Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Je dois te tuer, mais pourquoi l'amour s'en est-il mêlé?
[Histoire Terminée]
Auteur: saku77 Vue: 29761
[Publiée le: 2007-12-22]    [Mise à Jour: 2010-06-13]
G  Signaler Romance/Drame/Action-Aventure Commentaires : 27
Description:
Sakura Haruno. Vingt et un ans. Excellent agent au service de la justice par le biais de diverses organisations, ayant toujours mené ses missions à terme sans jamais se poser de questions. Du moins jusqu'à une certaine mission. Une mission hautement dangereuse et d'une importance capitale. Sauf qu'entre devoir et amour, le choix n'est pas toujours facile...

FIC TERMINEE
Crédits:
Les personnages ne sont pas à moi et appartiennent à Masashi Kishimoto. Par contre il se peut que j'invente des personnages au cours de l'histoire, je verrai. L'idée de l'histoire dans une histoire (ce qu'on appelle une mise en abyme) je l'ai prise de Jin Roh la brigade des loups qui est un très beau film. La fic est normale, mais en parallèle, je raconte une autre petite histoire qui est en rapport avec la fiction.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

chapitre 16 (FIN)

[4483 mots]
Publié le: 2010-05-15Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 16 : Je devais te tuer, mais tu m’as prise au piège de l’amour.

 

** Trois ans plus tard **

 

Deux personnes attendaient patiemment dans une voiture garée devant une école maternelle. Un homme et une femme. Celle-ci remit rapidement ses courts cheveux roses derrière ses épaules, avant de se tourner vers son voisin et de lui dire sur un ton froid :

 

« Je ne vois pas pourquoi il te paraît si important de garder un contact avec nous, Julius.

 

- Quand j’ai compris qui tu étais, j’ai d’abord été choqué. J’étais à des années lumières de penser que tu deviendrais… Ce que tu es devenue. J’espérais que tu avais pu continuer ta vie et prendre un chemin plus calme que celui que ta mère et moi avions emprunté. Si je tiens à être prêt de ton enfant et toi, Sakura, c’est parce que vous êtes ma seule famille, répondit Julius. »

 

Sakura ferma les yeux et les rouvrit. C’était exactement le genre de discours qu’elle détestait entendre de la bouche de cet homme, qui se trouvait être son géniteur. Qu’en avait-elle à faire de ces belles paroles ? Des phrases telles que celle-là ne pouvaient être que des mensonges. Elle le savait bien. Car elle en connaissait un autre qui lui avait dit beaucoup de choses mais qui avait finalement disparu sans laisser de traces.

 

Enfin presque, songea-t-elle ironiquement.

 

« Ecoute, Julius, je connais la chanson… Tu me chantes la même depuis trois ans, tu n’en as pas assez de répéter la même chose ? « Je suis désolé, Sakura » ou encore «  si ta mère et moi avions su, nous aurions agi autrement ». Ce qui est fait est fait, non ? se contenta-t-elle de répondre, glaciale, avant de reporter son attention sur le portail de l’école. »

 

Du coin de l’œil, elle vit son père esquisser un sourire.

 

« Le départ d’Uchiwa t’a rendue tellement glaciale et indifférente, Sakura… A ses côtés, tu redevenais celle que tu avais toujours été.

 

- Je ne veux pas en entendre parler, coupa-t-elle. Je vais chercher Yuu. »

 

N’attendant pas la réponse de son père, elle ouvrit la portière de la voiture et se dirigea vers l’école pour récupérer son fils. C’était la seule chose qui lui restait des belles paroles de Sasuke et de leur « amour ». Après son départ, il lui avait fallu assumer seule cet évènement inattendu et apprendre à gérer sa grossesse. Les sentiments si profonds du jeune homme n’avaient apparemment pas duré plus d’une nuit.

 

Elle chassa rapidement toute pensée concernant l’Uchiwa pour se concentrer sur son fils. Lui ouvrant grand les bras, elle lui fit un gros câlin avant de lui ébouriffer les cheveux. Devant Yuu, elle était comme face à Sasuke, elle était plus faible. Plus douce. L’expression de son visage se fit plus tendre tandis qu’elle déposait un léger baiser sur le front du petit garçon avant de lui demander :

 

« Alors, tu t’es amusé aujourd’hui, Yuu ? »

 

Yuu secoua la tête avec un grand sourire. Il attrapa la main de sa mère, heureux de l’avoir enfin retrouvée, puis répondit :

 

« On a chanté des chansons. »

 

Sakura masqua son inquiétude derrière une expression sereine, qui se voulait chaleureuse. Elle savait que même si Yuu n’en parlait pas souvent, il se demandait où se trouvait son père et pourquoi il ne l’avait jamais vu depuis sa naissance.

 

« Vous avez parlé … De la fête des papas ? hésita-t-elle sur un ton qui se voulait anodin.

 

- Oui ! dit le petit avec enthousiasme. Et on a fait des cartes avec un ours dessus ! Comme ça, peut-être que mon papa voudra venir me voir ? »

 

Ton père est un… lâche ! pensa-t-elle en tâchant de rester polie.

 

« Ton papa aura ta carte, Yuu, lui assura Sakura. Je te le promets.

 

- C’est vrai ? fit Yuu sur un ton empli d’espoir.

 

- Oui. »

 

Lorsqu’ils atteignirent la voiture, elle installa son fils dans le siège auto situé à l’arrière du véhicule, puis, une fois assurée qu’il était correctement attaché, partit s’installer au poste de conduite.

 

« Papy ! s’exclama Yuu en découvrant Julius assis sur le siège du passager avant.

 

- Coucou mon grand ! »

 

Sakura leva les yeux au ciel avant de démarrer et de prendre la direction de l’appartement dans lequel elle avait emménagé avec son père depuis son accouchement. Quelque part, elle devait admettre qu’elle était non seulement soulagée que son père ne lui en veuille pas pour la mort de sa mère, mais qu’elle lui était aussi reconnaissante de ce qu’il avait fait pour eux depuis le départ inexpliqué de Sasuke. Une fois arrivés en bas du bâtiment, elle se tourna vers son père.

 

« Julius, est-ce que tu pourrais garder Yuu le temps que je passe voir un ami ? »

 

Celui-ci arqua un sourcil.

 

« Pas de problème. Mais de quoi s’agit-il ? »

 

Le visage de Sakura se ferma complètement.

 

« Aucune importance. Et merci.

 

- Sakura, l’arrêta son père.

 

- Quoi ?

 

- Je… »

 

Elle n’avait pas perdu sa capacité à analyser les gens, et tout dans le comportement de son père à cet instant indiquait qu’il avait l’intention de lui avouer quelque chose qu’il lui avait caché jusqu’à présent.

 

« Après que Sasuke m’ait laissé partir… Eh bien… »

 

Il s’éclaircit la voix, fouilla dans sa poche et en tira un sachet.

 

« Il m’avait chargé de te remettre ça, acheva-t-il. Je ne voulais pas que tu l’attendes, et que tu souffres… »

 

Sakura reconnut sans peine le contenu du sachet. Il s’agissait des morceaux de son miroir brisé.

 

« Très bien, dit-elle. Et donc ?

 

- C’est tout, fit Julius mal à l’aise. »

 

Elle ferma brièvement les yeux pour balayer la foule de questions qui menaçait de s’emparer de son esprit puis reporta son attention sur son fils.

 

« Yuu, maman doit aller voir un ami un petit moment. Je serai rentrée après ton goûter.

 

- Je veux des fraises pour goûter ! dit Yuu.

 

- Il faudra demander à ton grand-père, mon chéri. »

 

Quand elle fut seule dans la voiture, elle comprit que sans Yuu elle n’aurait jamais pu surmonter tout ça et être ce qu’elle était à ce jour. Elle croyait avoir oublié comment être elle-même, comment retrouver la partie sincère, innocente et vivante d’elle. A la naissance de Yuu, tout lui avait alors paru si clair et naturel. Comme Sasuke, dès que son regard s’était posé lui, elle n’avait pu faire autrement que de l’aimer. Et tous ces gestes qu’une mère a pour son enfant, d’instinct, elle les avait su. Yuu n’était pas difficile, bien au contraire. Avec lui, elle retrouvait ce qu’elle avait perdu.

 

Tandis qu’elle conduisait en direction de chez Naruto, elle se souvint du dernier jour où elle avait vu Sasuke. C’était après qu’elle ait tout fait exploser. Il était malgré tout venu la chercher et l’avait trouvée.

 

Sa première pensée avait été pour lui. Sa première pensée avait été qu’elle avait réussi, elle lui avait donné ce qu’elle-même n’aurait jamais. Un futur. Plus. Elle ne serait même plus là pour le voir profiter de cette chance. Avait-elle eu tort ? Avait-elle agi égoïstement ? Non, sans hésiter. Un assassin n’avait pas le droit de se poser ce genre de questions. Encore moins d’éprouver le moindre sentiment de regrets. Quel droit possédait-elle encore pour pouvoir prétendre penser à quelqu’un d’autre qu’elle-même ?

 

Sasuke.

 

Etait-elle morte ? Le souffle de l’explosion avait-il été plus puissant que ce qu’elle avait prévu ?

 

Pourquoi est-ce que je veux le voir à ce point ? Je vais mourir si ce n’est pas déjà fait.

 

Elle s’était vaguement souvenue avoir été violemment projetée au loin à cause de l’explosion, elle s’était également souvenue de la douleur qui lui avait vrillé le crâne à cet instant.

 

« Sakura ! »

 

Son coup sur la tête avait été plus mauvais que ce qu’elle croyait, elle entendait même la voix de Sasuke ! Des hallucinations… Il ne manquait vraiment plus que ça !

 

« Sakura ! Sakura ! Bon sang, espèce d’idiote ! »

 

Elle ne faisait plus que l’entendre, elle le percevait plus ou moins derrière ce voile brumeux qui recouvrait ses yeux. Prenant conscience que quelqu’un la touchait, Sakura ferma les yeux et les rouvrit. Il lui était impossible de parler. Impossible de bouger également. Sans doute était-elle encore trop sonnée pour reprendre une maitrise totale d’elle-même et pouvoir se mettre debout.

 

« Sakura ! Est-ce que tu m’entends ? »

 

Pourquoi ne pouvait-il pas la laisser en paix ? Pourquoi ne pouvait-il pas lui accorder le droit de recouvrer la froideur de sa vie solitaire ? N’avait-elle pas accompli suffisamment de choses pour lui ? N’avait-il pas encore compris … ? N’avait-il pas encore réalisé qu’elle l’aimait ? Tout simplement ?

 

« Haruno, fit-il en changement radicalement de ton, si tu ne réponds pas sur le champ… »

 

Un sourire apparut sur son beau visage. Un sourire qu’elle … Détestait ?

 

Arrête.

 

Un sourire…

 

Arrête de te mentir !

 

Un sourire qu’elle adorait. Un sourire qu’elle n’aurait pas imaginé ne plus jamais revoir.

 

« Je vais t’embrasser. »

 

Ce n’était pas une demande, c’était une affirmation. Alors elle fit la seule chose dont elle était encore capable : Fermer les yeux et attendre. Attendre après tout ce temps, attendre ce moment tant désiré et pourtant tant de fois rejeté car impossible à admettre. Elle s’attendait à ce qu’il l’embrasse, comme il venait de le lui annoncer, mais il fit une chose qui la surprit. A son oreille, il lui chuchota trois petits mots. Trois mots très simples, mais profonds en sentiments :

 

« Je t’aime. »

 

Et après cela, il l’embrassa. La dernière barrière céda. Ils s’aimaient, c’était ça la vérité. C’était ça la signification de leur pseudo-rivalité.

 

« Uchi… Wa… murmura-t-elle dans un souffle. I-diot. »

 

Il la tenait bien fermement dans ses bras. Sa tête reposant sur son torse, le cœur battant à l’unisson avec le sien. Pourquoi se sentait-elle… Apaisée ?

 

« Sakura.

 

- Pe-Penser… A un futur… A deux… Ce serait… Idiot…

 

- Pourquoi ? »

 

Levant faiblement sa main ensanglantée, elle la posa sur la joue du jeune homme.

 

« Mes mains… Et… Tes mains… Il y a trop de sang…

 

- Je sais. »

 

Elle secoua la tête.

 

« Rien ne pourra jamais… Effacer… Ca… »

 

Sasuke la contempla silencieusement. Elle recouvrait peu à peu l’usage de la parole et le voile lui brouillant la vue se dissipait lentement.

 

« J’ai tué… ma propre mère, dit-elle simplement. Une victime de plus… à ajouter à mon palmarès. Ce n’est pas une vie.

 

- Alors pourquoi es-tu vivante ? lui demanda-t-il impitoyablement. Si tu n’en profites pas, pourquoi n’abrèges-tu pas ce calvaire ? »

 

Ces paroles qu’il avait prononcées résonnaient encore à ses oreilles et même encore aujourd’hui, elles ne quittaient jamais son esprit.

 

Repoussant ses souvenirs dans un coin de sa tête, elle réalisa qu’elle était arrivée à destination. Une fois garée, elle coupa le moteur, descendit du véhicule avant de le verrouiller. Naruto avait préféré s’acheter une maison pour être plus tranquille. Il disait qu’avec un passé comme le sien, si jamais il devait avoir des voisins gênants, il aurait l’envie de les tuer. Alors il avait l’acquisition de cette jolie demeure située un peu en retrait de la ville, entourée par des champs et de la verdure. Elle comprenait parfaitement pourquoi il avait choisi le calme. Il était difficile d’oublier, alors vivre dans le silence permettait sans doute de réfléchir et de prendre du recul.

 

Atteignant le portail, elle pressa la sonnette d’entrée. Un cri de canard retentit. Lâchant un soupir, elle songea qu’il ne fallait pas s’attendre à moins que ça de la part de Naruto. Depuis que tous avaient retrouvé une « vie normale », ou plutôt qu’ils tentaient de « retrouver » cette soit disant normalité, Naruto s’intéressait à beaucoup de choses qu’il n’avait pas eu l’occasion d’expérimenter jusqu’à présent. Son goût prononcé pour les jeux enfantins et les farces en tout genre ressortait plus que jamais. Mais comme il le lui avait si justement fait remarquer la dernière fois qu’ils s’étaient vus, chacun d’entre eux avait tout simplement cherché un moyen d’échapper à un passé qui les empêcherait de vivre le présent.

 

« Sakura ? fit une voix masculine.

 

- Ca faisait un moment, Naruto. »

 

L’expression du jeune homme s’illumina.

 

« Qu’est-ce qui t’amène ? l’interrogea celui-ci en se grattant la tête.

 

- As-tu des nouvelles d’Itachi ? lui demanda-t-elle de but en blanc.

 

- Heu… D’Itachi ? répéta Naruto, craignant d’avoir mal compris.

 

- Oui, d’Itachi. »

 

Naruto la contempla un instant, puis comprenant où elle voulait en venir, il ferma les yeux puis s’écarta pour l’inviter à entrer.

 

« Entre.

 

- Merci.

 

- Tu veux retrouver la trace de Sasuke, n’est-ce pas ? »

 

Elle le dévisagea.

 

« Ce n’est pas pour moi que je fais ça. C’est pour Yuu.

 

- Yuu commence à te poser des questions sur lui ? »

 

Sakura bouillonnait de colère à chaque fois qu’elle repensait à Sasuke, à ses mots d’amour et surtout, à la façon dont il l’avait quittée dès le lendemain de leur première et dernière nuit ensemble.

 

« Ce n’est pas la question ! s’emporta-t-elle. Le problème est qu’il est parti sans dire un mot après qu’on ait passé la nuit ensemble, que je me suis retrouvée enceinte et qu’après tout ça, il ne m’a même pas donné signe de vie !

 

- Sakura… »

 

Elle se reprit et tenta de recouvrer son calme.

 

« Ecoute Naruto, je ne suis pas stupide. J’ai été une assassin. Je connais beaucoup de choses sur les gens rien qu’en les observant. Si tu crois que je n’ai pas compris depuis tout ce temps que je sais que tu as un contact avec Sasuke, alors tu te trompes. Mon père et toi, vous me prenez vraiment pour une idiote ? Ce n’est pas parce que je suis devenue mère que j’ai perdu mes capacités !

 

- … Je… »

 

La jeune femme eut un sourire mauvais.

 

« Crois bien que si Yuu n’avait pas été là, je l’aurais volontiers égorgé de mes propres mains. »

 

Naruto prit un air grave.

 

« Allons nous installer à l’intérieur, suggéra-t-il. »

 

L’air qu’il arborait la surprit. Ainsi, elle ne s’était pas trompée. Il savait beaucoup plus de choses qu’il ne voulait bien le reconnaître. Lui indiquant le salon, elle s’installa sur un fauteuil et attendit qu’il en fasse de même.

 

« Sakura, commença-t-il sur un ton plus que sérieux, t’es-tu jamais demandée durant ces trois dernières années pourquoi Yuu et toi aviez pu vivre une vie presque « normale » ? »

 

Elle fronça les sourcils. Qu’entendait-il par là ? Il ne voulait quand même pas dire que Sasuke

 

« Tu as déjà oublié ce que tu avais dit à Itachi ? « Tsunade est encore vivante ». Tu penses vraiment qu’elle t’aurait laissée mener une vie paisible comme ça ? »

 

Sakura voyait où celui-ci voulait en venir.

 

« Arrête de tourner autour du pot. Dis-moi clairement ce que tu as à dire.

 

- Tu disais à Sasuke qu’il vous était impossible de mener une vie « normale ». Lui-même, il le savait très bien. Surtout avec Tsunade. Alors après que vous vous soyez retrouvés, il a décidé de te laisser un temps pour te protéger tandis qu’il essayait de retrouver la trace de Tsunade et des membres de son organisation restants.

 

- Je suis capable de me défendre seule, fit-il remarquer froidement.

 

- Même dans l’état dans lequel tu te trouvais ? Et maintenant, avec un enfant à charge ? »

 

Il marquait un point. Yuu représentait un point faible non négligeable. Il suffirait simplement de s’en prendre à lui pour l’atteindre elle. La situation était effectivement plus dangereuse.

 

« Je vois que tu comprends.

 

- Et où est-il en ce moment ?

 

- Je ne sais pas vraiment. La dernière fois que je l’ai eu au téléphone, il était en déplacement à l’étranger. Il est obligé de se déplacer constamment pour suivre les mouvements de Tsunade et compagnie. Mais sache que Sasuke sait pour Yuu. Il le sait depuis le jour de ton accouchement. »

 

Elle écarquilla les yeux.

 

« Comment ? fit-elle.

 

- Il est passé te voir et a déposé une rose sur ta table de chevet. Tu t’en souviens ? Tu voulais savoir qui l’avait déposée. Mais Julius et moi t’avons répondu qu’il ne s’agissait pas de nous. »

 

Sakura se leva et commença à faire les cent pas.

 

« Il n’avait pas à faire ça.

 

- Et pourquoi ne l’aurait-il pas fait ? Est-ce que tu as déjà oublié que tu avais agi seule juste avant de tout faire exploser ?

 

- Il ne s’agissait pas que de moi, objecta-t-elle.

 

- Je ne savais pas que tu étais de mauvaise foi, Sakura. Il ne s’agit pas que de lui, ici non plus. »

 

Naruto avait raison.

 

« Je vois. Si tu as l’occasion de l’avoir au téléphone, dis-lui qu’une carte pour la fête des pères de la part de son fils l’attend.

 

- Tu ne veux pas lui parler, toi-même ? Tu n’as rien à lui dire ? »

 

Elle le regarda droit dans les yeux et répondit simplement :

 

« Si. Si, j’ai quelque chose à lui dire, effectivement. »

 

Elle sourit ironiquement et ajouta :

 

« Il m’a donné ce qu’il y avait de meilleur en lui. Yuu. Alors, je n’ai pas besoin de lui. Mon fils me suffit. Et précise-lui bien qu’il ne se présente jamais devant moi parce que je serais bien incapable de lui pardonner. Je ne suis peut-être plus assassin, mais je garde l’incapacité d’un assassin à pardonner. »

 

Naruto l’observa s’éloigner tandis qu’il murmurait dans une voix à peine audible :

 

« Alors heureusement que tu ne sais pas qu’il est rentré… »

 

 

Quand Sakura rentra, son fils avait terminé de goûter depuis une heure. Il l’attendait visiblement avec impatience, puisqu’il courut vers elle avant de se jeter dans ses bras. Yuu avait les cheveux de Sasuke, le sourire de Sasuke, les yeux de Sasuke… Mais il avait la couleur de ses yeux à elle. Il possédait une intelligence impressionnante pour un enfant de son âge. Déjà, il parvenait à déchiffrer le comportement de sa mère et à savoir quand quelque chose la tracassait et ce, même si elle cherchait à le lui dissimuler derrière son masque de froideur.

 

« J’ai mangé des fraises ! annonça l’enfant, tout sourire. »

 

Sakura lui rendit son sourire et lui caressa la joue.

 

« Avec de la crème chantilly ? »

 

Il acquiesça avec un sourire gourmand.

 

« J’en voulais plus, moi ! Mais Papy voulait pas.

 

- Encore heureux ! Tu sais que je ne veux pas que tu manges trop de crème chantilly, lui dit-elle en le prenant dans ses bras.

 

- Maman, tu es allée voir tonton Naruto, pas vrai ? »

 

Elle garda le silence quelques secondes puis demanda en arquant un sourcil :

 

« Qui t’a dit ça ?

 

- A chaque fois que tu vas le voir, tu dis « je vais voir un ami ».

 

- Tu es un petit malin. Et que fait ton grand-père ?

 

- Il discute avec un monsieur. »

 

Sakura fronça les sourcils.

 

« Quel monsieur ?

 

- Un grand monsieur, très gentil. Je lui ai montré ma carte pour la fête des papas, et il m’a dit que mon papa serait content de l’avoir. »

 

Un froid glacial s’empara de son être. Son visage se ferma complètement tandis qu’elle s’entendait dire à Yuu d’une voix calme et distante :

 

« Va dans ta chambre, mon chéri. Maman doit discuter avec grand-père et le « gentil » monsieur. »

 

Le petit garçon secoua la tête. Elle reposa sur le sol puis il s’en fut en courant dans sa chambre, après s’être retourné une dernière fois pour lui faire un coucou de la main.

 

Ca ne peut pas être…

 

Elle serra les poings.

 

Ca n’a pas intérêt à être lui.

 

Elle se dirigea d’un pas ferme vers la cuisine et découvrit son père en grande conversation avec un homme de dos. Plutôt que d’annoncer son arrivée, il n’était que trop tentant de laisser son instinct d’assassin reprendre le dessus et d’écouter le tout comme une espionne.

 

« Comment Sakura s’en est-elle sortie ? Avez-vous bien pris soin d’elle et de Yuu, comme je vous l’avais demandé ? »

 

Encore une fois, elle ne s’était pas trompée. De toute façon, en ce qui le concernait, il lui était impossible de faire la moindre erreur. Elle l’aurait reconnu n’importe où et entre mille. Par le son de sa voix, par sa façon de se tenir, par sa façon d’être.

 

« Au début, j’ai été assez inquiet. Je me demandais si elle allait pouvoir supporter la grossesse.

 

- Elle l’a supportée.

 

- Oui. Et elle est très ouverte, très chaleureuse avec Yuu. »

 

C’en était trop. Elle donna un violent coup de poing dans le mur, signalant par la même occasion sa présence.

 

« Et pourquoi tu ne me poses pas directement tes questions, Sasuke ? fit-elle sur un ton glacial. »

 

Les deux hommes se figèrent. Sasuke se retourna lentement et l’observa longuement avant de lâcher :

 

« Tu n’as pas changé. »

 

Elle eut un sourire poli.

 

« Julius, fit-elle en ignorant royalement Sasuke. Sors de la cuisine et veille à ce que Yuu reste dans sa chambre.

 

- Sakura

 

- Ca suffit ! le coupa-t-elle. Fais ce que je te dis. »

 

Une fois qu’il fut parti, elle s’avança vers Sasuke.

 

« Tu oses te montrer devant moi ? commença-t-elle sur un ton doucereux. Tu oses te présenter devant Yuu ? Après ce que tu as fait ? »

 

Il esquissa un sourire amusé.

 

« La preuve en ait que je suis là, non ? Alors je suppose que oui, j’ai osé. »

 

Elle s’approcha de lui jusqu’à ce que son corps ne soit plus qu’à un centimètre du sien avant de lui murmurer à l’oreille :

 

« J’ai envie de te tuer, en ce moment même. »

 

Elle l’entendit émettre un petit rire. Ne se retenant plus, elle lui décocha un coup de poing dans la figure.

 

« Est-ce que tu me prends pour une idiote ? tonna-t-elle en laissant éclater toute sa colère. Tu crois vraiment que je vais te laisser revenir dans nos vies comme ça ? Tu as fait assez de mal à Yuu avec ton absence.

 

- Tu crois que notre fils serait heureux de voir sa mère dans cet état ? argumenta Sasuke en prenant un air ironique.

 

- Ce n’est pas ton fils ! cria-t-elle en se ruant sur lui, lançant une seconde attaque. »

 

Elle lui donna un coup de poing, puis un autre. Et encore un autre.

 

« Espèce de … ! »

 

Il lui bloqua les bras dans le dos tandis qu’elle se débattait comme une forcenée.

 

« On dirait que la maternité t’a quelque peu rendue moins rap… »

 

Elle venait de lui donner un coup de pied bien placé, ce qui lui permit d’échapper à la prise du jeune homme. Celui-ci atterrit dans la vaisselle qui se brisa avec fracas sur le sol.

 

« Défend-toi ! lui ordonna-t-elle. Car je n’ai pas l’intention de te laisser t’en tirer comme ça alors que tu es devant moi ! »

 

Sakura le vit prendre une position d’attaque.

 

« Tu deviens enfin sérieux, à ce que je vois. Uchiwa. »

 

Un large sourire naquit sur les lèvres du brun.

 

« Tu as toujours autant de mal à te décider entre « Sasuke » et « Uchiwa ». Tu ne sais pas quelle distance garder avec moi, n’est-ce pas ? Même après tout ce temps ?

 

- Tais-toi ! »

 

Elle s’apprêtait à lui donner un autre coup de poing, mais il intercepta son poing et le retint fermement dans sa main. C’est à ce moment précis que la voix de Yuu retentit.

 

« Maman ! »

 

L’expression de la jeune femme se modifia radicalement et Sasuke fut surpris de constater à quel point elle avait pu changé malgré ce qu’il avait pu en dire quelques instants auparavant. Le petit garçon apparut dans la cuisine et se mit entre sa mère et son père.

 

« Fais pas de mal à ma maman ! dit-il en fronçant les sourcils. T’es méchant !

 

- Je suis désolé Sakura, il s’agitait de trop… Vous faisiez tellement de… »

 

Julius se stoppa net en voyant le désordre dans la cuisine.

 

« Vos retrouvailles semblent avoir été… hum… Mouvementées…

 

- Humpf, fit Sakura en s’éloignant de Sasuke, Yuu sur les talons, j’en ai fini avec lui.

 

- Est-ce que tu crois que je vais vous laisser de nouveau, Yuu et toi ? Alors que Yuu est mon fils ? »

 

Sakura s’arrêta.

 

« Qu’est-ce que tu as fait pendant ces trois ans ? se contenta-t-elle de lui demander, le dos toujours tourné. »

 

Surpris par ce changement de comportement, il répondit.

 

« J’ai traqué Tsunade et les membres restants de l’organisation. Je les ai trouvés, et ils sont… »

 

Voyant le regard du petit garçon, il se reprit et formula sa phrase autrement.

 

« Ils ont disparu pour de bon. Je ne voulais pas qu’ils puissent nous faire du mal, alors je vous ai protégés comme j’ai pu.

 

- Pourquoi avoir agi seul ? Pourquoi n’être pas venu voir Yuu quelques fois ?

 

- Est-ce que tu serais, par hasard, devenue bornée ? demanda Sasuke. Si j’étais venu vous voir, ils auraient pu trouver l’endroit où vous viviez.

 

- Et ça t’a pris trois ans ?

 

- Je voulais que tout soit fait correctement. Ca m’a pris du temps.

 

- Naruto et mon père étaient au courant, n’est-ce pas ? Depuis le début.

 

- Oui.

 

- Bien.

 

- Tu as dit à Yuu qui était son père ?

 

- Non.

 

- Tellement de froideur quand tu t’adresses à moi. Mais tellement de chaleur quand tu parles ou regardes Yuu. »

 

Il fit un pas dans sa direction. Puis un autre.

 

« Est-ce que Yuu n’a pas le droit de me connaître ? Est-ce que je n’ai pas le droit à une seconde chance ?

 

- …

 

- Sakura, sois honnête. Si tu avais été à ma place, tu aurais agi de façon similaire. Reconnais-le. »

 

Quand elle laissa échapper un soupir de reddition, il sut qu’il avait gagné. Non, erreur. Qu’ils avaient gagné.

 

« Peut-être bien.

 

- Je ne partirai plus.

 

- J’aimerais te croire, dit-elle le dos tourné, mais ça, je ne le saurais que demain. »

 

Il sourit. Un vrai sourire. Alors Sakura s’agenouilla à hauteur de Yuu puis lui dit doucement :

 

« Cette année, Yuu, tu vas pouvoir offrir ta carte à ton papa. »

 

Elle leva les yeux vers Sasuke et croisa son regard.

 

Je devais te tuer, mais tu m’as prise au piège de l’amour, songea-t-elle en contemplant Sasuke.

 

« Et il a intérêt à faire en sorte que tu puisses le faire aussi l’année prochaine, l’année suivante, et toutes les années qui viendront après. »

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales