Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Conflits
    Dissonances
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Comme un cochon
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : policier - noir
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Imaginarium
    Editions L'Imaginarium
    Nb de signes : 240 000 - 500 000 sec
    Genre : imaginaire - steampunk - dystopie - science-fiction - fantastique - fantasy - uchronie
    Délai de soumission : 04/12/2020
  • Chaud comme la braise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Collection Atlantéïs
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Arachno et autres phobies
    animal DEBOUT
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • La France des villes moyennes
    La Fabrique de la Cité
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2020
  • Emmenez-nous au bout de la Terre !
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : 5 000 - 100 000 sec
    Genre : récit de vie
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • K-Pop - K-Dramas
    K! World
    Nb de signes : 300 000 - 300 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/10/2020
  • Musique enchantée
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 05/01/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Victor Sierra : financement participatif pour leur 5ème album
 par   - 190 lectures  - Aucun commentaire

Victor Sierra est un groupe français de musique steampunk.

Jje les suis depuis plusieurs années et nous sommes devenu amis.
Ils lancent un financement participatif pour leur cinquième album sur indiegogo :
Victor Sierra's 5th album

Ils chantent dans plusieurs langues : français, anglais, un peu d'espagnol et de yiddish dans certains titres.

Vous pouvez écouter des morceaux et voir des vidéos sur leur sites https://victorsierra.net/ ainsi que sur youtube, itunes, spotify...

 

Problème d'alimentation
 par   - 116 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour à toutes et à tous.

Désolé pour les interruptions réccurentes. Il y a un gros problème avec l'alimentation des serveurs. L'onduleur à laché.
Je les ai momentanément branché directement, mais ça eut dire qu'en cas de coupure de courant il faudra attendre que celui-ci revienne.

 


Lire la suite...
La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 1725 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Mascara
[Histoire Terminée]
Auteur: tookuni Vue: 2631
[Publiée le: 2010-09-22]    [Mise à Jour: 2010-10-08]
G  Signaler Général/Humour/Amitié Commentaires : 9
Description:
Un soir où Sasuke passe se faire soigner chez elle, il découvre Sakura tentant laborieusement de se mettre sur son trente et un. Il se trouve vite emporté dans le tourbillon d’événements que déclenche cette activité intrigante, et finit même par se prendre au jeu. Sakura trouvera en lui un allié de taille inattendu en matière d’esthétique, mais une soirée si fièrement commencée finira-t-elle réellement d’une manière aussi simple ?
Crédits:
Les personnages de Naruto sont à Masashi Kishimoto.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 2

[6531 mots]
Publié le: 2010-10-08Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Titre : Mascara

Auteur : Tookuni

Genre : Scène de vie, Humour, PWP, le moins d’OOC possible, ce sera comme toujours, selon interprétation.

Rating : T

Résumé : Un soir où Sasuke passe se faire soigner chez elle, il découvre Sakura tentant laborieusement de se mettre sur son trente et un. Il se trouve vite emporté dans le tourbillon d’événements que déclenche cette activité intrigante, et finit même par se prendre au jeu. Sakura trouvera en lui un allié de taille inattendu en matière d’esthétique, mais une soirée si fièrement commencée finira-t-elle réellement d’une manière aussi simple ?

 

 

Mascara

Chapitre 2

 

Lorsque Naruto entra dans la pièce toujours impeccable que constituait le salon de Sakura, il s’étonna d’entendre un fond musical démodé que Sakura ne mettait jamais, préférant les chanteurs à la mode. Cela ressemblait un peu à un ancêtre de techno, semblait-il. La femme qui chantait avait une voix forte et ses cadences rythmées, pour qui connaissait la chanson et l’avait appréciée enfant, donnaient vraiment envie de danser.

Naruto n’avait jamais dansé devant qui que ce soit. Naruto n’avait pas plus dansé qu’il n’avait jamais participé à aucune soirée, et que de toute façon il n’y avait jamais été convié, alors l’envie elle-même, parce qu’elle était difficile à assouvir, ne l’avait jamais saisi totalement. Du moins, pas en public. Il se coula doucement dans l’appartement vide en fête, tentant de ne pas mettre de terre partout. Il avait pris l’habitude, sous le prétexte de petites blessures bénignes, de visiter Sakura assez souvent. Il ne la voyait plus assez à son goût, il ne sentait plus ce parfum léger et si féminin effleurer ses narines à chaque début de mission. Il avait besoin de cette présence féminine amie dans sa vie difficile. Il faisait comme Sasuke. Il alignait les missions, bêtement mais surement. Il ne s’ennuyait pas parce qu’il s’entrainait toujours et que cela lui suffisait. Il ne s’ennuyait pas parce qu’il avait des copains partout. Mais la présence d’une jeune fille, même ninja, dans son existence, lui manquait beaucoup.

Sakura, surtout, était un peu protectrice avec lui sous ses dehors hargneux et agressifs. Il avait l’impression d’être gâté, couvé, disputé, peut-être comme par une mère, plutôt par une grande sœur… Et parfois, Sakura était plus gamine que lui, plus sûre d’elle et plus imprudente, plus excitée, plus sincère, alors il avait envie de la protéger, de l’aimer, de partager des morceaux de son existence sanglante avec elle.

Son statut à elle était devenu, à ses yeux, presque aussi spécial et incompréhensible que la relation qu’il entretenait avec Sasuke, entre haine, rivalité, compassion, ressemblance, mésentente, adoration. Il aimait ces contrastes. Ils étaient difficiles à accepter, à définir, et c’était cela qui faisait leur intérêt. Ses raisons changeaient tout le temps, ses sentiments n’avaient pas forcément de sens, évoluaient, ils n’étaient jamais les mêmes. Et grâce à ces deux là particulièrement, il ne se sentait jamais seul, parce qu’il pensait à eux, et en était heureux.

Il n’avait pas masqué sa présence, aussi s’attendait-il à ce que Sakura lui saute dessus en hurlant comme une folle des « Naruto ! Bordel ! C’est le soir pour ça ! Qu’est-ce que tu t’es encore fait comme saloperie ? Mon lit est propre alors si tu tombes dans les pommes, tu dors par terre ! »

Il eut la surprise de sa vie lorsqu’il entendit un mouvement bien peu féminin dans la salle de bain, et vit sortir de la chambre une haute silhouette noire qui le dévisagea d’un air extrêmement sérieux. Naruto écarquilla les yeux et se mit en position de défense, persuadé, avec la tête que faisait son coéquipier, qu’il allait se faire agresser. Sasuke semblait très concentré, dégouté d’avoir été arrêté dans une tâche quelconque, et en même temps bizarrement soulagé. Il eut l’air de l’étudier rapidement, puis reporta son attention sur son visage d’un air extrêmement grave qui annonçait à Naruto beaucoup d’ennuis.

« Ah. Tu tombes bien toi », lança Sasuke, acariâtre, en se dirigeant vers lui.

Naruto sentit soudain son cœur estomac directement dans ses intestins, puis remonter jusqu’à la gorge dans un parfait effet yoyo. Il ne réalisa d’abord pas pourquoi Sasuke était si beau ce soir là. Oh, il voulait bien reconnaitre, en son fort intérieur, que cet enfoiré de Sasuke avait une bien belle gueule, que c’était dégueulasse, pas juste, et qu’il avait assez pour lui comme cela.  Mais ce soir, Sasuke avait quelque chose de plus. Quelque chose qui n’avait rien à voir avec le cadre ou avec sa présence même dans l’appartement de Sakura. Elle lui avait expliqué que Sasuke aussi s’était fait virer de l’hôpital, non pas parce qu’il faisait des blagues aux infirmières en se promenant nu dans les couloirs à des heures indécentes, mais justement parce qu’elles auraient été plus que ravies de pousser le brun à ce genre d’extrémités.

Ce soir là, donc, Sasuke avait des yeux plus expressifs, plus brillants, plus magnifiques que jamais. Comment pouvait-il être encore plus beau ? Oui, les yeux… songea tout à coup Naruto, hypnotisé par le regard cendre qui le scrutait. Il n’eut pas le temps de terminer sa réflexion que Sasuke l’avait saisi par le bras et le trainait vers la salle de bain d’où vint un « Bonsoir Naruto ! » si enjoué qu’il fut presque heureux que Sasuke soit là. Sasuke, de par sa seule présence, arrivait à faire sortir Sakura du bunker sentimental qu’elle s’était créé. Elle était plus expressive lorsqu’il était présent, elle retrouvait un peu le rôle simple et la fraicheur qu’elle leur avait apportés enfant. Il trouvait cela d’autant plus agréable qu’elle en resplendissait.

Là, dans la salle de bain, il trouva Sakura assise sur un tabouret, les yeux fermés pour certaines sombres raisons qu’il ne souhaita pas imaginer, et découvrit une panoplie complète d’ustensiles divers, servant visiblement à se maquiller, autour de l’évier, par terre, et même sur le bord de la baignoire.

C’est ce qui lui fit soudain comprendre ce que Sasuke avait de différent de d’habitude, et qui le rendait si étrange, si attirant, si inhumainement beau. Le brun ne le regardait pas encore, cherchant visiblement quelque chose dans les produits étalés autour de lui. Naruto le saisit alors par le col et le retourna vivement pour le regarder dans les yeux, estomaqué.

« Sasuke, qu’est-ce que t’as fait à tes cils ? » demanda le blond, réalisant l’épaisseur artificielle des beaux cils d’ordinaire déjà longs et fournis.

Sasuke haussa les épaules, fit lâcher Naruto d’un air méprisant et reprit ses activités, grognant :

« Tu devrais essayer, quoi que je doute que ça puisse t’arranger. »

Naruto ne voulait pas essayer. Ino lui avait fait assez peur sur ce sujet, sa sexy méta en avait appris assez à son contact, il ne voulait pas recommencer, surtout si c’était Sasuke qui le maquillait. Ah ! Il y avait un problème là aussi. Sasuke ne se maquillait pas, de toute façon. Il était en revanche bel et bien, visiblement, en train de maquiller Sakura.

Naruto resta interloqué deux secondes, alors que le brun se penchait sur elle pour déposer une sorte de pinceau noir sur ses paupières toujours fermées, concentré en tomate mûre. Preuve en était que son Sharingan était activé, visiblement pour plus de précision.

« Tu en penses quoi ? » demanda Sasuke en se relevant, faisant sursauter Naruto.

Naruto en pensait qu’elle avait l’air un peu bête, assise comme ça sur son petit tabouret, avec sa jolie robe, ses petits talons, ses yeux fermés et son air interrogatif. Mais Naruto pensa aussi tout à coup que la robe lui allait divinement bien, que dans cette position, on voyait un bout de dentelle rose retenue par une ficelle de même matière dépasser du jupon, que les jambes de Sakura étaient vraiment belles pour une kunoichi, que ses cheveux semblaient encore plus doux que d’ordinaire, que le trait noir sur ses yeux, alors qu’elle les ouvrait légèrement pour les cligner, faisait ressortir à l’infini les éclats verts qui y luisaient déjà fermement ; qu’elle était magnifique.

« Heu… Waouh », finit-il par prononcer, pas très sûr que ce soit la réponse que Sasuke attendait.

Sasuke grogna de nouveau. Il faudrait développer, et rapidement, il semblait s’impatienter.

« Tu es superbe, Sakura-chan ! s’exclama t-il finalement, faisant trainer la fin de sa phrase, comme il avait coutume de le faire pour exprimer son admiration pour la jeune fille.

        Bon, je m’en doute, de ça, commenta Sasuke, agacé, coupant Sakura qui allait le remercier, peu à l’aise. Qu’est-ce qu’il manque ? Quelle couleur je mets sur ses yeux ? Est-ce que la poudre sur les joues est bien ? »

Naruto manqua de nouveau l’attaque. Heureusement que Sasuke n’avait pas dit « blush », pensa-t-il, il serait mort sur le coup. Il balbutia un peu avant de répondre clairement :

« Bein, les joues, je ‘sais pas ce que t’as fait, mais elle est super mignonne. On voit plus la cicatrice de la semaine dernière, et on dirait qu’elle rougit un peu, naturellement. Pour les yeux, je ne sais pas trop… ‘Faut pas mettre du noir sur la paupière du bas ? demanda-t-il, se rappelant soudain plus ou moins bien de ce que lui avait expliqué Ino en long, en large, et en travers.

        Si, c’est ça Naruto, sourit Sakura, les yeux refermés pour bien laisser sécher le liquide noir. Mais on met du crayon, là. Sous les cils, en haut et en bas. »

Sasuke se traita mentalement d’imbécile d’avoir commencé par le pinceau. Bon, tant pis, il ferait avec. Naruto put alors voir le jeune homme à l’œuvre, dessinant de fins traits noirs marqués sur les yeux de Sakura, sa langue placée entre ses dents en une mimique concentrée qu’il ne se permettait qu’en lisant des rouleaux.

Naruto était le type de personne qui s’investit vite dans n’importe quelle entreprise qui lui semble plus ou moins intéressante, et toujours dans une aventure qui implique ses amis. Aussi se trouvât-il immédiatement porté par la scène, enveloppé dans ce monde inconnu, rose, superficiel, dans lequel Sasuke plongeait Sakura. Il alla farfouiller à gauche à droite, comprenant à quoi servaient certaines choses, écartant de ses mains des ustensiles bizarres dont il ne voulait surtout pas connaitre l’intérêt. Soudain, alors que Sasuke tirait de plus en plus la langue en tentant de dessiner les pointes sous les paupières, Naruto s’exclama :

« Oooh ! Du vernis à ongles ! »

Sasuke acheva son trait tandis que Sakura gloussait, amusée.

« Oui, il va falloir que j’en mette aussi, déclara-t-elle. Mais je t’interdis d’essayer sur moi Naruto, ajouta-t-elle en sentant la catastrophe venir.

        Oui, bon, je pense bien… grommela ce dernier, se sachant trop maladroit pour une tâche nécessitant tant de précision. J’ai le droit de fouiller dedans ? demanda-t-il ensuite, les yeux brillants de convoitise devant  toutes les couleurs qui s’offraient à ses yeux.

        Bien sûr, ajouta Sakura tandis que Sasuke se renfrognait dans son coin, attendant qu’elle finisse de bouger pour finir le deuxième œil. Tu peux même m’en choisir un pour ce soir !

        Tant qu’à faire, cherche aussi un fard potable, qu’on gagne du temps », ordonna Sasuke d’un ton impérieux en saisissant le menton de Sakura pour qu’elle cesse de gigoter.

Naruto ne se fit pas prier. La musique coulait doucement en provenance du salon, la tension palpable qui avait été présente entre Sakura et Sasuke, leur gêne à tous deux, avait disparu à l’instant où Naruto, avec ses gros sabots, son naturel et sa façon d’être quoi qu’il arrive le pire de tous, était entré dans l’affaire. Il ajouta à la musique une ambiance festive, une forme de joie de vivre qui mit à l’aise Sakura. Elle dégageait à présent un bonheur simple que Sasuke ne savait pas faire sortir d’elle. Il en était très conscient : elle se retenait toujours face à lui, elle faisait attention à ce qu’elle disait, ce qu’elle était, tout en faisant des bourdes monstrueuses. Elle tentait de l’ignorer d’une certaine manière pour bien lui montrer qu’il n’avait plus rien à craindre d’elle. Mais elle se bridait du même coup, s’empêchant d’être naturelle. Sasuke se demandait encore s’il ne serait pas un jour ou l’autre tombé amoureux de cette petite fille s’il avait eu une vie plus simple et qu’elle avait évolué comme cela. Après tout, elle était intéressante.

Son coéquipier blond le sortit de sa réflexion au moment où il terminait le dernier trait noir, fier du résultat, en lui collant juste sous le nez une palette de couleur vive. Non, pas vive. Orange.

« Hé Sasuke ! Regarde c’est cool ça ! »

L’immense sourire stupide de Naruto donna à Sasuke envie de le frapper. Il se retint, mais pas de l’engueuler comme il se devait :

« Mais espèce de crétin je ne la déguise pas pour Halloween ! Tu veux la faire ressembler à un sapin de Noël ? Il n’y a que sur Toi que l’orange a arrêté de choquer ! Elle a les yeux verts bon sang ! Moi ici, tu ne la feras jamais porter ce truc avec une tenue rose ! »

Sasuke savait s’habiller. Sasuke savait aussi, par conséquent, ce qu’était l’esthétique. Sasuke devait même être un grand amateur de goût à l’entendre parler de la sorte. Mais ni Sakura, ni Naruto, ne s’attendaient à une telle explosion pour un vulgaire fard à paupières.

« Hé connard ! J’ai dit « c’est cool ! » ! J’ai pas dit que je voulais qu’elle le mette ! Tiens regarde par là, j’ai trouvé du rose et du blanc ! »

Sasuke posa son regard orageux sur un coin de l’évier. Impressionné, il y découvrit les couleurs qu’il imaginait poser sur son modèle. Il se sentit tout à coup perdu. Que choisir ? Comment la maquiller ? Il avait déjà vu certaines filles mettre deux couleurs qui allaient ensembles, une sur l’intérieur et l’autre sur l’extérieur, mais il n’avait pas vraiment étudié les nuances des autres cas.

Naruto semblait plongé lui aussi dans une réflexion qui ne lui ressemblait pas, se grattant le menton et fronçant les sourcils dans un effort visiblement beaucoup trop pénible pour son propre cerveau. Sakura imagina la fumée sortir par ses oreilles et son nez et le dessus de son crâne se décoller dans une explosion inévitable.

« Ah ! Je sais ! s’exclama-t-il alors qu’elle commençait à rire malgré elle. Il faut soit faire un dégradé de trois couleurs en partant de la paupière, tu mets le blanc sous le sourcil pour faire ressortir, et sinon tu peux aussi mettre le plus foncé sur le pli de la paupière, parce que ça fait super beau ! Et faudra faire pareil en dessous ! »

Les deux autres le regardèrent, estomaqués. Sasuke avait écarquillé ses beaux grands yeux, incapable de réaliser ce qu’il venait de se passer, et Sakura avait quelques cheveux hérissés sur la tête, se rappelant tout à coup que ces paroles étaient empruntées. Empruntées à une certaine Ino Yamanaka, qui savait mieux que quiconque se maquiller à la perfection. Et qui avait visiblement fait son exposé au blond.

« Naruto… Quand Ino t’as dit tout ça ? demanda-t-elle, pas vraiment sûre de vouloir savoir.

        Bein…hésita le jeune homme, se grattant nerveusement la tête, une goutte de sueur coulant lentement le long de sa tempe. Je trouvais ça joli pour la sexy méta…

        Sakura ne bouge pas ! » ordonna Sasuke avant même que la jeune femme ne se lève pour frapper le blond, menaçant de détruire les efforts de toute une soirée.

Sasuke et Naruto se disputèrent ensuite pour savoir s’il fallait utiliser un crayon pour rallonger les sourcils ou pas. Il fut décidé qu’on n’y toucherait pas, l’un ayant trop peur de se rater, et l’autre préférant Sakura naturelle. Les lèvres de Sakura subirent à peu près le même sort, sauf qu’ils réussirent à se mettre d’accord. Enfin, Sasuke mit d’accord Naruto en le menaçant de lui faire avaler tous les tubes de la pièce. Puis, tandis qu’il achevait son œuvre d’art, Naruto fut chargé d’aller chercher dans un placard un grand sac cliquetant, semblant contenir un trésor. Emerveillé, il y découvrit une montagne de bijoux qui, s’ils n’étaient pas tous en toc, auraient valu des milliards. Aux yeux de Naruto qui n’en avait jamais eu autant dans les mains de toute sa vie, c’était simplement magnifique. Il fut également préposé au démêlage des chaines et bracelets sélectionnés pendant que Sasuke tentait de faire une demi-queue esthétique aux cheveux courts de sa coéquipière, les attachant avec une barrette argentée. Il avait toujours trouvé que les cheveux attachés lui allaient très bien. Elle serait aussi plus à l’aise pour bouger.

Sasuke aida le pauvre Naruto à finir sa besogne tout en discutant avec ses coéquipiers. Sakura ne s’était pas encore regardée dans la glace, attendant le résultat final avec impatience mais voulant conserver la surprise totale.

Naruto, lui, s’était passionné par la préparation et s’enthousiasmait alors pour la soirée. On lui avait expliqué la raison de l’investissement de Sasuke et il avait tout à coup réalisé :

« Ah ! Mais je sais ce qu’elle ramène comme surprise !

        Chut Naruto, si tu le dis, elle le saura, et tu mourras, railla Sasuke, que le comportement parfois hystérique d’Ino avait fini par amuser, tant qu’elle ne s’approchait pas trop de lui.

        C’est sûr ! renchérit Sakura, hilare devant l’image d’un Naruto éviscéré par le côté sadique de sa meilleure amie.

        Pff… marmonna le blond, frustré. J’aimerais bien venir m’amuser avec vous moi. Sasuke s’en fout lui, il ‘aime pas faire la fête !

        Je ne vois pas l’intérêt de passer une nuit entière dans une boite à sardines bondée à se dandiner sur de la mauvaise musique et à payer à prix d’or une bière qui est meilleure chez moi, rétorqua Sasuke.

        Ca c’est parce que t’as des goûts de luxe, tu ne sais pas t’amuser simplement Sasuke ! reprit Naruto, chauffé par le mépris dans la voix de son acolyte.

        Eh bien figure toi que si ça ne m’amusait pas d’être ici je serais déjà rentré, crétin !

        Monsieur l’asocial arrive à apprécier d’être avec des gens maintenant ? Hein ?

        Bordel de merde les garçons ça suffit ! » hurla Sakura, qui avait laissé la veine de sa tempe grossir à vue d’œil avant de réagir.

Un peu plus et elle balançait aussi bien sa droite que son gauche, l’une dans la tête de Naruto, l’autre dans celle de Sasuke. Pas de cadeau pour les gamins capricieux qui risquaient de foutre la merde dans son appartement.

« Naruto ! reprit-elle, toujours en colère, tandis que Sasuke s’éloignait d’elle le plus possible, venant d’achever de fixer un dernier bracelet à sa cheville. Si tu veux venir, tu n’as qu’à le dire ! Au moins, moi aussi j’aurais une surprise ! Sasuke ! ajouta-t-elle sur le même ton, puis se reprenant, heu, merci beaucoup… »

Et sans autre préavis, Sakura alla se regarder dans son grand miroir, les deux jeunes hommes la suivant silencieusement, l’un encore surpris de l’invitation, l’autre satisfait de la tournure qu’avaient prise les choses. A peine entré dans le salon, Sasuke sentit le sol trembler.

Sakura s’était regardée dans le miroir. Sakura s’était regardée dans le miroir et ne s’était pas reconnue. Sakura s’était trouvée belle. Elle qui se reprochait ses jambes bien trop musclées, ses seins trop petits, son front trop grand. Elle qui n’arrivait même pas à apprécier les couleurs splendides de ses yeux qui gueulaient atrocement avec ses cheveux roses. Elle qui, comme tant de filles, ne se trouvait que des défauts et tentait simplement de s’arranger avec des tissus et des peintures, s’était trouvée si transformée qu’elle avait aimé se regarder. Elle en avait eu le cœur battant. Qu’allaient dire ses amies ? Allait-elle être aussi à l’aise qu’Ino pour danser ? Elle qui n’avait, semblait-il, aucun complexe, qui devait n’avoir peur qu’en son fort intérieur et passer outre pour danser tout son saoul ? Elle ne savait pas, n’en était pas sure, mais elle se trouvait magnifique, féminine, elle avait l’impression qu’elle pouvait plaire à la terre entière. Jamais elle n’était parvenue à une telle perfection. Mais il était vrai que jamais elle n’avait pris le risque de se faire un maquillage aussi voyant. Et c’était Sasuke. Sasuke, le garçon qui lui avait plu tant d’années, le garçon qui avait en grande partie déjà fait ce qu’elle était actuellement, qui l’avait encore une fois transformée. Ne pouvant retenir sa joie, elle s’était jetée sur lui, trop heureuse pour se contenir, au risque de lui déplaire et de se faire esquiver.

Mais Sasuke n’avait pas esquivé. Il savait parfaitement ce que Naruto, avec ses conseils et ses indications, et lui, avec ses mains et ses yeux, avaient réussi à faire de Sakura. Il savait, lui, que Naruto la trouvait déjà charmante. Il n’avait pas d’avis particulier sur elle, mais ne la trouvait pas laide du tout. Il n’avait fait que mettre en valeur des charmes qu’elle avait déjà, suivant un goût esthétique très masculin, mais ce goût là allait visiblement comme un gant à Sakura. Mais elle, une fille, Sakura, surtout, devait voir cela bien différemment. Alors il fit l’effort de ne pas contrer son étreinte et d’entendre l’immense « Merci ! » dont elle gratifia son tympan.

« Je t’interdis de m’embrasser, grogna-t-il en revanche, il y avait des limites… De un parce que je ne veux pas de cette chose gluante sur ma joue, ensuite parce qu’il faudrait t’en remettre, et là, tu te débrouilles toute seule. »

Sakura se détacha de lui, un grand sourire ornant ses lèvres luisantes, les yeux humides de joie. Naruto souriait également, heureux pour elle, en admiration devant la déesse que Sasuke avait réussi à dévoiler, et déjà enthousiaste à l’idée d’aller danser avec elle. Evidemment, ils ne danseraient pas tous les deux. Evidemment, ce n’était pas tout à fait danser non plus, comme l’avait si bien souligné Sasuke. C’était plutôt se dandiner sur de la mauvaise musique dans une boite à sardines. Mais c’était subir tout ça avec des gens qu’il aimait, et c’était la seule chose que Naruto espérait.

Tout à coup, alors que tout aurait dès à présent du se calmer puisque Sakura était prête et qu’il leur restait une heure avant qu’on vienne la chercher, Naruto se sentit alpagué par quelque chose. Enfin, quelqu’un. Quelqu’un qui s’appelait Sasuke Uchiha et qui grognait qu’il interdisait également fermement à Naruto de se présenter en soirée dans une tenue de dépravé pareille –c'est-à-dire son uniforme noir de Jounin. Sakura s’étonna un peu, mais elle n’était plus à ça près, et Naruto fut emporté par un Sasuke motivé dans l’ombre du soir qui tombait.

Une demi-heure plus tard, Sasuke était revenu. Pas seul, évidemment. Mais surement pas avec Naruto. Parce que Naruto ne portait pas de jeans. Moulants qui plus est. Parce que Naruto ne sentait pas non plus d’autre parfum que sa propre odeur. Parce que Naruto était certes orange, mais qu’il ne mettait pas de chemises. Enfin, parce que Naruto n’avait jamais réussi à dresser ses cheveux rebelles pour en faire une masse éparpillée savamment, humide d’un peu de gel.

Sakura posa sa main sur sa bouche grande ouverte sous la surprise.

« Putain de bordel de merde Sasuke ! Naruto est sexy ! Mais qu’est-ce que tu lui as fait ? »

Sasuke renifla d’un air suffisant. Il était très fier d’avoir fait en sorte que Sakura se plaise, mais que Naruto plaise visiblement à Sakura, c’était un réel exploit.

« Je lui ai fais prendre une douche, parfumé, coiffé. J’ai retrouvé la seule chemise de tout son placard, des baskets, le reste est à moi. »

Naruto avait tout de même le visage de Naruto. D’un Naruto traumatisé à vie, même.

« Il m’a forcé à essayer de rentrer dans la moitié de ses pantalons ! pleurnicha-t-il. Mais il est maigre, lui ! cria-t-il, désespéré, puis, en désignant une chaine à pendentif à son cou : ensuite, il a été trouver cette espèce de chose super lourde je ne sais où ! Et je hais le gel ! »

Sakura voulait bien qu’il n’aime pas le gel. Ce n’était pas ça qui rendait Naruto si tout à coup attirant. Bon, d’accord. Naruto portait l’un des jeans de marque parfaitement coupés de Sasuke. Et c’était d’autant plus regardable sur lui qu’il était effectivement plus épais que son camarade. Elle n’aurait jamais pu oser songer que Naruto avait des fesses regardables. Eh bien non, Naruto n’avait pas des fesses regardables. Il avait des fesses à regarder et à mourir heureux juste après.

« Bein, Sasuke-kun… Je ne sais pas quoi dire. Il est… oh et puis merde ! Ino le dirait, elle ! Il est à violer ! »

Sasuke eut un rictus si satisfait de lui-même que Naruto eut instantanément envie de lui foutre son poing dans la gueule. Il haïssait plus que tout cet air suffisant chez son coéquipier. Il en oublia même de virer tomate à la remarque de Sakura. Ce fut la jeune femme qui les calma en posant l’ultime question à Sasuke.

« Et toi ? Tu es sûr de ne pas vouloir venir ? Tu t’es tellement investi…

        C’est hors de question, statua le brun, dégouté rien qu’à l’idée de se retrouver collé à d’autres gens dans une pièce puant la sueur et l’alcool. Je vous accompagne jusqu’à l’entrée et je rentre chez moi.

        Bon… chuchota Sakura, déçue malgré tout.

        Peuh ! De toute façon je vois mal Sasuke essayer de danser, n’importe comment en plus ! Avec son balai dans le cul ! s’esclaffa Naruto, hilare devant l’image, s’affalant sur le canapé, décontracté.

        Tss… Tu dis ça, mais on verra comment tu t’en sors, t… commença Sakura pour prendre la défense du brun, même si elle était persuadée que la scène serait à se tordre de rire.

        Oh ! J’adore cette chanson ! » coupa Naruto en se levant d’un coup, augmentant le volume sonore de la petite chaine Hi-Fi, la pièce se faisant envahir de sons artificiels et d’un rythme endiablé, si prenant, à ce stade, que même Sakura se sentit de se mettre debout pour l’imiter.

La musique s’envola, Naruto dansa, et ce fut au tour de Sasuke de ramasser sa mâchoire par terre. La voix de Naruto, éraillée, un peu fausse, ne couvrait pas la chanson originale et se faisait supportable. Alors, autant, Naruto était sexy. Autant, présentement, Naruto était devenu un feu-follet charnel qui bondissait sur la musique comme un fou, possédé, riant, grandiose.

Sakura était persuadée que Sasuke pouvait aussi bien danser que lui mais qu’il ne le ferait jamais. D’ailleurs, elle était également persuadée que Naruto ne savait absolument pas ce qu’il faisait. Que pour lui, c’était juste s’éclater. Qu’il ne dansait pas. Que s’il dansait, il ne dansait pas bien. Et s’il bougeait, ce n’était pas gracieux, c’était vrai. S’il sautait, il retombait lourdement. S’il se déhanchait, c’était plus suggestif que sensuel. Mais la stature de Naruto, la force qu’il contenait et la puissance de ses gestes le rendaient impressionnant. Il aurait pu être sur scène.

Il n’avait vraiment pas l’air de savoir ce qu’il faisait. Ses pieds se déplaçaient sans but, étrangement, sans réflexion. Il tournait parfois, faisait des acrobaties bizarres. C’était très drôle, très intéressant. Sakura ne s’attendait vraiment pas à ça. Aussi, lorsque Naruto la tira de son fauteuil pour la faire tourner en lui tordant le bras puis la soulever en manquant de la faire tomber, elle se laissa prendre au jeu, les yeux brillants d’envie de s’amuser autant qu’il parvenait à le faire.

La musique s’essouffla, Naruto aussi, Sakura s’écarta bien vite pour éviter tout autre contact foireux avec son ami, et Sasuke parvint à remettre sa mâchoire en place. Naruto avait eu l’air d’un zébulon à ses yeux. Oui, un zébulon, mais un zébulon très à l’aise, avec ses pas visiblement piochés dans des clips d’il y avait vingt ans, et d’un zébulon sexy. Cherchez l’erreur.

Naruto se gratta la tête nerveusement et marmonna quelque chose à propos d’Iruka, de télé aux vieux clips démodés mais tellement géniaux, et sa voix finit par s’éteindre pour changer de sujet, le blond redevenant soudainement gueulard et insouciant. Ce comportement, bien qu’il soit énervant et frustrant, avait toujours impressionné Sasuke. Naruto savait si facilement passer du rire aux larmes que c’en était déroutant. Sakura était, pour cela, un peu comme lui. C’était peut-être l’une des raisons pour lesquelles il aimait beaucoup, malgré tout, rester avec eux. Parce que lui-même ne savait pas faire ça, que c’était intéressant et toujours si imprévisible, que Naruto s’enfonçait dans la stupidité à un point inimaginable et qu’il arrivait aussi à dire des choses trop intelligentes pour son cerveau. De même, Sakura atteignait d’autres extrêmes bien à elle, surtout vis-à-vis dudit Naruto. Elle pouvait être douce et protectrice, et la seconde d’après lui offrir la plus belle droite de toute son existence. Elle progressait chaque jour en la matière. Sasuke regrettait toutes les fois où il en ratait une.

Quelques minutes plus tard, enfin, alors que l’attente des deux relookés by Uchiha se faisait pénible, on frappa à la porte. Sakura alla ouvrir, flanquée de ses deux coéquipiers, pressés. Naruto n’en pouvait plus d’attendre, sa patience était trop mise à l’épreuve. Sasuke voulait seulement rentrer chez lui, mais sans rater la réaction de ses camarades quand à la transformation qu’ils avaient opérée.

Ce fut Tenten qui se présenta à eux. Sasuke admira l’audace simple dont elle faisait preuve. Maquillée, un haut féminin, mais un jean et des baskets. Cela semblait lui suffire. Elle était à l’aise, elle-même. Il était vrai qu’elle ne vivait pas la même guerre que se faisaient Ino et Sakura, et qu’elle s’occupait beaucoup moins de son apparence que ces deux là. Son sourire se figea lorsqu’elle reconnu Sakura, et un long sifflement admiratif fut le début d’une remarque parfaitement réaliste :

« Waouh ! Sakura ! T’es magnifique ! Oh ! Et en plus tu as un partenaire beau g…

          Beau gosse. Oui, statua la voix grave de Sasuke, en retrait.

          Naruto ! »

L’effet fut le même partout. Dans la rue, Sakura se sentit vraiment contente d’être encadrée par ses deux amis. Ce n’était pas la première fois qu’elle sortait en tenue, mais elle sentait une assurance en elle qu’elle n’adoptait jamais d’ordinaire. C’était cela qui la rendait plus belle encore, qui faisait d’elle une personnalité, qui l’imposait aux autres comme complète et impressionnante. Désirable.

Naruto dut rougir plusieurs fois suite à des regards luisants d’envie sur son passage. Sasuke s’en amusa beaucoup et se moqua ouvertement de lui. Même Ino perdit de vue les grands yeux de Sasuke pour baver quelques temps sur la chose immorale et surnaturelle qu’était devenue Naruto. Sa surprise à elle était bien petite par rapport à ce que Sakura avait attiré jusqu’à la boite : Hinata était certes très jolie, et Neji était avec elle pour l’accompagner, mais ils n’avaient ni l’un ni l’autre accepté de subir de relooking intégral façon Yamanaka. Sasuke plaignait déjà le Hyuga, mais Hinata ne serait sortie sans lui dans cet endroit mal famé sous aucun prétexte. D’ordinaire, c’était Temari qui venait avec elles. Temari était à Suna. Ino avait voulu qu’elles restent quatre filles, ils seraient six. Et c’était mieux comme ça, parce que Temari attirait les garçons et, soit disant, les éclipsaient. C’était d’autant plus faux que Temari envoyait chier les garçons, mais les interprétations d’Ino étaient impénétrables. Il ne valait de toute façon pas mieux tenter de les pénétrer.

D’ailleurs, sa réaction avait arraché à Sasuke un rictus vainqueur que Naruto, heureusement, n’avait pas remarqué :

« Waouh ! Sakura ! Ton maquillage est parfaitement symétrique, comment tu as réussi à faire ça alors qu’à chaque fois tu te mets le doigt dans l’œil ? s’était-elle esclaffée, faisant apparaitre une veine agacée sur la tempe de son amie.

         C’est vrai, même que la dernière fois ton œil droit avait tellement coulé qu’on aurait dit un cocard ! » ajouta Tenten, ricanant en se souvenant de la scène.

Sakura décida que griller Sasuke n’était pas très grave. Visiblement, même, Sasuke éprouverait un immense plaisir à prendre pour lui toute la gloire de la transformation. Alors elle gloussa un peu par avance et expliqua :

« Ah, mais c’est Sasuke qui a fait tout le travail ! Avec le Sharingan, ça a du être très facile de faire des traits parfaits !

        Hn », grogna Sasuke d’un air si suffisant que Sakura sut d’office qu’elle avait eu raison de lancer la bombe.

Ino avala de travers, hésita une seconde, puis décida qu’elle n’avait rien à perdre. Il avait bien daigné maquiller Sakura, non ?

« Sasuke ? demanda-t-elle. Tu pourras me maquiller la prochaine fois ? Même moi je n’arrive pas à une telle perfection ! En plus, tu as du goût, tu l’as beaucoup trop maquillée, mais ça fait très joli ! Quand je mets autant de poudre, on dirait une pute, parait-il… »

C’était Shikamaru qui lui avait un jour fait la remarque. Elle ne s’en était jamais remise, vexée. D’autant plus qu’il ne faisait jamais attention à elle du point de vue physique. La seule remarque qu’elle ait jamais eue de lui à ce sujet était celle-là. Son avis, bien qu’elle n’ait pas l’air de le prendre en compte, en tant qu’ami, en tant qu’homme, même, justement, si misogyne était-il, comptait énormément. Elle aurait voulu qu’il écarquille les yeux comme l’avait fait Neji devant Sakura, qu’il avale un peu de travers et ait du mal à articuler qu’il la trouvait ravissante. Pas parce qu’il lui plaisait, mais parce que quelle qu’en soie l’issue, Ino voulait plaire aux personnes de son entourage. Particulièrement Shikamaru et Chouji qui représentaient sa vie entière. Il était facile de contenter Chouji : se déguiser en Yakiniku géant parfum chips au barbecue aurait été amplement suffisant. De plus, Chouji n’avait pas d’avis arrêté sur les femmes. Pour une fois, pour une unique fois, Ino aurait voulu montrer à Shikamaru que les femmes, elle en particulier, pouvaient être passionnantes.

« Hn », avait répondu Sasuke, sans chercher à savoir pourquoi, comment et quand.

Il avait trop apprécié sa soirée et retirait trop de fierté de cette capacité découverte pour perdre une seule occasion de la mettre en valeur. Surtout sur une fille comme Ino, qui était une sorte de stéréotype féminin à la fois intéressant, car ninja, et irrécupérable. Il se demandait comment il pourrait faire pour qu’elle ne s’occupe plus, rien que pour un soir, de ses soi-disant kilos en trop. Il se demandait aussi, surtout, quelle tête pourrait faire Nara Shikamaru devant la beauté de sa coéquipière, lui qui semblait tant ne pas y prendre garde.

Sasuke préférait le physique d’Ino à celui de Sakura. Pas que Sakura soit laide, au contraire. Mais Ino était plus distante avec lui, par la force des choses. Il savait que c’était pour cette raison qu’il la voyait différemment. Elle était également, et ça, tout le monde le savait, mieux foutue que Sakura. Mais elle avait un caractère si bien trempé et si féministe qu’elle en éclipsait ses charmes. Mettre en valeur cette poitrine fournie, cacher ses cuisses trop musclées de kunoichi, souligner encore plus qu’elle ne le faisait ses hanches et sa taille proches de la perfection. Puis accentuer la magnificence de ses yeux bleus, rendre plus personnelle sa blondeur fade, en faire une bombe. Il en fantasmait presque. Ce serait génial. Les idées effleuraient déjà son cerveau inspiré.

Les jeunes gens finirent donc par entrer dans la boite, abandonnant Sasuke derrière eux au grand regret d’Ino. Tenten tenta d’apprendre à Neji à danser, mais finit, tout comme les autres, par se rapprocher de Naruto, parce que Naruto, s’il ne savait pas danser, savait au moins bouger. Il mettait une ambiance incroyable, enjouée, il ne cessait jamais, lançant énergiquement ses pseudos chorégraphies. Et lorsque l’une des jeunes filles lui faisait des appels de phares avec les yeux, il comprenait instantanément qu’un garçon qui ne leur plaisait pas venait trop près et volait à leur secours. Tenten était déchargée de son statut de protectrice. Neji avait assez à faire à s’occuper de sa cousine, qui avait commencé à se sentir à l’aise. Elle seule parvint, à force de sourires joyeux et de mouvements timides, à faire rentrer Neji dans une délicate frénésie Hyuga, qui s’acheva en débauche Uzumaki. Après tout, Neji n’était pas Sasuke.

Le dit Sasuke rentra chez lui, satisfait, après que Naruto ait empêché Sakura de se faire draguer d’un magistral « Elle est avec moi ». Heureusement qu’il savait, lui, au moins, comment réagir dans les circonstances d’une soirée en boite de nuit. Heureusement, surtout, qu’il avait retenu le nécessaire au milieu des propos délirants de Sakura à ce sujet. Naruto ne le remercierait certainement jamais assez. De toute façon, Sasuke n’attendait pas forcément de reconnaissance. Il s’était bien amusé, il était prêt à recommencer avec plaisir.

Il ne sut pas exactement si Sakura avait lu dans ses pensées ou si elle s’était simplement permis cet écart de conduite intentionnellement. Il ne le saurait peut-être jamais, mais il se trouva qu’à chaque soirée sans exception, il fut imposé de maquillage, coiffure et stylisme par toutes les kunoichi de sa promotion. Puis les garçons décidèrent d’assister aux séances, curieux. Enfin, il finit par s’entendre avec eux pour leur donner des conseils ou carrément, comme ce fut le cas avec Naruto, les rhabiller de la tête aux pieds. L’immense « Sasukeeee ! Au secouuurs ! » provenant du blond, qui avait fait vibrer tout son quartier, sur un ton suppliant et désespéré, avait largement suffi à le convaincre. De toute façon,  s’il avait refusé, Naruto ne l’aurait pas lâché.

Pour lui qui n’aimait pas sortir, c’était amusant. Qui plus est, c’était un terrain de plus sur lequel il semblait être passé professionnel. Il serait certainement devenu jaloux de Naruto s’il n’avait pas pu compenser son incapacité à prouver qu’il pouvait danser. Chacun avait son truc. Il gérait les apparences, les débuts, les attitudes et les ambiances psychologiques, Naruto s’occupait du reste, de la suite. Encore une fois, ils se complétaient, et ils aimaient ça, rejetant la faute sur l’autre lorsque quelque chose se passait mal.

Sasuke avait gardé le petit tube noir nommé « Mascara » qui avait déclenché toute l’aventure. Il n’aimait pas ça. Cela ne lui servait à rien. Mais il l’avait placé sur un meuble, bien en vue, comme un trophée de plus dans sa vie plus si morne.

 

FIN

 

Bon, j’espère que tout va bien, que rien ne vous a choqués… Je pense avoir oublié de justifier deux ou trois petites choses à gauche à droite. J’ai du zapper également certaines descriptions d’événements, mais ça allait devenir trop long… Je trouve ça un peu plat, mais le sujet n’est pas très palpitant… Bref, quoi qu’il en soit, j’espère que vous avez apprécié, je me suis amusée comme pas possible à écrire cette fiction et surtout à mettre en place les situations qui devaient faire rire.

J’ai du mal à savoir ce que ça rend finalement, j’espère que vous pourrez m’en dire quelque chose =). Merci d’avoir lu !

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales