Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • La journée avait bien commencé
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/07/2020
  • Romance paranormale
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance - fantastique
    Délai de soumission : 24/12/2020
  • Repas de famille
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 5 000 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/07/2020
  • Des Astres humains
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/09/2020
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire 2021
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 600 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Une fumée épaisse recouvrait le village
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/06/2020
  • Ado et jeunes adultes
    Marathon Editions
    Nb de signes : > 350 000 sec
    Genre : enquête - suspense - young adult - réaliste - thriller - policier - noir
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Célibataire sans enfant
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2020
  • Halloween
    Les Éditions Octoquill
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : épouvante - bit-lit - fantastique
    Délai de soumission : 30/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 534 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Le jardin des anges
[Histoire Terminée]
Auteur: Hina-Cookie Vue: 598
[Publiée le: 2011-10-27]    [Mise à Jour: 2011-10-27]
13+  Signaler Romance/Drame/One-Shot Commentaire : 1
Description:
Naruto x Hinata
L'histoire d'une princesse qui s'éprend d'un vagabond et s'enfuit avec lui.
Une histoire banale, certes, mais aussi une histoire d'amour.
Crédits:
Naruto, Hinata, Temari et Shikamaru appartiennent à maître Kishimoto.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Le jardin des anges

[3734 mots]
Publié le: 2011-10-27Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Par une fraîche nuit de pleine lune, un jeune homme marchait silencieusement dans un parc. Le vent qui ébouriffait ses cheveux blonds lui apportait les multiples senteurs boisées des mousses et des grands chênes, les premiers flocons de neige et les sons qui venaient du château. Son ouïe fine lui avait permis d'identifier quelques sanglots étouffés, et il avait escaladé, avec une rare adresse, la façade de la somptueuse demeure. Après s'être silencieusement glissé dans une pièce et assis sur le rebord de la fenêtre il demanda :

- Pourquoi est-ce que tu pleures ?

Paniquée, la jeune femme qui pleurait sans bruit se releva et recula précipitamment, trébuchant contre la table de chevet. Elle voulut crier, mais la fulgurante beauté de l'inconnu la privait de tous ses moyens. Elle avait l'impression de s'être noyée dans l'océan profond des yeux de cet intrus… jusqu'à ce que la lumière disparaisse. Elle avait vu… un ange.
Lorsqu'elle se réveilla, la jolie brune aux yeux blancs se trouva complètement stupide d'avoir fait pareil rêve. Mais l'angoisse remplaça rapidement la honte quand elle remarqua le beau jeune homme assis au pied du lit.

- Pardonne-moi de t'avoir effrayée. Ça va mieux ?

Le jeune homme était sincère. Il regrettait vraiment.

- Je… Qu'est-ce que vous… voulez ? demanda-t-elle.
- Rien de spécial… Je passais et j'ai entendu des pleurs…
- Alors tu… n'es pas un… voleur ?

Le rire clair du jeune homme l'envoûtait presque autant que ses yeux.

- Bien sûr que non ! répondit-il, amusé.
- Comment es-tu entré ?
- J'ai escaladé le mur d'enceinte. Ce parc me paraissait accueillant…
- Mais tu… ne sais pas… où tu es ?
- Dans un château ?

Soudain, ils entendirent trois coups brefs à la porte. Le jeune homme avait disparu avant même que le troisième eut fini de résonner.

- Entrez, fit la jeune femme.

Une jeune femme blonde dont les cheveux étaient attachés en quatre couettes entra et referma rapidement derrière elle.

- Temari ! s'exclama la brune.
- Oui. Je… je suis venue te dire au revoir. Il m'a proposé de partir avec lui, je n'ai pas hésité une seule seconde. Tu vas me manquer, Hina.
- J'envie ta liberté. Moi aussi, j'aimerais partir…
- Beaucoup diraient que tu es folle, mais je vois où tu veux en venir. Ma liberté, je l'ai prise. Si c'est toi aussi ce que tu souhaites, laisse les principes de côté et suis ce que te dicte ton cœur.
- Merci.
- Bon, maintenant que tu t'es caché un moment, viens dire bonjour… lança la blonde.

Le jeune homme sortit alors de nulle part et adressa un grand sourire à cette dernière.

- Ah, tu m'avais repéré…
- Depuis le temps, j'ai fini par prendre l'habitude.
- Tu… tu le connais, Temi ? demanda la brune, déboussolée.
- Oui… Qu'est-ce que tu fais ici, Naruto ?
- C'est compliqué, répondit le jeune homme.
- Comme tu voudras. Il faut que je parte avant qu'on ne remarque mon absence en cuisine.
- Il t'attend.
- Tu l'as croisé en venant ?
- Tu devrais filer, Temi, répondit-il en regardant en direction de la porte.

Temari fit la bise à son amie aux yeux clairs et s'éclipsa en prenant soin de faire le moins de bruit possible.

- Tu connais Temi depuis longtemps ? demanda Naruto.
- Depuis ma plus tendre enfance…
- Mais alors… Hina… c'est toi sa "sœur de cœur", la princesse Hinata Hyuuga de Brokenheld ? demanda le blond, étonné.
- Oui…
- Tu as de la chance d'avoir une amie comme elle.
- Tu l'as connue comment ?
- Tu le connais, Shikamaru ? Le garçon avec qui elle s'en va ?
- Je l'ai vu, juste une fois, de loin…
- Il m'a aidé à surmonter la mort de celui qui était un frère pour moi.
- Oh…
- Mais… tu ne m'as toujours pas dit pourquoi tu pleurais, jolie princesse… changea-t-il de sujet.

Hinata se perdit une fois de plus dans les yeux lumineux et captivants qui la fixaient, remplis de curiosité et d'excitation.

- Je… vais… me marier.
- Et tu n'en as pas envie ? devina-t-il.
- J'ai dû quitter mon château, ma famille, pour épouser un roi que je ne connais même pas, pour devenir la reine d'un royaume où je n'ai jamais mis les pieds…
- Je ne pourrais pas vivre comme toi, cloîtré. Je tiens trop à ma liberté.
- Tu es libre comme le vent… J'aimerais pouvoir en dire autant. Je suis arrivée il y a seulement une semaine et au village on entend parler de moi en permanence…
- J'évite les villages. Je ne savais même pas que j'étais dans le palais d'un roi…
- Quand je t'ai vu, j'ai cru que tu étais un voleur, ou même pire…
- Pour les villageois, je suis un vaurien, un bandit… mais au fond, je ne suis qu'une âme égarée dans un univers qui n'est pas le sien…
- Tu parles bien pour un vagabond, rétorqua-t-elle.
- Il sourit et regarda l'impressionnant piano à queue à l'autre bout de la grande chambre.
- Tu joues ? demanda-t-il soudain.

Pour seule réponse, la princesse alla s'asseoir sur le petit banc et laissa ses longs doigts fins apprivoiser le clavier blanc. Soudain la belle mélodie s'accéléra et les notes semblèrent s'envoler dans la pièce.
Elle prit le livre de musique et le contempla longuement, les yeux embués de larmes. Elle le referma et caressa la couverture, où l'on pouvait voir en relief des lettres d'or qui disaient : "Sois libre comme cette musique"

- Tu tenais beaucoup à la personne qui a composé ces morceaux, n'est-ce pas ?
- C'est mon cousin qui les a composés pour moi. Il est parti. Lui aussi devait se marier. Mais il était amoureux. Alors il est parti avec elle et on ne l'a jamais revu.
- Tu devrais dormir, maintenant…

Assis l'un à côté de l'autre, ils étaient très proches et la jeune femme était entièrement hypnotisée par le parfum, la voix, les yeux et même les cheveux du beau jeune homme. Naruto passa alors sa main dans les soyeux cheveux noirs et déposa un baiser sur le front de la future reine, avant de disparaître par la fenêtre restée ouverte. Hinata resta un instant assise, les joues rouges et le cœur battant. Sans même prendre le temps de revêtir une chemise de nuit, elle se coucha et s'endormit le sourire aux lèvres et le visage de Naruto dans la tête. Il n'était pas une âme égarée, mais bien un ange. Un ange venu veiller sur elle.
Lui était resté dans le parc. Il lui était égal de passer la nuit dehors, même si l'hiver recouvrait peu à peu la vie de son manteau de glace. Il ne parvenait pas à s'expliquer son geste. Elle allait épouser un roi, c'était ainsi. Mais il ne pouvait chasser de son esprit ni le souvenir de ses pleurs, ni celui de ses sourires. C'est pourquoi il céda à l'irrésistible tentation de remonter à la fenêtre qu'elle avait laissée ouverte. Il l'observa toute la nuit et repartit avant qu'elle ne s'éveille.
Les jours passèrent et la princesse ne vit plus le visage angélique que dans ses rêves. Elle se sentait honteuse de rêver de ce garçon qu'elle ne connaissait quasiment pas, alors qu'elle était fiancée. Son seigneur dut s'absenter quelque temps pour gérer les affaires de son royaume, mais il lui promit, avant de s'en aller, qu'il l'épouserait dès son retour. Profitant de cette absence, Hinata sortit une nuit du château pour se promener un peu dans le parc. Elle n'était que très légèrement vêtue mais ne semblait pas craindre la morsure du froid. Lorsqu'elle atteignit le petit lac gelé, elle ne pouvait pas savoir qu'on l'observait, et dansa donc sans retenue sur la glace. Elle ne voulait pas songer à son mariage, elle voulait rêver de celui qui la fascinait, être libre une dernière fois avant qu'on ne l'enchaîne à une vie si fade et si luxueuse.
Le jeune homme l'avait suivie lorsqu'elle était sortie. Pas une nuit il n'avait manqué le spectacle du beau visage endormi. Alors qu'il la regardait se mouvoir avec magnificence sur la glace, il céda de nouveau à une de ses impulsions. Sans bruit, il avança derrière elle sur le miroir étincelant et captura la taille de la princesse dans l'étau de ses bras avant de la plaquer contre lui et de murmurer :

- Magnifique danse, Aya-sama… [nda : Aya = beauté sauvage]

La surprise d'Hinata fut telle qu'elle s'écroula dans les bras du blond aux yeux bleus. Elle croyait qu'il était parti, qu'il l'avait oubliée… Elle se réveilla dans la paille des écuries et rougit en constatant l'indécence de sa tenue. Mais elle avait décidé de suivre son cœur, comme le lui avait conseillé Temari, alors quand Naruto s'assit auprès d'elle, la jeune femme se jeta à son cou. Agréablement surpris, son visiteur nocturne resserra sa prise sur elle et respira le doux parfum de ses cheveux.

- J'ai… j'ai cru que tu étais parti… pour toujours… que tu m'avais oubliée…
- Comment aurai-je pu t'oublier ?

Sur ces mots, il déposa un tendre baiser sur ses lèvres. Un baiser très lourd de sens. La jeune femme sentit soudain un sentiment, jusqu'alors inconnu, monter en elle. Comme si elle s'embrasait intérieurement. Elle se moquait pas mal des conséquences, du moment qu'elle était heureuse. Elle le connaissait à peine, mais elle était d'ores et déjà amoureuse. Après tout, on lui demandait bien d'épouser un roi qu'elle n'avait jamais vu avant leurs fiançailles, alors elle refusait de s'interdire d'aimer pour les beaux yeux d'un seigneur qui n'avait pas sa place dans son cœur. D'ailleurs, les yeux de Naruto, elle les trouvait bien plus beaux.
Le jeune homme n'avait pas les mêmes préoccupations en tête. Il l'aimait, c'est sûr, sinon il n'aurait pas passé ses nuits à la regarder dormir. Mais il ne voulait pas la brusquer. Le problème, c'est qu'il était bien conscient que s'il continuait à l'embrasser de la sorte, il ne pourrait plus s'arrêter. A bout de souffle, ils interrompirent ce baiser. Naruto en profita pour parler à l'élue de son cœur.

- Je t'aime, dit-il simplement.
- Je… t'aime aussi, répondit-elle, des étoiles dans les yeux, et je veux être libre de t'aimer autant que je le souhaite. Je dois quitter ce château au plus vite.
- Pour aller où ? Laisse-moi d'abord trouver un endroit où t'emmener. Le roi ne sera pas rentré avant quelques jours, ça nous laisse encore un peu de temps…
- D'accord…
- Viens, je te ramène à ta chambre. Parce que c'est bien joli de descendre avec une corde, mais encore faut-il être capable de remonter.

Hinata rougit légèrement et sourit. Il lui rendit son sourire et l'escorta jusqu'au pied du mur, où il lui dit de grimper sur son dos et de bien s'accrocher. Naruto, s'aidant de la corde, escalada la façade avec une facilité déconcertante. Il déposa ensuite la jeune femme sur son lit et resta un peu auprès d'elle. Puis, il se dirigea de nouveau vers les écuries et s'installa dans la paille encore imprégnée de l'odeur de sa belle. Alors qu'il passa la journée suivante à chercher un endroit où emmener sa princesse, cette dernière joua du piano et relut des livres qu'elle aimait beaucoup. Le soir, elle demanda à sa servante de ne pas lui apporter le petit déjeuner le lendemain matin. Elle précisa qu'elle ne savait pas à quelle heure elle descendrait le prendre au salon. Elle avait également prévu quelques affaires, au cas où ils partiraient dès cette nuit-là.
Lorsque Naruto vint à sa fenêtre, elle l'accueillit avec un langoureux baiser.

- Tu me manquais déjà, se justifia-t-elle en se blottissant dans les bras musclés du beau blond.
- Toi aussi. J'ai une bonne nouvelle à t'annoncer… commença-t-il.
- Tu as trouvé un endroit où aller ?
- Oui. Ce ne serait pas définitif, mais en premier lieu on pourrait aller rejoindre Temari et Shikamaru…
- Oh… ce serait… vraiment… merveilleux… balbutia-t-elle, aux anges.
- Tu pourrais trouver un prétexte pour rester dans ta chambre demain ?
- Bien sûr. Je n'ai qu'à dire que je veux rester seule pour travailler une chanson sans être dérangée !
- Alors si tu souhaites toujours partir avec moi, demain serait le jour idéal, conclut-il.
- Quelle question ! Bien sûr que je veux partir avec toi…

Comme la princesse avait déjà soigneusement mis de côté ce qu'elle voulait emmener avec elle, ils descendirent de nouveau dans le parc.
Les écuries étaient en quelque sorte devenues leur refuge. Ils choisirent deux chevaux pour prendre la fuite le lendemain… mais la princesse avait bien d'autres choses en tête et ce n'est pas en toute innocence qu'elle se blottit contre le torse du garçon. Surpris, il resserra l'étreinte, mais elle se dégagea et l'embrassa sauvagement, le précipitant sur la paille.

- Hi… Hinata ? Tu es sûre que tu veux…
- C'est toi que je veux, le coupa-t-elle.

Cette nuit-là, aucun d'eux n'eut plus de retenue.
Hinata se réveilla, allongée contre son amant, et rougit rien qu'au souvenir du moment qu'elle avait passé.

- Bien dormi, princesse ?
- Oui, mais peut-être pas assez…
- Tu as de la paille dans les cheveux… fit-il remarquer.
- Toi aussi ! Je vais vite aller prendre ma douche et mes affaires. Je te laisse t'occuper du charbon ?
- D'accord ma belle. Je te fais remonter peut-être ?
- Ah oui, bonne idée…

Après avoir regagné ses appartements, la brune se hâta de prendre une douche, de s'habiller, de descendre prendre un petit déjeuner, puis de prévenir les serfs qu'elle souhaitait être en paix. Elle ôta ses vêtements et enfila des habits rapiécés ainsi qu'une longue pèlerine à capuchon, trouée et sale. Peu après, Naruto la rejoignit, vêtu de la même façon. Il s'était également passé du charbon dans les cheveux, sur les vêtements, les mains et même le visage. La future fugitive ne manqua pas de remarquer que ceci accentuait encore le bleu de ses yeux…

- Voilà le charbon, j'ai préparé les chevaux, dit-il, la tirant de ses réflexions.
- Ah, merci. Je… prends mon sac.

Pour la dernière fois, Hinata escalada le mur avec l'élu de son cœur. Dans l'écurie, les beaux chevaux de la garde royale étaient méconnaissables. Non seulement leur robe claire était couverte de charbon et leur crinière emmêlée, mais ils s'étaient aussi mis à boiter.

- Une épine sous le sabot… répondit Naruto à la question muette de sa princesse.

Ils chargèrent les maigres bagages sur la croupe de leurs chevaux et quittèrent l'écurie. Alors qu'ils sortaient du château après les livreurs de légumes, un garde les arrêta.

- Hé, vous !
- Oui, monseigneur ? répondit Naruto.
- Approchez.

Hinata garda la tête baissée et tous deux obéirent.

- Allez vous acheter quelque chose de plus épais, dit-il en donnant une petite bourse en cuir au jeune homme, l'hiver se fait rude.
- Merci, monseigneur, c'est trop aimable.

Bien qu'étonné que des gens aussi généreux existent encore, le jeune couple s'en alla.
Lorsqu'il se jugèrent assez loin du palais, les amoureux retirèrent les épines et brossèrent du mieux qu'ils purent leurs montures. Après avoir nettoyé leur visage, changé de vêtements et mangé un peu, ils repartirent au galop, prenant soin d'éviter villages et autres endroits trop fréquentés.
La nuit les contraignit à s'arrêter dans une ferme à moitié détruite.

- C'est bien, dit Naruto, nous avons avancé plus vite que prévu. Si tout se passe bien, nous serons arrivés demain.
- Demain ? Tant mieux…

Pendant que les tourtereaux se réjouissaient de leur voyage, le roi apprenait la déplorable disparition de sa fiancée. Paniqué, il revint en toute hâte au château pour partir lui-même à sa recherche, en renfort. Pour lui, un misérable bandit, un voyou de la pire espèce, avait enlevé sa dulcinée et emmené deux de ses meilleurs chevaux.
L'ordre se répandit rapidement : tout homme trouvé en compagnie de la princesse devait être amené au château, puis emmuré. Celui qui l'arrêterait serait dûment récompensé après la mort du vaurien…
Bien entendu, l'idée d'une fuite volontaire était à des années lumières du pauvre roi.
Le lendemain, les jeunes amants chevauchaient encore sous le soleil couchant. Arrivés à l'entrée d'une grotte, Naruto mit pied à terre et aida sa compagne à faire de même. D'une main il tenait celle d'Hinata, de l'autre les brides des montures qu'il menait dans la grotte.

- Oh ! Hinata, c'est bien toi ?
- Temari, je suis si contente de te voir !
- Moi aussi. Je te présente Shika…
- Shika, si tu veux un conseil, c'est le moment de te lever, fit Naruto en secouant un jeune homme brun.
- Laisse-moi faire, dit Temari. Shikamaru, si tu ne te lèves pas tout de suite je…
- Qu'est-ce que…? Galère, je me lève…
- Tu as plutôt intérêt, s'énerva la blonde aux yeux verts.
- Oh, bonjour, fit le dénommé Shikamaru.
- Bonjour ! répondirent en riant les arrivants, se demandant quelle menace pesait sur le jeune homme lorsqu'il ne se levait pas.

Ainsi débuta la cohabitation des deux couples amis…
Une année entière s'était écoulée sans que les soldats ne les aient retrouvés. De leur côté, Naruto et Hinata s'aimaient comme au premier regard, ou peut-être même étaient-ils de plus en plus soudés chaque jour.
Les mois passèrent et Hinata donna naissance à un adorable petit garçon, le portrait craché de son père mais les yeux dans le vague comme sa mère. Le bambin portait le nom angélique de Manakel.
La princesse vivait heureuse, dans une petite maisonnette perdue au milieu des bois, avec son amour et son bébé, mais elle devait bien admettre que sa famille lui manquait. C'est pourquoi ils partirent pour Brokenheld, le château de son enfance.
Seulement, même dans les histoires de princesses, tout ne se passe pas toujours comme on le souhaite.
Qui aurait pu imaginer que les gardes étaient toujours à leur recherche, sur ordre du roi ?
La petite famille était sur l'allée menant au château lorsqu'un garde les intercepta. Sa seule idée étant de sauver la princesse, il ne réfléchit pas avant de tirer sur son jeune compagnon. Il ne vit pas qu'il tenait dans ses bras un enfant, leur enfant.
Lorsqu'une mère voit un danger qui menace son petit, l'instinct maternel prend le dessus sur la raison et elle s'interpose, comme le corps de sa mère a servi de bouclier au petit Manakel. Le cri de la mère qui a peur de voir mourir son enfant suffit à alerter la famille royale. Quand la reine en personne sortit, elle s'attendait à tout sauf à voir sa fille, portée disparue, mourir sur le seuil de sa porte.

- Hinata ! Mon enfant… s'écria-t-elle en accourant.
- Mère… souffla la jeune femme. Je suis heureuse… de vous voir… une dernière fois…
- Mais, que dis-tu ma fille, nous allons te soigner, nous…
- Non, mère. C'est fini, je le sais… Regardez mon bébé… votre petit-fils, mère… il s'appelle… Manakel, comme l'ange gardien…
- Hina… Accroche-toi, je t'en supplie… Il a besoin d'une mère… On a tous les deux besoin de toi, mon amour… balbutia Naruto, les larmes aux yeux.

Il pleurait car il savait, au fond de lui, que quoi qu'il puisse tenter, ses efforts seraient vains. Il avait bien compris, en voyant la flèche s'enfoncer dans la poitrine de sa belle, qu'il n'y avait plus pour elle aucun espoir. Simplement, il ne pouvait pas s'y résigner.

- Je ne… comprends pas tout, ma chérie, mais nous allons te sauver, nous avons de bons médecins…
- Mère. Je n'ai plus… ma place… en ce monde.

La reine allait répliquer, mais le nourrisson se mit à pleurer. Sûrement sorti d'un joli rêve plein de couleurs… Alors que sa mère pâle et tremblante, le visage de son père strié de larmes et l'expression d'une dame inconnue étaient angoissants.

- Chut… Mon bébé… calme-toi… susurra faiblement Hinata.

La voix de sa mère mourante lui fit-elle prendre conscience de la gravité des choses ? Arrêta-t-il simplement de pleurer pour entendre sa voix si faible ? Toujours est-il que Manakel ouvrit de grands yeux étonnés et ne fit plus un bruit.

- Na… Naruto… murmura la jeune femme tout en portant tant bien que mal sa main à la joue de son amant. Je… je sais qu'on se reverra… Notre amour… vivra… par delà la mort… Je t'aime… et j'aime notre fils… à jamais…

Voyant la mort et sa grande faux s'avancer, Naruto déposa un dernier baiser sur les lèvres de sa bien-aimée.
Les yeux d'Hinata se fermèrent… pour ne plus se rouvrir sur le monde où elle était née, où elle avait ri, où elle avait souffert, où elle avait aimé, où elle avait donné la vie, où elle avait trouvé la mort.

Des années plus tard, on put voir une reine -dont le visage, bien que marqué par les années, était encore magnifique- pousser une balançoire. Sur celle-ci, un petit homme blond riait. Quelques pas plus loin, son père lui souriait, assis dans l'herbe verte. Il pensait à la seule femme qu'il avait jamais aimée, cette femme qui lui avait donné un fils et qui bien trop tôt s'était envolée pour le jardin des anges. Il pensait à tous les souvenirs dont il nourrissait sa mémoire en attendant sagement le moment où le ciel déciderait de les réunir en son sein, pour toujours et à jamais.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales