Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 211 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Marié(e) pour quatre mois.
[Histoire Terminée]
Auteur: croro Vue: 55984
[Publiée le: 2012-05-16]    [Mise à Jour: 2016-02-15]
G  Signaler Général/Romance Commentaires : 247
Description:
A la mort de son père, Naruto Uzumaki est loin d'être dévasté et malheureux. Et pour cause, il va hériter d'une belle somme d'argent. Seulement voilà, son père y a rajouté une condition, il ne touchera cette somme que lorsqu'il sera marié. Lui, il cherche une femme à épouser et il est prêt à y mettre le prix. Elle, elle a besoin d'argent pour aider son père. Cette occasion ne se présentera pas tous les jours.

Tous les personnages sont OOC, couple: Hinata/Naruto
Crédits:
Tous les personnages appartiennent à Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Je t'aime

[20885 mots]
Publié le: 2016-01-24Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Il arrive avec un peu de retard et je m'en excuse!! Je n'ai finalement pas mis l'épilogue avec, il arrivera un peu plus tard. L'épilogue arrivera plus vite que les chapitres, promis :) Bon lecture!!!

Chapitre 18

La toute première discussion entre Naruto et Mr Taichi, avait été bénéfique pour les deux hommes. L’un semblait enfin touché par les malheurs de la pauvreté tandis que l’autre était enfin devenu visible aux yeux du plus ignorant des habitants de l’immeuble. Ce premier contact entre eux présageait une future relation plus humaine qu’auparavant et Naruto allait le prouver dès le lendemain. Décidé à aller travailler alors qu’il avait la possibilité, grâce à l’accident, d’être absent pour une bonne cause, Naruto quitta son appartement avec des projets en tête. Accompagné de Tobi, qu’il n’avait pas eu le cœur de laisser seul, il s’apprêtait à faire plusieurs bonnes actions et la première commençait en bas de son immeuble. Au lieu de passer à côté du SDF endormit sans le moindre regard comme tous les matins depuis des années, Naruto s’arrêta pour la première fois. Sans le réveiller, il déposa un billet près de l’homme et reprit sa route, fier de pouvoir, avec ça, lui permettre de s’acheter à manger. Ce billet couvrait largement les pièces qu’il avait perdues.

La conversation qu’il avait entretenue avec le SDF lui avait en quelque sorte ouverte les yeux. Même s’il avait toujours été conscient des misères qui l’entouraient, Naruto ne s’y était jamais intéressé. Les malheurs de cet homme prêt à mettre sa vie en danger pour quelques pièces avait fini par l’atteindre et l’importance qu’Hinata avait pour lui n’y était certainement pas pour rien. Elle ne l’avait jamais ignoré et aujourd’hui Naruto allait suivre son exemple. En repensant à cet homme, la veille avant de s’endormir, le jeune homme en était arrivé à une conclusion toute simple. Cela faisait des années qu’il vivait sur ces marches d’escaliers. Rien n’avait changé depuis tout ce temps. Sans travail il n’avait pas d’argent et sans argent il n’avait pas de logement. La seule façon de remédier au problème de cet homme, c’était de lui trouver un travail. Prêt à se retrousser les manches pour lui venir en aide, Naruto prit le chemin de son entreprise bien décidé à faire jouer une fois de plus sa place d’héritier du magazine.  Persuadé que l’affaire était quasiment dans la poche, il se heurta quand même à un obstacle, en la présence de sa mère. La directrice, plus réaliste que lui, eut affaire à un Naruto bien entêté, décidé à mettre en œuvre ce qu’il avait prévu, avec ou sans son aide.

Naruto gara sa voiture sur sa place de parking et emprunta l’ascenseur. Il débarqua au sixième étage et traversa le couloir suivit de près par Tobi. L’animal attira aussitôt tous les regards vers lui. Les quelques employés déjà présent à cette heure-là, l’observèrent passer comme si de rien était. Evidemment il n’était pas autorisé à être là mais Naruto n’avait que faire des règles de bonne conduite. Il avait décidé de le garder avec lui et personne n’avait son mot à dire là-dessus. Pas même la directrice. Il passa à côté de Hakko, la secrétaire de sa mère, occupée au téléphone et pénétra dans le bureau sans attendre la moindre autorisation.

- Ben alors ? Vous faites une réunion et personne ne me prévient ?! S’exclama-t-il à l’encontre des trois personnes présentes dans le bureau.

- Naruto ? S’étonna la directrice surprise de le voir.

Face à elle, Kaito et Michiru regardaient leur patron avec le même étonnement.

- Tobi ? Laissa échapper Kaito alors que le chien venait d’apparaitre au côté de son maître.

- Mais qu’est-ce qu’il fait là ? S’exclama Mme Uzumaki en se levant aussitôt de sa chaise.

- Il m’accompagne… lui répondit son fils tout naturellement.

- Redescends-le tout de suite. Il n’a rien à faire ici ! Lui ordonna-t-elle.

- Je vais m’en occuper ! S’exclama aussitôt Kaito comprenant que c’était à lui de le faire. La garde du chien allait lui revenir comme toujours.

- Non ! L’arrêta son patron. Il continua d’un ton ferme. Il reste avec moi. C’est mon chien alors je m’en occupe !

- Tu ne comptes quand même pas le garder ici avec toi ? Le questionna sa mère.

- Si. C’est ce que je compte faire. Inutile de gaspiller ta salive, je n’en ai rien à faire de ton règlement ! Expliqua-t-il coupant l’envie de répliquer à la directrice.  A partir d’aujourd’hui Tobi m’accompagnera. Tu devrais plutôt te réjouir de me voir. Je récupère mon travail.

Kushina regarda son fils dans les yeux. Il était déterminé et évidemment, comme il venait si bien de le dire, rien ne le ferait changer d’avis. L’obéissance n’avait jamais été l’une de ses qualités. Elle poussa un soupir de résignation et se laissa tomber sur sa chaise.

- Tu es vraiment embêtant. Les règlements sont faits pour tout le monde. Expliqua-t-elle. Tu trouves qu’il n’y a pas assez d’histoire ici ? Comment je vais expliquer ça à mes employés ?

- Tu leur dit que je suis le patron et par conséquent je fais ce que je veux. S’ils ont un problème qu’ils viennent me voir !

- Tu m’enterres un peu vite. N’oublies pas que c’est moi qui suis dans ce bureau. Tu n’es encore que le fils de la directrice…

- Et ça me va très bien… termina le jeune homme. Je peux récupérer mes employés maintenant ?

- Bien sûr. Michiru, tu lui expliqueras où on en est exactement. Et ça, c’est à toi de le valider… Expliqua-t-elle en réunissant des papiers éparpillés sur son bureau.

Elle laissa au bon soin de Michiru, le rangement des dossiers qu’elle avait commencé à travailler avec eux et reprit en regardant le chien assit sagement devant la fenêtre du bureau.

- Surtout, veille à ce qu’il ne fasse pas de bêtise. Lui recommanda-t-elle.

- Il n’en fera pas. Tu le sais très bien. Lui répondit son fils avant de s’adresser au chien qui attendait qu’on lui ouvre la fenêtre pour aller courir sur le toit. Tobi ! Sors de là ! On n’est pas venu pour ça.

- Ne me dis pas que tu continues encore à y aller ? S’étonna la directrice en regardant Tobi rejoindre son fils. Tu vas m’obliger à condamner cette fenêtre?

-T’as pas intérêt. C’est la seule chose qui en vaille la peine ici… conclut-il avant de reprendre en changeant totalement de sujet. Au fait, t’en es où dans les  recrutements que tu devais faire ?

- C’est réglé. Hana est remplacée pendant son congé maternité et le nouveau rédacteur a déjà commencé depuis une semaine. Pourquoi ?

- J’ai besoin que tu donnes un travail à quelqu’un.

- C’est qui ? Le questionna Kushina.

- Tu ne le connais pas… se contenta-t-il de répondre.

- D’accord. Tu as un CV ?

- Non…

- Quelles sont ses compétences alors?  

- J’n’en sais rien…

- Si je n’ai pas de CV je ne peux pas t’aider. En puis j’en ai terminé avec les recrutements, je n’ai plus besoin de personne.

- Comme tu veux. Je vais le faire moi-même alors. Je vais lui inventer un poste. 

- Comment ça ?

- Je l’ai fait pour Kaito, je vais bien pouvoir lui trouver un truc à lui aussi. Expliqua Naruto en commençant à s’énerver. Tu le payeras pour qu’il s’occupe du ménage dans mon bureau ou alors il s’occupera de Tobi en mon absence. Ça devrait aller ça, non ? Tout le monde peut le faire. Même quelqu’un qui n’a pas de CV!

- Tu rigoles ?

- Non je suis très sérieux. Je veux lui trouver un travail !

- Dis donc, t’as décidé de m’embêter aujourd’hui? Osa la directrice en haussant un peu le ton. Je suis ravie de te savoir de retour mais franchement si c’est pour avoir affaire à ta mauvaise humeur je préfère que tu rentres chez toi !

- Je ne suis pas de mauvaise humeur… rectifia Naruto calmé pour prouver ses dires. Je veux juste qu’il puisse avoir un travail…

Kushina regarda fixement son fils qui attendait d’elle une réponse. Sa demande était plutôt compliquée. Comment voulait-il qu’elle offre un travail à un inconnu sans la moindre preuve de compétence ? Et puis, c’était vrai. Elle n’avait plus rien à proposer. Les yeux dans le vide, elle regarda Michiru qui était encore en train de classer et ranger les derniers documents, souffla intérieurement et décrocha son téléphone.

- Hakko. C’est bien vendredi que j’ai rendez-vous avec Monsieur Ozaki ? … Merci…

Elle raccrocha le combiné et apporta enfin à son fils un début de solution.

- C’est bon. Je le recevrais… Elle attrapa une carte de visite sur son bureau et reprit en commençant à noter au dos de celle-ci. Dis-lui de venir Vendredi à  15h pour un entretien. Je verrai ce que je peux faire à ce moment-là… Ça te va ?

- Oui. Lui répondit Naruto ne pouvant s’empêcher d’afficher un léger sourire de satisfaction sur son visage. Il prit en main la carte et gratifia sa mère d’un « Merci » avant de s’éloigner pour rejoindre Kaito et Tobi déjà dans son bureau.

La directrice suivit son fils des yeux jusqu'à ce qu’il disparaisse.

- Il n’a pas l’air d’être lui-même. Qu’est-ce qu’il lui arrive ? S’exclama-t-elle à haute voix comme si elle se parlait à elle-même.

- Sa femme est partie… entendit-elle marmonner devant elle.

- Quoi ?

- … Pardon, ça m’a échappé. S’excusa aussitôt la secrétaire de son fils, debout les bras chargés de plusieurs dossiers. Je ne pensais pas le dire à voix haute…

- Tu as dit qu’elle est partie ?

- Euh… Oui, le contrat de mariage est terminé. Elle est rentrée chez elle. Expliqua Michiru.

- Depuis quand ?

- Et bien… si Kaito et moi on ne s’est pas trompé. C’est depuis qu’il a été malade.

- La semaine dernière ?

- Oui, Kaito a été obligé de s’occuper de Tobi. Depuis son arrivée, c’est elle qui en avait la charge.

- Ah bon ? … Je ne savais pas que c’était terminé. Je l’ai vu à l’hôpital. Elle ne me l’a pas dit. C’est dommage, je l’aurais saluée un peu mieux si j’avais su…  Je n’aurais plus l’occasion de la voir maintenant.

- Elle viendra ici pour signer les papiers du divorce. Votre fils ne va certainement pas tarder à m’en faire la demande… Vous pourrez au moins la voir à ce moment-là.

- Ah oui, Bonne idée…

Michiru prit aussitôt congé laissant la directrice à ses réflexions. Outre la nouvelle qu’elle venait d’apprendre, elle venait de se rendre compte que Michiru liait Hinata au comportement de son fils. Mais quel rapport cela pouvait-il bien avoir avec elle ? Étant donné qu’il n’appréciait pas la jeune femme, il était probablement ravi de son départ. Du coup c’était sa façon de fêter l’évènement. Quel idiot ! Il y avait vraiment que lui pour ne pas regretter une jeune femme aussi charmante qu’Hinata. Pourquoi ne pouvait-il pas s’intéresser à une personne comme elle ?  Simple et gentille, elle valait mieux que celles bourrées de maquillage et à moitié habillées qu’il côtoyait dans les bars. Il approchait de la trentaine maintenant, il était temps pour lui de se caser définitivement pour enfin assurer sa descendance. Après cette histoire de mariage il allait enfin pouvoir y penser. La directrice ne put s’empêcher d’espérer que le choix de la futur mère de ses petit enfants ne soit pas trop précipité quand même.  S’il pouvait lui ramener une femme  aussi appréciable qu’Hinata ce serait merveilleux.  En parlant de mariage, les quatre mois étaient déjà passés. Il avait finalement réussit à remplir la clause que son père avait mis en place pour lui. Il allait pouvoir accéder à son héritage et comme Michiru venait de le dire le divorce n’allait pas tarder à suivre. Et qui dit divorce dit Naruto de nouveau célibataire. L’ambiance nouvelle et calme de l’entreprise allait retrouver son agitation habituelle. Lorsque l’info du divorce aura faire le tour des bureaux tout allait redevenir comme avant. Quel Dommage ! Le Seitai Mag ne s’était jamais aussi bien porté que maintenant.

Michiru n’avait pas eu tort, dans la journée Naruto lui demanda de s’occuper de son faux mariage. Il avait envie d’en finir avec ça. C’était un moyen de tourner la page. Il reprit son travail avec la maturité et le sérieux qu’il avait ces temps-ci. Concentré sur ses taches, les seules pauses qu’il se permit furent celles dictées par Tobi qui avait besoin d’être sortie. Comme prévu, il assumait la présence de son chien et refusait l’aide de Kaito qui ne pouvait s’empêcher de lui proposer. A la fin de la journée et avant de quitter le travail, Michiru vint aux nouvelles.

- Demain vous avez deux rendez-vous à l’extérieur.  A 11h le restaurant Futami et à 14h chez Meiko. Et à 16h vous recevez la visite du responsable du concours de cuisine. Lui expliqua-t-elle en lisant son agenda. En ce qui concerne le mariage. J’ai eu du mal à contacter votre avocat. Il semble être très occupé. Il a dit qu’il s’y mettrait au plus vite mais que de toute façon il doit attendre d’avoir des nouvelles du notaire de votre père. Il pense que vous devez rester marié pour pouvoir toucher votre héritage. Si vous signez les papiers maintenant il est fort possible que vous perdiez  l’héritage…

Naruto resta silencieux quelques secondes. S’il devait attendre le notaire pour divorcer cela allait certainement être long.

- Ça m’est égal. Lui répondit-il finalement. Qu’il le fasse quand même. Je veux signer ces papiers…

- Mais, et votre héritage ? S’étonna Kaito également présent.

- C’n’est pas grave.  Répondit son patron. Je n’en veux pas…

- Mais alors, ça veut dire que vous aurez fait ça pour rien … remarqua Michiru à son tour.

- Ouais c’est ça. Pour rien… confirma Naruto. Depuis le début c’était une connerie, je n’aurais pas dû le faire. Qu’il garde son argent, je m’en fiche. Je veux juste signer ces papiers et ne plus en entendre parler…

- … D’accord… je lui dirais. S’étonna Michiru.

- Allez-y maintenant. Leur ordonna Naruto. Il est tard…

- Mais pour le contrat, vous lui devez de l’argent. Lui rappela Kaito ignorant ses paroles.

- En effet. Je lui donnerai quand même ne t’en fait pas… le rassura Naruto comprenant qu’il parlait d’Hinata. Je tiens toujours mes engagements…  Autre chose ?

- Non… lui répondit Kaito. Passez une bonne soirée.

- A demain... ajouta Michiru à son tour.

- Ouais. Rentrez bien… conclut leur patron.

 Michiru quitta le bureau suivi de près par Kaito. Celui-ci ferma soigneusement la porte derrière lui et prit aussitôt la parole.

- C’n’est pas possible. Je n’y crois pas. S’exclama-t-il doucement presque en chuchotant. Comment peut-il refuser l’argent ?

- La directrice a raison. Il n’est pas lui-même. S’exclama Michiru à son tour. Tu ne le trouve pas, plus bizarre que d’habitude aujourd’hui ? 

- Plus bizarre ? À part cette histoire d’argent tu veux dire ?

- Oui. Depuis ce matin il est comme ça. Et toute la journée il a été dans le même état. expliqua Michiru. C’est comme si…  comme si il était triste.

- Triste ? Répéta Kaito en réfléchissant. Maintenant que tu le dis. Oui on dirait bien… Mais attends, tu ne crois quand même pas que ça a un lien avec elle ?

- Si. C’est tout à fait possible. Ça expliquerait son comportement.

- Pourtant il semble pressé de divorcer…

- Oui c’est vrai. Mais quand il l’a dit, il n’a pas paru heureux ni énervé.  C’est pourtant comme ça qu’il aurait dû réagir… Il s’est passé quelque chose avec elle, c’est obligé. Et son départ l’a probablement perturbé…

- Non, ce n’est pas possible. Depuis le début il ne la supporte pas. Il n’a jamais autant détesté quelqu’un… expliqua Kaito.

- Je sais. Mais au fur et à mesure ça a dû changer. Ces derniers temps il est différent avec nous, je suis sûre qu’avec elle cela a dû être la même chose.

- Je les ai vu se disputer, ça m’étonnerait que tu es raison… termina Kaito pas vraiment convaincu.

- Moi j’y crois… conclut la secrétaire.

 

Décidemment, le comportement changeant de Naruto ne cessait d’étonner son entourage. Alors que sa mère était loin de la vérité, Michiru prouvait quant à elle, qu’elle avait un bon sens de l’observation. Elle connaissait son patron aussi bien, même peut être mieux, que celle qui l’avait mis au monde. La déduction qu’elle faisait de l’attitude bizarre de Naruto était la bonne mais les preuves manquaient pour en être vraiment sûr. Nul conscient de l’effet qu’il laissait à ses proches, Naruto termina sa journée comme il l’avait commencée, sur une note positive. Il avait obtenu un rendez-vous pour le SDF et il allait lui en faire part. Il trouva celui-ci en rentrant chez lui à sa place habituelle. Ils se saluèrent tous les deux et s’en attendre, le jeune homme entra dans le vif du sujet.

- Je vous ai trouvé un emploi… commença Naruto sûr que l’affaire était déjà dans la poche. Il tendit le papier cartonné au vieil homme et continua. Vous avez rendez-vous vendredi pour un entretien.

- Comment ça ? S’étonna l’homme entre rêve et réalité. Un entretien ?

- Oui, un entretien… répondit Naruto la main toujours en possession de la carte. C’est juste une formalité. Il est quasiment certain que vous obtiendrez un travail en sortant de là.  Sauf si vous n’en voulait pas et dans ce cas…

- Non, je le veux ! S’exclama le SDF en se levant avant de prendre aussitôt l’objet des mains de son bienfaiteur. Je le veux…

- Soyez à l’heure et veillez à être présentable. Lui expliqua-t-il. Il fouilla dans son portefeuille et en sortit un billet. Achetez-vous quelque chose avec ça.

- Merci,  mais si je ne me trompe pas vous m’en avez déjà donné un ce matin… expliqua le SDF qui avait parfaitement comprit que c’était lui qui avait déposé un billet le matin même à côté de lui. Cela me suffit…

- Prenez-le quand même et achetez-vous plusieurs tenues, vous en aurez besoin… 

- Merci. Le remercia-t-il. Je ne sais pas quoi vous dire. C’est tellement gentil de votre part. Je vais faire de mon mieux pour que ça marche.

- Il n’y a pas de raison pour que ce ne soit pas le cas. Comportez-vous normalement. On vous trouvera un travail quoi qu’il arrive…

- Merci infiniment…

Naruto prit aussitôt congé ravi d’en avoir fini avec sa bonne action. Le reste était entre les mains du sans-abri et celle de sa mère. Si celle-ci ne répondait pas favorablement à sa demande et refusait encore, après l’entretien, de venir en aide à ce demandeur d’emploi, c’est lui qui reviendrait à la charge. Il était prêt à aller jusqu’au bout. L’échec n’était pas envisageable.

 

L’auberge des Hyûga se portait très bien. Plus le temps passait, plus les clients étaient de plus en plus nombreux. Le nom du magazine et celui de la famille Uzumaki revenaient souvent dans la bouche de certain client. Il était évident que la plupart d’entre eux n’aurait jamais mis les pieds dans l’établissement si cet article n’avait jamais vu le jour. Ce succès jamais vu auparavant n’était dû qu’à cela et il le devait bel et bien à Naruto. Alors qu’Hanabi et les autres avaient vite mis cela de côté, Hinata avait du mal à oublier. Cela faisait un moment qu’elle était de retour chez elle, mais elle n’avait pas pour autant effacer ce qu’elle avait vécu durant ces quatre mois de femme mariée. Même si au début elle avait détesté l’homme qu’il était, ce n’était plus le même sentiment qui l’habitait lorsqu’elle pensait à lui. Elle avait apprécié découvrir sa vie et avait aimé toutes ces choses qu’il avait cachées de son vrai caractère. Les découvertes qu’il avait partagées avec elle, avaient révélé une personnalité tendre et attachante. En plus d’être un bel homme, il avait finalement un cœur et pouvait se montrer gentil, là où on ne l’attendait pas. Son accident venait encore une fois de prouver cela. Mr Taichi lui devait probablement la vie et il n’y avait rien de plus important que cela. D’ailleurs même son père pouvait en dire autant. C’était l’argent de Mme Uzumaki qui lui permettait de se sentir bien aujourd’hui. Même si ce n’était pas Naruto qui avait payé, c’est lui qui avait, plus ou moins, permis cela.

Sa rencontre avec lui, lorsqu’elle était allée le voir à l’hôpital, revenait sans cesse dans sa tête. Elle s’était vraiment inquiétée, au point qu’elle n’avait pas su cacher ce détail à sa sœur.  C’est vrai qu’elle n’avait plus rien à voir avec lui, mais elle n’avait pas pu l’ignorer. Il était devenu son ami et durant quelques heures et une nuit, il avait même été plus que cela.  Comment faire comme si de rien était après cela ? D’ailleurs même si elle s’évertuait à essayer d’oublier ce dernier épisode plus ou moins honteux pour elle, rien n’y faisait. C’était toujours ancré dans sa mémoire. Comme si finalement elle ne regrettait rien et voulait garder ça pour elle. Si elle mettait un point final après la nuit passée avec lui, si elle oubliait qu’elle n’était qu’un nom sur une liste de conquêtes, elle n’avait rien à regretter. Elle avait fait la connaissance d’un homme presque parfait qui lui avait permis de porter une bague pendant plusieurs mois. Un homme qui lui avait fait presque vivre l’enfer au début et avait conclu le contrat en partageant un moment paradisiaque avec elle. Oui, finalement elle n’avait rien à regretter.

Sa visite à l’hôpital avait effacé l’inquiétude que l’appel de Shikamaru avait provoquée chez elle. Leur brève rencontre lui avait fait plaisir. Le voir en chair et en os après tout ce temps et pouvoir lui parler normalement l’avait rassurée. Cela n’avait pas été long mais elle avait apprécié le revoir. Elle était redescendue assez vite et regrettait de nouveau ce départ fuyant. Mais il avait tenté de remettre sur le tapis le sujet qu’elle n’avait aucune envie d’aborder avec lui. Elle avait agi sans réfléchir et été partie sans vraiment le saluer comme il se doit. Elle s’en voulait un peu, d’autant plus qu’elle avait oublié de le remercier pour l’article. Hanabi avait vu sa sœur passer la porte de l’hôpital la mine sombre et alors qu’elle allait lui demander ce qui la mettait dans cet état, Hinata l’avait aussitôt renseignée en se plaignant de son propre comportement. Elle avait oublié de lui dire quelque chose d’important. Cette idiote était montée pour constater qu’il allait parfaitement bien et alors qu’elle avait l’occasion de le remercier elle avait oublié de le faire. C’était bête mais inutile de se mettre dans un état pareil pour si peu. Hinata avait pris ce détail avec grande importance et malgré les mots d’Hanabi qui avait tenté de lui faire comprendre le contraire, Hinata s’en voulait toujours. Elle avait laissé passer cette occasion et il ne lui restait maintenant que le jour où elle irait signer les papiers pour avoir la chance de le voir et lui dire. Ce jour-là, il ne lui était pas envisageable d’oublier puisque c’était la dernière fois qu’elle le verrait.

 

Comme promis, Kushina Uzumaki reçut la visite de l’inconnu envoyé par son fils. Très ponctuel l’homme arriva au bureau de la direction et fut accueilli par Hakko qui informa aussitôt sa patronne.

- Votre rendez-vous est arrivé. S’exclama-t-elle.

Au bout du fil la directrice resta une seconde silencieuse avant de prendre la parole.

- Pile à l’heure…

- Euh… oui on dirait bien. Reprit la secrétaire en jetant aussitôt un coup d’œil à l’heure.

- Il n’a pas l’air jeune…  reprit la directrice en fixant la silhouette de l’homme à travers son bureau vitré.

- … Euh… en effet, je confirme. Répondit la secrétaire attendant impatiemment qu’elle autorise enfin son entrée.

- C’est bizarre. Je ne m’attendais pas à ça. S’exclama la directrice croyant depuis le début voir débarquer dans son bureau un des anciens amis infréquentable de Naruto.  C’est bon, fais-le entrer.

La directrice se leva pour accueillir l’homme que sa secrétaire était en train d’accompagner jusqu'à sa porte.

- Voici Mr Taichi Nishino. S’exclama la secrétaire pour présenter le nouvel arrivant.

- Merci Hakko. Répondit-elle à sa secrétaire avant de s’adresser à l’homme en lui indiquant une des chaises face à son bureau.  Monsieur, je vous en prie asseyez-vous.

Alors que Kushina se demandait si elle ne l’avait pas déjà vu quelque part, l’Homme la salua et prit place sur le siège.

- Alors, vous êtes monsieur Taichi… commença-t-elle avant de s’arrêter pour réfléchir à la suite… Ni…

- … Shino… termina aussitôt celui-ci pour l’aider.  Nishino Taichi…

- Désolée, mon fils n’a même pas pensé à me donner votre nom. S’excusa-t-elle en l’inscrivant sur une page d’un cahier ouvert devant elle. Mr Nishino, alors…  J’ai l’impression de vous avoir déjà vu quelque part. Est-ce qu’on se serait déjà rencontré auparavant ?

- Euh… oui, on peut dire ça. Lui répondit-il avant d’expliquer. On s’est croisé à plusieurs reprises lorsque vous rendiez visite à votre fils.

- Vous habitez l’immeuble ?

- Non, pas vraiment. Disons que cela fait plusieurs années que je suis installé devant…

- Installé devant ? Répéta la directrice.

Elle garda le silence quelques secondes en fixant l’homme face à elle. Ils s’étaient déjà rencontrés plusieurs fois quand elle allait voir Naruto chez lui ? Il n’habitait pas l’immeuble mais était «  installé devant »…

- Oui ! S’exclama-t-elle tout à coup semblant enfin comprendre. Vous êtes l’homme assis devant, sur les marches ?

- Oui c’est bien moi.

Un  SDF ? Naruto lui avait envoyé un SDF ?

- C’est difficile de me reconnaitre comme ça. Reprit le SDF. Cela fait longtemps que je ne m’étais pas habillé de la sorte. Mais je me devais de faire cet effort. Pour votre fils, c’était la moindre des choses. Grâce à lui, aujourd’hui j’ai la possibilité de recommencer une nouvelle vie. Et même si finalement cela ne marche pas, j’aurais quand même retrouvé cet espoir que j’avais perdu depuis bien longtemps…

- Est-ce que par hasard vous ne seriez pas impliqué dans l’accident qu’il a eu la semaine dernière ? L’interrogea la directrice.  Avec le camion ?

- Oui. Répondit sincèrement Mr Taichi perdant aussitôt son enthousiasme. C’est moi… Je suis désolé. Je m’en veux énormément. Par ma faute votre fils est allé à l’hôpital. Je vous demande pardon…

- Oh non. Ce n’est pas grave. Le rassura-t-elle aussitôt constatant sa panique. Je ne vous posais pas cette question pour ça.  J’ai appris ce qui s’était passé mais je ne savais pas que c’était vous.

- Il m’a sauvé la vie… reprit-il… et aujourd’hui il m’aide pour un travail. Votre fils est vraiment quelqu’un de bien…

- Oui, je commence à le comprendre … confirma la directrice. Je dois dire que j’ai beaucoup de mal à le reconnaitre ces temps-ci. Il grandit, ça doit être ça…

- Le temps passe vite… ajouta le SDF… et certain évolue dans le bon sens. Pas comme moi…

Sa dernière phrase laissa la directrice sans mots. Elle resta quelques secondes silencieuse avant de reprendre avec le sujet de sa visite. 

- Mr Nishino, j’ai besoin de savoir quelle activité vous avez pratiqué ?

- J’ai travaillé dans le bâtiment. Mais je n’ai aucun diplôme.

La directrice retrouva de nouveau le silence les yeux baissé sur son cahier. Sous le nom et le prénom de cet homme, qu’elle avait griffonné auparavant, elle ajouta son ancien métier.

- Attendez moi un instant ! S’exclama-t-elle tout à coup en se levant. Je reviens tout de suite !

Elle fila aussitôt auprès de sa secrétaire et réquisitionna son téléphone. Elle n’avait vraiment rien à proposer à cet homme sans diplôme. La seule solution qu’elle avait trouvé c’était de l’envoyer auprès d’un service qui ne demandait pas de niveau d’étude extraordinaire. Au bout du fil, elle contacta une de ses connaissances, le responsable du service de livraison.

- Non je n’ai prévu aucune embauche avant plusieurs mois. Lui répondit celui-ci. En ce moment j’ai juste un employé au courrier qui a prolongé son arrêt maladie, mais je ne compte pas le remplacer. Comme d’habitude, les autres feront des heures supplémentaires…

- S’il te plait, fais une exception pour une fois. Le supplia-t-elle. Prends-le en remplacement. Faudra juste un peu le former mais je suis sûre qu’il sera parfait…  Il n’y a que toi qui puisses m’aider sur ce coup-là.

- J’avais pas envie de m’embêter avec ça… s’exclama son interlocuteur semblant totalement réticent.

- s’il te plait. J’en prends toute la responsabilité.

- Pff … souffla-t-il. Si j’accepte c’est juste parce que c’est toi.

- Super ! Merci. Tu ne le regretteras pas…

- Je te fais confiance… 

- Oui, ne t’inquiète pas. Tu es occupé en ce moment ?

- En ce moment ? Non pas vraiment …

- D’accord. Je te l’envoie tout de suite alors… lui expliqua-t-elle. Merci. Je te revaudrai ça…

Kushina raccrocha le combiné le sourire aux lèvres. Elle avait réussi. Ce SDF que Naruto avait tellement envie d’aider avait obtenu un travail.  Elle retourna dans son bureau pour en informer l’homme qui pris la bonne nouvelle avec autant de bonheur qu’elle , si ce n’est plus. Et alors qu’il ne cessait de la remercier elle l’accompagna auprès de sa secrétaire.  

- Hakko ! Accompagne Mr Nishino au service de livraison, s’il te plait ! Lui ordonna-t-elle avant de s’adresser à l’homme. Le responsable vous y attend.  Il vous expliquera tout ce que vous devez savoir sur votre nouveau poste.

- Merci ! Merci infiniment. Le remercia encore une fois l’homme qui ne trouvait plus aucun mot assez fort pour exprimer sa gratitude.

- De rien… allez-y … lui ordonna-t-elle alors que Hakko l’attendait déjà près de la porte.

Elle les regarda disparaitre en soupirant. Mais qu’arrivait-il à son fils ? Pourquoi s’intéressait-il à la vie d’un homme dont la plupart ignorait son existence?  Prête à aller se remettre au travail malgré toutes ses interrogations, Kushina quitta finalement son bureau pour rendre une petite visite à son fils et par la même occasion lui annoncer qu’elle avait rempli sa mission. Dans les couloirs elle croisa Michiru qui lui confirma la présence de son patron. D’après ses dires il était en plein entretien téléphonique. Elle trouva effectivement son fils bien occupé. En fin de conversation celui-ci raccrocha le combiné juste au moment où elle arriva devant sa porte. Elle annonça poliment son entrée en tapant à la porte vitrée et pénétra sans attendre l’accord du propriétaire.

- Bonjour. Alors comment ça va aujourd’hui ? Lui demanda-t-elle avant de choisir un siège face à lui.  Tu te sens bien ?

- Oui. Pourquoi ça n’irait pas ? Lui répondit-il sans la saluer.

- Je ne sais pas. Il s’est peut-être passé quelque chose…

- Non rien… Mais puisque tu es là je vais peut-être changer d’avis. Qu’est-ce qu’il y a ? La questionna-t-il sachant pertinemment que la présence de sa mère dans son bureau n’était jamais sans raison. Tu voulais me demander quelque chose ?

- Pas vraiment, non. Je voulais juste te dire que j’ai viens de rencontrer ton ami. Mr Nishino Taichi.

- Qui ça ? S’étonna Naruto à qui ce nom ne disait pas grand-chose.

- Mr Nishino. Répéta la directrice avant d’expliquer. L’homme que tu m’as envoyé pour lui trouver un emploi. Le SDF…

- Ah, lui ? S’exclama le jeune homme retrouvant la mémoire. Et alors, je vais devoir m’en occuper. C’est ça ?

- Non c’est bon. Ta mère a rempli sa mission. Expliqua-t-elle, fière d’annoncer sa victoire. Tu le retrouveras prochainement au service « courrier ». Peut-être dès demain d’ailleurs.

- Bien… laissa échapper le jeune homme sans la moindre joie sur son visage. Il a enfin un travail…

- Il ne reste plus qu’à espérer que ça se passe bien. D’ailleurs si ce n’est pas le cas je t’en tiendrais pour responsable. J’ai donné ma confiance à cet homme alors il a intérêt de tout donner pour être parfait… 

- Fallait pas le faire si tu as si peur que ça…

- Je ne le connais pas, c’est normal. Et puis tu crois que j’avais envie que tu en fasses encore à ta tête ? Tu as assez d’employé à ton service. Je n’allais pas payer quelqu’un à rien faire, quand même. D’ailleurs à ce propos, tu peux me dire ce qui t’arrives ? Pourquoi tu t’occupes tout à coup de cet homme ?

- Pour rien…

- Ça a un rapport avec l’accident peut-être ?

- Mais non! Il n’y a pas de raison ! S’énerva Naruto. J’avais envie de le faire, c’est tout ! 

- T’avais envie de le faire ? Répéta-t-elle. C’est bizarre ça. Ça ne te ressemble pas. Tu as changé…

- Et alors ? Qu’est-ce que ça peut faire ?  Répliqua-t-il. Tout le monde a le droit de changer, non ?

- Bien sûr. C’est juste bizarre venant de toi. Je n’ai rien contre ta nouvelle générosité. Au contraire, c’est bien. Tu me fais penser à ton père. Attention, si tu continues tu vas lui ressembler. Termina-t-elle en se levant.

- Je m’en fiche… répondit-il à cette remarque qui, quelques mois plus tôt, l’aurait mis en colère sans problème.

- Je suis ravie que tu aies réussi à te trouver une belle occupation mais ne t’avise pas de me ramener ici tous les sans-abris de la ville.  J’ai bien voulu t’aider pour lui mais c’est une exception.

- Attends ! L’arrêta tout à coup son fils. Puisque maintenant il a un travail, il faudrait que tu lui trouves aussi un logement.

- Comment ça ?

- Ben c’est la suite logique. C’est un SDF il n’a pas de logement et ça m’étonnerais qu’il puisse en chercher un maintenant. Il faut l’aider.

- Tu me prends pour une agence immobilière maintenant ? Tu peux très bien le faire toi.

- Ben non. Je n’ai aucun pouvoir ici. C’est toi-même qui me l’as dit. « Je ne suis que le fils de la directrice ». Tu t’en rappelles ? Et puis je n’ai pas autant de contact professionnel que toi. Je suis certain qu’avec un seul appel tu peux lui trouver quelque chose.

- C’est tout ? Un travail, un logement… Il a besoin d’autre chose peut-être ? Une femme ? Un chien ? Un poisson rouge ?

- Pourquoi pas. Il se sentira moins seul…

- Et qu’est-ce que je gagne moi là-dedans ? Demanda la directrice qui avait l’impression de se faire avoir dans cette histoire.

- Ce que tu veux… Ma sympathie et ma fidélité pour faire les magasins, par exemple. Lui proposa-t-il. 

- D’accord. Tache de ne pas l’oublier alors… Moi ça ne risque pas. Conclut-elle avant de quitter le bureau.

 

Terminant la semaine sur cette bonne nouvelle, Naruto passa un weekend plutôt tranquille. Après le travail et la salle de sport, dans la soirée du samedi, il vit Sasuke débarquer chez lui avec deux jeunes femmes parfaitement inconnues. Un peu plus tôt dans la journée, il avait annoncé à Naruto avoir rencontré une jeune femme particulièrement intéressante qu’il avait dû inviter avec une amie à elle. Voyant en cette occasion l’opportunité de pouvoir faire un double rendez-vous, Sasuke avait sans hésiter demandé à Naruto sa participation. Quasiment obligé d’accepter, celui-ci n’avait  pu y échapper. Cela faisait une bonne heure qu’ils étaient tous les quatre dans le salon. Sasuke profitait pleinement de sa nouvelle compagne. Ils enchainaient tous les deux les parties de jeu vidéo sous les yeux de Naruto et la deuxième jeune femme assis sagement sur le canapé. Très silencieux ces deux-là n’avaient pas échangé le moindre mot depuis qu’ils s’étaient assis. Seule la musique de fond que Naruto avait mis et les cris enthousiastes des deux joueurs animaient la soirée.  Après un dernier jeu Sasuke et sa compagne cédèrent les manettes aux deux autres.

- Vous voulez essayer ? Demanda Naruto en tendant une manette à la jeune femme.

- Je ne sais pas jouer… s’exclama-t-elle seulement.

- C’n’est pas grave. Essayez quand même … lui proposa-t-il en insistant pour qu’elle prenne l’objet. Vous vous déplacez avec ceux-là et vous frappez avec ces deux-là…

Après ces petites explications, Naruto mit le jeu en route. Il laissa la jeune femme totalement débutante prendre ses marques et joua comme il ne l’avait jamais fait auparavant. Presque inactif, il permit à la jeune femme de produire du jeu, ce qu’elle n’aurait pas eu le temps de faire s’il avait été sérieux. Pas vraiment intéressé par cette soirée, ni par cette femme, Naruto faisait un minimum d’effort pour être au moins accueillant et sympathique. Pas encore remis de son problème sentimental, il n’avait toujours pas la moindre envie de passer la nuit avec une femme. Malgré ce qu’il laissait croire à tout le monde, ses pensées étaient toujours hantées par la même personne et il lui était difficile d’en faire abstraction même pour une partie de jambe en l’air. Perdante, la jeune femme accepta une seconde partie. Regarder cette débutante en action lui rappela les fois où Hinata avait elle aussi empoignée la manette de jeu. Sasuke avait été le premier à l’inviter. Elle avait passé une seconde soirée avec eux. Et là, appréciée par tout le monde, elle s’était rajoutée à la bande comme un cinquième amis. Mais le meilleur souvenir, surpassant de loin tous les autres, était la dernière soirée jeu vidéo passée avec elle. Juste avec elle. Bien qu’il n’ait fait que gagner, ils s’étaient aussi bien amusés l’un que l’autre. Et la nuit qui avait suivi faisait maintenant partie des instants inoubliables passés avec elle.

La fin de la partie le ramena à la réalité. Aussi ennuyeuse que furent ces quelques minutes de jeux et ce qui l’attendait par la suite, Naruto résista à l’envie de s’en aller.  Il retrouva le silence et laissa la jeune femme faire de même. Au regard de son intérêt pour le jeu et pour la soirée, cette femme donnait l’impression d’être aussi ennuyée que lui. Peut-être qu’elle aussi avait été forcée de venir ? Naruto se tourna aussitôt vers Sasuke pour lui céder les manettes mais celui-ci, un peu trop occupé, ne fit même pas attention à lui.

- Tiens Sasuke, les…  commença Naruto avant de s’arrêter en découvrant la scène qui se déroulait à côté. 

Profitant de la partie de jeu de leurs amis, Sasuke et sa nouvelle amie étaient en train de s’octroyer un moment de partage intime. Assise à cheval sur Sasuke, la jeune femme lui offrait un roulage de pelle des plus sauvages. Ils étaient clairement prêts à passer à l’étape suivante.

- Déjà ? Il n’a pas perdu de temps… S’étonna Naruto alors que sa partenaire de jeu semblait plutôt choquée face à cette scène. Il reprit aussitôt à leur encontre. Hey vous deux !! On ne vous gêne pas?

La jeune femme s’arrêta aussitôt libérant la bouche de Sasuke.

- Vous seriez gentil de ne pas faire ça chez moi. S’exclama de nouveau Naruto à son ami qui venait de se lever et  affichait un large sourire. A vous de jouer !

- C’est dans la poche… s’exclama Sasuke à voix basse en prenant les manettes que son ami lui tendait.

- Ouais j’ai vu ça…

Naruto regarda son ami qui s’apprêtait à refaire une partie. Voilà, il avait obtenu ce qu’il voulait. Cette jeune femme était tombée dans ses bras et il était normalement assuré d’avoir au moins une nuit avec elle. Puisque l’objectif principal de cette soirée était atteint, ils n’allaient probablement pas tarder à s’en aller. Un peu de patience et l’attraction irrésistible entre ces deux-là mettraient fin à son calvaire.  Laissant Sasuke s’agiter devant l’écran télé, Naruto bu une grande gorgée de bière avant de s’enfoncer dans le canapé. Si ça continuait comme ça il allait finir par s’endormir. Il eut à peine le temps de fermer les yeux que la jeune femme à côté de lui, jusque-là parfaitement silencieuse, prit soudainement la parole.

- Je suis désolée d’être venue… s’exclama-t-elle.

- Hein ? S’étonna Naruto surprit en se redressant légèrement.

- Vous êtes là à cause de moi. Je lui ai dit que je ne voulais pas venir, que je n’étais pas prête, mais elle a quand même insisté.  Comme si coucher avec le premier venu allait m’aider à pardonner.

Naruto regarda la jeune femme qui était en train de le fixer de nouveau silencieuse comme si elle attendait qu’il lui réponde.

- Je suis désolée… reprit-elle… mais je ne suis pas du tout intéressée…

- Intéressée ? Répéta le jeune homme qui avait un peu de mal à remettre en route son cerveau à demi endormi.

- Oui. Il ne se passera rien entre vous et moi. Lui expliqua-t-elle pour être précise. Je ne suis pas comme ça.

- Et c’est réciproque !! Je ne comptais pas faire quoi que ce soit avec vous. S’exclama Naruto appréciant moyennement les insinuations de cette femme qui venait clairement de le jeter. Il reprit en pointant Sasuke du doigt. Si j’ai accepté c’est pour lui, c’est tout ! Je ne suis pas plus intéressé que vous !

- Ah… tant mieux. Fit la jeune femme. J’ai eu peur que vous attendiez quelque chose de moi… Est-ce que vous sortez vous aussi d’une histoire difficile ?

- On peut dire ça, oui. Lui répondit-il un peu plus calme.

- Vous l’aimez ?

-… Oui… lui répondit Naruto légèrement gêné.

La réponse de Naruto déclencha aussitôt quelques sanglots chez la jeune femme qui, malgré cela, reprit la parole.

- Moi aussi… reprit-elle en séchant ses premières larmes…  Et il a dit la même chose lui aussi. Il me l’a toujours dit. C’était vrai, mais maintenant comment puis-je le croire ? 

- Qu’est-ce qu’il s’est passé ? La questionna-t-il comprenant dans son attitude qu’elle avait probablement besoin d’en parler. Il vous a trompé ?

- … Avec une de ses collègues de travail… répondit-elle après avoir acquiescé d’un mouvement de tête.  Cette nuit-là, il est rentré à trois heures du matin. Ce n’était pas dans ses habitudes alors je lui ai demandé pourquoi. Et là il m’a dit ce qu’il avait fait. Ils fêtaient la signature d’un contrat. Il avait beaucoup bu et… elle était là…

La jeune femme s’arrêta et recommença à pleurer.

- C’est lui qui vous l’a dit ? La questionna Naruto surprit.  Au lieu de garder son infidélité secrète il lui avait lui-même révélé. 

- Oui. Il m’a juré qu’il n’était pas dans son état normal. Que c’était une erreur. Que ça ne voulait rien dire… Que ses sentiments n’avaient pas changé. Il avait l’air sincère. Mais comment puis-je en être sûr ? Même s’il n’était pas lui-même il m’a quand même trompé. Je ne peux pas effacer ça. Je croyais qu’en lui faisant la même chose je me sentirais mieux mais finalement je ne peux pas le faire…

- Tant mieux. Cela ne vous aurez pas aidé. Vous auriez eu honte de vous… Lui expliqua Naruto. Je ne sais pas qui vous a mis cette idée en tête mais pour ma part je vous le déconseille fortement. Dans votre cas ce n’est pas une solution. Vous pouvez me croire. Et lui aussi. Si vous pensez vraiment qu’il était sincère, faites-lui confiance. Il vous a trompé mais il a quand même le mérite de vous l’avoir dit. Beaucoup aurait préféré le mensonge…

- On s’est toujours promis de ne jamais se mentir… fit remarquer la jeune femme.

- Donc il a tenu sa promesse… constata le jeune homme. Il est certain qu’il tient à vous. Ça au moins vous ne pouvez pas en douter.

- Vous pensez que je dois oublier ce qu’il a fait ? Que je dois lui pardonner ?

- Non, pas forcément. Mais au moins vous pouvez lui donner une seconde chance. L’erreur est humaine. Sous l’alcool on peut faire des choses vraiment stupides… Si vous vous aimez, faites-le…

La jeune femme qui avait cessé de pleurer regarda Naruto quelques secondes sans afficher la moindre expression. Face à elle Naruto avait du mal à croire que c’était vraiment lui qui venait de parler. Il était étonné par ses paroles. Lui qui ne connaissait pas grand-chose à l’amour et qui était lui-même dans une impasse venait pendant plusieurs minutes d’écouter les plaintes d’une femme dont il ne connaissait même pas le prénom. Et le pire c’est qu’il s’était même permis de lui donner des conseils, lui qui n’avait pas une expérience personnelle des plus parfaite. Mais avait-il au moins été convaincant ? Le sourire que la jeune femme laissa apparaitre sur son visage prouva qu’il n’était pas loin de la réussite.

- Je vais le faire. S’exclama-t-elle. Merci. Grace à vous, je me sens beaucoup mieux…

- Tant mieux…

- J’espère que vous aussi, ça ira mieux… Vous…

- Qu’est ce qui se passe Nanami ? S’écria tout à coup la partenaire de Sasuke interrompant son amie en pleine phrase. Ça ne va pas ?

- Non. Au contraire… lui répondit celle-ci.

- Mais tu as pleuré ?

- Ça va mieux maintenant… s’exclama la jeune femme en se levant.

Laissant les jeunes femmes à leur discussion, Sasuke prit aussitôt Naruto à part.

- Qu’est-ce que tu lui as fait ? Lui demanda-t-il.

- Rien.

- Alors pourquoi elle pleure ?

- Parce que… commença-t-il avant de faire marche arrière. Laisse tomber…

Sasuke obtempéra et retrouva aussitôt le silence. En fait il n’en avait absolument rien à faire. Il reporta son attention sur les deux femmes qui parlaient encore et constata qu’effectivement la jeune femme semblait plutôt ravie.

- Et toi alors ? C’est pour ce soir ? Lui demanda Naruto.

- Ouais. On va chez elle. Lui répondit Sasuke un large sourire  aux lèvres. 

- Super. Ne t’avise plus de me refaire un plan pareil !

- T’aurais dû en profiter. Ça fait combien de temps que t’es inactif ?

- Qu’est-ce que ça peut te faire ? S’énerva Naruto. Lâche-moi avec ça !!

Un raclement de gorge interrompit les deux jeunes hommes. La compagne de Sasuke venait sonner le départ.

- On y va ? S’exclama-t-elle.

Sasuke acquiesça aussitôt ravie de la soirée qui l’attendait tandis que Naruto l’était tout autant de retrouver enfin la tranquillité dans son appartement. Leur départ libéra Tobi qui avait disparu à l’arrivée des deux jeunes femmes. Il refit son apparition pour tenir compagnie à son maitre qui, malgré le fait qu’il  appréciait le calme de nouveau revenu autour d’eux, avait du mal à se sentir bien. La solitude que le départ d’Hinata avait provoquée était quelque peu  pesante. Il n’avait toujours pas envie de combler ce manque avec n’importe qui. Alors les dimanches, seul jour de repos, étaient devenu des jours ennuyeux et beaucoup trop long. Le travail restait finalement la seule échappatoire à sa pauvre vie solitaire. Tant que le boulot occupait sa tête tout allait bien.

Ce n’est qu’une semaine plus tard que Naruto eut enfin des nouvelles de son avocat. Après avoir enfin clôturé son affaire en cours, celui-ci avait pu contacter le notaire et il avait maintenant en sa possession les papiers qui permettaient de mettre un terme au mariage du couple Uzumaki.  Le bureau de Naruto reçu les papiers et la confirmation que tout était en règle pour l’obtention de l’héritage. La durée de l’acte de mariage spécifiée dans le testament était atteinte et, avec l’accord du Notaire, la prononciation d’un quelconque divorce n’avait aucune incidence sur les droits de son client. Puisque la clause énoncée par Mr Namikaze Minato  était maintenant validé, la somme promise à Mr Uzumaki Naruto allait être débloquée. 

L’objectif principal de Naruto était atteint. Il avait balayé la clause de son père comme si elle n’avait jamais existée. Mais l’obtention de ces 3 millions de yens, qui aurait dû faire du jeune homme le plus heureux du monde, ne parvint pas à le toucher. Cette belle moto qu’il avait longtemps désirée se procurer avec cet héritage était maintenant loin de faire partie de ses préoccupations actuelles. Encore une chose qui avait changé à cause d’elle. Mais il allait bientôt redevenir lui-même. Les deux signatures qui manquaient sur ces papiers allaient officiellement rompre ce mariage qui ne lui avait causé que des ennuis. Après cela, plus rien ne rappellerait ce mauvais épisode de sa vie.

Michiru reçu aussitôt l’ordre de s’occuper de ces papiers. Son patron n’avait visiblement pas envie de le faire lui-même et semblait vouloir encore expédier cette affaire. C’était comme si cet évènement n’avait aucune importance pour lui. Il avait même refusé de savoir la date du rendez-vous qu’elle avait fixé avec sa future ex-femme.  Il agissait comme avant. Comme lorsqu’il donnait l’impression que rien n’importait plus que sa propre personne. Ce comportement mettait en doute cette pauvre secrétaire qui continuait à se poser des questions sur son nouveau patron. Son état actuel n’avait peut-être rien à voir avec sa femme. Kaito avait raison. Son instinct féminin l’avait certainement trompé.

 

Hinata profita d’un jour plutôt tranquille pour se rendre en ville afin de signer les papiers du divorce. La secrétaire de Naruto l’avait enfin convoquée après plusieurs semaines d’attente. Cette nouvelle qui en était plutôt une bonne, avait mis Hanabi de bonne humeur. Celle-ci voyait enfin l’occasion de ne plus entendre parler du mari de sa sœur et l’encaissement du chèque promis. Pour Hinata, c’était l’occasion de le voir et lui parler probablement pour la dernière fois. Elle n’avait toujours pas pu le remercier et c’était beaucoup plus important que le titre de « Madame Uzumaki » qu’elle portait toujours. Elle se rendit au Seitai Mag avec une petite appréhension. Ils ne s’étaient pas vus depuis l’hôpital, où elle n’avait pas été des plus agréables avec lui en refusant le seul sujet qu’elle ne voulait plus aborder.  C’est donc avec un léger stress qu’elle pénétra dans cet immeuble du quartier des affaires. C’était la troisième fois qu’elle y mettait les pieds. Shikamaru l’avait accompagnée en premier pour la signature du contrat de mariage. La seconde fois, c’était Naruto qui lui avait permis de le visiter pour faire de ce moment un souvenir inoubliable. Et maintenant, seule devant les ascenseurs,  elle s’apprêtait à se perdre dans le dédale des bureaux à la recherche de celui de son mari.  L’arrivée d’un ascenseur interrompit aussitôt ses pensées et alors qu’il ouvrait à peine ses portes elle entendit.

- Mme Uzumaki !!

A l’entente de ce nom qui n’était presque plus le sien, Hinata tourna la tête vers la source. Passant rapidement en revu la zone d’où provenait l’appel, elle tomba sur un homme, tout sourire en train de regarder dans sa direction. Est-ce lui qui avait parlé ? S’adressait-il à elle ou s’était-elle trompée ? Elle fixa l’homme sans savoir comment réagir. Elle ne pensait pas le connaitre mais son visage lui donnait l’impression de l’avoir déjà vu quelque part.

- Mme Uzumaki ! Recommença-t-il.

Il n’y avait plus aucun doute. C’était bien lui qui venait de parler. Elle inspecta aussitôt les environs autour d’elle cherchant quelqu’un susceptible de porter le même nom que Naruto mais à part elle, personne n’était intéressé par cet homme. L’ascenseur s’était vidé et toutes les personnes autour d’elle commençait à le remplir de nouveau. Seule devant les machines, il était évident que c’était elle son interlocutrice.

- Ce n’est peut-être plus comme ça que je dois vous appeler… reprit-il en s’approchant d’elle. Vous ne me reconnaissez pas ? C’est moi, Taichi !

Cette étonnante déclaration laissa la jeune femme sans voix.

- Je sais… continua l’homme alors que face à lui Hinata le détaillait des pieds à la tête… C’est plutôt bizarre. Moi aussi j’ai du mal à me reconnaitre avec ses vêtements. Mais c’est bien moi…

- Mr Taichi ? Réalisa-t-elle enfin. Mais qu’est-ce que vous faites là ?

- Je travaille. Lui répondit-il en montrant le chariot qui trônait à côté de lui.

- Vous travaillez ? Répéta Hinata surprise par une telle nouvelle.

- Oui, ça fait bientôt une semaine que je m’occupe du courrier. Je suis chargé des livraisons des 6 étages. Ça fait beaucoup de travail mais c’est très intéressant. Et c’est la première fois que je porte un uniforme aussi sympa.

Il souleva sa casquette et la montra à la jeune femme, fier de ce simple accessoire qui faisait de lui un employé de l’immeuble.

- C’est  super. S’exclama la jeune femme.  Je suis contente pour vous. Mais comment… ? 

- Tout est arrivé d’un coup. Expliqua Mr Taichi très enthousiaste… Un travail, un appartement. Ça fait quelques jours que j’ai mon propre appartement. J’ai enfin une véritable adresse et une fiche de paye. Tout cela grâce à la famille Uzumaki et plus particulièrement à votre mari.

- Mon mari ?

- Oui. C’est lui mon bienfaiteur. Il m’a proposé un entretien dans son entreprise et ça a marché. Ils m’ont aussi trouvé un logement. Si aujourd’hui j’en suis là, c’est grâce à lui et à vous aussi en quelque sorte.  Je suis persuadé que c’est votre présence qui a permis cela. Merci beaucoup. Je suis content d’avoir croisé votre route. Même si c’était pour si peu de temps…

- Je n’ai rien fais…

- C’est ce que vous croyez. Mais je vous assure que vous n’y êtes pas pour rien… Je ferais tout pour garder ce travail  et faire honneur à la famille Uzumaki et la vôtre aussi. Merci infiniment…

Hinata resta muette face cela. Elle avait du mal à réaliser ce qu’elle venait d’apprendre.

- Je suis désolé, il faut que je vous laisse. Je ne voudrais pas perdre trop de temps. Il y a beaucoup d’employé qui attende leur courrier.

- Bien sûr. Allez-y. Lui répondit-elle. Je suis vraiment contente pour vous. Vous méritez tout ça. Je vous souhaite de réussir…

- Merci à vous. J’espère qu’on aura l’occasion de se revoir… conclut-il avant de la saluer définitivement.

Hinata regarda cet employé préposé au courrier repartir à son travail le sourire aux lèvres. Elle n’en croyait pas ses yeux. C’était bien lui. Mr Taichi. Il n’était plus dans la rue. Il avait un travail et un logement. Et tout était arrivé grâce à Naruto. Cet homme avait encore fait quelque chose de remarquable. Il avait changé la vie d’un SDF. Ce sans-abris qu’il avait longtemps ignoré avait aujourd’hui un toit sur la tête et un travail, parce qu’il s’était enfin intéressé à lui. Hinata n’en revenait toujours pas. C’était tout simplement incroyable. L’imprévisible Naruto avait encore frappé et on pouvait dire qu’il ne faisait pas les choses à moitié. Il n’avait pas offert un peu d’argent mais encore mieux : une nouvelle vie. C’était tout bonnement admirable.

Arrivée au sixième étage, Hinata ne perdit pas de temps à demander son chemin. Aussitôt reconnue par la femme à laquelle elle s’était adressée, celle-ci lui proposa son aide jusqu'au bureau de son mari. Elle la suivit volontiers, les pensées toujours occupées par les actes nobles de son futur ex-mari. Même les regards posés sur elle à son passage ne parvinrent pas à l’atteindre. Elle lui fit traverser plusieurs couloirs et longer la grande pièce pourvue de nombreux bureaux. Hinata en profita pour admirer à travers cette salle vitrée la bonne dizaine d’employés en plein travail. Tous les postes étaient occupés, certain au téléphone, d’autre en pleine conversation avec les collègues. Et dans cette effervescence elle reconnut son ami Shikamaru. Celui-ci l’aperçut en même temps qu’elle. Il se retourna aussitôt vers une femme à côté de lui et, après quelques mots échangés avec elle, sortit à la rencontre d’Hinata.

- C’est le rendez-vous que tu attendais ? Lui demanda-t-il après l’avoir saluée.

- Oui. C’est enfin arrivé.

- Je vais t’accompagner. Déclara-t-il avant de se tourner vers la jeune femme qui accompagnait Hinata. Je m’occupe d’elle. Merci pour ton aide.

Il attendit le départ de l’employé et reprit.

- Tu lui as dit pourquoi tu étais là ?

- Non… Pourquoi ?

- Parce que je préfère que ce soit lui qui leur dise. Personne n’est au courant encore.

- De quoi tu parles ?

- Rien, laisse tomber. C’est les gens d’ici, ils sont un peu chiants… expliqua-t-il avant de changer de sujet. Temari m’a dit que tu venais le weekend prochain ? Vous prévoyez une journée entre filles ? 

Ils discutèrent encore quelques secondes avant d’arriver au bureau de la rubrique « cuisine ». Là ils furent accueillit par Michiru qui ne laissa pas le temps à Shikamaru de présenter son amie.

- Madame Uzumaki ! Bienvenue. Je vous attendais. S’exclama-t-elle en se levant. Elle serra la main d’Hinata et reprit. Je vous en prie asseyez-vous…

Elle eut à peine le temps de finir qu’un léger aboiement retentit dans la pièce d’à côté. Michiru leva la tête, aussitôt imitée par Shikamaru et Hinata. Celle-ci fit un large sourire en reconnaissant Tobi qui arrivait déjà vers eux. Il cibla aussitôt Hinata qui l’accueillit chaleureusement. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas vu ce chien. C’était un réel plaisir de le voir.  

- Tobi ! S’exclama la secrétaire un peu gênée par son comportement.  Je suis désolée…

- Ça ne me dérange pas ! La rassura Hinata accroupit à hauteur du chien occupé à lui donner ce qu’il était venu chercher. Ça fait longtemps qu’on ne sait pas vu tous les deux.

- Ben dis donc, il est content de te voir. S’exclama Shikamaru. Tu dois probablement lui manquer.

- Toi aussi tu me manque… s’exclama-t-elle en parlant au chien qui avait beaucoup de mal à retrouver son calme.

Michiru regarda cette scène avec un sentiment partagé. Leur complicité était vraiment touchante. Il était certain que Tobi appréciait cette femme. C’était très mignon mais allait-elle pouvoir reprendre le contrôle de son rendez-vous avec cet animal dans les parages ? Ça ce n’était pas tellement évident.  Heureusement pour elle, son patron, qui était dans la pièce voisine, eut la merveilleuse idée d’intervenir pour mettre un terme au bonheur évident du chien. Par un simple sifflement, Tobi se figea, tourné vers son maitre. Un autre sifflement et il repartit aussitôt vers le bureau qu’il avait quitté quelques minutes auparavant. Il passa la porte à demi ouverte et retourna auprès de son maitre installé à son bureau. Hinata le suivit des yeux et découvrit Naruto qu’elle n’avait pas eu le temps de voir en arrivant.  Elle le salua aussitôt d’un mouvement de tête lorsque son regard croisa le sien. Celui-ci se contenta de faire de même avant de baisser la tête pour reporter son attention sur son bureau.

- Bon, ben moi je retourne au boulot. S’exclama tout à coup Shikamaru. On se voit le weekend prochain Hinata.

- Tu seras là ?

- Oui mais t’en fais pas je vous laisserai tranquille après. J’ai compris. C’est « Journée entre filles ». Elle me l’a assez rabâché. Termina-t-il avant de quitter la pièce.

Hinata le regarda s’éloigner, le sourire aux lèvres. Elle imaginait parfaitement bien son amie Temari lui faire ce genre de remarque. Ils étaient tellement drôle tous les deux quand ils étaient ensemble. Toujours à se chamailler sur le ton de la rigolade.

- Je vous en prie. Installez-vous. Entendit-elle venant de la secrétaire. Laissez-moi juste quelques secondes pour mettre la main sur le contrat et je suis à vous.

Elle farfouilla aussitôt sur son bureau, souleva des dossiers et tomba enfin sur les feuilles. 

- Elles sont là. S’exclama-t-elle en les faisant glisser devant elle. Puis elle reprit en feuilletant. Il s’agit d’une procédure à l’amiable plutôt simplifiée étant donné les circonstances. Il n’y a pas grand-chose à lire mais n’hésitez pas à prendre quelques minutes pour le faire.  Puis à la dernière page… votre signature et la sienne...

Elle céda les papiers à Hinata ainsi qu’un stylo.  Celle-ci tourna les pages rapidement et s’arrêta sur la dernière.

- Vous ne lisez pas ? L’interrogea la secrétaire en la regarda se préparer à signer.

- Non, je vous fais confiance… lui répondit-elle en apposant sa signature. Voilà, c’est fait.

- Très bien. Il ne manque plus que sa signature et vous ne serez officiellement plus Mme Uzumaki. Lorsque ce sera le cas je vous enverrai une copie. Expliqua Michiru avant de se rappeler quelque chose d’important…  J’ai failli oublier, j’ai un message de la directrice pour vous. Elle regrette de ne pas être là aujourd’hui. Elle voulait profiter de votre venue pour vous parler. Du coup elle m’a chargée de vous saluer à sa place…

Elle ouvrit un petit carnet et tout en lisant les notes, qu’elle avait prises pour ne pas oublier un mot de son message, elle reprit.

- Elle espère que vous allez bien, vous et votre famille. Plus particulièrement votre père… Elle a été ravie de vous connaitre et elle espère avoir l’occasion de vous revoir.  Elle vous souhaite bonne chance pour la suite… Et à la fin elle a ajouté quelque chose. Je l’ai noté mais ça ne faisait peut-être pas partie du message. Elle a dit: « J’espère avoir une belle fille aussi appréciable qu’elle. » Voilà, c’est tout.

- C’est très gentil. S’exclama aussitôt Hinata touché par le message de la directrice. Vous lui direz que je vais très bien. Tout le monde va très bien. Et mon père aussi, grâce à elle. Il n’a jamais été aussi bien. Je lui serais toujours reconnaissante pour ce qu’elle a fait pour lui… J’ai été également ravie de la rencontrer. C’était très agréable de parler avec elle… Je n’oublierais jamais sa gentillesse…

- Ce sera tout ? Lui demanda Michiru.

- Oui…

- Très bien. C’est noté. Indiqua la secrétaire. Je passerai le mot et je suis certaine qu’elle sera ravie… Est-ce que je peux faire encore quelque chose pour vous ? 

- Et bien… oui… J’aurais voulu lui parler…  Répondit Hinata un peu hésitante en se tournant vers le bureau de Naruto, pour lui faire comprendre de qui elle parlait. Celui-ci, plutôt studieux, avait la tête baissée sur son bureau… Mais il a l’air occupé. Alors si vous pouvez lui laisser un message de ma part … 

- Vous pouvez aller le voir si vous voulez. S’exclama Michiru interrompant son invitée. Il donne l’impression d’être occupé mais ce n’est pas du tout le cas. Vous ne le dérangerez pas. Je vais lui dire.

Elle eut à peine le temps d’attraper le combiné du téléphone qu’Hinata l’interrompit à son tour.

- Non ça va ! S’exclama-t-elle. Laissez le tranquille. Ce n’est pas très important, ça ne vaut pas le coup de l’embêter pour ça.

- Mais…

- Dites-lui… commença Hinata en ignorant la secrétaire… que je le remercie. Merci pour tout… Pour mon père et pour l’auberge.  Si on ne met pas la clé sous la porte c’est grâce à lui… Merci beaucoup pour ça… Et pour Mr Taichi aussi. Pour tout ce qu’il a fait pour lui…

Elle se tourna de nouveau vers Naruto. Il avait toujours les yeux fixé sur son travail.

- Et pour moi… reprit-elle. Merci pour moi aussi... j’ai été ravie de le connaitre… Je lui souhaite une bonne continuation… J’espère que ça ira pour la suite…

Michiru termina de noter les paroles d’Hinata. Elle n’avait pas tout compris mais elle retenait au moins une chose.

- Vous ne regrettez pas alors ? Osa-t-elle lui demander. J’ai cru comprendre que votre cohabitation n’avait pas été très facile ?

- Oui, c’est vrai. Mais je ne regrette rien quand même… répondit Hinata. On a juste eu un peu de mal à se comprendre au début. On était peut-être un peu trop différent… et puis, c’était en grande partie à cause de moi. J’étais un peu trop envahissante. Je le comprends maintenant. 

- C’est difficile de vivre avec quelqu’un du jour au lendemain. Intervint la secrétaire. Surtout si c’est un parfait inconnu qui en plus de ça ne s’avère pas être l’homme le plus accueillant qui soit… Ce n’est pas toujours facile de le côtoyer. Je sais ce que c’est. Ses mauvaises humeurs m’ont souvent amenées à le maudire. Mais malgré cela, ça ne l’empêche pas d’être un bon patron. Il faut apprendre à le connaitre…

- Oui je sais. Il faut lui laisser le temps de s’ouvrir aux autres… ajouta Hinata avant de se lever pour amorcer son départ. Ça, j’ai pu le constater. C’est juste arrivé un peu tard…

Michiru suivit son interlocutrice et se leva à son tour.

- Mieux vaut tard que jamais. S’exclama-t-elle. Vous pouvez vous vanter de le connaitre mieux que quiconque maintenant. J’en connais beaucoup qui aurait tout donné pour être à votre place.

- Vous parlez de vos collègues ? On m’a dit qu’il était très populaire…

- Oh oui. Vous n’en avez pas idée. C’est un héritier. Ce titre fait de lui quelqu’un de très convoité. Et puis c’est quand même un bel homme. Il a tout pour plaire.

Hinata confirma d’un léger « oui » en se tournant une fois de plus vers le bureau du jeune homme. Il était encore plongé dans le travail, le combiné du téléphone collé à l’oreille. 

- C’est un homme bien. Ajouta-t-elle. Je peux le confirmer maintenant. Je ne suis pas prête d’oublier mon séjour chez lui.

- Ah ! Vous êtes tombée sous son charme vous aussi. Remarqua la secrétaire. 

Hinata regarda la jeune femme surprise par ses paroles.

- Vous croyez ? Lui demanda-t-elle.

- On dirait bien…

- Oui on dirait bien… Répéta Hinata tournée de nouveau vers le bureau de Naruto. 

Quelques secondes de silence passèrent avant que Michiru reprenne.

- Vous êtes sûre que vous ne voulez pas aller lui parler ? Demanda-t-elle regrettant amèrement que son patron ne soit pas venu la voir.

- Non, ça ira. Je vous laisse vous charger de lui passer le message. N’oubliez surtout pas de le faire. Et dites-lui que je suis vraiment sincère. Ça ne lui apportera probablement rien mais je lui suis vraiment reconnaissante. J’aimerais le remercier à hauteur de ce qu’il a fait mais je ne sais malheureusement pas quoi faire.

- Votre sincérité lui suffira, j’en suis certaine.

L’échange entre les deux femmes se termina sur ces mots. Elles se saluèrent et Hinata quitta le bureau sans le moindre regard vers Naruto, et traversa les couloirs de cette entreprise pour la dernière fois. Elle sortait de ce rendez-vous à la fois ravie d’avoir enfin posé sa signature sur ses papiers et déçu d’avoir eu affaire qu’à sa secrétaire. Aussi gentille soit-elle et aussi agréable fut leur entretien, Hinata avait espéré pouvoir parler directement à Naruto. Mais il n’était jamais sorti de son bureau. Malgré sa visite exceptionnelle, il n’avait pas jugé bon d’interrompre son travail, ne serait-ce que quelques minutes, le temps de la saluer comme il se doit. Il l’avait quasiment ignorée. C’était comme si sa venue n’avait aucun intérêt pour lui. Alors qu’elle avait longtemps attendu ce moment-là pour pouvoir enfin lui exprimer toute sa reconnaissance, pour l’aide qu’il avait apporté à sa famille, il avait laissé sa secrétaire s’occuper d’elle et avait fait comme si elle n’était pas là.  Face à cet homme, dont l’attitude lui avait seulement permis de croiser son regard une seule fois, Hinata avait préféré le laisser tranquille et éviter de le déranger inutilement. Puisqu’il n’avait pas eu envie de lui parler elle avait choisi de faire de même. Résultat des courses, leur dernière occasion de parler s’était soldée par un échec. Elle avait finalement laissé au bon soin de la secrétaire la gratitude et les remerciements qu’elle lui devait.  C’était un peu frustrant de partir comme ça, mais au moins cette histoire de mariage était terminée. Elle pouvait maintenant tourner la page sur ce moment de sa vie, où, pour avoir droit à une belle somme d’argent, elle avait dû vivre avec un inconnu. Une personne qui lui en avait fait voir de toutes les couleurs mais qui finalement s’était révélé être un homme appréciable. La remarque de la secrétaire était parfaitement exacte. Malgré ses préjugés sur ce genre d’homme, Hinata n’était pas restée indifférente à ses charmes et elle l’avait prouvée en le suivant dans sa chambre. Il était presque parfait. Seul son manque de sérieux avec les femmes lui faisait défaut et c’était bien dommage. Comme tout le monde, il méritait de trouver celle qui le rendrait heureux jusqu'à la fin de sa vie. Alors pourquoi utilisait-il les femmes de cette façon ? N’en avait-il pas assez de donner une raison aux gens de le détester?

Hinata quittait ce quartier des affaires, sûre qu’elle n’y mettrait plus les pieds. C’était aussi la dernière fois qu’elle le verrait, lui. Il était quasiment improbable qu’ils se rencontrent par hasard tous les deux. Leur monde était à l’opposé l’un de l’autre et leur profession respective prouvait cette évidence. D’ailleurs la dernière image qu’elle avait maintenant de lui était plutôt satisfaisante. Le voir à son bureau aussi appliqué et travailleur était assez rassurant. A défaut d’être sérieux sur le plan personnel, il semblait l’être côté professionnel. C’était bien pour lui et elle lui souhaitait de rester comme cela. S’il était un bon patron pour la rubrique qu’il dirigeait, il était certain qu’il avait tout pour mériter son avenir tout tracé. Tout comme elle avec l’auberge, il allait un jour ou l’autre  être à la  tête de son entreprise. Même si leur responsabilité n’était pas comparable elle était quand même bien placée pour connaitre le poids de ce titre. Reprendre la direction d’une entreprise après ses parents n’était pas sans difficulté. Les espoirs que tout le monde mettait sur les épaules du successeur donnaient plutôt envie de fuir. Mais Naruto était fort, il ne faisait aucun doute qu’il y parviendrait.

Après le départ d’Hinata, Michiru attendit quelque minute avant de déranger son patron. Sa conversation téléphonique enfin terminée, elle s’empressa de le rejoindre dans son bureau pour lui faire un rapport de son rendez-vous. Elle lui présenta les papiers du divorce avec la signature de la jeune femme et l’invita à ne pas tarder à poser la sienne pour officialiser l’évènement. Puis sans attendre elle l’informa du message qu’elle avait la mission de lui transmettre. Elle lut les quelques lignes qu’elle avait griffonnées sur son calepin et scruta la réaction de son patron à chaque phrase. Malheureusement pour elle, il ne fit pas le moindre commentaire et n’eut aucune réaction à la lecture de ce message dont le contenu était plus qu’élogieux. L’expression de son visage n’avait pas changé du début à la fin. Il donnait l’impression de se foutre totalement de la gentillesse de sa future ex-femme. Il avait même déjà baissé la tête, prêt à se remettre au travail. Son comportement mettait encore en doute les hypothèses de la secrétaire. Elle était presque prête à confirmer son erreur. Son soudain changement n’avait-il vraiment aucun rapport avec cette jeune femme ?

- Elle vous aime beaucoup. S’exclama-t-elle tout à coup sans réfléchir à l’importance de ses mots.

La réaction de son patron fut aussi soudaine que sa déclaration. La tête aussitôt levée vers elle il semblait enfin intéressé. Michiru reprit sans attendre.

- Oui, je sais ce que vous allez dire. C’est comme 99% des femmes de cette entreprise. Ce n’est pas vraiment nouveau pour vous. C’est…

- Comment tu le sais ? Demanda-t-il en l’interrompant.

- C’est évident. Tout le monde le sait. Lui répondit-elle. Les femmes parlent entre elles. Et puis le regard qu’elles portent toutes sur vous est sans équivoque.

- Je ne parle pas de ça. S’exclama-t-il avant de continuer en restant évasif…  C’est elle qui te l’a dit ?

- Non pas vraiment. Répondit la secrétaire comprenant parfaitement qu’il parlait d’Hinata. Mais je n’aurais pas été étonnée qu’elle me le dise. C’est ce que j’ai compris en l’écoutant parler de vous.

- C’est pour ça que ça a été aussi long… s’exclama-t-il avant de continuer gêné par l’intérêt qu’il montrait pour cette nouvelle. Et… qu’est-ce qu’elle a dit ?

- Elle n’a pas arrêté de faire des éloges sur vous. Expliqua Michiru ravie de constater qu’elle avait raison. Elle a dit qu’elle n’oublierait jamais son séjour chez vous. Que vous êtes un homme bien. Qu’elle ne regrette pas ce mariage. Et puis, je ne sais pas pourquoi mais elle m’a demandé de vous confirmer que son message était vraiment sincère. Elle voulait faire quelque chose en plus que de simple mot pour vous remercier, mais elle ne savait pas quoi faire…

Elle s’arrêta et regarda son patron avec insistance. Celui-ci ne fit aucun commentaire et son expression, une fois de plus, montrait aucun sentiment. Pourtant elle venait clairement de ne faire que des compliments sur lui. Mais aucun de ces mots ne lui avait arraché un sourire. Il était évident qu’il cachait ses véritables émotions. Sa soudaine curiosité à propos de la jeune femme prouvait cela.

- Je lui ai proposé de venir vous parler directement mais elle n’a pas voulu vous déranger… reprit Michiru essayant de le faire réagir.  J’en connais beaucoup qui n’aurait pas hésité à sa place…

- Elle est différente… s’exclama-t-il simplement en fixant sa secrétaire.

- Oui c’est vrai. C’est ce que je me disais. Je ne la connais pas mais elle semble être quelqu’un de bien. D’ailleurs la directrice l’apprécie beaucoup et d’après le message qu’elle lui a laissé, c’est parfaitement réciproque. Expliqua Michiru avant de laisser la possibilité à son patron de parler.

Celui-ci n’en fit rien. Il baissa la tête pour fixer son bureau comme s’il réfléchissait et garda le silence. Il n’avait visiblement pas envie d’en dire plus. 

- N’oubliez pas de signer les papiers. Je les enverrai au Notaire… lui indiqua-t-elle avant de se tourner pour quitter le bureau.

- Attends !! Entendit-elle tout à coup derrière elle.

- Oui ? l’interrogea-t-elle, arrêtée dans son élan.

- Est ce que tu penses… qu’elle m’apprécie autant que les autres ? Lui demanda-t-il hésitant.

Michiru resta quelques secondes silencieuse face à son patron, dont la gêne évidente lui donné envie de sourire.

- …Oui. Je pense que oui. Lui répondit-elle simplement, à court d’arguments.

- … Merci… termina-t-il encore sans afficher la moindre émotion.

La secrétaire n’ajouta rien et quitta la pièce pour rejoindre son bureau, le sourire aux lèvres.  Elle regrettait de ne pouvoir entendre ses pensées. Il n’avait pas arrêté de cacher ses sentiments durant leur entrevue pourtant c’était, maintenant, plus qu’évident. Même si son comportement n’avait rien laissé paraitre à part un léger trouble, les questions qu’il avait posées ne laisser aucun doute. Cette curiosité et surtout sa dernière question prouvait qu’il portait un intérêt à cette femme. Oui. Son comportement n’était pas celui d’un homme indifférent.

Michiru avait parfaitement raison, Naruto était loin d’être tranquille en ce moment même. La venue de sa femme et ce qu’elle venait de lui dire, chamboulaient complètement ce qu’il s’évertuait à faire depuis quelques jours. Le ménage qu’il faisait dans sa tête et dans ses sentiments n’avaient pratiquement servit à rien. Tout était revenue à l’instant même où elle était apparu dans le bureau face au sien. Cela faisait un certain temps qu’il ne s’était pas vu et la voir débarquer comme cela, sans avoir été prévenu, l’avait laissé coi. Contrairement à Tobi qui n’avait pas hésité à traverser la pièce pour aller à sa rencontre, Naruto n’avait pas bougé de son bureau. Elle l’avait déjà, par deux fois, envoyée balader lorsqu’il avait tenté de parler avec elle. Il n’avait pas envie de vivre cela une troisième fois. Pas envie de continuer à insister encore et encore. À quoi bon aller la voir si ça ne lui rapportait rien ? Et puis, de toute façon la question ne se posait même pas. Il avait déjà abandonné. La seule chose qui lui restait à faire c’était de l’ignorer. Continuer à travailler en faisant comme si elle n’était pas là. Faire de sa présence, un événement tout à fait anodin.

Mais ce fut plus facile à dire qu’à faire. Comment se reconcentrer sur son travail dans de tel circonstance ? Comment faire abstraction de sa présence, sachant qu’elle est dans la pièce d’à côté ? C’était impossible. L’attraction était beaucoup trop tentante. Son attention avait été attirée par ce qui se passait face à lui.  Et bien que ce ne fût pas intéressant, il passa presque tout le temps de ce rendez-vous les yeux fixés sur elle. Lorsque celle-ci se tournait vers lui, il esquivait aussitôt et feignait de travailler. Ce n’est qu’après avoir failli se faire prendre en flagrant délit pour la troisième fois qu’il se rendit compte de son imbécilité. Il décrocha aussitôt son téléphone pour se remettre au travail et retrouver la détermination qu’il avait perdu en la revoyant. Mais sa conversation téléphonique n’eut aucun pourvoir de distraction. Ecoutant son interlocuteur d’une oreille, son attention était accaparée par le départ de la jeune femme. Ce n’est que lorsqu’elle quitta le bureau qu’il put enfin se concentrer sur sa conversation déjà bien entamée. Elle l’avait totalement perturbé et le message qu’elle lui avait laissé n’avait pas arrangé les choses. Même sa secrétaire en avait rajouté une couche en affirmant qu’elle l’appréciait. Il avait été curieux de savoir ce qu’elle avait dit de lui et il n’en était pas mécontent. Elle était partie en semblant le fuir comme la peste, ce qui pouvait laisser penser qu’elle ne l’aimait pas tant que ça, voire pas du tout. Pourtant ce n’est pas ce qu’elle avait dit à Michiru.  Et celle-ci pensait même le contraire. En parlant quelques minutes avec Hinata, elle arrivait à dire qu’elle l’appréciait autant que les autres femmes. Il avait envie d’y croire. En tant que femme, elle était bien placée pour la comprendre. Mais alors, si son pouvoir de séducteur avait bien marché sur elle, pourquoi était-elle partie ? Pourquoi n’agissait-elle pas comme toutes les autres ? Comme ces folles accros à lui, prêtent à faire n’importe quoi pour ses faveurs.

Entre regret, d’avoir ignoré sa venue, et questionnement, après les révélations de sa secrétaire, Naruto ne put se remettre correctement au travail. Il laissa de côté les dossiers demandant trop de réflexion et termina sa journée légèrement dans le brouillard. La soirée qui suivit ne fut pas vraiment plus claire. À la salle de sport, il fit de son mieux pour paraitre le plus normal possible. Pour sa bande de pote, il était guéri, ou bien en voit de guérison. Alors il était hors de question de montrer une quelconque faiblesse juste parce qu’il l’avait revu son ex-femme. C’était dingue quand même. Le simple fait de la revoir l’avait ramené à cet état pitoyable d’amoureux rejeté. Il n’était finalement pas prêt de tourner la page.  Et la nuit qu’il passa à réfléchir ne lui permit pas de trouver la solution. Ce n’est que le lendemain qu’il eut une révélation en croisant la secrétaire de son collègue et ami Shikamaru. Pourquoi n’avait-il pas pensé plus tôt à lui ? Il était le mieux placé pour répondre à ses questions concernant Hinata. Il ne faisait aucun doute qu’elle avait eu le temps de lui parler. Il devait en savoir beaucoup sur le sujet.

Décidé à en parler avec lui, Naruto attendit la pause déjeuné du midi pour trouver Shikamaru à la cafétéria de l’entreprise. A part à son bureau, la cafétéria était le deuxième endroit où on pouvait être sûr de l’y croiser. Accompagné de son éternel bento préparé par sa compagne, Shikamaru ne fut pas difficile à trouver, assit seul à sa table.

- Est-ce que c’est bon ? Lui demanda Naruto en s’asseyant face à lui.

- Oui comme d’habitude. Lui répondit son collègue. Mais j’en peux plus. Elle m’en a trop fait.

- Je peux le finir si tu veux. Je n’ai pas encore mangé…

- Bon appétit. S’exclama Shikamaru en faisant glisser le bento vers Naruto. Si je le finis pas elle va me faire une scène. Elle croit qu’elle cuisine mal.

- Pourtant ce n’est pas le cas… confirma Naruto la bouche déjà pleine.

- Ouais. Je n’arrête pas de lui dire. Mais tu connais les femmes. Quand elles ont une idée en tête, on ne peut rien y faire… D’ailleurs ça me fait penser à quelque chose. Tu n’aurais pas une petite idée de cadeau ?  C’est bientôt notre anniversaire.

- Votre anniversaire ?

- Oui. Ça fera six ans qu’on est ensemble.

- Ça se fête ça ?

- Ben oui. Tu l’as jamais fait ? S’étonna Shikamaru.

La bouche pleine, Naruto secoua la tête pour répondre non. Son ami reprit aussitôt.

- Ah, c’est vrai ! J’avais oublié que je suis face à un adepte des relations d’une semaine. Au moins t’as la chance d’y échapper. Moi, si j’ai le malheur d’oublier elle me tombe aussitôt dessus et c’est l’engueulade assurée.

- Ça va, ce n’est pas compliqué. Tu peux lui acheter un bijou ou un parfum hors de prix. Ou alors le classique bouquet de fleur, ça marche toujours. Surtout les roses. Sans oublier de glisser quelques mots de poésie, elles adorent ça.

- C’est comme ça que tu arrives à les amadouer alors ?

- Ouais. Mais c’est rare. Je n’ai pas vraiment besoin de ça pour les avoir. C’est mon charme naturel qui fait tout.

- On n’a pas tous ta chance… S’exclama Shikamaru dépité.

- T’as aussi le cadeau ultime. Le câlin. Expliqua Naruto en fermant la boite à bento vidée de son contenue. Un diner aux chandelles, du champagne, des pétales de fleurs sur le lit et tu lui fais prendre son pied comme jamais.

- Ça va. Pas la peine d’expliquer j’avais compris où tu voulais en venir. 

- C’est la réussite assurée. Je peux te garantir que si tu fais bien les choses elle se rappellera de cet anniversaire… termina-t-il avant de reprendre en lui rendant la boîte. Tu lui diras que c’était bon.

- Ouais… Au fait ? Qu’est-ce qui t’amène ici ?  T’es pas venu, juste pour me voler mon bento ? 

- Non. Même si c’est vrai que j’avais faim. Répondit Naruto… C’est à propos d’Hinata… Tu m’avais dit qu’elle te racontait tout alors je suppose que tu sais ce qui s’est passé entre nous? Elle a dû te dire qu’on a…

- Non merci !! S’exclama aussitôt Shikamaru en se levant. Je ne veux rien entendre la dessus. Si tu comptais me parler de ça, laisse tomber. 

- Elle te l’a dit alors ? l’interrogea Naruto en le suivant.

- Oui elle me l’a dit ! Enfin, pas à moi. Faut pas exagérer quand même. J’ai des limites. Elle l’a raconté à Temari et elle, elle s’est empressée de venir me le dire. Comme si ça m’intéressait !? S’offusqua-t-il. On n’a jamais parlé de ce genre de chose toi et moi, Naruto. Alors ne t’attend pas à ce que je le fasse maintenant que ça concerne Hinata.

- J’n’ai jamais dit que je voulais qu’on parle de ça ! S’exclama Naruto en suivant son ami au pas de course dans le couloir. Tu ne m’as pas laissé finir, idiot.

- Qu’est-ce que tu veux alors ? Lui demanda Shikamaru rassuré.

- Je veux savoir ce qu’elle t’a dit sur moi ?

- C'est-à-dire ?

- Je veux savoir pourquoi elle est partie ? S’exclama Naruto.

Tous les deux venaient de franchir la porte du bureau de la rubrique de Shikamaru. Ils furent aussitôt accueillît par la secrétaire de celui-ci ravi de le voir arriver.

- Vous tombez bien. Vous avez un appel sur… commença-t-elle avant d’être coupée.

- Pas maintenant. Lui répondit Shikamaru en ne faisant que passer. Prends les messages s’il te plait!

Il accompagna son ami jusqu'à son bureau et ferma la porte derrière eux. Là, à l’abri des oreilles indiscrètes ils reprirent leur conversation comme s’ils n’avaient jamais été interrompus.

- Elle est partie parce que le contrat est terminé. Expliqua Shikamaru en rejoignant son fauteuil de bureau. Tu devrais le savoir.

- C’est le cas. Mais après ce qu’il s’est passé entre nous, je pensais qu’elle allait rester.

- Pourquoi elle serait restée ? Ton histoire de mariage est terminée. Il est logique qu’elle rentre chez elle. Ce n’est pas parce que vous avez… fait tu sais quoi, que ça change les choses.

- Ah bon ?  Et pourquoi pas ? S’étonna Naruto en s’installant sur un fauteuil face à son ami.

- Ben… Parce que vous êtes différent. C’est logique…

- Différent ? Tu veux dire que sous prétexte qu’on ne vient pas du même milieu, ce ne serait pas possible ?

- Non, je ne parle pas de ça. Je veux dire qu’Hinata n’est pas comme toi. Sentimentalement parlant, vous êtes trop différent. Elle n’attend pas la même chose que toi. Tu comprends ce que je veux dire ? Elle est sérieuse. Alors que toi ce n’est pas vraiment ton cas…

- Mais je suis sérieux !!! S’écria le blond prêt à bondir de son fauteuil.

- Comment ça sérieux ? Qu’est que tu entends par là ?

- Ben… sérieux… chercha Naruto avant de trouver la bonne explication… Comme toi avec Temari.

- Hein ? S’étonna Shikamaru en pleine réflexion.

- Je l’aime ! S’exclama Naruto légèrement agacé de devoir s’expliquer. 

- Quoi ?

Se rendant compte de ses paroles, Naruto garda le silence quelques secondes. Mais qu’est-ce qu’il lui était passé par la tête ? En perdant son calme, il venait de laisser échapper une information personnelle qu’il aurait préféré garder pour lui. Quel idiot. Maintenant Shikamaru attendait une confirmation et c’était impossible de revenir en arrière.

- Je suis amoureux d’elle. Répéta-t-il assumant ses paroles. Ça devrait te suffire pour prouver que je suis sérieux, non ?

- C’n’est pas possible… laissa échapper Shikamaru sonner par cette nouvelle. Toi, amoureux ?

- Ben oui. Moi. Confirma Naruto.

- C’est… incroyable. Toi qui refusais les relations sérieuses, tu es maintenant en train de dire que tu es tombé amoureux. Et pas de n’importe qui en plus. Si je ne te connaissais pas je croirais que c’est une blague.

- Ce n’est pas une blague. Je veux du sérieux avec elle.

- Y’a pas si longtemps tu la supportais pas. Tu m’en voulais même de te l’avoir présenté.

- Je t’en veux toujours. Si j’en suis là c’est à cause de toi. Ses sentiments m’emmerdent plus qu’autre chose. Je n’ai jamais été aussi mal que depuis qu’elle est chez moi. 

- Mais maintenant tu sais ce que c’est. Et avoue que ce n’est pas si négatif que ça.

- Je m’en serais bien passé…

Shikamaru fit  un large sourire, amusé par les paroles étonnantes de Naruto. 

- Elle n’a pas parlé de ça…remarqua-t-il tout à coup en parlant d’Hinata. Pourtant c’est un détail plutôt important. Je ne pense pas que Temari aurait oublié de me le dire… Mais attends! Tu lui as dit au moins ? 

- Ben… commença Naruto en réfléchissant.

- Tu ne lui as pas dit ?!  S’exclama sans attendre Shikamaru comprenant les hésitations de son ami… Idiot ! Si tu ne lui fais pas part de tes sentiments comment veux-tu qu’elle le devine ?

- Je ne sais pas… Je pensais que c’était évident.

- Evident ? Mais avec toi rien n’est évident. Le matin tu te lèves à côté d’une femme et le soir tu te couches avec une autre.

- Ça, ça fait longtemps que c’est plus arrivé. Expliqua Naruto pour se défendre. Je ne vois plus personne depuis plusieurs semaines. À part elle… Je suis vraiment sérieux. Regarde dans mon téléphone, je n’ai appelé aucune d’elles depuis un moment !

Il fit glisser son téléphone sur le bureau de son ami qui refusa aussitôt sa proposition.

- Non c’est bon. Je te crois… Je trouve ça très bien mais ce n’est pas à moi que tu dois le dire. Elle croit toujours que tu es un coureur de jupon… Je n’ai pas très bien compris quand Temari m’a raconté mais je crois qu’elle t’a vu avec quelqu’un.

- Quoi ? Ce n’est pas possible!

- Je ne sais rien de plus. Vas la voir et dis-lui. Je ne comprends pas que tu ne l’aies pas déjà fait. Pour une fois que tu es enfin sérieux, tu fais les choses à moitié. C’est vraiment bête ça.

- Elle s’est trompée. Elle n’a pas pu me voir avec qui que ce soit… continua Naruto ignorant presque les paroles de son ami. Les yeux dans le vide il réfléchissait… Non. Ce n’est pas possible…

- J’ai peut-être mal compris… Dans tous les cas, tu dois lui parler.

- J’y vais ! S’exclama aussitôt Naruto en se levant de son siège. Je vais lui dire.  

- Maintenant ? S’étonna Shikamaru en l’imitant.

- Oui, maintenant. Faut que je lui dise qu’elle s’est trompée. Ça ne peut pas être moi. Expliqua-t-il en commençant à partir vers la porte.

- T’es pas obligé d’y aller tout de suite. Tu peux attendre demain.

- Non. Ça va me prendre la tête tout la nuit.

- Attends Naruto!! L’arrêta Shikamaru. Promets-moi de ne pas faire n’importe quoi avec elle !  Vous êtes tous les deux mes amis. Je n’ai pas envie de te détester.

Arrêté au seuil de la porte, Naruto resta quelques secondes silencieux devant son ami. Il ne faisait aucun doute qu’il tenait à Hinata comme à quelqu’un de sa propre famille.

- Je te le promets. Le rassura-t-il. Je l’aime. Si elle veut bien de moi, je veillerai à faire d’elle la femme la plus heureuse du monde. Crois-moi. Même si c’est bizarre de m’entendre dire ça, pour une fois je suis vraiment sérieux.

Shikamaru fixa son ami dans les yeux. Il était vraiment déterminé. C’était plutôt étrange de le voir comme ça mais cela lui allait très bien. Il était bel et bien amoureux. Son regard et ses belles paroles suffisaient à l’en convaincre. 

- D’accord, je te la confie. S’exclama-t-il. Bon courage…

Le sourire aux lèvres il regarda son ami s’éloigner vers un futur qu’il était maintenant, seul à avoir entre les mains.

- Waouh! Il est enfin sérieux… Bravo Hinata. Conclut Shikamaru à lui-même. C’est dingue. Temari ne va pas en revenir.

Naruto quitta le bureau de Shikamaru sans ajouter le moindre mot et fila aussitôt vers le sien. Son ami avait raison. Il devait parler à Hinata. Et cette fois il était hors de question qu’elle refuse. Depuis le début il avait toujours voulu s’expliquer mais elle ne lui en avait jamais laissé l’opportunité. Pourtant si elle l’avait écouté, il n’en serait probablement pas là aujourd’hui. Aussitôt eût-il passé la porte de sa rubrique qu’il informa ses employés de son départ. Kaito eut droit à son après-midi tandis que Michiru gagnait, sur ordre de son patron, la responsabilité de la rubrique durant son absence. Lui, avait plus important à faire. Avec Tobi il quitta l’entreprise pour une sortie exceptionnelle aux abords de la ville. Sans réfléchir plus que ça, il prit le chemin pour l’auberge de la famille Hyûga, prêt à dissiper un possible malentendu entre Hinata et lui. C’est en arrivant devant la bâtisse qu’il commença à prendre conscience de ce qu’il s’apprêtait à faire. Lui qui n’avait jamais exprimé le moindre sentiment amoureux à une femme, était sur le point de le faire sans aucune préparation. C’était plutôt stressant comme situation. Que devait-il dire en se trouvant face à elle ? Comment devait-il formuler ses phrases pour que ses sentiments soient bien exprimés ?  Il s’imaginait, lui le parfait novice, balbutiant comme un idiot. C’était fort probable qu’il se retrouve dans ce genre de situation. Cela lui était arrivé à plusieurs reprises devant elle. Il n’était pas à l’abri d’un cafouillage de plus. L’envie de faire demi-tour lui traversa l’esprit, mais il devait passer par là pour s’expliquer une bonne fois pour toute, quitte à repartir en bon perdant.

A peine la portière de la voiture ouverte que Tobi déboula en trombe à l’extérieur pour aussitôt quitter son maitre, surprit par sa rapidité. Il avait vraisemblablement reconnu l’endroit et ce jardin qu’il avait longtemps côtoyé. Naruto n’eut pas le temps de l’attraper et ses appels n’eurent aucun effet sur lui. Disparu au milieu  de l’agitation de la résidence, Tobi n’était déjà plus visible. Le jeune homme se retrouva seul dans cet endroit qu’il visitait presque pour la première fois. Cette entrée plutôt fracassante lui permit pendant plusieurs minutes d’oublier la raison de sa venue. En nouveau client il resta un moment à contempler le fruit du labeur de cette famille. L’auberge en plein travaux qu’il avait vu de ses yeux n’était plus qu’un ancien souvenir. Il avait face à lui le résultat de tant d’heure de travail et la preuve que la persévérance était, dans la plupart des cas, récompensée. Le bâtiment dressé au centre du jardin était comme neuf. Vu de l’extérieur c’était parfaitement réussi.  Et l’aménagement du jardin, aussi traditionnel que l’auberge, ajoutait un charme supplémentaire à l’ensemble. Son employé Suzu n’avait pas exagéré ses descriptions dans l’article. C’était un très bel endroit. De la découverte des murs de la bâtisse à celui du coin jardin accueillant un bassin de poissons, Naruto passa en revu certains détails pour s’arrêter finalement sur les gens qu’il croisait çà et là. Un groupe d’une dizaine d’enfants animés à eux seul une partie du jardin tandis que plusieurs adultes, en pleine négociation, tentaient de les calmer. Il y avait du monde ce jour-là. Ce n’était pas désert comme la jeune femme s’en était plainte dès l’ouverture. L’article du magazine avait bel et bien fait effet. La notoriété du Seitai Mag avait une fois de plus aidée une entreprise. C’était encore une réussite pour lui et une fierté que le travail de son équipe ait une telle utilité. Celle-ci n’avait quand même pas la même saveur que les précédentes. Il s’agissait tout de même d’une famille dont l’un de ses membres avait une importance pour lui. Il avait pris soin du futur de la fille ainée et grâce à cela les Hyûga étaient pour l’instant sauvés de la faillite et de la perte d’un héritage familiale. Si tout se passait pour le mieux, le futur de cette famille était assuré et pour lui c’était l’essentiel.

Attiré de nouveau par les cris des enfants, il reconnut Tobi parmi eux. Il était visiblement heureux d’être là. D’ailleurs, c’était certainement à cause de lui que l’agitation de ces gamins devenait de plus en plus insupportable. Prêt à stopper les agissements de cette mascotte qui venait de reprendre du service, Naruto vit ses projets tomber à l’eau lorsqu’une voix derrière lui, lui rappela son objectif premier.

- Je peux vous aider Monsieur? Entendit-il parmi tous ses bruits. 

- Oui… commença-t-il en se retournant… Je voudrais voir…

 Il suspendit sa  phrase en reconnaissant la personne face à lui.

- Ma sœur. Je suppose? Reprit son interlocutrice.

Le jeune homme souffla intérieurement. Pourquoi fallait-il que ce soit cette gamine détestable qui l’accueille? Ne méritait-il pas quelqu’un de plus sympathique ?

- C’est dommage pour vous. Elle n’est pas là. Expliqua la sœur d’Hinata sans attendre la confirmation du jeune homme. Et elle ne risque pas de rentrer de sitôt.

- Comment ça ? Vous savez dans combien de temps elle sera là ? Lui demanda-t-il un peu dégouté.

- Non. Ça peut lui prendre deux heures comme la journée entière. On ne peut pas prévoir ce genre de course.

- Je vais l’attendre alors. L’informa Naruto déterminer à rencontrer Hinata coute que coute.

- C’est inutile. Vous allez perdre votre temps.

- Ça m’est égale, je suis prêt à l’attendre…

- Je peux prendre un message. Elle vous contactera à son retour. Insista la jeune femme.

- Non merci. Je reste ici.

- Vous n’avez pas confiance en moi ? S’irrita Hanabi. Vous croyez que je ne passerai pas le message ?

- Non je ne pense pas ça. Mais je serais quand même en droit d’en douter avec vous… répondit-il avant d’ajouter fermement. Je veux lui parler alors j’attendrai son retour ici.

- Même si elle ne rentre que cette nuit ?

- Tout à fait…

Hanabi fixa cet homme qui semblait vraiment déterminer à rester. Que pouvait-il vouloir à sa sœur ? Légèrement dégoutée de ne pouvoir s’en débarrasser, elle reprit méchamment.

- Ne restez pas là. Vous dérangez les clients.

- Où puis-je me mettre alors ?

- Suivez-moi !

Naruto obtempéra sans ajouter un mot. Cette invitation sonnait plutôt comme un ordre mais au moins elle semblait avoir enfin compris qu’il n’était pas prêt de partir. Elle lui fit longer le bâtiment et l’emmena dans une arrière-cour qu’il n’avait pas encore vue. Quelques bancs ci et là trônaient dans ce coin de jardin du côté droit de l’auberge. Un puit et un potager prenaient place sur une partie du terrain juste à côté de lui. Après un dernier ordre de la jeune femme, lui intimant d’attendre ici, Naruto se retrouva seul sur son banc, quasiment obligé d’obéir. Elle avait même ajouté en partant : « Attendez ici. Je viendrai vous chercher quand elle sera de retour. »  Pour qui se prenait-elle? Une geôlière qui aurait fait de lui son prisonnier ? C’était presque ça. D’ailleurs l’endroit où il se trouvait l’empêchait d’avoir une bonne visibilité sur l’entrée et ainsi avoir l’opportunité de voir Hinata arriver. Si ça se trouvait cette emmerdeuse avait fait exprès de l’en éloigner ? Tout était possible avec elle puisqu’elle ne semblait pas l’apprécier le moins du monde. Obligé de prendre son mal en patience, il attendit les yeux plongés sur cette partie de l’auberge. Plusieurs pièces, qui semblaient être des chambres, s’étalaient face à lui. Munies de porte vitrée coulissante donnant sur le coin de jardin, elles offraient une jolie vue aux clients. Semblant l’apprécier, quelques-uns sortaient prendre l’air quelques minutes, s’asseyaient sur le porche devant leur chambre et donnaient à Naruto une attraction supplémentaire. Le temps allait lui paraitre bien long mais il n’avait pas le choix. Décidément, même sans le savoir Hinata ne lui facilitait pas la tâche. Mais cette fois il était déterminé à aller jusqu’au bout, quitte à perdre sa journée pour ne rien gagner au final. 

Partie reprendre son travail, Hanabi gardait quand même un œil sur l’homme qui attendait sa sœur. Elle passait devant une fenêtre et s’arrêtait pour vérifier qu’il n’avait pas bougé. Cela faisait bientôt une heure qu’il était là. Son chien l’avait rejoint entre temps et ils étaient maintenant tous deux en train de s’ennuyer ferme. Pourquoi voulait-il à tout prix attendre Hinata ? Qu’avait-il à lui dire ? S’il était venu jusqu’ici et s’il insistait autant, c’est que le sujet devait être important. Hanabi était curieuse de le savoir et elle avait l’intention d’assister elle aussi à leur rencontre pour en savoir plus. En surveillant à la fois le jeune homme et l’arrivée de sa sœur, elle était sûre d’être aux premières loges. C’était même beaucoup mieux si elle arrivait à intercepter sa sœur avant.  Hanabi n’aimait pas cet homme. Elle en était parfaitement consciente. Son humeur changeait obligatoirement quand elle entendait parler de lui. Le voir ici avait absolument le même effet. Cet homme était définitivement irritant. Pourtant malgré le fait qu’elle ne le portait pas vraiment dans son cœur, elle était obligée d’admettre que sa famille lui devait beaucoup. En plus de cet article qui avait fait beaucoup de bien aux réservations de l’auberge, il n’était pas pour rien dans le rétablissement de son père puisque c’était sa propre mère qui avait payé les soins. Son aide avait sauvé deux fois sa famille alors qu’il était pour eux un parfait étranger. Elle avait du mal à le croire mais finalement Hinata avait eu raison d’accepter ce marché avec lui. Qui sait ce qui serait advenu de leur père et de l’auberge s’ils n’avaient pas croisé le chemin de cet homme. C’était finalement une chance pour eux d’avoir eu affaire à lui.  Mais c’était quand même étrange que ce genre d’homme prenne la peine de s’intéresser à eux. Pourquoi avait-il fait cela ? Il y avait forcément une explication. Peut-être avait-il eu simplement pitié d’eux ? Dans tous les cas, ses deux interventions lui donnaient le droit et le mérite d’avoir des remerciements de leur part. Face à lui, Hanabi s’interrogeait. Fallait-il qu’elle profite de sa présence pour le faire?  Hinata s’en était déjà chargée, probablement au nom de tous. Mais rien ne l’empêchait de le faire elle aussi. Elle lui devait bien ça.

Plus le temps passait, plus les pensées de Naruto s’embrouillaient. Seul sur son banc à guetter le moindre bruit suspect dans l’espoir de voir Hinata apparaitre, Naruto réfléchissait.  Il ne savait toujours pas comment faire pour avouer ses sentiments. C’était un peu gênant de s’imaginer lui dire «  je t’aime ». Mais en même temps c’était la façon la plus simple de le faire. Il ne lui restait plus qu’à espérer avoir le courage nécessaire pour cela. D’autant plus qu’il n’était pas le genre de personne à sortir ces mots-là aussi facilement. Il se leva de son banc et partit pour un énième va et viens histoire de faire passer le temps. Soudain un mouvement à quelque pas de lui le ramena à cette stressante réalité qui l’attendait. Il tourna aussitôt la tête pensant y trouver celle qu’il attendait. Mais malheureusement pour lui ce ne fut que la sœur. Cette jeune femme super chiante et malpolie qui lui avait ordonné d’attendre ici.  Elle n’appréciait visiblement pas sa présence. Elle avait tenté de le faire partir au début et depuis qu’il était assis sur ce banc elle n’avait pas cessé de l’épier. Naruto la regarda marcher jusqu’au potager. Elle semblait l’ignorer pourtant à la voir déambuler dans les rangées de légumes, le jeune homme avait plutôt l’impression qu’elle était de nouveau en train de le surveiller. Cette gamine était définitivement ennuyeuse. Ne pouvait-elle pas le laisser un peu tranquille ? Il laissa cette idiote faire semblant de s’intéresser aux plantations et reprit son chemin pour pivoter sur lui-même dix pas plus loin. Après seulement deux va et vient, il prit la jeune femme en flagrant délit. Nulle en espionnage, elle venait de baisser la tête sur ses légumes, un peu trop tard. Ça commençait à bien faire. N’avait-elle rien de plus intéressant à faire ? 

- Vous croyez vraiment que je ne vous vois pas depuis tout à l’heure ? S’exclama Naruto pour lui faire comprendre qu’elle manquait de discrétion. Revenu sur ses pas, il continua. Pourquoi vous me surveillez ? Vous avez peur que je vous vole quelque chose ?

- Je ne vous surveille pas. Mentit-elle pour se défendre. Je… réfléchissais.

- En me regardant ?

- Et alors ? J’ai bien le droit.

- Bien sûr… mais vous perdez votre temps. Les gamines dans votre genre ne m’intéressent pas. Lui expliqua-t-il pour la taquiner. 

- Quoi ? S’étrangla-t-elle. Mais je ne suis pas du tout intéressée !

- Ah bon ? S’amusa le jeune homme.  C’est pourtant l’impression que vous donnez depuis tout à l’heure. Attention, si vous regardez tout le monde de cette façon il y en a beaucoup qui risque de se faire des idées.

- J’ai dit que je réfléchissais !! Répéta-t-elle appréciant moyennement ses paroles. Dire que je m’apprêtais à être sympa avec vous…

- Sympa avec moi? Vous pouvez faire ça, vous ?

- Difficilement…

- C’est bien ce que je me disais.

- Mais je sais faire la part des choses. Et vu les circonstances je vous dois bien ça. Expliqua-t-elle. Notez bien que cela demande de terribles efforts de ma part.

- Qu’est-ce que vous racontez ? La questionna le jeune homme totalement perdu.

- Je sais que ma sœur l’a fait la dernière fois qu’elle vous a vu. Reprit Hanabi en continuant à tourner autour du pot. Mais puisque vous êtes là, je me  dois de le faire également… Je suis bien obligée d’avouer que c’est grâce à vous que nous pouvons, aujourd’hui, travailler sereinement… Merci pour l’article dans votre magazine. Ça nous a beaucoup aidés. Merci beaucoup. 

Elle accompagna ses derniers mots d’une courbette afin d’appuyer sa politesse. Ce temps d’arrêt laissa à Naruto la place pour répondre.

- Waouh. C’est impressionnant. S’exclama-t-il. J’admire vos efforts.

- C’est tout ce que vous trouvez à dire ? S’indigna Hanabi. Je vous remercie et  vous, vous vous moquez de moi ?

- Pas du tout. J’admire sincèrement vos efforts. Vous avez une dent contre moi et pourtant vous avez pu faire abstraction de ce détail pour me remercier. Ce n’est pas donné à tout le monde. Je suis bien placé pour le savoir… J’accepte vos remerciements. Je suis ravi d’avoir pu vous aider. Ça vous va comme réponse ? 

- C’est mieux oui… Alors ? Pourquoi vous avez fait ça ? Lui demanda-t-elle. Hinata m’a dit que ce n’était pas elle qui vous l’avez demandé.

- C’est vrai. J’avais juste de la place en trop dans ma rubrique. Lui donna-t-il comme excuse. Fallait bien trouver un sujet pour remplir la page.

- On a eu de la chance alors. Remarqua-t-elle. Et pour notre père ? Son traitement. C’était de la pitié ?

- J’ai rien à voir là-dedans… commença-t-il avant d’être coupé.

- Je sais. C’est votre mère qui a payé. Mais d’après Hinata vous n’y êtes quand même pas pour rien.

- C’n’est pas de la pitié. Affirma-t-il . On a vécu ça nous aussi. On sait ce que c’est. Prenez juste ça comme une bonne action. Ma mère adore aider les gens. C’est dans sa nature. 

- Bien sûr. C’est facile quand on a de l’argent…

Naruto ne fit pas cas de sa remarque et profita du sujet de la discussion pour demander des nouvelles du malade.

- Comment va-t-il ?

- Très bien. Il peut revivre comme avant. Lui répondit-elle comprenant de qui il parlait. Ce traitement lui a vraiment été bénéfique et on peut dire que le succès que l’auberge vit en ce moment, lui fait beaucoup de bien.

- Tant mieux…

- Ce n’est peut-être pas volontaire de votre part mais ce que vous avez fait l’a vraiment sauvé. Vous avez toute la gratitude de ma famille et de tous ceux qui travaille ici.  Merci beaucoup…

- De rien…

Hanabi laissa le jeune homme repartir vers son banc. Elle était satisfaite par l’échange qu’ils venaient d’avoir et surtout d’elle-même. Elle avait finalement été capable de lui parler normalement pour le remercier. Elle en avait même profité pour connaitre les raisons de son aide et les explications qu’il avait apportées lui paraissaient suffisamment correctes pour y croire.  Hanabi n’eut pas vraiment le temps de repenser à tout ça. Le jeune homme qui ne s’était pas encore réinstallé, interrompit le silence en s’adressant tout à coup à son chien.

- Qu’est qu’il y a Tobi ? S’exclama-t-il.

La jeune femme reporta son attention sur eux et trouva le chien dressé sur ses pattes, les oreilles droites. En posture d’alerte, il fixait l’entrée du jardin comme si quelqu’un ou quelque chose attirait son attention. Il lui fallut quelques secondes pour prendre la décision de se mettre en action.

- Tobi !! S’écria le jeune homme avant de le suivre.

L’appel de son maitre n’eut aucun effet, il continua sa route et l’ignora complètement. Prise au dépourvu, Hanabi les regarda partir avant d’en faire de même.  Elle suivait Naruto qui lui, suivait Tobi. Ce n’était certainement pas grand-chose mais le départ soudain de ce chien avait fait bouger tout le monde.

En suivant Tobi du regard, Naruto traversa, presque aux pas de course, le jardin. Il passa l’entrée pour tourner du côté gauche du bâtiment. Là, dans ce coin  de jardin donnant sur la cuisine de l’auberge, il retrouva son chien en compagnie de celle qu’il avait longtemps attendue.

- Regarde ce que tu as fait ! Entendit-il en arrivant. Mais qu’est-ce que tu fais là ?

- Il est avec moi. S’exclama-t-il pour répondre à la place du chien. 

- Naruto ? S’exclama-t-elle en bataillant avec Tobi.

Naruto découvrit Hinata, surprise de le voir, accroupie par terre. Une caisse de fruits et légumes bien pleine posée au sol. Il comprit en ramassant une pêche à ses pieds que Tobi avait dû la surprendre et faire accidentellement tomber une partie de son chargement. Celui-ci était d’ailleurs ravi de la voir. Un peu trop envahissant il était pratiquement sur elle, à essayer de la lécher à tout prix. Dans l’impossibilité de se redresser, Hinata se défendait comme elle pouvait, en repoussant l’animal pour sauver son visage d’un masque de bave gluante. 

- Tobi, laisse là ! S’écria Naruto arrêtant aussitôt ce témoignage d’affection un peu trop pressant.

Calmé par la réprimande de son maitre, le chien se stabilisa pour laisser enfin la jeune femme respirer. Naruto reporta son attention sur elle. 

- Bonjour. La salua-t-il en se baissant à son niveau. Il lui tendit le fruit et reprit. Désolé pour lui. Il est content de te voir…

- Merci… lui répondit-elle en récupérant le fruit. Oubliant vite l’attitude de Tobi, elle continua surprise d’être face à lui. Qu’est-ce que tu fais là ? Est-ce qu’il y a un problème ?

- Non pas vraiment. Je voudrais juste te parler... quelques minutes…

- Ah!... oui, mais… j’étais en train d’apporter ça en cuisine. Lui expliqua-t-elle en empoignant sa caisse avant de se lever.

- Je vous avais dit que ce n’était pas la peine d’attendre ! S’exclama tout à coup Hanabi derrière lui. Elle a beaucoup de travail ! 

- Et moi, je vous répète que je ne partirai pas avant de lui avoir parlé ! J’attendrai encore s’il le faut.  Lui répondit Naruto debout tourné vers elle.

Elle était encore là pour l’agacer celle-là. Même à deux doigts d’arriver au sujet crucial elle continuait à essayer de le faire partir.

- Non. En fait, j’ai plus envie d’attendre. Reprit-il en se tournant de nouveau vers Hinata. J’en ai pour cinq minutes, tu pourras retourner travailler après… Mais d’abord, je m’occupe de ça. Reste ici !

Il prit la caisse des mains de la jeune femme qui ne résista pas et lui céda. Il allait lui-même se débarrasser de cette chose. Il n’était plus question qu’elle s’en aille maintenant. Rien ne l’empêcherait d’arriver à son but. 

- Laissez-ça ! S’exclama tout à coup une grosse voix derrière Hinata. C’est pour moi.

Mr Kenji venait d’arriver. La caisse de légumes passa aussitôt des mains de Naruto ravi, de s’en délester, à celle du cuisinier.

- Qui est-ce ? Demanda une voix à côté d’Hanabi.

- Le mari d’Hinata. Lui répondit celle-ci sans joie, en découvrant un de leur client à côté d’elle.

- Ah. C’est lui… chuchota-t-il. 

Mr Kenji repartit avec sa marchandise vers la cuisine. Naruto salua sa venue qui lui permettait au moins ne pas perdre de temps inutilement. Il pouvait enfin passer aux choses sérieuses.

- Je te demande de m’écouter cette fois-ci. Commença-t-il en s’adressant à elle. Il attrapa une de ses mains et continua. J’ai attendu une bonne partie de la journée pour ça. Il n’est pas question que je te laisse partir avant.

Il se tourna vers les spectateurs qui se trouvaient derrière lui, découvrant Hanabi accompagnée de deux hommes. Mr Yoshi, le client fidèle, et Kosuke, l’employé amoureux, l’avaient rejoint.

- Vous pouvez tous rester si vous voulez, ça ne me dérange pas. Leur expliqua-t-il. Au moins tout le monde saura pourquoi je suis venu…

Il s’arrêta et fixa Hinata qui le regardait, attendant ses explications. Même s’il semblait sûr de lui dans ses paroles, face à elle le stress n’était pas loin de l’envahir. Le contact avec sa main, qu’il agrippait toujours fermement, lui donnait un semblant de courage. Il en avait besoin et quelques minutes pour se concentrer n’étaient pas de trop.

Aussi silencieuse que lui, Hinata était complètement perdue. Des tas de questions se bousculaient dans sa tête. Sa soudaine apparition l’avait plus que surprise. Que faisait-il ici ? L’auberge était le dernier endroit où on était susceptible de le croiser, lui qui avait détesté sa première visite. Il avait besoin de lui parler et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il semblait pressé de le faire. Son comportement plutôt bizarre laissait penser que le sujet qu’il voulait aborder était important. Elle était un peu inquiète par ce qu’il s’apprêtait à lui dire. Voulait-il encore aborder ce sujet-là ? La nuit qu’ils avaient passée ensemble ? Il était fort probable qu’elle ait raison. D’autant plus qu’il était en ce moment même en train de lui tenir la main. Une action intimidante, pas anodine, qui la mettait légèrement mal à l’aise.  

Alors qu’entre les deux jeunes gens le temps semblait s’être arrêté, derrière eux Hanabi trépignait d’impatience d’en finir.

- Qu’est-ce qu’il fait ? S’exclama-t-elle comme si elle commentait la scène d’un film. Pourquoi il ne dit rien ?

Ces deux compagnons plus respectueux qu’elle, ne firent pas attention à sa remarque. Ils laissèrent le silence reprendre sa place.

Irrité d’entendre de nouveau cette idiote, Naruto serra les dents pour ne pas lui répondre. C’était finalement une mauvaise idée de la laisser assister à sa première déclaration d’amour. Elle venait de le déconcentrer et si ça continuait elle allait faire tout foirer. Cette intervention l’obligeait d’ailleurs à accélérer un peu le mouvement. Contraint de passer à l’action, il prit tant bien que mal la parole.  

- Hinata… commença-t-il difficilement… je… J’ai essayé de te le dire la dernière fois… mais tu ne m’as pas écouté… Ce qui s’est passé entre nous… ce n’était pas n’importe quoi pour moi… C’était la première fois que ça avait réellement de l’importance…

Gêné par ce qu’il venait de révéler, Naruto marqua une pause. Il espérait avoir été assez explicite. Si elle comprenait facilement où il voulait en venir, il n’avait plus besoin d’en arriver à la déclaration ultime. Si elle pouvait dire quelque chose après lui, peut-être que cela lui donnerai un coup de pouce pour la suite. Malheureusement pour lui, Hinata resta muette. La surprise se lisait facilement sur son visage. Elle ne s’attendait visiblement pas à ça. C’est la petite sœur qui, une fois de plus, ne put tenir sa langue. 

- Qu’est-ce que ça veut dire ? Demanda-t-elle, en s’adressant à elle-même.  Qu’est-ce qui s’est passé ?

- Chut ! Intervint le client en essayant de chuchoter. Ça devient intéressant…

Naruto n’était pas près de les oublier ceux-là, surtout elle. A un ou deux mètres d’eux, il les entendait même s’ils parlaient à voix basse. Allait-il réussir à aller jusqu’au bout avec eux dans son dos ? Leur présence rajoutait finalement une difficulté supplémentaire. Il inspira profondément et reprit.

- Je sais que ça a très mal commencé entre nous… Je sais aussi que c’était de ma faute. J’ai failli tout foirer… et malgré ça, je sais que tu ne regrettes pas d’avoir passé ces quatre mois avec moi. Pourtant j’aurais mérité que tu me détestes aujourd’hui… Mais je suis content que ce ne soit pas le cas. D’ailleurs moi aussi je ne regrette pas…

Il s’arrêta quelques secondes, étonné mais plutôt satisfait par ses paroles. C’était dur d’en dire autant mais il semblait pour l’instant s’en sortir. C’était comme si, le nouvel homme qu’il était devenu avait pris le dessus. Face à elle, le Naruto dépourvu de sentiment avait disparu. Elle l’avait changé et il n’avait pas honte de l’avouer.  

- J’ai changé… reprit-il. Depuis que tu es arrivé dans ma vie j’ai beaucoup changé. Tu as dû le remarquer ? En tous cas j’espère que tu as remarqué… J’ai fait des choses que je n’avais jamais faites auparavant… des choses que j’ai faites pour toi…  Je ne vois plus aucune femme depuis longtemps… à part toi… Si tu m’as vu avec quelqu’un c’était forcément une erreur. Je n’ai plus envie de ça. Je suis un autre homme maintenant… grâce à toi…

Totalement abasourdie par les révélations du jeune homme, Hinata était sans voix. Elle avait bien remarqué son changement d‘attitude mais elle n’avait jamais pensé qu’elle en était la raison. En tout cas, pas à ce point-là. Elle, qui était persuadée qu’un homme comme lui ne s’intéresserait jamais elle, qui était loin de ressembler à son idéal féminin, avait face à elle la preuve du contraire.  C’était étonnant de le voir comme cela. C’était presque irréel. Pourtant il était bel et bien là, en train de lui avouer les sentiments qu’il avait pour elle.

- Hinata… continua-t-il prêt enfin à arriver au bout de sa déclaration… Je suis tombé amoureux de toi…

Ça y est. C’était fait. Il l’avait enfin dit. Rouge comme une pivoine, Hinata avait du mal à calmer son cœur qui battait à cent à l’heure. Elle était à deux doigts de frôler la syncope.

- Je t’aime… répéta-t-il aussi gêné qu’elle. Je veux que tu reviennes à l’appartement…

Il retrouva le silence après sa dernière phrase. Il avait tout dit. Malgré la difficulté de cet exercice, il avait réussi. Maintenant elle savait et il attendait une réponse. Mais en encore une fois, par malchance ou parce que le destin en avait décidé autrement, c’est Hanabi qui répondit à la place de sa sœur.

- Quoi ? S’exclama-t-elle. C’est une blague ?

Cette nouvelle intervention, qui arrivait après ces mots si difficile à dire,  délia la langue à Naruto qui cette fois-ci, ne laissa pas passer cela. 

- J’ai l’air de rigoler ? S’indigna-t-il aussitôt en se tournant vers elle. Énervé il continua. Je suis honnête !! Ça se voit, non ? … Vous croyez que je me ferais chier à venir ici si je ne pensais pas un mot de ce que je dis ?

Hanabi ne répondit rien.

- Pour une fois que je suis vraiment sérieux, tout le monde pense le contraire. Continua-t-il agacé qu’on puisse douter de lui. Je suis sérieux. Je n’ai jamais été aussi sérieux de toute ma vie.

Cette gamine commençait vraiment à lui taper sur le système. Naruto avait gardé son calme depuis le début mais là elle méritait de s’en prendre une. Ses interventions étaient absolument mal placées. Prêt à péter un plomb pour la remettre correctement à sa place, Naruto s’arrêta et prit sur lui pour résister à cette envie. Il n’était pas question qu’il gâche ce qu’il venait de faire. Il était un nouvel homme, et Hanabi n’allait pas le couper dans son élan.  

- On peut le croire. Intervint tout à coup Mr Yoichi le client. Il ne fait aucun doute qu’il est sérieux. Les hommes n’expriment pas leurs sentiments facilement.

- Je confirme… ajouta Kosuke doucement.

Hanabi fit les gros yeux à Kosuke, qui baissa aussitôt sa tête. Elle n’ajouta rien et fixa Naruto comme si son regard était sa dernière arme. Naruto semblait avoir réussi à lui rabaisser son caquet. Il lui renvoya sa sympathie de la même façon et la fixa quelques secondes avant de revenir sur Hinata. Si tout le monde avait des doutes sur sa sincérité peut-être qu’elle en avait aussi ?

- Toi aussi tu ne me crois pas ? Lui demanda-t-il. Sans attendre sa réponse, qu’il redoutait peut-être un peu, il continua. Je ne sais pas comment faire pour te le prouver…

- Ce n’est pas la peine. Lui répondit-elle aussitôt. Je ne m’attendais pas du tout à ça… Mais je te crois…

- Ah… laissa-t-il échapper, rassuré. A deux doigts de la prendre dans ses bras, il se ravisa en se rappelant qu’il lui manquait quelque chose pour être vraiment en droit de le faire. ...Alors… c’est quoi ta …

Il n’eut malheureusement pas le temps de finir car une voix masculine couvrit la sienne et l’interrompit. Alors qu’il venait enfin de se débarrasser d’Hanabi, quelqu’un d’autre avait pris sa place.

- Qu’est-ce qui se passe ici? S’écria-t-il.

Tout le monde se tourna vers le nouveau venu. Alerté par ce petit attroupement, Mr Hyûga était venu ordonner à ses employés de reprendre le travail.

- Y’a un problème ? Demanda-t-il de nouveau.

Il n’eut comme seule réponse que le silence. La surprise de son arrivée avait laissé tout le monde sans voix et personne, pas même Hanabi, n’avait envie d’expliquer le sujet de cette conversation. Inspectant la scène, Mr Hyûga, s’arrêta sur l’étranger de la bande. Celui-ci tenait la main de sa fille.

- Retournez travailler !! Ordonna-t-il à tout le monde.

Mais avant que ses employés ne lui obéissent, Naruto se décida à prendre la parole. Il était la cause de ce regroupement. Il était le mieux placé pour lui expliquer. Et puis sa présence venait de lui rappeler quelque chose. 

- Mr Hyûga ? L’interpella-t-il alors que celui-ci ne le regardait plus. Il continua un peu gêné de devoir une fois de plus avouer ses sentiments. Je suis venu voir votre fille pour lui demander de revenir… Je l’aime. Je veux qu’elle revienne… Je suis désolé d’avoir était égoïste avec votre famille et pour ça je veux vous demander votre permission… Je voudrais épouser votre fille.

- Cela n’a pas déjà été fait ? Demanda Mr Hyûga.

- Oui. Mais je voudrais votre permission pour le faire dans les règles cette fois-ci. Je voudrais qu’on reprenne tout à zéro. Si vous êtes d’accord, avec votre famille et la mienne…

Mr Hyûga resta quelques secondes silencieux.

- Comment puis-je donner la main de ma fille à un homme que je ne connais pas ? Demanda-t-il enfin.

Etonné par sa réplique, Naruto resta sa réponse. C’est vrai. Il ne le connaissait pas vraiment.

- Je m’appelle Uzumaki Naruto. Répondit-il finalement ne sachant quoi dire. Fils unique de la famille Uzumaki, propriétaire d’une grande entreprise…

Il s’arrêta espérant en avoir assez dit pour être accepté, mais le père d’Hinata ne fit pas le moindre commentaire.

- Ma famille possède une grosse fortune… Insista-t-il encore. 

- Ça, ça ne m’intéresse pas. Eût-il enfin comme réponse.

- Je suis directeur d’une rubrique… continua le jeune homme pour défendre son cas. J’habite un grand appartement, j’ai un chien. Je suis un homme sérieux … fidèle… et… j’aime votre fille…

Naruto ne savait vraiment plus quoi dire.

- Je prendrai soin d’elle mieux que quiconque… vous ne ferez pas d’erreur en m’accordant votre permission. Je ferai tout pour la rendre heureuse…

Mr Hyûga fixa le jeune homme une longue minute.

- Je n’en doute pas. Répondit-il enfin à Naruto. Je n’ai jamais pensé le contraire… Si ma fille vous a choisi c’est que vous êtes un homme bien… je n’ai aucune permission à vous donner. Ce n’est pas à moi de décider… c’est à toi…

Il se tourna cette fois vers Hinata pour s’adresser à elle.

- Tu es la seule à pouvoir le décider. Si tu veux partager ta vie avec la sienne, fais-le.  Peu importe ton choix.  Ce sera forcément le bon. J’ai confiance en toi…

Hinata resta muette face à ses paroles. Comme tous ceux qui assistaient à cette scène et qui connaissaient bien Mr Hyûga, elle était sidérée. Il montrait pour une fois l’intérêt qu’un père normal devait porter à ses enfants. Sans attendre une réponse de sa fille, il conclut.

- Je vous la confie… s’exclama-t-il à l’encontre de Naruto.

Il lui tendit sa main. Et alors que Naruto acceptait sa poignée de main, il continua. 

- Je vous fais confiance Mr Uzumaki, prenez soin d’elle.

- Merci… répondit le jeune homme ravi de cet échange.

Il avait dit ne pas vouloir lui donner de permission, pourtant ses dernières recommandations et cette poignée de main en étaient une. En tout cas, ça y ressemblait fortement. Il n’ajouta rien de plus sur le sujet, se tourna vers Hanabi pour lui ordonner de se remettre au travail avant de s’éloigner. Seul à lui obéir aux doigts et à l’œil, Kosuke se détacha du groupe pour suivre son patron. Tobi qui était maintenant loin d’être le centre d’attention de son maitre, courut aussitôt derrière lui. Plutôt enclin à s’amuser, il n’était pas intéressé par ce rassemblement qui devenait un peu trop long à son goût. Hanabi mit quelques secondes pour reprendre ses esprits. Elle était restée silencieuse depuis un bon moment. Le départ de son père délia sa langue.

- Il est d’accord. Remarque-t-elle.  J’ai du mal à le croire… Je ne peux rien dire après ça.

- Et alors ? S’étonna le client. C’est bien…

- Il a parlé… continua-t-elle en se mettant en route ignorant le client qui l’a suivi aussitôt. Vous croyez qu’il le fera pour moi aussi ? 

 

Le départ d’Hanabi ramena le silence entre Naruto et Hinata. Enfin seul, celui-ci reporta de nouveau son attention sur elle alors que celle-ci préférait fuir son regard. La tête baissée pour fixer le sol, Hinata cachait son visage. Le comportement de son père l’avait tellement touchée qu’elle n’avait pu retenir son émotion.

- Qu’est-ce qu’il y a ? Tu pleures ? Lui demanda Naruto se rendant bien compte de son état.  

- Non. Mentit-elle en veillant à garder la tête baissée. Je dois avoir quelque chose dans l’œil...

- Je suis désolé si j’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas. Expliqua-t-il en ignorant son excuse. Je ne savais pas ce que je devais lui dire. Je ne voulais pas  faire de bêtise à cause du contrat. Je ne sais pas ce que tu lui as dit…

- Non. C’est bon. Tu as bien fais… lui répondit-elle en passant rapidement sa main sur son visage.

- Alors pourquoi tu pleures ? Répéta-t-il avant d’attraper son visage pour la redresser et l’obliger à le regarder.

- C’est mon père… Ce qu’il a dit. Répondit-elle en laissant des larmes couler sur ses joues ...C’est inhabituel… Il a donné son avis…Lui qui ne se mêle pas à nos histoires…. je sais enfin ce qu’il pense.

Naruto refoula son envie de la prendre dans ses bras pour la réconforter. Ce n’était pas tout à fait terminé. Il n’avait toujours pas sa réponse.

- C’est un honneur pour nous alors. S’exclama-t-il en faisant disparaitre ses larmes d’un coup de main. Il est d’accord pour le mariage.

- Mais j’ai signé les papiers… remarqua-t-elle.

- Moi non. Je ne l’ai pas fait. On est toujours marié.  

- Pourquoi ? Tu es contre le mariage. Tu l’as dit toi-même.

- J’ai changé d’avis.

- Mais c’est ton père qui gagnera alors… ?

- C’n’est pas grave. Je lui laisse la victoire. C’est grâce à lui qu’on se connait. Je lui dois bien ça…

Hinata afficha un grand sourire. Il avait véritablement changé. Même son discours bien tranché sur son père avait été changé. Cet effort était admirable venant de lui.

- Est-ce que ça veut dire que ta réponse, c’est oui ? Lui demanda-t-il, pressé de savoir.

Hinata secoua la tête avant de confirmer de vive voix ce « oui » très attendu. La réaction du jeune homme fut aussitôt immédiate. Soulagé, il pouvait enfin assouvir son envie de l’enlacer passionnément. Il méritait bien ça, après tout ce qu’il venait de faire. Ses efforts étaient finalement récompensés.   

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales