Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nature et biodiversité du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 16/02/2020
  • Femmes fortes
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/09/2019
  • Le fleuve
    Revue CONGO ECRIT
    Nb de signes : 250 - 2 000 sec
    Genre : poésie - conte
    Délai de soumission : 21/09/2019
  • La ville de Somnore
    Otherlands
    Nb de signes : < 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 10/01/2020
  • Le grand jeu
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : réaliste - théâtre - poésie - libre - pastiche - imaginaire - art visuel - contemporain
    Délai de soumission : 14/10/2019
  • Nutty Seas : débauche marine
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : romance - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 23/11/2019
  • Revue Encre[s] N°4
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 12/09/2019
  • Insurrections
    ImaJn'ère
    Nb de signes : 22 500 - 27 500 sec
    Genre : policier - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Fantasy humoristique
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : humour - fantasy
    Délai de soumission : 20/12/2019
  • Livres Oubliés
    Aeternam AS Éditions
    Nb de signes : 200 000 - 800 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique
    Délai de soumission : 31/12/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Le Pacte du démon
[Histoire En hiatus]
Auteurs :
[Groupe: Anathème]
Honoo & Tenrô
Vue: 55930
[Publiée le: 2009-01-07]    [Mise à Jour: 2013-03-08]
13+  Signaler Action-Aventure Commentaires : 59
Description:
Lors d'une mission de routine, Naruto disparaît, pour ne réapparaître que treize longues années plus tard, métamorphosé. À son retour, il se découvre de la famille, mais est rapidement rejeté par son village natal et repart avec Hinata pour fonder "Kage no Uzu", une organisation voulant détruire Konoha. Dans les même temps, Hidan est déterré après seize ans d'emprisonnement par sa secte et le désir de se venger de Konoha et des Nara n'est que plus fort. La guerre n'est plus loin. Une guerre qui vas dévaster les pays ninja et ressusciter un antique héros. Cependant, de sombres vaisseaux arrivent d'un pays lointain. Des navires qui portent à leurs bords désolation, châtiment et mort...
Crédits:
La plupart des lieux et des personnages appartiennent à Masashi Kishimoto. Il y en a qui m'appartiennent mais je crois que vous les reconnaîtrez aisément.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

A song of Ice and Iron

[3730 mots]
Publié le: 2013-03-08Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 36 : A song of Ice and Iron

Et voilà le nouveau chapitre ! Je vous avais bien dit que l’attente serait moins longue que la dernière fois, non ?

 

 

-         Il perd trop de sang ! On va le perdre ! fit une voix paniquée.

-         Continue. Nous pouvoir le sauver si rester calme.

Naruto n’entendait que vaguement ces voix. La douleur était insoutenable. Une souffrance comme aucun être humain n’aurait pu supporter sans tomber dans l’inconscience. Les onze entailles d’Akuma Tokkô, le sabre de l’homme violet, lui donnaient l’impression d’être consumé de l’intérieur. Sa main gauche brisée ne représentait qu’une infime partie de la souffrance qui résultait de son combat contre Varaek.

-         Presque. Encore un peu…

Soudain, l’incroyable souffrance s’effaça, ne laissant que la douleur provenant de sa main.

« Tiens bon gamin, j’arrive »

Le chakra du démon renard s’écoula en lui, faisant disparaître le reste de la douleur. Il sentit les os de sa main se replacer correctement et se ressouder. Et il ouvrit les yeux. Penchés au-dessus de lui se trouvaient Aëlthas et Hinata, l’air étonné pour l’un et inquiet pour l’autre.

-         Naruto ? demanda Hinata, la voix tremblante. Tu vas bien ?

-         On va dire ça, grogna le Jinchuriki, ressentant soudain de nombreuses courbatures.

Elle lui sauta au cou, les larmes aux yeux. Il n’était visiblement pas passé loin de l’autre monde. Il se redressa comme il put, entravé par Hinata, qui n’était pas décidée à le laisser échapper à son étreinte. Les autres étaient en train de se reposer. Okami avait le bras en écharpe et semblait soulagé de voir son père en bonne santé. Ryôko était pâle mais allait bien. Gobi était toujours de sortie, au grand étonnement de Naruto. Le cas de Haraï devait être plus complexe qu’il ne l’avait pensé. Les autres n’étaient que légèrement blessés. Autour d’eux, la clairière était devenue un véritable charnier. Les corps des anciens membres de la secte de Jashin étaient éparpillés autour des ruines du mausolée. Le spectacle était macabre au possible.

-         Je content que technique de purification ait fonctionné. Vous être gravement blessé. Pas d’effort.

-         Kyubi m’aura totalement soigné en un rien de temps. Mais comment vous avez fait ?

-         Les entailles de l’arme de cet homme empêchaient le chakra de Kyubi-san de te soigner. Aëlthas et ta compagne ont déterminé que soigner ces entailles au plus vite permettrait à Kyubi-san de te sauver la vie.

-         Je suis désolée de ce qu’on a dû t’infliger, mais ça devrait partir très vite, dit Hinata.

-         Hein ?

Il regarda son torse. Aëlthas et Hinata avait dû lui ôter son armure pour examiner les blessures et il fut surpris de ce qu’il y trouva. Alors qu’il s’attendait à voir des cicatrices, qui auraient disparu rapidement grâce à l’action régénératrice de Kyubi, il y vit de grandes traces de cautérisation et de blessures à peine refermées. La chakra du renard commençait à faire effet, mais semblait anormalement lent.

-         Nous devions stopper hémorragie. Magie démon soigner reste.

-         C’était une urgence, et aucun d’entre nous n’est un médic-nin, expliqua Hinata, l’air coupable.

-         Ce n’est rien.

Elle l’aida à se relever. Il ordonna qu’on s’occupe des corps et alla s’adosser à l’ombre d’un arbre, épuisé. Il était vraiment faible dans son état actuel. Mais, s’il ne pouvait pas aider physiquement pour l’instant, il pouvait au moins réfléchir sur la marche à suivre pour plus tard.

Le combat du jour n’avait pas été avare en informations. Tout d’abord, les disciples de Jashin étaient faibles. Seuls les immortels étaient vraiment dangereux. Il se demanda si c’était le cas pour tous, mais vu que sans l’intervention de Varaek aujourd’hui, ils n’auraient pas eu de gros problèmes, il pensa qu’ils devraient pouvoir se débrouiller.

Il repensa à la fin de son combat contre l’homme violet, et se rappela avoir récupéré un collier, que Naomi lui avait discrètement confié, alors qu’il souffrait le martyr. Il demanda à Hinata ce qui lui était arrivé et elle lui répondit qu’Aëlthas l’avait gardé pour lui. Quelques minutes plus tard, le nécromancien lui avait apporté cet étrange collier. Pourquoi Naomi avait-elle pris le risque de lui confier cet objet ? D’ailleurs, pourquoi étaient-ils venus à l’origine. Il lui semblait que Varaek avait parlé d’artefacts qu’il était venu chercher. Mais il les avait pris, alors pourquoi lui donner ce pendentif ? Il l’examina de plus près. Il était composé de six morceaux, reliés entre eux par un fil fait dans une matière qu’il ne connaissait pas. Il demanda à Kyubi :

            « Ça m’as l’air vieux. Tu sais ce que c’est ? »

            « Je ne suis pas sûr… Sa vue m’évoque quelque chose, mais quoi ? »

            « Si quelque chose te reviens à l’esprit, fais-le-moi savoir. »

Il contempla le collier encore quelques instants avant de le ranger dans sa poche. Il sortit une carte et la plaça devant lui, avant de placer différents repères dessus. Ils étaient loin des dernières positions connues des autres groupes des fanatiques de Jashin. Ce serait parfait, puisqu’ils pourraient se reposer en chemin. Mais ces informations commençaient à dater. Ils devaient se dépêcher et se diriger vers un village, pour renouveler leurs provisions et obtenir de nouvelles infos.

Il entendit des pas se rapprocher de lui et s’arrêter à côté de lui. Il leva les yeux, pour trouver les yeux rouges de Tenrô en train de le fixer intensément.

-         Qu’est-ce que tu veux ? demanda le blond.

-         Tu m’as frappé.

-         Et ?

-         Les gens qui m’ont blessé ont tous perdu un morceau.

-         Qu’est-ce que tu veux dire ? fit Naruto en le regardant avec méfiance ;

-         Non seulement tu m’as attaqué, mais tu m’as obligé à entrer dans cette foutue pyramide ! cria Tenrô, énervé.

Plusieurs personnes se retournèrent vers eux, interpellé par le cri du jeune homme. Naruto se releva, pour faire face au Jinchuriki étranger.

-         J’avais besoin de ton aide et je n’avais pas vraiment le choix.

-         J’aurais pu y laisser ma peau ! Le mausolée s’est presque écroulé sur nous !

-         Nous aurions tous pu y laisser notre peau. Mais nous avons tous survécu.

-         Un coup de chance ! Qu’est-ce qui me dit que je ne vais pas y rester la prochaine fois ?

-         Tenrô, calme-toi, fit Tsukyo.

-         Non ! Je n’ai pas envie de risquer ma vie pour ton sale gosse !

-         Hey !

Tenrô allait continuer lorsqu’il sentit quelque chose de froid contre son cou. En se retournant lentement, il s’aperçu qu’il s’agissait du sabre de Naruto, qui le regardait les yeux froids. Son bras tremblait légèrement, il était trop faible pour rester parfaitement immobile, mais il n’en était pas moins menaçant.

-         Je t’interdis de parler d’Okami comme ça.

-         Je n’ai pas d’ordre à recevoir de toi !

Il repoussa le sabre et s’apprêtait à lui coller son poing en travers de la figure, mais il en fut empêché : en un instant, Hinata, Tsukyo et Gobi s’étaient déplacés et le protégeaient.

-         Calme-toi Tenrô ! cria Tsukyo, étrangement inquiète.

-          

L’air se refroidit considérablement autour de Tenrô, à tel point que même Gobi frissonna. Puis, quelque chose sembla se déplacer sous la peau du Jinchuriki. Tsukyo hurla :

-         Reculez !

Ils eurent à peine le temps de bondir en arrière qu’un ignoble son de déchirure se fit entendre, alors que des pics de glace jaillirent du corps du Tenrô, transperçant sa peau. Les pics s’élargirent jusqu’à recouvrir entièrement le corps du jeune homme, qui poussa un hurlement de douleur. Au fur et à mesure que la glace se transformait, le hurlement s’intensifiait et changea de timbre, devenant un grondement de bête enragée.

-         Qu’est ce qui se passe ? cria Naruto.

-         Il libère son démon ! répondit Tsukyo.

-         Ça ne se passe pas comme ça normalement !

-         Ce n’est pas un démon normal non plus !

Elle n’eût pas le temps de continuer alors qu’une explosion les repoussa. Le hurlement cessa enfin et un silence tendu envahit la clairière. La poussière empêchait de voir là où se trouvait Tenrô. Elle se dissipa peu à peu, laissant entrevoir deux lueurs bleues pâles perçantes. Une forme humanoïde se révéla peu à peu, dépassant facilement les deux mètres. Un rugissement violent retentit, provoquant un souffle assez puissant pour faire reculer les ninjas et dissiper du même coup la fumée, révélant l’apparence actuelle du Jinchuriki étranger.

Là où se tenait auparavant un homme se trouvait une créature de glace bleue profonde, d’une forme se situant au croisement entre un homme et un loup. Sa tête ressemblait parfaitement à celle d’un de ces canidés aux crocs acérés, ses mains avaient d’immenses griffes à la place des doigts, et une parodie de fourrure taillée dans la glace lui couvrait le torse. Une queue unique se balançait derrière son dos.

-         Qu’est-ce que…

-         C’est Fenrir, le démon qui habite Tenrô, fit Tsukyo, la voix tremblante.

-         Une seule queue ? Il doit pas être bien dangereux.  

Bee regretta ses paroles puisque le lycanthrope de glace le chargea à une vitesse phénoménale et lui asséna un coup de poing au torse qui fit grincer les côtes de l’Hachibi avant de le projeter plus loin. Il se retourna ensuite vers Aëlthas, qui sursauta, terrifié. Le loup garou le chargea à son tour, mais deux lances vinrent stopper ses griffes avant qu’il ne touche le nécromancien. Une massue géante en métal le percuta sur le côté et le propulsa une dizaine de mètres plus loin. Tsukyo, soudainement recouverte d’une aura couleur d’acier prenant vaguement la forme d’un tigre à trois queues s’avança vers lui, et ses armes de métal s’envolèrent derrière elle.

-         Je vais l’occuper. Trouvez un moyen de l’arrêter.

-         Je suis peut être un adversaire plus recommandé, non ?

-         Fenrir n’est un démon comme les autres. Son plus grand plaisir est de supprimer les autres membres de son espèce.

-         Oh…

-         Et j’ai été élevée pour l’affronter. Aëlthas, tu peux tracer un sceau de grande envergure ?

-         Euh… Possible. Mais besoin temps.

-         Je vais te le donner.

Elle s’élança vers Fenrir, qui se relevait lentement, pour observer la jeune femme de son regard perçant. Elle se saisit d’une des lances et la massue en devint deux autres. Elle mit en garde, les trois lances volantes se plaçant à ses côtés, pointant toutes le lycanthrope. Le démon se lança sur elle avec rage, et elle ne bougea pas. Deux lances se plantèrent devant lui, l’immobilisant temporairement tandis qu’une troisième fila droit vers son torse, pour déraper contre l’armure de glace. Elle grimaça.

-         Ça va être plus difficile que prévu.

Le loup hurla et d’immenses murs de glace s’élevèrent autour d’eux, avant de se briser en d’innombrables échardes glacées qui jaillirent toutes vers Tsukyo. Elle saisit un de ses bijoux qui se transforma en bouclier de métal, derrière lequel elle s’abrita de la tempête tranchante. Lorsque le son des impacts se dissipa, elle se releva et observa son adversaire. Il était désormais entouré d’une tempête hurlante d’échardes de glace.

Elle déglutit. Elle était mal. Un nouveau hurlement et Tenrô fonça vers elle, toujours entouré par sa tempête. Elle fit fusionner ses différentes armes pour créer un dôme d’acier autour d’elle, se protégeant de la tempête mortelle. Un instant plus tard, elle entendit les furieux impacts des échardes de glace contre sa protection, qui tenait bon. Elle souffla, lorsqu’une griffe de glace déchira son mur de protection comme s’il s’agissait de papier. Elle vit le regard bleu et mauvais du lycanthrope qui l’observait à l’extérieur. Instantanément, elle transforma l’un de ses bracelets en une dague qu’elle planta dans la déchirure, frappant Tenrô à l’œil. Le monstre recula en criant de rage et la brèche dans le bouclier se referma d’elle-même.

La température commença à chuter drastiquement dans le bouclier, et Tsukyo tremblait de froid. Elle ne pouvait pas rester comme ça indéfiniment. Elle entendit une déflagration et la chaleur sembla remonter sensiblement. Un hurlement à l’extérieur l’informa que Fenrir s’était reculé.

-         Tu peux sortir ! cria Hagata.

Tsukyo retransforma son bouclier en une boule de métal qu’elle maintint en lévitation au-dessus d’elle. À côté d’elle se tenaient Hagata et Gobi. La neige autour d’elle avait fondue et le sol était noirci.

-         Tu ne pensais pas qu’on allait te laisser avoir tout le fun ? demanda le réceptacle de Nibi.

-         Pas besoin d’être seule pour lutter contre lui.

Elle sourit et tendit la main vers son orbe d’acier. Tous ses différents bijoux de métal s’envolèrent et allèrent grossir l’orbe. Puis, la boule de métal sembla fondre tout en restant froide, s’écoulant sur Tsukyo, recouvrant la Jinchuriki de métal. Le métal pris rapidement forme et forma une armure sur le corps de Tsukyo. Plusieurs épées et dagues étaient accrochées à sa taille, des chaines pendaient de ses poignets et deux grandes lances ainsi qu’un bouclier étaient accrochés dans son dos. Les trois queues de son manteau démoniaque s’agitèrent, visiblement excitées.

Les trois compagnons se mirent en position de combat lorsqu’un rire éthéré résonna dans l’air. Un brouillard à couper au couteau s’abattit sur la clairière et le rire s’intensifia, jusqu’à en devenir hystérique, pour s’arrêter soudainement. Puis, une voix grave résonna autour d’eux :

-         Vous pensez vraiment pouvoir m’arrêter à vous trois ?

-         Je pourrais t’arrêter seule, fit Tsukyo. Les autres ne sont là que pour faire l’appoint.

-         On va voir ça.

Le sol trembla et se déchira sous leur pied, alors que d’épais murs de glace s’élevèrent entre eux. Lorsque le tremblement se calma enfin, les murs de glace s’élevaient à plus cinq mètres de hauteur. Tsukyo cria :

-         Vous m’entendez ?

-         Ouais. Il nous a séparés, non ?

-         On dirait bien. Mais il ne va pas nous retenir longtemps.

-         Ouais, défonce ces murs, gentil toutou géant !

-         Quoi ?!

Gobi commença à préparer son attaque pour faire voler en éclat ces murs de glace, ne serait-ce que pour remettre à sa place la Jinchuriki de Nibi lorsque Hagata hurla.

-         Qu’est-ce qui se passe ?

-         Et voici la première règle de notre jeu : on ne détruit pas le labyrinthe, ou elle y passe.

-         Grr

-         Ne la touche même pas !

-         Deuxième règle : vous avez dix minutes pour vous échapper, ou elle y passe. Et on ne saute pas, ou elle y passe. Et enfin, troisième règle : si l’un d’entre vous y passe, elle y passe aussi ! Qu’est-ce qu’on va s’amuser ! Des questions ? Non ? Alors c’est parti !

Tsukyo sprinta. Elle devait absolument retrouver Fenrir et s’échapper au plus vite. Elle espérait qu’Aëlthas aurait bientôt terminé son sceau. Ou bien elle devrait avoir recourt à des méthodes bien plus drastiques. Elle arriva à un cul de sac et revint sur ses pas, pour se rendre compte qu’elle ne savait plus d’où elle venait. Le brouillard épais et le labyrinthe lui avait fait perdre ses repères.

Choisissant un chemin au hasard, elle arriva dans une grande salle pleine de grands miroirs de glace. Et dans chacun de ces miroirs elle voyait le reflet de Fenrir, sa tête de loup semblant sourire d’un air mauvais.

-         Et que le premier jeu commence : Tu as le droit à trois attaques pour me trouver. Si tu échoues… Tu verras bien !

-         Espèce de…

Tsukyo se saisit de sa lance et s’avança dans la galerie des glaces. Tous les reflets l’observaient alors qu’elle progressait lentement. Puis, ils bougèrent tous, comme s’ils l’attaquaient. Elle paniqua et en frappa un, qui semblait plus proche d’elle que les autres. Le miroir se fractura et s’écroula.

-         Un…

Elle avança de nouveau. Pendant quelques minutes, elle se perdit parmi les reflets, puis, elle remarqua du coin de l’œil que l’un d’entre eux se déplaçait d’une manière différente des autres. Elle se retourna et frappa, détruisant le miroir.

-         Deux…

-         La ferme !

Elle reprit sa progression, encore plus sur ses gardes qu’auparavant. Elle bondissait au moindre mouvement, mais ne frappait pas, de peur des représailles en cas de troisième coup manqué. Puis, elle prit un virage tout en observant avec attention un reflet qui bougeait de manière bizarre, pour finalement se retrouver juste en face d’un Fenrir qui frappa. Rendue rapide par la tension, elle se saisit d’une de ses épée et l’enfonça jusqu’à la garde au milieu du torse de la créature. La glace se fissura, et révéla quelque chose qu’elle n’aurait jamais voulu voir.

Car derrière le miroir, transpercée au niveau du cœur, une affreuse quantité de liquide rouge s’échappant de sa blessure et de sa bouche, se trouvait Hagata.

-         Et trois.

-         Ahh !

 

 

***

 

 

Hidan était énervé. Le plan de Fukashi disait qu’ils devaient tous se retrouver dans cette clairière ce jour-là. Il avait déjà vérifié avec Okuribi, ils ne s’étaient pas trompés de jour. Et pour l’instant, seuls Jigoku et Kankin avaient répondu à l’appel. Que pouvaient-ils bien faire ? Il regarda Kankin qui semblait écrire quelque chose sur l’un de ses parchemins. Il s’arrêta, visiblement pour contempler son œuvre, puis sourit et leva les yeux vers Hidan.

-         Regardez, Hidan-sama ! C’est beau, non ?

Et il leva son parchemin, révélant un dessin digne des plus beaux chefs-d’œuvre d’un élève de maternelle, représentant Fukashi, Rendan et Sousou en train de se balader sur une colline en souriant. Le dessin laissa Hidan sans voix. Jigoku, lui, semblait se retenir de pleurer : on pouvait lire le désespoir total qui flottait dans ses yeux alors qu’il se remémorait le calvaire quotidien que représentait la compagnie de Kankin depuis des mois qu’ils étaient dans le même groupe. Ses nerfs semblaient sur le point de lâcher. Okuribi eu une réaction plus inattendue :

-         C’est très beau. Bravo.

Hidan le regarda, les yeux pleins d’incompréhension et la mâchoire pendante. Jigoku le regardait comme s’il avait perdu l’esprit. Kankin, lui, sourit et recommença à dessiner en silence.

-         Mais, quand il me sort un de ses dessins et que je lui d’aller voir en enfer si j’y suis, il discute et pleurniche pendant des heures ! fit Jigoku en s’approchant d’Hidan et d’Okuribi. Pourquoi il ne le fait pas avec toi ?

-         On ne survit pas longtemps aux côté de Kankin sans avoir un certain sens du tact.

Et comme si ça expliquait tout, Okuribi se mura dans un silence total. Jigoku lança un regard à Hidan et soupira. Puis l’attente reprit. Et Hidan craqua :

-         Ah ! Mais qu’est-ce qu’ils foutent ! Ils devraient être là depuis des heures !

-         Ils ne viendront pas, dit Kankin.

-         Hein ?

-         Ils ne peuvent pas venir.

-         Et comment sais-tu ça ? demanda doucement Okuribi.

-         Facile, répondit-il en tirant la langue. J’ai lu les chapitres d’avant. Pas vous ?

-         Hein ?

Mais il était inutile d’espérer recevoir une autre réponse, Kankin était trop absorbé dans son dessin et rajoutait des halos au-dessus des têtes des trois absents. Okuribi eut l’air préoccupé, ce qui inquiéta Hidan puisqu’il gardait son masque neutre en permanence. Qu’il ait l’air préoccupé signifiant une seule chose : la situation était… préoccupante.

-         Je ne pense pas qu’ils viendront, Hidan-sama, dit-il.

-         Tu ne vas quand même pas te baser sur les prédictions de cet… abruti ?

-         Si. Ça et le fait que je n’ai jamais vu Fukashi en retard à un rendez-vous. Surtout quand il l’a fixé lui-même. Et s’il avait été bloqué, il aurait au moins envoyé un message.

-         Génial ! Et maintenant, le cerveau du groupe a disparu ! s’écria Jigoku.

-         Je peux être le nouveau cerveau du groupe ? demanda Kankin en levant la main.

Tandis que Jigoku se calmait à coups de pied dans le jeune immortel aux yeux violets, Hidan se mit à réfléchir. Effectivement, Fukashi détestait être en retard et était du genre à chronométrer le moindre de ses déplacements à la seconde près. Sousou et Rendan n’étaient pas du genre à désobéir à Fukashi.

-         Nous devrions peut-être aller les chercher ? proposa Okuribi.

-         Ça pourrait être un piège grossier, rétorqua Jigoku, enfin calme. Les villages nous craignent, vu qu’on en a annihilés deux. Ils pourraient s’être attaqués aux autres et nous attendre.

-         Certes, mais les grands villages sont en guerre contre une autre faction il me semble.

-         Pas dans le coin ! cria Kankin. Konoha et Suna ont signé un traité avec les envahisseurs ! On est tranquilles pour l’instant.

-         Comment…

-         Vous devriez vraiment lire l’histoire, elle est bien !

-         … Je ne veux pas savoir.

Alors que Jigoku et Okuribi continuaient de discuter, le cerveau d’Hidan faisait de son mieux pour établir la marche à suivre. Que devaient-ils faire ? Puis, les remarques d’Okuribi lui revinrent en tête.

-         Ils étaient en guerre contre une autre faction ? Ils gagnaient ?

-         Pas vraiment.

-         Et Konoha a perdu son Hokage il n’y a pas longtemps ! Un gros renard les a attaqué et… Humpf !

Jigoku, qui en avait plus que mare de ses délires de pseudo voyant venait de le faire taire en lui envoyant son poing dans la figure. Mais Hidan avait entendu ce qu’il lui fallait : le village de la feuille était affaibli : là où se trouvait le Nara qui l’avait enfermé ! L’occasion était trop belle.

-         Rassemblez vos troupes, dit-il. On marche sur Konoha.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales