Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • La journée avait bien commencé
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/07/2020
  • Romance paranormale
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance - fantastique
    Délai de soumission : 24/12/2020
  • Repas de famille
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 5 000 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/07/2020
  • Des Astres humains
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/09/2020
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire 2021
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 600 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Une fumée épaisse recouvrait le village
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/06/2020
  • Ado et jeunes adultes
    Marathon Editions
    Nb de signes : > 350 000 sec
    Genre : enquête - suspense - young adult - réaliste - thriller - policier - noir
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Célibataire sans enfant
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2020
  • Halloween
    Les Éditions Octoquill
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : épouvante - bit-lit - fantastique
    Délai de soumission : 30/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 577 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Jeux d'enfants.
[Histoire Terminée]
Auteur: Graow Vue: 65689
[Publiée le: 2010-02-28]    [Mise à Jour: 2010-08-14]
G  Signaler Romance/Amitié Commentaires : 128
Description:
« Dans le jeu, on n'est pas libre. Pour le joueur, le jeu est un piège. » Milan Kundera.

Et pourtant, si vous saviez comme je me sens libre. Libertine. Folle. Conne. C'est comme vous voudrez. Je m'en moque.
Tant que je jouerai à ce jeu, tout m'ira. Tant qu'il me restera ce jeu, tout ira.
Et quand on me l'enlèvera, le chaos régnera.

Ne vous fiez pas à ses phrases sorties tout droit de je ne sais quel livre religieux. Ne vous fiez pas à ce que l'on dira de moi, lui, nous. Ne vous fiez pas aux rumeurs, ragots, potins. Ne vous fiez à rien. Et retenez une seule chose : Ce jeu est mon unique raison de vivre.



Univers alternatif / Inspiré du film éponyme.
Couples habituels. Principal : Sasu / Saku
Crédits:
Tout appartient au manga.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 11

[1776 mots]
Publié le: 2010-07-04Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 11




Sasuke était reparti avec moi, à Suna. Après notre danse, tranquille, dans le cimetière, nous avions repris la voiture et je conduisis jusqu'à Suna. En réalité, j'ignorais s'il voulait aller chez lui, ou me suivre ; mais je ne lui demandais pas son avis.

Lorsque nous arrivâmes, chez mon père, il était assis près de la cheminée. Pas loin du journal, mais pas derrière. Il salua Sasuke, sans jamais lui parler de son frère ou du décès. Il ne posa aucune question, ni à lui, ni à moi ; nous laissa monter sans attendre une seule explication. Sasuke se posa devant la fenêtre, sur ce siège que je lui avais installé, histoire de voir le ciel. Il ne parla pas ; je ne le fis pas non plus. Je m'allongeai sur mon lit, finalement épuisée de ces heures de route.

Je repensai au défi qu'il m'avait donné. C'était bien le premier défi dont j'ignorais la réalisation. Cap de dire non, le jour de ton mariage ? Cap. Quelle conne. Je n'en savais rien, si j'étais cap. J'avais toujours été cap de tout, n'importe quand, n'importe où. Mais là. Là, c'était différent. Il s'agissait de Gaara. Je savais qu'il avait comme projet le mariage. Et je savais que Sasuke visait Gaara, dans ce défi. Tout me prédestinait à me marier avec cet homme dont j'étais amoureuse, jusqu'ici. Mais étais-je réellement amoureuse ? Qu'était-il advenu de nous, avec la réapparition de Sasuke ? Tout n'avait été que disputes et incompréhensions. Que cela devait-il me prouver ? J'avais retrouvé Sasuke, pour perdre Gaara. Et je n'avais pas envie de perdre Sasuke pour retrouver Gaara. Je ne savais pas ce que c'était, mais ce n'était pas de l'amour.


« J'adore ton père. »


D'un coup, d'un seul, je bondis sur lui, le faisant tomber de son fauteuil. Il était désormais allongé sur le sol, bien obligé d'y rester puisque je m'étais assise sur lui. Je lançai :


« Toi, Sasuke Uchiwa, tu m'annonces que tu adores mon père.

  • Fais-moi penser à fermer ma gueule, la prochaine fois, répondit-il.

  • Allez, te vexe pas, mon coeur. »


Nous nous arrêtâmes tous deux au surnom que je venais instinctivement de lui donner puis, il dit, ignorant finalement mon trouble :


« C'est vrai. Il pose jamais de questions, lui.

  • Des fois, il vaut mieux en poser. »


Avant qu'il n'ait le temps de répliquer, ce qui, pour une fois, il allait faire ; mon portable sonna. Cette sonnerie, au final énervante, qui voulait dire « quelqu'un t'appelle, alors bouge-toi un peu et répond ». Je regardais rapidement le nom, sur l'afficheur, avant de murmurer :


« Et merde. »


Puis je répondis, sous le regard interrogateur de Sasuke qui avait fini par se lever et me rejoindre sur le lit.


« Gaara ! Comment tu vas ? »


Je branchai le haut-parleur, de façon que Sasuke entende aussi. Je ne souhaitais pas l'exclure de la discussion, même si nous risquions, encore une fois, de nous engueuler.


« Bordel, Saku. T'es où ?

  • A la maison, pourquoi ?

  • Me prend pas pour un con. Je suis passé chez toi, en fin de matinée. Ton père n'a pas voulu me dire où tu étais.

  • J'étais à Konoha. »


Il y eut un temps de pause. Gaara savait très bien ce que Konoha impliquait. Je devinai qu'il tentait de se calmer. Qu'il tentait de me prouver qu'il n'en avait rien à foutre, de la gueule d'ange de Sasuke. Qu'il n'était pas jaloux.


« Pourquoi ?

  • J'ai dû aller voir Sasuke, précipitamment. Je suis désolée de ne pas t'avoir prévenu mais

  • Pourquoi, me coupa-t-il.

  • Écoute, on en parlera plus tard, Gaara. Pas par téléphone.

  • Pourquoi ?

  • Bon sang, mais tu n'as que ce mot-là à la bouche ou quoi ?

  • Non. Mais je ne comprends pas. On devait passer une journée avec le groupe. Et tu nous as planté, sans même prévenir.

  • Ça va. Je t'ai déjà dit que j'étais désolée. J'appellerais Temari pour m'excuser aussi.

  • Dis-moi pourquoi tu as dû aller voir Sasuke. »


Je poussai un soupir d'agacement. Il m'énervait. Gaara m'énervait. À ne pas me faire confiance, à ne pas croire en moi, à ne pas vouloir que je vive.


« Itachi Uchiwa est mort. »


Il y eut un long silence gêné. Gaara ne s'attendait probablement pas à cela. Il savait qui était Itachi Uchiwa. Instinctivement, je saisis la main de Sasuke et la serrai le plus fort possible. Son frère était mort. Il niait une quelconque émotion ; mais je n'étais pas naïve.


« Ok, répondit-il finalement.

  • On se voit plus tard, alors.

  • Oui. »


Puis, plus rien, une sourde tonalité. Je coupai mon portable et tournai le regard vers Sasuke, resté stone tout le long de la conversation. Il n'avait rien dit. Il n'avait pas bougé. Même lorsque j'annonçais à Gaara la mort de Itachi. Rien. Bon Dieu ! Était-il humain, au moins ?


« Sasuke, ça va ?

  • Hn. »


Je ne savais plus. Je ne savais plus quels mots emprunter pour lui parler. J'hésitai sur tout. Pesant les phrases, une par une et jugeant du mal qu'elles pouvaient lui affliger. Son frère était mort ; et cela m'affectait plus que lui. Il devrait être triste ; ou heureux. Selon sa haine. Il devait avoir un sentiment, n'importe lequel. Mais il devait en avoir un. Ce n'était pas possible. Je ne pouvais concevoir le fait qu'il n'ait pas de sentiments. Je n'arrivai pas à imaginer. Ne rien ressentir... Sinon un vide. Un immense vide, là, à la poitrine. Et rien, rien qui ne lui tordait le ventre. Rien. Jamais. Pas de palpitations au bout des doigts. Pas de coeur qui bat plus vite. Rien de tout ça. Ce n'était pas possible ; il ne pouvait pas ne rien ressentir. Il me mentait.


« Sasuke... ça te fait quoi, la mort de Itachi ? »


Je crois bien que c'était la première fois que je l'appelais Itachi, et pas « ton frère ». Il me regarda froidement, peut-être un peu plus qu'à chaque fois. Puis, il pinça ses lèvres ; comme pour se priver de parler, pour ne pas me dire ce qu'il pensait directement, ce que son coeur tentait de sortir.


« Ça ne me fait rien. »


Évidemment. Je m'étais attendue à cette réponse. Que m'aurait-il répondu d'autres ? J'étais la personne connaissant ses secrets les plus sombres mais, même ça, il ne me l'avouerait pas. Jamais il ne laisserait passer un seul sentiment. Considérait-il cela comme une faiblesse ?


« Je... J'arrive pas à te croire, Sasuke. Tu dois ressentir quelque chose, forcément.

  • Pourquoi

  • Parce que... Parce que c'était ton frère ! »


J'avais presque crié. Il me regarda, dubitatif. Apparemment, il ne comprenait pas mon emportement. Il ajouta :


« Il a tué mes parents.

  • Je sais, ça, Sasuke. Tu devrais te sentir... je ne sais pas, moi, heureux ! Soulagé. Si tu hais ton frère, comme tu me le dis, sa mort ne te laisse pas indifférent.

  • À croire que si. »


Je me tus, comme dérangée par cette idée. Il le savait ; mais que pouvait-il bien faire. S'il me disait la vérité, il n'allait pas me sortir un mensonge qui m'arrange. Il y eut un long silence. Très long silence, durant lequel je ne pensais à rien. Je fixais ce plafond blanc, allongée sur le lit ; complètement absorbée par ma seule vision.

Lui non plus, ne dit rien. Il ne bougea même pas, je crois. Puis, au bout d'un moment, je le sentis prendre ma main et il me dit :


« Ok, Saku. Oui, je ressens quelque chose. La mort de mon frère ; ça me rend joyeux. Tu vois, je suis heureux qu'il soit mort, soulagé. Un crevard de moins dans le monde. Le mec qui a tué mes parents est mort ; et je suis heureux. Je n'ai pas choisi mon lien de parenté avec cet être. Je n'ai pas voulu te l'avouer, ça. Je n'ai pas voulu te l'avouer car j'ai peur que tu me prennes pour un monstre. Un type sadique qui ne ressent que bonheur à la mort. Alors, voilà. Maintenant, tu sais. Et ne me juge pas, je t'en prie. Je t'assure que je ne contrôle pas mes sentiments, ni mes émotions ; je ne suis pas un monstre, Saku. Crois-moi. »


D'abord, je ne répondis pas. Pesant ses mots un à un, je me rendis compte qu'il venait de me parler comme jamais il ne l'avait fait. Qu'il venait de m'avouer l'un de ses sentiments. J'étais soulagée. Puis, je finis par répliquer un simple :


« Je te crois. »


Commentaire de l'auteur Je tenais juste à vous prévenir que j'ignore complètement quand aura lieu la prochaine publication d'un chapitre.
Bonnes vacances à tous. En espèrant vous retrouvez assez vite,
Graow.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales