Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 133 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

L'héritage
[Histoire Abandonnée]
Auteur: T-twix Vue: 27064
[Publiée le: 2013-01-04]    [Mise à Jour: 2015-01-01]
13+  Signaler Général/Action-Aventure/Mystère/Amitié Commentaires : 41
Description:
La Quatrième Grande Guerre Ninja terminée, c'est la paix véritable qui règne dans la péninsule Shinobi depuis. La situation avait retrouvé son calme, et chaque pays vaquait à ses occupations. Un jour pourtant comme un autre, une mission digne des plus grande fouilles archéologiques arriva au village de Konoha. Un cadeau de la part d'un ami de Naruto, Gaara no Sabaku, Godaime Kazekage.
C'est à ce moment-là que tout déraille. La paix s'écroula et la guerre reprit ses droits dans le monde. Une prophétie chaotique, des armes légendaires, ainsi qu'un héritage ancien.
Et encore une fois, le monde sera en danger. Un danger plus grand qu'avant, face à des ninjas sans scrupule voulant créer le chaos dans le monde pour s'élever au-dessus de tous. Pourtant, plus d'un ninja s'interposera face à ces mauvaises personnes.

Arc 1 : Ruines de Suna [Chapitre 1 - 6]
Arc 2 : Mjöllnir [Chapitre 7 - 11]
Arc 3 : Le secret de Kiri [Chapitre 12 - 16]
Arc 4 : "A l'assaut..." [Chapitre 17 - 23]
Arc 5 : Mont Ura, nous voilà ! [Chapitre 24 - ??]
Crédits:
Shinjima Ura, Kioshi, Nishina Namikaze, les Huit Juges, les Shin Gogyou, ainsi que Tanjiro Uzumaki sont de ma création, ainsi que les élèves de Naruto et Ashi.
Le monde appartient à Masashi Kishimoto.
Des légendes nordiques ont été empruntées pour l'histoire de ma fiction.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Le dédale des Uzumaki - Feu et Sang (2/5)

[2511 mots]
Publié le: 2013-04-30
Mis à Jour: 2013-05-13
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Surprise !
Et oui le chapitre ne devait sortir que demain, mais le voici, tout beau, tout chaud ! ;)
Bonne lecture =)

Shíjiān parvint à se séparer de son ancien sensei. Elle respirait déjà de grandes bouffées d’air frais pour reprendre une respiration normale, tandis que Kioshi souriait. Le début de combat avait été explosif, à un tel point que le Namikaze avait eu recours à le ninjutsu qui l’avait rendu connu : le Chiton, l’art de maîtriser le sang. Shíjiān connaissait les risques encouru par de telles techniques : la mort. Néanmoins, elle avait une tâche à terminer, et même son défunt maître ne l’arrêterait pas dans sa quête : tuer le reste des Namikaze. Le blond lut facilement dans les yeux de la brune, avant de prendre la parole, surprenant Shíjiān.

-         Tu sais, si je t’ai confiée cette tâche, c’est que je sais que tu en es capable.

-         J’ai failli y arriver, j’étais si proche ! s’exclama Shíjiān, honteuse.

-         Tu sais combien de Namikaze il reste en vie ? Quatre, en comptant Naruto, qui détient désormais Mjöllnir.

Shíjiān haussa les sourcils, avant de serrer les points. Si son maître disait cela, alors c’était sans doute vrai. Néanmoins, elle n’avait jamais entendu parler d’autres Namikaze en dehors de Kioshi, Minato et Naruto. Son maître rit avant d’expliquer quelque chose à Shíjiān.

-         Si tu n’en as pas entendu parler, ne sois pas étonnée. Les Namikaze étaient dans les clans les plus légendaires, avec les Uchiha, les Senju, les Uzumaki. Rien que leur existence à l’heure actuelle est une légende.

Il accompagna ses paroles d’un puissant coup de poing dans le ventre de Shíjiān. Celle-ci recula de quelques pas. Les deux ninjas se fixaient, tous deux sérieux au possible. Après quelques secondes, Shíjiān se mit à regarder Kioshi avec un sourire.

-         Tu n’as pas oublié, sensei ? demanda l’élève.

-         Oublié quoi ?

-         Notre rencontre.

Kioshi sourit, avant de dériver dans ses pensées. Il se rappelait de ce jour-là. A la poursuite de Minato, il avait dérivé du reste du groupe, de plusieurs dizaines de kilomètres, et cela à cause d’inondations diverses.

 

La pluie était torrentielle depuis plusieurs jours, et Kioshi en bavait, sérieusement. La guerre civile de Kiri no Kuni était véritablement un terrain de jeu pour Minato Namikaze. Les pièges étaient posés de partout, piégeant ninjas de Kiri comme le groupe de rattrapage de Minato. Les blessés étaient nombreux, et même Shinjima, appelé l’élu par tout le mont Ura, avait reçu une blessure plutôt handicapantes. Par chance, après deux heures de dérive, Kioshi était arrivé dans un village, presque abandonné. Des maisons en ruines, des cadavres de partout, un feu de camp avec une tente pour les blessés. Le blond arriva devant le feu de camp, avant de demander où il se trouvait et ce qu’il s’était passé.

-         Vous êtes au village Hono. Nous avons été attaqués par une escouade ANBU, il y a deçà quelques heures, lui répondit un vieil homme qui bordait un enfant de quelques mois.

-         Il a perdu ses parents ? demanda Kioshi.

-         Elle, vous voulez dire ? répondit le vieil homme. Elle n’a pas de nom. Ses parents étaient des marchands itinérants, et sont morts durant l’assaut.

-         Triste destin. Ils vont sans doute revenir, pour vous achever. Vous ne fuyez pas ?

-         Triste destin, se contenta de dire le vieil homme.

Après tout, Kioshi s’en moquait. Tout ce qui comptait était de retrouver les pistes des autres ninjas, et cela le plus rapidement possible. Cependant, le temps n’y était pas favorable, et après plusieurs heures de recherches intenses, l’homme blond retomba sur le village. Néanmoins, il n’y avait plus cette ambiance calme d’après l’attaque, mais les cris et pleurs s’entendaient au loin. Le Namikaze se dirigea vers le village, et put voir des ANBU de Kiri no kuni qui s’en prenaient aux habitants. En un instant le ninja du mont Ura apparut entre les ANBU et le vieil homme tenant l’enfant. Son visage était sérieux, implacable, et son regard intense perturba les ANBU.

-         Vous n’avez pas honte de vous en prendre à un vieil homme et une gamine ?

-         Que… ? commença l’ANBU le plus proche de Kioshi.

Une estafilade de sang tomba au sol, avant que l’ANBU ne s’écroule au sol, complètement inerte. Les autres ANBU, au nombre de sept, soit deux équipes en comptant le décédé. Les yeux de Kioshi étaient bleus avec le blanc des yeux qui était devenu rouge comme le sang. Une aura sanglante gravitait autour de Kioshi, faisant légèrement trembler les ANBU.

-         On ne s’attaque pas à des enfants, c’est une règle primordiale.

-         Q-qui es-tu ?! s’exclama un des ANBU.

Kioshi sourit légèrement avant de prendre la parole. Il adorait savourer ce moment pendant lequel il annonçait qui il était, car grâce à la popularité de Minato, le nom des Namikaze était devenu rapidement craint sur l’ensemble de la péninsule ninja.

« Le frère aîné de Minato Namikaze »

Kioshi Namikaze

Le mouvement suivant des Anbu fut de l’attaquer à l’aide de leurs techniques meurtrières à courte portée. Cependant, Kioshi sourit avant que le cadavre de l’Anbu ne se lève. Le contrôle du sang s’avérait pratique sur une personne décédée, puisque celle-ci n’avait plus aucun contrôle sur son propre sang.

-         Tue-les, ordonna Kioshi, un sourire sanglant étalé sur son visage.

La surprise passée, les Anbu poussèrent rapidement leur ancien collègue avant de se ruer sur le ninja qui venait de s’interposer. Sept épées dans le corps, Kioshi sourit. Lui n’avait pas peur de la mort, était-ce leur cas, une fois exposés à la « peur de mourir » ?

-         Chiton, Ketsueki Bunshin no Jutsu (Art de maitriser le sang, Clone de sang), annonça posément le blond.

Il se transforma en une flaque de sang, avant de ressortir du sol, muni d’une lame sans doute de sang. Il était temps de leur montrer ce qu’était la peur. En un instant, six des sept ennemis furent tranchés en deux. Kioshi avait bel et bien réussi à effrayer ce dernier petit inconscient qui s’opposait au frère aîné de Minato Namikaze.

-         Bande d’inconscients. Mais je dois admettre que vous avez des tripes pour vous frotter à moi. Mais maintenant, c’est l’heure d’aller dormir.

L’homme cria avant de se faire égorger proprement par Kioshi, qui eut vite fait de trancher la gorge de son ennemi. Le calme était revenu sur ce village dévasté. Il restait bien quelques personnes qui avaient survécu à l’assaut impitoyable des ninjas à la solde du Mizukage. Le blond se dirigea vers le vieil homme, qui haletait, mais qui tenait toujours l’enfant. Il était désormais assis.

-         Vous allez bien ? demanda Kioshi.

-         Je vous remercie, mais vous êtes arrivé une demi-minute trop tard, sourit l’homme.

Kioshi constata alors la blessure de l’homme. Le foie. Blessure mortelle. Il ne lui restait que quelques minutes à vivre, tout au plus. Après un blanc de quelques secondes pendant lequel la pluie s’intensifia, le vieillard prit la parole.

-         Pourriez-vous accorder une faveur à un vieil homme aux portes de la mort ? demanda-t-il soudainement.

Kioshi savait déjà ce que le vieil homme allait lui demander, mais ne voulait pas. Mais pourquoi diable avait-il accepté ? Le vieil homme sourit, avant de parler à l’enfant dans ses bras.

-         Tu vois, quelqu’un va s’occuper de toi, ma petite. Je suis rassuré. Merci, Kioshi-san, vous êtes un homme bien. Je peux partir en paix…

L’homme avait soupiré les derniers mots, avant de lâcher son dernier soupir. Kioshi lui referma les yeux en effectuant une prière. En se relevant, l’enfant se mit à pleurer. Kioshi pesta contre le vieil homme qui venait de mourir, puis il se saisit de l’enfant, l’enroulant fermement dans sa cape de voyage, pour la maintenir plus facilement au chaud.

-         T’étais pas dans ma course du temps…

L’enfant se mit à sourire, à la plus grande surprise de Kioshi. Celui-ci répondit au sourire de l’enfant. Il n’y avait rien de plus pur et innocent à ses yeux.

-         Le temps est une chose importante à mes yeux, et vu que tu n’as pas de nom, je vais t’appeler…

Shíjiān observait son maître. Il lui avait raconté leur rencontre sous toutes les coutures, et cela quelques heures avant de lâcher son dernier soupir. Kioshi Namikaze avait été touché d’une maladie incurable, et il avait tout légué à Shíjiān, et celle-ci se devait de lui faire honneur. La brune regarda son sensei droit dans les yeux, avant de se mettre à parler d’une voix douce.

-         Sensei, vous avez le Ketsueki Un’yu, Minato avait l’Hiraishin, et moi… j’ai ça !

La jeune femme se mit à faire des mudras à une vitesse telle que les mouvements étaient flous pour Kioshi. Celui-ci était étonné, car sa jeune élève allait lui sortir une arme secrète, qu’elle réservait sans doute pour quelqu’un d’autre.

-         Jikûkan Ninjutsu : Toki no Sekai (Technique ninja spatio-temporelle : Monde du Temps).

Aussitôt, le monde parut plus lent aux yeux de Shíjiān, et son maître esquissa un sourire. Shíjiān était bel et bien la définition même de l’écoulement du temps, et ce prénom qu’il lui avait donné lui allait si bien.

-         Montre-moi ce dont tu es capable ! s’exclama haut et fort Kioshi.

 

Kyômi fixait intensément Mei, et vice-versa. Mais les deux kunoichis devaient bien admettre que faire face à un Uchiha dans un combat chacun pour soi, cela les faisaient stresser, mais un ninja n’a pas d’émotion. Dans une attaque rapide, Mei créa un dragon d’eau qui fonça sur Manabu Uchiha. Celui-ci ne cilla pas, et se contenta de dire quelque chose.

-         Loki est le dieu du feu, donc par déduction…

Le dragon d’eau s’évapora d’un seul coup, créant par la même occasion un faible brouillard. Mei n’en revenait pas, un ninja inconnu de l’histoire des Uchiha avait une telle maîtrise du Katon qu’il pouvait battre une technique d’eau de la Mizukage. Kyômi profita de l’ouverture laissée par Mei pour l’attaquer par le haut, à l’aide d’une de ses techniques liées à la gravité. Le lieutenant de Shinjima posa sa main sur l’épaule de Mei, qui sentit une force surhumaine la tirer vers le bas. Mais au moment de s’écraser au sol, Mei ne sentit plus la main de Kyômi sur son épaule. La Mizukage regarda rapidement au-dessus d’elle, et put voir Manabu qui était passé entre les deux kunoichi, les séparant.

L’Uchiha se réceptionna avec une roulade, avant de faire de nouveau face aux deux kunoichi. Il sourit grandement, avant de prendre la parole, haut et fort.

-         Si vous êtes ici, c’est pour le second cycle de Ragnarök, je me trompe ?

Touché. L’Uchiha savait qu’il avait raison et se mit à rire comme un dératé. Après quelques secondes, il s’arrêta, redevenant sérieux. L’Uchiha leva le bras, et une boule de feu se créa dans sa main. Il pouvait créer du feu sans aucun mudra ?! Le feu se propagea le long de son bras. L’Uchiha affichait désormais un sourire démentiel.

-         Muspellheim !

Accompagnant le nom de la technique, Manabu posa brutalement sa main brulante au sol, et une vague de flammes passa sur le sol. Kyômi et Mei esquivèrent l’attaque, avant de voir le sourire confiant de Manabu.

-         Vous ne pourrez jamais esquiver ça !

Le sol autour de l’Uchiha était complètement roussi par les flammes. Juste après avoir lancé son avertissement, l’Uchiha tendit sa main non brûlée vers les deux kunoichis. Aussitôt, la vague de flammes se rua vers son maître, touchant Mei au passage. Kyômi était passée juste en dessous. Manabu conclut alors que son contrôle sur la gravité était relativement important, et s’imposait aussi à elle-même.

-         Laissons l’eau s’évaporer, et jouons. Tu as l’air de pouvoir me divertir.

Les deux ennemis s’affrontaient du regard, tandis que Mei ne pouvait que constater la tension du combat. Les flammes avaient touché son dos, et elle était désormais pliée au sol, sous le poids affolant des flammes, qui ne la brûlaient pas, mais qui la maintenait au sol.

 

-         Tu es prête ? Je ne vais pas y aller de main morte avec toi.

Shíjiān répondit en attaquant son sensei. En un instant derrière lui, elle lui asséna un puissant coup de coude en plein dans la colonne verticale, lui faisant ainsi goûter à la douleur qu’elle avait éprouvée suite à son décès. La jeune femme exécuta un enchaînement tonitruant de taijutsu, éjectant plusieurs mètres plus loin son maître. Celui-ci se releva, et Shíjiān ne put que constater le blanc des yeux de son maître devenir rouge sang. Le deuxième round commençait, et cette fois-ci, ce ne serait pas la même chose.

-         Chiton, Ketsueki Un’yu (Art de maitriser le sang, Mouvement du sang), murmura le Namikaze.

Aussitôt Shíjiān recula de plusieurs pas, ressentant les ondes meurtrières de son ancien sensei. Celui-ci sourit diaboliquement, avant de s’adresser à la jeune femme, d’une voix grave.

-         Soit prête, sinon tu vas mourir.

Un instant plus tard, le blond se tenait devant la jeune femme, et posa sa paume de main sur le front de celle-ci, qui fut automatiquement éjecté jusqu’à la première paroi s’opposant à elle. Le premier mouvement avait été trop rapide pour qu’elle ne le perçoive avec sa technique de contrôle du temps. Que celle-ci soit activée ou non, cela ne servait à rien. Partant dans ce sens, Shíjiān arrêta sa technique. Aussitôt fait, elle prit un crochet de la part de son maître, la faisant valser sur sa droite, avant de se faire réceptionner par le genou de son maître. Au sol, Shíjiān mit quelques secondes pour se relever, légèrement sonnée par l’attaque de son sensei. Si seulement elle avait cette facilité à manier l’espace-temps de la même manière que les Namikaze, alors elle pourrait lutter contre lui. Si seulement…

-         Ma petite Shíjiān, avec des si, on refait le monde, critiqua Kioshi.

-         Sensei, je hais les Namikaze autant que vous.

-         Ce n’est pas question de haine, ma petite. Je ne haïs pas les Namikaze, je les adule de toute mon âme pour toute leur perfidie, leurs capacités aux jutsu spatio-temporels, à leur flegme naturel dans toutes les situations.

-         Quoi ? Mais je croyais que…

-         Non, je n’ai jamais osé haïr mon clan, sinon mon père m’aurait tué une fois mort, rit l’homme, avant de redevenir sérieux. Je déteste Minato pour tout ce qu’il a fait. Mais je dois admettre que son plan était ingénieux, même s’il a échoué.

-         Quel plan ? demanda Shíjiān, perdue dans les propos de son maître.

« Celui d’anéantir toute trace du mont Ura. »

Kioshi Namikaze

Commentaire de l'auteur Voilà !
Je profite de ce passage pour remercier tous les lecteurs qui sont passés et plus particulièrement ceux qui ont pris le temps de commenter, à savoir : Black Jo, yoyolefou, naten khan, ainsi que Hiso. Les autres, prenez en de la graine x)
Avis, remarques, pronostics ? ^^
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales