Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 318 lectures  - 3 commentaires [05 décembre 2021 à 21:22:58]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

L'Ermite du temps et de l'Espace Auteur: clems17 Vue: 46355
[Publiée le: 2012-11-13]    [Mise à Jour: 2013-11-22]
13+  Signaler Général/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 144
Description:
Dans un passé pas si lointain, un jeune homme traversa le temps et apparut devant ses parents qu’il n’avait jamais vu.
Mesurant toutes les possibilités d’un tel périple, le jeune voyageur du temps décida de faire connaissance avec sa famille amenée à disparaître.
Il acquit connaissances et forces au cours d’une ultime bataille qui laissa des séquelles psychologiques profondes l’amenant à partir en exil.
Ce jeune homme était Naruto Uzukaze, Yondaime Hokage, héritier de la Volonté du feu. Héros de Konoha….et grand farceur.
Alors que le temps a passé, une nouvelle épopée est sur le point de débuter. Le passé, le présent et l’avenir sont promis à des changements terribles.


Il s'agit de la suite de ma fiction "Les Voyageurs du Temps" que je vous demande de lire avant toute chose, sous peine de ne pas comprendre l'essentiel. Le premier chapitre sera une allusion à tout. De grâce LISEZ LA FIC PRECEDENTE !!!!
Par ailleurs, il se pourrait qu'il y ait du spoil, des liens avec les scans hebdomadaires. Je le préciserai en début de chapitre.
Crédits:
La grande majorité de mes personnages appartiennent à l'univers du manga "Naruto" de Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Le Renard, le Serpent et l'inconnu

[7409 mots]
Publié le: 2013-09-06Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Désolé pour ce retard effrayant. J'espère que ce chapitre vous plaira

Pour le Yondaime Hokage,

 

Naruto-kun, j’espère que je ne te dérange pas. J’ai pris la liberté de t’écrire pour te demander de me rejoindre sur le Pont du Ciel et de la Terre au Pays de l’Herbe dans deux jours en début de soirée.

Nous avons, j’en suis sûr, de nombreuses choses à partager.

 

Orochimaru

 

P.S : Comme je sais parfaitement que tu ne viendras pas, laisse-moi te donner une raison que tu ne pourras refuser. J’ai la preuve irréfutable  qu’une connaissance à toi, Rin Nohara, est vivante.

Dors bien, Naruto-kun.

 

 

-          NOOOOON !!!!!!!!!!!

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Dans une forêt du Pays du Feu, une silhouette mouvante sautait de branches en branches. Le visage concentré, grave.

L’heure du rendez-vous approchait à grands pas. L’individu semblait seul.

 

Mais pour l’être, il avait fallu sérieusement négocier….

 

Quelques heures plus tôt

 

 

Cette lettre, cette immondice, avait provoqué un charivari sans précédent.

Pour la première fois depuis longtemps, très longtemps, Naruto avait vu Kakashi perdre complètement son sang-froid. Il avait fallu que le blond use de sa puissance et de son autorité sans faille pour l’obliger à rester tranquille.

 

- Non, Kakashi. Certainement pas.  Affirmait l’Hokage sur un ton péremptoire.

- Mais….

- J’ai dit non ! répéta Naruto. Tu n’iras pas te jeter dans la gueule du serpent. Il y a une chance sur mille pour qu’il dise la vérité et huit cent fois plus pour que ce soit un piège.

 

Le jeune Uzukaze arborait un visage terriblement sérieux. Bien plus que ce que les gens avaient pour habitude de voir.

Et pour cause. Le serpent avait parfaitement réussi son coup. Il avait semé le doute en ressuscitant le souvenir d’une personne chère. Ou en la ressuscitant tout court d’ailleurs, dieu sait comment.

Mais plus encore, Naruto ne pourrait jamais oublier ce qu’il s’était passé jadis sur ce Pont du Ciel et de la Terre.

 

Le Destin et son putain d’humour de merde. Pourquoi là-bas.

 

Une voix sombre retentit dans son esprit.

 

 - Ne t’avais-je pas dis à quel point le Temps n’aime pas varier ? A quel point il tordrait la réalité pour se rapprocher le plus possible de la vérité.

 

- Je ne vois pas en quoi cette missive a un quelconque rapport avec la situation qui aurait dû se produire à la place ?

 

- Dans ce cas, pense à demander à ton ami Jiraya le lieu où il a affronté son ex-meilleur ami.

 

- Je ne crois quand même pas à quelque chose qui peut modifier la réalité elle-même. Reprit le blond.  

 

Le Renard soupira légèrement mais ne répondit rien.

 

Naruto reprit conscience aux gens l’entourant.

 

- Kakashi, je connais Orochimaru. C’est un être profondément habité par la perversion et le sadisme. Mais il est terriblement prudent. Tu peux être sûr que l’endroit est truffé de pièges mécaniques, voire biochimiques ou tirés de techniques aussi interdites que contre-nature. 

 

C’était Jiraya qui venait de prendre la parole. Averti par Naruto de l’intention de Kakashi, il était venu accompagné par Tsunade et le Sandaime.

Les deux Sanins se regardaient d’un air inquiet et découragé. Même l’ermite des crapauds avait renoncé à ses blagues vaseuses.

Sandaime, de son côté, ne cessait de se reprocher de l’avoir laissé partir ce jour-là.

 

Naruto acquiesça silencieusement.

 

- C’est pourquoi j’irais moi. Conclut-il sur un ton définitif. J’ai un certain nombre de choses à…aborder  avec lui.

 

Son regard fixe indiquait, à lui tout seul, la nature de la « discussion » à venir.

Il revêtit sa tenue d’Hokage apparue dans un nuage de fumée.

Puis, se rappelant de quelque chose, il se retourna vers les spectateurs.

 

- Hiruzen-sama, je sais ce que vous pensez. Déclara-t-il avec un sourire triste. Ne vous reprochez pas cette erreur d’il y a plusieurs années.

 

- Tu étais au courant ? S’enquit le vieil homme avec résignation.

 

Naruto fit un signe affirmatif avec la tête.

 

- Je l’ai appris par Jiraya-sensei lorsqu’il m’entraînait. J’aimerais, tant que possible, vous l’éviter ici. Parce que, croyais-en mes souvenirs, vous l’avez regretté jusqu’au moment de votre mort.

 

Le blond détourna les yeux. En venant ici, à cette époque, il s’était juré de ne pas être un oiseau de mauvais augure. Mais au fur et à mesure des années, il réalisait que ce souhait était difficilement réalisable.

 

Pour ne pas rester sur cet instant de tension, il embraya rapidement.

 

- Je vais y aller. Que personne ne me suive. Je ne peux pas promettre que je vais réussir à me battre…proprement, si nous en venions aux mains. Je reviendrais avec ou sans confirmation de ses dires.

Il leva deux doigts.

 

Il y eut un terrible souffle de vent qui souleva la terre de la route. Le blond disparut littéralement dans cette bourrasque.

 

Tsunade eut un sourire crispé.

 

- Il a vraiment le sens du spectacle pour s’en aller. Mais….

 

Elle inspira.

 

- ….il doit en avoir beaucoup, de la rancune à l’égard d’Orochimaru, pour vouloir autant s’en occuper. Les Sanins pourraient bien arriver au crépuscule de leur existence.

 

Jiraya ne répondit rien. Mais son visage se crispa. La question avait toujours été sensible.

 

- C’est possible. Se contenta-t-il de dire.

 

 

Forêt du Pays du Feu

 

 

Que vais-je trouver, là-bas ? Quel plan sournois a-t-il ourdis ?

 

Et malgré lui une autre question vint spontanément se poser.

 

Est-ce seulement possible que Rin ait pu survivre ?

 

Il se morigéna.

 

Non…Il nous a menti pour nous atteindre. Ou alors, il l’aura transformé en cadavre ambulant. Probablement l’Edo Tenseï. Enfoiré !

 

Prit soudain d’un accès de fureur, il accéléra brusquement, détruisant les branches sur lesquelles il prenait appui.

 

J’arrive, Orochimaru. Et cette fois, tu répondras à mes questions.

 

A mesure qu’il approchait de sa destination, le paysage se faisait de plus en plus familier.

C’était ce même chemin qu’il avait pris (ou prendrait) avec Yamato, Sakura et Saï.

A cet instant-là, son souci majeur était de retrouver Sasuke en interrogeant l’espion d’Orochimaru.

Il n’était alors qu’un jeune ninja rempli d’interrogations et de promesses à tenir. 

 

 

Le trajet continua. L’Uzukaze dévorait littéralement la distance, utilisant sa formidable endurance et sa rapidité incroyable.

Tant et si bien, qu’enfin, il arriva au niveau des buissons où il s’était caché pour écouter discrètement.

 

Mais cette fois, les choses étaient différentes. Aussi s’avança-t-il ostensiblement sur le Pont.

 

Il ne fut pas étonné, outre mesure, d’être seul. Orochimaru n’était pas assez stupide pour se mettre en évidence.

Il élargit sa perception en se concentrant sur les divers chakras l’entourant.

 

A sa grande surprise, un infime chakra placé non loin de lui devint de plus en plus important.

Distinguant une lueur bleue à la limite de son champ de vision, il esquiva en roulant au sol.

 

Se redressant, il vit que son adversaire avait entouré sa main de chakra. Il portait des lunettes sur le nez.

 

Evidemment. On a rarement l’un sans l’autre.

 

- Kabuto Yakushi. Toi aussi ça faisait un bail, ‘ttebanio.

 

Il dépoussiéra légèrement son habit.

- Orochimaru, tu me déçois. Dit-il à haute voix. Me dire de venir et tenter de m’assassiner. Ça je m’y attendais. Mais, franchement….

 

Il eut un regard sévère.

 

- …je m’attendais à mieux.  Tu pourrais au moins avoir la décence de te montrer, serpent, plutôt que m’envoyer tes larbins encore inaptes.

 

A ces mots, Kabuto fonça droit sur lui, son scalpel de chakra à la main.

Naruto le vit arriver.

Au moment même où l’attaque allait porter, il disparut. Il y eut un éclair jaune, un chuintement de lame et le jeune attaquant se retrouva un kunaï sous la gorge.

 

- Orochimaru. Dépêche-toi de sortir de ton trou, ‘ttebanio. Répéta-t-il en haussant brusquement le ton. Sans quoi ton assistant/médecin/larbin va passer le shuriken à gauche.

 

Le jeune Yakushi en resta bouche-bée.

- Comment as-tu fais ? Je ne t’ai pas vu composer de sceaux.

 

Naruto l’observa quelques secondes avant de se décider à répondre.

- Lorsque j’ai esquivé ta première attaque, j’ai posé une marque Hirashin sur ta jambe. A partir de là, tu m’as offert une ouverture sur un plateau d’argent.

 

- Tu es toujours aussi  surprenant, Naruto-kun.

 

Cette voix…..

 

Relâchant Kabuto, dont il n’avait plus rien à craindre, il se retourna.

Devant lui, un reptile sifflant sur les épaules, se tenait le Sanin, dans toute sa serpentesque horreur.

 

Il était vêtu de la tenue beige et noire que Naruto lui connaissait. Son sourire rempli de vice en disait long.

- Enfin….te voilà, Naruto-kun. Ça faisait un moment que je cherche à te rencontrer.

 

Naruto avança d’un pas.

 

- Ne me fais pas perdre de temps. Dis-moi ce que tu me veux. Intima-t-il d’une voix menaçante.

 

L’homme en face de lui se contenta d’un geste désinvolte de la main.

 

- C’est vrai que tu es devenu Hokage depuis notre dernière rencontre. Impressionnant. Applaudit-il sur un ton moqueur.

 

- Répond ! Ordonna à nouveau le blond.   

 

Orochimaru l’ignora derechef. Naruto serra les dents, se contenant à grand peine. Il avait l’impression que tout recommençait.

 

- Mais, reprit le serpent, on raconte beaucoup de choses. Il paraîtrait même que tu es tombé amoureux d’une petite écervelée. Rin, c’est ça ? Apparemment oui, sinon tu ne serais pas venu. Ah…la prévisibilité des ninjas.

 

- Alors c’était effectivement un mensonge. Fit Naruto comme s’il s’y attendait. Je vois.

 

Le serpent continuait de sourire.

 

- Oui et non. Si tu veux bien me permettre de m’asseoir, je vais te raconter.

 

Immédiatement après, il dut éviter un lancer d’arme blanches. Sans réelle difficulté.

 

- Que d’impatience, dis-moi, Naruto-kun. C’est l’amour qui te fait réagir si violemment ?

 

- REPONDS !

 

Se délectant de la situation, le Ninja légendaire eut un sourire narquois.

- Je l’ai retrouvée après qu’elle se soit fait déchiqueter. Pauvre petite. Ajouta-t-il avec une fausse compassion.  Je me suis alors dis qu’elle avait peut-être encore un peu de…temps…avant de reposer en paix.

 

Sourire sadique.

 

- Veux-tu savoir la suite ?

 

- Kakashi l’a vue mourir. Il a affirmé qu’il était impossible de survivre à ces blessures.

 

Sourire moqueur.

 

- La Vie et la Mort sont des concepts tellement abstraits pour des ninjas hors du commun. Il existe tellement de façon d’échapper au Shinigami. N’as-tu pas ressuscité, toi-même, Naruto-kun ?

 

- Ce n’est pas comparable.

- Affaire de goûts et de couleurs. Rétorqua l’homme-reptile. Soigner n’est, quand on y pense, qu’une façon édulcorée de ressusciter. On va contre la Nature et le Destin.

- Arrête tes conneries ! Dis-moi ce que tu veux ! Il est impossible que tu n’aies pas un plan derrière la tête. Tu es trop prudent et intelligent pour me faire venir et me provoquer sans avoir un plan ou un but.

 

Orochimaru se passa sa langue sur ses lèvres. Un réflexe que connaissait bien Naruto, et qu’il détestait tout autant que son propriétaire. C’était mauvais signe.

La suite lui donna raison

 

- En effet. Tu détiens quelque chose qui m’intéresse.

 

Nous y voilà.

 

- Tu n’es pas le premier à convoiter mes….pouvoirs. Fit Naruto avec dégoût.

 

Sourire narquois.

 

- J’y ai pensé un temps. Avoua le « reptile ». Mais ce n’est pas exactement mon objectif premier.

 

Mais alors….

 

Le Sanin prit un moment avant de poursuivre.

 

- En fait….tu détiens quelqu’un qui m’intéresse.

 

Naruto le regarda perplexe.

 

- Un de tes hommes est prisonnier à Konoha, c’est ça ? Tu as besoin d’un tel stratagème pour un truc aussi merdique ? interrogea-t-il.

 

Son interlocuteur balaya la phrase d’un geste de la main.

 

- Non….mes hommes sont des pions sacrifiables. Je m’intéresse à quelqu’un bien au-dessus de ça.  Quelqu’un avec un don héréditaire très utile.

 

Naruto se crispa. Un flot de souvenirs, la plupart pénibles, inonda son esprit. Il se revit lors de la seconde épreuve de l’examen chunin, puis à la Vallée de la Fin, puis ici-même sur ce pont.

 

Sasuke c’est impossible….c’est un gamin avec du potentiel mais…..pas plus pour l’instant. Donc forcément…

 

- Tu veux Itachi Uchiha pour ses sharingans, n’est-ce pas ?  Afin de pouvoir copier le plus de techniques possibles, ton objectif depuis toujours. Si c’est le cas, tu te mets le doigt dans ta pupille de serpent jusqu’au coude. Je ne te livrerai pas Itachi. Et même si je le faisais, tu aurais bien du mal à le soumettre.

 

Sourire amusé.

 

- Tu me sous-estimes, Naruto-kun. Qu’importe, ce n’est pas lui non plus. Même si je m’y suis intéressé de très près. Et à voir ta rapidité de réponse, j’en déduis que c’est ce que j’ai fait à ton époque également. Logique. Cependant….j’ai trouvé encore mieux. La gamme au-dessus.

 

Shisui ? Non. Il ne se différencie pas tellement mis à part son pouvoir occulaire de nature divergente. Qui pourrait être fondamentalement au-dessus d’Itachi ? Il ne pense certainement pas un Uchiha parce qu’honnêtement à part Mad….

 

Il poussa un hurlement de surprise et d’horreur.

 

- C’EST UNE BLAGUE ? TU VEUX CE CINGLE PSYCHOPATHE ARCHI-PUISSANT ?

 

Sourire affirmatif.

 

- Je vois que tu as compris, Naruto-kun. C’est donc un échange en bonne et due forme. Je te rends ta petite amie, et toi tu me donnes cet Uchiha.

 

 

Naruto baissa la tête. Son visage dissimulé dans l’ombre ne laissait voir aucune émotion. Lorsqu’il parla ce fut avec une voix étrangement calme. Comme résignée. 

 

- Rien à faire, même à cette époque tu es toujours ce salopard  sans scrupule que j’ai connu.

 

Il releva la tête.  Sur son visage encore juvénile, il n’y avait aucune crispation.

 

- Ça te ressemble bien ce genre de marchés abominables. Mais….je crois qu’il y a une légère confusion.

 

Il fit plusieurs pas en avant, lentement, sans paraître ressentir la moindre émotion.

 

- En premier lieu, tu as l’air de penser que je peux le libérer à ma guise. Il n’en est rien. Il est actuellement coincé dans une autre dimension. Scellé. Y accéder n’est pas une chose aisée.

 

Il continua sa marche et dépassa Orochimaru sans lui prêter une quelconque attention.

- Ensuite, tu sembles être sûr que tu pourras disposer de son corps sans le moindre problème. Permet-moi de te rappeler que nous parlons d’un individu plus puissant que toi et moi réunis. Le genre de monstre qu’il est impossible de tuer. L’enfermer m’a demandé une quantité abominable de chakra et un certain nombre de jours à l’hôpital.

 

Il se retourna lentement, sortit les mains de ses poches.

 

- Enfin, et certainement la raison la plus importante dans l’avenir proche, tu as l’air de ne pas comprendre quelque chose.

 

Les yeux du jeune blond se teintèrent d’orange tandis que ses pupilles devenaient horizontales. Un chakra bleu se dégagea de son corps.

Cette fois, il y avait une émotion sur ce visage hâlé.  Un mélange de dégoût et de mépris, agrémenté par une colère sous-jacente teintée de rancœur accumulée depuis un long moment.

 

Lorsque je suis arrivé ici, à cette époque, j’ai voulu tuer certaines personnes. Itachi et les autres membres de l’Akatsuki. Orochimaru. A mesure des années, je suis resté bien sage. J’ai épargné, à raison, Itachi. Je ne me suis pas attaqué à Deidara enfant. J’ai sauvé Zabuza. Mais toi, serpent, tu es la personne que j’aurais le moindre de scrupule à tuer. Dès le moment où je t’ai aperçu, je n’ai pensé qu’à te faire payer. Et tu viens de m’en donner une envie folle.

 

- Tu as eu l’impudence de croire un instant que tu pouvais me convoquer tel un chien. Et la stupidité de vouloir jouer avec mes sentiments en t’abritant derrière une personne qui m’est chère.

 

Le chakra se teinta d’orange tandis que l’air devenait brulant. Pourtant la voix de Naruto était toujours aussi calme.

 

- Et ça, vois-tu, j’en ai horreur. Ajouta-t-il d’une voix soudain glaciale. Tu as été assez inconscient de croire que ça se finirait diplomatiquement. Parce qu’à ce stade, je te le jure, TU N’EN RESSORTIRAS PAS VIVANT !

 

Le chakra jusque-là  contenu est maîtrisé explosa. Noyant les environs sous une véritable fournaise. Ses yeux s’étirèrent sur le côté et les moustaches sur ses joues ressortirent davantage.

 

- Et malheureusement pour toi, enfoiré de mes deux, nous sommes loin de toute civilisation. Je n’aurais pas besoin de me retenir, ‘ttebanio.

 

- Je t’attends, Naruto-kun. Ça me permettra de t’étudier un peu. Fit suavement son adversaire.

 

Naruto bondit dans les airs. Il leva deux doigts.

 

FUTON….

 

Une nuée venteuse se mit soudain à souffler, fondant droit sur le serpent. Ce dernier, avec rapidité, esquiva sur le côté. Puis, une nouvelle fois, pour éviter le coup de poing de l’Hokage qui creusa un cratère dans le sol.

Cette force….comme Tsunade. Si je me fais toucher, je suis mal.

 

Il n’eut pas le temps de poursuivre ses réflexions puisqu’il fut projeté plusieurs mètres en arrière par un choc invisible.

 

Se relevant rapidement, il dut sembler étonné puisque Naruto, un peu plus loin consentit à l’éclairer.

 

- Le combat au corps à corps avec le Senjutsu permet une efficacité redoutable. Indiqua-t-il. Esquiver devient quasiment impossible.

 

- Tu es devenu fort, Naruto-kun. Sourit le serpent. Et susceptible. C’est d’avoir perdu tes parents qui te rend aussi à cran ?

 

Naruto ne réagit qu’en rigolant. Un rire particulièrement sombre et lugubre.

 

- Tes attaques psychologiques, si elles sont aussi médiocres que celle-ci, n’auront plus d’effet sur moi. Et toi, ça te fais quoi d’être orphelin, Orochimaru, ‘ttebanio ?

 

Voyant que sa pique verbale s’était retournée contre lui, Orochimaru fondit en avant.

 

- En'ei Jashu (La poigne du serpent spectral).

 

Pas moins de six serpent sortirent de sa manche. Et de chacune de leurs gueules jallit une épée redoutable.

 

Naruto ne se troubla pas. Depuis le temps, il connaissait cette technique.

 

- Uzumaki Nimpô !

 

Dans le prolongement de sa main jaillit une chaîne de chakra bleu. S’enroulant autours des reptiles sifflants, elle se resserra brusquement.

Puis, Naruto, usant de sa force d’Ermite, profita du fait d’être lié à son adversaire pour le projeter dans les airs en tirant brusquement.

Dans son autre main, apparut un shuriken de chakra tellement lumineux et bruyant que c’en était irréel.

 

Sans aucune hésitation il lança sa technique droit sur son adversaire. L’explosion qui en découla le repoussa en arrière.

 

Il se rétablit rapidement. Un réflexe qui lui sauva la vie puisque une autre épée, différente des autres, manqua de le transpercer dans le dos.

Grâce au senjutsu il esquiva au dernier moment.

 

C’était un clone, là-haut ?

 

Sortant de terre, comme l’abomination rampante qu’il était, Orochimaru poursuivit son attaque.

 

Plaquant ses mains au sol, il fit jaillir divers reptiles de roches du sol.

 

Naruto tandis le bras droit.

 

FUTON : KAZE NO YAIBA (Epée du Vent).

 

Dans le prolongement de ses doigts jaillit une courte lame de chakra. Se jetant alors en avant, le jeune Uzukaze trancha chaque tête rocailleuse se trouvant devant lui.

Le chakra qu’il maintenait sous contrôle devait être particulièrement puissant, puisque Naruto ne semblait pas ralentir sa course.

 

Puis, arrivé devant Orochimaru, il abattit son attaque sur lui. Le Sanin contra avec l’épée qu’il avait à la main.

 

- Même ton jutsu Futon ne peut venir à bout de ma Kusanagi.

- Ce n’est pas mon but. Rétorqua l’autre.

 

Il leva deux doigts et une longue forme orange jaillit du sol, juste sous le Sanin. Mais, alors qu’elle se resserrait brusquement, le corps d’Orochimaru se liquéfia en boue.

 

L’original, quelques mètres en arrière, composa quelques signes, avant de se mordre le pouce.

 

- Maintenant, Naruto-kun, je vais devoir y aller sérieusement. KUCHYOSE !

 

 

Dans un lieu inconnu, spatio-temporellement introuvable

 

 

Il était dans un lieu impossible à situer. Il n’y avait rien. Rien du tout. Pas le moindre son.

Une lueur éclairait le néant. Elle était d’une couleur inconnue, hors du spectre de lumière habituel.  

Sa seule occupation était d’attendre. Depuis combien de temps était-il  là ?

Un jour ? Un an ? Mille ans ?

 

Impossible à dire. Le Temps ne fonctionnait pas ici.

 

La goutte de sang qui coulait de sa lèvre ne tombait pas.   Elle restait figée.

 

A perte de vue, il y avait cette lumière.

 

Ses chaînes sortaient du Néant. Elles n’avaient pas de commencement, arrivant de partout et de nulle part à la fois, le liant de façon indestructible.

 

Car l’Espace n’existait pas non plus.

 

Son corps était parcouru par des flammes noires qui le brûlaient sans le calciner pour autant. Elles ne crépitaient même pas. Les brûlures visibles ne parvenant qu’au bout d’un moment. Il souffrait autant qu’au moment où il  avait été enfermé ici. Pas plus. Pas moins. Une douleur identique, ne variant pas d’un iota.

 

Le sceau sur son front l’empêchait d’utiliser son chakra. Il était en principe d’une durée limitée à quelques secondes. Mais dans cet univers vide où le Temps n’existait pas, même une seule seconde devenait une infinité.

 

Seul son esprit n’était pas figé dans le Temps. Il continuait à fonctionner. Mais sans repères spatiaux ou temporels, la tâche de rester lucide devenait une torture. Aucun besoin, aucune sensation, une absence totale de mouvements et d’action. Même les chiffres perdaient leur sens. A quoi bon compter l’incomptable ?

Mesurer les secondes et les minutes était tout aussi vain. Autant que de se montrer plus rapide que son reflet. Autant que de vouloir capturer la lumière avec une main.

 

La prison où il était enfermé était le pire lieu de détention existant.

 

Maudissant une nouvelle fois cet Uzumaki, Madara Uchiha fit ce qu’il faisait depuis 1h ou un milliard d’années, il se concentra sur ses souvenirs.

Pendant un instant, et si le Temps avait fonctionné, on aurait pu voir une légère lueur rouge dans son regard où la Haine était plus brulante que toutes les techniques Enton du Monde Ninja.

 

 

Pont du Ciel et de la Terre

 

Il n’y avait plus de pont. Dès l’instant où Orochimaru avait fait venir ses invocations reptiliennes géantes, ça avait été le début du second round : Le combat des Mastodontes.

 

Naruto réalisa rapidement qu’il fallait se débarrasser de tout ce vivarium en une seule fois pour se mettre à l’abri d’attaques fourbes.

 

C’est pourquoi il renonça tout aussi rapidement à convoquer ses amis batraciens du Mont Myobokou.

 

A la place, il utilisa sa propre version du combat de grande taille.

 

 

On raconta des années plus tard que même Manda, l’orgueilleux, le méprisant, le Roi des serpents, du probablement ressentir pour la première fois une terrible sensation de frayeur lorsqu’un Renard bien plus imposant que lui l’attrapa à la gorge d’une seule patte avant de laisser pour mort, étranglé et assommé au sol tel un vulgaire ver de terre.

 

Il y avait quatre-vingt-douze serpents. Une bonne partie étaient des invocations géantes dont une à trois têtes. Toutes, une fois Manda hors-combat, subirent de sévères dégâts lorsque la créature aux neuf queues cracha un déluge de feu corrosif.

 

Puis il y eut d’autres techniques toutes aussi effrayantes.

 

Naruto/Kyubi fit jaillir des geysers de chakra du sol, créa des cyclones et conclut par quelque chose qui n’avait pas de nom. Une chose qui n’était pas quantifiable ou  qualifiable avec le vocabulaire Ninja. Une technique qui n’était pas du Ninjutsu mais du Ninshû.

 

C’était une technique monstrueuse. Démoniaque ou Divine, impossible à dire. Les serpents ne durent leur survie qu’à leur capacité à mettre fin à l’invocation à l’instant même où ils allaient être touchés.

 

De même, le Sanin renégat eut la présence d’esprit d’invoquer son Sanjū Rashōmon ( Triple rempart). Grâce à cela, il échappa aux dégâts les plus graves.

 

Mais, alors qu’il s’attendait à une seconde attaque, il eut la surprise de voir le Renard diminuer de taille pour finalement disparaître.

 

Naruto réapparut.

 

- En me battant sous cette forme, je risquerai de te rater. Expliqua-t-il sans que sa froideur n’ait diminuée de quelque façon.

 

Pour la première fois depuis le début du combat, Orochimaru afficha un air sérieux, exempt de toute moquerie ou arrogance.

 

Il avait eu la preuve de la puissance de cet adversaire qu’il prenait de haut. Même lui, travaillant sur l’immortalité et la réincarnation, ne pouvait s’exposer à de tels risques.

 

- C’est la première fois que je vois une technique de ce genre. Marmonna-t-il.

 

Dans son esprit, Naruto aussi était surpris. Ce n’était pas lui qui venait de créer cette attaque. Il ne la connaissait pas non plus. Son locataire à fourrure entreprit de lui expliquer.

 

- C’est une technique que tu ne peux imaginer. La reproduire tout seul est impossible. Elle ne fonctionne pas avec du chakra conventionnel. C’est l’opposé même de l’élément Yang. Aucun humain, aucune invocation, aucune technique n’est comparable. Le Yang est l’origine de la Vie elle-même, en aimant les formes créées par le Yin. Rikudo Sennin utilisa le Yang pour ses créations, pour donner vie. Mais l’anti-Yang est une horreur. C’est l’opposé. Cela détruit la vie. Le Démon Originel avait une technique semblable. On l’appelle Tenpenchii. Au maximum de son potentiel, elle détruisait tout ce qui était vivant dans un périmètre gigantesque. Ce que j’ai fait ici, n’est qu’une pâle imitation (que je suis d’ailleurs le seul parmi mes confrères à savoir utiliser, il me semble). Pour autant, elle est si redoutable qu’il est probable que l’herbe ne repoussera probablement jamais ici.

 

- Une technique du Jûbi ? s’étouffa le blond. Pardonne-moi de te dire ça, mais pourquoi ne l’as-tu pas utilisé contre moi ou contre Konoha ?

 

Kyubi le regarda avec un regard réprobateur.

 

- Cette technique ne doit jamais être utilisée. J’ai donné ma parole à l’Ermite de ne jamais y avoir recours. Jamais. C’est un souvenir bien trop horrible. Même en m’ayant exaspéré autant que tu l’as fait ce jour-là, je n’aurais jamais rompu cet engagement. Je te trouve bien suicidaire, ceci dit. Konoha aurait été rasée si j’avais été aussi énervé.

 

- En ce cas, si tu tiens tellement à cet engagement, pourquoi avoir utilisé une technique aussi terrible ici ? demanda prudemment Naruto. Ton Katon originel aurait suffi. Une Bijuu-Dama les aurait annihilés sans problème.

 

Le Renard l’observa, comme s’il le jaugeait.

 

- Parce que, tu devais voir de tes yeux la nature d’une technique vraiment dangereuse.  Tu devais apprendre par la manière forte la voie où tu ne dois jamais t’engager. Tu devais voir l’abomination que je peux créer afin que tu ne sois jamais tenté.  Voilà  ce que la Haine pourrait faire de toi. Quelque chose de pire que tout.

 

Naruto l’observa à son tour avec sévérité.

 

- Je n’ai pas l’intention d’utiliser ce genre de techniques génocidaires. Et je ne te demanderais jamais de me les enseigner. En utilisant de tels jutsus je réduirais Konoha en cendres sans le vouloir. Et en tant que Yondaime il en est hors de question, ‘ttebanio. Ce n’est pas ma façon d’être. Tu as rompu ta promesse pour m’avertir du danger de céder à la surpuissance. Et je t’en remercie.

 

 

Il reprit conscience avec la réalité.

 

- Alors, Orochimaru, renonceras-tu à ce projet stupide ?

 

Le serpent plaqua les mains l’une contre l’autre.

 

- A ce stade du combat, je ne peux plus renoncer. Répondit-il. Je vais jouer mes derniers atouts. KUCHYOSE : EDO-TENSEÏ (La réincarnation des âmes).

 

A ces mots, Naruto bondit en avant. Il ne pouvait laisser le Sanin invoquer des ninjas surpuissants venus d’entre les morts.

 

Un Rasengan à la main, il fondit de toute sa vitesse.

Un instant trop tard….

 

Le cercueil sortit brutalement du sol. Rien sur la décoration sobre ne permettait de dire qui était le revenant.

 

Dans un grincement, la porte tomba brusquement.

 

Naruto ouvrit de grands yeux.

 

Mais…qu’est-ce que…aurait-il réussi ?

 

 

Quelques mètres plus loin

 

 

Perché sur une branche, à l’écart du combat, un individu encapuchonné ne perdait pas une miette de cet affrontement.

 

Naruto est clairement supérieur. Sa dernière technique l’a prouvé. Il pourrait en venir à bout. Combattre contre Madara a dû le rendre plus fort.

 

Il avisa le cercueil et un sourire narquois marqua son visage en avisant le contenu du cercueil.

 

Maudit Orochimaru. Il aura vraiment tout tenté pour arriver à ses fins. Mais je ne m’attendais pas à un spectacle aussi déroutant.

 

Il s’approcha pour mieux voir.

 

Intéressante forme. On dirait que le « Projet » a eu des résultats inattendus si le monde impur est aussi perturbé. Peut-être serait-il temps que j’aille discuter avec eux ?

 

Zone de combat.

 

 

Dans le cercueil il y avait un homme. Habillé d’une armure rouge, il arborait des cheveux qui avaient dû être noirs.

Mais, ce qui retenait l’attention, c’était la partie droite de son corps. Il n’y en avait pas.

 

L’individu était comme coupé en deux du haut vers le bas.

 

Naruto le reconnut.

 

- C’est Hashirama Senju, le Shodai Hokage. Mais pourquoi cette forme si…mutilée ?

 

Enfoiré d’Orochimaru. Il a déjà procédé à son déterrage de sépultures. Et il a sorti le grand jeu. Si je devais me battre contre Hashirama-sama au maximum de sa force, je ne serais pas sûr de l’emporter. Aucune technique des Bijû ne pourrait fonctionner contre lui. Brrr….

 

Orochimaru aussi semblait perplexe devant le résultat. Lors de ses expérimentations, il avait obtenu une solution parfaite.

 

Mais, la situation ne prêtait pas à l’expérimentation en laboratoire, aussi ne resta-t-il troublé qu’un court instant.

Si ses atouts offensifs ne fonctionnaient pas, il taperait dans le psychologique.

 

EDO-TENSEÏ

 

Un nouveau cercueil jaillit du sol. Le couvercle tombé au sol dévoila une silhouette bien plus chétive.

 

Naruto eut un sourire triste. Il avait compris avant même l’ouverture.

 

Encore vivante, hein ? Tu pensais surement que je ne connaissais pas l’Edo Tenseï et tu as tenté de m’escroquer avec une pâle copie de Rin. Enfoiré.

 

Car devant lui, à peine plus âgée que dans ses souvenirs, se tenait Rin Nohara, la coéquipière de Kakashi et Obito.

 

Ce fut lorsqu’Orochimaru lui rendit sa véritable apparence, par le sacrifice inscrit sur un kunai, que Naruto commença à ressentir une terrible douleur.

 

Toujours ces grands yeux doux, toujours ce sourire candide.

 

Maudit soit le Destin qui persiste à ramener les gens que j’ai aimé ou perdu pour me narguer. D’abord Obito avec ce sourire sadique, possédé par Madara. Et maintenant une Rin zombi.

 

- Naruto-san ?

 

Cette voix aussi était toujours la même.

Inconsciemment Naruto fit un pas en avant. Une larme coula sur sa joue.

 

J’ai bien fait de venir. Comment Kakashi aurait-il réagi ?

 

- Rin….put-il seulement articuler.

 

Son cœur était littéralement broyé par une mâchoire en acier trempé. Huit années d’espoir avaient été brisées par l’annonce de sa mort. Mais là….c’était la descente finale.

 

Il tomba à genoux.

 

Il y eut un chuintement lorsque la jeune fille sortit un kunai de sa sacoche et fondit sur lui. Impuissant, il la regarda s’approcher, à l’agonie.

La phrase qu’il entendit pénétra jusque son âme, le fit trembler comme jamais.

 

- Je suis désolée, Naruto-san. Je dois vous tuer. Je n’arrive pas à m’en empêcher.  

 

L’arme pénétra le torse dans un jaillissement de sang. Le visage de Naruto se crispa. La douleur physique égalait la douleur morale.

 

Il se sentit un moment défaillir.

- NARUTOOOO !!!!

Des larmes coulèrent sur le fin visage de la ressuscitée. Elle venait de poignarder celui pour qui elle avait eu des sentiments. Mais l’emprise sur son esprit était trop forte.

 

Alors qu’elle se préparait à une seconde attaque, une poigne de fer saisit la main où elle tenait son kunai.

 

Ce cri effrayé lui avait fait reprendre ses esprits. Il lui rappelait qu’il ne fallait pas baisser les bras. Qu’il ne fallait pas la laisser.

 

Naruto reprit la parole. Sa voix était détruite. Mais il souriait faiblement.

 

- Je l’avais mérité. Ça c’était pour t’avoir laissée seule. Je suis vraiment heureux que ce soit toi qui m’aies poignardé ainsi. C’était à toi de le faire.

 

L’espace du champ de bataille laissa place à une brume lumineuse et un peu bleutée. Les deux se tenaient face à face.

 

Naruto continua.

 

- Pardon Rin. Pardon ne pas avoir pu te protéger comme je t’en avais fait la promesse en revenant de la guerre. A cause de ça, tu es morte. Pire tu as été tuée par Obito. Et tout ça c’est ma faute.

 

- Non je….

 

Naruto l’interrompit gentiment.

 

- Laisse-moi finir, Rin-chan. Lorsque j’ai appris la nouvelle par Kakashi, je m’en suis voulu au-delà de tout. J’ai même songé un instant à utiliser tout mon chakra pour te ramener d’entre les morts. Je m’en suis voulu pour ne t’avoir jamais dit au revoir, ‘ttebanio.

 

Il s’approcha d’elle et lui posa une main sur l’épaule. Depuis leur dernière rencontre elle avait grandie, devenant une adolescente. Mais lui, de son côté, avait grandi de huit ans. Il était un adulte. L’écart s’était donc bien accru.

 

Rin vit les yeux bleus, de celui qu’elle avait admiré, la regarder avec tendresse.

 

- Rin. Merci pour tout. Merci de m’avoir soutenu et admiré. Merci de m’avoir aimé.

 

Cette dernière répondit de la même façon que huit années auparavant. Elle l’embrassa sur le coin des lèvres.

 

- C’est moi qui te remercie, Naruto-kun. Tu m’as donné confiance en moi. Tu m’as aidé jusqu’à la fin. Je ne t’en veux pas. Pas une seule seconde.  

 

Elle essuya une larme avant de poser la question qui la taraudait.

 

- Est-ce que Kakashi…

.

- Non. Il a survécu. Blessé mais vivant.

- Tant mieux. Fit la jeune médecin.

 

Elle sembla hésiter un moment.

 

- Et Obito….il m’a…

- Ce n’était pas Obito ! coupa Naruto.

 

La voix était sèche. A la façon de prononcer, Rin jugea qu’il avait dû le répéter un nombre incalculable de fois. Voire à s’en convaincre lui-même.

 

- Obito a été possédé par une technique d’un ninja maléfique. Il n’était pas conscient de ses actes. Je traque son assassin, et le tien, depuis toutes ces années.

 

- Je suis soulagée. Sourit légèrement Rin. J’ai cru qu’il m’en voulait pour….

- Obito était quelqu’un de bon. Et je le sauverai.

 

Ils se retrouvèrent à nouveau sur le champ de bataille, comme si rien ne s’était passé. Ce système de discussion tacite en plein combat était vraiment déroutant.  

 

Naruto plaqua sa main sur le ventre de Rin dans un geste exempt d’hésitation. Des lignes d’écriture noire apparurent avant de s’étendre sur tout le corps.

 

FUINJUTSU !

Avant qu’elle ne commence à disparaître, il se pencha un instant vers elle.

 

- Merci Rin. Dit-il en l’embrassant délicatement. Repose en paix. Je veille sur les gens qui nous sont chers. Et cette fois je n’échouerai pas.

 

La jeune fille eut un sourire radieux.

 

- Adieu, Naruto-san.

 

Puis, l’âme de la défunte repartit dans le Monde Impur dans une colonne de lumière.

 

Rin, je dirais à Kakashi que je t’ai revu. Je lui dirais à quel point tu t’es inquiétée pour lui. Tu resteras toujours dans nos cœurs. Et je retrouverai Obito. Je le sauverai d’une façon ou d’une autre.

 

Il reprit conscience avec la réalité. Ne ratant pas le visage déconfit de son adversaire.

 

- Les corps réanimés par l’Edo Tenseï peuvent être scellés. Fit-il simplement. Tu ne pourras jamais plus ramener Rin d’entre les morts.

 

Il tendit les index et majeurs de chaque main.

 

- Puisque tu sembles aimer jouer avec les sentiments des autres, qu’est-ce que tu penses de ceci ?

 

BIJUU NIMPÔ !

 

Une brume orange jaillit de son corps, s’infiltrant dans le sol. Puis, dans d’horribles craquements, des corps sortirent, recouverts de terre.

Orochimaru ouvrit des yeux interloqués.

 

Qu’est-ce que c’est que cette technique ?

 

Devant lui se tenaient Minato Namikaze, Kushina Uzumaki, Jiraya et Tsunade. Tous d’une pâleur anormale.

Avant qu’il ait eu le temps de se ressaisir, les quatre ninjas lui fondirent dessus.

 

Le premier fut Minato. Il lui lança son kunai marqué à l’Hirashin. Orochimaru s’écarta avant qu’il n’ait eu le temps de se téléporter.

 

Puis il dut bondir pour échapper aux terribles chaînes de chakra se tendant dans sa direction. Mais alors il tomba sur Jiraya.

 

- Hey, Oro-teme, tu te fais lent on dirait. RASENGAN

 

Le serpent de parvint pas à complètement éviter l’attaque et fut projeté en arrière.

 

Depuis quand est-il si rapide ?

 

Il dut faire face à une horde de crapauds déchaînés invoqués par son ancien coéquipier, c’est pourquoi, le poing de Tsunade lui rentra en plein ventre. Il sentit nombre de ses os craquer.

 

L’apogée fut atteinte lorsqu’une voix douce retentit derrière lui.

 

- Orochimaru-san, je suis désolé, mais mes marques Hirashin ne disparaissent jamais.

 

Cette fois, le Rasengan renforcé au Futon lui laboura le dos. Lourdement blessé, il recourut à ses dernières forces pour utiliser sa technique de mue. Il dégorgea ainsi son nouveau corps entouré d’un liquide gluant.

 

- C’est impossible. Ça ne peut pas être….Jiraya et Tsunade ne sont pas mort. Mais pourtant, ce sont leur façon de combattre.

 

- En effet. Fit la voix de Naruto.

 

Il y eut comme un claquement puis les quatre assaillants disparurent.

 

- Genjutsu ?

- Non. Répondit Naruto. Pas exactement. La brume a juste faussé tes perceptions pour ne pas que tu ressentes leur chakra. Les quatre que tu as vus étaient mes clones. Imiter mes parents n’est absolument pas difficile car je connais tout d’eux. Jiraya m’a appris l’Art du Ninja et le Rasengan. Quant à Tsunade….et bien disons que dans certains domaines, elle peut être imitée.

 

 

Il avança lentement. Sur son visage, une tranquillité à toute épreuve.

 

- Nous arrivons au terme de tout ceci, Orochimaru. Ta technique de mue t’a peut-être permis de te sauver, mais ça ne suffira pas.

 

Il désigna du doigt le dos de son adversaire. Une marque rouge circulaire continuait à exister sur la peau pâle.

 

- Mon Rasengan imprégné de Futon attaque au niveau cellulaire. Et comme c’était une technique Senjutsu, les dégâts internes ne peuvent être évités. Maintenant, sale enfoiré, je vais en finir avec toi.

 

Il bondit en avant.

 

Chacune de ses mains s’étaient muées en griffes. Dans son dos neuf queues. Dans ses yeux une pupille horizontale sur fond jaune.

 

Il ne jouait plus.

 

Village de Konoha

 

 

Dire que l’ambiance était agitée eut été un euphémisme.

 

Il y avait eu un terrible accident. La Racine des Forces Spéciales, privée de son ancien chef, s’était rebellée.

 

Ou plutôt, aux dires des prisonniers, des ninjas masqués étaient pénétrés dans le sanctuaire de la Racine au motif de « prendre possession du lieu ». Les prenant pour des ninjas aux ordres de l’Hokake, la Racine avait obéit. Mais ces individus les avaient attaqués soudainement et ils n’avaient d’autre choix que de se défendre.

 

Rapidement vainqueurs, ils pensèrent qu’on voulait les exterminer et prirent les armes.

 

Une terrible guérilla commença. Des civils furent même pris en otage.

 

Le Sandaime, un peu dérouté, et craignant pour ses villageois ne savaient pas comment réagir.

 

C’est alors qu’intervinrent deux personnes. Deux jeunes ninjas. Les deux nouveaux chefs de la Racine.

 

Itachi et Shisui.

 

Ils avaient entendu de cette révolte. Les choses ne pouvaient demeurer en l’état.

 

Les mutins vinrent à leur rencontre. En nombre.

Shisui semblait parti pour rentrer au contact, mais Itachi en stratège et diplomate choisit la négociation.

 

Sachant que son cousin l’observait il cligna deux fois des yeux et leva trois doigts de la main. Shisui acquiesça.

Il connaissait ce code. Ils l’utilisaient des années auparavant.

 

Aussi, resta-t-il silencieux.

 

La discussion devait se tenir dans une petite salle. En tant qu’ANBU et camarades (pour certains) ils avaient été introduits relativement simplement.

 

Entourés par une marée de Ne (membres de la Racine) et face à leur leader du moment, la situation semblait sous contrôle.

 

Mais, alors que la négociation allait bon train, il y eut soudain une terrible explosion qui ébranla tout le bâtiment. Des débris tombèrent du plafond.

Aussitôt tous les ninjas furent debout arme aux mains.

 

- Allez-y, allez voir ce qu’il en est. Ordonna le chef.

 

Se retournant à demi, il réalisa qu’Itachi et Shisui gisaient au sol assommés. En tant qu’ancien membre de l’équipe médicale, il avait quelques connaissances en diagnostic. De ce rapide examen résulta qu’il n’y avait aucune méprise. Leur chakra était faible.

 

Evanouissement.

 

C’était incohérent. Jamais Konoha n’aurait pris le risque d’attaquer un bâtiment avec deux ninjas aussi renommés à l’intérieur. La Feuille n’agissait jamais ainsi.

 

C’est donc une attaque de l’extérieur….

 

La révolte lui sembla soudainement dénuée complètement de sens.

 

Il sortit rapidement pour aller aider ses hommes. Et tomba sur une scène incroyable. Des Ninja d’Iwa venaient d’être appréhendés. Il vit le Sandaime Hokage arriver à grands pas sur lui.

 

-  Merci. Sans vos hommes les pertes auraient été plus graves. Je vous affirme ici et maintenant que nous n’avons jamais tenté d’attaque directe contre vous.

 

Le chef rebelle mit un genou à terre.

 

- Je vous crois. Affirma le ninja en baissant la tête. Mais nous devons aller secourir Itachi-sama et Shisui-sama. Ils sont inconscients dans le sous-sol…..

 

 

C’est ainsi que la petite rébellion se termina.

 

Quelques heures plus tard, Hiruzen Sarutobi convoqua Itachi et Shisui pour recevoir leur rapport.

 

- Ils se sont rendus en quelques minutes. Comment avez-vous réussi ce tour de force ?

 

- Lorsque nous sommes arrivés dans le bâtiment, il n’y avait qu’une seule sentinelle qui devait nous amener au lieu de rendez-vous. Grâce à mon Mangekyo Sharingan, j’ai perturbé sa vision du Temps, de l’Espace et de la Matière. Je lui ai fait croire que nous étions rentrés alors que ce n’était pas le cas. Pendant ce temps, Shisui a disséminé divers notes explosives dans le haut du bâtiment et j’ai créé des clones pour qu’ils se transforment en Ninja d’Iwa. Nous sommes finalement entrés dans le bâtiment. J’ai adressé un signe à Shisui, tiré de nos histoires d’enfants. Il signifie « diversion, action, dissimulation ». On s’en servait pour écouter les réunions du clan. Mais à notre niveau actuel, c’est différent. Lorsque la négocation a semblé devenir délicate, j’ai fait un signe discret à Shisui. Il a déclenché l’explosion. Tous les regards se sont tournés vers la porte. Etant devant nous, le chef a dû regarder par-dessus mon épaule. Il a croisé mon regard. Assez pour que j’exécute un Genjutsu. Tellement subtil qu’il n’a pas remarqué le second, le Koto Amatsukami lui donnant l’ordre « Protège Konoha ». Toujours sous genjutsu je lui ai fait croire que nous étions hors combat. Ce qui a été le déclencheur.

 

- Un double genjutsu indécelable. Murmura le vieil homme abasourdi. Impressionnant.

 

- Ce que Tachi-kun ne dit pas, ça été ma magnifique interprétation de votre rôle. S’écria joyeusement l’autre Uchiha. Sous votre apparence je lui ai affirmé que Konoha n’y était pour rien. C’est limite s’il ne m’a pas embrassé lorsqu’il m’a vu. J’y suis allé trop fort avec mon Koto Amatsukami….Beurk.

 

Itachi soupira.

 

- Ça n’était pas indispensable à notre rapport, Shisui. Fit-il désespéré par le comportement de son cousin.

 

C’est ainsi que nos deux génies continuèrent à fouler leur prodigieuse voie du ninja. Ils avaient l’avenir devant eux. Et Konoha serait bien protégée.

 

 

Pont du Ciel et de la Terre.

 

 

Naruto s’approcha du corps devant lui. Orochimaru s’était bien battu. Mais, au terme d’un combat éprouvant, le blond venait de lui donner l’estocade finale. Sa paume de l’ermite à pleine puissance l’avait laissé quasiment pour mort.

 

 

- Orochimaru, je ne tuerais pas. Mais je te ramène à Konoha où tu répondras de tes actes.

 

Il souffrait de quelques blessures, mais rien de vraiment grave.

 

Il fit jaillir des chaînes de chakra bleu de sa paume. Ainsi attaché, le Sanin ne pouvait plus bouger. Par précaution, Naruto composa quelques autres signes.

 

- FUINJUTSU : GOGYO FUIN (Sceau des cinq éléments).

 

Ça c’était pour notre premier combat, enfoiré, dans la forêt de la Mort. Je te mets le même sceau.

 

Alors qu’il mettait un bandage improvisé autours d’une blessure un peu plus gênante, il entendit comme un murmure.

 

- Est-ce…tu…aimes….les créatures d’il y a….3000 ans ?

 

Alors même qu’il analysait le sens de cette phase énigmatique, le blond sentit quelque chose le mordre au niveau de la cheville.

 

Il se retourna brusquement. Une créature minuscule, d’un gris lumineux, venait de lui bondir dessus.

 

D’un geste exempt d’hésitation il sortit un kunai et la trancha en deux.

 

Une voix hurla dans son esprit.

 

Naruto ! C’est une créature de l’époque du Rikudo. Tu dois t’en aller. Il y en a d’autres. Sa morsure est la mort assurée. Même pour un humain aussi fort.

 

Quoi mais je….

 

D’autres créatures apparurent du néant. Des centaines et des centaines.

 

Ce sont des créatures qui…..

 

Naruto n’entendit plus rien. Il venait de tomber dans les pommes.

 

 

A quelques pas de là.

 

Sur son arbre l’individu inconnu observait la scène. Il eut une grimace dégoutée.

 

Orochimaru….tu ne recules devant rien ! Où as-tu trouvé des abominations pareilles. Elles ne devraient plus exister aujourd’hui !

 

 Sans attendre, il bondit pour atterrir entre les créatures et Naruto.

 

Bon, là je n’ai plus le choix.

 

Il composa plusieurs mudras.

 

J’ai encore des choses à régler ici. Vous ne m’enlèverez pas ma proie, sales bêtes !

 

 

Commentaire de l'auteur Je suis curieux de voir ce que vous en penserez.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales