Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

From Tokyo with love Auteur: Saiyann Vue: 24047
[Publiée le: 2010-08-04]    [Mise à Jour: 2015-05-01]
13+  Signaler Romance Commentaires : 85
Description:
Tokyo, Japon. C'est bien au beau milieu de cet endroit attirant l'intérêt des touristes du monde entier que se trouve la personne la plus banale qui puisse exister.
Quelqu'un n'ayant jamais rien réussi dans sa vie, inintéressant, ennuyant.
Sakura Haruno. Une femme en quête d'amour.

C'est également là que se trouve un homme. Un homme obnubilé par son travail et le profit qu'il peut en tirer. Quelqu'un de manipulateur, de calculateur et de sournois. Un superviseur, le meilleur dans son domaine. Un coach expert en séduction.

Quant un professionnel de la séduction tombe amoureux de sa cliente, voilà ce que ça donne...



Pour ceux qui me connaissent déjà, ils savent que les descriptions et les prologues ne sont pas mon fort alors ne vous faites pas une idée rien qu'avec ces dernières lignes...


Crédits:
Tous les personnages appartiennent à Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 1 - Ce devait être une journée comme les autres

[3593 mots]
Publié le: 2010-08-04
Mis à Jour: 2010-08-09
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Bonjour ou bonsoir tout le monde!
Me revoilà avec une nouvelle fanfic qui j'espère vous plaira!
Je vous souhaite un agréable moment à lire ce premier chapitre!

Sept heures trente, je suis dans le métro.

Mon esprit vagabonde ça et là. Je pense à mille et une choses. Je pense à tout et rien en même temps. J'attends juste qu'une petite voix agaçante annonce à travers le haut parleur du wagon dans lequel je me trouve, que nous sommes enfin arrivés dans le quartier d'Akihabara. J'attends l'instant où je sortirai enfin de ce foutu train pour me diriger, le pas traînant, vers cette éternelle table miteuse qui me sert de bureau. J'attends le moment où je remplirai la montagne de paperasse gentiment confiée par mon abruti de patron. J'attends la fin de la journée pour enfin pouvoir rentrer chez moi et m'adonner à mon activité favorite: Attendre. Oui...Car dès ce soir j'attendrai que le jour se lève pour recommencer la même journée qu'aujourd'hui et la même que celle d'après demain.

Attendre, attendre, attendre... Mais qu'est-ce que j'attends?

Est-ce que je veux gagner au loto? Non. L'argent ne m'intéresse pas.

Une famille peut-être? J'en ai déjà une extraordinaire.

Des amis alors? Non plus. La véritable amitié je la connais déjà.

L'amour? Oui. C'est ça qu'il me manque. Seulement...Comment un homme pourrait bien s'intéresser à une personne aussi insignifiante que moi? Je suis une jeune femme de 22 ans, tout ce qu'il y a de plus banal. Je suis ni trop mince ni trop grosse et ma taille est si ridiculement petite que je n'ose même pas vous la préciser. Quant à mes cheveux, n'en parlons pas; Ils sont aussi roses que la robe de ma dernière poupée Barbie. Pourtant, ils contrastent bien avec le vert de mes yeux qui, eux non plus, n'ont pas grand chose d'intéressant.

A l'inverse des femmes qui m'entourent et qui peuplent ce pauvre monde uniquement centré sur l'image qu'on donne ou plutôt qu'on veut donner de soi, je ne porte pas de sac à main Louis Vuitton ou encore de parfum Chanel. Alors qu'est-ce que j'ai pour moi? Y a-t-il quelque-chose en moi que les autres n'ont pas et qui fait que je sorte du lot? Non je ne pense pas. Peut-être pensez vous que j'ai du caractère? Il n'en est rien. Il n'y a pas plus timide que moi et paradoxalement une personne plus difficile à vivre que je ne le suis ne doit pas exister sur cette terre. Le fait est que j'ai toujours aimé vivre seule, faire ce que bon me semblait où et quand il me plaisait. Cependant, cette solitude commence à m'être pesante et j'ai de plus en plus de mal à la supporter. Mon entourage n'a de cesse de me répéter d'aller vers les autres et de me trouver quelqu'un et pourtant, même si ce n'est pas l'envie qui me manque, je répond toujours par la négative. Pourquoi? Je ne sais pas. Peut-être est-ce simplement mon esprit de contradiction qui prend le dessus? Ou alors ma fierté? Oui, ce doit être ça. J'aime montrer aux yeux du monde que je me suffis à moi-même et que je n'ai besoin de personne. Comme c'est drôle! Moi qui bannissais il y a quelques secondes, les gens et la fausse image qu'ils renvoyaient, me voilà en train de faire la même chose....Peut-être que je ne suis pas si différente d'eux après tout? Peut-être que je vis également dans la superficialité et l'artifice? Et qu'est-ce que j'en ai à faire après tout? Cependant, il serait peut-être temps que je me bouge si je ne veux pas finir comme ces vieilles filles cyniques et aigries. Il faut vraiment que je me trouve quelqu'un! Mais qui? Il y a bien un homme qui me plait mais il est vraiment trop bien pour moi. Il est tellement beau, tellement intelligent, tellement tout que je n'ose même pas espérer qu'il pose un jour son regard sur moi... En vérité j'en suis amoureuse depuis déjà des années. Depuis que j'ai commencé à travailler pour le groupe Saito. J'ai toujours essayé de me persuader du contraire, espérant vainement ne pas en souffrir et ce, à tel point que j'en étais littéralement entrée dans le dénie. « Non je ne l'aime pas! Je me contre-fiche de ce pingouin constamment entouré de groupies! Il n'est pas pour moi et je ne suis pas pour lui! » Il est vrai que lui et moi n'avons rien en commun. Je dirais même que nous sommes totalement à l'opposé l'un de l'autre. En effet, il est quelqu'un de très convoité alors que moi je fais partie des meubles. Le jour et la nuit. Pourtant, malgré tous les efforts que je met en œuvre pour le sortir de ma tête, je me souviendrai toujours de ce fameux jour où je l'ai vu pour la première fois...



Flash back


J'entamais ma première journée en tant que Secrétaire de Monsieur Saito, PDG du groupe international Saito, et je n'en étais pas peu fière. Secrétaire, certes, mais combien de mes collègues avaient le privilège d'être la sienne à à peine 19 ans? Par conséquent, la pression qui pesait sur mes épaules était telle que mes gestes devenaient confus voir même maladroits. Mes jambes flageolaient sous mon poids et plus particulièrement sous la peur d'avoir un mouvement un peu trop gauche et de passer pour la plus imbécile des débutantes.

Alors que je revenais de la photocopieuse, je m'apprêtais à entrer dans le bureau de mon supérieur pour lui remettre les dossiers qu'il m'avait confié quelques heures auparavant et, trop absorbée dans mes pensées, l'idée de frapper avant de pénétrer dans la pièce ne m'effleura même pas l'esprit. C'est alors qu'avant que je ne puisse m'en rendre compte, je percutai violemment quelque-chose de dur, faisant voler en éclat l'intégralité des rapports, factures et autres documents que je portais.

Une idiote. Voilà ce que j'étais. Une sombre idiote.

Je n'avais pas pris la peine de relever la tête pour considérer la personne que je venais de bousculer, préférant m'affairer à ramasser les feuilles éparpillées à mes pieds avant que mon patron ne se rende compte de l'incident.


-Pardonnez-moi, dit une des voix les plus agréables que je n'avais jamais entendu.


C'était une voix d'homme douce et virile à la fois. Une voix apaisante. Un son qui sonnait comme une magnifique mélodie à mes oreilles et ce fut elle qui me décidai à lever les yeux la personne qui s'adressait à moi.

Magnifique. Tel était le mot qui le décrivait le mieux. J'avais rarement vu quelqu'un d'aussi beau. Des yeux bleus entourés de noir et des cheveux rouges flamboyants.


-Je...Balbutia-je. C'est de ma faute...je...


Il s'accroupit alors pour m'aider à ramasser et je ne pus me concentrer sur autre chose que son doux visage, lorsque tout à coup, une voix beaucoup moins agréable que celle que je venais d'entendre m'arracha malgré moi à ma contemplation.


-Gaara? Qu'est-ce que tu fais? Nous t'attendons pour la réunion...


Là encore, la personne qui venait de parler était dotée d'une beauté à damner un sain. C'était une femme brune avec des yeux d'un bleu profond. Pourtant, la différence fondamentale avec l'homme qui m'avait tant perturbée était qu'elle ne m'inspirait en rien confiance, c'était même tout le contraire; elle me donnait froid dans le dos. Ses yeux me lançaient des éclairs et le dégoût que je pouvais lire sur son visage lorsqu'elle me regardait me fit presque mal.


-Oui, répondit-il en se relevant. J'arrive.


Pensant qu'il ne m'adresserait pas un regard de plus, je me levai à mon tour pour continuer là où je m'étais interrompue dans mon travail. Cependant, il se retourna vers moi, et avec des yeux à en faire fondre plus d'une, il me lança:


-Désolé pour cette bousculade et bonne journée à vous.

-Je...Oui...merci...Bonne nuit...euh...je veux dire bonne journée à vous aussi...


Non je n'étais pas une idiote. J'étais purement et simplement la dernière des connes! Bonne nuit...Comment avais-je pu lui sortir une énormité pareille!

Je m'étais rarement sentie aussi honteuse et les heures qui suivirent, je m'étais même surprise à prier pour ne plus jamais le recroiser. Que pensait-il de moi maintenant que je venais de me tourner en ridicule?

Les jours, les mois et les années passèrent et malgré le fait que j'essayais inlassablement de me persuader que je me contrefichais de ce qu'il pouvait bien penser de moi, mes pensées ainsi que mes rêves se dirigeaient de plus en plus vers lui, jusqu'à ce que je n'ai plus aucun contrôle sur mes sentiments.

Il m'arrivait souvent de le croiser dans un couloir, dans l'ascenseur ou encore aux abords de la machine à café, toujours accompagnée de quelques grandes blondes et pétillantes brunes. En effet, il avait beau représenter tout ce que j'avais toujours haï, j'en étais quand même irrémédiablement amoureuse.


Fin flash-back



Dix-neuf heures. La journée est passée comme à son habitude mais aussi bizarre que cela puisse paraître, ce soir je ne passerai pas la soirée seule chez moi; Je suis invitée chez Ino ma meilleure amie, et plus fidèle représentante de la gente féminine qui peuple notre charmante ville de Tokyo. Cela vous semble étrange que je puisse fréquenter ce genre de personne? Vous avez raison. Mais Ino est différente. Peut-être pas en apparence mais au fond d'elle, c'est une personne formidable. Elle a toujours été là pour moi et même encore aujourd'hui, elle continue à m'épauler et à me pousser à aller de l'avant. Elle a toujours cru en moi et je dois dire que cela m'a toujours étonnée. En effet, elle arrive à me trouver des qualités que jamais je n'aurait soupçonner et lorsque je lui demande de m'expliquer la raison pour laquelle elle m'attribue de telles compétences, elle a à chaque fois un argument de choc. C'est qu'elle finirait bien par me faire croire à ces foutaises!

Je me dirige vers le bar qui fait le coin de la rue Chiyoda et y trouve la charmante tête blonde de ma meilleure amie.


-Salut Sakura! Comment vas-tu?

-Ça va bien, lui dis-je, las.

-Tu as l'air fatiguée. C'est le boulot qui te met dans cet état?

-Entre autre. Des vacances seraient les bienvenues, je dois te l'avouer.

-Ne t'inquiète pas, il va bientôt y avoir une fête organiser avec tout le monde! Ça te fera le plus grand bien!

-Quoi? Dis-je avec enthousiasme.

-Oui! Tenten, Témari et Naruto sont revenus alors autant en profiter!


Je vais revoir mes amis! C'est tellement génial depuis le temps que l'on ne s'est pas vu! En effet, la plupart d'entre eux sont partis faire leur carrière à l'étranger, décidant de profiter un maximum de leur jeunesse et d'aller visiter le monde. En y réfléchissant, je me dis parfois que c'est ce que j'aurais dû faire...Ça m'aurait éviter de croupir dans cette ville pourrie jusqu'à l'os...


-J'ai tellement hâte de les revoir!

-A qui le dis-tu! Me répond-t-elle, les yeux pétillants de bonheur.


Un silence s'installe entre nous, chacune pensant à toutes ces années passées loin de ces gens que l'on chéri plus que tout jusqu'à ce qu'Ino reprennent avec un air mi-curieux, mi-enthousiaste.


-Alors?

-Alors quoi?

-Ben avec Gaara tiens!

-Rien. Absolument rien. Et il n'y aura jamais rien, d'accord? Maintenant parlons d'autre chose, s'il te plait.

-Non, non, non, non! On ne parle pas d'autre chose, on va parler de ça! Il serait temps que tu aies un peu plus confiance en toi, Sakura!

-Mais je...

-Écoute. Si je t'ai fait venir ici, ce n'est pas seulement pour boire un verre et parler de la pluie et du beau temps.

-Comment ça? Lui dis-je, incrédule.


Pour toute réponse, elle me tend une petite carte de visite bleue et noire. Ne sachant pas où elle veut en venir, je la prend et jette un coup d'œil dessus.




Vous êtes seul (e), vous avez du mal à aller vers les autres, vous êtes à la recherche de l'âme sœur?

Contactez un de nos professionnel, expert en séduction!



N'osant croire à ce que je viens de lire, je lève mes yeux écarquillés vers Ino, la regardant comme si elle venait de sortir la plus grosse énormité de sa vie.


-C'est une blague?

-Pas le moins du monde, me dit-elle tout à fait sérieuse.

-Tu me croies aussi désespérée que ça?

-Je ne t'ai pas inscrit dans un site de rencontre ou dans une agence matrimoniale! C'est toi qui va faire tout le boulot! Tu vas juste apprendre à mettre en valeur tes atouts, qu'ils soient physiques ou psychologiques. Il est vrai que la carte ne fait pas très sérieux mais crois moi, cette entreprise à de réels résultats!

-Je...

-Bien entendu, c'est moi qui paierais chacune de tes séances! Prends ça comme un cadeau d'anniversaire en avance!

-Tu parles d'un cadeau!

-Tu es sceptique, c'est normal! Seulement quand tu viendras me rendre visite avec ton cher rouquin au bras, tu me remercieras. Non, plus sérieusement, Sakura! Promet-moi d'essayer!

-Je ne sais pas si...

-Promet-le moi!


Son regard est suppliant. Elle a fait tellement de choses pour moi que je ne me sens pas le cœur de le lui refuser.


-Très bien. Mais c'est bien parce que c'est toi!

-Tu parles comme si tu le faisais pour moi. Mais c'est bel et bien pour toi que tu vas y aller!

-Oui si tu le dis...


C'est ainsi que deux jours plus tard je me retrouve à taper le numéro inscrit sur la petite carte que ma meilleure amie m'a donner. J'attends que quelqu'un décroche, me demandant sur quoi je vais encore tomber. Enfin...peut-être qu'Ino à raison...Ça pourrait m'être utile...Je ne sais pas...Si c'est pour me faire passer pour ce que je ne suis pas, il en est hors de question! Mais en même temps, je ne connais personne d'aussi généreux, sincère et vrai que ma meilleure amie. Je n'ai pas le droit de douter d'elle. Il faut que je lui fasse confiance.


-Allô? Me dit une petite voix fluette.

-Oui...euh...Bonjour. J'appelle en ce qui concerne votre offre de séances avec un coach...

-Vous seriez intéressée?

-...Moui...je...

-Dans ce cas je vous met un rendez-vous cette semaine si cela vous convient?

-Oui...

-Vous êtes?

-Mademoiselle Haruno.

-Que diriez-vous de Vendredi, 18h30?

-C'est parfait...

-Très bien! En plus vous avez de la chance, vous serez prise en charge pas le meilleur de nos expert!

-Ah oui...Effectivement...j'en ai de la chance...

-En vous souhaitant une agréable séance, mademoiselle.

-Merci.


C'est avec une vitesse incroyable que la semaine est passée. Peut-être parce que je me suis surprise à espérée que ce rendez-vous porterait ses fruits? Espérer...Quelque chose qui ne me ressemble pas mais peut-être est-ce là le début de ma métamorphose? Si ça doit fonctionner, je dois surement commencer par le vouloir moi aussi? Non...Décidément, il y a un truc qui ne tourne plus rond chez moi...Enfin je n'en sais trop rien...18 heures. Il faut que j'y aille. Je me lève et me dirige vers le métro. Le trajet passe vite lui également et je trouve le local avec beaucoup de facilité et tant mieux, je dois dire. Je n'ai aucune envie de me perdre et de tourner en rond pendant des heures surtout que ça aurait pu suffire à me décourager d'y aller. Enfin bon...j'y suis. J'entre et attends patiemment dans la salle d'attente mais ça ne me pose pas de problème; Vous ai-je déjà dit que je passais ma vie à attendre?

Je ne m'assois pas, je suis bien trop nerveuse, je dois l'avouer. Alors je reporte mon attention sur les posters qui ornent la pièce et je suis étonnée de ne pas y voir des affiches à l'eau de rose où un couple courre plus heureux que jamais sur la plage avec un petit slogan du genre « Vous en avez toujours rêvé? Nos experts l'ont fait! ». Non...au lieu de cela, il y a des posters ayant pour but de mettre en garde contre les IST et même certaines semblent militer contre l'alcool durant la grossesse.

Soudain, une voix me sort de ma contemplation. Une voix grave et apaisante. Une voix d'homme. Si je ne m'abuse, c'est la deuxième fois qu'une simple voix à cet effet sur moi. Bizarrement, celle-ci me fait me sentir bien. Même encore mieux que celle de Gaara...Étrange...

Je me retourne pour tomber sur un homme magnifique. Un homme à la beauté sans égal. Attendez! Stop! J'ai déjà vécu cette scène! C'est vraiment trop bizarre, voir irréel. Pourtant, les cheveux d'ébène et les yeux d'un noir profond de celui qui se tient devant moi sont bien réels, eux. Je le vois qui me fait un sourire en coin, comme s'il s'amusait de ma réaction, tout en levant sa main vers moi avant de déclarer.


-Sasuke Uchiha, je serai dorénavant votre coach particulier expert en séduction pour une durée indéterminée. Ravi de vous rencontrer, mademoiselle Haruno.


Commentaire de l'auteur Alors??? Qu'en avez vous pensé?

J'aimerai vraiment que vous me laissiez un petit commentaire pour me donner votre impression même si c'est pour me descendre...Tout est bon à prendre pour s'améliorer^^
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales