Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

From Tokyo with love Auteur: Saiyann Vue: 24052
[Publiée le: 2010-08-04]    [Mise à Jour: 2015-05-01]
13+  Signaler Romance Commentaires : 85
Description:
Tokyo, Japon. C'est bien au beau milieu de cet endroit attirant l'intérêt des touristes du monde entier que se trouve la personne la plus banale qui puisse exister.
Quelqu'un n'ayant jamais rien réussi dans sa vie, inintéressant, ennuyant.
Sakura Haruno. Une femme en quête d'amour.

C'est également là que se trouve un homme. Un homme obnubilé par son travail et le profit qu'il peut en tirer. Quelqu'un de manipulateur, de calculateur et de sournois. Un superviseur, le meilleur dans son domaine. Un coach expert en séduction.

Quant un professionnel de la séduction tombe amoureux de sa cliente, voilà ce que ça donne...



Pour ceux qui me connaissent déjà, ils savent que les descriptions et les prologues ne sont pas mon fort alors ne vous faites pas une idée rien qu'avec ces dernières lignes...


Crédits:
Tous les personnages appartiennent à Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Une ouverture?

[3457 mots]
Publié le: 2010-09-06
Mis à Jour: 2010-09-10
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Dix heures. C'est la pause café et je ne sais pas si tous les regards qui sont tournés vers moi flattent mon égo ou au contraire me donnent la nausée. En effet, il est incroyable de voir à quel point un changement physique peut attirer l'attention du monde qui vous entoure...Voici, une fois de plus, la preuve que je ne suis entourée uniquement par des gens tout à fait primaire et je dois dire qu'en ce qui me concerne, leur personne m'est totalement indifférente...Je n'ai aucunement envie de les connaître. Ils sont et resteront seulement mes collègues de travail. Rien de plus.

Paradoxalement, leur en mettre plein la vue grâce à ma soudaine métamorphose est plutôt gratifiant. Non...Ce n'est pas l'exact vérité: Je jubile totalement.

De plus, je dois dire que ce relooking à d'autres très bons côtés, comme par exemple le fait que je me sente mieux dans ma peau en dépit de la douleur insupportable que mes pieds subissent depuis bientôt deux heures à cause de mes talons. Enfin, je pense que ce doit être une question d'habitude. D'ici quelques jours j'aurais surement l'impression d'être dans mes baskets...Ou en tout cas, j'essaie de m'en persuadée.

Toujours est-il que j'ai réellement l'impression d'être une véritable femme. Ce changement ne m'aide pas seulement à conquérir Gaara mais également moi-même. Et oui, c'est peut-être surprenant venant de quelqu'un comme moi mais pour la première fois de ma vie je me sens belle et désirable et comme l'avais prédit Docteur Love, tout cela me donne confiance en moi. Il faudrait que je pense à le remercier. Même si au final je n'atteins pas mon but premier, cette expérience m'aura au moins fait évoluer dans ma vie de femme.

C'est adossée contre la machine à café que je fixe le regard ailleurs le mur bleu de la petite pièce de pause et je souris lorsque je me rend compte à quel point je suis en train de changer. Jamais, auparavant, je n'aurais tenu un tel discours et quiconque me connaissant se serait volontiers étranglé de rire si quelqu'un lui avait fait part de ma « nouvelle personnalité ». Enfin...C'est une façon de parler car au fond de moi, je reste la même. La Sakura blasée et nonchalante, exécrant toute forme de superficialité est toujours là.

Des gloussements me font très violemment sortir de mes pensées. « Très violemment » sont les termes parfaits dans une situation telle que celle-ci car ces rires aigus viennent de toutes les greluches qui m'entourent et je dois avouer que j'ai toujours détester lorsqu'elles faisaient ça. Pourquoi se sentent-elles donc obligées de poussés ces cris affreux?

Je tourne alors mon regard vers le sujet de toute cette agitation et mon cœur se met à battre rageusement dans ma poitrine et ce à tel point que j'espère de toute mon âme que personne ne l'entende.

Gaara, l'homme de toutes mes pensées, s'avance d'une démarche décontractée vers moi. Quoi? Vers moi? C'est bien vers moi qu'il approche? Non je ne rêve pas...Mais qu'est-ce qu'il me veut?

Il s'arrête à quelques dizaines de centimètre de moi et me détaille de haut en bas avec dans le regard cette lueur de douceur que j'ai toujours aimé en lui. Après quelques secondes interminables où je crus véritablement que j'allais finir par m'évanouir, il plonge ses yeux dans les miens et me gratifie d'un sourire timide. Son fan club me jette des regards meurtriers mais je dois avouer que les états-d'âmes de quelques poupées barbies en rut est bien le cadet de mes soucis. En effet, la seule chose qui compte à présent est la proximité qu'il y a entre Gaara et moi. Peut-être a-t-il enfin reconnu mon existence? Peut-être vient-il me demander d'aller boire un verre avec lui après le boulot? Yes! Ça marche! Jamais je n'aurais pensé que ce serait si facile et si rapide! Avec un peu de chance, je téléphonerai ce soir à Sasuke pour lui dire que je n'ai plus besoin de ces services!


« Vous...Commence-t-il.

-Euh...Oui...Je..., dis-je tout en souriant jusqu'aux oreilles.

-Auriez-vous l'amabilité de vous décalé? J'aimerai prendre un café.


La claque.


-Oh. Oui bien sûr, répond-je tout en baissant brusquement les yeux, rouge de honte.

-Je vous remercie, me répond-il, ne se départissant pas de son sourire. »


Non. Ce n'est pas une claque que je viens de recevoir, c'est bien pire que ça! Je ne sais plus où me mettre et j'ai bien peur, une fois de plus, d'être passée pour une parfaite idiote.

Mon cerveau tourne à une vitesse qui m'en donnerait presque le tournis et je comprend dès ce moment que, je vais effectivement passé un coup de fil à Sasuke dès ce soir, pas pour mettre un terme à ses séance, mais plutôt pour lui suggérer de trouver un moyen de m'apprendre à m'exprimer correctement sans afficher un air d'imbécile heureux lorsque le Sabaku se trouve près de moi.


« Tiens Haruno! S'exclame une des groupies. Je crois que ta dignité vient de tomber par terre!

-Comme quoi, enchaîne une de ses « amies », c'est pas en se faisant un ravalement de façade qu'on arrive à mettre la main sur un homme tel que lui. C'est pathétique! Hein Gaara? »


Décidément, ce n'est pas ma journée et apparemment je n'ai pas fini d'être humiliée. Seulement, bien plus profond que la honte, je ressens maintenant une véritable colère que je maitrise difficilement.

Je vois les yeux bleus de mon prince charmant regarder la scène avec une surprise non dissimulée.

Plus les filles continuent de rire, plus j'ai du mal à contrôler cette envie de leur sauter dessus. Seulement, il est hors de question de me laisser traîner dans la boue ainsi et je m'apprête donc à leur lancer une réplique des plus cinglantes, mais avant qu'aucun son n'ait le temps de sortir de ma bouche, la voix de mon cher rouquin s'exclame:


« Ça suffit!


Cet ordre a pour effet de réduire à néant les ricanements de cette horrible assemblée.


-Mais...Commence l'une d'entre elles.

-Vous n'en avez pas assez de vous conduire comme de parfaites gamines? Laissez la tranquille. »


Je n'en reviens pas. Je n'arrive tout simplement pas à croire ce qui est en train de se passer.

Avant que je n'ai le temps de pousser plus loin mes interrogations, il se tourne vers moi et me dit:


« Je suis désolé pour ça. Ne faites pas attention à elles. »


Sans attendre une quelconque réponse de ma part, il tourne les talons et sors de la salle de pause suivie des filles qui semblent espérée se faire pardonner.

En ce qui me concerne, je suis toujours aussi abasourdie et ne sais pas comment prendre ce revirement de situation. Se soucierait-il de moi? Non, il ne vaut mieux pas que je me dise de telles choses, j'ai bien trop peur de tomber de haut. Je sais qu'il faut que je sois patiente, Sasuke me l'a déjà dit et c'est bien ce que je compte faire. Il n'est pas question pour moi de baisser les bras.

C'est avec une nouvelle détermination que je retourne dans mon bureau, essayant tant bien que mal de retrouver ma concentration pour étudier la pile de dossier qui m'attend bien sagement.

En entrant, mon patron m'attend, surement pour me donner les nouvelles directives. Pitié! Faîtes qu'il fasse vite ce gros chieur!

Je ne l'avais jamais apprécier. C'est le genre d'homme imbu de lui même et de sa réussite mais aussi un être totalement répugnant, bavant sur chacune de ses subordonnées. Plus d'une fois, en le voyant jeter des regards langoureux aux différentes femmes qui l'entouraient, je m'étais surprise à bénir ma banalité car cela me permettait d'échapper à ces situations qui me donnent envie de vomir. Seulement, aujourd'hui, c'est moi qu'il fixe d'un regard plein de sous-entendus et je sens un frisson de dégoût parcourir mon échine alors qu'il se met à me détailler sans prendre la peine de se cacher.


« Bonjour Sakura, me dit-il.

-Bonjour monsieur, lui répond-je, poliment.

-Je vous ai apporter les documents nécessaires à la confection des bons de commandes. Je voudrais qu'ils soient prêts pour midi.

-Aucun problème. »


Un silence s'installe et je dois dire que je n'aime pas vraiment ça. D'autant plus que d'habitude, après m'avoir dit ce que je devais faire, il ne s'attarde pas et s'engouffre dans son bureau. Là c'est différent. Je lui tourne le dos et je le sens me reluquer. Je déteste ça et ce qui n'arrange rien est qu'étant mon employeur, je ne peux pas me permettre de l'envoyer balader comme j'aurais pu le faire avec les greluches de tout à l'heure.


« Sakura...


Merde. Ça sent vraiment pas bon cette histoire...

Je me retourne lentement, craignant par dessus tout ce qui allait suivre.


-Oui?

-Que diriez-vous de venir boire un verre avec moi ce soir?


J'en étais sûre. Comment je vais me sortir de cette situation maintenant?


-Euh...C'est à dire que...Je suis vraiment désolée mais j'ai à faire ce soir...


En même temps, ce n'est pas un mensonge. J'ai une séance à dix-huit heures.


-Bon. Ce n'est que partie remise alors? Me répond-il, un peu déçu avant de tourner les talons et de s'en aller . »


Partie remise? Tu parles! Plutôt crever que de sortir avec ce gros dégueulasse!


Le reste de la journée se passe sans aucune anicroche pour mon plus grand soulagement malgré ma hâte de la terminée. Ma double hâte dirais-je même. En effet, j'ai l'espoir de croiser Gaara à la sortie. Même s'il ne se passe pas grand chose. Rien que le fait de le voir me ferait le plus grand plaisir. Le croiser et plonger, une fois de plus mon regard dans le sien. Peut-être aurais-je le droit à un bonsoir ou autre? Je sais, c'est vraiment pathétique. J'ai l'impression d'être une gamine au vue de mes réactions mais n'est-ce pas là la beauté et la magie de l'amour? Qu'est-ce qu'on est stupide quand on est amoureux! Je suis trop fleur bleue mais bon...Je n'y peut rien...C'est comme ça.

Il faut dire que je suis également impatiente de retrouver Sasuke pour lui faire part de mes craintes et de mes doutes. Il a beau adopté un comportement moqueur et hautain, il a toujours su me rassurer et m'encourager. Moi qui au début me plaignais du fait qu'il ait rajouté des séances en plus dans la semaine...

C'est ainsi qu'arrive dix-sept heures trente et à mon grand damne je ne croise pas Gaara en sortant. Pas grave, je le reverrai demain! Enfin, j'essaie de me consoler comme ça.

Je me dirige donc vers le local de mon cher coach et je rentre sans frapper. Je sais qu'il n'a pas de client cet après-midi.

Je le trouve debout, à côté de son étagère, plongé dans un bouquin. Son visage concentré et sérieux tout de même mélangé avec une pointe d'arrogance fait partie des choses que j'ai toujours trouvé attirant chez lui alors que je la bannis chez d'autres.

A l'entente de mes pas résonnants sur le parquet de son bureau, il tourne ses yeux vers moi et m'adresse un de ses petits sourires en coin.


« Bonjour Sakura.

-Bonjour! Comment allez vous?

-Plutôt pas mal, me dit-il en souriant. Comment s'est passée votre journée?

-Il y aurait tellement de choses à dire...Répond-je, pensive.

-Et bien racontez moi tout. »


C'est ainsi que je lui fais le récit de ce qu'il s'est passé dans la salle de pause. Je lui raconte comment je me suis donnée en spectacle devant l'homme dont je suis amoureuse, et comment ses groupies m'ont données le coup de grâce sans oublier le fait qu'il ait fini par me défendre. Au fur et à mesure que je lui conte tous ces événements, je le vois écouter d'une oreille attentive et fixer d'un œil pensif le parquet.


« Je vois, finit-il par dire.

-Quoi dont? Fais-je attendant avec impatience un de ses conseils.

-Je pense que vous ne lui êtes pas complètement indifférente.

-Comment pouvez-vous dire ça? C'est impossible! Il ne m'a jamais accordé la moindre attention et le fait que j'ai changé de style vestimentaire ne peut pas être la seule cause de son intérêt.

-Croyez-moi.

-Mais qu'est-ce qui vous fait dire ça?

-Je suis un homme.


Mouais...Je ne sais pas si ça suffit à me convaincre mais bon...


-Et si nous commencions notre séance? Continu-t-il.

-D'accord. Qu'avez-vous prévu pour aujourd'hui?

-L'étape une.

-Et quelle est-elle?

-Enfin Sakura! Je vous en ai parlé la dernière fois. Ne me dîtes pas que vous avez oublié!

-Euh...C'est qu'il s'est passé pas mal de choses depuis...

-L'étape une consiste à susciter l'intérêt de la personne que vous convoitez et je dois vous avouer qu'elle sera la plus longue de toutes. C'est celle qui va nous prendre les trois quarts du temps que nous passeront ensemble.

-Et combien y a-t-il d'étapes en tout?

-En comptant l'étape zéro, il y en aura quatre.

-D'accord.

-Premièrement, lorsque vous vous adressez à lui, arrêtez de vous demandez si vous ne passez pas pour une idiote. Soyez zen dans votre séduction. En simple, ayez confiance en vous.

-Très bien. Je vais essayer de...

-Non! Voilà votre erreur la plus courante. Vous n'allez pas essayer, vous allez le faire. Et vous allez réussir.

-O...Oui.

-Vous devez renvoyer l'image d'une femme qui est à l'aise dans sa tête, dans son corps et dans le monde qui l'entoure et ce, même lorsque vous ne le voyez pas. Toujours. Car même dans votre vie de tous les jours, ça vous aidera. Pour chaque but que vous vous fixerez, ne doutez jamais de vous.

-...

-Deuxièmement, soignez votre « body language ».

-Qu'est-ce que c'est que ça?

-Vos mimiques, la façon dont vous tenez et cetera.

-C'est à dire?

-Par exemple, lorsque vous êtes devant lui, inclinez votre corps légèrement vers l'arrière et non pas vers lui. Tenez vous également à distance pour lui envoyer le message inconscient que vous êtes le « prix » et que vous êtes tout sauf acquise. Et surtout...

-Surtout?

-Regardez-le toujours dans les yeux.

-C'est pas gagné alors...

-Pourquoi?

-Je suis incapable de soutenir son regard plus de dix secondes...

-Ah bon? C'est étrange...

-Pourquoi cela?

-Écoutez, Sakura. Vous en êtes tout à fait capable.

-Vous êtes sûr?

-Bien sûr! Quand vous êtes avec vos amis, votre famille ou même avec moi vous le faîtes! Alors pour la énième fois, cessez de douter de vous.

-...

-Troisièmement, n'essayez jamais de l'impressionner. Ne vous vantez pas. En revanche, essayez de démontrer votre valeur via des histoires, des anecdotes qui sous-entendent que vous possédez telle ou telle qualité mais resté implicite. Dans mon milieu, on appelle ça le storytelling.

-Ha...

-Quatrièmement, restez toujours cool et souriante. Ne l'oubliez pas: La séduction est un jeu, pas quelque chose de vraiment important. N'ayez pas de réaction trop émotive à ce qu'il vous dira. Réagissez comme vous l'auriez fait avec votre voisin au physique ingrat par exemple.

-...

-Une question?

-C'est ça la séance? M'exclame-je, incrédule. Je dois retenir tout ça et réussir du premier coup? Je n'y arriverai jamais! Vous dîtes qu'il faut que j'ai confiance en moi mais là comme ça, c'est pas possible!

-Pas de panique! Ai-je dit que l'étape était terminée? Bien sûr que j'ai conscience que la confiance s'acquiert et c'est pour cela que je vais vous emmener dès maintenant vous entrainer avec des inconnus.

-Des...Des inconnus.

-Absolument. Des jeunes hommes, dans la rue, que je choisirai au hasard. Ne faites pas cette tête là! Vous verrez, c'est plus facile quelqu'un qu'on ne connait pas.

-Je n'en suis pas si sûre...


A l'entente de ma dernière phrase, il pose ses mains sur mes bras, m'obligeant à lui faire face puis plonge son regard noir dans le mien et je suis complètement déstabilisée pas son intensité. Jamais le regard d'un homme n'avait été si hypnotisant.


-Vous me faîtes confiance? Dit-il, d'une voix douce.

-Je...

-Vous avez confiance en moi?


Après quelques seconde de réflexion, la réponse me paraît évidente.


-Oui.




Commentaire de l'auteur Coucou tout le monde!
Alors j'espère que vous avez aimé ce chapitre ^^ c'est vrai qu'on y apprend plein de choses en même temps (technique de séduction), c'est limite du bourrage de crâne mais ne vous inquiétez pas, pour le prochain chapitre, ce sera plus clair^^
Sinon je voudrais vous remercier du fond du coeur pour vos commentaires auxquels j'ai répondu^^
N'hésitez pas à m'en laisser d'autres! Comme je le dis souvent, c'est la plus belle des récompense de savoir ce que les gens pensent de ce qu'on écrit^^
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales