Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 291 lectures  - 3 commentaires [05 décembre 2021 à 21:22:58]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Deuxième chance Auteur: edochan Vue: 95597
[Publiée le: 2008-02-23]    [Mise à Jour: 2010-08-05]
13+  Signaler Général/Mystère Commentaires : 293
Description:
Et si..Naruto se retrouvait à l'époque du Yondaime, avant l'attaque de Kyubi?
Et si Sasuke retrouvait sa famille, famille qu'il a vu se faire massacrer?
Et si l'équipe 7 se retrouvait à l'époque de Yondaime?
Que ce passerai-t-il?
Ils pourraient profiter du moment, savourer des instants perdus, ou inexistants.
Malheureusement, ce n'est pas aussi facile que ça.

Ma fic suit la logique du manga. donc les couples ne seront pas beaucoup mentionnés. après tout, "Naruto" est un shonen ;)


Crédits:
Tous les personnages de cette fiction appartiennent au merveilleux manga "Naruto".
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre XV

[3114 mots]
Publié le: 2008-10-29Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)


Chapitre XV





Mikoto venait de disposer la table du dînner quand elle entendit une porte se fermer et des pas dans la couloir. Son mari apparut quelques temps après devant elle.

-Bonsoir, dit Fugaku.

-Bonsoir Fugaku, répondit Mikoto. Tu as passé une bonne journée?

-Comme d'habitude; tu sais, mais...

Il alla s'agenouiller devant la table ou de délicieux mets s'entreposaient..

-On a remarqué une certaine agitation près de Kiri.

-Une agitation?

-Les memebres de la pègre locale ne se font plus bizzarement la guerre. On dirait...qu'ils ont peur de quelque chose...va savoir quoi; on est en train de se casser la tête, la-dessus, au bureau.

-...

-Ou est Itachi?

-Il est parti faire ses exercices au shurikens, comme d'habitude.

-On dit « entraînements ». Il y a combien de temps?

-Quelques heures, répondit Mikoto, finissant de dresser la table. Kushina est passée avec deux jeunes personnes et il est parti pendant qu'elle était là.

-Qui étaient ces jeunes personnes?

-Oh...des amis à Haru, deux des trois adolescents que ce cher Yondaime a confié à différentes familles. Kushina n'arrêtait pas de les charier, tu aurais dû voir ça.

-Ce n'est pas la peine, tu sais que je subis suffisement les brimades de mademoiselle Uzumaki, répondit Fugaku d'un ton bourru. Elle s'est « occupée » de notre cher invité?

-Oui; dailleurs, c'est la première fois que je le voyais réagir à quelque chose!

-Et... ou-est-il en ce moment?

-Je ne sais pas; il est parti en même temps que Kushina.

-Je l'ai vu, tout à l'heure, fit une voix derrière eux.

Itachi se tenait à l'entrée de la cuisine. Apres avoir salué respectueusement ses parents et s'être assis à table, il continua:

Je l'ai vu traîner près de la forêt de la Mort.

-Ah bon? S'étonna Mikoto; qu'est-ce qu'il pouvait bien faire là?

-...

Fugaku, après avoir entendu les propos d'Itachi, fronça les sourcils et se dit de rapporter tout cela au Yondaime. Déjà que ce Haru paraissait louche, le voilà qu'il traînait vers un des terrain d'entraînement de ninjas de Konoha, ce terrain là,qui plus est ...

Peut-être que ce jeune homme était un espion au service d'un pays ennemi. Le point de rendez-vous avec ses complices était peut-être dans cette forêt? Qui sait...

Une voix le tira de ses pensées.

-Itachi, tu devrais prendre un bain, tu t'es entraîné longtemps dehors.

-Oui,Kaa-san. Je le prendrai après le dînner.

-Et à l'avenir, j'aimerai que tu rentres plus tôt; quand ton petit frère arrivera, je n'aurais plus le temps de m'inquiéter pour toi, à savoir ou tu es.

-Oui, Kaa-san. Excusez-moi de vous avoir inquiété.

-...tu es si formaliste, Itcahi; tu es bien le fils de ton père! Soupira sa mère.

À cette remarque, Fugaku haussa un sourcil. Mikoto, remarquant sa réaction, lui fit un clin d'oeil quand des bruits de pas se firent entendre. Sasuke venait d'rriver.

Il se tenait devant devant la porte en observant les mets qui s'étalaient le long de la table. Cela fesait longtemps qu'il n'avait plus vu ça.

-Tu arrives tard, remarqua Fugaku, que fesai-tu?

-Je vous prie de m'escuser, Uchiwa-san. Je suis sorti prendre l'air et...je n'ai pas vu le temps passer.

-A l'avenir, abstiens-toi de recommencer; je ne sais pas si tu as remarqué, mais il fait nuit; je e tolèrepas le manque de ponctualité; le réprimanda Fugaku. Qui plus est, ces retards pourront s'averrer gênant pour ton nouveau travail.

-Oui, Uchiwa-san. Excusez-moi; dit Sasuke en s'inclinant

Un silence pesant s'abatta soudain pendant que Sasuke prenait sa place, à contrecoeur à côté de celle d'Itachi.

Il se retin de vomir de nouveau en présence de sa famille; cela n'arrangerait pas sa réputation auprès du chef de famille. Il décida donc de faire comme d'habitude, à savoir rester stoïque. IL gratifia quand même sa mère d'un ou deux compliments, ça fesait quajnd même huit ans qu'il n'avait pu goûter de sa cuisine, et ça lui avait manqué. Après le dînner, il s'endormit dans le lit que Mikoto lui avait préparé, dans la chambre du futur bébé -la sienne, en l'occurence.


Sakura ferma discrètement la porte de la boutique; malgré toutes ses précautions pour ne pas se faire ramarquer, elle oublia cependant la petite clochette qui s'enclanchait d'habitude quand le porte bougeait, cette fois-là ne fit pas exception à la règle. L'entente de ce son mélodieux lui arracha un grimace.

À l'instant ou la sonnette retenti, la lumière s'alluma; une jeune femme blonde, portant un bébé dans ses bras apparut à l'autre bour de la boutiquen devant la porte qui menait à la partie habitable de la boutique, surprenant Sakura.

La jeune maman la regarda sévèrement.

-Je peux savoir où tu étais? Demanda-t-elle d'un ton cassant.

-...je...Je...Kushin...

-Kushina? Interrompit la blonde. Tu étais avec elle?

-Oui, Yamanaka-san.

La blonde leva les yeux au ciel.

-Effectivement,lacha-t-elle, je comprends mieux. À l'avenir, prends soin de prévenir, tu as râté le dinner.

-Ah bon? Il est si tard?

-Bien sûr que oui! En plus nous avons mangé plus tôt, aujourd'hui, car nous nous levons tôt demain. Viens quand même prendre les restes du dînner!

-Euh...je viens de prendre le gouûter chez Uchiwa-san.

-Evidemment! et après on se plaint de prendre du poid!

Sakura faillit éclater de rire. Elle savait maintenant de qui Ino tenait son caractère! Ç'en était quelque part effrayant. Elle ne serait donc jamais séparée de l'esprit diabolique et perfectionniste des Yamanaka?

-Je tacherais de faire attention, la prochaine fois, Yamanake-san; dit Sakura, se retenant à grand peine de pouffer.

-...tu partageras ta chambre avec celle d'Ino.

« Je crois sincèrement que je ne me débarraserai jamais d'Ino » pensa Sakura avec résignement.

-Au fait, repris la blonde, j'ai des nouvelles de ton travail. Il commence finalement à huit heures, il y a un inventaire.

-D'accord. J'y serais en temps et en heures.

-À moins que tu ne préfères t'occuper d'Ino.

-Non,Non! S'écria Sakura. Je préfère prendre le travail qu'Hokage-sama m'a donné, dit-elle pour se justifier sous le regard courroucé de la Yamanaka.

-...soit! Quoi qu'il en soit, ma fille est déjà lavée, habillée, coiffée. Elle va au lit. Tu peux la rejoindre dans une heure; va t'occuper, en attendant.

-Oui, chef! S'exclama la rose, euh, Yamanaka-san...

Sans plus de cérémonies, elle sortit dans la rue et alla rejoindre l'artère principale du village où elle vit après cinq minutes de marche un cheveulure flamboyante. Elel eut pour réflexe d'aller à la rencontre de la rousse quand elle remarqua que Kushina ne marchait pas seule, loin de là. Quelqu'un lui tenait la taille, en l'accompagnant.

-Ohooo, dit-elle, serait-ce le famaux papa du bébé? Il faut absolument que..eeeeh! Esprit d'Ino, vade retro!

Elle tenta de se défaire de sa curiosité maladive, mais se résigna à coup de « Quel mal y aurait-il à savoir?é à suivre le couple. Quand elle fut suffisement près, elle put enfin détailler le futur père. I lavait une chevelure éclatante, malgré le soleil qui était déjà couché, la couleur dorée parvenait à capter les moindres reflets de lumière. Le jeune homme portait aussi un ling manteau blanc, avec des flammes rouges brodées sur le bas. Il y avait écrit « Yondaime Hokage », au milieu du manteau, de la même couleur écarlate que les flammes.

Sakura ouvrit la bouche de stupeur. Ils cachaient bien leur jeu! Enfin, surtout lui! Elle n'aurait jamais pu deviner que le Yondaime Hokage, ce jeune héros, pourrait être père d'un enfant! Elle le voyait un peu comme un ermite qui passait son temps à défendre le village...

Mais en même temps, c'est vrai...Minato Namikaze est un hommme comme les autres, plus beau, plus puissant, mais comme les autres! Et puis, qu'est-ce qu'il était séduisant...


Ne pouvant détacher ses yeux du jeune couple, elle continua à les suivre discrètement dans le village. Ils étaient heureux ensemble, cela se voyait. Minato caressait le ventre de sa compagne d'un air ravi; elles, les joues rosies, lui disait d'arrêter. Lui, ne pouvant s'empêcher de continuer, eût un sourire charmeur. Elle ne put résister et lui donenr un timide baiser.


Attendrie par cette vision, Sakura décida de les laisser tranquilles -ils se dirigeaient vers leur lac- pour rentrer chez les Yamanaka. Elle vit en chemin la magasin d'un horloger; en consultant l'un des nombreuses horloges exposées derrière une vitrine grillagée (le magasin évait fermé), elle remarqua qu'il lui restait encore un peu de temps avant de retourner dans la maison de sa future rivale.

Esprit d'Ino oblige, elle avait hâte de partager ses potins frais avec celui qui était le plus apte à l'écouter. Le choix n'était pas large.


Derrière elle, une femme aux cheuveux couleur de rose tournait le coin de la rue pour rejoindre sa maison où l'attendait son mari et sa fille.





***** ***** *****


Il se trouvait pour la deuxième fois de la journée dans un couloir sombre et humide. L'eau qui l'inondait lui arrivait aux molets;

Il entendit un rire guttural émaner de l'un des couloirs qui partaient de celui-ci. Connaissant d'avance lequel était à l'origine de ses exlcamations, il se mit à se diriger vers le couloir gauche. Son coeur battait la chamade. Il était encore sous le choc. Il ne comprenait pas, ou plutôt, il ne voulait pas comprendre.

En quelques secondes, il se retrouva devant une immense cage; un papier usé en assurait la fermeture.

Un renard monstrueux lui souriait de toutes ses dents acerées. Après queslques longues minutes, Naruto demanda d'une voix fébrile ce qu'il se passait. À cette question, Kyûbi élargit son sourire si c'était encore possible.

-Je te l'avais dit, sussura le démon de sa voix monstrueuse

-...

Naruto était paniqué. Il n'avait pas écouté les propos du démon, chez les Uchiwa. Il était trop occupé à lutter contre les pulsions meurtrières que lui insuflait le biju, là-bas. Le démon s'était déchainé, lui hurlant des paroles qu'il ignorait, faisant du mieux qu'il pouvait pour paraître le plus norlal possible. Il se rapprelait les regards que Sasuke lui avait lancé lui avait lancé sur le toit de l'hôpital, pourtant il ne se rappelait pas ce qui c'était passé avant, ce qui ne lui présageait rien de bon, en plus, il s'était encore évanoui, et s'était réveillé avec une migraine carabinée...L'hypothèse que le démon renard serait passé par là n'était pas à écarter.

Il laissa voir l'inquietude sur son visage apeuré, ce qui fit ricaner Kyûbi.

-Je te l'avais dit! Tu ne peux rien faire contre ça, moi je ne peux rien faire contre ça. Nous n'avons donc qu'à attendre tous les deux.

-Causes toujours! Répliqua Naruto; sit tu crois que je vais me laisser faire!

Kyûbi continua de le fixer avec pitié, cette fois, puis disparut dans l'ombre de la cage.

-Fais comme tu veux, entendit Naruto. Tes tentatives infructueuses me divertirons...
Naruto se sentit alors tomber dans le vide...


Il se réveilla chez lui, la tête dans une flaque de sang. Il avait la nausée. Il resta par terre, allongé pendant quelques minutes, le temps qu'il reprenne ses esprits.

Il se releva, tout doucement, une nouvelle migraine se pointant à l'horizon. Quand il fut debout, il regagna la salle de bains ou il voyait encore du sang dans le lavabo; sa tête aussi était en sang.

Il poussa un grand soupir, puis ouvrit le robinet pour enlever le liquide qu rougeoyait à la lumière de l'ampoule. Sa tête qui explosat intérieurement ne l'aidait pas à y voir grand chose. Ayant fifi de sa débarbouiller, il entreprit de laver la flaque de sang quie était devant son lit quand il entendit toquer à la porte.

Il arrêta de laver quelques instants, pour reprendre frénétiquement sa tâche, enlevant le maximum de traces.

On toqua de nouveau à la porte.

-J'arrive! S'écria-t-il.

Je tant un rapide coup d'oeil à son reflet dans le miroir de la salle d'eau, il ferma la porte de celle-ci, puis se précipita vers la porte.

Il l'ouvrit pour tomber sur un Sakura en colère

-Ah enfin! Qu'est-ce que tu faisais? Ça fait des heures que je toque à cette porte! J'ai des choses croustillantes à te...

Sakura s'arrêta soudain au milieu de sa phrase, la bouche encore ouverte. Elel regarda le blond un instant, puis prit un air inquiet.

-Quoi? Demanda Naruto.

-Qu'est-ce que t'as?

Naruto parut surpris.

-Je n'ai rien, qu'est-ce qui te fait dire ça?

-Tu as une mine épouvantable.

La rose prit un air résolu et poussa Naruto pour rentrer chez lui; elle s'arrêta au milieu de la pièce principale pour l'inspecter du regard, quand celui-ci s'arrêta sur un tâche humide à proximité du lit.

-Qu'est-ce qui s'est passé? Demanda-t-elle d'un air soupçonneux.

-Mais rien!

-Alors pourquoi tu as lavé le sol à cet endroit précis? Tu as soudainement l'âme ménagère?

Naruto croisa les bras puis la regarda d'un air moqueur.

-Pas du tout, ma chère Sakura. J'ai laissé tombé mes ramens. Ne voulant pas dormir avec de la sauce dégoulinate par terre, j'ai lavé. Et puis je te signalerai que j'ai plûtot l'âme ménagère; je n'aime pas vivre comme un clochard, au cas où tu ne le saurais pas.

-...

Cette dernière phrase blessa intérieurement Sakura. Elle s'en voulait d'avoir pu dire une chose qui ai pu faire réagir son ami ainsi. Ne voulant pas pour autant perdre la face, elle regarda le blond avec suspicion. Mais devant le regard que Naruto lui lançait, elle céda. Cepandant elle ne laissa toujours pas berner.

-Tu crois vraiment que je vais croire ça? Tu as des cernes de la tailles de soucoupes sous tes yeux et tu es plus pâle que Sai, ce qui est peu...

-C'est peut être par ce que je dormais, Sakura et que tu m'as un peu réveillé!

-Tu dormais? Il est quellle heure?

-Comment tu veux que je le sache? Mais rien qu'avec mon petit esprit, je peux dire qu'il est facilement dix, onze heures, vu comment il fait nuit.

-Arrête de parler comme ça! Qu'est ce que je t'ai f.. QUOI? ONZE HEURES?

La rose partit en courant de l'appartement, ne manquant pas de pousser une nouvelle fois le blond. Celui-ci eut juste le temps de se relever qu'il entendit au loin

-Elle va me tuer!

Il resta ainsi, debout pendant plusieurs minutes au milieu de la pièce, énervé pour il ne sait quelles raisons, à regarder la porte d'entrée entrebaillée. N'allant même pas la refermer (pourquoi la fermer? Personne n'allait venir)., il s'affala sur le lit à ruminer ses sombres pensées. Au bout de quelques heures il sombra dans un sommeil agité, peuplé de cauchemars.




Alors?


  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales