Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 318 lectures  - 3 commentaires [05 décembre 2021 à 21:22:58]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

L'Ermite du temps et de l'Espace Auteur: clems17 Vue: 46353
[Publiée le: 2012-11-13]    [Mise à Jour: 2013-11-22]
13+  Signaler Général/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 144
Description:
Dans un passé pas si lointain, un jeune homme traversa le temps et apparut devant ses parents qu’il n’avait jamais vu.
Mesurant toutes les possibilités d’un tel périple, le jeune voyageur du temps décida de faire connaissance avec sa famille amenée à disparaître.
Il acquit connaissances et forces au cours d’une ultime bataille qui laissa des séquelles psychologiques profondes l’amenant à partir en exil.
Ce jeune homme était Naruto Uzukaze, Yondaime Hokage, héritier de la Volonté du feu. Héros de Konoha….et grand farceur.
Alors que le temps a passé, une nouvelle épopée est sur le point de débuter. Le passé, le présent et l’avenir sont promis à des changements terribles.


Il s'agit de la suite de ma fiction "Les Voyageurs du Temps" que je vous demande de lire avant toute chose, sous peine de ne pas comprendre l'essentiel. Le premier chapitre sera une allusion à tout. De grâce LISEZ LA FIC PRECEDENTE !!!!
Par ailleurs, il se pourrait qu'il y ait du spoil, des liens avec les scans hebdomadaires. Je le préciserai en début de chapitre.
Crédits:
La grande majorité de mes personnages appartiennent à l'univers du manga "Naruto" de Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Naruto....et Naruto

[5613 mots]
Publié le: 2013-10-07Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur chapitre court mais psychologique.

Kusa....

 

Le Pont du Ciel et de la Terre avait été créé à une époque lointaine datant de plusieurs centaines d'années.

Il avait été construit pour permettre l'acheminement de denrées d'un côté à l'autre de la rivière qui avait peu à peu creusé la roche.

Quelques temps plus tard, et de façon plus symbolique, c'était le lieu où Tsurishino Yasuruke avait pris une décision retentissante. Ce chef d'un petit groupes de mercenaires ninjas, lassé et dégoûté du champ de bataille, avait réuni ses hommes devant une falaise abrupte donnant sur un cours d'eau. Un pont en bois permettait de joindre l'autre côté.

Il avait déclaré que la violence ne résoudrait rien. Qu'il renonçait définitivement à toute conquête et toute action belliqueuse. Il avait conclu en désignant l'autre côté du précipice.

"Ceci est notre terre. Nous y vivrons loin des tumultes macabres. Que ce pont devienne le symbole de notre renoncement. Le sang ne devra jamais être versé dans ce pays".

 

C'est ainsi que fut trouvé le nom du Pays. Même si cela ne fut réalisé que bien plus tard.

 

La petite troupe s'en était allée. L'ordre avait été  appliqué. Une paix relative s'était installée dans les frondaisons de l'épaisse forêt.

Le temps passa et les générations se succédèrent. Le chef des mercenaires, reposant en paix, ignora que son vœu atteindrait ses limites. Il n'envisagea pas que deux individus se livreraient un combat à mort à l'endroit même de son serment.

 

Une pluie drue s'abattait sur tout le territoire. La terre devenait boue et le ruisseau devenait torrent furieux.

Cela poussa les ninjas à se replier, en attendant des auspices plus favorables.

 

Ces ninjas avaient été envoyés par les quelques villages alentours. En effet, plus tôt dans la journée, des bruits assourdissants avaient été entendus.

Les observateurs et sentinelles étaient formels. Des serpents géants ainsi que le Démon Renard à neuf queues avaient été aperçus non loin du pont.

Or, depuis quelques années, le bruit avait couru que la créature mythique avait été scellée dans un Ninja de Konoha.

La machine administrative s'était mise en branle.

Si Konoha était impliquée dans des activités se situant sur le territoire de Kusa, il était obligatoire d'aller sur le terrain voir de quoi il était question.

C'est ainsi qu'un petit groupe avait été dépêché pour s'informer.

De loin, ils avaient eu confirmation des rapports d'espionnage. La silhouette gigantesque du Renard ne passait pas inaperçue.

Malheureusement pour eux, ils étaient arrivés au mauvais moment. C'est-à-dire celui où l'entité avait lâchée son attaque la plus ténébreuse. Ils furent, pauvres innocents, détruits complètement avant d'avoir pu prendre la mesure de la dangerosité de la situation.

Pas un n'en réchappa. Aucun rapport n'arriva jusqu'au Village.

 

Les heures passèrent, le ciel bleu se teinta de noir, le vent devint tempête.

Si les animaux effrayés avaient pris le temps d'observer les alentours avant de fuir, ils auraient vu un corps humain allongé au sol.

 

 

----------------------------------------------------------------------------

 

Naruto Uzukaze était mort. Oui, assurément.

 

Mort pour la deuxième fois en moins de dix ans. Et deux fois par l'intermédiaire d'une entité plusieurs fois millénaire.

Mais contrairement à sa première expérience, le jeune Hokage ne ressentait rien. Rien du tout. Pas de vision de son esprit, ni de son colocataire. Aucun de ses parents n'était en vue. Il n'y avait pas le moindre bruit.

Le Monde se résumait à du blanc. Un blanc lumineux sans fin. Aucune forme. Aucune silhouette.

Rien.

Que faisait-il ? Dans ce lieu loin de toute chose connue ?

Etait-ce l'Enfer ou le Paradis ?

 

Naruto n'avait plus conscience de sa présence. Il ne savait même pas s'il était consistant. Son corps était invisible.

 

Contrairement à la première fois, ses parents ne seraient plus là pour le ressusciter.

Pourtant, de la même façon que la première fois, il n'était pas mort.

Non. Il avait survécu.

 

Dans une petite clairière noyée sous la pluie diluvienne, un œil bleu s'ouvrit avec hésitation.

 

Konoha, le Village des Feuilles

 

Tout allait parfaitement bien. Le soleil resplendissait dans le ciel, illuminant les environs d'une lueur dorée.

Les civils vaquaient tranquillement à leurs occupations, faisant les magasins, préparant la prochaine célébration.

Les Ninjas revenaient de mission. Des missions largement facilitées par le contexte de Paix.

Les cours à l'Académie avaient repris et cette nouvelle génération semblait très prometteuse.

 

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

 

Et pourtant....

 

Hiruzen Sarutobi, un des plus vieux ninjas du Village, Sandaime Hokage de son état, écrivait ses mémoires.

Ses dernières expériences lui avaient montré qu'il fallait transmettre les enseignements de la génération précédente par tous les moyens.

Qui plus est, l'écriture était beaucoup moins risquée, dans de nombreux domaines, que la peinture.

Il fut, bien évidemment, largement détrompé.

- HOKAGE-SAMA ! s'écria un chunin en faisant trembler le mur par son ouverture de porte.

 

L'ouverture de la porte créa un courant d'air qui fit s'envoler les feuilles remplies d'écrits ancestraux. Lesquelles s'échappèrent par la fenêtre.

C’est ainsi que les « Chroniques de la Volonté du Feu » disparurent à jamais de la mémoire collective.

Le vieil homme détourna les yeux de ses cent pages parties dans les airs pour observer son interlocuteur avec un air désespéré.

 

- Oui ? Soupira-t-il. Que se passe-t-il encore ?

Le ninja s'inclina plus bas que terre.

- Message urgent de Tsunade-sama.

 

Hiruzen devint soudain beaucoup plus sérieux. La dernière fois qu'il avait entendu ces cinq mots dans cette disposition, cela avait été pour un événement funeste : la mort de Nawaki.

Il espéra de tout cœur que ce ne serait pas aussi terrible.

Et se trompa une nouvelle fois.

La suite lui donna des sueurs froides.

 

- La jeune Hazuki Uzukaze est à l'agonie. Débita le chunin sur un ton monocorde. Elle pourrait mourir d'une seconde à l'autre.

Non !

Avec une agilité que lui eut enviée un homme moitié plus jeune, l'Hokage bondit par la fenêtre pour retomber sur le toit voisin. C'était quelque chose qu'il n'avait plus fait depuis au moins, euh, soixante ans.

A peine quelques minutes plus tard, il était à l'hôpital et se faisait expliquer les événements récents.

Déroutante histoire que celle qui lui fut racontée.

 

La jeune ninja discutait avec Sasuke Uchiha dans la cour de l'Académie.  Soudain, en l'espace d'une demi-seconde, elle s'était figée et était tombée au sol.

Trois minutes plus tard, les médecins ninjas étaient confrontés aux deux choses les plus inimaginable de toute leur vie : un Uchiha totalement effrayé qui interrogeait chaque individu vêtu en blanc  pour en savoir le plus possible et une patiente en parfaite santé qui était malgré tout mourante.

Tsunade, rappelée en urgence de sa consultation (des prix des bouteilles de Saké) se montra tout aussi perplexe.

Pourtant, lorsqu'elle fut seule avec l'Hokage, elle lui livra sa théorie. La seule qui pouvait tenir la route.

Mais potentiellement, c'était la pire chose qui puisse arriver à Konoha.

- Les enfants Uzukaze sont liés par quelque chose de plus fort que tout, Sarutobi-senseï. Fit la blonde Sannin. La seule chose qui pourrait expliquer cet état désastreux est que Naruto est dans un état similaire, voire pire.

- Tu veux dire que....?

 

La Princesse des limaces hocha la tête, des larmes aux coins des yeux.

- J'ai bien peur que nous allons perdre à nouveau un ninja de grande valeur....et je ne peux rien y faire.

 

Ce collier est décidément maudit. A son contact, tous ceux qui ont eu le rêve de devenir Hokage finissent par périr. Nawaki, Dan,....

 

- Je n'y crois pas. Objecta le Sandaime. Naruto est terriblement résistant. j'ai entendu dire qu'il avait reçu une griffe de Kyubi au travers du ventre et y a survécu.

-....en étant ressuscité.

 

Le vieil homme parut réfléchir.

- Dis-moi, si ce lien entre eux deux est si fort, n'arriverions-nous pas à faire passer du chakra du corps de l'une pour sauver l'autre.

 

L'explication était hasardeuse, pourtant la grande doctoresse comprit l'idée.

- je crains que nous n'ayons plus rien  à perdre. Grimaça-t-elle.

 

--------------------------------------------------------------------------------------

Forêt de Kusa

 

La première chose que remarqua Naruto.....c'est qu'il ne pouvait rien remarquer.

 

Allongé par terre, il distinguait une forêt devant ses yeux.

Le sentiment anesthésiant qui l'entourait jusque-là disparut. Totalement. Et laissa place à la douleur la plus abominable que l'on puisse ressentir.

Chaque cellule de son corps semblait être en feu. Sa vision se teinta de rouge et il pleura des larmes de sang.

Une migraine lui tordait le crâne. Comme s'il venait de recevoir un Rasengan en pleine tête.

Jamais.

Jamais Naruto n'avait connu une telle douleur.

Lorsque des années auparavant Sasuke l'avait transpercé de son Chidori, il avait serré les dents et la douleur s'était muée en haine.

Lorsqu'il avait affronté Kabuto et que ce dernier lui avait porté une attaque interne au niveau du cœur, il avait lutté.

Lorsque son premier Rasenshuriken, mal maitrisé, lui avait quasiment détruit les réseaux de chakra du bras, il s'en était moqué et n'avait pas eu un brin d'inquiétude.

Lorsque Pain l'avait transpercé avec ses barres de chakra noir, il avait tenu puis la haine l'avait submergé et il avait guérit.

 

Pire.

 

Il n'y avait guère que sa "dernière mort" qui avait été aussi douloureuse. Mais le Kinjutsu "Uzumaki gaeshi" l'avait sauvé et la douleur n'était plus que psychologique.

 

Pire que tout cela.

 

Il resta affalé au sol, paralysé, pendant deux jours et demi. Et ce n'est que là, assoiffé et tremblant de fièvre, qu'il parvint, à force de volonté à bander ses muscles, et au prix d'un effort inouï à se redresser à quatre pattes.

Il promena un regard vide sur les alentours, menaçant à tout moment de s'évanouir ou de se mettre à vomir.

Immédiatement quelque chose lui sauta aux yeux. A quelques mètres devant lui, la forêt laissait place à un cratère d'où s'élevait une odeur ignoble.

Il ne reconnaissait pas du tout cet endroit. En fait, il ne se souvenait quasiment de rien.

Luttant contre son propre corps, le jeune homme commença à dérouler le fil de sa vie ; un exercice qui lui avait permis de dompter les effets secondaires de "l'Uzumaki Gaeshi".

 

Dans un lieu loin de toute civilisation

 

Lorsqu'Orochimaru ouvrit les yeux, il était attaché à un mur.  La pièce où il se trouvait était plongée dans le noir mis à part la lampe braquée sur lui depuis le plafond.

Aussitôt qu'il s'en fut aperçu, il tenta de se libérer avec vigueur.

 

- Et bien, il semblerait que tu sois réveillé, Orochimaru. Fit une voix dans l'obscurité. Tant mieux.

Le Sannin déchu distingua une silhouette se mouvoir. Mais les traits de cet individu restaient invisibles.

- Qui es-tu ? Ou suis-je ? Interrogea-t-il avec énervement.

Il y eut un léger rire.

- Deux questions. Tu ne perds pas de temps. J'aime ça.

On entendit le bruit d'une chaise se tirer, et d'un corps s'installer dessus.

La voix reprit la parole. Le ton avait complètement changé. La voix était devenue grave et profonde.

- Qui je suis n'est pas important. Tu le découvriras bien assez tôt. Quant à l'endroit où nous nous trouvons....et bien je me contenterais de dire que nous sommes plus bas que tes trous de serpents habituels.

 

Il y eut un grincement, comme si la silhouette changeait de position.

- Bien. Maintenant que ta curiosité est assouvie, nous allons peut-être pouvoir discuter sérieusement. Je vais te faire un petit résumé de ta situation. Tu as perdu ton dernier affrontement et utilisé une technique plus qu'interdite. Tu as perdu le contrôle et est tombé dans les pommes. Je suis intervenu et me suis emparé de toi. Et maintenant, je vais pouvoir passer à la phase suivante de mon projet.

- Tu es avec ce gamin-Kyubi ? Grinça Orochimaru.

Il y eut un instant de silence comme si l’inconnu réfléchissait à sa réponse.

- Oui et non....nous avons fait un bout de trajet ensemble. Il a compris mon objectif et y a contribué. Mais il y a des choses que je fais seul, de la même façon que je n'interviens pas dans ses affaires. Il n'y a guère que l'abomination que tu as déclenchée qui m'a poussée à m'immiscer dans le combat. Combat qu'il a gagné sans conteste, par ailleurs.

Nouveau moment de silence. Lorsque la voix reprit, elle ne reflétait que le dégoût le plus profond.

- Tu as usé de techniques que tu ne peux concevoir ou interpréter. Cette horreur est d'un autre âge, une hérésie totale. Tu as réveillé des créatures qui auraient dû ne plus exister. Ne serait-ce que pour cela, je t'aurais tué de mes propres mains. Mais heureusement pour toi, tu m'es plus précieux vivant. Et c’est pourquoi tu resteras sagement ici.

- Tu veux m'éliminer ? demanda le serpent qui avait repris contenance. Plus facile à dire qu'à faire. Si  tu crois que des menottes peuvent me retenir....

Il y eut un nouveau rire, mais glacé cette fois.

- Et bien vas-y, distrais-moi en essayant. Déclara l'inconnu en s'asseyant plus confortablement.

 

Lorsqu'Orochimaru tenta de s'arracher au mur, il fut désagréablement surpris de constater que les liens ne présentaient pas la moindre faiblesse. Toute sa force n'eut pas le moindre effet.

Il tenta alors le Ninjutsu par l'intermédiaire de sa technique de mue. Aucun effet. A vrai dire, il ne pouvait pas manipuler son chakra.

- Qu'est-ce que....je n'y arrive pas !

La silhouette se leva.

- Orochimaru, que tu es pitoyable. Tu te prétends scientifique et pourtant tu ne sautes pas à la conclusion qui s'impose. Il y a des techniques Ninjutsu qui absorbent le chakra.

 

Il leva deux doigts et les "menottes" semblèrent grandir pour entourer tout le corps du prisonnier. Une sensation semblable à des....

- Ce ne sont pas des menottes. Ce sont des....racines. Tu maîtriserais le Mokuton ? s'exclama le Sanin. Qui peux-tu être ?

- Il y a de ça. Répondit l'autre. Mais ce n'est pas vraiment du Mokuton. Quant au reste…cela fait deux fois que tu me poses la question. Alors, savoure ta réponse.

 

La silhouette s'avança dans la lumière. L'éclairage dévoila ses traits aux yeux d'Orochimaru. Ce dernier resta statufié devant l'être qui venait de sortir de l'ombre. Puis, une horreur sans nom se peignit sur son visage.

- Non....c'est impossible. Tu ne peux pas être vivant, ni même exister. Il est impossible que tu sois encore visible sous forme humaine.

- Oh...tu as poussé tes recherches vraiment loin, mon gars. Et pourtant, pourtant tu ignores encore le plus intéressant.

Il se pencha avant de lui murmurer quelques mots à l'oreille.

Le Sanin poussa un hurlement. Un hurlement que nul ne pourrait jamais entendre.

 

Kusa

 

Je m'appelle Naruto Uzumaki.....fils de Kushina Uzumaki et Minato Namikaze... J'ai fait un voyage dans le temps. J'ai vingt-cinq ans. Mon chakra est de type..euh...je maîtrise le Rasengan depuis plus de treize ans. Je suis le jinchuriki de Kurama le...

 

Il réalisa soudain quelque chose de primordial.

-          KYUBI ! Hurla-t-il  à la fois mentalement et oralement.

 

Sous le choc, la douleur le fit tomber au sol à moitié assommé. Mais il repartit de plus belle.

 

J'aurais dû commencer par là. Lui doit savoir ce qu'il m'est arrivé.

 

Il le chercha mentalement dans son esprit mais ne trouva rien. En fait son esprit était vide. Toujours cette brume lumineuse et blanche. Comme si tout le reste avait été effacé.

 

Je ne comprends rien. Où est-il ? Pourquoi ne me soigne-t-il pas ?

Pendant un moment, il chercha une explication viable à sa disparition. La peur lui revint encore plus forte. Et pour cause.

Rien. Pas le moindre son. Pas la moindre ébauche de chakra.

Chakra...

Un doute horrible s'empara de lui.

 

C'est alors qu'il avisa la feuille de papier devant lui. En la lisant, il devint de plus en plus pâle.

 

Naruto,

J’imagine que tu dois te poser des questions. Je vais tâcher d’y répondre par écrit car mon Projet ne doit souffrir d’aucun retard comme tu le sais. Ma propre existence est déjà…..mais ce n’est pas le moment.

Je vais aller droit au but, et tu ne vas guère apprécier, gamin. Le simple fait que tu sois capable de lire jusqu’ici est un miracle. Tu es passé plus près de la mort que jamais auparavant.

Mais il y a des séquelles. De lourdes séquelles. Peut-être ne l’as-tu pas réalisé, mais tu…..je ne sais pas comment je pourrais te dire ça, …..mais tu n’es plus le même.

Ton ami orange devrait t’expliquer plus facilement le pourquoi du comment, même si, entre nous, je doute que tu puisses l’entendre ou le voir. Et pour cause….

Dans le doute, je vais t’éclairer un peu. Ces créatures sont aussi anciennes que les Précurseurs eux-mêmes. Leur nom n’existe même pas dans ce langage-là. Pour que tu comprennes explicitement, il me faudrait te conter les origines du Monde Ninja et de l’Esprit Originel Juubi (car cette entité fut vraiment rancunière). Bien trop long en attendant. Sache seulement qu’il s’agit de créatures basées sur l’élément Yin. Ou plutôt l’inverse. Elles attaquent la structure même du chakra.

Il est tout simplement aberrant qu’un humain comme Orochimaru ait pu retrouver des traces d’une telle folie et ressusciter cette engeance maudite. Probablement qu’il espérait maîtriser Madara avec ça. Etre stupide. Je l’ai transporté ailleurs, car ces choses l’auraient tué. Et j’ai besoin de lui pour finaliser mon plan. Il cherche trop dans « cette » direction pour que je le laisse continuer ses desseins maléfiques.

Naruto, pour toi il n’y a rien à faire. Rentre à Konoha où tu seras en sécurité. Attends de mes nouvelles par le moyen habituel. Tente de retrouver tes pouvoirs. Vis ! Ou plutôt survis…..

Car, jusqu’à ce qu’un traitement soit trouvé (il n’en existe aucun), tu n’es que Naruto Uzumaki,….civil de Konoha.

Je suis sincèrement désolé pour toi, petit. Tu auras marqué ton époque.

FHY

 

Anéanti, Naruto tenta d'invoquer son chakra surpuissant. Rien. Pas la moindre étincelle, pas la moindre énergie.

L'effort de la tentative, combiné à la détresse morale qui s'accroissait de seconde en seconde, ainsi que la douleur physique le fit s'évanouir de nouveau.

 

Lorsqu'il se réveilla, la douleur physique semblait s'être légèrement atténuée. Il en profita pour expérimenter davantage.

Le verdict était sans appel. Il n'avait plus la moindre once de chakra en lui. Impossible d'accomplir toutes les choses qui lui apparaissaient comme naturelles comme marcher sur les arbres ou sur l'eau. Impossible de renforcer ses coups.

Et, bien évidemment, impossible de créer le moindre Rasengan.

Mais cela allait encore au-delà. Il ne pouvait plus ressentir la moindre source d’énergie naturelle, et ses sens, habituellement développés ne lui étaient plus de la moindre utilité.

A son plus grand désespoir, le moindre mercenaire pourrait le tuer sans grande difficulté.

 Il relut la lettre avec plus d'attention, cherchant des informations qui lui auraient échappées.

C'est donc "lui" qui m'a sauvé....j'ignorais qu'il fut encore dans le coin....Il a l'air plus au courant que moi. Pas étonnant remarque.

Il fit quelques pas hésitants avant de devoir faire une pause.

Il a raison. Je ne suis plus guère qu'un civil. Je ne peux plus rien....faire.

Il s'essaya à combiner les informations en sa possession.

J'ai donc été mordu par une créature datant de trois mille ans et qui fonctionne sur la base de l'anti-chakra. D'après Kyubi c'est la Mort incarnée. Mais d'où sort une horreur pareille ? Jusqu'à aujourd’hui je n'avais jamais entendu parler de l'anti-chakra. En attendant, ce truc minuscule a fait disparaître  tout mon chakra.

De rage il frappa le sol. Ce faisant, il eut la désagréable surprise de constater que le sol n'affichait pas la moindre marque.

Il était faible.

C'est complètement incohérent ! Comment tout ce chakra a pu disparaître subitement ? J'ai un chakra gigantesque ! Et celui de Kyubi est des milliers de fois plus vaste encore. Où peut avoir disparu une telle masse d'énergie ? Une technique spatio-temporelle ? C'est vraiment inconcevable, 'ttebayo !

Et comme s'il n'avait déjà pas suffisamment de problèmes, cette dernière phrase le plongea dans un abime de perplexité.

'ttebayo ! J'ai dit 'ttebayo ! Ça veut dire que j'ai également perdu tous les apports de mes parents. C'est un réel cauchemar.

Le dépit, la honte et la douleur psychologique le firent soudain sangloter. Pendant un long moment il pleura. Plus qu'il n'avait jamais pleuré depuis près de vingt ans.

Je ne suis plus rien. Je ne peux plus prétendre à être Ninja. Encore moins être Hokage. Comment vais-je défendre mon village ? Je ne vaux plus rien. Même un étudiant de l'Académie a plus de pouvoirs que moi. Mon rêve est détruit.

A quoi bon vivre ?

Il saisit un kunai dans sa sacoche arrière et l'observa pendant un moment. Et au moment où il le saisissait, un poing lui entra dans la joue et le projeta plusieurs mètres en arrière. La douleur fut anormalement élevée.

Mon chakra ne me protège plus.

Mais lorsqu'il redressa la tête pour dévisager son adversaire il crut que le peu de vie qui lui restait allait s'en aller pour de bon.

Devant lui, un Naruto Uzumaki de douze  ans, colérique. Une tenue orange et bleu, un regard plus indomptable que l'océan, des cheveux aussi dorés que le plus beau des blés. Une expression à défier la terre entière. La conviction d'un être qui n'a jamais arrêté de se défendre contre la fatalité.

Le jeune Naruto prit la parole.

-          Putain, mais t'es complètement con ou quoi, 'ttebayo ! lui hurla-t-il dessus.

Le Naruto plus âgé le dévisagea hébété.

-          Tu...es une création de mon esprit.

La version jeune s'approcha vivement et le souleva de terre d'une seule main.

-          Je ne comprends pas comment j'ai pu devenir aussi con en grandissant, 'ttebayo ! Tu as tout oublié ou quoi ? Tu te rappelles qui tu es, bordel de merde ?

Cette version jeune de lui-même était furieuse. Comme le jour où il avait rencontré Zabuza sur le Pont au Pays du Brouillard.

Naruto Uzumaki, le révolté, dans toute sa splendeur.

-          Tu crois que ton esprit te joue des tours, enfoiré de mes deux. Tu te trompes. Je suis ton subconscient. Car je n'ai pas disparu ! Tu ne mérites pas de t'appeler Naruto ! Tu n'as plus rien de commun avec celui que tu devrais être.

Le Naruto de vingt-cinq  ans ne disait plus rien. Il était muet de stupeur. L'énergie dans les mots de son jeune double....quelle puissance.

-          Tu es pitoyable, 'ttebayo ! C'est quoi cette putain de faiblesse ? Qu'est-ce que tu es devenu, bordel ?

Il s'approcha à nouveau et le regarda droit dans les yeux.

-          Où est le gars qui ne renonçait jamais, qui se battait continuellement pour avancer dans la vie ? Où est le gars qui se relevait à chaque fois ? OU EST CE VERITABLE HERO QUI N'AURAIT JAMAIS PENSE UNE SEULE SECONDE A SE SUICIDER ! Ce gars-là, dont je suis l'incarnation, n'aurait jamais agi de la sorte !

Il le frappa violemment. L'autre sentit son nez se casser. Mais ce n'était pas fini.

-          Tu as perdu tout ce qui faisait de toi un être à part. Tu crois qu'obtenir  de nouveaux pouvoirs fait de toi un être supérieur, 'ttebayo ? Tu n'as fait que devenir plus faible !

Il le frappa pour la troisième fois.

-          Tu as acquis le pouvoir de Kyubi ! Tu as acquis le Senjutsu ! Et alors ? Vois ce que tu es devenu ! Tu n'as plus de rêve ! Tu n'as plus cette force, plus puissante que tout le chakra existant ! Cette force hors du commun, ton cœur, qui t'a permis de convaincre les pires criminels, de les faire croire en toi ! Cette force tu l'as perdue en devenant arrogant ! Tu t'es cru surpuissant et tu en as abusé ! Cette puissance t'es montée à la tête, 'ttebayo ! Tu mérites ce qui t'es arrivé.

 

Naruto âgé était ébahi. Cette conviction dans la voix....il comprit pourquoi, dans ses jeunes années, il inspirait le respect par son obstination.

-          Lorsque nous avions douze  ans, enfoiré, rien n'aurait pu venir entraver notre volonté. Rien ni personne ! Nous étions un simple Genin ! Un putain de Genin sans talent ! Avec un chakra mal utilisé ! Une tactique inexistante ! Nous étions un raté ! Et pourtant, ce raté a tout réussi ! Il a maîtrisé une technique légendaire ! Il a battu des génies ! Des Ninjas que personne n'aurait donnés perdants ! Et tout cela, ce n’est pas à notre force qu'on le doit ! Non ! C'est à notre détermination !

 

Il regarda sa version adulte avec regret.

- Nous avons changé Gaara, Zabuza, Neji, Chiyo ! Même Nagato a changé et c’était un convaincu ardent de sa cause de pacification ! Que des ninjas solidement ancrés dans leurs convictions ! Ce n'est pas notre force qui les a éblouis. Non. C'est ce regard brulant et ce corps meurtri qui ne cessait de se relever. Naruto Uzumaki n'est pas un Ninja qui renonce. Pas un ninja qui reste à s'apitoyer pendant des heures ! C'est une force de la nature ! Quelqu'un qui va jusqu'au bout ! Ce même Naruto qui aurait tout donné, y compris sa vie, lorsque Gaara est mort.

Il se rapprocha à nouveau de l'être stupéfié littéralement. Cette vérité était si crue, si directe. Il n’y avait personne au monde qui avait visé aussi juste dans son cœur.

Mais le jeune Naruto continuait, alternant le « tu » et le « nous ».

-          Et nos promesses ? Nous avons promis à tout le monde de les protéger ! Et toi tu renonces ? Tu romps tes promesses ? Putain ! A cause de toi nous avons perdu Rin et Obito ! A QUOI TU JOUES, BORDEL ? IL VA FALLOIR TE BOUGER UN PEU LE CUL ! Parce que, là, tu n'as aucun mérite pour le titre d'Hokage !

Tu n'es pas allé te battre contre Orochimaru pour sauver Sasuke ! Tu ne l'as fait que pour le plaisir de l'humilier et de te repaitre de sa défaite ! Tu es devenu exactement ce que tu as combattu durant des années.  TU ME DEGOUTES !

Le temps passait, et pourtant la rage de Naruto jeune ne semblait pas s'arrêter ! Il continuait à balancer la vérité sans prendre de gants. En fait, il était fidèle à lui-même....

-          Arriver dans cette époque t'a ramolli. En retrouvant nos parents, en trouvant des Uchiha vivants et un Sasuke heureux, en n'étant plus menacé par l'Akatsuki, tu t'es égaré. Tu n'as plus eu de buts. Nous avons le droit à une famille, certes. Mais, nous ne devons pas pour autant changer complètement.

Puis soudain il eut une poussée de rage.

-          BORDEL ! RAPPELLE-TOI CE QUE TU DISAIS A KONOHAMARU  ! IL N'Y A AUCUN RACCOURCIS DANS LA VOIE DU NINJA ! TU CROIS QUE TES PUTAINS DE NOUVEAUX POUVOIRS TE RENDENT PLUS PROCHES DU POSTE D'HOKAGE ?

Il répondit à sa propre question d’une voix plus douce, comme s’il s’adressait à un faible d’esprit.

-          Non. Car ce titre tu ne l'as eu que par intérim. Pour véritablement être Hokage, il aurait fallu que tu le deviennes à notre époque. Devant des gens qui te connaissent depuis ta naissance ! Des gens qui t'ont vu évoluer et te battre contre le Destin. Ce même qui avais forgé notre caractère. ! Et ils seraient vraiment déçus tous ces gens. Où est la vraie volonté du Feu ? Je ne vois qu'un prétentieux sans valeur.  Tu es comme Orochimaru en fait.

Le jeune Naruto s'écarta. Ses contours semblèrent se faire plus flous.         

-          N'oublie jamais qui tu es et pourquoi tu te bats, 'ttebayo ! Redeviens celui que tu étais, ce Naruto qui aurait traversé le Monde à plat ventre s'il avait eu la moindre chance de sauver Sasuke en le faisant !  Ce Naruto qui avouait lui-même que même si on lui coupait les jambes et les bras, il ne s'arrêterait jamais de lutter !

Le Naruto âgé répondit avec une voix enrouée.

-          Tu as raison, je me suis égaré. Mais regarde-moi aujourd'hui, je suis un simple civil. Je suis faible. Comment protéger les gens comme ça ? Comment lutter ?

L'autre secoua la tête.

-          Et qu'est-ce que ça change ? Tu n'as plus de chakra et on te dit que tu ne peux plus être ninja ? ET DEPUIS QUAND EST-CE QUE TU ACCEPTES CE GENRE DE JUGEMENTS ? Lorsque nous étions petit, lorsqu'on nous traitait de Démon, de paria. Avons-nous renoncé ? Les avons-nous écoutés ? JAMAIS !

Ceux qui affirmaient que nous ne pourrions jamais être ninja, nous les avons ignorés ! NOUS LEUR AVONS MONTRE CE QUE NOUS POUVIONS FAIRE ! Et nous sommes devenus genin. Nous avons obtenu le respect des villageois. Ces mêmes villageois qui nous insultaient. Ils ont compris leur erreur !

Mieux, nous avons appris cette philosophie de vie à Gaara et d'autres. Gaara est devenu Kazekage. La Volonté, Naruto, c'est notre plus grand pouvoir. Bien plus que le Senjutsu ou l'Art des Hôtes. Parce qu'on change les choses.

Il fit un nouveau pas en arrière. Une lueur jaune l'illumina petit à petit. Mais sa voix continuait à porter.

-          Tu ne peux plus utiliser le chakra et tu te morfonds parce que tu ne peux plus protéger les gens que tu aimes ? Tu te crois seul au monde ? C'est minable. A notre époque, nous avions un ami qui était dans ce cas. Rock Lee. L'avais-tu oublié ?

 Il n'a jamais pu utiliser le chakra de sa vie. Et il n'a jamais renoncé. Il a prouvé à tous que ça n'empêchait en rien d'être Ninja. Son taijutsu est devenu vraiment incroyable. Je doute que tu puisses l'égaler au corps à corps s'il se donne à fond. Et lorsqu'il a subi une terrible blessure à l'examen Chunin ?

Tsunade, elle-même, disait qu'il ne pourrait plus jamais être Ninja. Il était physiquement un civil.

Pourtant il a tenté l'opération et durant sa convalescence, il est passé outre les remarques. IL S'EST BATTU CONTRE SA PROPRE IMPUISSANCE. IL  A LUTTE CONTRE SON INCAPACITE A MARCHER ET SE BATTRE. ET LE JOUR-MEME, IL T'A SAUVE LA VIE CONTRE KIMIMARO. Une volonté hors du commun. Imagine comme il serait déçu de toi aujourd'hui, lui qui s'entraînait nuits et jours. Lui que même les pires blessures n'ont pas ralenties.  Comme toi avant que tu ne te perdes.

 

Il avait quasiment disparu pourtant, ses mots parvinrent jusqu'à son autre lui.

-          Tsunade, Jiraya, Nagato, tous nos amis...c'est cette partie de nous-même qui les a fait nous aimer et nous respecter.

 Et Kyubi alors ? Crois-tu que c'est ta force qui l'a convaincue ? Sombre idiot ! Des Ninjas plus forts que toi il en a vu des tonnes, ne serait-ce que le premier d'entre eux. Non. C'est ta volonté qui l'a émue.

Il a eu la conviction que tu changerais le Monde. Pas avec tes pouvoirs, mais avec ta volonté. C'est pour cela qu'il t'a mis en garde contre le risque d'être trop puissant. On ne peut pas changer le Monde uniquement avec des pouvoirs surpuissants s'il n'y a pas cette étincelle.

SI TON DESTIN EST D'ETRE UN CIVIL....ALORS BRISE CETTE THEORIE SELON LAQUELLE TU N'ES PLUS QU'UN ETRE INUTILE.

SI TU NE PEUX PLUS UTILISER LE CHAKRA, ENTRAINE TOI JUSQU’A LE RETROUVER.

SI TU NE PEUX PLUS TE BATTRE, ALORS RENFORCE TON CORPS POUR TE BATTRE QUAND MEME.

SI ON TE TRAITE DE RATE, ALORS REDRESSE LA TETE ET PROUVE AU MONDE CE QU'IL EN EST.

 Retrouve ta conviction. Tu es Naruto Uzumaki, celui qui ne renonce jamais. L'homme pour qui l'esprit d'équipe est plus important que la force. Le Héro du livre de Jiraya qui proclamait que si la Paix n’existait pas, il la rechercherait toute sa vie. C’est pour cela que tu portes ce nom.

Va, redeviens ce que nous avons toujours été. Et n'oublie jamais que tu n'as qu'une parole.

Puis les dernières phrases qui s'imprégnèrent à jamais dans l'esprit de son double plus âgé.

-          Ce n'est pas en étant fort qu'on obtient la Volonté de ne jamais renoncer. C'est en luttant contre le destin et en ne renonçant jamais qu'on devient fort, 'ttebayo. C'est ton Nindo.

 

Il disparut totalement. Pendant un moment, le seul Naruto restant fut plongé dans ses pensées.

 

Commentaire de l'auteur J'espère que ça vous a plus.

Dites moi ce que vous pensez de cette chute de Naruto.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales