Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Parlement des choses spatiales
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 26/10/2020
  • Elle n'avait rien remarqué d'anormal
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/08/2020
  • Histoires de fleurs
    YBY Editions
    Nb de signes : 20 000 - 60 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/03/2021
  • Body Positiv
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance contemporaine - romance
    Délai de soumission : 15/11/2020
  • Indispensable
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/07/2020
  • Le monde d'après
    Réticule
    Nb de signes : 6 000 - 30 000 sec
    Genre : fiction - anticipation - science-fiction
    Délai de soumission : 31/08/2020
  • Non
    POÉTISTHME
    Nb de signes : < 6 000 sec
    Genre : avant-garde - art visuel - poésie
    Délai de soumission : 26/08/2020
  • Thriller horrifique
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : thriller - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • Enigma
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/08/2020
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 978 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Elle, au bout de la rue ?...ok. Auteur: Suukii-Stella Vue: 21210
[Publiée le: 2009-02-25]    [Mise à Jour: 2010-12-20]
13+  Signaler Général Commentaires : 81
Description:
Une histoire raconte qu’un soir de pleine lune, cinq garçons seraient nés un tatouage représentant une lettre marquée sur une partie de leurs corps. Que ses jeunes protagonistes auraient leurs destinées liées à cet ornement. Les vieux sages pensent à l’amour quand ils évoquent les lettres, à de jeunes demoiselles de différentes catégories sociales. Mais l’aberrance des faits fut difficile à expliquer aux jeunes hommes, l’idée d’être enchaînés à une destinée irrévocable tatouée sur leurs peaux rendait leur jours plus lourds et si…tracés, préparés. Survoler les toits à la recherche d’une femme, de la femme. Ils prient, en passant devant cette femme que le tatouage ne brûle pas leurs peau et qu’il ne brille pas pour leur matérialiser les menottes autours de leurs poignées. La royauté n'y ai pourtant pour rien, malgré le pléonasme qu'est leurs destinées et cette époque dans laquelle ils vivent.

__________________

Une nouvelle fiction.

UA, et pour les couples : Classique.

Prévisible ? Non !

JE SUIS DE RETOUR. J'espère que vous n'avez pas oubliés ma fiction avec le temps. Merci à toutes les personne qui continuent de me suivre !

CHAPITRE 12 : Mesdames et Messieur, lâchez vos ficelles, Pinocchio déploit ses ailes.

Stella.
Crédits:
Masashi Kishimoto je vous empreinte VOS personnages !
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

On a tous besoin d'un nouveau départ...un jour.

[3377 mots]
Publié le: 2009-03-15
Mis à Jour: 2009-03-21
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Elle au bout de la rue ?…Ok.

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelqu’un tapa à sa porte. Elle grogna pour elle-même et sortit de ses draps avant de se diriger d’un pas des plus paresseux qu’il soit, vers la porte. Le bas de sa longue chemise de nuit en lin de couleur écru ornée de fine dentelle plus foncées, traînait sur le sol. Elle tendit doucement sa main et tourna la poignée pour finir par ouvrir la porte. L’endormie tomba nez à nez sur un homme inconnu de ses yeux de bon matin, car encore dopée aux sables de Morphée son sens de l’observation et de la déduction étaient totalement en veilles. Sa bouche s’ouvrit machinalement sous l’effet de surprise et claqua la porte en collant son dos contre la porte glacée de l’aube. L’habitude de ne se faire voir que par des femmes dans cette tenue, l’avait prise de court face à cet homme…Mais…? Cet…Homme ?!

- BON DIEU !! S’écria-t-elle en rouvrant systématiquement la porte.

Et c’est un jeune homme, aux cheveux et aux yeux sombres qui lui fit de nouveaux face, sauf qu’une mine agacée tirait ses trait un temps soit peu androgyne.

- Excusez-moi ! J’ai…comment dire…euh…vous m’avez surprise ! Se justifia-t-elle, gênée.

Il soupira, décidément et clairement irrité.

- Hn, je venez simplement vous prévenir que nous nous sommes installés.

- Oh…Très bien, alors bienvenue ! Sourit-elle, chaleureusement.

Elle rougit soudainement en se rendant compte, qu’elle ne connaissait absolument pas le nom d’un de ses nouveaux gardes.

- Votre nom…m’est encore inconnu…?

Alors qu’il était prés à se retourner, il la scruta et s’inclina aussi respectueusement qu’un simple garde se devait de le faire.

- Sasuke Uchiha, princesse.

- Sasuke, alors ravie de vous avoir prés de moi ! Se réjouit-elle.

Il s’inclina de nouveau et se retira. La rose soupira en fermant la porte, qu’il semblait froid et associable, cela lui donnait des frissons et des visions de journées longue de silences pesants et de regards embarrassés d’ennuis. Mais dieu qu’il était beau, comme cet apollon dont on parlait beaucoup dans les livres. Sakura marcha, la fenêtre commençait à offrir ses premiers rayons et c’était d’une douce chaleur, apaisante et revigorante. L’héritière laissa ses doigts parcourir pensivement les carreaux limpides et accota sa tête rose sur la vitre encore fraîche, sur laquelle dans ses souffles de vies, elle déposait une buées semi blanchâtre. Aujourd’hui son maître de musique venait, enfin une journée qui s’annonçait tranquille…pour elle.

 

 

 

Aujourd’hui il avait décidé d’aller rendre visite à ses amis, ce qui depuis des années était devenu une chose rare. Le prince l’avait décidément convaincu de vivre, alors première chose à faire pour un revenu d’entre les méandres de ses pensées mortes, faire les premiers pas vers les autres. Sans vraiment y faire grandement attention il sentait des regards féminins sur lui. Il n’aimait réellement pas les femmes, leurs regards qu’il trouvait bien souvent plus lubriques que celui des hommes, leurs peaux blanchies par une multitudes de maquillages, leurs robes coûteuses qui ne servaient qu’à les mettre en avant. La femme était puérilement insatisfaite et il détestait catégoriquement cela. Le Nara aperçu au loin la maison qu’il cherchait, il marcha plus rapidement et se retrouva finalement devant…une jeune femme assise, la tête entre les jambes, bloquant le passage.

- Vous me bloquez le passage, souffla-t-il.

Elle ne bougea pas mais lui tendit de sa main droite une feuille où d’une belle écriture à l’encre était dit que Naruto et Sasuke étaient désormais logés au château royale pour protéger les deux princesses. Shikamaru soupira, mais réalisa soudainement que la jeune femme à ses pieds était toujours là alors il la détailla. Elle était apparemment blond, d’un blond cendré, de se qu’il voyait, elle avait la peau étrangement bronzée et il comprit les regards méprisants que les femmes lui lançaient en la voyant…la robe aguichante qu’elle portait…une courtisane. Il s’abaissa et posa sa main sur la sienne posée sur ses genoux repliés. Elle sursauta et releva sa tête…des yeux vert forêt.

- Q…quoi…? Bégaya-t-elle, bien malgré elle.

Il sembla surpris par son ton tremblant.

- Connaissez-vous les deux hommes habitant là ?

Elle acquiesça.

- Bien, avez-vous eu l’occasion de les voir avant qu’ils ne s’en aillent ?

Ses yeux semblèrent s’embuer de larmes et elle hoqueta.

- N…non…

- C’est…cela qui vous met dans cet état ? Hasarda-t-il.

La blonde se releva en essuya rapidement ses yeux et il put voir aisément, sa robe malmenée à plusieurs endroit et sur son cou semblait subsister une vive griffure. Le comportement précédemment ravagé de la courtisane redevint sauvage et indomptable en un quart de seconde et lorsqu’elle voulut repartir, il lui bloqua le passage. Il ne se pardonnerai jamais d’avoir laissé une personne proche de ses seuls amis dans un pareil mal-être.

- Que vous est-il arrivée ?

- En quoi cela vous regarde-t-il ?! S’outra-t-elle en relevant ses fins sourcils.

- Je ne laisse pas les amis de mes amis dans les mauvaise situations, soupira-t-il.

Elle ricana sarcastiquement.

- Que disiez-vous en arrivant ?! « Vous me bloquez le passage… » l’imita-t-elle dans sa même voix désinvolte, vous êtes tous les même ! Cracha-t-elle, si je n’avais été qu’une inconnue pour votre entourage, vous n’auriez posé aucun regard sur moi !!

Le Nara se gratta la tête en soufflant, que c’était chiant et gueularde une femme.

- Ne vous énervez pas comme cela…

- Il y a de quoi pourtant !! S’écria-t-elle, vous m’horripilez avec vos manière de grand seigneur !!

Il arqua son sourcil, décidément elle disait n’importe quoi !

- Je n’ai pas ce genre de manières !

- Oh que oui, tous les hommes ont ce genre de manières !

- Parlons des votre de manières ! Espèce de vulgaire et masculine femme !

La courtisane rougit de colère et allait abattre sa main sur sa joue lorsqu’elle gémit de douleur. Son épaule était affreusement douloureuse.

- Bon sang, qu’ils aillent en enfer…marmonna-t-elle en se massant l’épaule.

Shikamaru s’avança malgré lui et lui demanda si ça aller mais elle l’envoya magnifiquement dans les roses.

- Qui est-ce qui vous a fait ça ?

- Mais arrêtez !! Cria-t-elle, on ne se connaît pas, MERDE !!

Malgré sa voix sans faille, l’on voyait clairement ses yeux briller. Les gens autour d’eux étaient plus qu’intriguer, même outrés au sommet de l’outrage, une courtisane osant se révolter face à un homme ? Quelle catin pitoyable.

Temari essuya de nouveau ses yeux menaçant de trop en montrer.

- Vous êtes tous pareils…tous…murmura-t-elle.

Shikamaru tendit la main vers son visage et releva sa tête.

- Je ne suis pas comme tout le monde.

- Vous dites échapper à la règle ? Ironisa-t-elle, personne n’échappe à la règle.

- Bien, se résigna-t-il en haussant les épaules, alors vous êtes comme toutes ses femmes, stupides, superficielles et chiante, rétorqua-t-il catégoriquement.

La blonde écarquilla les yeux.

- Q-Quoi ? Non…je…ne…une main vint barrer sa voix, en la posant sur sa bouche.

- Alors, ne dites pas des choses que vous contredisez dans l’autre sens.

Au début elle avait accroché ses mains brusquement sur le poignet du brun dont elle ne connaissait le nom, mais avait baissé la tête et desserrant l’emprise de ses mains sans pour autant le lâcher. Il enleva sa main et les mains de la jeune femme glissèrent le long de son bras pour atterrir dans le vide contre son corps.

- Je…je veux rentrer, se résigna-t-elle, vide.

- Hm.

Sans qu’elle ne puisse omettre une quelconque objection, il passa un bras dans son dos et l’autre sous ses jambes et elle se retrouva la tête contre son torse.

- On rentre…dit-il simplement en faisant marche arrière.

Temari était une femme forte, elle était douée du plus fort caractère auquel un homme pouvait se confronter. Mais Temari devait être une femme d’apparences, car au fond, si l’on creusait vraiment l’aspect provocant de cette pauvre courtisane, on y trouverait certainement une âme qu’elle pensait déchue…ternie et brisée. Elle s’accrocha fébrilement à la chemise de l’homme, elle ne voulait plus tomber.

 

 

 

 

Tenten marchait très peu sûrement vers le château, elle avait accepté et avait décidé de laisser la boutique à son père pour venir s’installer au château, certes qu’elle en tremblait d’avance mais cela permettrait à sa famille de vivre si aisément. Bon dieu une femme en chef des pâtisseries et des pains dans le palais royal, jamais elle n’y aurait un jour songé. Elle, de surcroît. Le château lui semblait plus terrifiant qu’avant et c’est tremblante qu’elle s’annonça aux gardes, informés de son arrivée. Ils ouvrirent les grandes barrières en fer forgé et elle pénétra dans l’enceinte faisant face aux immenses jardins.

- Sacre dieu…s’émerveilla-t-elle, époustouflée.

D’un pas plus vif, elle continua sa marche le sourire aux lèves. On ne s’était pas moqué d’elle en lui disant qu’elle avait de la chance, même si elle détestait les nobles, leur environnement était d’une magnificence stupéfiante. Une femme l’attendait devant les portes de la « demeure ».

- Bonjour, je suis Tenten…la femme la coupa sèchement.

- Je sais cela, je vous entends depuis un moment déjà !

La macaronée s’excusa sans conviction, elle n’était absolument pas en retard et cette mégère ne devait certainement pas avoir attendue plus de trois quatre minutes.

- Vos affaires seront montés dans vos appartements, maintenant les rois vous attendent.

Elle frémit d’anxiété et la suivit après avoir posée ses affaires devant un homme disposé à s’en occuper. Elles traversèrent plusieurs couloirs et grands halls pour arriver finalement dans la salle principale, où les deux rois trônaient fièrement assis sur les deux trône central. Elle s’inclina encore plus nerveuse et bégaya quelque politesses.

- Je suis ravi que vous ayez accepté notre proposition, déclara l’Haruno.

Elle rougit.

- Je vous remercie de m’avoir donné cette chance.

Il sourit et tourna la tête en voyant celui qu’il considérait un peu comme son neveux entrer, d’ailleurs celui l’appelait même « mon oncle » au même titre que son oncle légitime.

- Bonjour mes oncles…Tenten ?! S’étonna-t-il en perdant toute sa noble attitude.

Comment rougir plus qu’elle ne rougissait maintenant.

- B…Bonjour…Prince, bafouilla-t-elle en s’inclinant.

- Mais que faites-vous en ces lieux ?

Le roi Hyuuga répondit pour elle.

- Elle vient habitée ici et diriger une parties des cuisines du château, lui dit-il.

Neji ouvrit la bouche discrètement, la referma, ouvrit grands ses yeux puis les ferma et…il ne savait même plus comment réagir tellement la surprise ou l’effroi…étaient grands.

- Vous…ici ?!

Son oncle de cœur soupira.

- Oui Neji, ici.

- Bien, alors…bienvenue, souffla-t-il encore médusé.

- Je vous remercie, sourit-elle en devenant plus assurée et amusée par le comportement du prince.

- Bon…je vais me retirer si vous le permettez, demanda-t-il de sa voix chamboulée mais toujours si froide et assurée.

- Fait donc.

Et il se retira en passant sa main sur son froid, qu’elle merde, pensait-il. Maintenant c’est sur qu’il pourrait plus facilement avoir l’occasion de tester sa marque sur elle, mais si sa destinée n’était pas elle, il devrait se la coltiner…Zut de flûte !

 

 

 

Dans la grande salle de musique, Sakura regardait attentivement les touche du piano en écoutant se que son professeur lui disait de son timbre posée.

- Alors vous sentez vous prête à vous lancer princesse ?

- Je crois que oui ! Sourit-elle.

- Bien, alors faites comme je vous ai dit…vous respirez et fermez les yeux…bien maintenant vous vous imaginez la mélodie comme vous aimeriez vous l’entendre jouer…il la regarde et poursuit, maintenant jouez…souffla-t-il comme une douce brise.

Elle regarda les touches d’un regard attendri et effleura un instant les touches pour en ressentir la saveur, cette saveur mélodique qui vous enivre au plus profond de vous, ses mélodies qui hypnotisent vos sens et vous font dériver loin…tellement loin. Elle finit par enfoncer les touches avec raffinement et justesse, puis un envoûtant sentiment se dégagea de la musique.

 

Le taciturne était adossé sur le mur aux cotés de Naruto, tous deux avaient commençaient leur première journée de gardes et aujourd’hui Sakura avait son cours de musique et Hinata l’a regardée avec admiration. Lorsque Sakura eu terminé, l’Hyuuga applaudit vivement et s’avança prés d’elle en souriant.

- Que c’était beau ! S’extasia-t-elle, tu joues si bien !

- Tu veux qu’on joue à quatre mains ?

Hinata rougit.

- Je…vais gâcher ton…talent !

- Pschitt ! Pas de ça avec moi, allez viens Hinata !

- Huuuum…d’accord !

Sakura lui dit de venir s’asseoir d’un geste de la main et toutes deux repartirent dans de vastes contrées. Naruto souriait, il adorait la musique. Il observa plus intensément la brune, elle était d’une beauté inaccessible, si froide et pourtant son attitude contredisait inexorablement son apparence. Son caractère semblait tendre et facilement maniable. Elles finirent de jouer mais restèrent encore longtemps à parler musique avec leur professeur, d’après les premiers abords Sakura était une jeune femme intelligente et énergique, elle aimait la simplicité ce qui était plutôt bizarre finalement. Après un moment la rose demanda à Naruto de l’a ramener à sa chambre, ce qu’il fit sans rechigner évidemment. Pendant le chemin Naruto ne cesser de se rappeler les paroles de la rose dans l’après midi «  Si j’était une mélodie ?! Euh…un…un chant d’oiseaux, oui je serais cela ! »

- Dites princesse…Pourquoi avoir dit vouloir être un chant d’oiseau ?

Elle tourna son visage et sourit.

- C’est libre d’être.

- Libre d’être ?

- Oui ! C’est comme si rien n’arrêtait son chant, il peut tous braver parce qu’il est libre et que cela fait sa force…j’aimerais être tout simplement un oiseau qui chante…juste parce que je le désirerais, vous comprenez ?

Naruto la regarda un peu perdue de son regard un peu désolé.

- Je ne sais pas à vrai dire…

- C’est normale, tout le monde est si différent, souffla-t-elle, j’aimerais juste être plus libre.

- Votre vie semble si facile pourtant, avoua-t-il.

Sakura dévia son regard vers le sol dans un geste troublé et malheureux.

- Oui…ma vie semble si facile.

Le blond réalisa soudainement ce qu’il venait de dire et s’inclina devant elle en arrêtant sa marche.

- Je suis désolé ! Je ne voulais pas paraître blessant…

La rose incrédule le releva rapidement.

- Mais ne vous excusez pas Naruto ! Tellement de gens pensent cela, dit-elle.

- Oui mais j’ai conscience maintenant que tout n’a pas l’air si simple.

- C’est déjà ça, le rassura-t-elle.

- Bon vous êtes arrivée à destination princesse.

- Merci, à plus tard Naruto, le salua-t-elle d’un geste de la main.

Une fois rentrée dans ses appartements , Naruto soupira, heureusement qu’elle était adorable. Il s’adossa au mur et y resta un moment, attendant le retour de son compère, qui revint une heure après, déposant Hinata devant sa chambre à quelques portes de celle de la rose.

- Alors, tu l’as trouve comment ? S’empressa de demander le blondin.

Le brun haussa les épaules en venant à ses cotés.

- Plutôt gentille, timide et cultivée et puis elle est vraiment belle.

- C’est vraie, acquiesça-t-il, sa beauté est intimidante même.

- Hn…

- Quoi, non ?! Désolé de te contrarier Seigneur Sasuke !

- Ferme là.

Naruto envoya valser son poing contre l’épaule du brun qui grimaça en le fusillant du regard.

- Ah, souffre !

- Tss…

Le brun s’appuya sur le mur en face de Naruto, il ne devait pas les quitter des yeux et vu comme elles étaient énergiques, cela sera difficile.

- On va suer, souffla Sasuke.

 

 

 

 

- Ce n’est pas chez moi…

Il la posa délicatement sur le divan abîmé.

- Je sais.

- Pourquoi ?

- Il faut que vous changiez d’air, ce n’est pas en restant chez vous que tout ira mieux.

La blonde se redressa et le jaugea, il était d’une désinvolture attirante, il était grand et mince.

- Mes affaires sont toutes chez moi, expliqua-t-elle comme pour trouver une excuse.

Alors qu’il enlevait les affaires qui traînaient à proximité de lui, il répondit calmement.

- Je vous en rachèterais.

Elle faillit s’étouffer avec sa salive.

- Mais…je ne comprend pas, je ne connais même pas votre nom et vous voulez déjà m’acheter de nouvelles robes ?!!

- J’ai besoin de me changer les idées, d’aider d’autres personnes…j’ai vraiment besoin que vous me laissez vous aider, avoua-t-il en venant s’asseoir à ses cotés, la mine fatiguée.

Temari regarda l’homme un instant et baissa la tête, elle avait aussi besoin de repartir à zéro au fond.

- Je m’appelle Temari, souffla-t-elle en tendant sa main, toujours la tête baissée.

-…Shikamaru.

Il lui serre la main.

- Shi…Shikamaru, Je ne veux pas être un fardeau ! Que cela soit clair, je ne suis pas un fardeau !

Il sourit un peu.

- Très bien, vous n’êtes pas un fardeau Temari.

- Bien ! Alors je vous laisse m’acheter des robes ! S’enjoua-t-elle.

 

 

_______________________

 

Voila le chapitre suivant !

J’ai mis du temps à le publier car comme je les maintes fois dis, je me suis concentrée sur mon autre fiction « Sérieusement ?…Et merde ! » Mais voila le chapitre finalement !

J’espère que je ne vous décevrais pas !

Dites moi se que vous en pensez évidemment ^^

Bisous et au prochain chapitre chers lecteurs.

Stella.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales