Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Imaginaire
    Seven Edition
    Nb de signes : 80 000 - 500 000 sec
    Genre : horreur - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Confinement
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction réaliste - témoignage - contemporain - récit de vie - réaliste - humour
    Délai de soumission : 08/05/2020
  • L'Indé Panda 9
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 500 - 6 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/04/2020
  • L'Ampoule n°7
    Éditions de l’Abat-Jour
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : atypique - étrange - noir
    Délai de soumission : 10/05/2020
  • Mauvais goût
    Bigornette
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2020
  • Prix Zadig de la Nouvelle policière
    Éditions Exæquo
    Nb de signes : 65 000 - 130 000 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 12/07/2020
  • Littératures de l'imaginaire
    Tirage de têtes
    Nb de signes : 2 000 - 20 000 sec
    Genre : imaginaire - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/05/2020
  • La sauvegarde des orang-outans
    L'ivre d'histoires
    Nb de signes : 15 000 - 45 000 sec
    Genre : steampunk - science-fiction - fantasy
    Délai de soumission : 01/06/2020
  • Dimension "Marmite et microonde"
    Rivière blanche
    Nb de signes : 1 000 - 50 000 sec
    Genre : steampunk - horreur - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • Depuis plusieurs jours, la plage était déserte.
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 4 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/03/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Découvrez le manga indépendant francophone !
 par   - 1410 lectures  - Aucun commentaire

Entrez dans un tout nouveau monde, celui des auteurs de BDs et de mangas indépendants sur internet !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Le prix du silence
[Histoire Terminée]
Auteur: saku77 Vue: 62168
[Publiée le: 2008-02-12]    [Mise à Jour: 2008-07-07]
G  Signaler Général/Romance/Lyric-Fic Commentaires : 234
Description:
Il y a des malédictions contre lesquelles on ne peut lutter, des malédictions inévitables dues à la nature changeante de l’Homme.

Quelle est cette forme étrange qu’elle perçoit près des gens ? Cette forme à la fois curieuse mais effrayante, cette forme capable de prendre une infinité de couleurs reflétant les humeurs de l’âme. Sakura Haruno l’ignore et depuis « l’incident » de son enfance, elle refuse catégoriquement d’en savoir davantage. La vie ne suit malheureusement pas toujours le chemin qu’on lui avait tracé, la jeune femme va très rapidement le comprendre.

Après avoir passé des années à essayer de réfréner ce don lui ayant ôté la voix, sa rencontre avec son nouveau patron va tout bouleverser. Les apparitions vont se faire plus nombreuses et la forme près de son patron se montre très agitée. Elle n’aime pas ces changements brutaux de couleurs, ni même cette apparence menaçante se montrant quelque fois. Sa réaction première va être de vouloir à tout prix garder le plus de distance possible avec son employeur. Cependant les choses ne sont pas si simples et celui-ci ne semble pas être du même avis qu’elle. Au contraire, il parait même déterminé à en apprendre plus sur son passé.

Sasuke Uchiwa n’a jamais oublié le réconfort qu’une fillette lui a apporté alors qu’il n’avait que cinq ans et pleurait sur la tombe de sa défunte mère. Depuis lors, ce souvenir est resté gravé dans sa mémoire et a resurgi avec force lorsque son père lui a annoncé qu’il souhaitait le voir participer à un mariage de convenance. La seule solution pour lui est de trouver une fiancée convenable sous un délai restreint, et c’est tout naturellement que la fillette de son souvenir lui a paru tout indiquée. Mais ce qu’il n’avait pas prévu était que celle-ci se manifesterait à lui sous la forme d’une nouvelle employée, et encore moins qu’elle n’aurait plus l’usage de la parole. Dès lors, un doute nait en lui : L’employée et la filette sont-elles une seule et unique personne ?

Fiction hors contexte du manga Naruto – Caractères des personnages OOC

Couples à venir. Vous découvrirez lesquels au fil des chapitres. Bonne lecture.

Note : chapitres réécrits jusqu'au numéro 8. J'ai réactivé tous les autres chapitres pour que vous puissiez malgré tout lire l'histoire.

Crédits:
Les personnages ne sont pas à moi. Ils sont à Masashi Kishimoto, le génial inventeur de Naruto ;p
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Organisation pour un mariage

[4253 mots]
Publié le: 2008-05-17Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Salut tout le monde !!! Merci pour vos commentaires, je vais y répondre mais je publie d’abord car j’ai ENFIN pu accéder au site. Bisous à tous !!

 

 

Chapitre 22 :  Organisation pour un mariage.

 

 

« Yo, Sasuke ! lança joyeusement Naruto en débarquant dans son bureau. 

 

- Naruto, soupira le brun avec une mine à faire peur. S’il te plait, ne crie pas comme ça, il est seulement 8h30 et je me suis levé il y a une heure à peine…

 

- T’as fait la java hier soir ou quoi ? le taquina Naruto.

 

- Non, répondit Sasuke. »

 

Il esquissa l’ombre d’un sourire puis précisa :

 

« En fait, je me suis pris une cuite.

 

- Quoiiiiiiii ?!!!!

 

- J’avais besoin de m’occuper. De faire le vide dans ma tête rien qu’une soirée… Autant te dire que ce matin j’ai été malade comme un chien, expliqua son ami.

 

- Et Sakura ? questionna le blond.

 

- Je suis passé chez elle avant  de retourner chez moi et …

 

- De te saouler, le coupa Naruto.

 

- Eh bien, oui, reconnut Sasuke.

 

- Qu’est-ce qu’il se passe, Sasuke ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? lui demanda son ami. »

 

L’Uchiwa se leva de son bureau et alla se poster à sa fenêtre.

 

« Mon père, déclara tout simplement Sasuke. Je n’ai plus de père depuis hier.

 

- Hein ? Il est mort ? fit Naruto incrédule. Mais je croyais que tu devais aller lui parler…

 

- Il n’est pas mort, fit le jeune homme exaspéré. Je ne lui adresserai plus jamais la parole, c’est tout. Pas après qu’il ait voulu me forcer à me marier avec cette Keira machin chose et puis surtout pas après tout ce qu’il a fait. En plus, il n’a aucun respect pour Sakura et ça je ne le tolère pas ! »

 

Naruto sourit.

 

« C’est vraiment la bonne, pas vrai ? »

 

Sasuke le contempla quelques instants silencieusement puis il répondit :

 

« C’est plus que la bonne, Naruto. Beaucoup plus. »

 

Avisant un papier sur le bureau de Sasuke, Naruto s’approcha pour voir à quoi ça ressemblait et interrogea son ami à ce sujet.

 

« De quoi s’agit-il ?

 

- C’est une lettre d’une employée.

 

- Ah ?

 

- Elle demande une mutation, ou bien elle dit qu’elle démissionne.

 

- Eh bien dis donc, elle ne doit pas t’apprécier énormément pour vouloir à tout prix changer de lieu ! Ou carrément partir ! »

 

Sasuke eut un air désolé. Décidément Naruto ne comprenait parfois rien à rien.

 

« C’est Hinata, Naruto. Hinata part.

 

- Quoi ? Mais pourquoi ? Je ne comprends pas…

 

- Non, et moi non plus d’ailleurs. Mais j’ai ma petite idée là-dessus. Tu ferais mieux d’aller lui parler, conseilla Sasuke.

 

- Qu’est-ce que j’aurais à voir dans tout ça ? fit Naruto ne comprenant pas où Sasuke voulait en venir.

 

- Tu sais que t’es vraiment naïf parfois, Naruto ? lui reprocha son ami.

 

- Très bien, j’irai lui parler, esquiva Naruto en se dirigeant vers la porte. Mais si moi je suis naïf, toi tu sais parfois être très ironique, voir même cynique, trop cynique. »

 

 

 

Deux heures plus tôt, chez Sakura…

 

« Sakura Haruno, ouvre-moi cette porte ! ordonna une voix féminine. »

 

Sakura ouvrit un œil, bailla à en fendre l’âme, et referma ce malheureux œil qu’elle était parvenue à ouvrir.

 

Mmmmh, je veux dormir…

 

« Sakura, je sais que t’es là ! Allez, ouvre ! C’est Temari ! »

 

Mh ? Temari ?

 

Le temps que l’information monte à son cerveau encore ensommeillé et que celui-ci associe différentes informations, il lui fallut bien cinq minutes.

 

Appartement, porte, bruit, Temari… songea-t-elle. HEIN ? TEMARI ?

 

Elle ouvrit les yeux brusquement et se leva en quatrième vitesse avant d’aller ouvrir à son amie.

 

« Désolé, s’excusa Temari en entrant. Je sais qu’il est tôt, mais bon, à cause d’hier j’ai eu envie de venir te réveiller tôt et de te parler ! »

 

La tête que fit Sakura en guise de réponse, fut plus éloquente qu’aucune autre réponse qu’elle aurait pu donné si elle avait parlé.

 

« Tu me fais du café ? demanda son amie en s’asseyant, à l’aise. »

 

Sakura ferma les yeux et les rouvrit. C’était un cauchemar. Oui, c’était ça. Elle dormait et elle allait se réveiller d’ici une minute à l’autre. Mais quand son regard prit toute la mesure de la présence de son amie, elle s’avoua vaincue. C’était bien Temari. Elle l’avait réveillé, et il était 6h du matin…

 

« Ce serait génial si tu pouvais me mettre des gâteaux avec !

 

- Tami, tu sais quelle heure il est ? Je me suis couchée tard hier, signa Sakura.

 

- Rabat joie ! Au fait, tu t’es couchée tard pour quelle raison ? Sasuke est resté plus longtemps que prévu ? demanda-t-elle amusée. »

 

La jeune femme rougit comme une pivoine avant de prendre un faux air indigné.

 

« Non. Et d’ailleurs, je suis fâchée après lui.

 

- Ah ? C’est possible ?

 

- Comment ça ?

 

- Ben, vu la façon dont vous vous comportez tous les deux, je me disais qu’il était impossible que vous vous en vouliez un jour. Vous êtes très amoureux et ça se voit, répondit Temari avec un sourire. Bon et ce café, ça vient ? »

 

Sakura poussa un soupir et se résolut à préparer du café pour elles deux. Tandis qu’elle s’exécutait, son esprit revint sur ce qui s’était passé la veille…

 

« Je t’aime. 

 

- Je… Il faut que j’y aille… Je t’appelle quand j’arrive. »

 

Pourquoi a-t-il réagi comme ça ? Pourquoi n’a-t-il rien répondu ? Est-ce qu’il ne m’aime pas ?

 

« Je veux te prouver combien tu comptes pour moi. Toute la place que tu as pris… Dans mon esprit… Dans mon cœur… »

 

Alors pourquoi avoir fui ?

 

« Sakura ? appela son amie, la tirant de sa réflexion. Sasuke et toi, vous avez commencé à organiser les préparatifs pour le mariage ? »

 

Le mariage… songea-t-elle. C’est vrai, je vais me marier… A un homme qui ne m’aime peut-être pas…

 

Elle fit « non » de la tête.

 

« Alors, je te propose de commencer à nous en occuper toutes les deux ! fit-elle enthousiaste. »

 

Si seulement elle pouvait avoir ne serait-ce qu’un dixième de l’enthousiasme de son amie aujourd’hui…

 

 

 

« Hinata, je dois te parler !! l’accosta Naruto. »

 

La jeune femme rangeait ses affaires. Apparemment, il n’avait rien remarqué… Comme toujours.

 

« C’est vrai que tu comptes partir ? »

 

Alors il savait tout compte fait ?

 

« Sasuke m’a parlé de ta lettre, avoua-t-il. »

 

Il se mit en face d’elle et l’observa attentivement.

 

« Mais pourquoi veux-tu partir ? »

 

Elle hésita.

 

« Tu ne comprends jamais rien, Naruto, dit-elle en continuant à ranger ses affaires.

 

- Qu’est-ce que je ne comprends pas ? demanda-t-il en arquant un sourcil.

 

- Tout, Naruto ! Tout ! s’écria-t-elle en perdant sa patience. »

 

La douce Hinata, la fragile Hinata, la gentille et patiente Hinata, était-ce bien elle qui se tenait devant lui ? Les lèvres pincées, le regard voilé par la colère, les sourcils froncés, était-ce bien elle ? C’était vrai. Il ne comprenait plus rien. Où voulait-elle en venir ?

 

« Tu n’as jamais rien compris, expliqua-t-elle en rangeant un stylo qui trainait d’un geste sec et agacé. »

 

Il lui attrapa la main et la força à affronter son regard.

 

« Comment est-ce que je peux deviner ? Tu ne dis rien Hinata. Et même avec des doutes, ça ne sert à rien.

 

- Qu’est-ce que tu penses de moi Naruto ? Est-ce que je compte vraiment ? lâcha-t-elle en retirant sa main. »

 

Il eut un air surpris puis son regard se fit amusé avant de devenir songeur.

 

Naruto est si expressif… Comme les enfants, songea-t-elle.

 

« Tu es quelqu’un qui compte, objecta-t-il. Tu es de ceux qui comptent, qui sont importants. Je sais que si j’ai besoin de parler à quelqu’un, si j’ai besoin de quoi que ce soit, je peux compter sur toi. Tu es intelligente, marrante, souriante, attirante… »

 

Elle sentait son cœur cogner dans sa poitrine.

 

« Mais tu restes une amie malgré tout. Pas une amie parmi tant d’autres amis. Tu es une amie. Ca peut toujours changer, tu es géniale mais… C’est moi qui ne sais pas. »

 

Hinata sentit son cœur se briser en morceau. Alors depuis le début, quelque part il savait. Quelle déception amère. Plus jamais elle ne se laisserait prendre au piège. Sa décision était prise et irrévocable désormais.

 

« Je pars.

 

- Pardon ? »

 

Elle esquissa un sourire amer et dur.

 

« Je démissionne. La mutation prendra beaucoup trop de temps. Je suis désolée.

 

- Je ne comprends toujours pas… Pourquoi ?

 

- Parce que je t’aime Naruto mais que toi, tu ne vois rien. Tu ne sais pas ? Mais moi je m’en vais ! déclara-t-elle en finissant son carton. C’est fini. »

 

Le jeune homme resta interdit. Qu’avait-il pu bien dire ?

 

« A… Attends !! Hinata ! fit-il en la rattrapant alors qu’elle s’en allait son carton dans les bras. Pourquoi fais-tu ça ? Pourquoi ?

 

- Parce que le temps c’est bien beau, mais je ne passerai pas ma vie à espérer quelque chose qui ne se produira jamais.

 

- Que sais-tu de l’avenir ? répliqua Naruto en la fixant avec un regard pénétrant.

 

- Je le sais, coupa-t-elle d’un geste impatient. Je suis désolée. Etre ton amie, c’était déjà beaucoup, mais je refuse de devenir la bonne copine Naruto. Je veux plus, beaucoup plus que ça. »

 

Ce fut sur ces derniers mots qu’elle quitta Naruto, l’entreprise et tourna sans doute une page de sa vie.

 

 

 

 

Tenten se mit à trembler en avançant vers la maison dont Jake lui avait parlé au téléphone. C’était bien la bonne adresse… Elle voulut avancer quand une main ferme la retint.

 

« Attends, conseilla Neji. »

 

La jeune femme retint un rire hystérique. Sa petite fille se trouvait là, tout proche, et il voulait qu’elle attende ?

 

« Est-ce que tu te rends compte ? lui reprocha Tenten. Tu ne sais même pas ce que ça fait…

 

- Peut-être, fit-il en haussant les épaules. Je ne sais pas ce que c’est, mais moi, je suis lucide au moins. Tu n’as pas les idées claires parce que tu es toujours en colère à cause du mensonge de Jake… »

 

Il avait raison. Elle le savait. Mais malgré tout, son cœur, son pauvre cœur, comment pourrait-il supporter autant de souffrances ? Il lui fallait du bonheur et une raison de continuer à battre. Ils s’avancèrent quand ils virent Jake apparaître, une fillette à ses côtés.

 

« Papa, dit-elle. On peut aller au parc ? »

 

Tenten éprouva alors une souffrance sans nom. Elle l’avait appelé papa. Pourquoi ? Encore une fois, il semblerait que Jake ait menti. Mais à quoi s’attendait-elle ? Elle aurait dû le connaître par cœur maintenant, lui et ses manœuvres détournées.

Sa fille souriait à ce salopard et le pire de tout, l’appelait papa. Il ne méritait pas ce nom. Il ne méritait pas ce statut. A cause de lui, elle avait tout perdu. Son énergie débordante, sa joie de vivre, son cœur, sa vie, tout. Absolument tout. Tout ce qui faisait d’elle Tenten. Aujourd’hui, il ne restait qu’une sorte de larve misérable tentant tant bien que mal de se raccrocher à la vie. Une larve sans espoir, une chose, un être humain sans doute, mais presque un fantôme. Elle ne vivait pas le présent parce que son esprit et son cœur étaient piégés dans un passé lointain. Même si ce passé lui semblait toujours aussi proche et par dessus tout, ancré dans le présent. Quoi qu’elle fasse, elle avait été marquée au fer rouge parce que Jake lui avait fait. Parce qu’il lui avait infligé et fait endurer.

 

« Ca va ? l’interrogea Neji, l’air sombre. »

 

Non, non ça ne va pas du tout.

 

Si son cœur pouvait être encore plus brisé, alors c’était chose faite. Elle n’avait qu’un trou béant à la place du précieux organe vital. Elle n’éprouvait qu’un froid glacial intérieur. Son regard se fit dur tandis que ses poings se crispaient. D’un pas décidé, elle s’avança vers Jake. Lorsqu’elle arriva à sa hauteur, elle lui colla un coup de poing. Ni plus ni moins.

 

« Tu n’es qu’un salaud ! »

 

La fillette se précipita vers son « père » et leva un regard embué de larmes en direction de Tenten.

 

« Pourquoi vous avez frappé mon papa ? demanda-t-elle d’une petite voix. »

 

Elle encaissa le coup avec difficulté.

 

Pourquoi vous avez frappé mon papa ?

 

La phrase résonna en écho dans sa tête tandis qu’elle assimilait lentement tout ce que cela impliquait. Sa propre fille ignorait qui elle était et considérait celui qui l’avait trahi, celui qui était à l’origine de son malheur et de tous ses problèmes, comme son père. C’était le comble de l’ironie. Une ironie cinglante et blessante. Elle aurait bien hurlé, elle aurait bien voulu étrangler Jake de ses propres mains, l’entendre la supplier de lui épargner la vie mais tout ce qu’elle pouvait faire en cet instant, était de regarder bêtement son portrait craché à travers la fillette qui lui faisait face.

 

« Tenten, doucement ! intervint Neji en se plaçant devant elle.

 

- Elle a frappé papa, sanglota la petite fille. »

 

Neji esquissa un air amusé. Il s’agenouilla au niveau de la fillette et lui fit un grand sourire.

 

« La dame n’est pas méchante tu sais ? Elle est juste en colère contre ton papa. Parce qu’il lui a fait très très mal, expliqua Neji.

 

- Mais pourquoi ? Papa est gentil pourtant, répondit la petite fille en essuyant ses larmes. Hein papa ? Pas vrai que t’es gentil ? »

 

Le père en question eut un air embarrassé. Il croisa le regard de Tenten, plein de colère, et reporta rapidement son propre regard sur sa fille.

 

« Tu ne veux pas retourner à l’intérieur ? Voir grand-père ? Le temps que je discute un peu avec la dame… »

 

La petite fille jeta un regard méfiant à Neji et surtout à Tenten puis s’en alla en courant.

 

« Tu as menti. Une fois de plus, cracha Tenten furieuse.

 

- Non, répondit Jake.

 

- Si !! cria-t-elle en voulant le frapper de nouveau mais Neji la retint. Kiba m’a dit qu’elle avait été adoptée ! Alors que fait-elle chez toi ? Et surtout, oui surtout, POURQUOI T APPELLE –T-ELLE PAPA ?!!!!!

 

- Eh bien je… »

 

Un long silence s’en suivit.

 

« Vous êtes vraiment un beau salaud, observa Neji. Vous ne vous imaginez même pas à quel point elle a souffert par votre faute. Vous êtes un être méprisable, Jake Jiraya. Un insecte pathétique qu’il faudrait écraser d’un simple geste du pied.

 

- Vous voulez vous battre ? fit Jake menaçant.

 

- Réponds à ma question, Jake ! ordonna Tenten.

 

- La vérité c’est que j’ai pris contact avec les parents adoptifs de Tari, il y a un peu plus de six mois… reconnut Jake.

 

- Oh, et maintenant, ma fille t’appelle papa ? fit Tenten avec cynisme.

 

- C’est aussi ma fille ! riposta Jake.

 

- Tu nous as abandonné et trahi toutes les deux avant même sa naissance ! souligna la jeune femme d’un ton cinglant. Je t’ai trouvé avec ta maitresse en rentrant plus tôt un soir ! Une maitresse régulière, si je me souviens bien !

 

- Je sais que j’ai fait des erreurs… Mais tu savais que j’aurais aimé cet enfant !

 

- Non, c’est faux. Je ne le savais pas. D’ailleurs, je ne savais rien de toi. La seule chose que je sais, c’est que tu es un menteur. Un menteur et un salaud. Une ordure ! Si tu savais combien je te méprise pour tout ce que tu as fait ! tonna-t-elle.

 

- Ecoute, je voulais te la présenter… se défendit Jake. Mais maintenant que tu m’as frappé, je ne sais pas si elle voudra faire connaissance avec toi… »

 

Tenten fut de nouveau retenue par Neji. Elle avait eu bien fait de lui demander de venir avec elle tout compte fait. Il s’avérait être un appui solide et une personne de confiance. C’est sans doute pour ça qu’elle se sentait un peu plus faiblir et tomber sous son charme à chaque fois qu’elle le voyait. Il était là pour elle si elle en avait besoin. Alors ces mots qu’il avait prononcé quelques temps auparavant, il les pensait vraiment…

 

« Bon très bien. Dites-moi d’abord pourquoi vous me harcelez ensuite vous pourrez entrer, lui accorda-t-elle en arquant un sourcil interrogateur, attendant sa réponse. »

 

Il sembla nerveux pendant un bref instant puis plongeant son regard dans le sien, il déclara :

 

« Je vous aime. Vous comprenez ? Je vous aime… »        

 

Elle lui jeta un regard en biais, et le simple fait de croiser son regard sembla dissiper comme par magie sa colère et lui rendre la paix qu’il lui faisait tant défaut.

 

« Très bien, parlons. Neji restera aussi. Il… »

 

Elle hésita. Comment définir tout ça ?

 

« C’est mon ami et celui que j’aime, annonça-t-elle en relevant fièrement le menton sous le regard déboussolé de Jake et l’air incrédule de Neji. Il doit tout savoir, aussi bien que moi. C’est bien clair ? On partage tout.»

 

 

 

 

Sakura n’était pas allée travailler le matin, elle avait posé sa matinée. En arrivant au bureau, elle évita soigneusement Sasuke et se mit presque instantanément à travailler. Elle avait quelques dossiers à avancer. Son travail passait avant tout. Avant ses petits problèmes, avant sa vie amoureuse même. Ce n’était pas parce qu’elle s’était sentie plus que blessée de l’attitude du jeune homme, que la vie s’arrêtait et que la terre stoppait sa rotation.

Il le voyait comme ça ? Elle lui avait fait comprendre qu’elle l’aimait, et tout ce qu’il avait été capable de faire, c’était fuir. Comme les autres. Comme tous les autres.

 

Mais lui, ne t’a pas rejeté à cause de ton mutisme…

 

Allumant son ordinateur portable, elle déchaina toute l’énergie négative qu’elle avait en elle.

 

« Sakura… »

 

Elle entendait sa voix de loin, lorsqu’il parlait à un employé, lorsqu’il donnait des ordres, lorsqu’il s’exclamait parce qu’il travaillait. Toujours elle croyait entendre sa voix l’appeler. Mais il fallait se rendre à l’évidence. C’était ce qu’elle voulait. Qu’il l’appelle. Qu’il lui court après, qu’il lui crie qu’il l’aimait et qu’il le lui prouve comme un homme prouve à une femme qu’il l’aime !

Tentant tant bien que mal de ramener ses pensées à son travail, elle croisa le regard de Sasuke qui discutait avec Naruto. Il semblait bien pâle et de loin, elle aurait juré qu’il avait perdu de sa superbe. Cette sorte d’aura de puissance et d’assurance qu’il dégageait habituellement semblait s’être évaporée. Il semblait même à peine tenir debout. Etait-il fatigué ? Etait-il malade ? Pourquoi ne venait-il pas la voir ? Pourquoi ? Est-ce que toutes ses paroles n’avaient été que des mensonges ?

 

« Qu’est-ce que c’est ? demanda Sasuke en prenant la photographie qu’elle lui tendait. »

 

Elle lui fit un petit sourire mystérieux et lui fit signe de regarder.

 

« C’est toi quand tu étais petite, affirma-t-il. Mais qui est la personne à côté de toi ? »

 

 

Est-ce que ton intérêt pour moi était feint ? Tout ce que tu cherches, c’est simplement quelqu’un à épouser, ce doit être ça, non ? songea-t-elle.

 

 

« Je suis désolé, je me suis mal exprimé. Ecoutez, je… Il faut vraiment que vous me rendiez un service.Devenez ma femme pendant un an. »

 

C’est peut-être égoïste de ma part mais je m’en fiche de tes employés, je veux que tu m’épouses parce que tu m’aimes… Non parce que tu veux sauver ton entreprise ! aurait-elle voulu lui crier.

 

Il parlait toujours avec Naruto. Mais cette impression que quelque chose avait changé chez lui, venait de sa forme. Elle dégageait des vagues successives d’ondes noires et sombres. Difficile à expliquer. La malédiction serait-elle à l’œuvre ? Ils n’avaient que peu de temps, et Sasuke le gâchait… Si jamais il devait mourir…

 

Tu ne m’as jamais dit que tu m’aimais… Ces mots si simples que j’attendais.

 

 

« Je t’aime. »

 

Des gestes si simples. C’était fait.

 

« Je… Il faut que j’y aille, annonça-t-il brusquement. »

 

Il avait fui. Avait-elle fait quelque chose qu’il ne fallait pas ? Qu’avait-elle donc bien pu faire de travers ? A moins que ce ne soit son mutisme qui n’est fini par le dégoûter…

 

« Mais vous ne comprenez pas ! Il manquerait quelque chose d’essentiel à ce mariage. Ce serait trop froid et vous ne donneriez pas assez de vous-même. Vous croyez vraiment que c’est agréable de toujours être obligé d’écrire sur un écran d’ordinateur ou sur un bout de papier ce que l’on voudrait dire ? Vous ne connaissez même pas le langage des signes ! avait-elle ajouté sur le papier avant de le lui tendre.

 

- Je peux apprendre Sakura ! avait-il insisté.

 

- Je le sais, Sasuke, avait-elle finalement concédé sur le papier. Je le sais.

 

- Alors pourquoi ?

 

- Je dois y aller, avait-elle noté.

 

- Sakura… Je vous donnerai tout le temps que vous voulez mais je ne laisserai pas tomber. Je tiens à vous, et je promets que j’apprendrai à mieux vous connaître, vous verrez ! »

 

Etait-ce là tout ce qu’il savait faire ? Des promesses vaines ? Elle secoua la tête et se replongea dans son travail mais c’était si dur de se concentrer alors qu’il était si proche. Il ne l’avait pas rappelé comme il l’avait promis. Un mensonge. Un de plus. Qu’est-ce que ça pouvait changer après tout ? Un de plus, un de moins…

 

 En le voyant se diriger vers son bureau, elle fit mine de ne pas l’avoir vu et se plongea toute entière dans l’ordinateur. Pas une parcelle de son cerveau ne devait être consciente de la présence de l’Uchiwa sinon elle était perdue. Elle était en colère contre lui. Il l’avait blessé d’une façon on ne peut plus dure. Il n’aurait pas pu faire mieux.

 

« Je voudrais te parler, Sakura… »

 

Ce ton rempli de tristesse et surtout, ce ton désolé…

 

C’est trop facile. Beaucoup trop facile. Toi tu me blesses, et tu crois vraiment qu’il te suffit de venir me dire « désolé » pour que j’oublie ?

 

« Hier, j’avais les idées confuses… Je voulais tout régler avec mon père, avoua-t-il penaud. »

 

Sa voix était pâteuse. Elle leva la tête et remarqua ses traits tirés et son air las. C’était trop simple d’utiliser la pitié et de toucher des points sensibles pour en arriver à ce qu’il voulait. Elle l’aimait mais elle ne voulait pas souffrir. Elle ne voulait plus de tout ça. Elle avait assez donné avec ses ex. Même s’ils n’avaient pas été nombreux, les deux seuls qu’elle avait, lui avait amplement suffi. Ils n’avaient pas supporter son mutisme. Allait-il faire de même ?

 

« Et quand tu m’as fait comprendre que tu… M’aimais, j’ai été surpris. Je n’ai pas su quoi dire, poursuivit-il en se rapprochant d’elle. Je n’ai pas trouvé les mots. Je ne suis pas prêt pour les dire encore… Comprends-moi. »

 

En quoi était-ce si dur de dire « je t’aime » à quelqu’un ?

 

« Il y a encore beaucoup de choses qu’on doit régler, tu sais. J’ai besoin de temps. »

 

Il lui prit la main et la posa sur son cœur. Son cœur qui battait fort. Et vite. Si vite. Son cœur battait pour elle.

 

« Tu vois ? Je ne peux pas te le dire avec des mots, Sakura… Mais mes sentiments pour toi sont très forts. Je suis vraiment désolé… »

 

Elle se leva et prit un air impassible. Avec des gestes lents et gracieux, elle lui fit comprendre que le mariage tenait toujours, mais elle ne pouvait pas laisser passer ce qu’il avait fait.

 

« Marions-nous et sauvons l’entreprise si c’est tout ce qui compte pour toi. »

 

Il la regarda étrangement. Pourquoi réagissait-elle comme ça ? Ne lui avait-il pas dit implicitement que lui aussi l’aimait ?

 

« Sakura… Je ne peux pas plus pour l’instant… »

 

Ses yeux verts étaient voilés de tristesse, une tristesse contenue et une souffrance qu’il ne devinait que trop. Elle se força à sourire. Il devina que ce sourire était factice, car comme toujours quand elle était distante, ce n’était que sa bouche qui souriait. Son sourire ne s’étendait pas à tout son visage et surtout au plus important, à ses yeux. Car ses yeux, c’était son âme. Et si ses yeux ne souriaient pas, alors elle était malheureuse ou triste.

 

« Pardonne-moi. »

 

Il s’apprêta à partir mais elle le retint par le bras et exigea silencieusement des explications sur son état. Son air se fit ironique.

 

« J’ai pris une cuite hier. A cause de mon père. J’ai réglé mes comptes avec lui et maintenant c’est terminé.

Voilà pourquoi je suis si mal ce matin. Tu es satisfaite ? »

 

Son sourire factice s’envola. Des larmes lui vinrent aux yeux tandis qu’il la prenait dans ses bras.

 

« Excuse-moi, je ne sais vraiment pas m’y prendre aujourd’hui. Pardon, Sakura. »

 

Même dans ses bras, elle sentait que quelque chose n’allait pas. Quelque chose venait de passer un cap et son cœur en frémissait d’inquiétude. Car ça ne concernait pas ses sentiments, mais bel et bien la malédiction. Le changement d’attitude de Sasuke et surtout, son teint pâle, tout ça n’augurait rien de bon et elle le sentait au plus profond d’elle-même.

Le mariage avait lieu dans six jours maintenant. Si elle tenait à le garder en vie jusque là, elle avait tout intérêt à poursuivre ses recherches sur la malédiction et à rencontrer Luka, le frère de Mikoto.

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales