Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Premier catalogue
    Edition Fictum
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 09/09/2019
  • Nouvelles imaginaires
    L'Arlésienne
    Nb de signes : 6 000 - 45 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - policier - thriller - anticipation - humour - imaginaire - parodie
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Nouvelles ères
    Livr'S Éditions
    Nb de signes : 60 000 - 210 000 sec
    Genre : science-fiction - dystopie
    Délai de soumission : 01/12/2019
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 700 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 28/02/2020
  • Un verre de Vin Jaune
    Editions Aréopage
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2019
  • Banquet
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 18/09/2019
  • Sous l'océan
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 3 500 - 7 500 sec
    Genre : anticipation - conte
    Délai de soumission : 09/07/2019
  • Imaginaire
    La Conférie de l'Imaginaire
    Nb de signes : > 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - romance - bit-lit - steampunk - paranormal - space opera
    Délai de soumission : 17/06/2020
  • A nos amours
    Association Coulisses production
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : épistolaire
    Délai de soumission : 05/08/2019
  • Sarthe ou Mayenne
    Editions de la Reinette
    Nb de signes : > 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 05/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

La prophétie Auteur: Corine-Chan Vue: 4119
[Publiée le: 2011-08-04]    [Mise à Jour: 2013-08-25]
13+  Signaler Romance/Heroic Fantasy/Surnaturel/De cape et d'épée/Univers alternatif Commentaires : 28
Description:
Lui : Après avoir oublié son passé, il doit faire face au meurtre soudain de ses parents. Devant s’en aller avec sa gardienne après avoir appris la vérité, il la rencontrera elle et sa destiné.

Elle : Afin de fuir l’Akatsuki, elle se voit dans l’obligation de cacher son identité. Arrivée avec sa gardienne sur une terre inconnue, elle le rencontrera lui et sa destiné.

La Prophétie : Parole transmise par la Déesse au peuple du monde Ensoleillé expliquant qu’un malheur s’abattra sur l’un des quartes Royaumes.

Cependant, elle a omit de dire qu’il n’y avait pas seulement le soi-disant défunt prince héritier qui pouvait les sauver.

Venez lire ce qui n’a jamais été détaillé : Comment tout cela allait se terminer.

UA

***

Histoire réécrite (plus d’information dans les commentaires de l’auteur dans le prologue)

Venez la (re)découvrir

+3500 vues ?! Wow! Un grand merci à tous ^^
Crédits:
Tous les personnages appartiennent à Masashi Kishimoto.
Sauf les fées gardiennes, la mère d'Ino et le monde où les personnages évoluent.
Par contre le pouvoir du Byakugan vient du manga de Rei Toma, Arcane de l'aube

/! Important/!

J'ai désactivé les chapitres 5 à 9 étant donné qu'il ne sont pas encore réécrit mais si vous arrivez à y accéder, je vous conseille fortement de ne PAS les lire
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Chapitre IV

[5278 mots]
Publié le: 2011-09-14
Mis à Jour: 2013-08-25
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 4

Kimimaro marchait de manière précipité vers la salle de réunion en espérant que ses supérieurs y soient déjà. Après tout cette mauvaise nouvelle ne pouvait pas attendre et ils devaient prendre des mesures au plus vite. Arrivé devant la porte, il se tint droit, mit ses longs cheveux blanc en place avant de frapper et d’entrer sous les exclamations entendues de certain hommes. Il fut content de constater qu’il y avait bien les dix hommes qu’il avait demandés, autours d’une table ronde. Il sourit en repensant au fait qu’ici comparer à la salle des rapports- qui d’ailleurs fichait la trouille à ses troupes- il voyait parfaitement tout les membres de l’Akatsuki. Celui qui avait de longs cheveux noirs, le teint aussi pâle que la neige et le regard reptiliens se faisait appeler Orochimaru et s’exclama en le voyant :

 

-       Général Kimimaro ! Quel est donc cette nouvelle importante ?

-       Sieur Orochimaru, répondit-il en leur faisant face. Une mauvaise, malheureusement.

-       Quels sont-ils, demanda calmement Pain.

 

Kimimaro se tourna vers l’homme qui venait de parler en déglutissant silencieusement en croisant les yeux vert-brun de celui-ci.

 

-       Des troupes sont reparties aux villages d’Uzu, commença-t-il. Cependant il se trouve qu’ils n’y sont plus et les villageois n’ont plus revu le dit Naruto depuis cinq jours.

-       Ils quittent le pays, murmura Zetsu.

-       Général Kimimaro ! s’exclama Madara en entendant son ami. Dites aux troupes les plus proches des frontières de bloquer toutes les sorties de gré ou de force. Y compris vers celle du centre. Et de me retrouver ses foutus princes, ragea-t-il.

-       Que faisons-nous des souverains si nous les trouvons ?

-       Et bien, ramenez les ici. Vivant, cette fois-ci, termina Pain. Nous nous assurerons nous même qu’ils soient bel et bien morts.

 

***

 

Naruto ne savait vraiment plus quoi penser. De tous. D’Hinata, de ce qu’il était vraiment et de toutes les images étranges que lui avait montrées cette sorcière. Des images d’une femme aux longs cheveux bruns qui fuyait une maison en feux ne faisait qu’hanter son esprit. Mais ce qui le tracassait vraiment c’était la couleur des yeux de cette femme, ils étaient de la même couleur que ceux d’Hinata, blanc. Il regarda justement celle-ci qui réchauffait ses mains devant le feu du campement qu’il venait de monter. C’était leur dernière soirée ensemble, pensa-t-il. Alors c’était sa dernière chance pour lui poser des questions. Au pire si elle ne voulait pas lui dire qui elle était vraiment, qu’elle le fasse. Mais il voulait savoir ce qu’était « Hyûga ». Heureux les ignorants, disait les sages. Foutaise ! Il l’avait été et pour l’instant être ignorant ne lui avait apporté rien de bon. Aujourd’hui il en avait marre, il voulait une réponse et Hinata pouvait lui en donner.

Sentant le regard oppressant, Hinata se retourna et fit face à un Naruto qui semblait vouloir contenir sa colère. Elle déglutit avant de lui demander ce qu’il n’allait pas.

 

-       Je suis un pauvre naïf, voilà tout, soupira-t-il. Je voyage avec une « Hyûga » et je ne sais même pas ce que c’est.

-       Naruto, commença-t-elle. Tu n’es pas naïf, tu…

-       Si je le suis, s’énerva-t-il en baissant les yeux.  Je l’ai toujours été et regarde ce que je suis devenu : Un pauvre orphelin qui voyage comme un vulgaire fugitif ! Mais je ne veux plus l’être Hinata. Alors s’il te plait dit moi qui est cette femme…

-       Quelle femme ?

-       Celle qui me hante ! cria-t-il en prenant sa tête entre se mains. Elle avait ces yeux. Tes yeux ! fit-il en la regardant. Elle fuyait une maison en feux ! C’était une Hyûga n’est-ce pas ? Dit moi ce que c’est…Dit moi qui elle est.

-       C’était Yoko, soupira-t-elle après de longue minute de silence. Yoko Hyûga. Elle faisait parti des premières créations de la Déesse et elle était très belle, gentille aussi mais assez naïve. Elle n’était pas particulièrement aimée par son village pour la simple et bonne raison qu’elle avait quelque chose qui la différenciait de tous les autres, ses yeux blancs. Tu sais, fit-elle en montrant ses yeux à Naruto. Mon père me disait qu’à l’époque vivre avec ça était particulièrement dure. Les gens nous regardaient différemment en profanant que c’était une malédiction qui n’apportera que malheur. Mais Yoko ne voulait finalement accorder aucune importance aux remarques des autres pour elle ses yeux étaient tout à fait normal. Puis un jour, elle a eu la mauvaise idée d’aider un petit garçon fragile à se relever. Et après qu’il l’eut remercié, la mère du petit était arrivée et avait ordonné à Yoko de ne plus s’approcher de lui. Mais le soir venu, le garçon fut gravement malade et mourut…

-       Que c’est-il passé ensuite, demanda Naruto curieux.

-       Le même soir, continua Hinata. Yoko rêva d’être aux beaux milieux de sa propre maison qui brulait tandis que des éclats de voix rugissaient à l’extérieur. Elle s’est alors réveillée, a regardé par la fenêtre et a aperçu une foule en colère qui tenait des torches. Bien qu’elle soit naïve, elle n’était pas bête et savait pertinemment en vue de ses rêves que ces gens comptaient bruler sa maison. Ainsi elle a précipitamment quitté son habitation et s’était cachée pour observer ce qui allait suivre. Et ce fut sans surprise, qu’elle vit la mère du petit garçon qu’elle avait aidé plutôt jeté la première torche en la maudissant d’être la cause de la mort de son fils. La légende dit qu’après ça, elle s’est enfuie, a marché de longue journée dans les bois et c’est finalement effondré au sol complètement déshydratée.  Mais heureusement un jeune homme qui devenue ensuite sont mari, la retrouvée à temps et la héberger durant de longue année.

-       Comment cela se fait-il qu’elle ait pu rêver de sa mort ? Parce que si on réfléchit bien, c’est ça qui la sauvé.

-       C’est grâce au Byakugan, expliqua-t-elle en le regardant dans les yeux.

-       Le quoi ?

-       Le Byakugan, répéta-t-elle en lui montrant ses yeux. Un pouvoir abyssal capable de franchir l’espace temps pour voir le passé, l’avenir et la vérité. Un pouvoir que seul les Hyûga possèdent.

-       C’est fantastique, s’exclama Naruto. Tu peux tout voir et éviter tous ce que tu veux.

-       Je ne sait pas l’utiliser et ce n’est pas fantastique ! s’écria-t-elle légèrement en colère. Mon père a su ce qui allait lui arriver et au lieu de sauver sa peau, il a sauvé la mienne. Ce pouvoir n’est pas fantastique. Il pousse les utilisateurs à faire des choix douloureux…

 

Comprenant qu’il avait tout faux, Naruto s’excusa en lui disant qu’il n’était pas au courant et qu’il ne lui poserait plus de question aussi personnelle. Il déposa son regard sur le feu qui crépitait devant lui avant de le dévier vers Hinata qui semblait avoir les yeux orange. Il mit ses doigts près du feu voulant se réchauffer un peu trouvant tout à coup l’atmosphère devenir froide. Il n’aurait tout simplement pas dû poser cette question finalement. Les réponses qu’elle lui avait apportées ne l’avaient pas rendu plus heureux.

 

-       Je n’aurais jamais dû les quitter, murmura-t-elle gravement. Jamais.

 

Bien qu’il ne savait pas vraiment dans quels circonstances les événements s’étaient produits, il comprit facilement qu’elle parlait de la mort de ses parents. Alors, il se décala vers la gauche s’approchant un peu plus d’elle et lui demanda doucement si après leur mort elle s’était rendue à Uzu. Elle hocha la tête, et Naruto se décala une nouvelle fois vers la gauche en lui murmurant qu’elle avait bien été courageuse et qu’il ne fallait pas qu’elle se sente coupable. Elle leva la tête vers lui et s’étonna de le voir un peu plus proche que tout à l’heure. Naruto s’avança encore un peu et se retrouva juste à côté de la jeune fille qui avait larmes aux yeux.

 

-       Et puis, murmura-t-il en approchant son visage du sien. Je ne t’aurai jamais rencontré si tu n’étais pas partie.

 

Hinata paniqua légèrement en voyant les lèvres du jeune homme se rapprocher des siennes. Il n’allait tout de même pas l’embrasser ? Si ?  Il était bien sympathique certes, mais ils ne se connaissaient que depuis une semaine. Et au lieu de reculer elle ne pensa qu’à une chose : Comment répondre à cela, à son baiser, à son premier baiser. Parce que oui, Hinata n’avait jamais embrassé qui que ce soit et même si elle trouvait que le faire avec Naruto était trop tôt, elle devait se l’avouer qu’elle n’était pas contre le fait d’offrir son premier baiser à celui-ci. Après tout il avait été gentil, agréable, compréhensif et humain. Il s’en portait dès fois contre sa fée et disait des choses particulièrement drôles ou bien comme maintenant, il se fâchait pour finalement se montrer vulnérable et fragile. Naruto est quelqu’un de bien, songea-t-elle. Il n’est pas faux et ne se crée pas une autre personnalité pour te plaire, étant donné qu’il ne sait pas qui tu es. Il est vrai. Lentement elle ferma les yeux en espérant sentir les lèvres du jeune homme sur les siennes. Un peu de chaleur ne me ferait pas de mal, soupira-t-elle. Soudainement, elle se sentit un peu exciter à l’idée d’échanger un doux moment avec lui et impatiente. Doucement, le souffle du blond se posa sur ses lèvres avant de remonter légèrement et de s’abattre sur son nez en même temps que ses lèvres. Hein ?  s’exclama intérieurement Hinata incrédule.

Elle le vit se détaché d’elle, la regarder un petit moment avant de lui souhaiter de passer une bonne nuit et de se retourner pour s’en dormir. Elle resta figée, observant le dos de son compagnon, complètement déboussolée. Son cœur s’était emballé trop vite. Désillusionnée, elle éteignit le feu et se retourna elle aussi pour essayer de trouver le sommeil qui bizarrement fut difficile à dénicher.

 

-       Tu aurais voulu plus ?  lui chuchota Aoi.

-       Oui…

 

***

 

 

Tenten marcha tranquillement sur les larges chemins qui la menaient vers la gare souterraine avant de s’écarter précipitamment en entendant des voix lui ordonner de dégager le passage.  Elle se retrouva soudainement par terre et aider de quelque passant elle se releva pour voir passer une bonne vingtaine d’étalon noirs chevaucher par des Yamiko foncer à toute vitesse vers le Nord laissant un épais nuage de poussière derrière eux. Elle se remit sur le chemin légèrement intriguée sans plus étant donné que voir des Yamiko s’agiter était assez courant. Elle marcha à nouveau avant de s’arrêter en entendant des cris surpris et de tomber une nouvelle fois au sol après que sa gardienne lui ait demandé de reculer au plus vite. Elle se redressa irritée mais sa colère se volatilisa aussitôt pour laisser place à l’inquiétude. S’il était tout à fait normal de voir des Yamiko, il n’en était pas de même pour les chars remplient d’équipement. Cela n’annonçait vraiment rien de bon. Rien du tout. Cependant ce qui l’ennuyait vraiment se trouvait dans le fait qu’il se dirigeait au même endroit qu’elle.

 

-       J’te parie dix pièces qu’ils vont foutre le feu à la gare, affirma quelqu’un derrière elle.

-       C’pas bien de parier sur ça, le réprimanda son ami. J’te préviens que s’il la détruit, on est bon pour la terre du Feu. Et encore ! Avant qu’on n’y arrive elle sera prise et on sera obligé de rester ici !

-       T’inquiète ! répondit-il en riant. J’rigolais.

 

Ne voulant plus écouter quoi que ce soit, Tenten se mit à courir à vive allure vers la gare. Et arrivée devant l’entrée souterraine toute essoufflée ce fut sans surprise qu’elle trouva les chariots des Yamiko vide ainsi que tout leur chevaux et deux soldats devant l’entrée. Elle avança vers eux, voulant passer mais elle fit rapidement écartée par un Yamiko qui la poussa en lui disant qu’il n’y avait rien à voir là-dedans.

 

-       Il y a un train que je souhaite prendre ! s’exclama-t-elle en lui faisant face. Alors laisser moi passer.

-       Et moi, j’te dis qu’il n’y a rien à voir ! répondit-il en insistant bien sur les derniers mots tout en la repoussant une deuxième fois. Et si tu continues, on t’embarque.

 

Elle se résigna difficilement et fit demi-tour. Il était préférable pour elle de laisser tomber et de trouver un autre moyen de se rendre en terre du Centre que d’être arrêter ici et de se retrouver en prison. Cependant elle aurait vraiment voulu voir ce qu’il se passait en dessous. Je pourrais essayer une dernière fois, songea-t-elle. Je n’ai qu’à foncer et courir à toute vitesse. Non, abandonna-t-elle. Laisse tomber Tenten.  Renonçant à ses idées, elle avança d’un pas et entendit soudainement deux explosions retentir. Elle se retourna subitement un peu assourdie, vit que les deux gardes ne semblaient nullement surpris et comprit facilement qu’ils s’attendaient justement à ces explosions. Mais tout à coup une foule apeurée sortit en trombe du souterrain en criant complètement affolé. C’est ta chance ! s’exclama Luna dans sa tête. Fonce !  Écoutant sa gardienne, elle se massa dans la foule en essayant de se frayer un chemin. Elle sentit quelqu’un lui empoigner le bras et en se retournant elle tomba sur le visage du Yamiko qui l’avait poussé toute à l’heure.

 

-       Lâche-moi ! ordonna-t-elle sérieusement avant de se dégager en lui donnant un coup de coude dans la figure et en descendant vivement les escaliers.

 

Arrivée dans le couloir, elle eut plus facile à courir et ne pas trébucher. Mais malgré les exclamations de certain préoccupé qui lui conseilla de faire demi-tour, elle continua de courir encore plus vite. Elle vit la lumière qui annonça la fin du tunnel et dans un dernier effort elle atteignit. On lui avait dit que les gares souterraines étaient particulièrement belles et très grande mais jamais on ne lui avait dit qu’il y aurait des Yamiko, des civiles et des magiciens qui s’y bâteraient et qu’elle allait devoir plonger à son tour dans la bataille si elle voulait arriver à bon port.

 

***

 

Naruto ouvrit doucement les paupières et fut légèrement aveugler par la lumière du soleil. Il se retourna et tomba sur le visage serein et endormit de la jeune fille qu’il avait faillit embrasser la vielle. Il écouta sa respiration régulière avant de soupirer et de se mettre à la contempler à la dérobée. La seule chose qu’il regrettait s’était de ne pas avoir eu le courage de lui donner un baiser. Pourtant ce n’était pas si compliquer. Il n’avait qu’à déposer ses lèvres sur les siennes et puis c’est tout. Mais non, il s’était désisté à la dernière seconde pour finalement embrasser son nez. Autant ne rien faire ! s’était-il dit ensuite. Mais s’il s’était résigné ainsi c’est bien parce qu’il avait peur qu’elle ne lui dise qu’il avait abusé de la situation. Quelle situation ? ne put-il s’empêcher de demander. Elle était juste triste et…

 

-       Waouh, s’exclama soudainement Nima en apparaissant sur l’épaule d’Hinata. T’as l’esprit torturé toi ! Tu ne serais pas tombé amoureux par hasard ?

 

Dans certaine circonstance comme maintenant, Naruto détestait le pouvoir de sa fée, l’invisibilité. Elle pouvait aisément choisir aux yeux de qui elle le serait ou non et il semblerait bien qu’elle avait décidé de ne pas faire part de sa présence à son protégé et de l’observer tranquillement sur l’épaule de la jeune femme qu’il dévisageait. Merde !  jura-t-il en voyant le sourire malicieux qui se forma sur le visage de Nima. Elle va plus me lâcher maintenant.

 

-       N’importe quoi ! répondit-il en détournant les yeux et en se recouchant à sa place.

-       Ha oui ? continua-t-elle en volant au dessus de lui. Et la tentative du bisou raté ? le taquina-t-elle en feignant d’embrasser quelqu’un.

-       Mais lâche-moi ! fit-il en lui envoyant un minuscule ouragan formé avec sa paume. Je ne suis pas amoureux d’elle !

-       C’est ce qu’ils disent tous au début ! ria-t-elle en évitant l’attaque de son protégé. En tout cas, continua-t-elle en voyant une orbe se former dans la main de Naruto, on dirait bien que ta technique commence à prendre forme.

 

Il sourit avant de faire disparaitre sa nouvelle technique et d’observer le soleil. Il ne fallait pas qu’il rate le train cette fois-ci, songea-t-il. Alors il se redressa et secoua doucement Hinata qui se réveilla quelques instants plus tard. Il s’excusa auprès d’elle après avoir remarqué qu’elle semblait ne pas avoir passé une bonne nuit en lui expliquant qu’il devait se dépêcher s’il ne voulait pas raté le train. Elle se redressa, frotta vigoureusement ses yeux avant de dire à Naruto que cela n’était pas grave. Ils rangèrent leur maigres affaires, enfilèrent leur cape et se rendirent sur le chemin qui les mènerait dans la gare souterraine.

Arrivés devant l’entrée, ils constatèrent qu’il y avait beaucoup de monde qui y entrait mais que personne semblait y sortir. Comme quoi, songèrent-ils. On n’est pas les seuls à vouloir partir. Après s’être regardés, ils descendirent calmement les escaliers pour arriver dans un long couloir en brique illuminé par des torches qui ornaient les murs. Traversant le couloir en silence, ils finirent par déboucher sur une gigantesque salle remplient d’une bonne centaine de personne. Il y avait des dizaines de guichets sur les côtés ainsi que des files humaines qui attendaient devant et des gardes baraqués qui se tenait devant les portes des trains. Ils avancèrent impressionnés par la taille et la beauté des lieux et fixèrent le plafond sur lequel était suspendu un gigantesque lustre remplie de bougeoir, avant de regarder le sol en marbre blanc qui reflétait leur visage.

 

-       C’est incroyable, soupira Hinata fascinée. Je ne savais pas que la gare ressemblerait à ça. Je m’attendais à quelque chose de plus…

-       Pauvre ? Vieux ? Moche ? demanda Naruto en la regardant un peu amusé. On nous a pas tout pris tu sais…La terre du Vent a su garder beaucoup de chose. Ha !s’exclama-t-il en regardant les files. J’crois qu’on n’aura pas nos billets avant un bon bout de temps, Hina…Hey ! s’écria-t-il en sentant son amie lui prendre soudainement la main en le tirant vers un guichet fermé.

 

Postée devant le guichet, Hinata lâcha sa main en lui expliquant qu’elle avait aperçu une drôle de créature y entrer et qu’elle se doutait qu’il allait sûrement apparaitre d’une minute à l’autre. Et elle avait raison, durant la minute qui a suit, le volet s’ouvra pour laisser place à une mine blasé de gobelin. Ces créatures aux longues oreilles, particulièrement intelligentes mais au très mauvais caractère.

 

-       Euh, commença Hinata pour attirer son attention.

 

Constatant qu’il ne réagissait pas, Naruto prit les devants et plaqua fermement son poing contre le comptoir en s’exclamant :

 

-       On souhaiterait des billets pour la terre du Centre !

-       Comme tout le monde, répondit le gobelin en ne quittant pas des yeux ses affaires.

-       Et ça coûte ? s’énerva Naruto.

-       Vingt pièces un ticket aller-retour, et quinze pièces pour un aller simple, continua-t-il calmement.

 

Echangeant un regard, les deux adolescents sortir chacun les sommes respectives avant de les poser sur le comptoir. Naruto avait mis vingt pièces et Hinata qui en avait mis quinze observa intriguée la somme que son ami avait donné. Il compte revenir ici alors qu’il n’a plus personne ?  Vraiment ? Tandis qu’ils récupérèrent leur ticket, Hinata ne se sentit pas aussi heureuse qu’elle l’aurait espéré lorsqu’elle prit son ticket en main. Elle aurait voulu sauté de joie en se disant qu’elle avait finalement réussi, qu’elle se rendait en terre du Centre comme ses parents l’auraient voulu. Sauf qu’elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu’arrivée au Centre, elle se retrouva seule à nouveau, et sans Naruto. Bon d’accord, elle ne sera pas toute seule, il y aura Aoi avec mais ce n’était pas pareille. Elle se retourna vers lui, et le vit en train de contempler gravement son ticket. Est-ce qu’il ressent la même chose, se demanda-t-elle. Est-ce qu’il avait lui aussi peur d’être à nouveau seul ? Elle ne savait pas si ce qu’elle ressentait était dû à ce qui s’était passé la vielle mais elle voulait vraiment savoir. Alors elle attira soudainement l’attention de son ami en tirant sur sa manche et celui-ci se retourna vers elle et lui demanda soucieux ce qui n’allait pas en voyant qu’elle gardait les yeux rivés vers le sol.

 

-       Naruto, commença-t-elle en relavant la tête. Est-ce que tu…

 

Elle voulu en dire plus mais ses mots moururent soudainement dans sa gorge quand Naruto l’eu subitement pris dans ses bras. Elle se demandait s’il venait d’agir ainsi par affection parce qu’au final il ressentait lui aussi ou bien pour autre chose. Et elle eu rapidement réponse à sa question en entendant l’impact du lustre tombé à l’endroit où elle se trouvait plutôt suivit des cries surpris des voyageurs. Elle se détacha doucement des bras du jeune homme avant d’entendre résonner une explosion suivit d’une autre qui fit hurler tout le monde. Naruto se redressa, regarda autours de lui et aperçu des Yamiko en train de faire basculer les guichets et ordonner férocement à tout le monde de ne plus bouger. Sauf que personne ne semblait l’entendre. Certains se ruèrent vers le train en espérant qu’il démarre tandis qu’une grande parti courait totalement affolés vars la sortie. Mais repérant les désespérés monter dans l’engin, les Yamiko se précipitèrent vers eux en les assommants d’un coup d’épée qui les fit écrouler au sol.

 

-       Il y a, s’écria soudainement une voix qui figea tout le monde. Deux personnes que nous cherchons et qui se trouvent justement pari vous.

 

Naruto et Hinata sentirent subitement leur cœur s’affoler en sachant pertinemment que cet homme qui se tenait à l’entrée de la place les cherchait tandis que tout le reste des personnes qui peuplaient la gare se mirent à se regarder mutuellement. L’homme qui venait de crier, Kigiri, sourit avant de s’avancer d’un pas nonchalant en dévisageant chaque personne. Sa mission : trouver ses deux petits futurs suzerains de pacotilles et Déesse sait à quel point ça l’excitait grandement.

 

-       Je sais que vous êtes là, s’exclama-t-il dans un silence quasi religieux. Que vous cherchez à vous enfuir d’ici comme des vulgaires meurtriers. Ho mais j’y pense, l’un de vous est à présent une meurtrière, continua-t-il avec sarcasme en accentuant bien sur le fait qu’il cherchait entre autre une femme. Qui a tué de sang froid l’un de nos valeureux soldats.

 

Tous restèrent figés, complètement paralysés redoutant qu’à un simple geste pouvait leur coûter cher. Naruto fusilla Kigiri du regard sans aucune discrétion. Comment osait-il dire que ses soldats étaient valeureux, alors qu’ils avaient abattu d’honnêtes gens, ses parents ? Comment cet homme pouvait traiter Hinata de meurtrière alors qu’elle n’essayait que de le sauver ? Il était fou de rage, si ça ne  tenait qu’a lui, il aurait déjà plaqué cet homme au sol en lui réclament de retirer tous ce qu’il venait de dire. Mais les paroles de Nima qui lui demandait de se calmer et la chaleur de la paume d’Hinata qui se trouvait entre ses doigts lui rappelait qu’il ne devait en aucun cas se faire repérer.

 

-        Vu comment vous agissez, il a sûrement eu ce qu’il mérite ! grogna à la surprise de tous quelqu’un.

 

Et puis tout à coup, tout les gens présents se mirent à insulter le commandant Kigiri en lui disant que ses soldats n’étaient que des barbares et qu’il ne devrait pas arrêter la soi-disant meurtrière, elle devrait être acclamée ! Un de moins ! cria une femme en colère. Qu’on nous laisse partir ! Le commandant qui commençait à en avoir marre prit soudainement un personne de la foule en colère en dégainant son épée et la lui passa sou la gorge. Si la jeune princesse était encore plus dévouée que ne l’avaient été ses parents, elle ne laissera pas l’homme qu’il avait mourir.

 

-       Si vous ne vous montrer pas dans la seconde qui suit, menaça Kigiri en faisant gémir sa victime sous son épée. Je tue cet homme ! Et je tuerais encore et encore. Tous ! Jusqu’au dernier !

 

Pas si dévouée que ça, on dirait, songea le commandant en s’apprêtant à trancher la gorge de l’homme. Mais tout à coup, un cri de protestation résonna dans toute la gare tandis qu’il sentit une vive douleur s’abattre sur le haut de son épaule droite. Il jeta un rapide coup d’œil dessus avant d’exploser de rire et de relâcher l’homme qu’il tenait en lui donnant un coup de pied. Cette pauvre fille, s’extasia-t-il. Était tombé dans le panneau. Il regarda devant lui, là où tous les regards étaient fixés. Impossible de se tromper, c’était belle et bien elle. Ses cheveux noirs tressés, son arc fièrement dressé et puis rien qu’à son regard, d’un parfait blanc nacré. Il n’y avait plus de doute possible, Hinata Hyûga se trouvait là à cinq mètre de lui. Il enleva brutalement la flèche qui s’était plantée sur son épaule avant de la jeter au sol en souriant.

 

-        Désolée pour toi ma princesse, s’écria-t-il en prenant son épée de sa main gauche. Je suis ambidextre ! finit-il en courant vers elle.

 

Hinata était à présent pétrifiée à la vue du regard à la fois sauvage, excité, heureux- à la limite de la folie- que lui lançait cet homme en venant vers elle mais aussi a l’erreur qu’elle venait de commettre. Sa raison lui avait ordonné de ne rien faire, de ne pas changer sa bague en arc comme elle s’amusait tant autrefois à le faire le plus rapidement possible. Mais son cœur n’en avait que faire et inconsciemment elle avait lâché la main de Naruto pour ensuite soudainement matérialiser son arc à flèche et tirer en hurlant. Mais à présent son corps ne lui répondait plus du tout, il refusait qu’elle lâche son arc et qu’elle court à tout vitesse pour éviter le coup que s’apprêtait à lui asséner Kigiri. Elle encocha la flèche qu’elle matérialisa et visa la poitrine du commandant. Elle allait lâcher sa flèche mais elle s’en empêcha en voyant les courts cheveux blonds de Naruto apparaitre dans son champ de vision.

 

-        Court ! l’entendit-elle crier. Essaye de faire démarrer le train ! J’m’occupe de lui !

 

Et comme si son corps n’écoutait que lui, elle se retourna et se mit à courir en évitant comme elle pouvait les Yamiko qui s’étaient mis soudainement à sa poursuivre. Alors que derrière elle, résonnaient les bruits de métal qui s’entrechoquaient. Tout à coup, elle vit un soldat se poster devant elle et être rapidement écarter par un civile qui s’était jeté sur lui en lui ordonnant de ne pas toucher à la princesse. Et en entendant cela se fut le choc pour Hinata qui s’arrêta en regardant autours d’elle. Tout le monde se battait, même les femmes dont l’une assomma un Yamiko avec son bagage et tout ça parce qu’il la connaissait et croyait en elle. Prise d’une incroyable poussé d’adrénaline, elle se mit subitement à courir à toute vitesse, glissant au sol pour éviter de justesse une flèche avant de se redresser afin d’encocher une flèche qui se planta dans la poitrine d’un Yamiko. Ceci fait elle sauta s’apprêtant à empoigner une barre du train tandis qu’elle laissa son arc redevenir une bague.

 

Mais alors qu’elle cru la prendre en main, elle sentit soudainement son corps flotter et se recroqueviller en quelque instant. Elle mit ses mains sur le côté en regardant tout autours d’elle complètement affolée, et comprit soudainement ce qui se passait. Elle était enfermée dans une bulle qui venait d’être matérialisé par l’homme qui se tenait plus loin, paume de mains tendus vers elle avec un sourire triomphant collé au visage. C’était un mage, elle en était certaine et elle devait à tout prix sortir de là. Utiliser son arc ne servirait à rien – trop grand pour le peu d’espace qu’elle avait- et puis Aoi ne pouvait pas l’aider, elle s’était détacher d’elle pour soigner les civiles qui se bâtaient. Elle allait devoir se débrouiller seule alors elle tâta autours d’elle espérant trouver une brèche, n’importe quoi dans lequel elle pourrait planter son coude ou bien la dague, celle que Naruto lui avait donné au cas où, et agrandir la fissure de cette foutue bulle. Sauf qu’il n’y avait rien du tout. Elle sorti néanmoins sa dague en voyant qu’elle s’approchait du mage et tapa sur la surface  ronde et lisse sans aucun résultat. Aller ! Aller !  supplia-t-elle. Casse-toi ! Elle releva la tête et vit que l’une des mains du mage s’apprêtait à prendre sa gorge dès qu’il ferra disparaitre la bulle. Elle arrêta de frapper désespérée en pensant au fait qu’elle avait été si près du but. Tellement près. Dégoutée, elle serra fortement sa dague en laissant ruisseler quelques larmes. Elle venait de s’être fait avoir. Soudain elle sentit une main froide empoignée sauvagement sa gorge et sa dague tomber en même temps que sa prison se brisa.

 

-        Je l’ai ! cria le mage en se retournant vers Kigiri alors qu’Hinata se débâtait en gigotant ses pieds tout en essayant de retirer les mains du mage.

 

Elle donna un coup de pieds dans le ventre de son agresseur et celui-ci gémit de douleur avant de resserrer sa prise en l’insultant. Elle continua de gigoter n’arrivant plus à respirer et petit à petit elle vit le décor devenir floue en comprenant que sa fin arrivait. Kigiri qui gardait un œil sur la princesse capturer en faisant de son mieux pour éviter les coup d’épée de son assaillant s’agita en voyant Hinata arrêter de gigoter. Alors il hurla au mage qu’elle ne devait pas mourir en le traitant d’imbécile et baissa vivement la tête évitant de justesse d’être décapiter par son adversaire qui en entendant les mots du commandant se retourna affolé vers son amie. Mais leurs attentions s’attardèrent rapidement vers une jeune femme qui chargeait à toute vitesse vers la princesse en hurlant, épée en main. Quand elle arriva à sa hauteur, Hinata tomba au sol fatiguée et haletante suivit de sang et du bras du mage qui venait d’être coupé.

 

-        Ça va ? demanda sa sauveuse en lui tendant la main.

 

Encore sous le choc, Hinata mit un certain temps à comprendre que cette adolescente venait de fendre le bras de son agresseur. Elle la leva les yeux vers la jeune femme en scrutant les deux macarons bruns qui lui faisait office de coiffure et ses gros yeux de même couleurs dans lequel se reflétaient une certaine complaisance. Hinata saisit sa main et se releva avant de lui répondre encore un peu troublée :

 

-        Oui. Ça va.

 

Commentaire de l'auteur Voilà !
J'espère que ces 4 premiers chapitres vous ont plu !
N'hésitez pas à me faire part de vos impression j'y répondrais avec plaisir !

A bientôt

Corine-Chan ^^
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales