Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 893 lectures  - 4 commentaires [16 décembre 2021 à 19:07:21]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Envie d'etre moi
[Histoire Terminée]
Auteur: fic-de-super-narutodu31 Vue: 41882
[Publiée le: 2009-01-31]    [Mise à Jour: 2009-05-29]
G  Signaler Romance/Drame/School-Fic Commentaires : 24
Description:
Sakura a un père alcoolique et sa mère à disparue mystérieusement deux ans auparavant. Elle déménage à Konoha ou, pour la première fois depuis la disparition de sa mère, elle va se faire des amies. Un soir, Sakura en a assez et décide de fuguer. Mais elle se perd dans cette grande ville trop nouvelle pour elle et elle est recueillie par l'Uchiwa...
Crédits:
Les personnages ne m'appartiennent pas.Ils appartiennent a l'auteur de "Naruto"
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

chapitre 16

[1424 mots]
Publié le: 2009-03-18Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Pendant la nuit, il y eut de l'orage. Je me réveillais en sursaut et gémit: J'avais toujours eut peur des orages. Le tonnerre gronda et je sautais du lit, affolée. Je commençais à me calmer lorsque le tonnerre retentit a nouveau. Sans réfléchir, je couru dans le couloir et ouvrit une porte. Je m'approchais d'une silhouette endormie et la secoua par l'épaule. Sasuke se réveilla et me dit d'une voix endormie:
-Sakura...Qu'est ce que tu fais la ?
-J'ai peur...
-Hnn. De quoi?
Un coup de tonnerre, plus violents que les précédents se fit entendre et je me mis à trembler.
- Pfff! bon, couche-toi! Mais ne me colle pas, ok?
J’hochai la tête, me rappelant trop tard qu'il ne me verrait pas dans l'obscurité, puis je me couchais. Sa respiration redevint rapidement régulière: Il s'était déjà rendormi. Le bruit de sa respiration tranquille me rassurait. Je finis par sombrer moi aussi dans le sommeil.
Quand je me réveillais, Sasuke n'était plus la. Confuse et gênée, je retournais dans ma chambre. Je me préparais mentalement a cette journée qui, je n'en doutais pas, serait pleine de questions.
Et, en effet, des que je pénétrais dans l'enceinte du collège, je fus assailli par Gaara, Naruto, Shikamaru, Kiba et pleins d'autres que je ne connaissais pas. De toute évidence, mon histoire avait déjà fait le tour du collège. Les questions fusaient sans que j'ai le temps d'y répondre
-Il t’a fait mal?
-Pourquoi tu nous a rien dit ?
-Il fait sa souvent?
-Pourquoi il s'est énervé?
-Il est en prison?
-Pourquoi tu le laisse faire?
-Tu es triste?
Je me fis la réflexion qu'ils avaient l'air de gros gamins a se presser autour de moi et a me poser des tas de questions sans attendre de réponses. On aurait dut des enfants de 4 ou 5 ans qu'on emmène pour la première fois au Zoo. J’était l’animal, cela va de soit.
Je fis alors ce que je savait le mieux faire: Je me déconnectait. Je bouchais mentalement mes oreilles, l'image se brouilla, devient grise. Mon corps avait beau se trouver dans la cour, mon esprit, lui, était loin, dans des contrées imaginaires ou je flottais, libérée de toute obligation, sans cette foule bruyante et curieuse. J'entendis vaguement la sonnerie de début des cours mais rien ni personne ne pouvait me sortir de cette douce béatitude dans laquelle je flottais. Puis dans ma dimension rose apparut une silhouette. J’ouvris de grands yeux tandis que la silhouette s'approchait de moi et me disait:
-Sakura...Tu compte rester longtemps au milieu de la cour?
Je redescendis sur Terre et regarda la personne en face de moi. C'était Sasuke Je rougis, puis, me rendant compte du ridicule de la situation, j'éclatais de rire. Sasuke me regarda, surprit, avant de joindre son rire au mien. Puis je le suivis vers la salle de classe. Nous voir arriver ensemble provoqua diverses réactions, de la surprise plutôt.
Mince! J'avais oublié que je devais rester éloignée de lui au collège ! Mais, chose curieuse, il ne sembla pas s'en soucier. Soulagée, je regagner ma place sous les regards curieux, voir moqueur du coté des mecs, et plutôt meurtrier du cotes des filles. Mais je m'en fichais.
Pendant toute l'heure, je sentis les regards de mes camarades posés sur moi. Cela m'énervais au plus haut point mais je n'y pouvais rien. La cloche sonna et je sortie de la salle, poursuivie par les élèves qui me bombardait a nouveaux de questions. Je m'apprêtait a rejoindre une nouvelle fois mon monde imaginaire quand une main se posa sur mon epaule. Sans me retourner, je sus que c'était Sasuke.
-Foutez lui la paix avec vos questions a la cons!
-Mais Sasuke-Kun...
-Ta gueule Karin !
Il m'attrapa par la main et m'entraina dans les couloirs sous les exclamations horrifiées de toutes les filles présentes, sauf de mes amies qui, elles, souriaient aux anges. Je venais de me faire plein d'ennemie. Mais je m'en fichais de mon premier bavoir. La main de Sasuke tenant la mienne suffisait a me réchauffer le cœur, le faisant battre la chamade. Malgré tout, je demandais, une fois que l'on ce fut éloignés:
-Mais, Sasuke...Tout le monde va savoir...Je croyais que sa devait rester secret? Je veux dire, le fait que je vive chez toi...
Il s'arrêta et me regarda dans les yeux:
-Il était temps qu'ils l'apprennent.

Je dus paraitre surprise car il ajouta en haussant les épaules:
-On n'aurait pas pu le cacher plus longtemps de toute façon. Surtout depuis que l'administration est au courant...
Oui, la, je comprenais mieux. Il s'était résigné. D'une certaine manière, ca me soulageais: Je n'aimais pas mentir et depuis que j’étais chez Sasuke, je n'arrêtais pas. Nous étions arrivés devant la salle de cour et Sasuke lâcha ma main a ma grande déception. Ensuite, il s'éloigna au pas de course vers le bâtiment administratif, me plantant aux milieux du couloir. Je le regardais s'éloigner a grands pas quand Temarie m'accosta:

-Tu comptais nous le cacher longtemps?
Je la dévisageais: Elle feignait d'être en colère, mais un sourire qu'elle peinait à retenir démentait ses paroles dures. Elle était heureuse pour moi et soulagée d'un lourd secret trop dur a porter. Je regrettais de l'avoir fait souffrir ainsi. Je lui expliquais donc les grandes lignes de ma situation actuelle, en lui passant sous silence mes sentiments. Il y a des choses que l'on ne raconte pas!
-...Il m'a fait promettre de n'en parler à personne! Je suis désolée mais je n'avais pas le choix !
Elle me sourit gentiment. Elle comprenait et me pardonnais:
-T'inquiète! Bon on va en cour, sinon le prof va s'arracher les cheveux !
L'image d'un prof a lunettes, les mains pleines de cheveux flotta dans mon esprit et j'éclatais de rire, rapidement rejointe par Témarie, qui avait probablement suivi le cheminement de mes pensées grâce a mes mimiques. Le visage cramoisi et des larmes pleins les yeux, nous rentrâmes dans la salle de cours ou le prof nous regarda rejoindre nos place d'un air indigné:
-Je peux savoir ce qui vous fait rire, mesdemoiselles?
Sans réfléchir, l'esprit embrumé par le fous rire, je répondis:
-Vous imaginez chauve!
Il se raidit et dit d'une voix mielleuse:
-Vous vous moquez de moi, mademoiselle Haruno?
Je ratais le premier avertissement et hochais la tête, incapable d'articuler des mots cohérents. L'image du chauve à lunette dansa devant mes yeux et mon fou rire reprit de plus belle. La voix du prof devint dure:
-Quand vous serez calmée, vous me préviendrez.
La vision brouillée par les larmes, je ne vis ni 'expression horrifiée de Temarie, ni les yeux cruels du prof. Je ratais aussi le deuxième avertissement:
-Ok...j'vous ferez signe !
Mon rire s'éteignit d'un coup quand je pris (enfin) conscience du silence qui régnait dans la salle. D'une voix beaucoup moins assurée, je dis:
-C'est bon, chui calmée...
Mauvaise réponse. Je vis les yeux de Temarie, située derrière le prof et comprit mon erreur. Ce dernier commença a hurler sur moi durant une bonne dizaine de minutes."Ingrate" était le mot le plus gentil de tous ceux qu'il vociférait. Je le laissais s'énerver, fascinée par sa capacité thoracique. Finalement, mon manque de réaction fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Le prof m'ordonna d'aller chez la directrice, ce que je fis rapidement. Mon fou rire me reprit et c'est pliée en deux que je continuais ma progression, en zigzag, me tenant au mur pour m'empêcher de tomber. Arrivée devant le bâtiment administratif, je tentais de refréner mon rire: Arrivée morte de rire avec un mot de prof était le meilleur moyen de me faire virer illico. Cependant, mon rire s'étrangla de lui même dans ma gorge, quand, arrivée devant le bureau de Tsunade, mon nom fut prononcé derrière l'imposante porte de bois. Je collais mon oreille contre le battant de bois, mon cœur allant a toute vitesse. Il y avait quelqu'un d'autre avec Tsunade. Mon cœur rata un battement quand je reconnu la deuxième voix:
C'était Sasuke

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2022 / Mentions légales