Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 210 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Forever Auteur: Uchiwa-devil Vue: 8637
[Publiée le: 2009-01-03]    [Mise à Jour: 2009-08-07]
G  Signaler Romance/Humour/Yaoi (HxH) Commentaires : 21
Description:
Une jeune ninja débarque à Konoha le jour où Naruto ramène enfin Sasuke. Apparament, elle vient d'Iwa et son père, le Tsuchikage, exige que d'ici deux semaine, elle soit mariée avec le fils du quatrième Hokage... Naruto !
Mais durant ces deux semaines, ce dernier se verra tomber amoureux de la mauvaise personne... Comment se terminera toute cette histoire ? Quand les combats interminables cesseront-ils ? Un couple réciproquement amoureux fnirat-il par obtenir sa liberté ? À quel prix ?
Crédits:
Pas à moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Regarde, il neige

[3879 mots]
Publié le: 2009-02-01Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 9 : Regarde, il neige...

Je sentais la brise légerte du matin flatter ma peau. J'ouvris les yeux, et ceux-ci tombèrent sur la plus belle chose qui m'ai été donné de voir. Un ange tombé du ciel ne m'aurait pas fait plus d'effet. Sasuke dormait encore. Je l'admirais silencieusement en souriant.

Mais, d'où venait-elle au juste ? Je me levais et m'appuyais sur mes coudes. La blessure sur ma poitrine me faisait encore souffrir et lorsque je voulus me lever, je lâchais une plainte, me forçant à ce qu'elle ne soit pas trop forte. J'essayais une nouvelle fois de m'assir. Une étape à la fois, comme on dit. Puis une fois fais, je regardais dehors. Le matin était bien là, aussi beau que jamais. Les rayons du soleil - peu nombreux - frappait sur la plaine, là où notre campement était installé, et un petit ruisseau coulait. Je ne l'avais pas remarqué hier, à cause de la noirceur, mais là que je le vois, je suis éblouis. Je rassemblais toutes mes forces et je réussis à me lever debout, après être sortis dehors. Je marchais tranquillement - quoi que lentement - et me dirigeait vers le bord de l'eau. Je m'assis et étendis mes jambes, jusqu'à ce que le bout de mes orteilles touchent l'eau froide. Mes mains appuyés derrière moi, je penchais la tête et regardais le ciel. Le ciel bleu. Quoi que nuageux légèrement, mais on peut bien voir le bleu. Je ne sais pas combien de temps suis-je resté là à admirer un ciel si immense. Mon regard était perdu depuis bien des minutes, sans que je ne m'en rende compte. Le temps passait à vive allure. C'est à peine si je le voyais passé. J'avais tellement envie que le temps s'arrête. Que je puisse profiter de chaque seconde comme si chacunes d'entre elles duraient une éternité. J'avais envie de pouvoir vivre à fond, de pouvoir aimer, rire...

À ce moment là, j'eus un pincement au coeur et un gémissement sortis de ma bouche. Un souvenir m'étais revenu.

Ce jour-là, dans la forêt...

« Pourquoi désires-tu autant à sauver mon frère ? Il est un criminel, un traitre, un déserteur »

« Parce que pour lui, je suis un frère, plus que tu ne l'es à ses yeux »

« Et si il voulait détruire Konoha ? Que ferais-tu ? »

« Je saurais trouver un moyen de le sauver tout en sauvant mon village ! De toute façon, jamais je ne reviendrais sur ma parole, c'est ça pour moi être un ninja ! »

L'homme en face de moi sourit. Itachi ne souriait jamais. Je ne savais pas ce qu'il avait en tête...

Je tremblais. Itachi est dangereux. Il me veut. Ou devrais-je dire qu'il veut ce que je possède ; Kyubii. Il peut très bien me tuer, là, maintenant... J'ai beau avoir du courage, que pourrais-je faire contre le ninja criminel le plus connu et recherché au village ?

« Tu ne devrais pas avoir peur, je ne veux que parler avec toi »

Je tressaillis.

« Tu sais, tout bon ninja doit savoir prendre des décisions douloureuses. Un ninja est une arme. Un combattant. Les ninja n'ont pas le droit d'avoir d'émotions. Aucun sentiment. Aucune larme. Rien »

« Je changerais cette règle à la noix ! Je serais le meilleur ninja ! Et je sauverais Sasuke au péril de ma vie ! »

Une nouvelle fois, un sourire apparut sur son visage pâle. Ses yeux dangereux me fixaient mais je ne regardais pas ailleurs. Tout les ninja savent que contre un Uchiwa, ont doit regarder ses pieds, ailleurs, mais jamais dans ses yeux, sinon c'était la mort assurée. Surtout dans mon cas. Mais s'il me dit qu'il ne veut que me parler...

« Il faut que je te laisse, j'ai plus important à faire »

D'un signe de main, il disparut, me laissant seul dans la forêt sombre.

Et si c'était vrai. Et si un jour, j'aurai à faire un choix douloureux. Mon sang se glaçait dans mes veines rien qu'à y penser. Je reposais mes yeux au ciel, ne sachant même pas pourquoi ses souvenirs m'arrachaient des pincements au coeur.

Je sentis une présence dans mon dos et la seconde d'après, un bruit vint briser ce moment de solitude qui me fit un bien... innatendu.

- Naruto, tu viens manger ?

Combien de temps étais-je resté là, à admirer les détails de la nature ? Bon, peu importe.

Je me levais, avec plusieurs efforts et quelques gémissements de douleurs, et regardais Lee.

- J'arrive, lâchais-je dans un murmure.

- À quoi pensais-tu ?

Je le regardais, en fronçant les sourcils, ne comprenant pas trop sa question.

- Qu'est-ce que tu veux dire ?

- Tu es là depuis dix bonnes minutes, je t'ai vu quitter le campement.

- Ah, marmonnais-je, rien, je pensais à... rien.

- Ah d'accord, si tu le dis.

Il sourit et partit au campement. Je le suivais. Une fois arrivé, je m'installai autour du feu qu'avait - sans doute - été allumé par Sasuke. Je le cherchais des yeux et le trouvais, assit aux côtés de Neji, à discuter bien tranquillement.

Je m'approchais et m'assis à côté de lui en lui souriant. Mais derrière ce sourire si innocent, se cachait bien des sentiments.

- Bon matin, dis-je d'une voix faussement joyeuse. C'était aujourd'hui mon mariage, ne l'oublions pas. Mais je crois que perdu dans la forêt, je ne puisse y assister. Mais j'avais quand même l'intention de m'y rendre, pour l'annuler moi-même. C'est juste que je n'avais pas prévu me faire attaquer...

- Hn, fis Sasuke

- 'lut, marmonna Neji

- Moi, je meuuurs de faim !! S'exclama Lee, toujours aussi motivé et joyeux.

Je lâchais un rire, tout petit était-il, qu'on ne l'entendit à peine. Les missions m'avaient terriblement manqués. Sasuke de retour, j'avais enfin l'impression qu'il ne manquait rien... et que mon coeur ne manquait plus aucun morceau.

- Au fait, dis-je en prenant une bouchée de l'énorme poisson sûrment pêché hier, c'est quoi vot' mission ?

- Tu vois le rouleau, là, dans mon sac ? fis Neji en pointant son sac du doigt.

Je regardais et acquiesçais.

- Eh bien, il faut le ramener intact au seigneur du Pays de l'Eau.

- Intact ? ajoutais-je, pas convaincu.

- Ouais, fit Lee, mais avec le peu de ninja que nous avons rencontrés jusqu'à présent, le reste de la mission devrait être plus relax.

- Ah ok, dis-je.

Je trouvais Sasuke bien silencieux - bon, normal quoi - et je me retournais vers lui. Il grignotait tranquillement en fixant les flammèches orangées danser au milieu du campement. Il semblait, une fois de plus, complètement ailleurs. Je le regardais à moitié conscient, puis retournais regarder le ciel, oubliant le poisson à moitié mangé dans mes mains.

- Ça va Naruto ? demanda Neji

Je baissais la tête et le regardais. Pourquoi ça n'irais pas ?

- Oui, pourquoi ?

- On dirait voir Shikamaru ! Ajouta Lee

À ce moment là, Sasuke tourna lentement sa tête en ma direction, et j'en fis de même. Mes prunelles bleus se perdaient dans les siennes et j'imagine que c'était la même chose pour lui. Après de longues secondes, il retourna enfin à la contemplation du feu, son élément préféré. De nombreux frissons parcouraient mon corps et je les laissais courrir.

- Je vais bien, finis-je par dire.

Étrangement silencieux, je décidais de finir de manger.

Un peu plus tard, après avoir défais et rangé nos tentes, nous nous sommes remis en route. Le Pays de l'Eau n'était pas bien loin, d'après les dires de Lee.

Nous avions marchés longtemps, et j'avais hâte de m'arrêter. Mes jambes me suppliaient et je sentais la fatigue m'envahir. Le froid se fit de plus en plus intense et nous décidions alors de nous arrêter.

Nous étions tout près de l'eau et l'horizon bleu semblait ne jamais finir. J'admirais l'étendue d'eau et je pus en conclure que nous étions aux frontières du Pays de l'Eau.

- Nous y sommes ? demanda Lee

- Ouaip, dit Neji

J'admirais toujours l'océan, puis je tournais la tête vers la droite, là où, tout près de moi, Sasuke admirait aussi l'horizon. Étant plus petit que moi, je ne voyais toujours pas ses yeux...

Je lâchais un tout petit soupire de bien être, et je m'assis, encore une fois, face à l'eau.

Sasuke vint me rejoindre quelques instants après.

- Lee et moi allons aller porter le rouleau, dit Neji

Je me retournais, surpris.

- Quoi ? Et nous ?

- Vous semblez fatigués, dit Lee, reposez vous.

- C'est vrai, le village est tout près, nous allons y aller et revenir d'ici cette nuit. Ajouta Neji

- Quel heure est-il ? demandais-je subtilement.

Lee leva les yeux au ciel. Cherchant l'emplacement du soleil, il redirigea son regard vers Sasuke et moi, après avoir soupirer de l'absence du soleil. Les nuages prenaient toute la place. Ce n'était pas comme ce matin.

- Euh, je ne sais pas, marmonna Lee

- Je dirais, d'après moi, fit Neji, faisant mine de réfléchir, entre 18 et 19 heures.

Je ne dis rien. Sasuke non plus. Après quelques secondes, dans lesquels Neji et Lee attendaient patiemment notre accord pour partir, je leur souris.

- Bon, allez-y, lâchais-je, ce n'est pas moi le chef, mais revenez avant le crépuscule.

- Pourquoi ? demanda subtilement Lee

Je n'allais quand même pas lui dire - devant Sasuke - que je voulais être à Iwa avant le mariage. Il fallait que je dise la vérité à tout le monde. À Naomi comme à Tsunade mais aussi.... à Sasuke, même s'il savait déjà ce que je ressentais pour lui. Je m'efforçais de trouver une excuse.

- Je suis fatigué, j'ai mal et j'ai hâte de rentrer à Konoha.

Il semblait avoir oublié que j'avais reçu un kunaï en pleine poitrine - j'ai encore eu de la chance qu'il n'ai pas touché mon coeur - et que je souffrais.

- Ah, dit-il simplement, on sera là.

Je souris en leur souhaitant bonne chance, et une fois qu'ils fussent trop loin pour pouvoir les voirs, je me tournais vers Sasuke, qui me regardait. Cela m'avait tellement surpris que je rougis légèrement. Mais malgré ça, je lui souris chaleureusement, ce qui provoqua, à son tour, de petites rougeurs.

- Tu ne parles pas beaucoup aujourd'hui, dis-je dans un murmure.

Le silence était trop beau pour que je le brise en gueulant comme j'avais l'habitude de faire.

Il me regardait de son regard vide d'émotions. Ses yeux me fascinaient. Si profonds... Ses prunelles noires cachent tellement de souffrance, que ça me fait mal quand je plonge dedans.

- Tu veux que je dises quelque chose en particulier ?

Sa voix si douce et calme m'apaisait, et je souris en faisant signe que non. En faite, j'aimerais bien l'entendire dire qu'il m'aime, que je suis le plus beau et le plus fort. Je sais, j'ai une forte estime de moi-même.

Je le regardais toujours, et soudain il partit s'asseoir encore plus près de l'eau. Jusqu'à être capable de se voir dedans. Je m'approchais et m'assis à ses côtés. Le silence durait une éternité et j'avais l'impression qu'il ne finirait jamais. Ça me rendais dingue. Pourquoi fallait-il que je tombe amoureux d'une personne aussi mystérieuse ? Pourquoi est-il toujours aussi renfermé, silencieux. Je suis incapable de lire en lui, incapable de briser ce silence pour lui demander si tout va bien. Incapable de savoir comment il se sent, là, maintenant. Pourquoi ai-je l'impression qu'il est à des centaines de kilomètres alors qu'il est là, à moins d'un mètre ?

Les minutes passaient et je ne me lassais pas de le regarder, lui complètement perdu dans l'horizon. Le vent légèrement froid poussait ses longues mèches noirs vers l'arrière et me laissais le loisir d'admirer son visage, qui, soit dit en passant, n'avait pas changer d'un pouce, après trois ans. Tout à coup, une larme glissa de son oeil et il ne l'enlevait même pas.

Je détournais le regard, soudainement nerveux, faisant semblant de n'avoir rien vu. Après quelques secondes, dans lesquels je m'étais posé mille et une question, comme par exemple, sa tristesse passagère était-elle causée par mon mariage de ce soir ? Je ne savais pas, et je devais en avoir le coeur net.

- À quoi penses-tu ? demandais-je le plus normalement possible en me retournant vers lui

Il haussa les épaules puis se retourna vers moi.

- À... Itachi, murmura-t-il.

Il était assit par terre, les genoux remontés contre son corps, et le regard perdu dans l'infini étendu d'eau. Je le regardais, et un maigre sourire s'empara de mes lèvres.

- Il te manque ?

Sasuke se retourna vers moi brusquement, fronçant les sourcils. Je compris pourquoi il avait laissé s'échapper une larme toute à l'heure.

- Ça va pas la tête ? S'exclama-t-il presque en criant.

- C'est bon, j'ai rien dit, marmonnais-je en retenant une envie de rire.

Il ne sait pas mentir. Absolument pas. Il reprit son calme et retourna admirer l'infini à l'horizon.

Je laissais les secondes s'écouler. Puis les minutes. Encore, et encore. Je remarquais que le ciel s'assombrissait à mesure que le temps filait. Je baissais la tête et regardais l'herbe presque glacé.

- Il... Il fait froid, hein ?

Mes pupilles bleus se dirigèrent vers lui, puis je souris, et essayant de refouler une envie de le tirer vers moi de force, je dis :

- Viens.

J'ouvris ma veste et l'invitais à venir se réchauffer. Son kimono n'est pas très épais et il devait geler là dedans. Déjà que sa peau blanche ne résiste pas au froid intense.

Durant une seconde, il semblait hésiter. Il se pinçait les lèvres en me regardant de ses yeux fièvreux, puis il vint se blottir dans mes bras, au chaud. Quand je sentis son petit corps contre le mien, des frissons me frappaient et je me sentais très... gêné.

Ses cheveux chatouillaient mon menton et je lâchais un soupir de bien être, sans pouvoir m'empêcher d'afficher un sourire satisfait. Sasuke en fit de même.

- Quelque chose ne va pas ? demandais-je, inquièt en pensant autre chose quand j'avais sentis son souffle tremblant contre mon ventre.

- Non, murmura-t-il.

Pendant ce moment... intime si puis-je le dire comme ça, j'avais - étrangement - oubliées mes douleurs à la poitrine.

Le temps semblait s'arrêter, et ce, à chaque fois que je le sentais près de moi. Et là, pour être près, il est près... et ça me fait du bien.

Je ne me rendais pas compte que la nuit arriverait à grand pas, et que l'air devenait de plus en plus fraîche et que j'avais froid aussi, mais avec ma veste et Sasuke collé à moi, je pourrais tenir le coup.

- Il neige, chuchota-t-il

J'ouvris les yeux - que j'avais inconsciemment fermés - et, effectivement, il neigeait.

C'était magnifique. La neige tombait doucement sur nos têtes et je me réjouit de cette mignonne température. Je fis un grand sourire. Un peu comme les enfants font quand ils voient la neige tomber pour la première fois de leur vies. J'ignore si c'est la température habituelle du Pays de l'Eau, mais à Konoha, il ne neige pas très souvent. C'est dommage. C'est peut-être froid, mais c'est beau. Le temps passait encore, et je me rendis alors compte que nous étions toujours collés l'un contre l'autre. Sasuke ne semblait pas trop embarassé, bien au chaud dans mes bras, mais moi j'étais de plus en plus gêné, et aussi, j'avais froid.

- On devrait peut-être y aller maintenant, murmurais-je en le secouant légèrement.

Il ne répondait pas. J'essayais encore.

- J'ai pas envie de me transformer en bonhomme de neige, dit-je en riant doucement.

- Je suis bien là..., murmura-t-il à son tour d'une voix fatiguée

- Moi aussi, mais Neji et Lee ne sont toujours pas revenus, insistais-je

- Naruto ?

- Quoi ?

- J'aime quand... quand tu me tiens dans tes bras, murmura-t-il

J'aurais juré qu'il rougissait à cet instant là. En tout cas, de jolies couleurs roses et rouges apparurent sur mes joues à moi, et j'entourais son corps de mes bras.

- Moi aussi, finis-je par dire en déposant mes lèvres sur sa tête, ses cheveux qui sentent si bon.

- J'ai l'impression que rien ne peut m'arriver, chuchota-t-il

- Rien ne t'arrivera, le rassurais-je d'une voix pas plus forte que la sienne.

J'oubliais le froid, la neige et je posais mon menton sur sa tête, profitant de ce moment si précieux. Moment que je me souviendrais, même quand j'aurais quatre vingt dix neuf ans, la veille de mon centième anniversaire. Je n'aurais jamais cru que l'amour était un sentiment aussi beau, aussi... merveilleux.

Je n'avais jamais ressentis cela pour Sakura, alors que je croyais être amoureux d'elle, à l'époque de l'académie. La nuit finit par tomber, et Neji et Lee n'étaient toujours pas revenus.

- On devrait vraiment y aller, on se gèle ici, dis-je

Il ne dit rien et tenta de se relever. Mais à cause de la neige légèrement mouillé, il retomba. Résultat, je me retrouvais allongé, lui sur moi. Et dans un mouvement brusque, ses coudes s'enfonçèrent dans ma poitrine, m'arrachant une plainte.

- Gomen !

Je souris malgré ma grimace de douleur. Je ne voulais pas qu'il pense qu'il m'ai fait mal. Il s'en voudrait à lui-même. En plus qu'il est très... fragile depuis le décès d'Itachi. Même s'il ne veut pas l'admettre, je suis sûr que son frère lui manque. Comment peut-on oublier un frère ? Peu importe ce qu'il a fait... J'en sais à peu près quelque chose.

- Ça va, dis-je dans un murmure.

Il semblait affolé et inquièt pour rien, tellement qu'il ne se rendait même pas compte que nos visages étaient tellement près l'un de l'autre, que je n'allais surment pas résister longtemps.

- Mais... !

Je ne lui laissais même pas le temps de finir, mon envie pris le dessus. Je pris son visage entre mes mains et avant qu'il n'eut pu finir sa phrase, je l'embrassais. Ses yeux grands ouverts et ses joues rouges m'amusaient mais je me forçais à garder les yeux fermés. J'attendais qu'il se détende avant de passer ma langue sur ses lèvres. Comme la dernière fois, il me donna son accord et nos langues se retrouvaient. Je ne pouvais m'empêcher de sourire en même temps de l'embrasser, il était tellement timide. Et encore une fois, j'oubliais qu'il était appuyé sur ma poitrine et j'oubliais mes douleurs. La neige continuait de nous refroidire petit à petit mais je ne m'en préoccupait pas. À vrai dire, pas du tout. J'appréciais trop ce moment et je n'allais certainement pas l'arrêter par peur d'attraper froid. Je me fichais pas mal d'être malade. Et si ça se trouve, on le serait ensemble.

Nos lèvres se quittaient à regret, mais nos yeux ne pouvaient le faire.

- Maintenant on... on peut y aller, dit-il en rougissant et en souriant.

Je souriais à mon tour, en même temps de caresser la peau douce qui formait son visage.

- Comme tu voudras, mon petit coeur en chocolat noir, dis-je avant d'éclater de rire.

- Ne m'appel plus jamais comme ça, teme.

Je savais qu'il n'était pas réellement fâché, mais plutôt que ce surnom lui fit chaud au coeur. Après de longues années sans avoir eu quelqu'un pour le lui réchauffer, son coeur commençait sans doute à se transformer en glace... Heureusement que je suis là. Hm ! Seigneur que je m'aime.

Après s'être levé, il m'aida à mon tour et je fus sur mes deux pieds. Subtilement, je m'emparais de sa main et on se dirigea vers le santier, là où les arbres finissent et le chemin à suivre est beaucoup plus simple. La neige commence à former un immense tapis blanc, et tandis qu'on marche, le silence domine.

Après environ deux heures de marche, nous arrivions enfin dans un petit village.

- C'est ici ? demanda Sasuke

- Ouais, répondis-je, enfin je crois.

Ce fut les seuls mots que nous avions échangés. Le silence s'installa de nouveau durant le trajet. Nous avions traversé le village en entier, vérifiant chaque petit recoin, espèrant trouver nos coéquipiers, mais aucune trace d'eux.

- Mais où sont-ils ? M'exclamai-je.

Sasuke ne dit rien et serra ma main un peu plus fort. Je soupirai en me retournant. Je n'avais pas envie de m'égarer. Neji et Lee sont sans doutes encore dans le village. Où ? Aucune idée. Mais ils sont forcément encore là.

Je me mis à marcher vers un immeuble plus gros que les autres, et Sasuke n'eut d'autres choix que de me suivre.

- Où vas-tu ?

- Je crois savoir où les trouver.

Je marchais encore et encore quand enfin j'arrivais. J'entrai avec Sasuke à l'intérieur.

En montant, je pensais à Naomi. Que faisait-elle ? Était-elle rentrée chez elle, malgré mon absence ? Que pense Tsunade du fait que je ne suis pas là pour le mariage ? À l'heure qu'il est, je serais supposé lui passer l'anneau au doigt.

En arrivant finalement au deuxième étage, je me dirigeai vers le bureau du Kage. Un duo d'ANBU passant dans le couloir nous arrêta, ayant aperçus mon bandeau du village de la feuille. Je dus lâcher la main de mon ange.

- Vous venez de Konoha ? nous demanda l'un deux

- Ouais, dis-je, on cherche le Seigneur du Pays de l'Eau.

- C'est pour une mission, ajouta Sasuke

Le deuxième ninja semblait réfléchir.

- Il me semble que deux ninja de votre village sont venus aussi, un peu plus tôt.

- Ouais je me souviens, dit l'autre, ce type aux yeux blancs, c'est un Hyûga, hein ?

- Ouais, c'est mon coéquipier, renchéris-je

- Ah oui ! S'exclama le plus grand des deux ninja. Oui, le Kage m'a parler de votre mission. Le rouleau est intact, votre mission est un succès !

- Ah, et où sont mes amis ? demandais-je

- Je ne sais pas, désolé petit.

Je grognai mentalement et avec Sasuke, quittais les lieux.

FIN du chapitre 9, À SUIVRE

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales