Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 187 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

From Tokyo with love Auteur: Saiyann Vue: 25035
[Publiée le: 2010-08-04]    [Mise à Jour: 2021-11-10]
13+  Signaler Romance Commentaires : 91
Description:
Tokyo, Japon. C'est bien au beau milieu de cet endroit attirant l'intérêt des touristes du monde entier que se trouve la personne la plus banale qui puisse exister.
Quelqu'un n'ayant jamais rien réussi dans sa vie, inintéressant, ennuyant.
Sakura Haruno. Une femme en quête d'amour.

C'est également là que se trouve un homme. Un homme obnubilé par son travail et le profit qu'il peut en tirer. Quelqu'un de manipulateur, de calculateur et de sournois. Un superviseur, le meilleur dans son domaine. Un coach expert en séduction.

Quant un professionnel de la séduction tombe amoureux de sa cliente, voilà ce que ça donne...



Pour ceux qui me connaissent déjà, ils savent que les descriptions et les prologues ne sont pas mon fort alors ne vous faites pas une idée rien qu'avec ces dernières lignes...


Crédits:
Tous les personnages appartiennent à Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 11 - Une situation explosive

[2678 mots]
Publié le: 2012-12-29Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Salut tout le monde! voici le chapitre remanié! Laissez moi vos impressions et pour ceux qui se souviennent de l'ancienne "version" de ce chapitre (c'est peut être un peu trop demandé depuis le temps) n'hésitez pas à me dire si j'ai bien fait. Merci et bonne lecture

Ces dix jours sans Gaara m’ont semblés être les plus longs de toute ma vie. Sans lui, tout avait perdu de sa saveur et de son intérêt et durant cette période interminable, je n’avais plus eu la moindre envie. Une semaine et demie d’errance mentale et ce, jusqu’à ne plus être capable de faire la différence entre ennui et déprime. Mille et une questions avaient tournées et retournées dans mon esprit, me soumettant ainsi à une véritable torture psychologique. « Est-ce que je lui manque ? », « Peut-être a-t-il rencontré une jeune femme plus belle, plus intelligente, plus intéressante que moi ? », « Ou alors s’est-il soudainement rendu compte que les sentiments qu’il me porte ne sont guère plus qu’une amitié sincère et profonde ? ».

Quand je repense à ça, je me dis que je suis tombée bien bas. Ne plus être capable de survivre quelques jours sans mon homme met en relief ma dépendance vis-à-vis de lui, et je dois avouer que je n’aime pas ça. Non, je n’aime pas ça du tout. Ai-je donc si peu confiance en moi ? Je pensais pourtant avoir réglé ce problème là… Toujours est-il que je n’aime pas être ainsi. Je n’aime pas la femme que je suis devenue. Je veux être quelqu’un de fort et d’indépendant. Pourtant il semble que je ne sois pas encore capable de faire la part des choses, ou tout simplement de me rendre compte que le fait de vivre une belle histoire d’amour signifie également d’avoir une vie propre à soi à côté. Une relation amoureuse ne s’épanouie uniquement lorsque les gens savent trouver un équilibre entre leur vie à deux et leur vie d’individu à part entière.

Toujours est-il que le fait qu’il soit rentré à la maison m’avait remplie de joie et malgré tout, le contraire aurait été anormal.

Aujourd’hui, nous sommes samedi et je me réveille à côté d’unGaara qui dort à poings fermés. En effet, son travail l’ayant retenu jusqu’à tard dans la nuit, cela ne doit faire que peu de temps qu’il est allé rejoindre les bras de Morphée.

J’aime le regarder dormir. Il a l’air si paisible, si serein. Quand je vois ce spectacle, je ne peux m’empêcher de me dire que je suis la fille la plus chanceuse du monde d’avoir un mec aussi parfait.

 

 

Gaara commence à remuer. Je sens qu’il est en train de se réveiller et je n’ai plus qu’une hâte, qu’il ouvre les yeux pour pouvoir y entrevoir tout l’amour qu’il me porte. Seulement, je ne rencontre pas un regard tendre et amoureux mais plutôt quelque chose qui me glace le sang et me fait froid dans le dos. C’est un regard plein de colère et de ressentiment.

 

« Quelque-chose ne va pas ? Demande-je, surprise.

-Tout va bien, me répond-il.

-Oui je te comprends. Moi aussi ça m’arrive souvent de te regarder avec mitraillettes à la place des yeux, juste pour te montrer à quel point je t’aime.

 

Il ne répond pas à ma remarque sarcastique et se lève, ne portant que pour unique vêtement un caleçon noir, pour se diriger vers la salle de bain. Hors de question de le laisser filer comme ça ! Depuis quand est-il du genre à se refermer sur lui-même sans plus de communication. Ce n’est pas comme ça que je vois une relation saine. Ce n’est pas comme ça que je vois mon couple. Je me lève donc précipitamment et le suis. Il me dira ce qu’il a sur le cœur, je ne vais pas lui laisser le choix. Il s’est enfermé dans la salle de bain. Je crois qu’il me connaît mieux que je ne le pensais. Il savait pertinemment que j’allais le suivre pour savoir le fin mot de sa mauvaise humeur. Qu’à cela ne tienne, je vais lui parler à travers la porte et s’il ne me répond pas, un bon coup de pied retourné, comme je sais si bien les faire, devrait venir à bout de cette porte. Enfin… Je pense que c’est surtout la porte qui viendrait à bout de ma jambe mais bon…Si je suis blessée il sera obligé de sortir !

 

-Gaara, fais-je. Ne fais pas le gamin et dis-moi ce qui ne va pas. Ce n’est pas en gardant tout pour toi que ça va s’arranger et tu le sais.

-Oui je sais.

-Bon alors je t’écoute !

-Puisque tu insistes…

 

Il ouvre la porte et pose son regard glacial sur moi. Qu’est-ce qu’il va me sortir ? Je n’ai rien fait de répréhensible pourtant.

 

-Docteur love est un séducteur hors-pair n’est-ce pas ?

-Hein ? Fais-je, n’osant croire qu’il soit au courant de mes démarches.

-Oui, tellement doué qu’il donne même des cours.

-Tu es au courant ?

-Oui et je n’apprécie guère d’être manipulé de la sorte. Un ami c’est ça ? C’est ce que tu m’avais dit quand je t’ai demandé qui il était.

-Oh Gaara, je t’en prie tu ne vas pas me faire une crise parce-que j’ai tout mis en œuvre pour te conquérir ! Tu devrais être fier au contraire. Fier de l’amour que je te porte.

-Ce n’est pas tant ça qui me pose problème. C’est surtout que je n’aime pas que l’on me prenne pour un idiot.

-Comment ça ? Demande-je, ne comprenant pas où il voulait en venir.

-Il t’a formé à séduire les hommes.

-A te séduire toi, fais-je, trouvant qu’une rectification s’impose.

-D’après ce que j’ai pu savoir, ces cours ne se limitaient pas uniquement à cela…, répond-il tout en laissant la fin de la phrase en suspens.

 

Le sous-entendu lourd de sens qui pèsent dans ces dernières paroles me frappe à la manière d’un coup de fouet. Je n’ose croire à une telle horreur. Comment peut-il penser une chose pareille de moi ? Qui a pu lancer de telles accusations ? N’ai-je pas toujours été droite dans mes pompes, la tête sur les épaules et pleine d’intégrité contrairement aux jeunes femmes de mon âge qui salissent l’image qu’elles renvoient d’elles-mêmes que ce soit en se donnant au premier venu ou tout simplement en ouvrant la bouche ? Moi, tout ce que j’ai fait, c’était par amour et voilà que tous ces efforts se retournent contre moi, comme un coup du destin pour me dire : « ça t’apprendras à croire et espérer au-delà de ton statut de perdante ! »

 

-Et… Fais-je, espérant de tout mon cœur qu’il accorderait davantage de crédit à sa petite-amie qu’à sa source. Tu crois ce qu’on t’a dit ?

-Pourquoi ? Demande-t-il. Je ne devrais pas d’après toi ?

 

Le ton qu’il emploie est plein de supériorité et de sarcasmes. Je ne le supporte pas.      

 

- Écoute -moi bien. Si tu crois un seul instant que je sois ce genre de personne, c’est que tu t’es trompé sur mon compte et nous n’avons rien à faire ensemble.

-J’attends tes explications. Vois-tu, je suis celui qui a été manipulé, je pense donc avoir le droit d’être un tant soit peu irrité.

-Manipulé, c’est un peu fort tu ne crois pas ? J’ai simplement voulu gagner ton cœur, qu’y a-t-il de mal à ça ? Les autres hommes ne m’intéressent pas et je ne pense pas t’avoir donné une seule fois l’occasion de croire le contraire.

 

Il ne répond pas. Il semble réfléchir à ce que je viens de lui dire. S’il ne m’accorde pas sa confiance, que pourrais-je bien faire de plus ? Il n’y a pas plus sincère que moi à ce moment précis.

 

-J’étais prête à tout pour toi, même à payer quelqu’un qui m’apprendrait à avoir l’air moins gourde. Je voulais être à la hauteur. Je voulais pouvoir te mériter.

 

Il me fixe de ses yeux pénétrants, comme pour me sonder totalement. Et je lui rends son regard en espérant qu’il y entreverrait la force de ma détermination et de mon amour.

 

-Pardonne-moi, finit-il par dire. Cet homme doit t’en vouloir à un point inimaginable pour en arriver à de telles extrémités.

-Cet homme ? Fais-je, ne comprenant pas où il voulait en venir.

-Arrêtons là cette conversation. Il n’est pas nécessaire d’envenimer les choses davantage.



Je le regarde, complètement perdue. Que veut-il dire ? Fait-il allusion à Sasuke ?

Gaara me sonde à son tour de son regard pénétrant et je suis mal à l'aise. Il est différent. Ses yeux sont différents. Sa façon de me fixer me semble étrange. S'il dit vrai, peut-être dois-je mettre cette impression sur le fait qu'il doute de ma parole. Seulement, ce ne sont pas ses doutes qui me tracassent. Non... Pour dire vrai, la possibilité que Sasuke ait voulu me nuire ainsi insinue en moi une peine lancinante.



-C'est sasuke ? Fais-je avant même de m'en rendre compte.



Je veux qu'il me réponde. Je refuse qu'il botte en touche et me laisse dans l'ignorance. L'envie de connaître la réponse à cette question me prend aux tripes et mon cœur se met à battre à un rythme effréné.



« Si tu le sais, pourquoi poses-tu la question ? 

-Et toi, pourquoi es-tu si cynique ? »



Je viens de lui rétorquer cela avec un ton de reproche que je ne suis pas arrivée à masquer. Je n'ai pas envie de me disputer avec lui. Non... Les moments que nous passons ensemble me sont bien trop précieux. Cependant, le peu qu'il vient de dire me met dans tous mes états, sans que je ne puisse comprendre pourquoi. Le simple fait que Sasuke ait pu, peu importe la manière, vouloir me porter préjudice me fait de la peine.



« Tu fais celui qui ne veut pas en parler, pourtant c'est toi qui as lancé la conversation, dis-je avec une pointe de reproche.

-Oui, c'est vrai.

-Alors soit tu vas au bout des choses et tu me racontes tout, soit tu ne dis rien du tout. »



La colère commence à monter. En réalité, je ne comprends pas pourquoi il a commencé à m'en parler si, au moment où je lui expose mes arguments, il coupe court à la conversation. Puis, me laisser dans l'ignorance, est tout à fait cruel d'après moi.



« Qu'a-t-il fait ? Continue-je. Ou plutôt, qu'a-t-il dit ? »



Il me regarde quelques secondes, comme s'il réfléchissait, puis, il fini par soupirer.



« Si j'ai pu un instant croire que tu aies pu jouer la séductrice, c'est tout simplement parce que c'est ce qu'il est et qu'il a l'air de prendre un malin plaisir à prendre en charge des gens qui n'ont pas des idées très catholiques en tête ou tout simplement qui veulent savoir l'attirance qu'ils exercent envers les autres. Enfin, rien de bien noble.

-Je suis au courant depuis peu, à vrai dire. C'est bien pour cela que je n'ai plus de contact avec lui. Moi, j'y suis allée avec un objectif tout à fait honorable, à aucun moment je n'ai voulu me jouer de tes sentiments.

-C'est uniquement pour cela que tu ne le vois plus ?



J'ai l'impression qu'il a totalement occulté la dernière moitié de ma phrase. Doute-t-il à ce point du fait qu'il n'y ai jamais eu quoi que ce soit entre Sasuke et moi ? Si c'est le cas, je n'ose même pas répondre à sa dernière question concernant la cause de l'éloignement que nous avons mis entre nous. Cependant... Je crois bien que je n'ai pas vraiment le choix...



« Un...un soir, il m'a fait une déclaration d'amour, seulement... Je lui ai fait comprendre que ça ne serait jamais possible entre nous car je ne pensais qu'à toi, je ne voyais que toi. A partir de là, il a refusé que l'on continue de se voir. C'était trop douloureux disait-il. Pourtant, quelque mois après, je l'ai rencontré par hasard dans un bar et nous avons commencé à discuter. C'est là que j'ai compris qu'en réalité ce mec n'a aucune conscience morale ni aucun sentiment. J'ai vu son vrai visage et je m'en veux d'avoir pu croire que c'était quelqu'un de bien. »



Gaara reste silencieux à l'entente de mes paroles. Il semble enfin comprendre la réalité et semble rassuré. Malgré tout, ce n'est pas de l'apaisement que je voulais entrevoir au fond de ses prunelles. Non... Je voudrais qu'il compatisse à ma peine d'avoir perdu quelqu'un que je pensais être mon ami. C'est trop espéré, je crois...

Je viens de découvrir une nouvelle facette de mon petit-ami. Ce côté égoïste qui je pense, pourrait, s'il s'avérait trop important, être un véritable frein à notre relation. J'ai beaucoup de mal à accepter que l'homme que j'aime ne désire pas mon bonheur autant que je veux le sien...

Quant à Sasuke, la situation est vraisemblablement la même mais à un degré différent. Lui non plus ne veux pas que je sois heureuse apparemment. Et je dois dire, ou plutôt avouer, que cette réalité se révèle être autrement plus difficile à supporter que tout le reste... Gaara n'a pas voulu m'en dire plus au sujet de ce qu'aurait pu dire ou faire le brun à mon égard mais je crois que je ne veux pas le savoir



Les jours passent et ne ressemblent a aucun autre auparavant. La jalousie de Gaara se fait de plus en plus lourde mais je n'ai pas la moindre idée de la façon de gérer cela... Si je devais réagir à chaque fois, nous passerions notre temps à nous chamailler et je n'y tiens pas. En fait, je n'en ai pas la force. Bien trop de tracas hantent mon esprit sans que je ne puisse les éloigner. Je suis ailleurs. Complètement passive à ce qu'il se passe autour de moi et triste. Triste comme je ne l'ai jamais été.



Nous sommes sur le quai de la gare, mon roux et moi. Il fait froid. L'hiver arrive. Et malgré le fait que je porte un long manteau noir, le vent me glace jusqu'aux os. Et ce n'est pas mon jean ni mes bottes qui vont y changer quelque-chose.

Gaara, lui, a l'air tout à fait à l'aise avec sa veste en cuir ouverte. Il ne tremble pas et demeure silencieux.

Tout autour de nous est d'un blanc immaculé. J'espère qu'il va neiger car noël arrive. Oui, je sais, je suis un peu cul-cul. On me l'a déjà dit. Mais peu importe. C'est tout ce que je souhaite.

Un train débarque de l'autre côté du quai et une nuée de personnes en sort. J'espère que le nôtre ne va pas tarder à arriver lui-aussi. J'ai hâte de m'éloigner de Tokyo. En effet, je crois que rendre visite à Tenten me fera le plus grand bien.

Le train repart et les gens se dispersent. Je les regarde sans trop vraiment y faire attention. Pourtant, soudainement un visage attire mon attention. Celui d'un jeune homme. Un beau jeune homme. Brun aux yeux noirs. Sasuke. Il marche paisiblement, le regard droit. Puis, doucement, il tourne les yeux vers moi. Je ne saurais décrire cette expression imperceptible qui a, l'espace d'une micro seconde, envahit son visage.

Il continue de me regarder et je fais de même. C'est un ouragan qui, à cet instant, envahit mon cœur. Pourtant, il finit par détourner les yeux et c'est bien lui qui s'éloigne sans un égard de plus, me laissant ici, complètement perdue et incapable de mettre des mots sur ce que je ressens.


Commentaire de l'auteur Tout beau, tout chaud, le chapitre 11 vous est offert en cadeau de noël (un peu en retard, je l'avoue)!

Alors qu'en avez-vous pensé?

L'histoire "stagne" peut-être un peu trop?

L'inspiration me revient mais j'ai un gros doute sur la qualité du développement de cette histoire... Dites-moi ce que vous en pensez, ça m'aidera !

En tout cas sachez que la fin se dessine petit à petit dans ma tête...

Merci pour vos commentaires sur le dernier chapitre, j'y ai évidemment répondu^^

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales