Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1950 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Irréversible attirance
[Histoire Terminée]
Auteur: Chichichi Vue: 1208
[Publiée le: 2015-08-01]    [Mise à Jour: 2016-01-07]
G  Signaler Romance Commentaires : 10
Description:
"Il faut vraiment qu'il arrête de faire ça. De me regarder de cette manière là. De me reluquer sans pudeur. J'ai toujours l'impression qu'il va me dévorer avec ses yeux."
-Temari

"Elle me détraque complètement. Je ne me reconnais même plus."
-Deidara

"Tu me plais. C'est comme ça j'y peux rien. Tu me plais Temari et j'en ai rien à foutre du fait que l'on soit différent , je te veux c'est tout." (...) "Mais je ne suis pas parfaite." (...) "Alors on formera un heureux couple de bras cassé."
-Deidara&Temari
Crédits:
Naruto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 2

[3006 mots]
Publié le: 2015-08-04Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)



- Irréversible attirance -


- Deidara -


Bordel. Je suis vraiment trop con. Tellement con ! J'ai presque envie de me frapper la tête contre un mur jusqu'au sang. Je ne sais pas vraiment ce qui m'a pris de lui demander un truc pareil. Surtout qu'on ne se connait pas vraiment quoi.

Pourquoi est-ce que je suis allé lui demander sa couleur préféré alors qu'on ne sait jamais adressé la parole et surtout au bout du deuxième texto. Sa couleur préféré...pourquoi je ne lui ai pas juste demandé comment elle allait comme toute personne normale ?

Elle me détraque complètement. Je ne me reconnais même plus.

C'est juste que ça m'a perturbé qu'elle ne réponde pas. J'ai paniqué et je sais pas pourquoi il a fallut que je lui envoie un second message. J'ai vraiment écris sans réfléchir. J'aurai vraiment dû m'abstenir de lui dire une pareil connerie. Surtout qu'au final, elle ne m'a même pas répondu. Rien. Que dalle. J'ai tellement envie de lui parler, de lui dire des choses, n'importe quoi, j'espérais ardemment qu'elle s'intéresse à moi. J'ai attendu toute la nuit même. Bon certes, je me suis finalement endormi à deux heures du matin, mais j'espérais quand même qu'elle allait me répondre. J'aurai tout accepter de sa part, même qu'elle dise que je suis un gros débile.

Cette fille me rend dingue, c'est pas possible. Ça ne m'est jamais arrivé. Jamais. J'ai déjà eu plusieurs copines mais à chaque fois c'était pas vraiment sérieux. J'ai déjà eu des coups de cœurs mais pas aussi fort que ça. Que ce truc qui me broie l'estomac, qui me coupe la parole et qui m'empêche de dormir, ça je ne l'ai jamais ressenti. Ça ne m'est jamais arrivé. Jamais. Et c'est de sa faute à elle. Tout ça c'est à uniquement à cause d'elle.

Bon sang, au départ, je voulais juste me faire un pote. Kankuro et moi on s'entend parfaitement. Il comprend mes délires et moi les siens, on partage presque la même passion pour tout et c'est vraiment un super pote. Mais il a fallu qu'il me présente à sa famille et que mon regard se pose sur elle. Sur Temari.

J'ai été incapable de lui dire quoique se soit, tellement j'avais eu la gorge noué ce jour là. Je n'ai jamais vu de fille aussi belle et aussi singulière qu'elle. Je me souviens des moindres détails. Elle regardait la télé, les genoux contre sa poitrine, une tasse de chocolat entre les mains. Elle avait tourné la tête vers nous. Nos yeux s"étaient rencontrés et j'ai cru que j'allais juste fondre sur place. J'aurai dû lui dire bonjour ou autre chose, mais Kankuro m'avait entraîné dans sa chambre à la vitesse de la lumière.

Puis, j'ai eu plein d'autre occasion pour lui parler, mais à chaque fois je ne trouvais pas les mots, j'avais tellement peur de dire une débilité devant elle et comme elle n'a jamais vraiment fait non plus d'effort pour me dire quoique se soit, je me suis toujours contenté de la regarder, d'analyser ses traits, le grain de sa peau, la couleur parfaite de ses cheveux de ses yeux.

J'ai des picotements dans l'estomac quand je l'observe se mordre les lèvres, j'ai presque l'envie sauvage de plaquer mes lèvres contre les siennes et de l'embrasser jusqu'à ce que j'en crève. Ça fait six mois que je la connais et je n'ai jamais eu le courage de lui dire quoique se soit en face.

J'ai donc eu cette idée stupide de demander à Kankuro son numéro de téléphone. J'aurai vraiment pas dû, parce qu'un message, une fois envoyé, ça ne peut plus s'effacer.

Putain, pourquoi je suis allé lui raconter un truc pareil. Mais quel con ! Comment peut-on être aussi con ?

Je fouille dans mon bordel et me déniche une clope entre mes tubes de peinture et mes crayons de couleur. Je l'allume et tire plusieurs taffes avant de me mettre au travail. Je choisi un crayon de papier, ainsi que mon livre de croquis et commence à dessiner. C'est plus fort que moi. Elle m'obsède. Il faut que je la dessine, il faut que se soit elle. Il faut que mes doigts façonnent son visage, s'imprègnent de ses traits. Ma cigarette se consume lentement entre mes lèvres et j'oublie même de la fumer. Pour l'instant je suis juste plongé dans mon dessin. Le dessin de Temari.

J'aimerai la voir sourire. J'aimerai qu'elle le fasse .

Je ne l'ai jamais vu sourire, pas une seule fois. Je crève d'envie de voir ses lippes charnues s'étirer longuement de chaque coté de son visage juste pour moi. Je veux tellement voir ses yeux pétiller juste à ma vue, j'aimerai tellement qu'elle me désire autant que moi je la veux.

Elle ne sait pas à quel point elle me consume, à quel point seul sa présence me perturbe.

Je ne sais pas combien de temps exactement je reste là , assis sur le sol de mon studio en bordel, à la dessiner, mais je sais que j'y suis resté assez longtemps pour que Kankuro vienne frapper à ma porte. Ça ne peut être que lui. On est tout le temps fourré ensemble ces temps-ci. Je me dépêche donc de cacher mon carnet à dessin sous mon lit , j'ai pas tellement envie qu'il voit que sa sœur m'obsède un peu trop. Bien qu'il doit se douter quand même qu'elle ne me rend pas si indifférent que ça, puisque j'ai voulu son numéro de téléphone. Enfin quoique...

-Yo mec ! Ça te dirai qu'on se fait une sortie à la plage ce soir, y'aura des feux d'artifice, des filles, de la bouffe, et des filles et est-ce que je t'ai mentionné qu'il y aurait des filles ?

Je le laisse entrer avec un sourire en coin. Ce mec n'est qu'un coureur de jupon. Bon c'est vrai, j'admets je l'ai été moi aussi, mais depuis peu, enfin depuis Temari, je trouve toute les autres meufs fades et pathétiques.

-Ça me tente assez, fis-je tout en le regardant s'installer de tout son long sur mon lit, et y'aura des gens qu'on connait ?

Par là, j'entend bien évidement sa sœur. Je veux qu'elle soit là. Certes j'ai un peu honte de lui avoir demandé un truc pareil, mais j'ai envie de la voir. J'ai envie de lui parler. Je veux qu'elle se rende compte de mon existence.

-Ben je crois que y'aura des filles de la fac et puis des touristes, dit-il tout en croisant ses bras sous son crâne, comme chaque années...

-Et, hum, ton frères et ta sœur ne viennent pas ? Je demande tout en essayant de paraître le plus décontracté possible.

Kankuro retient un rire.

-Temari n'aime pas la foule, laisse tomber mec tu pourras pas l'aborder ce soir !

-Je n'avais pas l'intention de...

-Ah ouais, et pourquoi t'as voulu son num alors ? Pour faire jolie dans ton répertoire, j'suis pas con tu sais.

Bon c'est vrai il a entièrement raison et je suis incapable de lui donner tort.

-D'ailleurs depuis quand tu kiffes ma sœur ?

Moi qui suis entrain d'ouvrir la porte du frigo pour lui proposer une bière m'arrête soudainement et fixe les boissons sans vraiment les regarder.

-Enfin ça me dérange pas que tu la kiffes, même si je ne comprend pas vraiment ce que tu lui trouves mais hum comment dire...

Je prends deux bières glacés dans chacune de mes mains et lui en tend une. Il la prend et tout en la décapsulant me dit :

-...c'est vrai qu'elle est chiante et tout, mais c'est ma sœur et j'ai pas vraiment envie que tu...que tu joues avec elle.

-Je ne veux pas jouer avec elle !

J'ai parlé un peu trop fort et peut-être un peu trop vite car Kankuro ouvre grand ses yeux et suspend sa main, celle qui amène sa boisson à ses lèvres.

-J'ai, hum, j'ai pas l'intention de lui faire du mal, je te le jure.

Il me fixe avec attention et un peu gêné je détourne mon regard. Je sais pas trop comment le lui dire, c'est sa sœur après tout et j'ai jamais été très doué pour parler de mes sentiments avec qui que se soit. J'ai toujours été le premier à dire des bêtises pour faire rire tout le monde ou pour faire les quatre cents coups avec des potes mais dès qu'il s'agit de sentiment j'ai l'impression de me prendre les pieds dans millions de lacet et de m'aplatir honteusement comme une crêpe.

-J'ai envie de sortir avec elle, faire sa...connaissance.

-Faire la connaissance de ma sœur ? En gros tu veux te la taper quoi ?

Ouais mais pas seulement. C'est bien ça le plus étrange, parce que je n'ai pas qu'envie de la faire mienne un nombre incalculable de fois, j'ai aussi envie de la garder auprès de moi pour les années à venir. J'ai envie de savoir ce qu'elle aime faire ou pas. J'ai envie de connaitre entièrement. Ce qu'elle adore ou ce qu'elle n'aime pas. Sa couleur préféré...

-Non, enfin si, enfin euh...

Kankuro grimace et boit à grande gorgée sa bière.

-De toute façon, j'veux pas savoir les détails, ok. Si tu veux sortir avec elle, je vais pas aller m'interposer mais si jamais tu la fais pleurer, je serai un peu obligé de te butter.

-Toi me butter ?

-Ouais, je sais, donc évite de la faire souffrir ça m'évitera de m'en prendre plein la gueule à moi.

On rigole et discute de tout et n'importe quoi pendant une demie-heure. Puis on décide de se rendre chez lui, pour le déjeuner. À ce qu'il parait la copine de son frère est un vrai cordon bleu et que sa cuisine vaut toute les cuisines du monde. Il me dit que Temari ne sait pas cuisiner, et qu'elle est une vrai catastrophe. Et que cela devrait me rebuter. Bien au contraire, ça ne me dérange pas du tout. Moi je m'en sors pas mal . Je pourrais lui apprendre, et je pourrais même prendre tout mon temps pour le faire. Je sais déjà à l'avance que je m'y appliquerai minutieusement.

-T'as de la chance de débarquer maintenant, hier soir c'était l'apocalypse chez moi. Y'a la meilleure amie de Gaara qu'à découvert qu'il a une copine et elle a chialé comme un bébé. Elle a hurlé comme un hystérique aussi. P'tain que c'est chiant les meufs sentimentales comme ça ! 'fin, j'lui ai proposé de la consoler mais j'sais pas trop pourquoi elle l'a mal pris.

-C'est parce qu'elle veut ton frère pas toi.

Kankuro fait une mine dégoutté, alors qu'on rentre dans sa voiture. Le trajet est plutôt court et on est en moins d'un quart devant chez lui. Il ramasse le journal par terre tout grommelant que Temari aurai dû le faire.

Moi je ne tiens plus en place, j'ai tellement envie de la voir. Jusqu'à là, je m'étais contenté de la regarder et ça commence de plus en plus à ne plus me convenir. C'est comme une faim que j'essaierai d'atténuer en buvant des litres et des litres d'eau. Je suis gavé d'eau. Moi je veux du concret maintenant. Je la veux elle et dans toute son intégralité.

La table est déjà mise, il y a quatre couverts. Hinata, amène entre ses bras un plat qui sent délicieusement bon. À l'odeur je dirai qu'il s'agirait même d'un gratin . Hinata porte un tablier au dessus d'une petite robe d'été qui lui va parfaitement. J'esquisse un sourire un coin lorsque je sens le regard menaçant de Gaara me persécuter depuis le comptoir où il est accoudé. Il peut se rassurer sa copine est bien mignonne mais elle ne me fait aucun effet. Absolument pas. Kankuro m'invite à m'asseoir et je m'attend à ce que quelqu'un rajoute un couvert, mais tous prennent place sur la table et commencent à se servir.

-Gratin de macaroni au trois fromages et sa salade courgette, fit doucement Hinata tout en me tendant le saladier.

A vrai dire, je me fiche un peu de la salade de courgette, moi ce que je veux c'est Temari. Pourquoi ne vient-elle pas à table ?

Kankuro se sert une bonne part de gratin et commence à manger goulûment, j'ai presque envie de lui demander où se trouve la seule personne vraiment intéressante de cette famille mais la porte s'ouvre brusquement et elle est là dans l'encadrement de la porte. Le soleil illumine ses yeux verts et embellie sa peau hâlée. Elle porte un mini short et cela fait ressortir ses jambes fines. Damn it. Ses jambes sont magnifiques. J'sais pas pourquoi, mais mon cœur s'emballe comme un malade. Enfin si je sais pourquoi, parce que je ne suis pas sûr de pouvoir contenir toute les pensées lubriques qui commencent à assaillir mon cerveau. Cette fille est faite pour être mannequin. Quoiqu'elle soit un peu petite pour l'être. Non j'ai une meilleure idée. Elle pourrait juste être la mienne, mon mannequin à moi. Juste dans ma chambre .Sans un mot pour nous – et pour moi – elle part vers sa chambre avant d'y ressortir tout de suite dans la foulée avec un livre à la main.

Merde. C'est tout ce que j'ai droit aujourd'hui. Dix secondes de Temari. Pas une de plus. Pas même un regard. Ma main se resserre sur ma fourchette et je sens le regard d'Hinata se poser sur moi.

-Deidara tout va bien ? Me demanda t-elle de sa voix douce.

-Pourquoi elle est partie ?

Je n'ai pas vraiment réfléchi avant de poser ma question. Hinata fronce les sourcils et prend une petite bouchée de son plat.

-Elle est allée voir Sasori.

Sasori. C'est qui ça ? C'est un prénom de mec ça non ?

-Et c'est qui ? dis-je tout en serrant les dents.

-Un gars, à qui elle donne des cours de maths, dit entre deux gorgé ce glouton de Kankuro.

-A midi ? Je rétorque un peu sèchement.

-Ouais, hier soir, il lui a envoyé un message pour lui demander de déjeuner avec lui et qu'ils attaqueraient les cours tout de suite après un truc comme ça...

Alors à lui elle répond aux messages. C'est quoi ce délire ? Je crois que je vais exploser. Kankuro m'a pourtant assuré que Temari ne voit personne et qu'elle n'est pas vraiment du genre à aller vers les autres, alors c'est qui ce crétin de Sasori qui se permet de lui accaparer son temps comme ça ? Je repense à la manière dont elle est habillée et mon sang boue littéralement. Ce crétin va la mater et ça me fout les boules. Pourquoi elle a eu besoin de mettre un short pour aller manger avec lui ? C'est pas sur ses jambes qu'elle va lui donner des cours non ? Ils ont l'intention de...Bordel de merde. Il faut que je me calme. Il faut que je me détende. Pourquoi est-ce que je mets soudainement à faire une fixette la-dessus ? C'est l'été, il fait chaud, elle a tout à fait le droit de mettre un short, même pour aller voir ce crétin de Sasori. Et ce fils de...va très certainement poser ses yeux sur ses jambes de déesse. S'il la touche, je le défonce. Je. Le. Castre.

Une petite minute - Est-ce que je...Merde...Est-ce que je viens tout juste de faire une crise de jalousie ? Moi, je suis jaloux. Sérieusement. Moi Deidara le mec qui n'en a jamais rien à foutre de tout est jaloux. Je suis jaloux. Ça ne m'est encore jamais arrivé avant. Jamais de toute ma courte vie.

-Ils ne font que réviser Deidara, dit Hinata tout en me regardant avec une lueur amusée dans son regard.

J'hausse les épaules comme pour faire celui qui s'en fout, après tout je vais pas faire une scène pour ça, c'est ridicule, on sait jamais vraiment abordé elle et moi. Je commence à manger du bout des lèvres. Cependant mes doigts ne peuvent pas s'empêcher de pianoter frénétiquement la table et j'entends Hinata rigoler malicieusement tout en chuchotant quelque chose à l'oreille de Gaara. Celui-ci me jette un regard noir et termine son repas silencieusement.

Je les aide à débarrasser. Kankuro disparaît au toilette, Gaara rehausse les manches de son pull-over noir pour faire la vaisselle, et Hinata se plante devant moi.

-Ne t'inquiète pas va, Temari ne le trouve pas du tout à son goût.

-Je ne vois pas de quoi tu parles...

Elle esquisse un sourire en coin avant de me tourner le dos pour rejoindre son petit copain.

J'arrive pas à y croire. Comment cette fille a-t-elle réussi à lire en moi ? Ça se voit tant que ça que je craque sur Temari, ou quoi ?


Commentaire de l'auteur Et voilà la version de Deidara.

J'ai essayé de différencier son point de vue à lui au maximun par rapport à celui de Temari, c'est que c'est vachement dur quand même, en tout cas j'espère que ça se voit et que c'est crédible.

J'espère sincèrement que ce chapitre vous a plu :). Moi, j'ai adoré l'écrire.

J'attend vos reviews avec impatience !

A plus.

Chichichi.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales