Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Les Arts
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 22/03/2020
  • Coups de vent en mer
    Marathon Editions
    Nb de signes : 18 000 - 22 000 sec
    Genre : imaginaire
    Délai de soumission : 20/01/2020
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Le courage d'une femme
[Histoire Abandonnée]
Auteur: amycybille Vue: 151152
[Publiée le: 2007-01-03]    [Mise à Jour: 2012-08-06]
13+  Signaler Général/Romance/Action-Aventure Commentaires : 396
Description:
Au pays du feu, la paix et l'équilibre règnent grâce à l'empereur, appelé, le Troisième Hokage. Les règles sont strictes. Les hommes combattent et deviennent des ninjas, et les femmes doivent se marier et enfanter. A chacun son rôle. Mais quand les hcordes d'Orochimaru envahissent le Japon, plusieurs jeunes femmes feront exception à ces règles.

Les couples sont Sasu/Saku, Hina/Naru, Ten/Nej Tem/Shi et peut-être Ino/Kiba

Je précise que le premier chapitre est presque calqué sur les dialogues de Mulan (c'est une volonté de ma part! Toutes mes fics ont la même méthode, je pars d'une base connu et je m'égare) J'ai fait un peu la même chose pour le deuxième chapitre, mais mon histoire se démarque bien vite et bien loin de Mulan ! D'ailleurs à présent il n'y a plus aucun rapport avec ce dessin animé.

Amy.
Crédits:
Les personnages ne sont pas à moi. A part quelques uns.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Un cauchemar bien réel

[7081 mots]
Publié le: 2011-05-07Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Salut tout le monde !

Beaucoup de retard, oui, pardon ! Gros chapitre pour me faire pardonner et le prochain bientôt, j'y travaille maintenant que j'ai du temps devant moi. Que dire sur ce nouveau chapitre ... rien de spécial, d'ailleurs je vous laisse juger par vous-même ! J'attend vos commentaire sur ce chapitre fait avec amour !

Bonne lecture !

Chapitre vingt-neuvième : Un cauchemar bien réel

 

 

 

 

 

 

Le cheval sombre qu’Hinata montait marchait silencieusement à travers les nombreuses ruelles sans lumières de Konoha. Le soleil s’était couché depuis quelques heures déjà, et à l’insu des ninjas du sixième Hokage, qui pour la plupart étaient pitoyablement endormis à leur poste, la jolie Hyuga distribuait discrètement des ravitaillements alimentaires aux nombreux foyers de Konoha, qui avaient maintenant pris l’habitude des visites du cheval sombre. Elle déposait sur chaque fenêtre un panier alimentaire, que la famille se dépêchait de prendre pour éviter d’attirer l’attention des ninjas distraits. La belle Namikaze arriva finalement à la dernière maison à visiter et déposa comme coutume le dernier panier qu’elle avait sur la fenêtre. Sentant le tissu sombre qui cachait le bas de son visage tomber, Hinata leva sa main et remit bien en place sur son nez le bout de tissu indispensable afin de cacher son identité. Une petite fille de 5 ans ouvrit délicatement les volets et passa tranquillement sa petite tête en fixant avec admiration la brunette encapuchonnée. Les yeux plein d’étoiles, elle sourit de toutes ses dents au sauveur des pauvres de Konoha et rentra sa tête pour crier innocemment.

 

_ Maman !! Le cavalier de la nuit est là !

 

_ Chuuuut, s’écria sa mère en rejoignant la petite fille émerveillée à la fenêtre pour apercevoir la jolie noble remettre en place la capuche de sa cape sur sa tête. Je vous remercie, chuchota t-elle en prenant rapidement le panier entre ses mains maigres, que les Hokages vous bénissent mon bon ninja !

 

En remerciement, la jeune femme hocha lentement la tête. Elle tapota ensuite le garrot du cheval sombre, qui comprit le message et reprit tranquillement son chemin à travers les ruelles sombres de Konoha. Hinata faisait à présent ce rituel depuis plus d’un an … depuis qu’elle et ses amies s’étaient mises d’accord sur cette activité plus que clandestine. C’est elle-même qui avait eu l’idée. Son père lui avait un jour raconté la légende du cavalier de la nuit, un ancien ninja victorieux d’un combat qu’il avait entreprit contre le terrifiant Pain. Ce dernier avait voulu détruire Konoha il y a plus de deux siècles, mais le cavalier de la nuit l’avait mis hors d’état de nuire par sa puissance destructrice. Le héros avait alors disparu dans la forêt avec sa monture suite à sa victoire et personne ne l’avait jamais revu. Une légende que l’on raconte à présent voudrait qu’à chaque fois qu’une injustice frappe le pays du feu, le cavalier de la nuit, désireux de faire justice, réapparait comme un fantôme hors de la forêt de Konoha et rétablit courageusement l’ordre. Temari avait beaucoup apprécié l’idée de faire revivre à leur manière ce cavalier de la nuit. Ino avait proposé de distribuer de la nourriture au peuple qui mourrait de faim à cheval et en cape noir pour faire penser au cavalier de la nuit. Sakura avait alors eu une excellente idée ; dépouiller les ninjas du sixième pour nourrir les habitants du pays du jeu … astucieux mais risqué. Pourtant cette organisation marchait du tonnerre de Dieu depuis plus d’un an. Tous les soirs, les cinq jeunes femmes sortaient en cachette la nuit, dépouillaient sans se faire voir les ninjas du Sixième, et la nuit suivante commençaient la distribution en nourriture. Aucune d’elles ne s’étaient encore faite attrapé malgré que leur activité était connu de tous. L’avantage, c’était que le cavalier de la nuit, considéré comme un fantôme, terrifiait les ninjas un peu superstitieux, ce qui arrangeait les affaires des jeunes femmes.

Hinata s’avançait tranquillement vers la forêt, lorsqu’elle sentit la présence d’un ninja du sixième derrière elle. La jolie brune stoppa alors calmement son cheval sans même se retourner vers son agresseur, qui pointait un kunai vers elle.

 

_ Halte-là ! s’écria t-il la voix un peu tremblante, qui êtes-vous ? Répondez ! Qu’est-ce que vous faites-ici ? Personne ne doit sortir la nuit, ordre du sixième !

 

Hinata garda le silence, laissant ce dernier oppresser un peu plus l’esprit du pauvre ninja qui sentait une angoisse horrible commencer à tirailler son ventre. L’immobilité d’Hinata, ainsi que son apparence sombre et dissimulée suffisaient à créer une peur superstitieuse chez le pauvre homme. Toujours dos au ninja, la Hyuga releva légèrement la tête.

 

_ Ceux qui n’obéissent pas aux ninjas du sixième sont des traitres, s’écria plus fort le ninja en lançant maladroitement son kunai en direction de la tête du fantôme.

 

L’arme s’arrêta brusquement à quelques centimètres de la boite crânienne d’Hinata et tomba pitoyablement sur le sol sans que la brunette n’ait fait un seul geste. Le ninja écarquilla les yeux et recula légèrement sous la peur. La Hyuga se tourna lentement vers lui, le bas de son visage toujours couvert par un bout de tissu sombre et sa tête toujours encapuchonnée. Elle leva lentement son bras tendu vers le ninja et mit en évidence son index et son petit doigt. Signe que les sorcières d’antan faisaient afin de jeter des malédictions irréversibles à leurs victimes. Complètement apeuré, le ninja s’agenouilla pitoyablement sur le sol glacé et se prosterna plus bas que terre devant le fantôme.

 

_ S’il vous plait, pleura t-il, je ne voulais pas vous offenser ! Pitié, ne me punissez pas, cavalier de la nuit !!

 

Mais l’homme n’eut aucune réponse et n’en aurait plus jamais, car le cavalier de la nuit était déjà parti en silence à travers la forêt dense de Konoha.

 

 

 

***

 

 

 

Hinata entra en silence dans la petite écurie que leur avait laissé le sixième après avoir brûlé le manoir Hyuga au grand complet. Elle s’occupa tranquillement de son cheval avant d’enlever finalement le bout de tissu qui recouvrait le bas de son visage et sa cape noir. La jeune femme se baissa près de son cheval et ouvrit une dalle du sol pour y glisser ses affaires, cachette secrète que son père avait lui-même fabriqué pour elle. En rangeant ses affaires, la jeune femme s’empêcha de rire en pensant au ninja apeuré de tout à l’heure. Quel crétin ! Un seul signe de main pouvait faire des merveilles chez les plus superstitieux. Une fois cela fait, elle sortit silencieusement de l’écurie et se dirigea discrètement sous la fenêtre de sa chambre pour finalement escalader sans être vue. Elle arriva finalement jusqu’à sa fenêtre et y entra sans faire de bruit. Avec rapidité, la Hyuga se déshabilla pour enfiler sa robe de nuit blanche, la même que celle qu’elle portait lorsqu’elle était la femme de l’Hokage … en pensant à cela, un sourire s’afficha sur son beau visage de porcelaine.

 

_ Mademoiselle Hinata, vous êtes là ? demanda avec inquiétude un jeune homme derrière la porte de la chambre d’Hinata.

 

Cette dernière se précipita dans son lit.

 

_ Oui, répondit-elle simplement, que voulez-vous ?

 

_ Je sais que vous n’étiez pas là tout à l’heure, la gronda presque Shinato à travers la porte, où étiez-vous ?

 

_ Je …, hésita la Namikaze, je dormais surement …

 

_ Non, s’écria méchamment le blondin en entrant sans prévenir dans la pièce, je suis entré il y a une heure de cela et vous n’étiez pas là !

 

La Namikaze parut choquée qu’il ose ainsi entrer dans sa chambre sans son autorisation et remonta un peu les draps sur elle.

 

_ Je ne vous permets pas d’entrer comme cela Shinato, le gronda t-elle sans retenu, sortez !

 

_ Non, s’indigna t-il en fermant la porte à clé, je suis un ninja du sixième et je suis ici pour vous surveiller ! Vous n’avez pas le droit de sortir de cette maison durant la nuit ! Alors où étiez-vous ?

 

Hinata réfléchit au quart de tour, cherchant rapidement une excuse absurde comme elle le faisait d’habitude. Si ça continuait cet abruti allait tout faire tomber à l’eau !

 

_ Vous voulez vraiment le savoir ? demanda t-elle en faisant mine d’être triste.

 

_ Je dois le savoir, répondit-il durement en s’avançant lentement vers la jeune femme allongée dans son lit double.

 

_ Je suis allée faire une promenade à cheval en forêt, c’est tout, dit-elle en tournant légèrement sa tête sur le côté.

 

_ Vous n’avez pas le droit, répondit-il simplement en s’asseyant tranquillement sur le bord du lit, je vais devoir vous dénoncer Hinata.

 

_ Mais je voulais simplement être seule dans la forêt pour …

 

_ Pour faire quoi ?

 

_ Pour penser tranquillement à Naruto, il me manque …

 

_ Vous ne parlez que de lui bon sang ! s’énerva brusquement Shinato en se positionnant à califourchon sur Hinata, il est mort !

 

_ Sortez de mon lit ! s’emporta Hinata en sentant Shinato l’emprisonner entre son corps et le matelas.

 

_ Il est mort, reprit-il encore, et il ne vous aimait même pas, Hinata … mais moi je vous aime !

 

Hinata cessa soudain de se débattre, comprenant ce que le cousin de son mari voulait. Après tout, cela faisait plus de trois ans qu’elle faisait semblant d’apprécier sa compagnie pour mieux le berner …

 

_ Sortez de ma chambre, ordonna t-elle calmement en tournant la tête sur le côté afin de ne plus l’avoir dans son champ de vision.

 

_ Non Hinata …

 

_ Qu’est-ce que vous voulez ? demanda t-elle avec un peu d’agressivité dans la voix, qu’est-ce que vous me voulez à la fin ?!

 

Shinato sourit légèrement à la question de la princesse Namikaze et embrassa délicatement son cou pour mieux lui faire comprendre ce qu’il attendait d’elle.

 

_ Je dois vous dénoncer Hinata, lui expliqua t-il d’une voix mielleuse, c’est mon devoir de ninja du Sixième. Mais si vous acceptez de vous donner à moi je pourrais peut-être …

 

_ Vous êtes un sale type, cracha t-elle en crispant sa mâchoire de colère.

 

_ Non, lui répondit-il en entrant sous les draps pour mieux la sentir près de lui, je suis juste un homme amoureux qui ferait tout pour être aimé de sa dulcinée, finit-il en commençant à enlever ses vêtements qui cachaient son torse rempli de cicatrices.

 

_ Ce n’est pas comme ça qu’un homme pourra se faire aimer d’une femme, cracha t-elle encore une fois en sentant les mains de Shinato sur sa poitrine.

 

_ C’est à vous de voir, ricana t-il en couvrant de baisers la gorge de la Namikaze, si vous faites le serment de m’aimer je ne dirai rien de vos escapades nocturnes et vous ne serez pas châtiée injustement. Oui ou non ? demanda t-il en relevant la robe de nuit blanche de la jeune femme le plus haut possible.

 

Hinata sentit un dégout sans faille la tirailler. Elle avait envie de vomir. Les mains de Shinato sur son corps la répugnaient au plus haut point. Elle sentait le poids de la culpabilité lui peser. Si elle répondait positivement, elle trahissait Naruto … mais si elle refusait, le sixième la tuerait et elle ne pourrait plus jouer le cavalier de la nuit … tous ces pauvres gens allaient mourir de faim …

 

_ D’accord, répondit-elle en pleurant presque tellement l’idée d’être touché par cet imposteur la terrifiait.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Hinata pleurait, criait, se débattait comme elle le pouvait, mais les mains de Shinato semblaient toujours parcourir avidement son corps, cherchant à fouiller sa chair d’une brutalité étrangère à la jeune femme. Non, elle ne voulait pas ! Elle se rappelait avoir accepté la proposition du cousin de Naruto, mais à présent … à présent elle se sentait différente … elle ne voulait plus assumer cette chose répugnante … elle ne voulait plus se sacrifier pour un peuple affamé par son Hokage ! Peut-être que son courage s’était envolé tout à coup, qui sait. Brusquement, elle sentit d’autres mains la toucher, la secouer, l’attraper fermement. Sa réaction fut immédiate, elle redoubla ses cris, ses pleurs, et se débattit plus violemment. Pourquoi lui faisait-on ça ? Qu’avait-elle fait de mal pour mériter ça ? Dans cette mêlée de mains, Hinata sentait toujours celles de Shinato, toujours plus pressantes, toujours plus obscènes.

 

_ Non ! cria t-elle, laissez-moi tranquille ! Laissez-moi tranquille !! Shinato, laissez-moi !!!

 

Peu à peu, les mains de Shinato s’estompèrent. A son grand bonheur, elle les sentait de moins en moins, pour finalement ne plus les sentir du tout. Sa vue s’éclaircit peu à peu, et elle entendit enfin les sons de la pièce dans laquelle elle se trouvait. Elle sentit soudainement le sol froid sous ses jambes et une chaleur inconnu autour de sa tête. Ses yeux nacrés s’ouvrirent brusquement.

 

_ Aïe, se plaignit-elle en ressentant à présent un terrible mal de tête.

 

Elle était allongée sur le sol dur et froid de la salle où se déroulait habituellement le conseil des nobles. Lorsqu’elle aperçut que son mari tenait fermement le haut de son corps contre lui, la jeune femme sentit un grand soulagement l’envahir.

 

_ Hinata, l’appela légèrement Naruto en caressant légèrement sa joue anormalement pâle, comment tu te sens ?

 

La Namikaze sourit légèrement à la question de son mari, mais encore très embrouillé par son « rêve » changea soudainement d’attitude, elle se mit à pleurer à chaude larme en crispant son beau visage de porcelaine.

 

_ Ca va pas, Naruto, pleura t-elle complètement à bout de nerfs, ça va pas du tout …

 

Neji et le troisième Hokage, également présents dans la pièce, s’approchèrent pour écouter la réponse désespérée de la Namikaze. Naruto, complètement impuissant lança un bref coup d’œil à Kiba, qui avait toujours les mains posées sur la boite crânienne de sa femme, concentrant son chakra comme il pouvait. L’Inuzuka avait les yeux fermés, apparemment très concentré, l’Hokage retourna alors son attention sur sa femme, qui pleurait toujours dans ses bras.

 

_ Ne t’inquiète pas, lui murmura t-il en la berçant légèrement, on va te soigner, on va trouver mon amour. Ensuite tu iras mieux, tu verras !

 

Voyant que Kiba ouvrait enfin les yeux, Naruto le fixa durement du regard, lui faisant comprendre qu’il avait intérêt à trouver un remède pour que sa femme ne refasse plus ce genre de malaise. L’Inuzuka coupa sa concentration de chakra et souffla bruyamment.

 

_ Parle, l’incita durement Neji en s’agenouillant auprès de sa cousine, qui semblait ne pas se soucier d’eux, complètement absorbée par les cicatrices aux joues de Naruto.

 

_ Et bien c’est comme la dernière fois, répondit simplement le ninja médecin en passant la main dans ses cheveux ébouriffés. C’est un message de Kyubi, comme les précédents, sauf que celui-ci était beaucoup plus … enfin je dirais que Madame Namikaze a été beaucoup plus secoué cette fois-ci … plus traumatisant que les autres je dirais.

 

_ Et qu’est-ce qu’on peut faire ? demanda avec inquiétude le Hyuga.

 

_ Pour madame Namikaze, rien. Nous n’avons aucun moyen d’empêcher Kyubi de provoquer ces malaises. A mon avis, l’important c’est de comprendre ses messages et de retrouver les quatre autres personnes que le démon vise. Avec ces informations-là, on pourrait envisager de faire quelque chose.

 

_ Je pense que Kiba a raison, intervint le troisième Hokage en s’approchant un peu plus de son petit-fils, Organise une enquête auprès de tes nobles pour essayer de trouver ces quatre autres personnes sans pour autant en dévoiler trop.

 

Naruto réfléchit un instant, puis se tourna légèrement vers son ami d’enfance.

 

_ Neji, appela t-il, je te confie cette tâche. Vois avec Kiba comment retrouver ces personnes. Moi je m’occuperai d’Hinata.

 

_ Entendu, répondit Neji en s’inclinant légèrement.

 

_ Naruto, appela soudainement la jeune femme en s’accrochant légèrement aux vêtements de son mari.

 

_ Hinata, répondit rapidement l’Hokage avec inquiétude, ça va ?

 

La jeune femme essuya rapidement ses larmes et fit un grand sourire.

 

_ Oui ne t’inquiète pas, répondit-elle en essayant de se relever.

 

_ Non ne force pas, la stoppa le blondin, Kiba va te ramener à notre chambre …

 

_ Non non, l’interrompit-elle en se relevant seule, je vais bien ! Je peux rester, il faut que je reste.

 

_ Tu es sure ? s’inquiéta l’Hokage en la tenant par la taille.

 

_ Oui, sourit-elle en se dirigeant vers son siège pour s’asseoir non sans l’aide consciencieuse de Naruto, je vais bien mon chéri, ça va.

 

_ D’accord, lança le Namikaze en faisant signe à Neji de faire entrer les nobles pendant que le troisième Hokage s’asseyait à son siège, mais si tu as le moindre mal ou le moindre vertige préviens-moi, finit-il en embrassant rapidement sa femme du bout des lèvres.

 

Cette dernière acquiesça en hochant la tête. Son mari prit place à son tour sur son siège à ses côtés, attrapant la main de sa dulcinée pour la lover tendrement dans la sienne. Hinata tourna son visage vers Naruto et lui sourit tendrement pendant que les nobles entraient les uns après les autres dans la salle du conseil. Voyant que Kiba voulait partir, Naruto l’interpella.

 

_ J’aimerai que vous restiez Inuzuka, lui ordonna t-il simplement, j’ai peur pour la santé de ma femme j’aimerais que vous la surveilliez durant le conseil.

 

_ A vos ordres votre majesté, répondit le ninja médecin en trouvant une place dans un coin de la pièce pour éviter de gêner le déroulement du conseil.

 

Une fois tous les nobles installés dans leur siège respectifs, Naruto prit la parole.

 

_ Je suis désolé de vous avoir fait patienter, ma femme s’est remis de son malaise, je propose donc de recommencer du début notre entrevue de ce soir. Hyuga, appela t-il, je crois que vous aviez la parole avant que ma femme ne fasse son malaise, je vous écoute.

 

_ Oui votre majesté, répondit Neji en se levant de son siège, je parlais donc du problème de famine qui frappe Konoha. De nombreux habitants viennent tous les jours au manoir Hyuga me demander de nourrir leur enfant …

 

Soudain, la porte de la salle du conseil s’ouvrit à la volée, laissant entrer un jeune homme blond aux yeux bleus, ressemblant étrangement à l’Hokage. Il semblait essoufflé et à la vue de tous ces regards sur lui, il sourit de toutes ses dents.

 

_ Pardonnez-moi votre majesté, mais je crois que je suis en retard, dit-il en posant son regard sur Naruto, qui tendit le bras en souriant, lui désignant un siège vide.

 

Hinata, qui était plongée dans ses pensées, complètement absorbée par le réconfort que lui donner la chaleur de la main de Naruto dans la sienne, ne fit pas trop attention au jeune homme qui venait d’entrer dans la pièce. Mais lorsque ce dernier s’agenouilla devant elle, Hinata ne put que reporter son attention sur lui. Le blondin prit délicatement la main libre de la femme de l’Hokage et l’embrassa délicatement en levant ses yeux azurs vers elle. Lorsque les yeux nacrés de la Namikaze rencontrèrent ceux océans de l’inconnu, Hinata sentit un vertige l’assaillir.

 

_ Ma tendre femme, rigola légèrement Naruto, je vous présente Shinato Namikaze, mon très cher cousin. Ce bougre ne sait pas se tenir lorsqu’il voit une jolie femme !

 

La dernière phrase de l’Hokage fit rire ses nobles présents, qui acquiescèrent avec vigueur. Mais Hinata ne semblait pas vraiment prendre part à l’amusement des hommes. Elle se rappelait avec dégout les mains sales de ce garçon la violenter, la brutaliser, lui faire du mal, la priver de toute dignité. Une angoisse sans nom l’attaqua brutalement. Que faisait-il ici ? Pourquoi cet homme existait-il ? Cela ne pouvait pas être possible, elle avait rêvé … alors pourquoi ce Shinato existait vraiment … comment ? La jeune femme eut soudainement du mal à respirer, elle suffoqua et dégagea violemment sa main de celle du monstre de son rêve, une grimace de dégout collée à son visage. Prise de panique et de colère, la jeune femme se leva brusquement et claqua fortement la joue du fameux Shinato. Naruto et ses nobles parurent horrifiés par le geste de la Namikaze. L’Hokage voulut se lever mais Hinata ne lui en laissa pas le temps et cria des larmes plein les yeux.

 

_ Je vous interdis de me toucher ! Sale type !! Vous me dégoutez !!!

 

Et sans attendre la réaction des nobles et de son mari, la jeune femme courut simplement jusqu’à la porte et sortit en trombe de la pièce.

 

 

 

***

 

 

Tenten sortit en trombe de la chambre des domestiques, laissant derrière elle des râles de mécontentement à cause du bruit qu’elle causait à cette heure tardive … mais elle s’en fichait royalement. Elle était furieuse, complètement possédée par une colère sans nom. La jolie brune se sentait trahie … trahie par l’homme  qu’elle aimait. Depuis l’incident d’hier soir, la pauvre Tenten s’était torturé l’esprit à chercher ce que voulait dire « être marquée ». D’après ce que lui avait dit son jeune collègue, cela était lié au fait d’avoir passé la nuit avec un ninja de haut rang. Ne trouvant finalement pas la réponse à sa question, la jolie brune avait pris son courage à deux mains et avait demandé sans sourciller à la jeune Ino ce que voulait dire cette expression inconnue. La jeune femme crispa violemment sa mâchoire en repensant à la réponse de son amie. Comment avait-il osé lui faire ça ? Comment avait-il osé la priver de sa liberté ? Furieuse, Tenten longeait à vive allure les couloirs sans fin du Palais impérial, sachant précisément où elle allait. Alors que la jeune femme allait emprunter un énième couloir elle se stoppa brutalement en entendant des pleurs résonner contre les murs. Surprise, Tenten se tourna dans tous les sens pour trouver l’origine du bruit.

 

_ Il y a quelqu’un ? lança calmement la jeune servante en continuant de longer lentement le couloir.

 

C’était certainement un enfant qui pleurait, ou peut-être une jeune femme prise d’un terrible chagrin d’amour. Oubliant complètement son but premier et sa colère passée, la brune entreprit de suivre son ouïe afin de trouver la personne qui semblait souffrir. Arrivée à un autre couloir, la jeune femme se stoppa à nouveau en reconnaissant la cousine de son maitre pitoyablement assise sur le sol glacé pleurant à chaude larme. Tenten sentit la gêne l’envahir. Que devait-elle faire ? En temps normal une simple servante comme elle n’avait aucun droit de parler à la si respectable Hinata Namikaze, mais dans ces conditions … elle ne pouvait pas laisser la cousine de Neji dans cet état !

 

_ Euh …, hésita la jeune servante en s’approchant de la noble, madame … Namikaze …

 

A l’appel hésitant de la brunette, Hinata releva violemment la tête et fixa de ses yeux mouillés la nouvelle arrivante. Comprenant que quelqu’un l’avait découverte, elle se releva précipitamment et sécha en vain ses yeux humides du revers de sa manche.

 

_ Pardon, lança précipitamment la Namikaze, pardon je suis désolée ! Je n’aurai pas dû m’enfuir comme ça. Oh mais qu’est-ce que j’ai fait ? paniqua soudainement la noble en se souvenant de la claque qu’elle avait mise au cousin de Naruto.

 

Ne comprenant pas son attitude, la jeune servante ne sut que dire.

 

_ Euh … pardonnez-moi mais je passais juste dans les couloirs et … je vous aie entendu pleurer … alors je suis venue …, expliqua t-elle en s’approchant lentement de l’ancienne Hyuga.

 

Remarquant que cette dernière ne disait rien, le visage caché par ses mains blanches crispées, la servante posa une main rassurante dans son dos.

 

_ Ca va aller ? demanda t-elle avec compassion, sentant les sanglots de la jolie brune repartir.

 

_ Je ne sais plus ce que je dois faire, dit-elle complètement affolée en laissant à présent les larmes couler sur son visage de porcelaine, Naruto va être furieux ! Mais si je lui explique il va me prendre pour une folle !

 

Tenten n’eut même pas le temps de répondre à la femme de son Hokage qu’un petit groupe de ninja fit irruption dans le couloir. Kiba qui était à la tête de ses collègues leur fit signe de s’arrêter en apercevant les deux jeunes femmes. Il soupira en voyant l’état de panique de la jeune Namikaze. Neji et Sasuke arrivèrent à leur tour dans le couloir et s’arrêtent. Sasuke soupira à son tour en lançant un regard désespéré à Kiba.

 

_ Il est dans une fureur noir, lança t-il complètement impuissant.

 

Comprenant de qui l’Uchiwa voulait parler, la pauvre Namikaze se recroquevilla sur elle-même et partit dans le sens contraire sans presser l’allure. De toute manière, les ninjas de son mari la retrouveraient sans tarder si elle fuyait encore. Alors que Kiba allait la rattraper l’Uchiwa l’en empêcha en le retenant calmement par le bras.

 

_ Laisse-là, lui conseilla t-il sûr de lui, va dire à Naruto qu’on l’a retrouvé et essaie de le calmer. Elle n’a pas dû faire ça sans raison, je vais lui parler.

 

Kiba acquiesça et ordonna à son petit groupe de ninja de le suivre. Tenten, elle, s’était contenté de raser le mur derrière elle, voulant à tout prix se faire oublier des ninjas du cinquième. Elle n’avait rien à voir dans cette histoire mais elle priait pour qu’on ne lui demande pas ce qu’elle faisait ici à cette heure de la nuit. Elle n’imaginait même pas la punition qui l’attendait sinon. Voyant le groupe de ninjas s’évaporer et le cadet des Uchiwa appeler et suivre calmement la femme de l’Hokage, la jeune servante ne se fit pas prier pour partir dans l’autre sens pour retourner illico presto à sa chambre.

 

_ Pourquoi une de mes servantes se retrouve dans une partie privée du Palais en pleine nuit ?

 

Tenten se stoppa avec terreur en reconnaissant la voix qui provenait du ninja posté juste derrière elle. Maintenant que sa colère était partie, son courage était retombé et rencontrer Neji pour régler ses comptes n’était plus du tout son envie première.

 

_ Je me promenais, répondit sèchement la jeune servante en reprenant sa marche ne voulant en aucun cas qu’il ait le dessus sur elle.

 

Sentant qu’il la suivait tranquillement, la jeune femme soupira bruyamment.

 

_ Généralement on se promène dehors, lança t-il avec une pointe de moquerie dans la voix.

 

_ Il neige au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, cracha t-elle sans s’arrêter. Je n’ai aucune envie d’attraper froid !

 

Brusquement, le Hyuga l’attrapa par la taille et la retourna vers lui en la plaquant contre son torse.

 

_ C’est moi que tu cherchais, lui dit-il d’un ton dur, maintenant que je suis là, parle ! Je t’écoute …

 

En sentant une chaleur se formait dans son bas-ventre la jeune femme rougit brutalement, comprenant l’effet que la proximité du corps de Neji lui faisait. Sentant sa fureur revenir, la servante se dégagea violemment de l’emprise de son maitre, refusant de ressentir ce genre de choses alors qu’il lui était inaccessible.

 

_Ne me touchez pas, cracha t-elle avec fureur, vous n’êtes qu’un sale … un sale profiteur, un effronté, un perfide briseur de cœur !

 

Le Hyuga reste un moment interdit. La jeune servante en profita pour continuer ses insultes.

 

_ Tu m’as marqué, le tutoya t-elle soudainement, je ne suis pas ta femme ! Tu n’as aucun droit de m’imposer ta marque, je ne suis pas à toi ! Comment as-tu osé m’emprisonner ? Maintenant je ne pourrais plus jamais prétendre à avoir une famille ou à … à donner mon corps à un autre, finit-elle en laissant des larmes de tristesse couler librement le long de ses joues. Tu es un monstre ! Un monstre  …

 

La brune essuya comme elle put ses larmes de souffrance avant de sentir Neji caressait tendrement sa joue. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, le visage de l’Hyuga n’était qu’à quelques centimètres du sien.

 

_ Je ne sais pas ce qui m’a pris, répondit-il avec douceur, je suis désolé … je crois que j’avais l’envie … de te garder pour moi tout seul, murmura t-il en l’embrassant délicatement.

 

 

 

***

 

 

 

 

_ » Naruto, appela la jeune Haruno en entra lentement dans la pièce afin de savoir si son ami était dans son bureau.

 

En le voyant de dos, face à la grande fenêtre de la pièce, Sakura sourit tendrement. Il avait l’air si paisible, si calme … la jeune femme pensa que le moment était bien choisi pour lui parler. La rose prit alors l’initiative de s’avancer jusqu’au bureau en bois de rose, mais lorsqu’elle sentit du verre craquer sous ses pieds son regard scruta le sol de la pièce.

 

_ Que s’est-il passé ici ? demanda t-elle avec surprise en remarquant que les nombreux vases de la pièce avaient été brisé au sol, ainsi que plusieurs objets à présent inidentifiables.

 

_ Tu voulais quelque chose ? lança froidement le jeune Hokage en se retournant lentement vers le visiteur.

 

Sentant alors la froideur glaciale de son ami, Sakura fronça les sourcils, semblant un peu comprendre la situation.

 

_ Ce n’est pas la faute d’Hinata, lui lança t-elle sans appel en le fixant durement pour la première fois depuis qu’elle le connaissait. Et ta colère est sans motif.

 

Suite aux paroles de la rose le Namikaze soupira bruyamment et s’avança lentement vers son amie.

 

_ Sans motif ? s’indigna le blondin en s’arrêtant devant la jolie rose, elle m’a fait honte devant tous mes nobles !

 

_ Mais tu vois bien qu’elle ne va pas bien, lui lança t-elle avec force, elle vient d’apprendre la mort de sa mère, et tous les malaises qu’elle fait n’arrangent rien !

 

_ Ne l’excuse pas, lui ordonna t-il, furieux, Hinata doit avoir un comportement correct c’est son rôle ! Ses sentiments et ses malaises ne doivent pas interférer avec son devoir de femme d’Hokage ! Il me faut une femme de devoir, pas une petite pleurnicharde faible et complètement crétine.

 

_ Non mais tu t’entends parler ? s’indigna la rose en baissant le ton, où est le Naruto que j’ai connu ? La colère ne te va pas du tout ! Où est ta bonne humeur ? Où sont tes sourires chaleureux et ton regard bienveillant et tendre ?

 

Aux paroles douces de son amie, Naruto se calma instantanément, laissant de côté son expression irritée et colérique. Il scruta un instant les yeux émeraude suppliants de la jeune femme face à lui, cherchant le réconfort qu’il avait toujours trouvé chez cette femme extraordinaire.

 

_ Où est l’homme qui m’a défendu avec fureur hier soir devant tous ces crétins de la noblesse ? continua t-elle en touchant du bout des doigts les joues halées de l’Hokage, où est l’homme qui m’a promis de veiller sur Hinata ?

 

Se sentant à présent complètement minable, le Namikaze baissa rapidement la tête et cacha son visage de ses mains halées.

 

_ Pardon, murmura t-il la voix brisée, je n’arrive plus à me contrôler … pardon … je suis désolé … Quel crétin !

 

Ne comprenant pas ce changement brusque d’attitude, la future Uchiwa ne sut que dire.  Il y avait encore quelques secondes le blondin était complètement aveuglé par la colère, incapable de raisonner correctement, et en seulement quelques secondes sa fureur était tombée et une culpabilité grandissante semblait à présent le torturer.

 

_ Ca va aller, le réconforta t-elle en le prenant tendrement dans ses bras, ne t’inquiète pas … ce n’est rien.

 

Naruto sentit alors un immense bien-être le submerger. Là, dans les bras bienveillants de la jolie Haruno, l’Hokage se sentait bien, en paix, une douce chaleur l’enveloppait le comblant de bonheur. Il huma à plein poumon le parfum fleuri de la rose, sentant des frissons lui parcourir l’échine. Sa présence avait fait fuir le démon qui avait pris possession de lui. Sa colère, sa fureur, sa mauvaise humeur, tout était parti. Il se sentait à présent paisible, détendu, et serein pour la première fois de sa vie. Lentement, il se dégagea légèrement d’elle et caressa délicatement la joue rosie de la rose.

 

_ Si j’en avais eu le pouvoir, lui chuchota t-il tendrement, j’aurais annulé sans attendre ton mariage avec Sasuke …

 

_ On dérange ? lança une voix glaciale et tranchante.

 

La rose et l’Hokage se séparèrent brusquement, n’ayant aucunement sentit l’Uchiwa et la Namikaze entrer dans la pièce.

 

_ On peut repasser si vous souhaitez un moment d’intimité illégal, cracha hautainement l’Uchiwa.

 

Ce dernier avait senti la colère monter en lui lorsqu’il était entré dans le bureau de l’Hokage, mais sa fureur avait décuplé lorsqu’il avait senti la Namikaze, recroquevillé derrière lui, essayer de faire demi-tour pour s’enfuir à la vue du couple. Il avait alors saisi sa main avec force, lui empêchant une échappatoire illusoire qui ne durerait pas. Il avait passé plus d’une demi-heure à vanter les mérites de son meilleur ami à la pauvre Namikaze en pleurs. Il l’avait réconforté comme il le pouvait et l’avait convaincu de tout raconter à Naruto, ses visions, ses malaises, ses angoisses … ce crétin allait tout gâcher !

 

_ Non, répondit l’Hokage, nous n’avons pas besoin de moment d’intimité. Ne dis pas de bêtises !

 

Sakura posa son regard sur sa meilleure amie, qui avait un teint des plus horribles. Des cernes profondes avaient creusé son beau visage de porcelaine, ses yeux nacré semblaient avoir perdu toute trace de vie, et ses joues étaient encore humides, signe que des larmes venaient d’être coulées.

 

_  T’es calmée ? demanda sèchement l’Uchiwa, étonnant ! Et dire qu’il y a moins d’une demi-heure tu saccageais ton bureau comme une bête déchainée !

 

Naruto allait répondre sur le même ton mais son regard remarqua alors Hinata, cachée derrière Sasuke comme si elle cherchait à mettre un rempart entre eux deux. Oubliant complètement son meilleur ami, le blondin détailla pendant quelques secondes sa femme et sentit sa détresse dans ses yeux de neige livides.

 

_ Hinata, appela t-il en voulant s’approcher d’elle.

 

_ Reste où t’es, l’arrêta froidement Sasuke, on va d’abord régler des comptes.

 

_ Je n’ai rien à régler avec toi, s’énerva brusquement le blondin, c’est entre ma femme et moi. Toi et Sakura vous sortez de mon bureau !

 

_ Pas question, s’embrasa l’Uchiwa en resserrant l’emprise qu’il avait sur la main d’Hinata, ta femme n’a pas envie de rester seule avec toi ! Elle s’expliquera en ma présence un point c’est tout.

 

Voyant que la colère de Naruto refaisait surface, Sakura s’empressa de rejoindre son fiancé pour mettre sa main libre dans la sienne.

 

_ Laissons-les, lui intima t-elle avec douceur, Naruto s’est calmé ne t’inquiète pas.

 

Voyant que Sasuke ne voulait rien savoir, la Namikaze lâcha alors la main de l’Uchiwa et rejoignit son mari calmement. Meurtrie par le spectacle qui s’était livré à elle, Hinata n’espérait désormais plus rien de l’homme qu’elle aimait. Ses maigres espoirs d’être heureuse et aimée venaient de partir en poussières pour toujours. Son seul but à présent était de détendre l’atmosphère et de s’expliquer clairement avec Naruto, c’était son devoir.

 

_ Vous pouvez partir, lança t-elle avec détermination en se postant aux côtés de son mari, Naruto et moi allons discuter calmement.

 

Malgré sa colère et sa volonté d’en découdre avec son Hokage, Sasuke se résigna à partir sans faire d’histoire avec sa fiancée, laissant à contrecœur sa protégée seule avec son mari. Une fois ses amis sortis, Hinata partit s’assoir sur un des nombreux fauteuils de la pièce, fatiguée d’avoir déambulée si longtemps dans les couloirs du Palais à broyer du noir.

 

_ Naruto, commença t-elle sure de ce qu’elle devait dire, il faut que tu m’écoutes. Il faut que tu m’aides à trouver ce qui m’arrive … il faut que tu comprennes.

 

L’Hokage se rapprocha lentement de sa femme et s’agenouilla devant elle, posant tendrement ses mains halées sur les genoux de la brunette.

 

_ Tu connais Shinato ? demanda t-il sans détour en la fixant de ses yeux océans.

 

_ Non, répondit-elle simplement, mais je l’ai vu en rêve, enchaina t-elle rapidement. Lors de mes malaises je vois des choses … et j’ai vu Shinato !

 

Intrigué au plus haut point, Naruto incita sa femme à continuer d’un regard bienveillant.

 

_ C’est horrible, lâcha t-elle avec angoisse, dans mes rêves tu es mort, toi, Sasuke, Kiba, tout le monde … Orochimaru est le sixième Hokage, c’est lui qui t’as tué et …

 

_ Une minute, l’arrêta le blondin en essayant de remettre les informations qu’elle lui donnait dans l’ordre, Orochimaru m’a tué ?

 

_ Oui, répondit-elle avec émotion, je ne sais pas comment mais c’est ce que je sais au moment où je rêve.

 

_ On est tous mort ? l’interrogea Naruto légèrement perplexe.

 

_ Pas tous. Mais Orochimaru en a tué beaucoup pour éviter une quelconque rébellion. Le manoir Hyuga a été brulé et mon père … a les yeux crevés, expliqua t-elle en sentant ses angoisses revenir, Konoha crève de faim. Il y a des conflits partout, la famine, la misère, la peur, partout ! J’ai … j’ai l’impression de me voir … dans plusieurs années … comme si quelqu’un me montrait ce qui allait se passer !

 

_ Hina, la rassura tendrement Naruto en caressant amoureusement sa joue livide, personne ne voit l’avenir, tu n’as pas à t’en faire.

 

_ C’est ce que je me disais au début, reprit-elle en sentant ses yeux la brûler, mais tout à l’heure j’ai rêvé de Shinato. Pourtant je ne l’avais jamais vu en vrai avant ce soir. Je ne savais même pas que tu avais un cousin.

 

Naruto comprit à présent les angoisses de sa femme sur ces maudits malaises. Il se rappela alors les paroles de Kiba. Son ami lui avait dit que Kyubi envoyait des messages à sa femme … se pourrait-il qu’il connaisse l’avenir ? Se pourrait-il qu’il veuille la prévenir ? Cela voudrait dire qu’Orochimaru prévoyait de le tuer … de prendre sa place.

 

_ Que fait Shinato dans ton rêve ?

 

_ C’est un ninja du sixième, il me surveille, mon père et moi. Et il … il m’a violé dans ma chambre, pleura t-elle en se jetant sans prévenir au cou de son mari, je sentais ses mains sur moi, Naruto, c’était horrible !

 

L’Hokage serra sa femme contre lui sans plus attendre, caressant ses longs cheveux bleutés avec douceur. Cette histoire semblait inquiétante. Etait-ce une farce de Kyubi ? Ou un message important ? Les idées et les solutions se mélangèrent dans la tête du blondin, formant un nuage de mots incompréhensible.

 

_ Il était si violent avec moi, se plaignit-elle en laissant ses larmes couler le long de ses joues, j’avais mal … il me faisait mal … c’était répugnant.

 

Le Namikaze se sépara légèrement de sa femme et posa son front contre le sien, la regardant avec bienveillance et chaleur. Essayant de la réconforter en un seul regard.

 

_ Toi Naruto, tu es si doux avec moi, lui murmura t-elle avec amour, même si ta colère peut dépasser de grandes limites cela ne fait pas de toi un homme violent. Tu prends soin de moi … je t’aime, lui dit-elle en sentant les douces lèvres de son amant sur les siennes.

 

Naruto embrassa amoureusement l’ancienne Hyuga pendant quelques minutes, puis mit fin au baiser avec tendresse.

 

_ Tu te trompes, lui dit-il avec un sourire en traçant les lignes du visage de la Namikaze du bout des doigts, je suis un mauvais mari … je ne mérite pas ton amour.

 

_ Dis plutôt que tu n’en veux pas, répondit la Namikaze plus sèchement qu’elle ne l’aurait voulue.

 

_ Quoi ? s’indigna l’Hokage, surpris du ton qu’avais pris sa femme.

 

_ Rien, répondit-elle rapidement en se dégageant de son mari pour se lever et se diriger vers la porte du bureau de son mari, allons-nous coucher, je dors debout.

 

Alors qu’elle allait ouvrir la porte, Naruto bloqua cette dernière en forçant avec sa main pour qu’elle reste fermée.

 

_ Je t’aime, lui lança t-il sans prévenir en la fixant droit dans les yeux.

 

_ Ne dis pas de bêtises, se rebella calmement l’ancienne Hyuga, tu n’as pas besoin de mentir pour continuer à coucher avec moi. Je suis à toi je fais selon tes désirs.

 

Le Namikaze sembla choqué par les paroles de sa jolie poupée brune.

 

_ Qu’est-ce qui te prend ? demanda l’Hokage, complètement anesthésié par l’attitude inhabituelle de sa femme. Cela ne te vas pas du tout, trancha t-il en s’approchant d’elle, ce ne sont pas tes paroles !

 

_ C’est la stricte vérité Naruto, lui répondit-elle un air désolé sur son beau visage livide,  Les hommes peuvent passer la nuit avec une femme sans l’aimer, tu nies cela ?

 

_ Pas du tout, lança t-il clairement, mais je t’aime !

 

_ Alors pourquoi tu parles de Sakura dans ton sommeil ? Pourquoi je t’ai retrouvé collé à elle il y a une minute en lui disant que tu aurais voulu qu’elle se marie avec toi ?

 

_ Ce n’est pas ce que j’ai dit, se défendit-il.

 

_ Peu importe, s’emportant subitement la jeune femme, c’est la même chose pour moi ! Ais au moins le courage de me le dire, arrête de me faire penser que je suis celle que tu aimes alors que c’est faux !

 

_ C’est Sasuke qui t’as mis cette idée en tête c’est ça ? s’énerva t-il à son tour en la prenant avec force par les épaules.

 

_ Il a essayé de m’aider c’est tout, le défendit-elle.

 

_ Ce qu’il veut c’est t’éloigner de moi, accusa t-il avec force, tu es à son gout, il te veut, c’est la seule raison à son attitude conciliante avec toi ! Je ne le laisserais pas faire Hinata, je me battrai pour être le premier dans ton cœur. Dis-moi ce qu’il faut que je fasse pour te faire comprendre que je t’aime et je le ferais ! Je ferais tout pour toi …, lui murmura t-il avec amour en posant délicatement son front contre celui de sa femme.

 

Cette dernière sentit ses joues s’empourprer avec ferveur. Jamais un homme ne lui avait fait une telle déclaration … son cœur battait à présent la chamade et ses espoirs illusoires revinrent à une rapidité incroyable. Pourquoi mentirait-il à ce point s’il aimait vraiment Sakura ? Cela n’avait aucun sens.

 

_ Marque-moi, l’implora t-elle subitement en se serrant le plus possible contre lui, je veux être à toi.

 

Sentant l’hésitation de son mari dans son regard, Hinata crispa la mâchoire et baissa les yeux en signe de défaite.

 

_ Hinata, lui murmura t-il, si jamais il m’arrivait quelque chose je veux que tu puisses te remarier après moi. Tes visions sont peut-être sérieuses. Si jamais je me faisais vraiment tué Hina …

 

_ Je me ferais abuser par Shinato, finit-elle à sa place en l’implorant du regard, ou par tout ninja mal intentionné, parce-que tu ne seras plus là pour me protéger.

 

Ne trouvant aucune réponse à donner à sa femme, Naruto se résigna et sourit légèrement.

 

_ Tu y tiens tant que ça ? dit-il en accentuant son sourire.

 

_ Je sais que tu n’apprécies pas ces pratiques mais … c’est moi qui te le demande, mon Naruto …

 

_ Si je le fais tu me croiras ? lui demanda t-il avec espoir avant de l’embrasser langoureusement, quand je te dirai que je t’aime à en mourir tu me croiras ?

 

_ Oui, rit-elle avec joie en embrassant à son tour le blondin.

 

 

 

 

Amy.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales