Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nature et biodiversité du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 16/02/2020
  • Femmes fortes
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/09/2019
  • Le fleuve
    Revue CONGO ECRIT
    Nb de signes : 250 - 2 000 sec
    Genre : poésie - conte
    Délai de soumission : 21/09/2019
  • La ville de Somnore
    Otherlands
    Nb de signes : < 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 10/01/2020
  • Le grand jeu
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : réaliste - théâtre - poésie - libre - pastiche - imaginaire - art visuel - contemporain
    Délai de soumission : 14/10/2019
  • Nutty Seas : débauche marine
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : romance - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 23/11/2019
  • Revue Encre[s] N°4
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 12/09/2019
  • Insurrections
    ImaJn'ère
    Nb de signes : 22 500 - 27 500 sec
    Genre : policier - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Fantasy humoristique
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : humour - fantasy
    Délai de soumission : 20/12/2019
  • Livres Oubliés
    Aeternam AS Éditions
    Nb de signes : 200 000 - 800 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique
    Délai de soumission : 31/12/2019

Studio Infinite

  •  [ Le Atelier d’écriture : créer un univers imaginaire]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Le Pacte du démon
[Histoire En hiatus]
Auteurs :
[Groupe: Anathème]
Honoo & Tenrô
Vue: 55934
[Publiée le: 2009-01-07]    [Mise à Jour: 2013-03-08]
13+  Signaler Action-Aventure Commentaires : 59
Description:
Lors d'une mission de routine, Naruto disparaît, pour ne réapparaître que treize longues années plus tard, métamorphosé. À son retour, il se découvre de la famille, mais est rapidement rejeté par son village natal et repart avec Hinata pour fonder "Kage no Uzu", une organisation voulant détruire Konoha. Dans les même temps, Hidan est déterré après seize ans d'emprisonnement par sa secte et le désir de se venger de Konoha et des Nara n'est que plus fort. La guerre n'est plus loin. Une guerre qui vas dévaster les pays ninja et ressusciter un antique héros. Cependant, de sombres vaisseaux arrivent d'un pays lointain. Des navires qui portent à leurs bords désolation, châtiment et mort...
Crédits:
La plupart des lieux et des personnages appartiennent à Masashi Kishimoto. Il y en a qui m'appartiennent mais je crois que vous les reconnaîtrez aisément.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Mort et Retour

[4530 mots]
Publié le: 2009-01-07
Mis à Jour: 2010-06-29
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 1 : Mort et retour

 

Comment cela avait-il bien pu se produire ? Une simple mission de rang A consistant à capturer  un groupe de nukenins avait viré au désastre sans aucun signe avant-coureur. Lui, le ninja le plus puissant de Konoha, le héros ayant vaincu le « dieu » Pain et qui était le plus probable remplaçant du cinquième Hokage, le futur Rokudaime Hokage Naruto Uzumaki se faisait vaincre par des ninjas inconnus qui n’avaient leurs noms que dans une page de Bingo Book… Mais le pire dans toute cette sombre affaire, c’est qu’il n’était pas seul. Il était même accompagné par certains des meilleurs ninjas du village de la feuille. Qui donc aurait pu penser un jour que Sakura Haruno, la meilleure élève de la Godaime Hokage Tsunade, Sasuke Uchiwa, le ténébreux survivant du clan maudit de Konoha et ancien nukenin ainsi que Hinata Hyuga, l'héritière du plus puissant clan de leur village soient mis en difficulté par des shinobis sans renoms n’égalant même pas l’Akatsuki ? Et pourtant, la preuve était la…

Le calme apparent de la forêt verdoyante fut soudainement brise par le grondement déchirant d’une explosion qui envoya valser sans distinction arbres et rochers, causant encore plus de dommages sur leur passage, libérant une place impressionnante au beau milieu de ces bois touffus d’ordinaire si paisibles. Au milieu du cratère fumant cause par cette explosion se tenait un jeune homme aux cheveux blonds comme de l’or miroitant au soleil aux yeux bleus comme la mer un matin ensoleillé. Il avait l’air à bout de forces, lacéré à de multiples endroits, ses blessures laissant goutter au sol le liquide carmin qui s’en écoulait. Ses jambes, soudain, ne parurent plus pouvoir supporter son poids et se dérobèrent sous lui, le faisant chuter lourdement au sol. Le cri affolé d’une femme, provenant du bord du cratère, se fit entendre dans le silence brusquement obtenu.

 

- Naruto !

 

 La propriétaire de la voix, une jeune femme aux cheveux bleu nuit et aux yeux couleur de nacre sortit des quelques arbres restants en courant vers le blessé. Apparemment, il n’avait pas eu droit à un traitement de faveur vu qu’elle avait elle aussi passé un mauvais quart d’heure son épaule droite saignant abondamment, tout comme d’autres parties du corps souffrant de blessures moins inquiétantes.

 

- N’avance pas, Hinata ! cria le blond en se relevant avec difficulté. Je ne veux pas qu’ils puissent te faire du mal !

 

La jeune femme s’arrêta brusquement suite à cet ordre, les larmes aux yeux. Son visage criait sa détresse et montrait clairement  ce qu’elle pensait, à savoir n’être qu’une une gêne pour lu, une fois de plus…  Pendant ce temps, Naruto avait péniblement termine de se relever et lança un coup d’œil au bord du cratère lui faisant face et y découvrit la source de tous ces ennuis : trois ninjas au visage cachés par les ombres. L’un d’entre eux, visiblement le leader de la troupe lui lança, d’un ton amusé :

 

- Alors, on fatigue déjà, gamin ? C’est tout ce que Konoha a à nous offrir ? C’est pitoyable !

 

- Arrête ça, lui dit l’un de ses camarades. Je crois qu’il est plus que temps de l’achever. Nous avons déjà perdu suffisamment de temps comme ça avec lui.

 

- Pff… C’est pas drôle… Mais bon, on s’occupera de sa copine après ! Je suis sûr qu’on va bien s’amuser ! ajouta-t-il en se léchant les babines tout en observant Hinata d’un œil lubrique et cruel.

 

Naruto serra les dents tout en leur lançant un regard empli de rage. Il allait leur faire payer ça ! Il se retourna pour contempler Hinata en larmes derrière lui. Elle n’avait rien entendu, trop fatiguée pour faire attention à tout ce qui se passait autour d’elle, mais elle pleurait pour Naruto, pressentant que quelque chose de terrible allait arriver. Il s’approcha d’elle et l’embrassa tendrement, avant de lui chuchoter à l’oreille :

 

- Je suis désolé... Mais je n’ai pas le choix. Je reviendrais, je te le jure.

 

Et sur ces paroles emplies de tristesse et de résignation, il l’assomma avant qu’elle n’ait pu dire quoique ce soit et la confia à un de ses clones qui l’emporta à l’abri, le plus loin possible du combat qui arrivait. S’il ne l’avait pas fait, elle l’aurait sans aucun doute empêché de faire ce qu’il avait à faire. Il fit de nouveau face à ses adversaires qui s’approchaient lentement de lui, une volonté farouche brûlant dans ses yeux et invoqua un clone à ses côtés. Tout en gardant le trio ennemi dans sa ligne de mire, il fit apparaître un orbe tournoyant bleuté dans la main. Son clone tendit alors les mains vers cet orbe, qui commença rapidement à se déformer tandis qu’un bruit assourdissant et aigu emplissait l’air.

 

- Alors comme ça il veut faire un baroud d’honneur, hein ? Eh ben, il va être servit !

 

Les trois shinobis adverses commencèrent donc à composer des mudras à une vitesse exceptionnelle. Dans le même temps, le clone de Naruto disparut dans un nuage de fumée, laissant l’original seul avec un gigantesque shuriken fûma de chakra dans la main droite. Peu à peu, le corps du blond se couvrit d’une aura orangée tandis que ses yeux devenaient rouge sang. Trois queues de chakra se formèrent, fouettant violemment l’air derrière lui. Le Rasenshuriken, auparavant bleu clair, devint écarlate et grossit de manière démesuré. Naruto cria, tout en se préparant à charger :

 

Ninpô : Rasenshuriken akuma no yö na ! Le Rasenshuriken démoniaque !

 

Il bondit alors à une vitesse surhumaine vers les trois ninjas renégats, qui crièrent à cet instant tout en pointant leurs mains vers leur adversaire:

 

Hyouton: San ryû wa kôri! Les trois dragons de glace !

 

Soudain, trois immenses dragons de glace jaillirent du sol devant les shinobis et se jetèrent dans un grondement sourd à la rencontre de Naruto, qui tendit le Rasenshuriken vers l’attaque ennemie. Et ce fut le choc entre les deux techniques. Pendant quelques dixièmes de secondes, qui parurent une éternité, il ne se passa rien, le silence régnant en maitre. Et puis l’enfer se déclencha. Si l’explosion précédente avait été impressionnante par sa violence et son amplitude, ce n’était au mieux qu’un pétard mouillé en comparaison de la déflagration qui résulta de l’affrontement des deux techniques. Les bêtes cristallines s’évaporèrent instantanément et les trois adversaires du blond, n’ayant même pas le temps de hurler leur terreur se carbonisèrent en une fraction de seconde, effaçant ainsi la menace nukenin. Bien qu’au début les flammes soient contenues dans un gigantesque orbe brûlant et brillant de la lueur d’une forge, celui-ci commença lentement mais surement à se déformer et devint une gigantesque colonne de flammes de laquelle s’échappait une chaleur infernale tandis qu’elle semblait dévorer voracement les nuages dans une apocalypse de flammes dorées et rouge comme le sang. Au bout d’une minute effroyable, durant laquelle un silence irréel régna, il n’y eut aucun son venant perturber la forêt. Puis la colonne de feu explosa dans un souffle monstrueux, jetant au sol tout ce qui était encore debout et dévastant les environs dans une orgie de feu et de destruction. En quelques instants, un demi-kilomètre de végétation autrefois verte et fertile entourant le lieu de l’affrontement sans pitié devint une terre noire et stérile à jamais. Il semblait inconcevable que quiconque ait pu survivre à une telle attaque…

 

 

***

 

 

- Hinata ?

 

Qui donc pouvait bien l’appeler ? Cette voix ne lui était pas inconnue, mais elle semblait si lointaine… Et il faisait si noir… Tout autour d’elle n’était que ténèbres. Mais la douleur n’était pas absente de cette pénombre, sa tête lui faisant atrocement mal. Elle réalisa soudain qu’elle avait les yeux fermés. Elle entreprit donc de les ouvrir lentement, une tache qui se révéla plus difficile qu’elle l’imaginait.

 

- Hinata ? Hinata, tu es réveillée ! s’écria Sakura. J’avais eu peur pour toi, je croyais que tu avais été touchée par l’explosion !

 

La brune se redressa brusquement en entendant le mot « explosion », se souvenant tout d’un coup de tout ce qui s’était passé, manquant de renverser la Junin aux cheveux roses qui s’était accroupi à ses côtés.

 

- Naruto ? demanda-t-elle, d’une voix faible tout en regardant aux alentours. Naruto est en danger ! fit-elle d’une voix paniquée quand elle comprit qu’il n’était pas dans les environs.

 

- Non Hinata Il n’est pas en danger… fit la rose d’une voix triste tout en détournant le regard, n’osant plus regarder son amie en face et tentant tant bien que mal de retenir ses larmes.

 

- Mais il était aux prises avec les trois nukenins ! insista la jeune femme aux cheveux bleu nuit. Il faut aller l’aider !

 

- Il… hésita Sakura, ne sachant pas trop comment aborder le sujet avec elle.

 

- Il a gagné, la coupa Sasuke d’une voix éteinte, adossé à un arbre. Il les a tués tous les trois, probablement en une seule attaque.

 

Hinata reprit des couleurs à cette seule nouvelle, puis, voyant que quelque chose clochait dans leur comportement, elle demanda :

 

- Où est-il ? Il va bien ?

 

Sasuke détourna le regard tout en serrant les poings si fort que les jointures en étaient blanches come de la craie tandis que Sakura se mettait à trembler et sentait ses yeux se remplir de larmes, une fois de plus. Mais Hinata ne semblait pas comprendre leur réaction, ou plutôt ne voulait pas le comprendre.

 

- Alors ? Comment va-t-il ? Je veux le voir ! Il n’est pas gravement blessé, hein ? Dîtes-moi où il est ! s’époumona-t-elle alors que ses yeux se remplissaient de larmes tandis qu’elle se mettait lentement à comprendre leur silence et leur air accablé.

 

Sasuke s’approcha d’elle et tenta de poser sa main sur son épaule dans un geste réconfortant, rompant ainsi avec ses habitude de garçon froid et insensible, mais elle le repoussa d’un geste maladroit et commença à sangloter tout en se repliant sur elle-même, murmurant entre deux sanglots :

 

- Ce n’est pas vrai, vous mentez… Ça n’est pas possible…

 

Puis elle fondit en larmes, inconsolable, devant le silence peiné qui lui avait répondu. Lorsqu’elle se fut un peu calmée, elle demanda en bégayant à voir au moins la dépouille de son bien-aimé. Sakura allait dire quelque chose, mais le corbeau l’interrompit d’un geste de la main :

 

- Il vaut mieux qu’elle le voit elle-même je crois.

 

La fille au nom de cerisier le fixa un moment puis finit par hocher la tête tout en soupirant. Ils emmenèrent donc la Hyuga au lieu de l’affrontement, ou tout du moins ce qu’il en restait. Car tout n’était plus qu’un immense cratère fumant et noirci à jamais par les flammes infernales de la technique de Naruto. Hinata eu beau chercher désespérément pendant des heures les traces de son unique amour tout en se répétant sans cesse qu’il devait bien être quelque part, qu’il ne pouvait pas être vraiment mort, elle ne trouva rien ; bien qu’elle eut un sursaut d’espoir en trouvant des os noircis au centre du cratère qui furent rapidement identifiés par Sakura comme étant les ossements de leurs adversaires. Ne trouvant le corps de son blondinet nulle part, elle commença à regagner un peu de cet espoir si vite balayé.

 

- Il doit avoir été projeté loin de l’explosion ! Il est peut-être en train d’attendre des soins ! C’est la seule solution ! Il…

 

- Non, Hinata, fit l’Uchiwa, catégorique. Sakura et moi avons déjà cherché pendant que tu étais inconsciente. Je suis vraiment désole de te le dire mais j’ai bien peur qu’il faille te faire une raison, Naruto est…

 

- Non ! l’interrompit Hinata en hurlant. Ce n’est pas possible ! Il Il ne peut pas être…

 

À cet instant, elle vit quelque chose de familier briller sur le sol calciné. Elle courut vers cet objet, le ramassa et découvrit à sa plus grande horreur qu’il s’agissait en réalité du collier de Naruto,  celui qu’il avait reçu de Tsunade bien des années auparavant et dont il ne se séparait jamais. Ses jambes se dérobèrent sous elle et elle tomba à genoux sur le sol, ses yeux se remplissant a nouveau de larmes tandis qu’elle se mettait enfin à accepter la cruelle réalité.

 

- Hinata. Naruto n’est plus lâcha Sakura dans un murmure en posant sa main sur l’épaule de l’héritière du clan Hyuga en pleurs.

 

- Il… Il n’aura jamais su… sanglota la brune avant que ses pleurs ne redoublent d’intensité, formant les notes du chant funèbre qui devait apporter l’âme du fils de Minato Namikaze et de Kushina Uzumaki dans l’au-delà.

 

 

***

 

 

Ils rentrèrent à Konoha le surlendemain, épuisés autant physiquement que mentalement. Tsunade, les voyant revenir sans le blond hyperactif, crut d’abord à une mauvaise blague, refusant à son tour d’accepter la disparition du jeune ninja, avant de voir dans quel état était Hinata, ce qui lui fit comprendre que c’était tout sauf une plaisanterie douteuse. Le nom d’Uzumaki Naruto fut gravé sur la stèle des morts au combat, comme tant d’autres avant lui et l’enterrement officiel, sans cadavre, eût lieu une semaine à peine après que le reste de ses équipiers fut rentré au village après cette mission tragique, chargés de la terrible nouvelle de la disparition du jeune jinchuriki. Ce fut un jour sombre durant lequel les larmes coulèrent à flots, aussi bien celles du ciel orageux que celles de compagnons du jeune ninja, mort à dix-neuf ans seulement alors qu’il avait toute la vie devant lui.

Hinata ne crut jamais vraiment à sa mort. Elle le connaissait: il lui avait promis de revenir et elle savait qu’il tenait toujours ses promesses. Ce ne serait pas la première fois qu’il accomplirait quelque chose d’impossible. Après tout, il avait bien réussi à ramener Sasuke à Konoha et à le faire sortir des ténèbres dans lesquelles il était plongé depuis le massacre de son clan. Et six ans plus tôt, alors que toutes les chances étaient contre lui, il avait promis qu’il vaincrait Neji pour la venger de ce qu’elle avait subi lors des éliminatoires de l’examen Chunin et il avait réussi contre toute attente à vaincre ce génie considéré comme le meilleur Genin du village de Konoha. Elle ne pouvait pas croire qu’il pourrait manquer à sa parole cette fois-ci et se résolu à l’attendre, jusqu’à son dernier souffle s’il le fallait.

Treize ans s’écoulèrent ainsi dans une prospérité enivrante et une morosité grandissante, en grande partie grâce à la disparition de l’Akatsuki et de la mort d’Orochimaru, le Sannin renégat et fondateur du village d’Oto. Il y eu bien sûr quelques petits accrochages sans de temps en temps avec les autres pays, mais aucun conflit majeur n’éclata. Ce fut une période très calme. Trop calme même. De sombres nuages commencèrent à s’accumuler dans le ciel de l’avenir du monde ninja. Des nuages d’une noirceur jusqu’alors inégalée…

 

 

***

 

 

C’était une merveilleuse journée, le soleil brillant d’un éclat puissant, aveuglant les deux pauvres hères affectes a la tâche ingrate de gardes de la Grande Porte de Konoha, les dénommés Izumo et Kotetsu. Ce poste était particulièrement horrible à cause de la saison dans laquelle on se trouvait. En effet, la chaleur en ce début d’été était terrible, empêchant les pauvres gardiens de se concentrer bien longtemps. De plus l’air brûlant semblait se tordre devant leurs yeux asséchés. Tous deux se demandaient bien quelle malheureuse faute ils avaient bien pu commettre pour se retrouver à cet endroit. La plus probable d’entre-elles était l’infortuné incident ayant eu lieu au début de la matinée lorsque, comme à leur habitude, ils avaient eu le plaisir d’apporter à la Godaime une impressionnante quantité de dossiers à lire et à signer et avaient malencontreusement renverse la bouteille de saké présente sur la table, ce qui n’avait guère plu à la dernière Sannin qui n’était déjà pas franchement ravi de leur chargement. 

Izumo soupira de lassitude, pestant intérieurement contre leur alcoolique de patronne et contre la chaleur ambiante. Ceci fait, il se concentra à nouveau sur son travail et remarqua rapidement une silhouette se dirigeant vers l’entrée du village dont il avait la lourde responsabilité. Il mit sa main en visière et plissa les yeux afin de la détailler le mieux possible. La silhouette en approche, manifestement masculine au vu de son gabarit et de sa démarche, s’avançait vers eux assez rapidement, lui permettant ainsi de mieux percevoir le nouvel arrivant. Ce qui l’interpella le plus, ce fut certainement ses vêtements : il portait une armure fonctionnelle en cuir noir brillant par-dessus une chemise de lin tout aussi sombre accompagné d’un pantalon de tissu du même ton et de bottes usées en cuir sombre, le tout recouvert par une lourde cape couleur d’ombre et un capuchon tout aussi sombre. L’inconnu avait visiblement éprouvé le besoin irrépressible de se confectionner un sauna portatif… A moins qu’il ne soit sorti de l’ère glaciaire que quelques heures auparavant, ce qui semblait tout aussi plausible que la thèse populaire qui disait que le Kazekage se baladait tout le temps avec une jarre de sable sur le dos car il serait en réalité le marchand de sable… À cause de cette abondance de vêtements discrets et sinistres, il était impossible de distinguer son visage, caché lui-aussi par un masque noir d’encre. Il ne pouvait apercevoir que quelques mèches de cheveux couleur d’or et de feu qui dissimulaient ses yeux aux regards indiscrets. Et enfin, il arborait un grand katana rangé dans un sobre fourreau en bois de couleur merveilleusement bien assorti à sa garde-robe.

« Ce type est complètement fou ! conclut Izumo en continuant de fixer le voyageur. Il doit être en train de cuire là-dedans ! ». La silhouette, inconscient de la perplexité provoquée par son accoutrement dans la tête du pauvre homme, s’arrêta à une bonne cinquantaine de mètres de la porte et releva la tête, fixant les murs d’un air mystérieux.

 

 

***

 

 

Ces murailles…Il avait cru qu’il ne les reverrait jamais. Même la chaleur étouffante de début de saison estivale ne l’importunait pas le moins du monde ; au contraire, il se sentait léger et heureux d’être enfin de retour chez lui, après une si longue et insupportable absence. Plongé dans sa béate contemplation de l’édifice défensif superbement entretenu, ayant l’air neuf et en parfait état de fonctionnement, il fut sorti de ses rêveries par une voix absolument désagréable et semblant bien peu concernée par la situation et le contexte de ce retour.

 

- Alors comme ça, le pauvre renardeau solitaire est de retour à la maison ? demanda d’un ton moqueur cette voix infâme, dégoulinante de haine, de mépris et de rage. Que pourrais-tu bien vouloir faire maintenant ? Mis à part chercher  ta femelle comme si ta vie en dépendait, à la manière d’un chien en rut enfermée dans une cave depuis des joursTu es bien conscient qu’il est fort probable qu’elle ne te reconnaisse pas, ou qu’elle t’ait oublié ? En tout cas, à sa place, c’est ce que j’aurais fait…

 

- Ferme-là, renard dégénéré ! répondit l’homme d’un ton énergique, évitant de prêter attention aux déblatérations sans intérêts de son compagnon invisible. Tes salades ne m’empêcheront pas de la retrouver ! Tu m’as déjà fait perdre suffisamment de temps comme ça.

 

- Mes salades ? s’offusqua la voix. Mais j’œuvre pour ton bien, gamin ! Je suis la bonté et la générosité incarnée. De plus, qu’est-ce que le temps ? Je suis un être intemporel et merveilleux. Les jours, les mois et les années ne signifient rien pour moi. C’est toi la pauvre petite chose faible et souffrant d’une stabilité corporelle dégénérescente au fur et à mesure que le temps passe… Cela dit, il est vrai que cela ne me déplairait pas non-plus si tu venais à être brisé psychologiquement après qu’elle t’ait repoussé, ku ku ku… 

 

Le mystérieux voyageur grinça des dents en entendant ces paroles décidément pleines de bonnes intentions. Il inspira à fond et se focalisa sur son but : la retrouver. Il était certain que la voix se trompait. Jamais elle n’aurait pu l’oublier. Elle n’était pas comme ça et de toute façon, il refuser de seulement penser à cette douloureuse éventualité. Il reprit ses esprits et s’avança vers la porte d’un pas décidé, bien décider à accomplir son objectif, coute que coute.

 

 

***

 

 

- Qui êtes-vous et que venez-vous faire à Konoha ? demanda Izumo de manière fort éloquente en étouffant un bâillement d’ennui profond tandis que l’étranger passait à proximité.

 

L’homme, continuant son chemin sans même s’arrêter ne serait-ce qu’un seul instant, ne semblait pas l’avoir entendu ou même remarqué et continuait son chemin comme si de rien n’était. Légèrement agacé par ce comportement, et accessoirement blessé par ce manque de considération à l’égard de la fonction de garde des portes, poste ô combien important et prestigieux, Kotetsu sortit de sa cahute de garde et agrippa d’une main ferme l’épaule de l’inconnu, le forçant à s’arrêter et à se tourner vers lui tout en lui demandant d’un ton autoritaire de décliner son identité et le but de sa visite au village de la feuille. Tentant de distinguer le visage de cet interlocuteur visiblement peu disposé à répondre à ses questions, il aperçut soudain, entre deux mèches de cheveux blond et cramoisi, un œil d’un rouge écarlate semblant capable de vous dévorer l’âme en un instant, fendu d’une pupille de chat. Il était totalement absorbé par la contemplation de cet œil effrayant et ressentit soudain une violente douleur au niveau du poignet. Il regarda donc sa main afin de comprendre le problème et ne comprit pas immédiatement ce qu’il s’était passé. Il savait que quelque chose n’allait pas avec sa main, mais ne mis pas immédiatement le doigt dessus, tant la situation paraissait incongrue. Puis, après une demi-seconde de rêve éveillé, il comprit enfin : il n’avait plus de main. Il hurla alors de douleur et d’incompréhension, tombant à la renverse tout en enserrant son poignet avec son unique main disponible dans une tentative désespérée pour empêcher le sang de couler à flot par l’ouverture béante a présent située au bout de son bras. Au milieu de la douleur et de la panique, il sentit une main se poser sur son épaule et releva la tête pour constater que le voyageur s’était accroupi devant lui et le regardait droit dans les yeux avec un œil d’un bleu électrique hypnotique. Kotetsu ressentit encore cette impression étrange de marcher dans un rêve et la douleur s’évanouit d’un coup. L’œil de l’homme masqué devint bleu océan et cette sensation de rêve éveillé s’évanouit lentement. Kotetsu se rappela bien vite sa blessure et regarda avec étonnement sa main qui était revenue à sa place comme par magie. L’homme en noir murmura un rapide mot d’excuse avant de se relever brusquement et de disparaître rapidement. Cet incident, qui avait semblé durer une éternité pour notre pauvre ninja avait seulement duré une poignée de secondes.

Izumo accourut aux côtés de son ami et coéquipier, qu’il avait vu tomber en arrière tout en hurlant de douleur et en se tortillant dans tous les sens. Il trouva que quelque chose clochait... Il y avait une flaque de sang assez importante a cote de Kotetsu mais il n’y avait aucune blessure visible et ce dernier semblait de plus aller parfaitement bien. Il était plongé dans une intense réflexion quand son collègue lui demanda ou était passé l’étranger. Izumo releva soudain la tête et jeta des regards de tous les cotes, sans parvenir à l’apercevoir Kotetsu, ayant parfaitement repris ses esprits, se mit à courir en direction du village en criant qu’il allait prévenir la Hokage de la présence de ce dangereux personnage.

 

 

 

***

 

L’homme en noir s’arrêta de courir après avoir mis une certaine distance entre lui et la porte du village, estimant avoir semé ses éventuels poursuivants, et entama une conversation visiblement nécessaire avec son antipathique compagnon de voyage.

 

- Mais qu’est-ce qui t’as pris, bon sang ?! Tu avais promis de rester calme et de ne t’en prendre à personne ! 

 

- Rhoo, ça va, hein ? répliqua la voix désagréable d’un ton ou l’on pouvait sentir une pointe de satisfaction. On a bien le droit de s’amuser un peu, Non ? Vous les humains, c’est ça votre problème. Vous ne savez pas vous amuser. Et en plus vous vous mettez à brailler comme des veaux qu’on égorge dès que vous perdez un bout de votre misérable enveloppe corporelle… Y’a pas eu de mort !

 

- Encore heureux qu’il n’y en ait pas eu ! Si je ne t’avais pas retenu au dernier moment, il y en aurait déjà eu un ! Tu avais promis de ne faire du mal à personne !

 

- Nuance tes propos, gamin : j’avais promis de ne pas faire de mal à tes amis. Tes Amis, avec un A majuscule. Je n’ai nullement promis de laisser indemne tous les péquenauds du village. Or, je ne me souviens pas que tu aies eu de particulièrement bonnes relations avec cet abruti

 

- Au cas où tu ne le saurais pas, tous les habitants de Konoha sont mes amis ! Si tu continues à agresser tous ceux que l’on croise, je vais t’enlever le peu de liberté que je t’ai déjà offert !

 

- Pff ! Rabat-joie… Tout de suite les menaces…  Ne t’énerve donc pas comme ça. Ça ne se reproduira plus, c’est juré.

 

- J’espère bien !

 

Sur ces mots, le voyageur chassa la voix de son esprit. Il n’y avait pas eu de mort, c’était déjà ça de positif. Et puis il savait très bien que la voix tenait ses promesses à la lettre, c’était dans sa nature même, bien qu’elle jouât parfois sur les mots. Très vite, ses pensées se focalisèrent à nouveau sur son objectif : il devait à tout prix la retrouver, il en allait de sa santé mentale. Sinon il ne deviendrait probablement rien de plus que le monstre psychopathe qui habitait déjà son esprit tourmenté

Il parcouru donc le village de la feuille de long en large, le plus discrètement possible, tentant désespérément de localiser sa cible. Il la trouva finalement au beau milieu d’une foule agglutinée devant la sortie de l’académie ninja, vêtue d’un magnifique kimono d’un blanc immaculé agrémenté de quelques motifs floraux pourpres. Ses longs cheveux bleu nuit tombaient toujours jusqu’en bas de son dos, contrastant avec la pâleur de son visage et la couleur nacrée de ses yeux. Hinata Hyuga était encore plus belle que dans ses souvenirs. Se rappelant qu’elle réservait le kimono qu’elle portait aux grandes occasions, il commença à se poser des questions. Que pouvait-elle bien faire à cet endroit-là ? Elle avait eu son diplôme de l’académie il y a des lustres et il ne se souvenait pas l’avoir entendu parler d’une quelconque ambition de devenir membre du corps professoral. Il secoua la tête, tachant d’effacer toutes ces questions sans intérêts de son esprit. Une seule chose comptait à ses yeux : leurs retrouvailles. Il allait donc s’élancer vers elle depuis le toit d’un bâtiment voisin sur lequel il s’était réfugié lorsqu’il remarqua un enfant en train de courir vers elle. Il l’aurait sans doute ignoré si le jeune garçon n’avait pas crié «  Maman ! » en direction de la belle aux yeux de nacre, la faisant se tourner vers lui en affichant un sourire radieux qui plongea le voyageur dans une détresse profonde. La voix ne put alors s’empêcher de commenter ce retournement de situation.

 

- Ho  oh… Voilà qui devrait se révéler très intéressant… Ku ku ku…

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales