant la superficialité, enfin c'est ce qu'elle avait décidé de montrer au collège, car en réalité elle n'avait pas la même mentalité. Elle savait comment réagir, elle savait ce qu'elle était et quel était son but. Elle savait ce qu'elle aimait, elle savait que malgré les apparences elle était différente des autres. Non pas parce qu'elle portait le nom de Hyuuga mais parce qu'elle avait vécu assez de choses pour ne pas s'arrêter à un points aussi puéril que son apparence aux yeux des autres. Ils étaient peut-être tous pauvres mais tout le monde n'avait pas traversé Tokyo et ses routes afin de retrouver sa sœur. Tout le monde n'avait pas dormis dehors dans des quartiers mal fréquentés.  Elle tenait surement cette façon de penser de sa sœur, elles étaient pareilles. En 14 ans d'existence elle avait connu richesse et pauvreté, et ces deux mondes ne faisaient chacun pas de cadeau. La vie était dur aussi bien en étant aisé qu'en étant destitué.

Mais l'adolescente pensait que l'argent qu'elle utilisait pour pouvoir s'acheter les derniers vêtements a la mode, elle l'avait vraiment. Elle ne savait pas ce que faisait sa sœur pour pouvoir toucher une « paie » à la fin du mois. Elle, d'après ce que lui avait raconté sa sœur, croyait que son ainée travaillait comme serveuse jusqu'à tard le soir.
 
   
 
*
La rue dans laquelle avançait Hinata était déserte en cette fraiche soirée d'automne. Quelques feuilles jonchant le sol étaient dérangées par un fin souffle silencieux. Ces mêmes feuilles qui atterrissaient parfois devant elle venant intervertir dans sa marche droite et timide. Sa courte jupe ébène épousait de façon délicate ses courbes non pas parfaites mais attirantes aux regards des hommes. Elle se balançait aux grès des mouvements de l'adolescente sans gêner sa marche discrète. Cette petite route, elle avait pris l'habitude de l'emprunter depuis le début de son travail.

En voiture pour l'allée, à pied pour le retour.

De nature timide et effacée, sa vie n'était emplie que de scolarité et d'amour, fraternel ou charnel selon les personnes. Elle en avait honte mais ne pouvait faire autrement. Elle rêvait de rencontrer un homme qui l'aimerait pour ce qu'elle était et non pas pour son corps, aussi magnifique soit-il. Un homme tendre, affectueux et un brin mystérieux : tout son contraire. Hinata aimait ce genre d'hommes : ceux qui cachaient leurs sentiments derrière un masque mais qui pourtant n'avaient qu'un seul réel désir : être aimé. Un peu comme elle. Quelqu'un qui cachait sa vie sous d'éternels sourires et des éclats de rire trop fréquents pour une personne qui souffrait beaucoup intérieurement. Et, comme elle le prévoyait : tous n'y voyaient que du feu ou étaient trop hypocrites pour oser demander ce qu'il ne allait pas.

En continuant de marcher elle vit, garée sur le trottoir opposé devant un petit bâtiment, une voiture à la couleur sombre, défoncée sur la portière coté passager. Des rayures trônant sur la carrosserie toute entière. Elle entendit des voix parfois élevées mais n'y prêta pas attention jusqu'à ce qu'un jeune homme sorte de l'immeuble, seul. Il arrêta sa démarche en l'apercevant sur le trottoir opposé. Il la détailla sans gène, en la faisant ainsi rougir. Elle ne rougit pas seulement à cause du regard ardent qui se mouvait sur elle mais parce qu'à cet instant, elle le trouvait beau.

Tout comme le sien, son visage n'était éclairé que par la faible lumière projetée par le lampadaire de la rue, à quelques mètres d'eux. Ils se regardaient, se détaillant toujours plus. Le faible éclairage ne leur permettait pas d'apercevoir leurs yeux et les détails de leurs visages. De ce fait, Naruto ne savait pas que la personne en face de lui était celle qu'il recherchait depuis quelques heures plus tôt.

Trop timide pour en supporter plus, Hinata baissa le regard et reprit sa marche qui se fut plus pressée. Hanabi devait dormir à cette heure ci mais elle ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter. Elle était sa sœur ainée après tout. La peur qu'un événement imprévu arrive était omniprésente. Hinata n'aurait pas supportée de perdre l'une des deux seules personnes auxquelles elle tenait, la deuxième étant depuis peu Ino. Mais l'inquiétude pour sa sœur n'était pas la seule raison pour laquelle elle pressait le pas. L'homme, ou plutôt le jeune homme en face d'elle la déstabilisait. Elle se sentait défaillir sous le regard ardent de ce bel inconnu et ca, elle ne pouvait y croire.

Vingt trois heures vingt sept. Naruto, avançant aussi, la trouvant mignonne, décida de l'aborder, pour ainsi, il l'espérait, finir dans l'hôtel au bout de la rue.

Le jeune Uzumaki traversa donc la route pour se rendre sur le même trottoir que la brune qui n'arrêta pas sa démarche. Les rougeurs disparues plus tôt sur les joues de la Hyuuga revinrent automatiquement à la vu de cet homme aussi prés d'elle. Elle n'osa pas pour autant le regarder alors que Naruto la dévisagea sans gêne. Hinata, qui n'avait de cesse de se poser des questions intérieures, lança un regard furtif et dissimulé à son voisin, pensa qu'il ne le remarquerait pas. Il le remarqua et dissimula un sourire avant d'entamer la conversation, se disant qu'il avait assez attendu. Et en effet, il ne gêna pas:

- Salut. Tu sais que ce n'est pas prudent de trainer seule en pleine nuit, si tu veux je te raccompagne. Sourit le blond d'une façon séductrice.

La Hyuuga mit un temps à réaliser qu'il lui parlait et un autre à oser répondre. Cependant, aucun mot ne fut prononcé. Il n'en démordit pas pour autant.
 
  
  
 
- Est-ce que je peux connaitre le prénom de cette jolie demoiselle assez courageuse pour se promener seule en pleine nuit ? Tenta Naruto.

- Euh... c'est Hina...Hinata. Je ne me promène pas. Rajouta-t-elle d'une petite voix.

Son seul désir étant d'assouvir ses envies, Naruto ne fit pas le rapprochement avec Hinata Hyuuga.

- Tu ne te promenais pas ? Qu'est-ce que tu faisais alors ?
   

La brune le trouvait curieux. Un peu trop curieux. Elle tourna la tête au coté opposé au blond pour lui montrer qu'elle ne désirait pas répondre.
 
  
- Désolé, je suis curieux je sais. Il se gratta l'arrière du crane, peut être était-il sérieux ?
 
  
Hinata sourit. Elle te trouvait adorable dans cette posture, mais se repris bien vite. Cet homme la draguait, elle n'était pas ce genre de fille à tomber dans les bras d'un inconnu après deux ou trois compliments.
 
  
- Mais j'étais sérieux, tu sais.
  
 
La brune fronça ses sourcils en signe d'incompréhension. Elle osa enfin le regarder. «  Tu étais sérieux ? Quand ? »
 
  
- Eh bien, tout à l'heure quand je disais que tu étais jolie. 

Elle rougit instinctivement. Lui, sourit. Décidemment cette séance de drague était vraiment passionnante. Elle l'amusait beaucoup avec son air timide. Il avait envie de rire quand il voyait qu'elle ne comprenait pas ce qu'il lui disait, comme tout de suite. Elle captait son attention sans faire grand chose et rare était qu'une femme réussisse cet exploit.
 
 
- On te l'a déjà dit ?
- Euh.. Quelques fois. Elle avait honte de répondre cela, mais c'était la vérité.

Ses rougeurs déjà intenses s'accentuèrent encore plus. 

- N'aie pas de honte à le dire. Ça ne m'étonne pas. Vraiment.

Il la reluqua de façon arrogante et quelque peu perverse, gênant ainsi encore plus la brune. « Faites qu'il arrête. » Elle fit une petite mine coléreuse que son interlocuteur qualifia de « mignonne ». Il comprit qu'elle ne désirait pas se faire lorgner de cette façon. Avec les mots qu'il avait prononcés plus tôt, elle devait vraiment le prendre pour un pervers.

-Ne t'énerve pas. Je dis ça mais je ne dis rien. Désolé. Il lui sourit en signe d'excuse. Un magnifique sourire que même Hinata ne pouvait ignorer. Elle fit son possible pour ne pas rougir une fois de plus et lui montrer ainsi qu'il lui faisait de l'effet.
 
  
- Tu sais, cette rue n'est pas vraiment un lieu fréquentable, surtout pour des filles... C'est surtout qu'elles pourraient tomber sur ces abrutis d'Hidan et Kakuzu, on sait jamais ce qu'ils pourraient faire, pensa t-il.
-Je sais bien, mais je rentrai chez moi. Il n'y a que ce chemin. Lui répondit-elle en regardant au sol.
 
 
Hinata aperçut enfin son immeuble. Elle allait pouvoir sortir des griffes de son prédateur quoiqu'elle le trouvait gentilhomme maintenant qu'il ne la reluquait plus comme un pervers.  Elle en informa Naruto, gênée, et lui fit une courbette en signe d'au revoir.  Elle se pressa d'entrer dans l'HLM  délabré pour ne pas qu'il l'empêche de rentrer..  Celui-ci resta là, surpris et dépité de devoir finir sa soirée seule, sa nuit allait être un peu trop platonique à son goût... L'hôtel servira une prochaine fois peut-être. Ou peut être pas. Il décida de rentrer chez lui aussi, il devait donner l'argent de la journée à Iruka qui en avait beaucoup plus besoin que lui.
 
 
 
*
Quelques minutes plus tôt à Oto, deux hommes discutaient. L'un était assis et l'autre debout lui faisait face.
 
 
- Du nouveau ? Demanda celui qui possédait une longue chevelure ébène.
- Non, maître. Nous faisons notre possible mais il est tard et la police rode.
- Nous finirons bien par le retrouver, demain peut-être, d'autant plus qu'il ne sait pas que nous le recherchons. Il faut le retrouver au plus vite puisqu'on ne sait pas ce qui pourrait ce passer avec les gênes du démon. 
- Mais maître, cela fait quand même plus de 10 ans que vous avez fait ces expériences.
- Tais-toi ! Je sais très bien tout ça mais sache que les effets peuvent se produire deux jours après comme 15 ans après ! Rétorqua l'homme qui ressemblait bizarrement à un serpent. Et apparemment rien ne s'est encore passé. Il faut absolument que nous le retrouvons avant qu'il ne se rende compte de ce qu'il a reçu. 
- Excusez-moi, s'excusa son second aux cheveux grisâtres se courbant légèrement pour accentuer sa demande.
- Bien, allons dormir, nous continuerons demain. Les filles ont besoin d'intimités, dit-il un sourire débauché aux lèvres.

Les deux rirent d'une façon assez mauvaise, qui n'étonnait pas de la part de ces deux sinistres individus, puis partirent dans leur chambre respective en attendant le lendemain.
 

*
Un bruit gras se fit entendre, la jeune fille couchée sur un vieux canapé qui regardait la télé ne s'en préoccupa pas sachant pertinemment qui entrait.
La porte se referma et laissa résonner le son de chaussures que l'on déchausse puis range dans un petit placard. Cette personne se rendit ensuite dans le salon qui n'était seulement meublé par une petite télé, une vielle armoire sur le coté de la pièce et une toute aussi vieille table basse séparant la télé du canapé dans lequel était couchée une jeune fille plus jeune qu' Hinata.

L'ainée Hyuuga reconnut sa sœur qui se brûlait les yeux à regarder la télé à une heure aussi tardive. Le genre de film à l'eau de rose où le mauvais garçon  rencontre la fille qui le fera changer : le genre de film dégoulinants d'amour impossible à regarder pour Hinata mais pas pour Hanabi ; Peut-être parce qu'Hinata, n'arrive pas à croire en l'amour véritable. Car elle ne l'avait connu.
 
 
 
D'ailleurs la plus jeune, en apercevant son ainée se leva et vint à sa rencontre. Elles étaient âgées de dix-huit et quatorze ans et pourtant leur différence de taille n'était pas énorme. Hinata était petite et sa sœur la rattraperait bientôt. On pouvait voir dans cet échange visuel le  réel lien fraternel les liait. Complicités et chamailleries, tout y passait pour montrer la force des liens qu'elles avaient, bien que l'une le prouve plus que l'autre.

- Tu ne dors pas ?
- Non, je t'attendais. Sourit la cadette. J'avais peur que tu oublies pour demain et puis, continua-t-elle en souriant, il y a un film avec Johnny Depp à la télé ! Johnny Depp ! Finit-t-elle par lâcher les yeux pétillant. Elle courut s'asseoir dans son canapé qu'elle avait quitté.

La plus grande souffla montrant ainsi son exaspération face a la fan attitude de sa sœur. Elle s'approcha du salon et lui répondit :
 
 
 
Hanabi, dit-elle d'un ton qui pouvait paraitre désespéré, il est tard. Demain, tu te lèves tôt, et ne me dis pas le contraire, continua-t-elle voyant que sa sœur allait répliquer. Tu ne penses pas que l'école c'est plus important qu'un simple film ? Finit-elle par dire sans aucune once d'énervement. Sa timidité disparaissait complètement lorsqu'elle était seule avec Hanabi. Et elle diminuait lorsque celle-ci se tenait à ses cotés, même si d'autres personnes étaient avec elles. Mais en réalité sa timidité se montrait surtout auprès des hommes, pour on ne sait quelle raison.

Sa sœur se renfrogna.

- Tu parles comme s'il s'agissait d'un truc super important qui pourrait mettre ma vie en péril. Ce n'est qu'un film, il n'est que... minuit. Se rendit-elle compte. En plus j'allais dormir ! Se rattrapa-t-elle, gênée.

Hanabi attendit que sa sœur baisse sa garde pour souffler :

- Après que le film soit fini...

- On verra bien demain quand t'arriveras pas à te réveiller. Moi je vais me coucher, bonne nuit.

Elle fit quelques pas.

- Bonne nuit et n'oublies pas que demain tu on va faire les magasins. S'écria Hanabi afin que sa sœur l'entende.

- Je n'ai pas oublié. A demain.

Elle continua à aller dans sa modeste chambre, se changea et se blottit dans son lit sans avoir parlé de sa rencontre tardive avec un beau blond à sa petite sœur, qui était pourtant l'une de ses seules confidentes.

Commentaire de l'auteur Voila. Qu'en pensez-vous ?
La rencontre de Naruto et Hinata. Elle m'a bien fait rire, meme si c’était un peu dur de l’écrire sans faire de Naruto un dragueur invétéré (j'ai raté mon coup XD) et d'Hinata une fille qui lui tombe dans les bras directement. (quoique ça serait moi... :p)

A vos commentaires !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales