Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 155 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Je dois te tuer, mais pourquoi l'amour s'en est-il mêlé?
[Histoire Terminée]
Auteur: saku77 Vue: 29838
[Publiée le: 2007-12-22]    [Mise à Jour: 2010-06-13]
G  Signaler Romance/Drame/Action-Aventure Commentaires : 27
Description:
Sakura Haruno. Vingt et un ans. Excellent agent au service de la justice par le biais de diverses organisations, ayant toujours mené ses missions à terme sans jamais se poser de questions. Du moins jusqu'à une certaine mission. Une mission hautement dangereuse et d'une importance capitale. Sauf qu'entre devoir et amour, le choix n'est pas toujours facile...

FIC TERMINEE
Crédits:
Les personnages ne sont pas à moi et appartiennent à Masashi Kishimoto. Par contre il se peut que j'invente des personnages au cours de l'histoire, je verrai. L'idée de l'histoire dans une histoire (ce qu'on appelle une mise en abyme) je l'ai prise de Jin Roh la brigade des loups qui est un très beau film. La fic est normale, mais en parallèle, je raconte une autre petite histoire qui est en rapport avec la fiction.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

chapitre 10

[2334 mots]
Publié le: 2010-05-13Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 10 : Rancune.

 Les souvenirs que j’ai de mes vrais parents sont très flous. J’ai fini par ne plus penser à eux puisque je savais que je devais oublier pour les protéger. Mes parents adoptifs étaient devenus mes « parents ». Je les aimais. Oui, je les aimais vraiment. Et ce bonheur auquel je ne croyais plus et qui m’avait finalement été offert par eux, m’a été pris à cause de mes vrais parents.

Les seuls égoïstes dans cette histoire, ce sont eux. Ils m’ont abandonnée. Ils devaient partir. Il le fallait. Est-ce que c’était si difficile de m’emmener avec eux ? J’étais leur fille après tout.

Sakura se mordit la lèvre. La nuit, elle était toujours sur ses gardes et avait toujours tendance à réfléchir. Mais depuis que Sasuke lui avait annoncé la veille que l’otage fait par ses hommes n’était autre que son père, elle n’avait cessé de ressasser le passé. A présent qu’elle était couchée, toujours accompagnée de cet Uchiwa ( qui ronflait par ailleurs ), elle ne pouvait s’empêcher de s’interroger.

Je n’avais que trois ans, mais ils n’ont pas hésité. Mes parents adoptifs m’aimaient. J’étais…

Pour la première fois depuis longtemps, elle éprouva de l’amertume et des regrets. Ses yeux la piquèrent et elle réalisa que des larmes s’en échappaient.

J’étais heureuse. Et cet homme m’a tout pris. Il m’a enlevé ce bonheur, il les a tués sous mes yeux. J’ai juré que je deviendrai plus forte. Alors à quoi bon chercher à savoir ce que sont devenus mes vrais parents ? Ce sont des lâches. Je…

Ses poings se crispèrent sous la couette.

Je les déteste.

Dans le noir, on pouvait voir ses yeux luire avec colère et rage.

Oui, je les déteste pour ce qu’ils ont fait. Et je les déteste parce que si j’ai perdu mon innocence, que j’ai été incapable de vivre mon enfance, c’est à cause d’eux ! C’est uniquement leur faute !

« Sakura ? »

Elle sursauta, comme prise en faute. Avec Sasuke, elle ne se sentait jamais complètement à l’aise. Il parvenait toujours à faire tomber ses masques, peu importe combien elle essayait de rester impassible face à lui, elle n’y pouvait rien. Sentant un souffle dans sa nuque, elle se crispa.

« Je dors, maugréa-t-elle en mentant outrageusement. »

Elle sentit Sasuke nicher sa tête dans le creux de son cou avant de la prendre dans ses bras.

« Qu’est-ce que tu essaies de faire, Uchiwa ? demanda-t-elle d’une voix froide.

- Tu pleurais.

- Pardon ? s’exclama-t-elle. »

A présent, il lui caressait les cheveux avec douceur. Jamais elle n’aurait cru que le jeune homme fut capable d’autant de douceur et de chaleur. Toutes ces sensations lui étaient inconnues. Inconnues peut-être, ou tout du moins, oubliées. Cette étreinte était différente de celle de sa mère adoptive ou même de celle de son père adoptif. C’était l’étreinte d’un homme et d’une femme. Elle n’était plus une enfant. Pourtant, malgré toutes ces années passées à essayer de cacher ses sentiments, à devenir insensible, la chaleur de Sasuke lui réchauffait doucement le cœur. C’était agréable et doux. Combien il aurait été bon de se laisser aller… Juste pour une fois. Eprouver de nouveau des sentiments, avoir la sensation d’être aimée, même si ce n’était que pour un court instant. Même si ce n’était que pour une nuit.

« Je ne pleure jamais, répliqua-t-elle.

- Tu as un sommeil très agité, fit-il remarquer sur un ton narquois.

- Et toi, tu ronfles. »

Elle l’entendit rire dans son cou et elle frissonna. C’était comme si la partie d’elle-même qu’elle refoulait depuis toutes ces années gonflait en une sorte de boule de regrets et d’amertume prête à exploser à tout moment. Plus il se montrait tendre avec elle, et plus elle avait une envie irrépressible de pleurer.

Pourquoi…

« Arrête, lui dit-elle. Arrête ça tout de suite, Sasuke.

- Tu m’as appelé Sasuke, souligna-t-il ravi.

- Ca ne se reproduira plus.

- Je veillerai à ce que ça arrive de nouveau. »

Cela devenait de plus en plus difficile. Elle s’était entraînée tellement dur pour arriver à devenir un parfait agent. On lui avait appris à ne jamais montrer ses sentiments, à toujours être méfiante, et à accomplir ses missions sans jamais contester. Aujourd’hui, elle avait l’impression que sa vie ne reposait que sur du vent. Suivre Sasuke ou ne pas le suivre, qu’est-ce que cela changerait ? Savoir la vérité sur le comportement de ses parents, cela ne lui était-il pas égal finalement ? Ils l’avaient trahie en l’abandonnant. Elle ne voulait pas savoir. Elle ne voulait plus se poser de questions, ni penser tout court. La seule chose qui devait rester importante, c’était redevenir l’agent sans sentiments qu’elle était jusqu’à présent. Qu’est-ce qui l’avait changé ? Qu’est-ce qui avait changé ?

« Pourquoi ? murmura-t-elle. »

Elle fronça les sourcils et se tourna vers lui, les yeux brillant de colère et embués de larmes.

« Pourquoi ! répéta-t-elle en haussant le ton. Qu’est-ce que ça peut t’apporter ? Et avoir capturé mon père biologique, tu crois que ça me fait quelque chose ? Est-ce que c’est ton plaisir de voir comment je vais réagir si tu essaies de me blesser ? »

Il garda le silence, visiblement choqué par sa réaction. La Sakura depuis trop longtemps enfermée dans son cœur explosait.

« Tu crois que je t’ai suivi pour savoir la vérité sur ma mère ? C’est fort possible. Mais quelle importance ? Te suivre ou ne pas te suivre ? L’organisation m’aurait tué ? Mais je sais me battre. Et je m’en contre fiche de cette famille stupide qui m’a abandonné quand j’avais trois ans ! cria-t-elle. »

Ce fut la première fois qu’elle vit Sasuke sourire. Ce ne fut pas un sourire narquois ou moqueur comme il en avait l’habitude. Ce sourire-là était différent de tous les autres. Sasuke lui souriait chaleureusement avec son cœur.

« A force de trop garder ses émotions en soi, on finit par exploser, lui dit-il. »

Elle rougit, en réalisant qu’elle avait laissé sa colère exploser. Devant lui en plus.

« Ah, une dernière chose avant que je ne me rendorme. Tu devrais te mettre en colère plus souvent, j’aime beaucoup. Bonne nuit. »

Elle lui donna un coup de coude, l’entendit pousser un « aie » et lui tourna le dos. Ce fut avec un sourire aux lèvres qu’elle s’endormit.

 

Quelques heures plus tard… Dans le couloir menant à la cave de la demeure de Sasuke.

 

« Je veux être la première à l’interroger, décréta Sakura. Uchiwa, enlève-moi ces menottes. »

 

Sasuke lui jeta un regard amusé.

 

« Si tu veux que je les enlève, dis-le. »

 

Sakura montra un air franchement agacé et finit par maugréer :

 

« Enlève-moi ces menottes, Sasuke. »

 

Naruto qui était également présent, les observait d’un air intrigué. Sasuke, prenant un air victorieux, sortit la clef et ôta les menottes. S’approchant de Sakura, il lui murmura à l’oreille :

 

« N’essaie pas de t’enfuir, tu n’imagines même pas combien la sécurité de cette maison est élevée. »

 

La jeune femme s’approcha à son tour de son oreille et lui murmura :

 

« Ne t’avise plus de murmurer dans mon oreille ! La prochaine fois que tu fais ça… »

 

Son air se fit menaçant.

 

« Je pense que je te tuerai dans ton sommeil.

 

- J’attends de voir ça. Naruto va t’accompagner. Sa blessure à la jambe a été soignée, bien sûr il lui faudra encore quelques temps pour être complètement guéri mais il peut marcher.

 

- As-tu peur que je te trahisse au point d’envoyer Naruto qui n’est pas totalement remis de sa blessure ? le provoqua-t-elle.

 

- Non. Mesure de précaution, précisa-t-il avant de lui tendre un bonnet. »

 

Elle l’observa impassible puis finit par comprendre. Sasuke lui donnait ce bonnet pour qu’elle puisse dissimuler ses cheveux afin que son père ne la reconnaisse pas. Ce geste anodin lui fit chaud au cœur et elle sentit une légère rougeur colorer ses joues. Baissant la tête, elle s’empressa de l’enfiler pour que le jeune homme ne remarque pas son embarras.

 

« Allons-y, lança-t-elle à l’égard de Naruto avant de se diriger vers la porte de la cave.

 

- Naruto, l’interpella Sasuke. Vous avez une heure, pas plus. Je repasserai d’ici là. Je te fais confiance. »

 

Son ami lui fit un clin d’œil et partit rejoindre la jeune femme.

 

 « Tu n’es pas anxieuse ? finit par demander Naruto. »

 

Seul le silence lui répondit. Elle n’avait pas l’intention de répondre. Pourtant Sakura repensa à ce que Sasuke lui avait dit.

 

A force de trop garder ses émotions en soi, on finit par exploser.

 

Elle finit donc par accepter de lui donner une réponse.

 

« Non, pas vraiment.

 

- Mais tu vas voir ton père ! lui dit-il.

 

- Et alors ? »

 

Naruto se tourna vers elle et lui dit :

 

« Je ne sais pas… Tu vois, moi je suis orphelin. Ma mère est morte en me donnant le jour et mon père a été tué en mission. Il était militaire. La seule personne qui a toujours été là pour moi, c’est Sasuke. Alors si je pouvais voir mon père… Je crois que je serais heureux. »

 

La jeune femme contempla pensivement Naruto. La révélation de l’ami à Sasuke suscitait en elle un sentiment particulier. Elle n’avait pas l’habitude de laisser ses sentiments remonter à la surface. Par réflexe, sa première réaction était de les garder enfouis à l’intérieur. Ce sentiment qu’elle éprouvait, était comme une sorte de pincement au cœur et une sorte de connexion avec celui qui lui faisait face. Sans savoir pourquoi, elle s’imaginait petite fille. Elle s’imaginait sa mère, morte en lui ayant donné la vie, et son père disparu en mission. Ne serait-ce qu’imaginer avoir vécu la même chose lui parut douloureux, alors il devait avoir beaucoup souffert.

 

« De la compassion… murmura-t-elle d’une voix inaudible. »

 

Il était toujours tellement si souriant et essayait de faire de son mieux. Naruto se concentrait sur ses missions et était prêt à tout pour son amitié envers Sasuke.

 

« Ca a dû être difficile pour toi, commença-t-elle.

 

- Je crois que je ne suis pas le plus à plaindre, répondit-il d’un air gêné en se grattant la tête. Ce que tu as vécu est plus difficile.

 

- Je ne sais pas, objecta-t-elle. Je n’ai jamais pensé à la douleur ou à la souffrance. J’ai toujours… »

 

Pourquoi était-ce si difficile d’énoncer cette vérité ? Parce qu’en cet instant, cette phrase prenait tout son sens.

 

« J’ai toujours refoulé mes sentiments.

 

- Alors dis-les moi, tes sentiments ! lui suggéra-t-il en souriant. »

 

Elle le dévisagea.

 

« Que ressens-tu maintenant ? »

 

Ils poursuivirent leur avancée, atteignant bientôt la porte de la cave.

 

« Je… »

 

Ils m’ont abandonnée.

 

Ses yeux exprimèrent de l’hésitation.

 

Je les déteste.

 

« De la colère. De la rancune.

 

- Alors ne te gêne pas pour le montrer. Transforme cette rancune et cette colère en des questions pertinentes qui déstabiliseront ton père et te permettront d’obtenir des réponses et de pouvoir tourner la page, lui conseilla Naruto avant d’ouvrir la porte de la cave. »

 

Sakura esquissa l’ombre d’un sourire et murmura un faible :

 

« Merci. »

 

Elle allait enfin obtenir des réponses. Sa rancune et sa colère ne seraient plus qu’un mauvais souvenir après cette rencontre.

 

 

 

« Le rendez-vous a été fixé, annonça Tenten à Tsunade.

 

- Parfait. Vous avez des données précises ? interrogea la dirigeante.

 

- Dans l’avenue Siera Leone de Konoha. Jeudi prochain à 22h, répondit Kiba.

 

- Leur plan ?

 

- Il semblerait qu’il ait prévu une attaque contre l’organisation. D’ailleurs, comme nous en avions émis l’hypothèse, les Uchiwa se sont alliés. Plus important encore, les plans du bâtiment ont disparu ce qui ne peut signifier qu’une seule chose : Haruno compte apprendre le plan par cœur.

 

- Hum…

 

- Le rendez-vous est un piège, précisa Temari.

 

- Que comptez-vous faire ? demanda Lee. 

 

- Leur tendre un piège à notre tour. Pour cela, il va nous falloir récupérer la bombe avant eux. Je vais envoyer un nombre maximum d’hommes au rendez-vous, tout en laissant la garde minimum nécessaire à la protection de notre quartier général.

 

- C’est tomber dans leur piège, objecta Temari. »

 

Tsunade esquissa un air mauvais.

 

« Ah, tu crois vraiment ? Mais comment vont-ils réagir si on capture un précieux otage ?

 

- De qui parlez-vous ? »

 

Le sourire de Tsunade s’agrandit.

 

« Mais de Sakura bien entendu.

 

- Depuis quand serait-elle un précieux otage ? Je croyais qu’il fallait qu’on se débarrasse d’elle, souligna Tenten.

 

- Julius Haruno a été capturé par des hommes à Sasuke Uchiwa et par Itachi Uchiwa. Et disons que Sakura est la clef de ce conflit. Après tout, elle a un parent dans chacune des organisations… Si sa vie est danger, croyez-vous vraiment que ses parents ne vont pas réagir ?

 

- Il me semblait avoir entendu dire que les parents de Haruno l’avaient abandonnée alors qu’elle n’avait que trois ans, dit Kiba. S’ils ont été capables d’agir de la sorte, cela m’étonnerait qu’ils ne s’inquiètent de la vie de leur fille.

 

- Tu te trompes, Kiba. C’était pour la protéger. Les Haruno sont une famille dont la fortune n’est plus à faire.

 

- Et qu’est-ce que Julius Haruno a à faire là-dedans ? demanda Kiba. Ce n’est pas un otage précieux pour nous.

 

- Il faut le récupérer, répliqua Tsunade. C’est lui qui finance en grande partie notre organisation. 

 

- Impossible… bredouilla Tenten. Vous voulez dire… »

 

Tsunade poussa un soupir.

 

« Oui. Exactement. Julius Haruno finance l’organisation tandis que sa femme finance l’ennemi.

 

- Je ne comprends plus rien. Où est l’intérêt dans tout ça ? Dépenser un même argent, de la part de personnes de la même famille, mais pour des buts différents… ?

 

- Je me le demande, mais on le découvrira bien assez tôt. En attendant, votre principale mission sera de récupérer Julius Haruno. Nous ne pouvons pas nous passer de lui. » 

 

 

 

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales