Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 210 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Marié(e) pour quatre mois.
[Histoire Terminée]
Auteur: croro Vue: 55981
[Publiée le: 2012-05-16]    [Mise à Jour: 2016-02-15]
G  Signaler Général/Romance Commentaires : 247
Description:
A la mort de son père, Naruto Uzumaki est loin d'être dévasté et malheureux. Et pour cause, il va hériter d'une belle somme d'argent. Seulement voilà, son père y a rajouté une condition, il ne touchera cette somme que lorsqu'il sera marié. Lui, il cherche une femme à épouser et il est prêt à y mettre le prix. Elle, elle a besoin d'argent pour aider son père. Cette occasion ne se présentera pas tous les jours.

Tous les personnages sont OOC, couple: Hinata/Naruto
Crédits:
Tous les personnages appartiennent à Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Tobi au centre des problèmes

[12822 mots]
Publié le: 2012-08-29Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Petit cadeau pour toi lectrice!! (enfin j'espère qu'il sera beau) Bon anniversaire!!!! Et pour les autres Bonne Lecture!

Chap. 3 Tobi au centre des problèmes

Hinata se leva le lendemain avec difficulté. Il lui avait fallu plusieurs minutes pour se faire à la lumière du jour qui passait à travers les rideaux. Ses yeux avaient du mal à rester ouvert et un tambour résonnait dans sa tête. Elle prit tout de suite conscience du pourquoi de ces maux en se rappelant les verres qu’elle avait volontairement bu la veille au bar. Elle se leva en résistant au vertige et aperçut son image dans le seul miroir que possédait cette chambre.  La personne qui reflétait face à elle ressemblait plus à un cadavre fraichement déterré qu’à une jeune femme. Elle était horrible à voir et c’était tout à fait compréhensible après cette soirée bien arrosée. Oubliant son visage elle baissa les yeux et s’arrêta sur ses vêtements. Elle devait sûrement être très fatiguée en rentrant la nuit dernière car elle n’avait pas trouvé utile de se changer. Elle portait toujours la jupe qu’elle avait mis pour sortir mais son haut n’était plus le même. Ce qui était sûr c’est qu’il n’était pas à elle, alors à qui appartenait ce pull ? Malgré tous ses efforts pour se souvenir de sa soirée, elle échoua. Elle se rappelait d’une discussion avec Temari et Shikamaru, des verres accumulaient au comptoir du bar mais après plus rien ne lui revenait à l’esprit, et son mal de tête n’arrangeait pas les choses. Elle abandonna ses réflexions et préféra aller soigner sa tête.

Dans le salon elle ne trouva pas son colocataire, il devait encore être au lit. C’était pour elle une très bonne nouvelle car tomber sur lui de bon matin ne lui aurait pas fait du bien. Elle n’avait pas oublié leur petit échange animé de la veille et après ça il allait sûrement être plus insupportable qu’avant. Hinata était assise sur une chaise du bar de la cuisine, un verre posé sur la table, attendant que le cachet effervescent se dissout. C’est à ce moment là que Naruto fit son apparition, une apparition très bruyante car à peine la porte de sa chambre franchit, il se mit à crier :

- Tobi !!

Il avait trouvé le bon moment pour tester ses cordes vocales, pour le plus grand bonheur d’Hinata. Les mains appuyées sur ses tempes, elle essayait de chasser le bombardement  que monsieur venait de remettre en route. Pourquoi criait-il aussi fort ? L’appartement n’était pourtant pas si gigantesque que ça.

- Doucement, s’il vous plait ! J’ai mal à la tête. L’informa-t-elle au cas où il ne l’aurait pas remarqué.

Naruto regarda la jeune femme souffrante. Voilà ce qui se passe le matin lorsqu’on boit trop ! C’était plutôt marrant de la voir dans cet état, et pour tout dire, elle l’avait bien mérité. Aggraver ses souffrances lui importait peu et pour lui faire comprendre il cria une nouvelle fois.  

- Tobi ! Lâcha-t-il tout en la regardant avec des yeux moqueurs.

Il avait donc décidé de l’embêter et c’était plutôt réussit. La jeune femme fit comme si de rien était et ne laissa pas la moindre preuve de souffrance s’afficher sur son visage, il en aurait été trop ravi. Soudain elle se rappela avoir aperçu Tobi un peu plus tôt, si l’aider à trouver son chien  pouvait le faire taire, autant l’informer.

- Il est dans ma chambre.

Le regard moqueur du jeune homme fit place à un regard menaçant. Et c’est parti pour les reproches habituels : ne pas toucher le chien, ne pas s’en occuper et autres reproches quotidien. Essayer de lui faire comprendre que ce n’était pas de sa faute ne servait à rien.  Avant que monsieur dise quoi que soit, Hinata décida de reprendre la parole le plus naturellement possible, s’il devait s’engueuler ce matin autant qu’elle y soit pour quelque chose. Avec un peu d’humour, elle continua :

- Vous ronflez sûrement trop fort alors il préfère…

- Je ne ronfle pas! l’interrompit-il visiblement mécontent.

- Ravie de l’apprendre.

Quelques secondes de silence passèrent, durant lesquelles tout deux se fixèrent sans ajouter le moindre mot. C’est Naruto qui abandonna le premier, il se tourna et se dirigea vers la chambre de la jeune femme pour récupérer son chien. Bizarrement il n’avait rien ajouté, Hinata avait finalement réussi à éviter la dispute. Elle prit son verre en main et l’avala cul sec, impatiente que ce mal de tête passe. Naruto réapparut tenant le chien par la peau du cou, il attrapa la laisse et lui enfila le collier. Il avait donc l’intention de le sortir et le fit aussitôt après avoir prit ses affaires. Hinata ne revit plus  le jeune homme de toute l’après-midi.

Après avoir grignoté un petit encas lorsque la faim se fit sentir, Hinata retourna dans sa chambre. N’ayant rien envie de faire et écoutant son corps fatigué, elle se coucha sur son lit et décida que la meilleure activité pour cette journée de dimanche était de rester au lit. Entre le lit, le frigo, le canapé et la télé on peut dire qu’Hinata avait de quoi combler sa journée. Mais à ne rien faire, elle avait plutôt l’impression d’être un zombie qui s’ennuyait ferme. Elle ne s’était jamais autant ennuyée que depuis qu’elle vivait dans cet appartement. La vie à l’auberge lui manquait beaucoup, elle n’était vraiment pas faite pour la ville. Elle regarda l’heure,  s’affala sur son lit pour la troisième fois et ferma les yeux en espérant que lorsqu’elle les rouvrirait l’après midi serait déjà  terminée. Malheureusement pour elle, c’est en ne faisant rien que les heures ont du mal à passer. Elle ouvrit les yeux, jeta un coup d’œil à sa montre et s’aperçut qu’elle avait somnolé seulement une heure. Décidément ce jour ne voulait pas finir !

Elle se leva et décida de passer à la phase deux : l’inspection du frigo à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent. Mais arrivée dans le salon cette idée fut aussitôt oubliée. Hinata passa la porte du salon pensant être seule. Tout à coup son regard se posa sur une personne assise au bar de la cuisine et ce n’était ni Naruto ni le chien. Stoppée net dans son action et choquée de la présence de cette personne qu’elle n’avait,  à ce jour, jamais vu, Hinata resta figée ne sachant quoi dire. C’était une femme, peut-être une connaissance de Naruto. Aucune trace de lui à l’horizon. Mais alors comment avait-elle fait pour entrer?   

- Bonjour ! lui dit la femme

- Bonjour, répéta à son tour Hinata méfiante.

Comprenant l’air interrogateur d’Hinata, la femme prit la parole et décida en femme bien élevée de se présenter.

- Je suis Mme Uzumaki Kushina… la mère de votre mari… ajouta t’elle en voyant aucun changement sur le visage d’Hinata. Je possède les clefs de l’appartement alors je me suis permis…

- Mme Uzumaki !? La coupa Hinata enfin sortit de sa transe. Elle se précipita vers elle, et lui serra la main. Excusez mon manque de réactivité mais je suis un peu fatiguée aujourd’hui. Je ne vous avez pas reconnu… euh je veux dire… il m’a beaucoup parlé de vous mais je n’ai vu aucune photo de vous, alors…

- Ne vous fatiguez pas, lui répondit Mme Uzumaki, je sais que mon fils ne parle de moi à personne, encore moins à sa pseudo femme… voyant la réaction d’Hinata à l’entente de ces deux derniers mots elle reprit. Et oui je suis au courant… alors c’est dans quel bar que vous l’avez rencontré ?

Un bar ? Pourquoi l’aurait-elle rencontré dans un bar ?

- …Euh… aucun… c’est par l’intermédiaire d’un ami… que vous devez connaitre d’ailleurs, il travaille dans votre entreprise. C’est Shikamaru Nara.

- Shikamaru ? Vous êtes une amie de Shikamaru ?

- Oui c’est lui qui m’a présenté votre fils.

- Oh, je suis désolé. Répondit Mme Uzumaki en changeant tout à coup le ton de sa voix. J’ai cru que vous étiez l’une de ses filles qui traine dans les bars. J’ai tellement l’habitude de le voir avec l’une d’entre elles au bras, alors je pensais que… excusez-moi ! … je vous propose de recommencer du début… appelez moi Kushina… lui dit-elle en lui tendant la main.

- Hinata… Hyûga Hinata… ravie de vous rencontrer.

- Moi aussi.

Hinata proposa tout de suite à sa nouvelle belle mère quelque chose à boire et tout naturellement, sans aucune gêne entre les deux jeunes femmes,  une conversation débuta. Kushina était venue aujourd’hui pour rappeler à son fils la réunion très importante qu’ils avaient au magazine le lendemain. Elle avait pensé que c’était aussi une bonne occasion pour voir à quoi ressemblait la femme de son fils.

Elle commença par parler de Shikamaru, ce jeune homme travailleur et sérieux qu’elle appréciait beaucoup. Elle avoua même à Hinata avoir souvent pensé que Shikamaru aurait été le fils parfait. Puis elle questionna Hinata, histoire de la connaitre un peu plus. Elle apprit que c’était pour l’argent qu’elle avait accepté de participer à ce faux mariage. Cette somme d’argent qui allait aider sa famille, propriétaire d’une vielle auberge, à vivre. Elle n’était là que pour l’argent et par conséquent ne partageait pas le lit de son fils qui se montrait plus qu’insupportable avec la jeune femme. Kushina excusa le comportement de son fils et informa Hinata sur le pourquoi de ce mariage. La mauvaise relation qu’avait Naruto avec son père, les conditions du testament pour l’héritage, sa déception à elle, lorsque Naruto avait trouvé une solution à ce problème. Elle conclut sur une note positive : le choix de la mariée. Kushina avoua à Hinata être quand même contente du choix qu’il avait fait en la choisissant elle. Elle la trouvait très gentille et était très contente de l’avoir comme belle fille. Même si une somme d’argent était en jeu dans cette histoire, cette jeune femme méritait de la toucher. Plus que n’importe quelles allumeuses qu’elle avait vu se pavaner dans cet appartement. Pour une fois que son fils faisait une chose bien.

Hinata était ravie d’entendre ça. Elle appréciait beaucoup Kushina. C’était une femme courageuse, qui supportait la mauvaise humeur de son fils depuis des années. Naruto méritait de tout perdre, son travail, son appartement, sa mère… tout…

Les sujets de conversation ne manquaient pas, elles passaient d’une chose à l’autre pour finalement revenir sur Naruto. Après tout c’était un homme qu’elles avaient maintenant en commun, et Hinata était curieuse d’en savoir plus sur son enfance. Kushina avait donc proposé à Hinata d’explorer avec elle un album photo qu’elle avait rangé ici dans l’appartement. Sur la dernière étagère de la bibliothèque que possédait la chambre d’Hinata, Kushina tira un gros livre. On pouvait y lire le prénom « Naruto ». Elle expliqua à Hinata qu’après les photos de Naruto à 16 ans, les pages étaient blanches. A cet âge-là, il avait décrété ne plus aimer les objectifs et s’éloignait de plus en plus de sa famille. Les conflits avec son père avait commencé et le début de son interminable rébellion aussi. Heureuse de montrer son mignon petit garçon, Kushina faisait des commentaires à chaque photo. Des anecdotes, des bêtises qu’il avait faites. Malgré le mauvais caractère de son fils, elle l’aimait, c‘était évident.

Naruto fit enfin son apparition au moment où Kushina allait expliquer pourquoi le petit Naruto de 13 ans faisait une grimace sur la photo. Elle oublia vite tout ça, se leva du canapé et accueillit son fils en le saluant.

- Qu’est ce que tu fais là ? Lui demanda t-il sans répondre à ses salutations.

- Je suis venue te rappeler la réunion de demain, lui répondit-elle en le suivant du regard dans la cuisine.

- Je le savais, mentit-il en ouvrant le frigo. Décidément ces fichus réunions lui sortaient souvent de la tête. Tu n’avais pas besoin de venir juste pour ça.

- On ne sait jamais. Cette réunion est très importante, tu dois impérativement y être.

- C’est bon, j’y serais… la prochaine fois t’appelles au lieu de venir !

- J’ai quand même le droit de venir voir mon fils et en plus j’ai pu enfin faire la connaissance de ta femme… Lui dit-elle en se rasseyant au coté d’Hinata.

- Super… répondit-il sans joie en les regardant toutes deux sur le canapé.

Kushina regarda la photo sur laquelle Hinata venait de s’arrêter.

- C’est la dernière que j’ai pu avoir,  il invitait souvent ses amis à cette période-là… 16 ans, il commençait à devenir un homme… il était mignon, vous ne trouvez pas ?

Naruto comprit en quelques secondes ce que les deux jeunes femmes étaient en train de faire. Assises l’une à côté de l’autre, elles regardaient toutes les deux dans la même direction un objet posé sur les genoux d’Hinata et la phrase que venait de dire sa mère lui confirma ce qu’il craignait. Ni une ni deux, Naruto se précipita vers elles pour récupérer l’album, empêchant, par la même occasion, Hinata prête à répondre à Kushina.

- Qu’est ce qui vous donne le droit de regarder ça ? fit-il en lui arrachant le livre des mains. Ce sont mes affaires !  Surprise les deux femmes levèrent la tête vers cet homme qu’on pouvait qualifier de fou furieux. Vous vous êtes encore permis de fouiller !! Vous vous croyez où ? 

Ni l’une ni l’autre ne prirent la parole, Hinata savait très bien que c’était inutile, quant-à sa mère elle était plutôt choquée du comportement de son fils. Que dire à ça ? Naruto s’était arrêté, son regard posé  sur Hinata attendant une réponse, une attaque de son adversaire mais elle se contenta de le regarder sans répondre. Irrité encore plus par le manque de réaction d’Hinata, Naruto partit en direction de sa chambre. Si elle croyait qu’elle avait gagné en réagissant comme ça ! Non, Naruto n’était pas perdant. Pour finir en beauté, rien de tel que d’avoir le dernier mot. Il se retourna vers elle et la pointa du doigt.

- Et ça ! fit-il en désignant son pull.  N’oubliez pas de me le rendre, il n’est pas à vous !

 Il se tourna et claqua la porte derrière lui. Il se sentait mieux maintenant. Mais bon sang pour qui se prenait-elle ? Regarder son album photo sans lui demander la permission. Un album photo c’est personnel. On ne laisse pas n’importe qui le regarder. C’est ce que ce jeune homme aurait dit pour expliquer son comportement qui pourrait paraitre excessif pour de simples photos. En fait, toutes les occasions étaient bonnes pour hausser le ton devant cette jeune femme.

Pourquoi son fils avait-il réagi comme ça ? Cette réaction de fils mal élevé gênait énormément Mme Uzumaki. Elle savait qu’elle avait échoué son éducation mais quand même pourquoi être aussi agressif ? Elle regarda la jeune femme ne sachant pas quoi dire d’autre que « désolé ». Elle s’excusa plusieurs fois estimant que c’était en partie de sa faute à elle mais Hinata minimisa les choses et en prit toutes les responsabilités.

-Ne vous inquiétez pas. Ce n’est pas la première fois qu’il me parle avec autant de gentillesse et je pense que ce n’est pas la dernière. Au moins  maintenant je sais à qui il appartient ! lui dit-elle en touchant le pull.

-Vous ne le saviez pas ? lui demanda Kushina. Hinata fit non de la tête. Kushina reprit alors : c’est moi qui les ai rangés dans le tiroir où vous l’avez trouvé. C’est son père qui les a ramenés de voyage.  Naruto ne les voulait plus alors je les ai rangés. J’ai une vilaine manie de tout garder mais surtout je n’ai pas pu me résoudre à les donner. Ça reste des souvenirs.

- Je suis désolé. Je ne me souviens pas ce que j’ai fait hier soir. Mais il a raison, j’ai dû fouiller.

- C’n’est pas grave. Je suis ravie qu’ils servent… d’ailleurs vous pouvez le garder, il vous va très bien. Ne l’écoutez pas, il les a toujours détestés. Alors gardez-le, ça me fait plaisir.

- Je vous remercie mais je ne pense pas qu’il appréciera. J’irai m’excuser et je lui rendrai…  à l’avenir j’essaierai de ne plus mettre les pieds dans le plat.

Kushina prit son sac et sa veste, il était l’heure pour elle de partir et laisser ce couple tranquille. Mais avant de partir elle se tourna vers sa belle fille.

-Vous savez, il n’est pas toujours comme ça.  Laissez-lui du temps pour s’ouvrir à vous. Je vous assure qu’il sait se montrer gentil, il a juste quelques problèmes à communiquer au début…

Lui laisser du temps pour s’ouvrir ? Voilà que Mme Uzumaki pensait exactement comme Shikamaru. Laisser du temps à cet homme pour se faire à sa présence. Du temps… ne pas se précipiter… faire connaissance petit à petit… il avait des problèmes à communiquer au début ? Ça c’était vrai… Etant donné qu’Hinata avait confiance en Shikamaru et que Mme Uzumaki lui avait semblé être une femme bien, elle ne pouvait finalement que les croire.  Ils étaient tous deux biens placés pour connaitre le véritable Naruto. A elle, de le chercher ou de l’attendre !

Pour ça, la jeune femme pouvait au moins faire une chose. Changer sa façon de faire, son comportement, ses paroles. Pour l’instant la première chose à faire était de lui rendre son pull puis de lui faire des excuses même s’il n’en méritait pas. Mais après tout n’avait-elle pas fouillé? Même si elle ne s’en souvenait pas, elle portait ce pull, véritable preuve de sa culpabilité.  Elle lui devait donc des excuses pour ça.

Naruto n’était pas sorti de sa chambre depuis le départ de sa mère. Allait-il montrer le bout de son nez incessamment sous peu ou allait-il déjà commencer sa nuit et ne sortir que le lendemain ? Combien de temps la jeune femme allait-elle devoir attendre ? C’est après le petit repas qu’Hinata partagea avec elle même et en voyant l’heure défiler qu’elle se décida à passer à l’action. Monsieur ne voulait pas sortir ? Alors c’est elle qui allait le faire bouger. Prête à frapper à la porte de la chambre Hinata eut soudain une hésitation. Ce qu’elle s’apprêtait à faire n’était finalement pas une bonne idée.  Elle allait faire  preuve de sympathie en lui rendant son bien mais pour lui ça allait plutôt ressembler à un dérangement inutile. C’était la meilleure façon de l’énerver et ce n’était pas le but recherché. Elle fit demi-tour et se mit à réfléchir. Elle conclut que la discrétion et la délicatesse était la meilleure des solutions. Elle prit une feuille de papier vierge, un stylo en main et commença à noter quelques mots d’excuse. Apposa son prénom à la fin en guise de signature, relut une fois son message puis posa le pull et le mot par terre devant la porte de la chambre de son colocataire. Normalement avec ça il n’aura pas de quoi s’énerver.

 

Ce fut finalement une bonne idée de ça part car Naruto sortit de son antre le lendemain matin. Il reconnut le pull du premier coup d’œil, le ramassa et aperçut le mot qu’il lut aussitôt :

«  Je suis désolée de mettre permis de fouiller dans vos affaires.  J’essaierais à l’avenir de changer mes mauvaises manies. Hinata »

Naruto regarda le pull soigneusement plié puis il fixa le mot écrit de la main de sa colocataire. Elle s’accusait d’une chose qu’il savait fausse. C’était lui qui lui avait prêté ce soir là n’ayant pas le choix. Il n’en avait que faire de ce vêtement qui trainait dans ce tiroir depuis des années et pourtant il l’avait accusée la veille. Regrettait-il un peu de lui avoir dit ça ? Non ! visiblement elle ne se souvenait pas de la soirée de la veille et finalement c’était bien comme ça.  Qu’est ce que ça pouvait lui faire qu’elle pense que c’était de sa faute à elle ? … rien…  et puis après tout elle l’avait ridiculisé devant ses amis et elle l’avait mis en rogne en regardant l’album photo. Alors aucun regret ! Il froissa le papier et visa la poubelle de sa chambre puis jeta sans délicatesse le pull dans un coin.  Une douche et un café plus tard, Naruto sortit de l’appartement pour prendre sa place dans son bureau au sein du Seitai Mag.

En avance pour la fameuse réunion qu’il avait réussi à garder dans un coin de sa tête, Naruto s’allongea sur la banquette qu’il avait faite installer dans son bureau pour les moments de petite fatigue histoire de finir sa nuit. Une nouvelle semaine commençait pour le jeune homme. Plutôt bien d’ailleurs, car il allait enfin être présent à une réunion et son taux de présence au bureau frôlait les 100% depuis une semaine et ce n’était que le début.

 

Pour la jeune femme aussi, une nouvelle semaine commençait. C’est avec un certain plaisir qu’elle prit le train à destination de son travail. L’auberge et tous ses habitants lui avaient particulièrement manqué durant ce week-end trop long. C’est donc avec joie qu’elle passa le portail de la demeure et qu’elle rejoignit sa famille déjà au travail. Elle n’avait jamais eu autant envie de travailler qu’en ce jour-ci. Sortir de cet appartement, retrouver la nature et le travail, c’était tout ce qu’il lui fallait pour ce sentir mieux. Elle croisa Hanabi qui la salua avant d’attraper le bento qu’Emiko lui tendait au passage puis sa petite sœur quitta la maison en courant. Elle était une fois de plus en retard pour ses cours. Hinata la regarda en souriant. Ah ! Comme c’était bon de retrouver ses habitudes. Elle se tourna vers Emiko qui la salua. En bonne petite maman celle-ci était en train de poser des bols remplis de nourriture sur la table en face d’une chaise. Tout le monde avait déjà prit son petit déjeuné mais comme toujours Emiko avait gardé la part d’Hinata au chaud. La jeune femme comprit aussitôt et s’installa face aux victuailles.

- Je suis désolée d’arriver aussi tard mais le train a eu du retard… s’expliqua la jeune femme.

- C’n’est pas grave, j’espère juste que le riz n’est pas trop froid ?

- Non… c’est très bien comme ça… fit-elle la bouche pleine.

Manger froid n’était pas un problème. Emiko faisait déjà beaucoup, elle ne méritait rien d’autre que des remerciements. D’ailleurs Hinata était seule coupable de son retard alors elle n’avait rien à dire. Son petit déjeuné terminé, elle enfila sa tenue de travail, une vieille salopette sale qui avait appartenue à son père puis elle rejoignit les autres travailleurs. La journée passa sans difficulté, une pause à midi puis le travail reprit de plus belle l’après midi. Il fallait absolument que les travaux avancent alors tout le monde travaillaient dur malgré la fatigue. Une pause pour se désaltérer et Hinata repartait chercher des planches de bois qu’elle ramenait aussitôt à Mr Kenji. Celui-ci, perché sur le toit, donnait des ordres à Hinata qui montait et descendait l’échelle les bras chargés des planches fraichement coupées ou des outils dont il avait besoin. Donner des ordres à la fille du patron n’était pas chose facile mais Hinata voulait qu’on la traite comme un travailleur normal. Pas de traitement de faveur, sur le terrain elle n’était ni une femme ni la fille du patron. Alors elle ne laissa pas d’autres choix à Mr Kenji qui savait très bien qu’aucun mot ne la ferait changer d’avis. Il lui fallut quelques minutes pour être à l’aise dans son rôle de chef de chantier, quant-à la jeune femme elle travaillait aussi bien qu’un homme au point que Mr Kenji ne voyait pas la différence.  Cette journée se passa sans le moindre problème.

 

Le soir venu, les jeunes mariés ne se croisèrent même pas. Lorsqu’Hinata rentra à l’appartement, c’est Tobi qui l’accueillit comme d’habitude. Il était tard mais Naruto ne semblait pas encore être rentré. Fatiguée par cette dure journée, Hinata prit une douche rapide, mangea un bout puis elle partit aussitôt se coucher. Sûrement heureux d’avoir enfin de la compagnie Tobi la suivait dans tous ses déplacements. La jeune femme s’endormit rapidement, nullement dérangée par Tobi l’envahisseur qui prenait  la moitié du lit. 

Elle n’entendit même pas le vacarme que Naruto fit à son retour. Malgré l’heure tardive à laquelle il rentrait à l’appartement tous les soirs, monsieur ne faisait pas le moindre effort pour respecter le sommeil de sa colocataire.  Il sortit de sa chambre en caleçon et entra dans la salle de bain. Quelques minutes plus tard, une serviette autour de la taille, Naruto sortit de la pièce encore tout dégoulinant. Il s’arrêta sur le seuil de la porte et tourna la tête vers la chambre de sa colocataire. La porte était ouverte car un petit filet de lumière en sortait. Sans savoir pourquoi Naruto eut tout à coup envie d’aller voir de plus près. C’est comme si cette porte ouverte l’invitait à y jeter un coup d’œil. La curiosité, peut-être ? Sa colocataire n’était peut être pas dans sa chambre, peut être même qu’elle n’était tout simplement pas encore rentrée.  De plus il était quasiment sûr que son chien se trouvait dans cette pièce étant donné qu’il ne l’avait pas  vu dans les autres pièces de l’appartement.  Il pénétra dans la chambre en regardant dans la direction du lit et s’arrêta tout à coup. Il n’avait pas besoin d’aller plus loin. La lumière de la rue qui passait à travers la fenêtre lui permit d’apercevoir clairement les deux occupants de ce lit.  Elle était déjà au lit et Naruto avait raison, son chien était avec elle. Placé devant elle, il était allongé de tout son long, visiblement très à l’aise. En apercevant son maitre, Tobi leva la tête. S’attendant à voir son chien venir vers lui pour l’accueillir comme il se doit, Naruto resta bête quand celui ci reposa la tête sur le lit pour continuer à rêver. Il venait clairement de l’ignorer. Depuis quand préférait-il cette femme à son propre maitre ? Que lui avait-elle fait pour qu’il ne daigne même pas se lever pour lui souhaiter la bienvenue ?

Cette scène face à lui ne lui plaisait absolument pas. Voilà que maintenant après avoir envahi son territoire, chambouler ses rangements et remplit son frigo, madame s’attaquait à son chien.  Naruto avait éduqué Tobi lui-même, il lui avait inculqué des règles, des interdits. Par exemple le canapé, interdiction d’y monter, la place du chien était par terre. Tobi comme la plupart des chiens bien élevés était très obéissant. Il n’avait pas besoin que son maitre lui répète une deuxième fois les choses. Comme le canapé, le lit était le territoire de l’homme et ça Naruto y tenait beaucoup. En temps normal Tobi dormait dans un coin dans la chambre de son maitre, sur un gros coussin en guise de lit. Naruto l’avait toujours tenu éloigné de son lit.

Essayait-elle de mettre en l’air toute l’éducation de ce chien ? Et bien, si c’était le cas c’était bien parti. Tobi était sur un lit, c’était donc le début de la désobéissance et il avait ignoré son maitre, début de l’infidélité. 

 

Tous les matins, l’arrivée de Naruto au magazine ne passait pas inaperçue. Ça faisait des années qu’on ne l’avait pas vu travailler autant. Si on pouvait appeler ça travailler. Mais au moins il était présent sur son lieu de travail, tous les matins très tôt depuis quelques jours. L’avis de chacun et les chuchotements allaient bon train au sein des employés qu’il croisait. Etonnés de ce soudain changement, chacun donnaient son point de vu. Il y avait forcément une raison derrière tout ça. Avait-il enfin reçu un avertissement ? Ou essayait-il de se montrer sérieux pour remonter dans l’estime de sa mère et pouvoir  hériter un jour de l’entreprise. On parlait donc beaucoup de Naruto, encore plus lorsque des petites rumeurs se répandaient autour de lui.  Depuis quelques jours, dans les couloirs, se chuchotait une info que beaucoup de personnes avaient du mal à croire : Mr Uzumaki Naruto s’était marié. Un mariage rapide et discret… bizarre. Si, pour les hommes de cette entreprise cette info leur passait au-dessus, les femmes, quant-à elles, prenaient ça au sérieux. Certaines, qui avaient eu la chance de connaitre Naruto personnellement, n’y croyaient pas du tout.  Comment un homme comme lui avait-il pu se caser aussi vite ? Il n’était pas homme à aimer les relations sérieuses, c’était lui qui leur répétait cette phrase s’en arrêt, alors comment croire à ça ?

Cette nouvelle rumeur fit le tour des bureaux. En une journée, tous les employés en avaient entendu parler et certains, chez qui la curiosité était trop forte, essayaient d’apercevoir la main du jeune homme. Avait-il vraiment une bague comme le prétendait la rumeur ? Un groupe de commères très intéressées avait même pensé à interroger Michiru, la secrétaire de Naruto. Mais celle-ci ne fut pas d’une grande aide. Michiru était bien au courant de tout, étant donné qu’elle décrochait le téléphone de ce jeune homme. Cependant, personne, pas même le principal intéressé, ne savait qu’elle était au courant. Elle avait appris la nouvelle lorsque monsieur avait piqué une crise dans son bureau. Les murs et les portes n’arrêtant pas sa grosse voix, elle avait donc su pour la clause du testament et le mariage. Elle avait même vu à quoi ressemblait sa femme le jour où celle-ci et Shikamaru étaient venus rendre visite à Naruto. Oui Michiru savait tout ! Mais, ne sachant pas si la nouvelle devait être dévoilée au grand jour, elle préférait ne rien dire et garder tout ça pour elle. Après tout ce n’était pas ses affaires et elle n’avait pas le droit de renseigner tout le monde comme ça. C’était à son patron de le faire, pas à elle. Shikamaru faisait aussi partie des personnes bien placées à interroger mais comme Michiru, il faisait mine de rien savoir sur le sujet et passait aussitôt à autre chose, espérant leur faire oublier. La rumeur remonta jusqu'au bureau de la direction. Kushina surprit son assistante en plein commérage avec une de ses collègues. Elle les écouta quelques minutes s’interroger sur la véracité de cette nouvelle. N’était-il vraiment plus sur le marché des célibataires ?  Avait-il vraiment passé la bague aux doigts ?

Kushina s’assit dans son fauteuil et regarda la photo posée sur son bureau.  Un homme blond posait devant l’objectif tenant la main à un enfant aussi blond que lui. C’était son portrait craché. Elle se rappelait très bien ce jour-là, Naruto avait presque quatre ans. A cette époque-là, Minato aimait beaucoup l’amener au parc, alors tous les week-ends  la famille s’y retrouvait. Il passait beaucoup de temps avec eux pour rattraper la semaine où il était le plus clair de son temps au bureau.  C’était impossible de concilier vie professionnelle et personnelle en travaillant dans une telle entreprise.  Les années passaient et Minato était de moins en moins présent.  Son fils grandissait, il n’avait donc plus besoin de lui. Alors il se concentrait sur le travail, délaissant sa vie privée, délaissant sa femme. Kushina essayait de s’occuper de son fils du mieux qu’elle pouvait. Alors c’est vrai pour compenser le vide paternel, elle n’avait trouvé qu’un moyen, le gâter. Il avait eu tout ce qu’il désirait surtout quand il commençait à se plaindre de son père et de ses absences. A ce moment là pour lui faire oublier, elle sortait son porte monnaie.  Elle achetait son silence, voilà ce qu’elle faisait. Minato avait fait une erreur  en disparaissant de la vie de son fils, il l’avait reconnue mais c’était trop tard. Naruto était ado et il avait nourri une haine envers son père.  Impossible de renouer le dialogue avec un ado en rébellion.

Kushina reposa le cadre photo à sa place. Garder cette image avec elle lui rappelait que Minato aimait quand même beaucoup son fils. Elle aurait tellement voulu que tout se passe différemment. Mais voilà c’était ainsi et malheureusement on ne pouvait rien n’y changer.  La directrice regarda en face d’elle. Les cloisons  vitrées de son bureau lui permettaient d’avoir une vue bien dégagée sur l’extérieur. Elle y croisa le regard de son assistante qui était justement en train de la fixer. Celle ci baissa aussitôt la tête et fit mine de travailler lorsqu’elle s’aperçut que sa patronne la regardait. Kushina savait pourquoi son assistante était aussi peu concentrée aujourd’hui. Cette rumeur commençait à avoir des conséquences sur le travail de ces dames.  C’était si important que ça de savoir si son fils était vraiment marié ? si c’était le cas pourquoi ne pas leur dire tout simplement la vérité ? D’ailleurs, devait-elle le faire ou pas ? Naruto ne lui avait pas donné de directives, elle ignorait s’il souhaitait que tout le monde sache pour le mariage. Mais finalement si quelqu’un avait vu la bague c’est qu’il la portait en public. Ce qui était normal car ce mariage devait passer pour un vrai aux yeux de tout le monde.  Kushina n’était pas fière de son fils pour cette histoire de mariage arrangé. Confirmer à tout le monde qu’il s’était marié aussi vite ne lui plaisait pas vraiment mais si ça pouvait aider ses employés à retrouver leur concentration alors c’était mieux de le faire.  Après quelques minutes de réflexion les yeux fixés sur la photo de son mari, Kushina était décidée. Elle prit en main le combiné du téléphone posé sur son bureau et joignit son assistante.  Elle invita celle-ci à la rejoindre dans son bureau.

- Hakko, il faut que tu me photocopies ce document puis que tu fasses parvenir un exemplaire à chaque rédacteur en chef.  Lui dit-elle aussitôt en lui tendant le document.  Il faut aussi que tu postes ces lettres.

- D’accord ce sera fait ! lui répondit-elle avant de se retourner pour partir.

- Attends ! Je crois que tu as une question à me poser !

- Moi ? Fit la jeune femme étonnée en se retournant. Une question ?

- Oui, à propos de la rumeur qui court sur mon fils en ce moment…

L’assistante ne se le fit pas répéter deux fois. Sa patronne l’invitait à avoir enfin la réponse à la question que toutes les jeunes femmes se posaient en ce moment au Seitai Mag. Autant en profiter !

Kushina confirma la rumeur et la rendit véridique. Oui monsieur Uzumaki était marié.  Choquée un premier temps par cette révélation, Hakko ne s’arrêta pas en si bon chemin et continua à poser des questions. Kushina essaya de trouver  le pourquoi d’un mariage aussi soudain et rapide. Elle lui expliqua que son fils avait trouvé la femme qu’il lui fallait et que, ne voulant pas en faire un grand évènement, ils avaient préféré, lui et sa femme, se marier discrètement  en petit comité. Hakko essaya d’en savoir plus sur la femme en question mais Kushina coupa court. Elle n’avait pas besoin d’en dire plus sur le sujet. Avant de congédier son assistante elle insista pour que celle-ci passe le mot à ses collègues afin que la rumeur disparaisse enfin.

Mais qui était cette femme ? La connaissait-elle ? Travaillait-elle dans cette entreprise ? C’est avec ces questions qu’Hakko quitta le bureau de sa patronne. Elle avait un scoop avec elle mais encore aussi des questions. Elle fit avec brio ce que lui avait dit Kushina, car à la fin de la journée tout le monde était au courant de cette confirmation. Rien de mieux que des femmes pour faire circuler une information rapidement.

C’est un peu avant 18h que Naruto décida de quitter son bureau. Beaucoup de bureau n’étaient déjà plus éclairés, les employés quittaient leurs postes les uns après les autres. Les fins de journée étaient très appréciées alors personne ne mettait très longtemps à quitter les murs de cette entreprise. Retrouver sa famille, reposer son corps et son cerveau. Il restait quand même quelques retardataires qui préféraient rester peaufiner un article ou deux. C’était le cas de Shikamaru qui retrouva Naruto devant l’ascenseur, les deux mains dans les poches, les yeux figés sur le bouton bleu d’appel.

- Ben alors, t’es encore là Naruto ? Ne me dis pas que tu avais trop de travail ? S’étonna Shikamaru.

- Non … je me suis endormi… et toi pourquoi t’es encore là ? lui demanda Naruto pas encore tout à fait réveillé.

- Fallait que je finisse un dossier…

- Trop sérieux… ajouta Naruto.

- Et toi pas assez. Tu comprends maintenant pourquoi ta rubrique est moins lue que la mienne !? Lui fit remarquer Shikamaru un petit sourire aux lèvres.

- C’n’est pas de ma faute si les gens n’aiment plus cuisiner, et puis ta rubrique n’est pas comparable à la mienne !

Un bruit retentit signe que l’ascenseur était là. Shikamaru n’ajouta rien, il aimait bien taquiner Naruto sur ce sujet parce qu’il savait que celui-ci détestait sa rubrique. Il pénétra dans l’ascenseur lorsque les portes s’ouvrirent, suivi de près par son ami. Reconnaissant Naruto, trois jeunes femmes qui étaient déjà présentes dans l’ascenseur, stoppèrent tout à coup leur conversation. Ce qui n’échappa pas à Shikamaru qui savait pourquoi elles réagissaient ainsi. Ce n’est que lorsque les portes s’ouvrirent au rez-de-chaussée pour laisser ces dames sortir que l’atmosphère dans l’ascenseur redevint respirable. Shikamaru les regarda s’éloigner et reprendre aussitôt leur discussion puis les portes se refermèrent  et l’ascenseur se remit en marche.

- Tu sais qu’ils sont tous au courant pour ton mariage ?

- Ouais je sais. J’ai pas eu à tendre l’oreille, ils ne sont pas discret quand ils parlent de moi… mais de toute façon ce n’était pas fait pour être caché. Ajouta-t-il avant de montrer sa main à son ami, une main sur laquelle trônait une bague de mariage.

- Tu la portes ?

- Ben ouais, je n’ai pas le choix. L’ascenseur s’arrêta et ouvrit ses portes au niveau -1 parking souterrain. Tout en marchant vers sa place de parking Naruto continua ses explications. C’est une preuve, je mets toutes les chances de mon coté pour que ce fichu mariage soit validé.

- Au faite, ça c’est bien passé samedi soir. Tu t’es bien occupé d’elle ?

- Ouais papa…

- J’n’ai pas eu le temps de l’appeler pour savoir mais s’il s’était passé quelque chose de grave elle m’aurait sûrement mis au courant.

- Elle ne risque pas de te dire quoi que soit. Elle était tellement bourrée qu’elle ne se rappelle de rien.

- Ça veut dire quoi ça ? Qu’est ce que tu lui as fait ?

- Mais rien… je l’ai mise au lit…comme tu me l’as demandé. J’ai quand même un peu hésité à la laisser finir la soirée avec Sasuke…

- Idiot… conclut Shikamaru. Les deux jeunes hommes venaient d’arriver auprès de leurs voitures respectives, garées l’une à côté de l’autre sur des places attitrées. Naruto ouvrit sa voiture et commença à poser ses affaires sur le siège passager tandis que Shikamaru, qui s’était calé dans sa voiture tout en regardant Naruto faire ses affaires, reprit la parole : alors c’est vrai ce qu’elle m’a dit ? Tu lui mènes la vie dure?

En entendant ce mot Naruto s’arrêta net. Il aurait dû s’en douter. Etant donné qu’elle était l’amie de Shikamaru elle allait lui raconter beaucoup de choses. Elle avait dû passer la soirée à se plaindre de lui, avant de venir à l’appartement l’embêter, lui et ses potes. Il se tourna vers son ami et répondit un peu sur les nerfs.

- Mais oui bien sûr. Je suis méchant et… prétentieux aussi, faut pas l’oublier… je lui interdis de s’occuper de Tobi et j’ai même jeté un repas qu’elle avait si gentiment fait pour moi à la poubelle !! Mais elle a peut-être ajouté autre chose ?

- Et bien… non… en fait elle s’est arrêté à méchant… je sais que tu ne veux pas qu’elle touche Tobi, à part ça elle n’a pas parlé de repas. Mais dis-moi, t’as pas vraiment fais ça ? demanda t-il.

- Non, elle n’a jamais cuisiné pour moi… je ne vois pas pourquoi elle a inventé ça !... mise à part qu’elle était bourrée…

- Mais qu’est ce qui se passe entre vous ?  Pourquoi t’es comme ça avec elle ?

- C’est sa faute… Elle met mon appartement sens dessus dessous. On dirait qu’elle fait tout pour m’énerver.

- Je suis sûr que tu exagères ! Naruto, je te rappelle que c’est ton idée. Elle est là parce que t’as besoin d’elle, alors tu dois accepter sa présence. Je sais que ça doit être dur pour toi. Je vis moi aussi avec une femme, je sais ce que c’est. Elle envahit ton domaine,  elle change la disposition des meubles et la déco de ton salon. Elle crie à chaque fois que tu laisses trainer quelque chose par terre. Elle t’oblige même à faire la vaisselle… je m’arrête là mais je pourrais te dresser une liste plus longue que mon bras… c’est comme ça quand tu accueilles une femme sous ton toit. Tu n’as pas le choix. Vous êtes deux, alors ton appartement tu dois le partager. Et puis dans ton cas, ce n’est pas une installation définitive alors ça m’étonnerai qu’elle fasse un grand ménage dans ton appart. Fais un effort,  quatre mois s’est vite passé. 

- C’n’est pas de ma faute…

- Elle dit la même chose. Tu sais quoi, vous devriez avoir une discussion. Poser vos problèmes et trouver des solutions entre adulte responsable. Je suis sûr que ça ira mieux après.

Les deux jeunes hommes se quittèrent sur ces mots.

 

Naruto prit le chemin de son appartement mais arrêta sa voiture plusieurs rues avant la sienne. Il n’avait clairement pas encore envie de rentrer. Cela arrivait très souvent depuis l’arrivée de sa «femme pour quatre mois ». Dans ces moments là, Naruto préférait aller se défouler à la salle de sport qu’il fréquentait depuis des années. Il y retrouvait quelques amis sportifs comme lui dont le fameux Sasuke avec qui il comparait l’évolution des muscles de leur corps. Il se dépensait sur les machines de sport, courrait plusieurs kilomètres sur le tapis de course roulant, soulevait quelques altères tout en bavardant avec ses amis. C’était une bonne façon de se vider l’esprit, oublier les soucis de la journée. Mais aussi et surtout se maintenir en forme, entretenir son corps.

Après avoir beaucoup transpiré et avant la fermeture de la salle, Naruto profitait des vestiaires pour prendre une douche puis enfin il quittait ses compagnons pour rentrer à l’appartement. A peine eut-il franchi la porte que tout ce qu’il avait réussi à oublier à la salle de sport lui revint aussitôt à la figure. Cette fichue vie, qu’il avait mis de coté durant les quelques heures qu’il avait passées à transpirer, refit surface lorsqu’il vit la jeune femme assise sur le canapé devant la télé. Et oui toutes les bonnes choses ont une fin.  Sa mauvaise humeur ne mit pas longtemps à réapparaitre pourtant cette jeune femme n’avait encore rien fait. Elle n’avait même pas tourné la tête vers lui, il n’avait pas croisé son regard. Alors pourquoi était-il sur les nerfs à chaque fois qu’il la voyait ? Écoutant son ventre qui criait famine, Naruto se dirigea vers la cuisine. Qu’allait-il pouvoir se mettre sous la dent ? Il trouva un plat sur la table du bar. Une casserole couverte d’un couvercle pour tenir le plat au chaud, c’était probablement ce que la jeune femme avait mangé un peu plus tôt. Il jeta un coup d’œil vers elle avant de revenir sur le plat. Il resta fixé dessus se demandant ce qu’il pouvait bien contenir. Ouvrir le couvercle aurait pu répondre à son interrogation mais quelque chose l’en empêchait. Il ne pouvait pas se résoudre à manger quelque chose qu’elle avait cuisiné alors qu’il ne la supportait pas. En plus elle n’était pas loin, elle en aurait était sûrement trop ravie et elle aurait pu croire qu’en acceptant de manger son repas il l’acceptait elle.

Laissant ce plat qui aurait pu lui remplir le ventre, Naruto ouvrit le frigo et en sortit tout ce qu’il pouvait mettre entre deux tranches de pain. Il ouvrit une bouteille de bière et s’installa sur une des chaises du bar. Le salon en face de lui, il avait une vue parfaite sur la télé ainsi que sur la jeune femme. Tout en mangeant, il se rappela de sa conversation avec Shikamaru. Deux semaines étaient passées sur les quatre mois. C’était peu et ce n’était seulement que le début. Pourquoi réagissait-il comme ça ? Il était insupportable, il le savait. Elle lui avait dit, Shikamaru en avait fait de même. Mais c’était son caractère, il avait un petit coté mauvais mais il savait aussi se montrer parfaitement sociable. Il avait toujours été comme ça, même avec les femmes. D’ailleurs à certaines son coté « bad boys » plaisait beaucoup. Pourquoi n’arrivait-il pas à lui parler correctement à elle ? Pourquoi était-il toujours sur la défensive ?  Est-ce que c’était à cause de ce mariage ? Cette obligation qu’il avait été contraint de suivre. Ce fichu testament, son père qu’il détestait encore plus aujourd’hui, ce mariage qu’il n’avait pas voulu, cette femme qui était là aujourd’hui chez lui. Cette femme était cette obligation. Elle était cette clause du testament qu’il détestait. Voila sûrement pourquoi il ne la supportait pas.

Il mangea le dernier morceau de son sandwich et but une gorgée de bière. Depuis tout à l’heure, il n’avait pas lâché des yeux la source de sa mauvaise humeur permanente. Pouvait-il réussir à faire abstraction de tout ça pour que les mois à suivre soit plus vivables ? Ça ne tenait qu’à lui. Shikamaru avait raison ce n’était pas une installation définitive. Heureusement parce qu’elle n’était pas née celle qui allait lui faire ramasser ses chaussettes qui jonchaient le sol de sa chambre. Oh non ! S’il avait choisi cette vie c’est qu’il n’avait pas encore décidé de partager sa chambre définitivement et supporter une hystérique à chaque fois qu’il laisserait trainer quelque chose n’était pas à l’ordre du jour. Alors quatre mois lui suffisaient.

Il y en avait un au moins à qui l’arrivée de cette jeune femme n’avait été en aucun point perturbant. Tobi, ce lâcheur, qui aujourd’hui avait une réelle préférence pour elle. Il avait, depuis le début, adopté cette jeune femme comme nouveau maitre. Lui, qui avait du mal à accepter les femmes que son maitre ramenait à l’appartement, avait accepté celle-ci depuis le premier jour.  Allongé par terre à coté du canapé, il était toujours avec elle. Il avait trouvé de quoi combler sa solitude du manque de son maitre. Naruto n’avait plus envie de se prendre la tête sur ce sujet. Il lui avait bien interdit de s’occuper de lui mais elle n’avait rien à faire de ses recommandations. A chaque fois il retrouvait son chien en sa compagnie, comme le soir précédent où il l’avait encore trouvé sur le lit de la jeune femme. Il avait donc décidé abandonner. S’il préférait dormir avec elle et bien qu’il le fasse. Il se leva, rangea un peu la table du bar et partit dans sa chambre.  Ne voulant voir personne cette nuit là, il se coucha essayant d’oublier tout ça et attendit que le sommeil arrive.

 

Un nouveau jour se levait sur la ville. Allongée sur son lit, les yeux grands ouverts, hinata attendait. Elle attendait la sonnerie de son réveil matin lui indiquant le début d’une nouvelle journée. Elle s’était réveillée tout à fait par hasard quelques minutes avant. Un temps qui finalement lui permit de s’étirer de tout son long et de profiter encore de ce lit douillé. C’était tellement agréable de rester comme ça. Malheureusement, et c’était inévitable, le réveil sonna. La jeune femme se redressa aussitôt, prête à commencer sa routine matinale. Moins d’une heure plus tard, Hinata était prête à partir. Elle était un peu en avance ce matin là pour aller prendre le train mais, au lieu de perdre son temps à l’appartement, elle préférait sortir maintenant quitte à attendre à la gare plus longtemps. Une veste sur les épaules, une écharpe couvrant son cou, Hinata attrapa son sac et retourna vers le chien, qui n’était jamais très loin d’elle, afin de le saluer. Tout à coup, avant qu’elle puisse lui dire quoi que soit, elle entendit une clef tourner dans la serrure de la porte d’entrée. Elle resta figée sur celle-ci attendant qu’elle s’ouvre pour lui dévoiler la personne qui se trouvait derrière. Est-ce que Naruto était déjà de retour ?

C’est bien un homme qu’Hinata trouva devant elle, mais pas celui qu’elle s’attendait à voir. Cet homme paraissait assez jeune, peut être une vingtaine d’années, il avait les cheveux brun et portait des lunettes. Elle ne l’avait jamais vu auparavant. Aussi choqué qu’elle et surtout gêné de se retrouver face à elle, le jeune homme mit quelques secondes à reprendre ses esprit et retrouver sa voix pour prendre enfin la parole.

- Mme Uzumaki ?

- Oui… et vous ? demanda-t-elle à son tour un peu méfiante.

Le jeune homme répondit aussitôt en lui tendant sa main.

- Je suis Kaito Harada… l’assistant personnel de Mr Uzumaki, ajouta-t-il attendant qu’Hinata se décide à lui serrer la main.

La jeune femme accepta sa poignée de main, rassurée de ne pas avoir à faire à un cambrioleur. Sans attendre qu’elle l’interroge, le jeune homme prit la parole afin de justifier sa soudaine venue mais surtout pour s’excuser.

- Je suis désolé d’être entré comme ça, mais il se trouve que Mr Uzumaki m’a donné les clefs. Fit-il en lui montrant le trousseau qu’il avait en main. Je pensais que vous étiez déjà partis. Je ne me serais jamais permis d’entrer si j’avais su que vous étiez encore là.

- Vous venez chercher quelque chose qu’il a oublié? Le questionna-t-elle.

- Non, en faite je suis venu chercher le chien.

Le jeune homme expliqua à Hinata que son patron l’envoyait plusieurs fois dans la journée à son appartement. Il avait comme tâche de sortir Tobi afin qu’il se dégourdisse un peu les pattes mais aussi, et surtout, qu’il puisse faire ses besoins. Naruto déléguait donc ses obligations de maitre à son assistant. Comment cet homme pouvait oser faire ça ? Le travail d’un assistant n’était sûrement pas de sortir le chien de son patron. En désaccord avec cette méthode, Hinata ne put s’empêcher de questionner le jeune homme pour en savoir plus et lui fit part de son mécontentement. Ce jeune homme était évidemment d’accord avec la femme de son patron. Il savait que ce n’était pas ce genre de chose qu’un assistant était amené à faire mais il n’avait pas le choix s’il ne voulait pas prendre la porte et se retrouver au chômage du jour au lendemain. Hinata n’avait pas vraiment le temps de parler avec lui, il ne fallait quand même pas qu’elle rate le train. Mais elle ne voulait pas partir sans avoir trouvé une solution pour aider le jeune homme. Elle lui proposa donc d’oublier sa tâche et de laisser Tobi à ses bons soins. Elle lui expliqua qu’elle avait la possibilité de le garder avec elle durant la journée sur son lieu de travail. Alors à partir d’aujourd’hui il n’avait plus besoin de s’embêter avec ça. En faite ce n’était pas vraiment une proposition, Hinata ne lui laissait pas le choix.  Sachant pertinemment que prendre cette décision allait apporter des problèmes au jeune homme, la jeune femme lui promit qu’elle en prendrait toutes les responsabilités. Si quelqu’un devait avoir des ennuies avec Naruto ce serait elle et personne d’autre. Le jeune assistant n’était pas d’accord pour désobéir à son patron et il tenta plusieurs fois de le dire à Hinata mais celle-ci ne voulait rien entendre.

 Tout en quittant l’appartement pour ne pas rater son train, la jeune femme continuait à rassurer le jeune assistant qui appréhendait déjà la confrontation avec son patron.  Il fit un bout de chemin avec elle, ce qui leur permit de converser encore un petit moment puis avant de se quitter elle lui répéta plusieurs fois de ne pas s’en faire pour ce changement de programme.

Assise dans le train, Hinata regardait Tobi qui était sagement à coté d’elle. C’était une bonne idée de l’amener avec elle. L’air de la campagne et le jardin que possédait l’auberge allait lui faire le plus grand bien. Pourquoi n’y avait-elle pas pensé plus tôt ? Elle était pourtant consciente qu’il restait toute la journée enfermé entre quatre murs. Peut être parce que son maitre lui avait interdit de s’occuper de lui ?  D’ailleurs en pensant à lui, elle espéra subitement qu’il ne soit pas trop en colère en apprenant ça. Elle n’espérait pas ça pour elle mais pour ce pauvre jeune homme qui le supportait tous les jours. Elle ne risquait rien dans cette histoire mais l’assistant risquait son job, c’était ça le plus important. Hinata était déjà prête à faire appel à la gentillesse de Mme Uzumaki au cas où il penserait au licenciement. Elle attendait maintenant avec impatience la confrontation avec lui qui allait probablement se faire le soir même.

Essayant de penser à autre chose, Hinata reporta ses pensées sur les petites informations qu’elle venait d’apprendre à propos de son « mari ». Cette petite conversation qu’elle avait eue avec l’assistant lui avait permis d’en savoir d’avantage sur les habitudes de Naruto. Ils habitaient sous le même toit depuis un petit moment mais ni l’un ni l’autre ne se connaissaient vraiment. Elle put enfin savoir ce qu’il faisait pour rentrer aussi tard à l’appartement. Naruto était un homme sportif. Il se rendait tous les soirs ou presque après le boulot dans une salle de sport. Comment avait-elle fait pour ne pas s’en rendre compte ? Maintenant qu’elle y repensait, il portait souvent avec lui un gros sac mais elle n’avait jamais imaginé qu’il contenait des affaires de sport. A l’appartement elle croisait surtout un Naruto flemmard qui s’enfermait dans sa chambre, rien qui montrait une quelconque activité sportive.

Une image lui revint tout à coup à l’esprit. Une image de lui sur le pas de la porte de sa chambre se pavanant torse nu. Voila d’où lui venait ce torse musclé que la jeune femme avait apprécié regarder. Oui c’était Inutile de le cacher, elle avait particulièrement aimé cette image. C’était donc un homme qui prenait soin de lui.

Elle apprit également une deuxième chose. Si l’appartement était si bien entretenu, ce n’était pas parce que Naruto était un maniaque du ménage. C’était seulement grâce à l’intervention d’une femme de ménage que Mme Uzumaki avait engagée lorsqu’elle s’était aperçu que son fils n’était pas différent de la plupart des hommes. Cette dame possédait donc les clefs de l’appartement, elle venait travailler une fois par semaine, quelques heures un après midi lorsque naruto n’était pas dans son appartement.

A défaut de ne pas faire véritablement sa connaissance en discutant avec lui, Hinata pouvait compter sur les gens de son entourage. C’était le seul moyen pour en apprendre plus à son sujet.

Sa journée se passa aussi bien que les jours précédents. La venue inattendue du chien ne perturba pas longtemps les habitués des lieux. Celui-ci après avoir salué tout le monde et reçut quelques caresses par-ci par-là, trouva son aise sur son nouveau terrain de jeu. A midi, il hérita de quelques restes du déjeuné qu’Emiko lui permit de manger. Durant la journée Hinata jetait des coups d’œil vers lui, histoire de vérifier s’il était toujours dans les parages. Et bizarrement c’est auprès d’Emiko qu’elle le trouvait à tous les coups, loin de l’agitation des travailleurs. Celle-ci semblait beaucoup apprécier la compagnie du chien et c’était sûrement réciproque car Tobi passa la journée à la suivre.

 

Du coté de Naruto en revanche rien n’allait. Tous ceux qui eurent à faire avec lui ce jour là pouvaient en vouloir à Hinata car ce fut la cause de sa mauvaise humeur. Rien ne pouvait présager que sa journée allait être aussi noire. C’était le jour où il devait recevoir ses rédacteurs pour choisir le sujet de leur rubrique pour le prochain numéro. Tout avait commencé comme sur des roulettes jusqu'à ce que son assistant revienne. Naruto n’avait pas remarqué l’heure à laquelle il était revenu. Cette histoire avec le chien aurait pu passer sous silence, d’ailleurs le jeune assistant faisait tout pour faire oublier à son patron ce sujet là. Habituer à laisser cette tâche à son assistant, Naruto ne lui posait pas tous les jours de questions à ce sujet mais ce jour là il eut tout à coup envie de lui demander s’il n’avait pas eu de problème. Impossible de se dérober, il lui devait une réponse. Le mensonge pouvait être une solution mais s’il l’apprenait le soir en rentrant chez lui, les conséquences pour l’assistant seraient peut être pire que de l’apprendre maintenant de sa propre bouche.

Naruto répéta la question une deuxième fois, peut être qu’il n’avait pas entendu.

- Je… en faite je ne l’ai pas sorti… répondit le jeune assistant…c’est votre femme qui s’en occupe….

La réaction de Naruto ne se fit pas attendre. Lorsqu’il entendit les mots «  votre femme » on aurait pu très facilement imaginer son aura autour de lui se teinter tout à coup de noire. Il lâcha un : QUOI ?!!! …  Pas parce qu’il n’avait pas compris ce qu’il venait d’entendre, bien que quelques explications n’étaient pas de refus, c’est le seul mot qu’il trouva à dire. Mot qui traduisait sa surprise et son énervement.

 L’assistant répondit aussitôt pour s’expliquer, en commençant par le début.

- Votre femme était là quand je suis arrivé. Je lui ai dit que je venais pour le chien, c’est là qu’elle m’a dit qu’elle se chargeait de lui aujourd’hui. Puis il continua, histoire de s’innocenter le plus possible. J’ai pas eu le choix, elle a prit le chien et elle est partie…

- Comment peux-tu ne pas avoir le choix ? Lui cria son patron en lui lançant un regard tueur.

- Je… l’assistant essaya de chercher une réponse. Elle ne lui avait pas laissé le choix c’est vrai, mais il aurait pu insister. Tout le monde aurait pu insister. Mais la perspective de se débarrasser du chien lui avait plu. Il avait aussi remarqué qu’elle était très sérieuse à ce sujet et qu’aucune explications lui auraient fait changer d’avis. Elle ressemblait à son patron sur ce point là. Voila pourquoi il l’avait laissé faire. Il ne trouva qu’une seule chose à dire, qui pouvait au moins passer pour une bonne excuse.  Il ajouta donc : c’est votre femme…

Mais évidemment pour Naruto qui détestait ce mot, ça ne suffisait pas.

- C’n’est pas vraiment ma femme !! s’écria-t-il avant de se lever de son fauteuil. Puis il continua : tu le sais très bien !! Et même si ça l’était, tu n’as pas à l’écouter ! Je te l’ai déjà dit. C’est pour moi que tu travailles. Pas pour ma mère et encore moins pour ma pseudo femme !!! Quand est ce que tu vas le comprendre ?

- Je suis désolé… conclut l’assistant sachant pertinemment que ces mots ne feraient rien.

- C’est mon chien, bon sang !!!!!! s’écria Naruto en tapant ses deux poings sur son bureau. Puis il ajouta pour lui même. Elle cherche la guerre ou quoi ?? Il leva les yeux vers son assistant qui était toujours là attendant qu’il lui permette de prendre congé. Heureusement pour lui c’est ce que Naruto fit aussitôt en lui lançant : Sors de mon bureau !!!!

L’assistant heureux de s’échapper, tourna les talons et ferma la porte soigneusement derrière lui.  Il fut accueilli de l’autre coté par Michiru la secrétaire qui le regardait avec des yeux pleins de compassion. Elle avait évidemment très bien entendu l’échange entre les deux protagonistes.

- Je savais que ça ne lui plairait pas, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il réagisse comme ça. Fit l’assistant rompant le silence en premier.

- Ça prouve que ça se passe vraiment mal entre lui et sa femme… Ajouta la secrétaire. Michiru et Kaito étaient les seules personnes, à part Mme Uzumaki, à être au courant pour ce mariage arrangé alors ils n’étaient pas étonnés de savoir qu’ils ne s’entendaient pas. Elle prit le combiné du téléphone en main et reprit la parole. Son rendez vous de la matinée est arrivé. J’espère qu’il n‘est pas trop de mauvaise humeur. Elle joignit le bureau de son patron qui répondit au téléphone sans prendre la peine d’écouter toutes les explications. Visiblement très énervé, il lui coupa la parole et annula tous ses rendez-vous. Michiru tenta quand même de l’informer de l’importance de ce rendez vous mais Naruto ne voulait rien entendre. Il raccrocha le combiné, laissant la jeune femme bouche bée.

 Il s’en prenait à tout le monde, c’est comme ça que Naruto se défoulait lorsqu’il était de mauvais poil. Malheureusement ce comportement pouvait avoir des répercussions sur son travail.

Michiru rappela à Kaito, l’assistant, qui était toujours avec elle, la raison pour laquelle ce rendez vous était important et impossible à annuler. L’homme que Naruto devait rencontrer était le chef du restaurant le plus populaire de la ville. Très étoilé et chic, ce restaurant accueillait une population assez aisée. Pour remonter la côte de popularité de sa rubrique et pour prouver à Shikamaru qu’il pouvait faire aussi bien que lui, Naruto avait eut l’idée de faire un article spéciale sur ce restaurant. Très difficile à joindre, ce chef de restaurant, très connu dans sa profession, avait hésité prétextant un planning chargé puis finalement il avait accepté grâce à l’insistance dont avait fait preuve Kaito qui lui avait énuméré au téléphone les avantages qu’il allait tirer de cet article. C’était donc impensable d’annuler ce rendez vous après avoir eu autant de difficulté à l’avoir. De plus traiter cet homme avec autant d’impolitesse n’était pas une bonne idée. La popularité du magazine pouvait en pâtir si ça s’ébruitait.

Kaito et Michiru prirent la décision d’en parler à la directrice. Elle leur avait toujours dit de l’informer en cas de problème avec son fils.  Même si monsieur n’aimait pas que sa mère intervienne dans son travail, ces deux employés n’avaient pas le choix. 

Kushina reconnut bien là son fils. S’énerver pour des petits riens, incapable de mettre sa vie privée de coté lorsqu’il est au bureau, prendre des décisions irresponsables. Il était inutile de discuter avec lui alors elle prit aussitôt les choses en main en se chargeant de recevoir le chef du restaurant.  Ce problème résolut, le reste de la journée se passa calmement. Michiru ne fit plus appel à Naruto mais passa automatiquement par Kushina comme celle-ci lui avait demandé. Son fils avait un gros problème de comportement, incompatible avec le travail. Il fallait vraiment changer ça. Mais comment ? C’était le nouveau sujet de réflexion de Kushina, mère honteuse de cet homme capricieux de 27 ans qui lui rappelait à chacune de ses crises l’éducation qu’elle avait complètement ratée.

Celui-ci sortit de son bureau dans l’après midi et quitta l’entreprise jugeant que sa journée était déjà terminée. Cette voleuse de chien lui avait fichu sa journée en l’air. Il n’avait plus envie de rester au bureau. Il avait besoin de prendre l‘air et de se défouler un peu afin d’évacuer la rage qui bouillonnait au fond de lui. Cette rage qu’il sortirait le soir même devant cette jeune femme. Oui elle n’allait pas s’en sortir comme ça et regrettera, à coup sûr, son geste après avoir eu à faire à lui. Il avait particulièrement hâte d’y être. Assis au comptoir d’un bar, un verre à la main, le jeune homme souriait en pensant à cette scène. Elle allait s’en mordre les doigts parce qu’il ne comptait pas être indulgent avec elle. Il but encore quelques verres avant de décider de la suite de son programme. Il n’avait pas envie d’aller à la salle de sport pourtant ça aurait été un bon moyen de se défouler en transpirant. Non, il avait une toute autre idée qui était tout aussi bien. Une partie de jambe en l’air, se défouler en transpirant et y prendre du plaisir, voilà ce dont il avait envie pour l’instant. Il composa un des nombreux numéros qu’il possédait sur son téléphone et appela l’une d’elles. Inutile de la supplier trop longtemps, Naruto avait les mots pour persuader les filles de le rejoindre. Quitte à abandonner l’activité qu’elles avaient en cours, aucune d’entre elles ne refusaient quoi que soit à ce jeune homme. Il la rejoignit chez elle et eut ce qu’il voulait. Plusieurs heures de plaisir qui permirent au temps, de passer plus vite.

 

Hinata quitta l’auberge à l’heure habituelle pour avoir son train. Avoir le chien avec elle n’avait absolument pas changé son planning. Assise confortablement dans le train, la jeune femme ne mit pas longtemps à voir la fatigue arriver. Essayant de lutter contre le sommeil, elle pensait à son retour à l’appartement, à la confrontation avec Naruto lorsque celui-ci rentrerait de son travail. Elle n’avait pas peur de se retrouver devant lui. Que pouvait-il lui faire, à part s’énerver contre elle ?  Pour ça elle avait déjà préparé sa défense, elle savait ce qu’elle allait lui dire. Aucune raison de sans faire alors. La fatigue prit finalement le dessus. Somnolant légèrement la jeune femme se réveilla juste pour son arrêt. 

Accompagnée de Tobi, elle pénétra dans l’appartement sans aucune crainte. Pourquoi en aurait-elle ? Elle avait encore du temps avant qu’il ne rentre. Encore quelques heures de tranquillité. Assise sur les marches à l’entrée, Hinata commençait à se déchausser lorsque tout à coup, en jetant un coup d’œil à côté d’elle, elle reconnut une paire de chaussure familière. C’était celle de Naruto. Il était déjà là. Pourquoi ? Pourquoi était-il déjà rentré ? Elle pénétra dans le salon, cherchant partout le jeune homme. Pas trace de lui sur le canapé ni dans la cuisine, il devait sûrement être dans sa chambre. Le temps de répit qu’elle avait cru avoir avant la confrontation venait de diminuer d’un coup. Il allait sortir d’un moment à l’autre. Elle s’aperçut que son cœur battait la chamade. Pourquoi cette réaction si elle ne le craignait pas ? La surprise, c’était sûrement ça. Elle ne s’attendait pas à tomber si tôt sur lui.

Il n’y avait absolument aucun bruit dans l’appartement, rien qui venait non plus de sa chambre. S’il n’avait pas encore surgi devant elle, c’est qu’il ne l’avait sûrement pas entendu rentrer. Elle avait été discrète sans le vouloir. Autant profiter de ces quelques minutes avant qu’il se décide à sortir de son antre.  Elle partit en direction de sa chambre en restant toujours très discrète et ferma la porte. Ouf… elle avait le temps de se reposer un peu et de se mettre à l’aise avant de se retrouver devant lui.

Naruto était allongé sur son lit, depuis près d’une heure il était là à attendre. Attendre que cette voleuse décide de rentrer. Comme par hasard pour une fois qu’il était de retour assez  tôt elle n’était pas là. Il se leva en sursaut lorsqu’il entendit du bruit contre sa porte puis celle-ci s’ouvrit laissant surgir devant lui celui qui l’avait trahi. Tobi était de retour ce qui voulait dire qu’elle était là aussi. Il se mit aussitôt debout ne faisant même pas cas de son chien qui, heureux de le voir, était venu près de lui demander quelques caresses. Il sortit de sa chambre, jeta un coup d’œil dans les alentours mais ne vit pas sa cible.

Ce n’est pas en se cachant dans sa chambre qu’elle allait y échapper. D’ailleurs cette porte fermée n’était en aucun cas un obstacle pour lui. En un geste il l’ouvrit sans prendre la peine de frapper et surtout sans délicatesse, y mettant toute sa colère. Devant lui se tenait une Hinata à demi dévêtue paralysée par la surprise. Près de son lit, vêtue d’un petit short, la jeune femme avait détaché son soutien gorge prête à l’enlever.  Elle avait suspendu son geste lorsque la porte s’était ouverte et avait aussitôt plaqué ses mains sur sa poitrine, seule défense pour se cacher. Elle mit quelques minutes avant de réagir enfin. Elle se tourna sur le côté pour se cacher le plus possible, ne laissant voir que son dos.

- Ne vous gênez pas surtout ! lui cria-t-elle ne le voyant pas réagir. Qu’attendait-il pour ressortir ? Elle chercha près d’elle une solution pour s’habiller en vitesse mais ne trouva rien d’autre que le pull qu’elle venait d’enlever. Ne pouvant pas l’enfiler, elle le mit devant sa poitrine ce qui lui permit de se sentir un petit peu plus protégée. Puis elle regarda le jeune homme qui n’avait toujours pas bougé d’un pouce. 

Naruto n’avait pas bougé ni même prononcé la moindre parole. C’était un homme et devant cette scène il n’était pas resté indifférent. N’ayant absolument pas pensé qu’elle pouvait être en train de se changer il ne s’attendait pas à tomber sur elle en pareil tenue. Un peu troublé, il n’avait rien trouvé à dire et n’avait pas non plus prit la décision de refermer la porte afin de la laisser terminer, et pour cause, il n’avait pas oublié la raison de sa visite. 

Hinata n’attendit pas une seconde de plus. Elle se précipita vers lui, bien décidée à le faire sortir.

- Sortez !!! S’exclama-t-elle en le poussant d’une main. Il recula un peu avec le choc mais ce n’était pas suffisant pour le mettre définitivement dehors.  Sortez tout de suite de ma chambre !!! répéta Hinata en le poussant encore sans succès.

- Non ! répondit le jeune homme avec une voix dure. Il avait peut être été troublé quelques minutes mais sa colère n’avait pas disparue.  Il prit le poignet de la jeune femme en main et fit pression dessus ce qui obligea cette dernière à retirer sa main.  Vous savez pourquoi je suis là ? ! lui dit-il sans lâcher la pression sur son poignet.

- Oui je le sais très bien… lui répondit-elle. Mais vous pouvez quand même me laisser finir avant…

- J’ai attendu assez longtemps et je n’ai pas que ça à faire ! lui répondit-il en la fixant d’un regard menaçant.

Elle fit de même bien que son regard à elle traduisait aussi la douleur de son emprise.

- Allez-y, videz votre sac. Fit-elle obligée de capituler. Mais avant, sachez que ça se passe entre vous et moi seulement, votre assistant n’y est pour rien. Il n’a pas eu son mot à dire, alors inutile de le renvoyer, il n’a rien à voir là-dedans.

- Ce qui ce passe avec mon assistant ne vous regarde absolument pas. Il aura le traitement qu’il mérite et ce n’est pas vous qui allez changer ça. 

- Si !  Je changerai ça. J’irai voir votre mère s’il le faut. Elle est plus humaine que vous, je suis sûre qu’elle fera quelque chose.

- Vous croyez que parce que vous avez parlé une heure avec elle, vous êtes sa grande amie ?  

- C’est ma belle-mère et…

- Sur papier seulement. Et cette bague… lui dit-il en bougeant le poignet de la jeune femme qu’il avait toujours en main… ne vous donne pas le droit d’intervenir dans ma vie.  Je vous l’ai déjà dit, ça ne vous donne aucun droit !

- Je vous ai rendu service. Je sais que j’aurais dû vous demander mais vous n’étiez pas là. Ce chien a besoin de courir, il n’est pas fait pour rester enfermé entre quatre murs.

- C’est mon chien. Ma façon de m’en occuper ne vous regarde pas !!

- Parce que vous appelez ça, vous en occuper ? Vous laissez cette tâche à votre assistant. On ne peut pas vraiment dire que vous vous en occupez.

- Ça ne vous regarde pas…

- Vous n’avez que ça dans la bouche ? Oui c’est vrai ça ne me regarde pas mais j’y peux rien, je déteste les personnes comme vous ! Sous prétexte  que vous avez des employés sous vos ordres et qu’on vous appelle patron vous vous croyez tout permis ! Je doute que le rôle d’un assistant soit de sortir le chien de son patron ! Comme vous savez si bien le dire, c’est votre chien. Alors assumez-le et occupez-vous-en vous-même !

- J’en ai rien à faire de ce que vous pensez ! lui fit-il. Je m’occupe très bien de mon chien. Je n’ai pas besoin de vos conseils. Je travaille moi, pas comme certain, je n’ai pas toujours le temps de le sortir.

- Quoi ? Cette dernière phrase choqua la jeune femme. C’est pour moi que vous dites ça ? 

- A votre avis ?

Le calme de la jeune femme vira tout à coup vers la colère. Elle regarda le jeune homme en face d’elle avec un regard plus dur. Les dents serrées, elle commençait à bouillir de l’intérieur.  Ce qu’il venait de dire ne lui plaisait absolument pas. Il avait prononcé ça presque le sourire aux lèvres. Monsieur estimait travailler dur et traitait la jeune femme d’inactive. Le pire c’est qu’elle savait très bien qu’il ne faisait pratiquement rien sur son lieu de travail et que ça ne valait absolument pas ce qu’elle faisait elle tous les jours à l’auberge. Mais pas seulement elle. Hinata ne prit pas cette remarque seulement pour elle.  Son père, les travailleurs, Emiko, tout le monde donnaient beaucoup de eux-mêmes sur le chantier. En lui disant ça, il jugeait aussi toute sa famille et ça la jeune femme ne pouvait pas le supporter.

- Comment osez-vous? lui dit-elle. Qu’est ce qui vous donne le droit de dire ça  ??!!! cria-t-elle.

Elle serra la main que Naruto tenait toujours par le poignet. L’idée de lui envoyer en pleine figure lui traversa l’esprit mais ce n’était pas une bonne chose. Elle tira son bras vers elle d’un coup sec et réussit à le libérer de l’emprise du jeune homme qui, surprit par ce geste, ne put rien faire.

- Vous ne me connaissez pas !!! Continua-t-elle toujours sur le même ton.

Tenant toujours d’une main la protection qui couvrait sa poitrine, Hinata poussa, à l’aide de son autre main, le jeune homme vers le couloir. Celui-ci essaya de tenir le choc face à elle mais se laissa finalement pousser jusqu’au mur. Il sentait la rage dans les coups qu’elle lui donnait. Arrivée contre le mur qui faisait obstacle, Hinata ne le lâcha pas pour autant. La main toujours contre lui, elle continuait à faire pression comme si elle voulait l’écraser contre le mur ou lui faire traverser.

- Vous croyez que vous êtes le seul à travailler ?... Je travaille !! Je travaille sûrement plus que vous assis à votre bureau !! Vous ne savez rien de moi !!! Vous n’avez pas le droit de dire ça !! … vous n’avez pas le droit de juger les gens sans les connaitre !! Elle s’arrêta enfin, le regarda encore une demi-seconde puis baissa la tête. Elle reprenait sûrement son souffle après avoir autant crié.  Naruto ne prit pas la parole. Il n’avait rien à dire. De plus elle n’avait visiblement pas encore terminé parce qu’elle reprit plus calmement cette fois tout en gardant la tête baissée.

-  On travaille très dur tous les jours…

Mais de qui parlait-elle ? Et pourquoi s’était-elle énervée comme ça pour de simple mot ? Tout à coup elle releva la tète. Les yeux humides vers lui et reprit:

- Vous ne connaissez même pas mon prénom… renseignez vous avant de parler…

Hinata le lâcha enfin et retourna dans sa chambre. Elle ferma soigneusement la porte derrière elle, laissant Naruto collé au mur abasourdit par ce qui venait d’arriver. Les yeux rivés vers la porte fermée, Naruto repensait à ce qu’il venait de voir. Il avait vu ses yeux, des yeux pleins de larmes. Se trompait-il ou était-elle vraiment en train de pleurer ?  Pourquoi ? Pourquoi une telle réaction ? Elle avait littéralement pété un plomb au point d’en être violente et son torse endoloris ainsi que le bleu qui allait apparaitre dès le lendemain pouvaient le prouver. Tant de violence pour deux ou trois mots qu’il avait prononcés. Pourquoi ne lui avait-elle pas parlé tout simplement au lieu de devenir folle comme ça ? Quittant enfin son mur, Naruto se dirigea vers le salon et s’affala dans son canapé. Inutile d’essayer de penser à autre chose, cette scène lui revenait toujours à l’esprit. En fin de compte rien ne s’était passé comme prévu. Il était censé lui faire une démonstration de sa colère mais finalement c’était elle qui l’avait faite. Est-ce qu’au moins elle avait compris qu’il n’était pas content pour son initiative avec le chien ? Parce que si ce n’était pas le cas cette échange ne lui avait servi à rien, sinon à savoir que la jeune femme possédait un travail. Merveilleuse nouvelle qui ne l’intéressait absolument pas. Elle avait raison, il ne savait rien d’elle et c’était très bien comme ça. La connaitre lui servirait à quoi ? Elle n’était là que pour quatre petit mois, alors il n’avait aucun intérêt à la connaitre. En revanche elle avait tort sur une chose. Il connaissait son prénom : c’était Hinata. Quant à son nom, il l’avait sur le bout de la langue et ce n’est finalement qu’après s’être répété plusieurs fois son prénom en tête qu’il trouva : Hyûga.  Elle s’appelait Hinata Hyûga. Et oui elle avait tort, il n’était pas si ignorant que ça.   

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales