Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 210 lectures  - 1 commentaire [21 novembre 2021 à 14:54:06]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Deuxième chance Auteur: edochan Vue: 95581
[Publiée le: 2008-02-23]    [Mise à Jour: 2010-08-05]
13+  Signaler Général/Mystère Commentaires : 293
Description:
Et si..Naruto se retrouvait à l'époque du Yondaime, avant l'attaque de Kyubi?
Et si Sasuke retrouvait sa famille, famille qu'il a vu se faire massacrer?
Et si l'équipe 7 se retrouvait à l'époque de Yondaime?
Que ce passerai-t-il?
Ils pourraient profiter du moment, savourer des instants perdus, ou inexistants.
Malheureusement, ce n'est pas aussi facile que ça.

Ma fic suit la logique du manga. donc les couples ne seront pas beaucoup mentionnés. après tout, "Naruto" est un shonen ;)


Crédits:
Tous les personnages de cette fiction appartiennent au merveilleux manga "Naruto".
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre XI

[5160 mots]
Publié le: 2008-06-01Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre XI


Il était quatre heures de l'après midi au dessus de Konoha. Des oiseaux piaillaient gaiement au dessus des villageois qui se dépêchaient de finir leur courses de l'après midi, des ninjas qui rentraient de mission ou au contraire qui y allaient.

Le soleil était encore bien haut dans le ciel; les enfants jouaient dans les parks. On avait du mal à imaginer qu'une guerre s'était déroulée, il a pas six mois.

Et cette guerre était finie. Grâce à l'hokage, nouvellement nommé; le Yondaime, Minato Namikaze. Celui-ci était assis à son bureau, les mains croisées sous son menton.

Il fesait face à trois adolescents qui se tenaient droits, en attendant qu'il brise le silence, tels trois ninjas attendant leur ordre de mission.

Derrière eux, le Sandaime et Tsunade étaient assis dans le canapé, ne disant rien, observant la scène.

Le silence régnaient régnait depuis un moment déjà quand le Yondaime se leva enfin de sa chaise pour s'asseoir sur son bureau, face aux trois adolescents.

L'une deux paraissair quelque peu étonnée, voir effrayée. Un autre était calme, le regardant, semblant attendre quelquonque parole. Le dernier avait les yeux fermés, la tête tournée vers le bas ; c'était sur lui que Minato focalisait sa curiosité.

Le blond avait une attitude totalement différente de celle qu'il avait pu voir dans la boule du Sandaim, différent même de celle qu'il avait envers Tsunade, pour qui il semblait avoir de la sympathie; pourtant pour lui, elle était une parfait étrangère, autant que l'Hokage. Il attarda son regard sur Naruto puis souffla un bon coup.

-Vous vous dempandez surement pourquoi je vous ai demandé de venir ici, dit-il.

-... Sasuke le regardait maintenant d'un regard plus perçant.

-... Naruto n'avait pas cillé.

-Euh...oui, Hokage-sama, répondit Sakura.

-Nous aimerions juste savoir ce que vous projettez de faire, après votre séjour à l'hôpital.

-Je l'ai déjà demandé Hiro, intervint Tsunade. Vous avez surement eu le temps d'en parler, non?

-...

-...

-Euh...bof, répondit Naruto. Tsunade-baa-chan, pourquoi vous êtes là? Vous n'^étes pas Hokage qui je sache...si?

-Ça ne te regarde pas, avorton!

-Pourquoi? Demanda l'avortonavec un sourire niais.

-Espèce de ...

-Suffit! Coupa le Sandaime. Minato, ne faudrait-il pas reprendre la conversation là ou elle a commencé?

-Euh...oui, c'est ça, répondit l'intéressé en cachant tant bien que mal son sourire. Donc? Vous avez des idées?

-... Sakura regardait en l'air, cherchant une réponse.

-...

-...bof, répondit naruto, en regardant Tsunade. On ne s'est jamais préoccupés de savoir ou on allait crécher, avant. Mais on s'est dit...

-...vous vous êtes dits? Continua le Yondaime.

-Ben...on aimerai bien rester; fit Naruto. Si ça ne vous dérange pas.

-Rester? Fit Tsunade, ironique.

-Oui, Tsunade-sama, répondit Sakura.

-...on va voir ça, dit Minato. Je vais y réfléchir. Je vous recontacterai plus tard. Vous pouvez repartir.

-Oui, firent les trois adolsecents, en s'inclinant. Au revoir, ajoutèren-ils.



Après que les trois personnes furent parties, Tsunade demanda à Minato:

-Que comptes-tu faire?

-personnellement, je ne vois pas d'objections à ce qu'ils restent, dit Sarutobi.

-Moi non plus, personnellement, répondit Minato.

-Mais enfin! S'exclama la princesse; il n'y a pas de « personnellement » qui tienne! Ce sont peut être des espions de Suna!

-...on verra bien, fit Minato les yeux fermés et les sourcils froncés; on verra bien ce qu'ils vont faire. Si cela s'impose, on les emprisonnera. Après tout: « sois proche de tes amis, mes de tes ennemsi encore plus ». On les aura sous surveillance, comme ça.

-...

-Donc tu les garderas sour surveillance? Demanda Sarutobi.

-Evidemment.

-...bien! Cria Tsunade, visiblement en colère, pour une raison inconnue.

Et elle quitta le bureau en claquant la porte derrière elle, laissant les deux Hokages entre eux.

-...je crois savoir ou elle va, dit tristement Minato

-Non, fit Sarutobi d'un ton sourd. Elle y va généralement le soir, quand elle n'est pas de service, au cas ou on aurait besoin d'elle.

-Encore heureux; manquerait plus qu'elle perde aussi son travail, pour l'achever...Elle venait à peine de se remettre de sa mort que...

-Je sais Minato. Je sais.

-...

-...

-...

-Et...comment va Kakashi?

-Il se remet, doucement. Mais il semblerait qu'il ai changé. Il a pris certaines manies d'Obito; il veille toujours sur Rin, malgré le fait qu'il soit débordé par son travail d'Ambu.

-...Sarutobi avait le sourire au lèvres.

-Qu'est-ce qui vous fait rire, Hokage-sama?

-Rien, rien. Je suppose que Kushina met tout en oeuvre pour lui remonter le moral, à sa façon!

-Oh! Ça oui! Vous devriez la voir! Comme elle ne peut plus faire de missons, il semblerait qu'elle « s'acharne » sur ce pauvre Kakashi. Elle l'invite tout le temps à la maison; elle fait un de ces boucans! Enfin... vous la connaissez, c'est Kushina tout craché.

-Oui! Ça doit plaire à Kakashi! Lui qui aime tellement le bruit...

Et les deux Hokage rirent de bon coeur.

-Trève de plaisanterie, Minato, dit Sarutobi, essayant de repdrendre un ton sérieux. Que comptes tu faire de ces enfants?

-Enfants,enfants...ils sont en âge déjà de travailler. C'est dailleurs ce qu'ils vont faire. Je vais leur toruver une occupation. Ils ne peuvent pas rester comme ça à ne rien faire. Je cois dailleurs que si ils ne faisaient rien, ils deviendraient dingues.

-Comment tu...

-Il suffit de les regarder. Vous avez dû voir ça aussi,non? Leur conversation sur la falaise n'était pas une conversation d'adolescents normaux. Je pense qu'ils sont beaucoup plus matures qu'ils ne le font penser.

-Et en seulement trois jours tu arrives a deviner ça? Je croyais que tu avais pour doctrine de ne pas juger les gens trop vite?

-Je sais...avec eux, c'est différent. Ils dégagent quelque chose de...spécial. Vous voyez ce dont je veux parler?

-Oui.

Les deux Hokages se regardèrent pendant un moment avant que le plus jeune ne dise:

-Tout cela est bien beau, mais j'ai du travail, moi! Il faut bien les loger, ces jeunes! Et je ne vous parle pas de la paperasse qui m'attends...mais vous devez le savoir, ça non?

-Ha ha ha! Oui Minato! Et je te souhaite bon courage! Bon! Ce n'est pas tout, il faut que j'aille voir Azuma, il veut me montrer quelque chose.

-D'accord. Au revoir Hokage-sama!

-Au revoir, Hokage-sama; répondit le vieil homme d'un ton amusé.



Tsunade était furieuse; Minato prenait ne prenait pas la situation actuelle avec suffisemment de sérieux. Qui sait! Ces trois adolescents pourraient très bien être des espions au service d'autres village ou pire, au service de Danzou. D'après les rumeurs, il aurait monté avec quelques uns de ses partisans une branche de l'Ambu appelé « Racine ». Avec la récents venue de Minato au pouvoir, les choses se sont envenimées entre elle, le Sandaime et Danzou; ils devaient être sur leurs gardes.

Elle eut tout à coup envie d'une bonne bouteille de saké. Elle alla vers un bar quand un ninja vint à sa rencontre.

-Tsunade-sama! On vous cherche à l'hôpital!

-...

Elle poussa un gros soupir, puis courut en direction du centre hospitalier, suivie de près par le ninja, un certain Umino .

Elle arriva à l'accueuil ou on lui dit de se rendre à la maternité.

Arrivée la bas, on lui enfila une blouse et des gants tout en lui faisant un bref briefing: une femme en train d'accoucher de jumaux avec de grosses difficultées. On était en train de les perdre tous les trois.

Elle entra en trombe dans la chambre en donnant divers ordres au personnel tout en se positionnant devant la future mère.

Deux heures passèrent. Elle avait réussi de justesse à sauver les trois âmes. Il avait fallu réanimer la mère, mais elle allait s'en sortir; son cerveau n'avait pas été trop privé d'oxygène. Cependant, il allait falloir les garder en observation. Elle chargea un de ses collègues d'aller annoncer la nouvelle à la famille, puis elle se défit de ses survêtement emplis de sang et alla sur le toit, pour réfléchir un peu.


C'est la qu'elle revit encore une fois le blond.


-Tu n'est pas censé être dans ta chambre?

- Ça pue gave la dedans! Ça me donne un mal de crâne atroce. Répondit Naruto toujours dos à elle.

-...Moi aussi.

-Ne vous inquiétez pas, je ne le dirai à personne. Ça la fouterai mal pour la pub de l'hosto que les patients aient mal à la tête rien qu'en rentrant dedans.

Tsunade pouffa discrètement de rire, puis elle s'arrêta, songeuse. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait plus ri.

-Vous êtes bien calme, baa-chan. Dir le garçons en se retournant face à elle et en la regardant dans les yeux.

-...toi aussi, morveux.

-Pour les mêmes raisons que vous, je suppose. Sauf que moi j'ai en plus mal à la tête.

-Et...quelles seraient ces raisons?

-... Ces raisons sont personnelles. Nous ne pouvont donc pas en parler.

-Ooooh, je suis impressionnée. Pour un peu on croirai que tu es un gaçon bien élevé et distingué!

-Ahahah, très drole, mamie.

Tsunade compressa violement le bouteille d'eau qu'elle avait en main.

-Je retire ce que j'ai dit. T'es qu'un sale môme de 15 ans qui fout sa merde partout.

-Moi aussi je vous aime!

-Bref. Je te laisse « réfléchir » et tu me fous la paix, ok?

-Pas de problème, ça m'arrange.

Et le jeune homme se retourna vers la grille, et ferma de nouveau les yeux.

Tsunade le regarda un moment, puis, se résignat à l'idée qu'elle ne pourrait pas être enfin seule aujourd'hui, elle dit.

-Tu sais, ça fait du bien des fois, de se confier... Je suis la...

-Aaah, peutêtre bien, mademoiselle, mais je ne crois pas que l'on se confie souvent a des personnes qu'on connaît à peine et qui ont facilement 30/40 ans de plus que vous.

-Baka! Si c'est comme ça, va déprimer dans ton coin! Moi après tout, comme tu le soulignes si bien, j'en ai rien à faire!

Naruto fit un sourire éclatant, et ouvrit les yeux, puis se restourna de nouveau vers la princesse.

-Alors?

-...alors quoi?

-Qu'est-ce que vous voulez me dire?

-Comment ça ?

-Tu sais, ça fait du bien, des fois, de se confier...je suis là...fit Naruto avec une voix haut perchée.

-Baka. J'ai rien à dire.

-Bien, j'ai rien à dire, vous n'avez rien à dire. C'est fomidable! Tout le monde va bien, tout le monde est heureux!

-Absolument.

-Dans ce cas, comme tout le monde est heureux, je vais me permettre de faire une remarque; et comme vous êtes de bonne humeur, vous n'allez rien me faire, ne pas m'insulter, me frapper...

-Compte la dessus.

-Parfait! Donc, je peux vous poser une question?

-Tu viens de le faire.

- Vous êtes sûre d'aller bien?

-Quoi?

-Vous n'avez pas l'air d'aller bien, contrairement à d'habitude.

-Comment tu peux juger de ça, tu ne me connais pas.

-...ouais, mais je connais quelqu'un qui vous ressemble beaucoup. Et cette personne, quand elle est comme vous êtes, elle n'est pas bien.

Tsunade s'assit par terre, et but une gogée d'eau. Au bout d'un moment elle finit par dire:

-Et ...je suis comment?

-Ben...vous êtes...chiante. Déprimante, quoi.

Tsunade esquissa un sourire.

-Ah. Voilà qui résume parfaitement les choses.

Naruto vint s'allonger à côter d'elle, pour regarder les nuages.

-Ils n'auraient pas aimé que vous vous détruisez comme ça. Dit-il après quelque temps.

-Qui « Ils »? De qui tu parles? S'écria Tsunade.

-La guerre vient de se terminer. Je suis prêt à parier un bol de ramens que vous avez perdu des êtres chers. Tout le monde en a perdu.

-Ça ne te regarde pas. Je n'ai pas à te parler de ça.

-Ok...c'que j'en dis moi...

Naruto avait refermé les yeux; mais ses sourcils se fronçaient par moments. Sa machoire se crispait par moment.

-Tu as encore cette migraine?

-...ouais. Mais ça va s'arranger tout seul; répondit Naruto d'une voix faible.

-C'est moi le médecin ici. Et tu es malade.Retourne dans ta chambre et fais un petit somme.

-C'est mon crops. Et je sais que ça ne va pas s'arranger avec un « petit somme ». Il en fait déjà beaucoup pour que je sois malade. Rétrouqua Naruto, toujours les yeux fermés.

-...soit. Je ne peux pas t'obliger.

-Parfaitement .

-...

Tsunade poussa un soupir, puis s'agenouilla devant la tête de Naruto. Elle mit ses mains de part et d'autre de sa tête, puis en chakra vert émana de celles-ci.

Pendant cette guérion, Naruto se décrispa, puis ouvrit les yeux.

Ils se regardèrent dans les yeux pendant quelques secondes.

Inconsciemment, Naruto lui faisait penser à Naoki; quand il éait grippé, il refusait toujours de se faire soigner. Tsunade avait alors pour habitude de s'entraîner sur lui pour les ninjutsus médicaux. Pas toujours pour le plus grand bonheur du cobaye!


Tsunade enleva ses mains de la tête de Naruto, puis se relava. Elle allait disparaître de la vue du blond quand elle entendit:

-Merci baa-chan!

Elle s'arrêta quelques secondes, puis descendit les escaliers qui menaient au coeur du bâtiment, le sourire aux lèvres.




Minato poussa un gors soupir. Devant lui s'étalaient des piles et des piles de dossiers. On ne voyait que ça depuis la porte.

Quabd il n'était encore que simple Jounin, il doutait bien que l'Hokage avait ce genre de choses a faire, mais il ne pensait pas autant! Ce la occupait environ les deux tiers de son emploi du temps! Mais bon...chaque fonction a ses inconvéniants...

Il était en train de penser au logement des trois adolescents que les Ambus avaient trouvés il y a trois jours. Trois jours. En trois jours ils avaient réussi à tout chambouler. Normalement, dans des cas comme cela , on laissait partir les personnes, en leur primettant de ne pas divulguer la position de Konoha, s'ils se souvenaient encore ou elle était. On veillait à l asécurité du village, même pour ceux qui demandent de l'aide au village. C'est toujolurs sous escorte, et dans le plus grand secret, qu'on amenait les « clients ».

Mais eux, eux avaient quelque chose de différent. Il ne saurait dire pourquoi.? Mais avec le temps, il en était certain, allait divulguer les secrets de ces adolescents. Il en était sûr. On ne peut jamais garder un secret indéfiniment. Il y a toujours une ou deux personnes au courant, ce qui suffit un général à briser le secret. Ou alors, une situation qui exige qu'on dévoile son secret.

Il parviendrait à savoir ce qu'ils cachent.

Un grincement de porte lui fit recouvrer ses esprits.

-J'ai toqué à votre porte, Hokage-sama. Mais comme vous ne répondiez pas...

-Ah! Fit Minato. C'est toi!

-Vous m'avez convoqué? Demanda l'homme en s'inclinant.

-Aaaah Fugaku. Tu ne peux pas laisser ce côté formel derrière la porte. On est amis que je sache! J'ai l'impression d'avoir quatre-vingts ans quand tu me parle comme ça.

-Vous êtes Hokage, Hokage-sama. Nous vous devons le respect.

-Ce n'est pas en temps qu'Hokage que je t'ai convoqué, dit Minato, agacé.

-Il n'empêche que .

-Roooh! Toi et tes principes! T'es vraiment trop sérieux!

-Et toi pas assez.

-Aha! Je t'ai eu! Tu m'as tutoyé! S'écria Minato avec un sourire victorieux.

-Que...

Fogaku fit une moue boudeuse puis finit par dire:

-Qu'est-ce que tu me veux?

-Je n'ai pas le droit de demander de simples nouvelles?

-Et c'est pour ça que tu m'as...

Fugaku se tapa la tête de la paume de la main, puis s'assit lourdement sur la chaise en face du bureau de Minato qui affichait un air satisfait.

-Je vais bien tout, va bien.

-Moi, je suis gai, tout me plait!

-Tant mieux ça change la vie, je ne vois pas pourquoi ça n'irais pas. Quoique...

-Quoi?

-Je trouve que Kushina est plus déchaînée que jamais. Pourtant avec son état, ça devrait être le contraire. Elle doit t'épuiser.

  • Ça...mais, plus le temps passe, plus elle en a marre derester sans rien faire; tu la comprends, c'est une vraie pile électrique. Mais des fois , tu devrais la voir, elle est calme, et elle pense au bébé, elle dit des choses très matures, pour son tempérament.

-Non!

-Si! Et toi, Mikoto?

-Tout va bien, le bébé est pour bientôt. Itachi est un peu moins réservé que d'habitude. Je suppose qu'il doit avoir hâte...

-Oui... fit Minato, un sourire gêné sur le visage.

-On est déjà prêts à accueuillir un nouveau membre dans la famille. Donc, pas de surprises si l'accouchement se fait plus tôt que prévu.

-Justement...
-Ah, t'y voilà.
-Comment ça?

-Tu avais ton regard, celui qui disait « j'ai besoin que tu me rendes service! »

-On ne peut rien te cacher...

Quelques secondes passèrent, dans lesquelles Fugaku regardait l'Hokage d'un air impatient.

-Alors?s'écria-t-il

-Quoi?!?

-Ce service! On ne va pas y passer trente ans non plus!

-Ah oui...donc, Fugaku...j'aimerai que tu héberges quelqu'un.

-Mais encore? Fit l'Uchiwa, en fronçant les sourcils.

-C'est un des trois...

-Ah oui, j'en ai entendu parler. Tu comptes les héberger à Konoha?

-Il le faut bien...ce ne sont encore que des enfants...

-Hmm Hmm!

-Quoi?

-Je te rappelle que nous, quand nous étions encore enfants, comme tu dis, on était déjà sur les champs de bataille, avec les autres. Tu dois avoir d'autres raisons pour les garder ici. Surtout par les temps qui courent.

Naruto fixa Fugaku d'un air surpris, puis son regard s'assombrit.

-Ta perspicacité a quelque chose d'agaçant, par moments...

-Je sais.

Minato souffla un bon coup, puis se leva de son fauteuil pour s'affaler dans le canapé.

Fugaku se leva de sa chaise pour se planter devant le Yondaime avachi.

-Ces gosses...ils ont quelque chose de...différents.

-Différents?

-...je suppose qu'en tant que comissaire de Police, tu peux garder des secrets.

-...

-Avec Sandaime, on a regardé dans sa boule de cristal, pour vois ce que les trois jeunes fabriquaient. Question de sécurité.

-Et?

-Il discutaient. Leur conversation était qualque peu étrange.

-Comment ça?

-...je ne sais pas trop. D'après ce qu'ils se disaient, ils ne semblent pas être des espions. Ils ont « atterit » ici par hasard. Pourtant, ils ne sont pas honêtes.

-Et en quoi?

-Ils nous ont menti. Ils prétendent qu'ils ont été attaqués par des brigands sur le chemin-que personne en dehors du village n'est censé connaître- alors qu'en réalité, ils ne savent même pas comment ils son venus ici. Ce qui est quand même un comble! On ne se retrouve pas dans un village cahé par hasard!

-Je demanderai a des agents de faire des recherches sur eux, si tu veux.

-Ils risquetont de trouver ça difficile.

-?

-Nos trois compères ont aussi modifié leur identité, dans le feu de l'actoin!

-Ah.

-Ils ne sont pas de vrais vagabonds. De plus ils utilisent de faux noms! Un des trois s'appelle dailleurs Sasuke.

-Sasuke...justement ,c'est le nom qu'on voulait donenr au bébé, avec Mikoto...on devrait peut-être changer...

-Je ne vois pas pourquoi.

-Laisse tomber. C'est ce Sasuke que tu veux héberger chez moi?

-Oui. Mais ne t'inquiète pas. J'ai l'intime conviction qu'ils ne tenteront rien ici. Toi et ta famille ne seront donc pas en danger.

-Laisse moi demander l'avis à Mikoto, avant de t'embaler.

-Pas de problème. Mais dépêche toi, il n'y a que vous qui faites durer l'hébergement des jeunes.

-Tu mets à peine pas la pression...

Minato éclata d'un rire franc, quand on toqua à la porte.

-Entrez! Dit minato en s'asseyant derrière son bureau.

-Hokage-sama! Nous avons des formulaires à vous faire signer. Dit un Ninja, amenant un gros tas de papiers.

-Encore?!? mais ça ne cessera donc jamais...

-Je vais de ce pas demander l'avis de vous savez qui, Hokage-sama, fit Fugaku en s'inclinant. En m'attendant, finissez donc de remplir ce petit tas de formulaires.

-Aha, très drôle, Comissaire Uchiwa, votre sens de l'humour est définitivement à tomber pa terre.

-Oui, Hokage-sama, répondit Fugaku en s'inclinant avant de repartir.

Minato regarda d'un air blasé le ninja parir au grand air, alors que lui restait dans cette athmosphère confinée.

-Alalala....soupira Minato, avant de se mettre au travail.

-Euh...Hokage-sama? Puis-je partir? Demanda le ninja qui était resté, après avoir donné les formulaires.

-Ah! Oui bien sûr! Désolé de ne pas te l'avoir dit plus tôt..

-C'est moi qui suis...

-C'est bon c'est bon. Tu peux partir.

-Bien, Hokage-sama.


Et l'Hokage se retrouva seul dans son bureau à remplir son travail administratif.


Sasuke marchait dans le village. Il fesait ça pour tuer le temps. Bien sûr, il aurait voulu s'entraîner, se défouler un peu, mais ça aurait par un peu louche. Et puis dailleurs ,il n'avait pas son katana.

Il faudrait dailleurs qu'il pense à aller le chercher quand sa situation sera régularisée. Bien sûr, il faudra d'abord retrouver l'endroit. Avec les Ambus, ils avaient couru pendant deux heures en direction du sud-est. Il lui suffirai de courir à la même vitesse direction nord-ouest. Il prendrait au passage les affaires de Naruto et Sakura, ainsi que son bout de kimono déchiré. Il fallait éliminer toutes traces de leur véritables identités.

Inconsciemment, ses pas le ramenèrent au bord du lac où il avait apris sa première technique katon « avec » son père; où il avait passé des heures et des heures seul à s'entraîner, et après, un peu plus tard, pour réfléchir à sa vengeance.

Il s'assit au bord du lac, les pieds dans l'eau, comme il le fesait si souvent avant. Cette sensation de plainitude lui manquait, il fallait l'avouer.

Chez Orochimaru, il ne fesait que s'entraîner, ne s'arrêtant que pour manger ou dormur, et encore. Là-bas, il était constemment sur ses gardes. En tant que futur hôte du serpent, certains disciples étaient jaloux, et malgré l'interdiction du serpent de le toucher, il se fesait régulièrement attaquer, surtout à ses débuts. C'est ce qui l'avait en parti aidé à progresser aussi vite; avec les heures d'entraînements et les « médicaments » d'Orochimaru qu'il prenait, entre autre.


Il regarda son reflet dans l'eau du lac, fixant son air indifférent. Comme s'il n'était pas connecté à ce monde, comme s'il n'était pas vivant. Dailleurs, logiquement à cette époque, il n'était pas encore né. Et dans le futur, il avait déjà été mort, quand il avait fallu faire évoluer la marque d'Orochimaru. Il s'en était passé des choses, depuis. Il savait qu'il avait ne serai-ce qu'un petit peu changé.

Il n'était pas le seuil dailleurs...

Il se demandait quand même pourquoi Naruto était dans un tel état de « colère froide », sur le toit. Il lui avait semblé aoercevoir le démon Kyubi dans ses yeux; ce démon qui demandait du sang, et de la souffrance.


Tout à coup, sur le reflet que lui projettait le lac, il vit une personne qui l'observait, sur la petite digue qui bordait l'étendue d'eau.

Quand il reconnu avec difficulté la silhouette, il commença à trembler impercpectiblement. Ses battements de coeur doublèrent en une fraction de secour.

Il se croyait pourtant insensible. Quelle bêtise.

Il fixa pendant un moment le reflet que lui projettait le lac. Cet homme, au regard sévère, à qui il devait le respect. Cet homme pour qui il s'était surpassé, pour qui il avait décidé de quitter le village.

Son père.

Son père qu'il avait vu mourir.

Son père qui était pourtant là, derrière lui, et qui le regardait d'un air méfiant, presque provoquant.

Il se souvint, alors. Quand son père le regardait comme ça, quand il le regardait, c'est qu'il attendait en général quelque chose de sa part.

Comme pour obéir encore une fois à ses ordres, Sasuke souffla un bon coup et se résolut à le regarder dans les yeux quand un petit garçon apparut aux côtés de son père. Il lui tenait la main. Il ne devait pas avoir plus de quatre où cinq ans.

Cette vision lui porta un coup au coeur, et le laissa pétrifié. Il ne se résolut pas à les regarder. C'était impossible. Il risquerait de péter les plombs et de tout foutre en l'air.

Une sernière apparition sur le lac l'acheva. Une femme, avec de long cheveux noirs, arriva devant les deux Uchiwa, le ventre rond. Elle enserra le plus petit et embrassa l'homme.


Cette vision lui parut quelque peu irréelle. Comme sortie d'un autre univers, d'un autre temps.

Il resta là, immobile, pendant que la jeune femme, avec son mari, le regardaient pour la dernière fois

Et lui, il regarda une dernière fois le lac, qui lui montrait sa famille qui s'éloignait de lui, le laissant seul, par une fraîche soirés d'été.



Bon, je ne veux pas faire toute une tartine ;) mais je vous prie de bien vouloir escuser ma longue, très longue absence T^T

Mais JE N'AVAIS PLUS INTERNET!!!! Et comme j'habite dans le trou du c** du monde, immaginez la galère...RIEN A FAIRE D'AUTRE!!!! Alors j'ai continué à écrire, pour combler le manque.

Alors que pensez vous de ce chapitre? BEAUCOUP DE COMS PLEASE!!!!!

(vous remarquerez que j'ai fait une belle tartine XD)


  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales