Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019
  • Les meutes
    animal DEBOUT
    Nb de signes : 6 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Demain
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 7 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/10/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : écrire le côté obscur au Comics Corner (10 PLACES) [ Le 01/12/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 1er décembre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (COMPLET)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

La renaissance du papillon Auteur: Yuzuka Vue: 5043
[Publiée le: 2011-02-11]    [Mise à Jour: 2013-03-01]
13+  Signaler Romance/Tragédie/Amitié Commentaires : 13
Description:
Ma mère était tout pour moi. J'avais eu une enfance heureuse à ses cotés et maintenant c'était à moi de la rendre heureuse. Elle voulait que je réussisse alors pour une bonne élève comme moi avec un diplôme en poche, l'avenir s'annonçait heureux, je m'attendais à un futur merveilleux... J'étais pleine de détermination. Je voulais y arriver, dans tout ce que j'entreprenais. Je pensais avoir un Dieu de la chance qui veillait sur moi sous les lumières de la ville de Tokyo. Enfin c'est ce que je croyais à l'époque, mais je me suis bien trompée...

Les personnages sont ceux de Naruto avec Sakura Haruno en principal.
Les couples seront certainement classiques à la fin...

Cette fiction est la plus réaliste possible, ici la vie n'est pas toute rose, mais dure, telle qu'elle est vraiment.
Ne vous fiez pas aux premiers chapitres.

~ Chapitre 9 en ligne ! ~

○•● Bonne lecture...
Crédits:
Les personnages appartiennent à Masashi Kishimoto.
Je me suis inspirée du Manhua Butterfly in the air de Li Ming.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Le sens des valeurs

[4022 mots]
Publié le: 2011-06-03
Mis à Jour: 2012-05-12
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

_

_

Sept heures cinquante. Déjà un bon point : je n'étais pas en retard. Je pensais même qu'avec un peu de chance pour une fois, ma troisième journée se passerait mieux...

 

En arrivant dans le hall de l'hôtel, je partis en direction de l'ascenseur et attendis que celui-ci arrive à mon niveau. Après quelques longues minutes, il s'ouvrit sur un directeur qui paraissait toujours aussi froid. Ce visage inexpressif ne le quittait donc jamais ? Il parut hésiter un moment, mais sembla se raviser en me voyant et resta dans l'ascenseur. Je rentrai donc à contre cœur dans cette petite pièce. Un sourire en coin se dessina sur son visage : il n'avait certainement pas oublié l'incident de la veille.

 

Il me prit de court en appuyant sur le bouton du dernier étage, pourquoi choisissait-il le toit ? Lorsque les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, il sortit et je le suivis donc d'instinct. Il s'approcha de l'extrémité du toit et, trainant les pieds derrière, j'en profitai pour le détailler. Il portait un costume noir impeccable qui lui allait plutôt bien je devais le reconnaître, comme créé pour lui. « Sûrement sur mesure » pensai-je. Quant à moi, j'étais bien contente de porter une tenue de travail, car mes vêtements du quotidien n'étaient pas des plus neufs...

 

Je me rapprochai de lui pour mieux comprendre ce qu'il faisait. Ses yeux sombres fixaient un point invisible dans l'immensité de la ville. Sa tête bougea instinctivement lorsqu'un rayon de soleil fit son apparition sur le toit. Il contempla alors longuement le soleil qui se levait face à lui. Le spectacle était impressionnant : on avait d'ici une vue imprenable sur le lever du jour de Tokyo qui était déjà animé, comme si la ville ne se reposait jamais. Une impression de grandeur s'empara de moi, tout semblait si petit en bas : les humains, les voitures et les petits bâtiments paraissaient être de vulgaires pièces que j'aurais pu manipuler avec mes simples doigts. Cette sensation de dominer était si forte, mais si étrange à la fois. Je restai bouche bée devant ce panorama.

 

Sasuke fut le premier à briser ce silence plaisant.

 

« Magnifique, n'est-ce pas ? susurra-t-il.

 

- Oui » soufflai-je seulement.

 

Nous restâmes encore un moment ainsi, sans bouger et sans piper mot. Je pensai que j'allais encore arriver en retard, mais qu'importe. Je me sentais si bien à cet instant, je fermai les yeux et laissai une brise d'air soulever les quelques mèches rebelles que je n'avais pas réussies à attacher. Et puis de toute façon, je me trouvais avec le directeur, cela suffirait comme excuse. Mais soudainement, dans un brusque changement d'humeur, Sasuke recula puis partit en direction de l'ascenseur.

 

« La prochaine fois que Tenten vous pose une question, dites la vérité, me conseilla-t-il. J'ai regardé les vidéos du garage, on pourrait croire que c'était votre première fois au volant d'une voiture. »

 

Je baissai la tête, honteuse de ma piteuse performance, il fallait bien l'avouer. Il arrêta de marcher, puis sans même daigner tourner la tête pour me regarder, il continua :

 

« Le principal est qu'il n'y ait eu aucun accident, estima-t-il. Je retirerai tout de même de votre salaire les réparations de la voiture de l'hôtel que vous avez amoché. »

 

Voyant que je ne bougeais pas, il se sentit obligé de préciser que je devrais me dépêcher pour ne pas être plus en retard que ce que je ne l'étais déjà.

 

Je fis la moue, non mais pour qui se prenait-il ? C'était lui qui m'avait "convoqué" sur le toit ! Je décidai malgré tout de ne rien répliquer.

 -

 -

ıllıllııllıllııllıllııllıllııllıllııllıllı

 -

 -

« Tout s'est bien passé à l'aéroport hier ? me questionna Tenten.

 

- Oui, répondis-je.

 

- Pardon ?!

 

- Vous m'avez bien envoyé chercher... La mère du directeur ?

 

- Euh, oui, c'est bien ça... Je n'ai pas pensé à te le préciser » s'embrouilla-t-elle avant de partir.

 

Je me mis au travail, et au milieu de la matinée, le téléphone du service sonna.

 

« Bonjour, ici le département des ventes de l'hôtel Binfen, commençai-je.

 

- Bonjour, est-ce que je pourrais parler à Sakura Haruno, s'il vous plaît ?

 

- Euh... C'est moi-même, mais qui êtes-vous ?

 

- Ah ! Super, j'avais peur de tomber sur Tenten... m'expliqua la voix.

 

- Mais qui est-ce ? répétais-je, dubitative.

 

- Ah pardon, j'oublie de me présenter, c'est Naruto, tu te souviens de moi ? »

 

Naruto ? Cela me disait quelque chose... Mais oui bien sûr, c'était le vendeur de journaux de la veille !

 

« Euh, oui oui, que voulez-vous ?

 

- Bah, je me disais que l'on pourrait aller manger ensemble à midi pour que je te donne l'argent de l'amende...

 

- Euh, non, ce n'est pas la peine et on ne se connaît pas...

 

- C'est justement l'occasion, insista-t-il, enthousiaste. Je passe te prendre devant l'hôtel à midi ! »

 

Je n'eus pas le temps de répondre qu'il avait déjà raccroché. Quel étrange personnage...

 -

 -

ıllıllııllıllııllıllııllıllııllıllııllıllı

 -

 -

« Chez Ichiraku » était le nom de l'enceigne où Naruto m'avait emmené manger. L'avantage est qu'il ne se trouvait pas loin de l'hôtel car ma pause n'était pas très longue.

 

Le blond était très bavard : il n'avait pas cessé de parler durant le court trajet – il avait insisté pour y aller avec sa voiture – menant au restaurant. Je m'étais néanmoins sentie très vite à l'aise avec lui : il dégageait une aura réconfortante, je me sentais bien en sa présence sans pouvoir me l'expliquer. Il nous commanda deux bols de ramens chacun, mais lorsque je vis leur taille, je donnai mon deuxième à Naruto qui ne le refusa pas. Comment pouvait-il manger autant ? Je n'en revenais pas. Il n'était pourtant pas gros du tout.

 

« Comment as-tu su que je travaillais à l'hôtel Binfen ? lui demandai-je.

 

- Tout est écrit sur ton badge » me signala-t-il en pointant ses baguettes vers ma poitrine.

 

Il était donc très observateur, mais en baissant la tête et en soulevant mon badge, je pus y lire « Sakura Haruno, département des ventes ». C'est bien ce que je pensais : il n'y avait aucune indication sur le nom de l'hôtel.

 

« Le nom de l'hôtel n'est pas écrit » lui montrai-je.

 

Il me fit un grand sourire alors que ses joues étaient pleines de ramens ce qui les grossissait. Je ne pus réprimer mon rire et gêné, il avala le tout et s'étouffa. Il but ensuite un grand verre d'eau et réussit à finalement à articuler.

 

« Je suis déjà allé dans cet hôtel, j'y connais du monde, m'expliqua-t-il. J'ai donc reconnu le badge.

 

- Comme Tenten ? » demandai-je en me rappelant de ses paroles lors de son coup de téléphone.

 

Son visage aborda un instant un air mécontent.

 

« M'ouais, entre autre, répondit-il désenchanté. C'est surtout le directeur que je connais.

 

- Sasuke Uchiha ?! m'exclamai-je, surprise.

 

- Qui d'autre que lui ? Enfin, c'est mon meilleur ami, je le connais depuis un bail, m'assura-t-il avec un grand sourire, toute mauvaise humeur disparue de son visage. Pourquoi tu fais cette tête ? »

 

Je n'en revenais toujours pas : Naruto ami avec Sasuke ? Non, c'était impossible. Naruto était tout le contraire de Sasuke : gentil, souriant... Il sembla lire dans mes pensées.

 

« Une fois qu'on le connaît, Sasuke peut être vraiment cool tu sais...

 

- Ah bon » répondis-je du tac au tac, pas vraiment convaincue.

 

Naruto me sourit, puis entama son troisième bol de ramens.

 

« Comment vous êtes-vous connus ? demandai-je pour en savoir plus sur leur amitié.

 

- Nos parents sont de bons amis, alors je l'ai connu très tôt, puis nous avons fait nos études ensemble, m'expliqua-t-il d'un air nostalgique. Mais il est beaucoup moins disponible depuis qu'il a repris les affaires de sa famille. Il doit s'occuper de toutes leurs entreprises au Japon alors que son frère et son père sont aux États-Unis.

 

- Je vois... Et toi, tu vends... Des journaux ? tentai-je, gênée.

 

- Ah ah, rigola-t-il devant mon embarras. Non pas exactement. En fait, j'ai créé récemment un journal avec un ami. C'était la première fois qu'ont l'édité. Nous ne sommes que deux en ce moment donc c'est assez dur, mais je ne perds pas espoir, je suis sûr que notre journal va très bientôt rencontrer du succès !

 

- J'espère pour toi » répondis-je sincèrement.

 

Ce Naruto... Il était vraiment enthousiaste, débordant de vie. J'étais bien contente de l'avoir rencontré, même si c'était de manière peu habituelle.

 

« Dis, m'interrompit-il dans mes pensées, tu ne recommences pas à travailler à treize heures et demie par hasard ?

 

- Si, pourquoi ?

 

- Parce que je pense que tu vas être en retard » m'informa-t-il en pointant ses baguettes vers l'horloge accrochée au mur.

 

En effet, il était presque vingt-cinq. Je l'entendis me proposer de me raccompagner, mais j'étais déjà partie en courant et avec la circulation, j'avais plus de chances d'arriver à l'heure si j'étais à pied.

Personne ne remarqua mon petit retard, hormis une jeune femme qui me le fit savoir.

 

« Fais attention à toi, la chef risque de ne pas apprécier ton manque de ponctualité. »

 

Il est vrai que pour un début, j'avais vraiment fait fort. Il n'arrivait pas une seule journée sans que je sois en retard. Moi qui avais toujours étais irréprochable dans le cadre scolaire, je ne pouvais pas dire que la vie active me réussissait aussi bien. C'était sûrement dû à mon changement de vie qui avait été assez radical : j'avais déménagé dans un appartement puis j'étais rentrée dans la vie active en cumulant deux travail, ma mère était tombée malade, j'avais fait de nombreuses rencontres... Que d'ennuis en perspective.

Je dévisageai la personne que se tenait devant moi : ses yeux jaunes et ses cheveux bleus n'étaient pas habituels – bien que cela ne me choquait pas, vu la couleur des miens – mais je ne l'avais pourtant jamais remarqué.

 

« Je m'appelle Konan, m'informa-t-elle, je travaille ici depuis quelques années déjà, on aura surement l'occasion de se reparler. »

 

Je n'eus pas le temps de répondre qu'elle était déjà repartie d'où elle était venue : un bureau non loin du mien.

 -

 -

ıllıllııllıllııllıllııllıllııllıllııllıllı

 -

 -

Je venais de quitter le travail, fatiguée, et n'ayant qu'une seule envie : rentrer chez moi, lorsqu'une personne m'interrompit dans le hall.

 

« Bonjour Sakura. » 

 

J'avais reconnu la voix avant même de m'être retournée. Cette voix si douce, mais si posée à la fois ne pouvait appartenir qu'à une seule personne : Mikoto Uchiha.

 

« Bonjour Madame, vous allez bien ? demandai-je poliment.

 

- Bien, merci. Je voulais savoir : mon fils vous a-t-il remercié d'être venu me chercher ? »

 

Je manquai de peu de m'étouffer : son fils me remercier ? Pas que cela m'aurait déplu, mais ce n'était tout simplement pas le genre à Sasuke de remercier quelqu'un, surtout pour si peu.

 

« Oui, bien sûr » mentis-je avec un sourire que je voulais vrai.

 

Elle baissa les yeux. Avais-je dis quelque chose de mal ? Peut-être avait-elle comprit que j'avais menti ? Il y eut un silence. Je ne savais que dire, j'avais pourtant l'impression qu'elle attendait quelque chose de moi. Mais quoi ?

 

« Ça vous dit d'aller prendre un verre dans un café ? » demandai-je subitement.

 

Elle releva la tête et me fit un sourire sincère.

 

« Oui, avec grand plaisir. »

 

Nous prîmes un taxi qui nous déposa devant le "Sanin Bar" où travaillait Temari. C'était un bar réputé dans Tokyo, Temari avait donc était fière d'être embauchée, son salaire en était conséquent. Mais elle se plaignait souvent : elle ne s'entendait pas vraiment avec deux des patrons « des machos complètement barrés» d'après elle. C'était grâce au troisième propriétaire – une femme appelée Tsunade – qu'elle avait pu devenir serveuse dans ce bar. En effet, cette dernière avait voulu une femme de caractère qui ne tomberait pas dans les bras de son ami trop facilement comme les autres. C'est ainsi que la blonde avait été choisi pour ce poste de serveuse qui venait à l'époque d'être libérée. C'était Temari qui m'avait raconté tout ceci, elle m'avait aussi fait partager son envie de quitter un jour ce job pour se trouver un métier plus intéressant.

 

Nous nous installâmes à une table de libre en attendant qu'une serveuse arrive. Ce fut Temari qui nous servit.

 

« Sakura ! Je suis contente de te voir, comment s'est passé ta journée ? T'as pas trop fait de gaffes au travail ?» me questionna-t-elle, avec un sourire moqueur.

 

Je lui lançai un regard meurtrier, pourquoi le sort s'acharnait-il sur moi ? Temari me demandait si je n'avais pas fait « de gaffes au travail » alors que je me trouvais avec la mère du patron...

 

« Tout s'est très bien passé aujourd'hui » répondis-je en forçant mon sourire, ce que la blonde remarqua.

 

Comprenant qu'elle avait peut-être fait une bourde, elle prit rapidement notre commande, partit la préparer, puis revint nous l'apporter.

 

« Je finis mon service dans une heure, on rentre ensemble ?

 

- Euh, oui si tu veux, répondis-je.

 

- Temari ! Je ne te paie pas pour discuter avec les clients, surtout lorsqu'il y a du monde ! » brailla un homme aux longs cheveux noirs et au regard effrayant, ce dernier semblait d'ailleurs avoir un peu trop bu...

 

La blonde ferma si fort ses points pour réprimer la remarque cinglante que je crus qu'elle allait s'enfoncer les ongles dans la peau. Elle retourna finalement derrière le comptoir sans broncher, même si son silence voulait tout dire pour moi : elle fulminait de l'intérieur.

 

Madame Uchiha qui était restée silencieuse tout ce temps, entama la conversation.

 

« La blonde est votre amie ?

 

- O-Oui, bafouillai-je, surprise par sa question. Nous partageons le même appartement. »

 

Je ne savais pas quoi dire d'autre, et un nouveau silence s'installa. À vrai dire, je ne savais même pas pourquoi j'étais ici, dans un bar, avec la mère de mon patron.

 

« Merci pour cette invitation, commença-t-elle, j'espère que cela ne vous dérange pas de rester avec moi alors que vous avez sûrement d'autres occupations que de me tenir compagnie. »

 

Je fus étonnée par cette soudaine déclaration, cette femme qui était si douce, mais qui pourtant ne montrait que très peu ses sentiments, venait de se confier à moi, comme si un poids pesait sur elle.

 

« Je suis souvent seule, continua-t-elle. Vous comprenez, mon mari et mes fils travaillent énormément, alors ils ont autre chose à faire que passer du temps avec moi et la maison est souvent vide... Bien sûr, j'ai de l'argent et je pourrai voyager, mais seule, ça ne m'intéresse pas vraiment... »

 

En prononçant ces paroles, je constatai à quel point Madame Uchiha pouvait être humaine. C'était normal bien sûr, mais je la voyais différemment : plus seulement comme l'épouse d'un grand entrepreneur et la mère de mon patron, mais comme une femme qui commençait à prendre de l'âge et qui avait peur de la solitude. Je remarquai pour la première fois les quelques rides qui étaient présentes au coin de ses yeux comme des rayons de soleil, bien que cela n'altérait en rien à sa beauté. Cependant, elle restait une femme seule, qui n'avait aucune épaule sur laquelle s'appuyer : ses proches ne lui accordaient que peu de temps et elle n'avait pas encore de petit enfant dont elle pourrait s'occuper.

 

« Je sais que Sasuke aimerait rester plus souvent avec moi, il me le dit souvent et s'en excuse. Il fait juste du mieux qu'il peut » révéla-t-elle alors que sa voix ne devenait qu'un faible murmure.

 

C'était ce jour-là que je me rendis compte que la richesse ne faisait pas forcement le bonheur de tous. L'argent avait bien sûr une part importante, mais je compris dans ses propos que cette femme mûre pensait que leur famille avait  accumulé suffisamment d'argent pour pouvoir vivre aisément. Désormais, elle désirait seulement profiter au plus de sa famille.

 

« Je sais très bien que mon fils ne vous a pas remercié pour être venu me chercher, et cela me désole profondément, confessa-t-elle tout en me détaillant d'un regard mélancolique. Il ne fait plus attention à ces petites choses qui restent pourtant essentielles. Je pensais avoir donné certaines valeurs à mes fils, j'aurais voulu qu'ils gardent du respect pour les personnes qui diffèrent de leur catégorie sociale. Mais j'aurais dû les tenir plus éloignés de ce monde si dur qu'est le business... C'était ça mon rôle de mère. »

 

C'était donc à ça que rimait la vie de Madame Uchiha ? Aux regrets ? Je me rendis compte que je n'avais toujours pas parlé depuis le début de ses explications.

 

« Je suis sûre que vous avez fait de votre mieux, la consolai-je gentiment. Et je suis sûre également que vos fils, du moins Sasuke, à des valeurs. Mais si j'ai bien compris, cela fait peu de temps qu'il a repris les entreprises du Japon, il faut juste qu'il se fasse une place... »

 

Moi qui détestais tellement Sasuke pour son arrogance, voilà que je me retrouvais ici à le défendre devant sa mère... C'était vraiment le monde à l'envers ! Cette dernière releva ses yeux brillant vers moi.

 

« Faite attention à vous, ce monde est dur et vous êtes bien trop gentille. »

 

Moi ? Gentille ? Oh, elle n'avait pas de soucis à se faire de ce côté, bien que ses mots m'avaient particulièrement touché... Moi qui voulais à tout prix devenir riche, gravir les échelons, cette conversation m'avait bien refroidi.

 

« Il se fait tard, je vais rentrer chez moi, m'expliqua Madame Uchiha.

 

- Je vais vous ramener.

 

- Non, ça va aller, vous avez dit à votre amie que vous rentriez ensemble.

 

- Mais je vous assure que ça ne me dérange pas » insistai-je, touchée par notre discussion.

 

Elle me fit un dernier sourire, puis quitta le bar. Je la guettai par la baie vitrée pour vérifier qu'elle prenne bien un taxi sans aucun problème. Lorsqu'elle entra dans celui-ci, elle me fit un signe de la main auquel je répondis vivement.

 -

 -

ıllıllııllıllııllıllııllıllııllıllııllıllı

 -

 -

« Alors c'était qui cette femme avait qui tu étais tout à l'heure ? me questionna Temari sur le chemin du retour.

 

- On aurait vraiment dû prendre un taxi, je me gèle maintenant. T'as oublié qu'on est en février ou quoi ?!braillai-je, mécontente d'avoir aussi froid aux pieds.

 

- Mais non, le frais ça fait du bien ! m'assura-t-elle avec un large sourire. Alors, c'était qui ?

 

- Mikoto Uchiha, répondis-je alors que j'offrais mon visage au ciel.

 

Cette nuit-là était particulièrement dégagée, des millions de petites étoiles éclairaient le ciel.

 

« Et bah dis donc, quand tu fais les choses, tu ne les fais pas à moitié ! »

 

Je lui lançai un regard complice alors qu'un sourire se dessinait sur nos deux visages. Temari connaissait très bien mes ambitions : elle savait que j'étais prête à beaucoup pour réussir. Et me rapprocher de la famille Uchiha pouvait être une bonne manière, même si je comptais bien y arriver seule. Néanmoins, je m'étais attachée plus que ce que je ne le pensais à Mikoto Uchiha : cette femme m'avait vraiment touché.

 -

 -

ıllıllııllıllııllıllııllıllııllıllııllıllı

 -

 -

Ce samedi-là, j'eus ma journée de libre et j'en profitai pour aller continuer mon programme dans la société Hyûga. Je n'étais pas sûre d'avoir le droit de cumuler deux travail en même temps, mais ce qui m'intéressait vraiment, le domaine où j'excellais le mieux, c'était en informatique, donc ici, dans l'entreprise Hyûga. Et puis, il fallait bien que je gagne de l'argent pour pouvoir payer ma part dans l'appartement, mais aussi pour mes besoins de tous les jours. En travaillant pour l'hôtel des Uchiha, je ne gagnais rien vu que c'était pour rembourser mes dettes.

 

À midi, mon téléphone sonna : il y avait enfin un lit de libre pour ma mère au centre de repos. Je quittai précipitamment le travail, tellement heureuse de cette bonne nouvelle. J'étais partie chercher ma mère qui se trouvait toujours à l'hôpital puis après avoir hélé un taxi, nous partîmes en direction du centre de repos. Le traitement allait enfin pouvoir commencer, ce traitement qui me coutait si cher, ce traitement qui me faisait travailler pour Sasuke, ce traitement qui pourrait peut-être allonger la vie de ma mère, je l'espérais tant...

 

Ma mère dut s'appuyer sur moi : sa fatigue était telle qu'elle avait du mal à marcher seule. Je lui pris son bras que je passai au-dessus de mon épaule pour l'aider à avancer : elle se servait de moi comme d'une béquille.

 

« Ça va aller maman ? Tu veux que j'aille chercher quelqu'un d'autre ?

 

- Ne t'inquiètes pas, tout va bien » m'assura-t-elle avec un sourire qui se voulait rassurant.

 

Voir ma mère dans cet état m'avait complètement abattu. Pourquoi elle ? Elle qui avait toujours était si douce, si gentille, si juste... J'en attendais tellement de ce traitement, « pourvu qu'il marche » pensai-je. C'est ainsi que je m'étais dit que je devais tout de même beaucoup à ce Sasuke Uchiha et que je devais faire de mon mieux au travail. Il allait falloir que je pense à remballer ma fierté pour le remercier...

 

Nous prîmes l'ascenseur : sa chambre ne se trouvait qu'au deuxième étage, mais prendre les escaliers aurait été une folie. Lorsque celui-ci s'ouvrit, je fus étonnée de voir Sasuke avec... Sa mère.

 

« Oh, bonjour Sakura. Que se passe-t-il ? Ta mère est malade ? Pourquoi ne pas me l'avoir dit ? » m'interrogea-t-elle, soucieuse.

 

La surprise traversa un instant le visage de Sasuke avant qu'il ne reprenne son air indéchiffrable : il devait être surpris que sa mère me parle si facilement. Il pensait certainement que j'étais juste allée la chercher à l'aéroport, sa mère ne devait pas lui avoir raconté notre petite sortie de la veille.

 

« Euh, le directeur est au courant » dis-je pour ma défense.

 

Elle le regarda avec insistance, mais Sasuke ne répondit rien et sortit simplement de l'ascenseur pour me laisser entrer, sa mère le suivit. Cette dernière me salua brièvement et je fis de même.

 

Arrivée dans la chambre destinée à ma mère, je la posai doucement sur son lit et remarquai qu'elle n'avait presque pas parlé et semblait préoccupée.

 

« Tout va bien maman ? À quoi penses-tu ?

 

- À rien, Sakura, prétendit-elle. Le transfert s'est bien passé, va remercier le directeur de ma part.

 

- Oui maman, j'irai dès que possible » confirmai-je.

 

Après tout, moi, j'avais des valeurs.

_

_

Commentaire de l'auteur La longueur est toujours la même, j'espère que cela vous convient car je pense rester dans ces proportions.

Sinon, comment avez-vous trouvé ce chapitre ? Bien ou pas ?
Il y a de nombreuses discussions, notamment deux rendez-vous : un avec Naruto et un avec Mikoto.
Que pensez-vous de ces derniers ? Et des révélations de Mikoto ?
J'espère que ce chapitre ne vous a pas déçu.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales